Rechercher dans ce blog

C'est lundi, que lisez-vous ? [57]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

In My Mailbox (238)



In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine


La Basilique d’Ombre de Pierre Pevel (Haut-Royaume - Les Sept Cités 3)

Quatrième de couverture

La mort a frappé et Iryän Shaän ne vit plus que pour une chose : la vengeance. Prêt à tout pour assouvir celle-ci, le voleur n’hésite pas à se heurter à de puissantes factions, dont certaines se livrent une lutte secrète remontant à l’époque lointaine où les Dragons Divins régnaient sur le monde. Mais Iryän ne reculera devant rien : ni homme, ni drac, ni prince-dragon. Quitte à tout perdre, y compris son âme…

Mon avis

Etant donné la fin du Serment du Skande, qui terminait sur un énorme cliffhanger, j’étais obligée d’enchaîner directement avec cette suite et fin. Ce n’était pas possible de rester dans cette attente affreuse sans avoir de réponses à nos questions…

Le bilan est que je déteste un peu Pierre Pevel pour ce qu’il a fait dans ce tome mais de l’autre je l’admire pour cette fin qui clôt parfaitement la trilogie. Une série que je vous conseille fortement de lire et aussi de vous pencher sur la série principale Haut-Royaume car elle promet aussi beaucoup (même si je n’ai lu que le premier tome pour le moment, le 2e ne va pas tarder à arriver…).

La Basilique des Ombres reprend exactement à la fin du deuxième tome ce qui nous permet de revoir la scène se rejouer devant nous… Pour ceux qui ont lu le tome 2, préparez-vous émotionnellement ! Nous sommes donc en plein milieu de l’action et des problèmes pour notre plus grand plaisir. Il faut l’avouer, quand c’est plat et qu’il ne se passe rien c’est ennuyeux. Iryän et ses comparses doivent donc agir vite en conséquence.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire pour éviter tout spoiler mais je peux vous dire que ce dernier tome commence sur des chapeaux de roue. Tout s’enchaîne très vite si bien que l’on n’a pas vraiment le temps de reprendre notre souffle. En lisant ce troisième tome, on se rend compte de l’histoire qui est créé et ce, depuis le premier tome. Car évidemment tout est lié, tout s’imbrique parfaitement tel un puzzle.

Mais tel que je l’avais prédit lors de la chronique du premier tome, on n’a pas toutes les pièces en main dès le départ pour se rendre compte dans quelle machine infernale nous a entraînés l’auteur. J’étais loin de m’imaginer tout cela en commençant cette trilogie donc c’est une très bonne découverte car j’aime être surprise et ne pas savoir à quoi m’attendre. C’est le défi que doivent relever nombre d’auteurs et Pierre Pevel a grandement réussi, vous pouvez me croire !

L’autre constat que j’ai pu faire en lisant ce dernier tome, mais c’était déjà le cas lors de la lecture du tome 2, c’est que Pierre Pevel est de ces auteurs sadiques qu’on apprécie quand même. Il malmène ses personnages, leur fait vivre mille et un tourments et franchement je ne l’en remercie pas. Mon pauvre petit cœur ne s’en remet toujours pas… mais en même temps ça n’enlève en rien la qualité et l’intérêt de l’histoire, bien au contraire mais ça me fait toujours un petit pincement au cœur quand on voit ce que certains auteurs font à leurs personnages…

J’ai beaucoup aimé ce dernier tome qui devient plus sombre que les précédents du fait qu’Iryän est ravagé par la douleur et son héritage drac se voie davantage. C’est un personnage qui cache énormément de choses au fond de lui, avec une personnalité difficile à cerner. Mais je m’y suis beaucoup attaché, ainsi à ces différents compagnons qui vont en voir de toutes les couleurs aussi.

En bref, La Basilique des Ombres est un troisième tome vraiment très bon qui conclut bien cette trilogie. J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ces personnages, à me replonger dans l’univers de Haut-Royaume qui est bien plus complexe qu’il n’en a l’air. C’est une très chouette série que je vous conseille fortement tant l’univers est captivant et les intrigues extrêmement bien ficelées. Je doute que vous puissiez vous attendre à cela en commençant le premier tome. Une série à lire et un auteur à suivre de très près !

Le Serment du Skande de Pierre Pevel (Haut-Royaume - Les Sept Cités 2)

Quatrième de couverture

À Samarande, un an après l’affaire des joyaux dérobés, Iryän parvient à libérer Svern, son complice et ami qui croupit dans les geôles de la cité. Mais en volant au secours de son allié, le voleur aux yeux de drac se met à dos une redoutable bande de malfrats. Ce n’est pourtant pas le pire danger qui le menace, loin de là. Alors que les nantis de Samarande se font exécuter les uns après les autres, la colère des dragons vénérés par une mystérieuse société secrète semble en passe de se réveiller…

Mon avis

Après avoir lu le premier tome de Haut-Royaume – Les Sept Cités, je n’ai pas pu m’empêcher d’enchaîner directement avec le tome 2 tant je voulais savoir ce qui allait arriver à nos différents héros. Et je dois dire que je n’ai pas été déçue de cette suite, bien au contraire, je l’ai même trouvée meilleure ! En revanche, nous laisser avec une telle fin, l’auteur aurait pu s’en abstenir… heureusement que j’avais le 3e et dernier tome sous la main !

Le livre commence par une petite nouvelle intitulée Une promesse est une promesse qui s’inscrit dans le même univers et avec la même petite équipe de voleurs. Je dois dire que c’était plutôt sympathique. Même si en soi elle n’apporte pas beaucoup plus d’informations pour la compréhension de l’histoire, c’est toujours plaisant d’avoir des petits bonus. Donc on ne va pas s’en plaindre, n’est-ce pas ? Mais à travers cette nouvelle, on peut déjà entrevoir quel type d’auteur est Pierre Pevel et ce n’est pas toujours joli joli…

Le Serment du Skande se déroule un an après les faits passés dans Le Joyau des Valoris où nous retrouvons Iryän, Myrdil et Svern qui se trouve actuellement en prison. Ainsi ses deux compagnons vont devoir le libérer avant de se lancer dans une nouvelle mission de vol. Mais durant son bref séjour en prison, Svern a fait la rencontre d’un jeune homme à qui il a fait la promesse de remettre un message à sa chère et tendre. Nos joyeux compères étaient de s’imaginer dans quelle galère ils allaient mettre les pieds en voulant respecter cette parole…

Comme pour le premier tome, nous plongeons en un rien de temps au cœur des Sept Cités. Nous découvrons de nouveaux personnages, de nouvelles situations tout en se demandant bien à quoi tout cela va nous mener. Pierre Pevel lance différentes intrigues en même temps et on se doute bien qu’il y a un lien même si la solution se refuse à nous pendant un long moment. On ne comprend pas où il nous emmène et ce n’est qu’à mesure, lorsque certaines révélations nous parviennent que nous pouvons voir l’ampleur de la toile qui se tisse sous nos yeux… et ce n’est que le début… C’est vraiment brillant et je ne m’attendais pas du tout à cela !

Le roman fait environ 200 pages (en retirant la nouvelle qui se trouve au début) et c’est bluffant de voir qu’en si peu de pages il y ait autant d’éléments pour en faire une histoire complète sans avoir la sensation qu’il manque quelque chose. Ce n’est pas donné à tout le monde, donc chapeau bas à l’auteur qui montre une fois de plus tout son talent. J’ai vraiment hâte de lire la suite et fin de cette histoire.

Si le premier tome se finissait sur une fin « fermée », ce deuxième tome se finit sur un énorme cliffhanger qui m’a bien énervé. Du coup j’ai enchaîné avec le 3e tome parce que ce n’était pas possible de rester ainsi… Je n’en dirai pas plus pour éviter tout spoiler mais voilà, vous êtes prévenu, si vous lisez ce 2e tome, ayez le 3e tome sous la main !

Quant aux personnages, c’est toujours un plaisir de les suivre, que ce soit Iryän le héros principal ou ses comparses : Narubio, Svern et Myrdil qui a fini par les rejoindre. Une petite troupe bien sympathique avec des personnalités bien spécifiques. On en apprend plus sur certain personnage, les voyons sous un angle différent et j’ai adoré cet aspect.


En bref, Le Serment du Skande est tout aussi convaincant que le premier. J’ai vraiment adoré l’histoire qui prend une certaine ampleur, tout comme l’univers qui se développe davantage. Les personnages sont vraiment superbes et c’est avec un grand plaisir que j’ai eu à les suivre et vu la fin, je suis très curieuse de voir ce que ça va donner !

Au-delà des Royaumes de Chris Colfer (Le Pays des Contes 4)

Quatrième de couverture

Depuis que l’Homme masqué lui a échappé, Alex n’a qu’une obsession : le retrouver. Sauf qu’elle a été déchue du Conseil des fées et que tous refusent de croire que cet homme est une véritable menace. Heureusement, elle peut compter sur l’aide de son frère jumeau, Conner, de Boucle d’or, du Petit Chaperon rouge et de la Mère l’Oie. Grâce à eux, elle découvre le plan démoniaque de son ennemi : armé d’une potion capable de transformer n’importe quel livre en portail vers d’autres univers, il part recruter une armée de méchants de la littérature afin de conquérir le Pays des contes…

Mon avis

Après avoir lu L’éveil du dragon, j’étais obligée d’enchaîner avec ce 4e tome tant je voulais savoir ce qu’il en était par rapport à cette fin des plus frustrantes. C’est terrible de terminer sur un cliffhanger comme ça et je suis ravie d’avoir un peu tardé à lire cette série car au moins je n’ai pas eu à patienter longtemps entre les tomes 3 et 4. Je compatis sincèrement pour ceux qui ont dû patienter, c’est dur dans ces cas-là…

Au-delà des royaumes est un tome prenant et dans la continuité du précédent. Les problèmes ne font que continuer pour nos jumeaux qui sont activement à la recherche de l’Homme masqué. Ils vont devoir découvrir ce qu’il était venu chercher au château et quels sont ses projets concernant le Pays des contes et ce, grâce à tous leurs amis. Mais la tâche risque de s’avérer bien plus difficile pour déjouer ses plans surtout quand une certaine potion permet de créer des portails et de voyager de livres en livres…

J’ai tout simplement adoré ce tome qui est brillant à tout point de vue : que ce soit au niveau de l’univers qui prend un peu plus d’ampleur à chaque fois ou encore de l’intrigue qui est très bonne et bien menée. Dès les premières pages je suis happée par l’intrigue et découvre avec avidité de nouvelles choses dans l’Histoire du Pays des contes, sur certains personnages qui me tiennent en haleine à tout instant. L’imagination de Chris Colfer est sans limite et je suis vraiment curieuse de voir ce que donnera la suite parce qu’étant donné les circonstances actuelles, ça craint sérieusement !

Les révélations sont toujours aussi nombreuses et j’avoue que je ne m’attendais pas à certaines d’entre elles qui arrivent notamment à la fin de l’ouvrage. Certaines réponses à nos questions nous sont révélées qui expliquent pourquoi tels ou tels événements ont eu lieu et c’est là que l’on voit tout le talent de l’auteur. Tout au long de la série il parvient à disséminer des informations qui vont s’avérer importantes pour la suite, des petits détails sur lesquels on ne pense plus jusqu’au moment où l’on se rend compte à quel point c’était important. Tout est dans les détails comme dirait Sherlock…

Toute la série est basée sur les contes, sur un univers dans lequel tous les personnages de nos contes d’enfance soient réunis et vivent dans un même « pays ». Mais dans ce tome Chris Colfer ajoute un nouvel élément grâce à la potion qui permet de rentrer dans des univers livresques ainsi, comme le laisse présager la couverture du livre, nous allons faire la connaissance de plusieurs personnages de littérature jeunesse. Je dois dire que l’idée est vraiment géniale, une sorte de mise en abyme prodigieuse qui permet de créer une histoire hors du commun. J’approuve totalement le concept et il le réussit bien.

Ce 4e tome est intéressant car il permet de faire prendre un autre tournant à l’histoire et de montrer une fois encore une certaine évolution chez les personnages qui sont justes excellents. Il est vrai que l’on ne s’attend pas à de telles rencontres, de quoi casser certains mythes aussi…J’ai une petite pensée pour Robin des bois en cet instant parce que là, c’est épique… Rouge est extraordinaire dans le genre, mais je crois que Robin, à un autre niveau est encore pire qu’elle… Encore une fois j’ai une pensée pour Rouge qui est décidément le personnage que je préfère dans le Pays des contes, elle mériterait une série spin off rien que pour elle parce qu’elle est unique en son genre et sans elle, la série n’aurait pas la même saveur.

En bref, Au-delà des Royaumes est un nouveau tome excellent que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire et à découvrir. L’univers s’enrichit toujours un peu plus à chaque volume, l’intrigue devient complexe et l’on voit peu à peu le chemin que trace Chris Colfer et ça ne laisse rien présager de bons pour la suite vu les nouveaux éléments… Je suis toujours aussi fan de l’histoire qui se bonifie avec le temps donc évidemment je vous conseille toujours de la découvrir. Maintenant la question est : comment je vais faire pour tenir jusqu’à mai 2017 pour avoir la suite de l’histoire ? Ce n’est pas possible de nous laisser comme ça…

Embrouilles et dragons de Fabrice Colin et Gérald Guerlais (Les Petits Monstres 1)

Quatrième de couverture

«- Nous nous sommes approchés, et nous sommes tombés sur cet énorme monstre mauve : une femelle dragon ! Nous l’avons reconnue à ses ailes. L’œuf, à côté d’elle, était intact, et il semblait nous supplier : "Prenez-moi ! Ne me laissez pas !" Nous n’avons pas pu résister.»
Bienvenue chez les Petits Monstres ! Toujours partants pour l’aventure, rien ne leur fait peur, pas un même un mystérieux œuf de dragon dont ils devraient pourtant se méfier !

Un matin, Cassandra et Valentin découvrent un drôle d’objet dans le jardin de leur manoir. En faisant croire à leur classe qu’il s’agit d’un œuf de dragon, les petits monstres provoquent une avalanche de quiproquos qui les plongent dans l’embarras. Car l’œuf n’éclot pas ; pire : on soupçonne qu’il a été abandonné par une dragonne disparue depuis. Valentin et Cassandra vont-ils tout avouer ou s’enfoncer dans le mensonge ?

Mon avis

Embrouilles et dragons est le premier tome de la série Les Petits Monstres qui mettent en scène des enfants et plus exactement des créatures surnaturelles. Ainsi nous faisons la connaissance d’un démon, un vampire, un fantôme et un squelette.

Dans cette première histoire, Cassandra, la vampire et Valentin, le fantôme doivent préparer un exposé dans lequel ils doivent raconter l’histoire d’un objet trouvé. Mais n’ayant de bien intéressant à montrer, ils vont raconter un mensonge et faire croire à la classe que l’œuf qu’ils ont trouvé près de chez eux s’avèrent être un œuf de dragon. Un mensonge qui va en faire succéder d’autres pour ne pas avoir à révéler la vérité. De mensonges en quiproquos nos petits monstres risquent d’en payer cher le prix…

C’est une histoire assez mignonne avec une morale intéressant qui montre que les mensonges n’apportent que des ennuis. En effet quand on ne rectifie pas l’erreur de suite, les mensonges et les problèmes peuvent s’enchaîner à une vitesse folle et plus l’on avance dans le temps et plus il est difficile de faire éclater la vérité. Cela peut entraîner des conséquences désastreuses mais heureusement ici tout est bien qui finit bien. La morale est intéressante et non pas dénué d’intérêts pour de jeunes enfants.

Il s’agit d’un roman de premières lectures destinées aux enfants à partir de 8 ans qui lisent tout seul. Tout est fait pour en facilité la lecture. Avant le début de l’ouvrage, les personnages sont présentés, on y trouve même une carte et à la fin de l’ouvrage sous la couverture sont expliqués les mots difficiles qui apparaissent avec un astérisque dans le texte. Cela permet ainsi à l’enfant de lire en parfaite autonomie.

Avant chaque début de chapitre, une ou deux phrases de résumé du chapitre précédent apparaît. Ainsi, si l’enfant ne lit pas tout d’une traite, cela permet de se souvenir de ce qui s’est passé, ou bien de voir s’il a bien compris ce qu’il venait de lire. Ce qui est plutôt pratique, après il ne faudrait pas que l’enfant ne lise que ça évidemment.

De nombreuses illustrations égayent le texte pour continuer le lien avec les albums que les parents / adultes pouvaient lire à l’enfant avant qu’il ne sache lire. Cela permet d’imaginer parfaitement les scènes qu’ils sont en train de lire.


En bref, Embrouilles et dragons est un premier tome bien sympathique. C’est plutôt agréable à lire et l’on voit qu’un petit mensonge peut avoir de grandes et graves conséquences. La morale est qu’il est mal de mentir et qu’il vaut mieux dire la vérité.

Ombres mouvantes de Patricia Briggs (Mercy Thompson)


Quatrième de couverture

« Cher lecteur, tu tiens entre tes mains un recueil de nouvelles se déroulant dans l’univers de Mercy Thompson. Ce format m’a permis d’explorer le monde de Mercy sous différentes perspectives, de raconter des histoires qui n’avaient pas leur place dans les romans, et de m’aventurer sur de nouveaux terrains. J’espère que tu apprécieras ce voyage autant que moi. »
Patricia Briggs

Ce recueil contient 9 nouvelles ainsi que des scènes coupées des romans Mercy Thompson.

Mon avis

Ombres mouvantes est un recueil de nouvelles qui se déroule dans le monde de Mercy Thompson. Avant de donner mon avis sur ce recueil, je vous conseille vivement de le lire après avoir lu La faille de la nuit (le tome 8) sans quoi vous risquerez d’être spoilé sur les deux dernières nouvelles / extraits. Et ce serait frustrant pour vous de ne pas les lire avant d’en arriver là ou d’être spoiler sur certains événements. D’autant que les dernières concernent notamment Mercy et Adam… Vous voilà donc prévenu, à vos risques et périls !

Je dois dire que j’avais hâte de le lire et retrouver l’univers de Mercy, qui me manque un peu en ce moment… ainsi que les personnages qui le composent. Si j’ai bien aimé dans l’ensemble ce recueil, après tout ça reste du Patricia Briggs, je dois dire que toutes les nouvelles ne se valent pas. Ou plutôt que mon intérêt a été différent en fonction des personnages en présence.

Je m’explique : pour une majorité de nouvelles, nous connaissons déjà les personnages : Bran, Samuel, Ariana, Asil, Warren et Kyle, Ben, Mercy et Adam, inutile de vous dire que dans ces nouvelles là, j’ai tout simplement adoré. Les histoires sont super intéressantes et nous permet de voir nos personnages favoris sous un angle un peu différent et de les aimer que davantage, petite pensée pour Asil notamment.

Mais de nouveaux personnages font leur apparition sans qu’on n’en ait jamais entendu parler. Les nouvelles sur ces nouveaux personnages ne sont pas désagréables, loin de là, c’était intéressant à suivre et je ne me suis pas ennuyée. Mais je dois avouer que j’étais bien plus passionnée lorsque je lisais une nouvelle sur un des personnages mentionnés un peu plus haut. Qui ne serait pas intéressé par la première nouvelle qui met en scène Bran, Samuel ainsi que la mère de Bran ? Cette sorcière dont on ignore tellement de choses ?

Ces nouvelles sur les autres personnages permettent de voir comment la nature surnaturelles, quelle qu’elle soit, est vue par des humains, leur entourage. Il est vrai que lorsqu’on côtoie Mercy, tout cela semble normal ce qui est loin d’être le cas pour une majorité de la population.

Mon intérêt a donc été différent en fonction des personnages en présence mais ce n’est pas pour cela que les nouvelles sont mauvaises. Cela reste intéressant et j’ai pris beaucoup de plaisirs à découvrir ce recueil qui nous plonge un peu plus dans l’univers de Mercy Thompson, même si on la voit assez peu ici. Mais cela finit en apothéose par une histoire où elle est la narratrice et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’arrête pas d’attirer les ennuis… Mais Mercy ne serait pas Mercy si elle n’était pas mêlée à des affaires plus ou moins dangereuses qui la mettraient dans une situation difficile.

En bref, Ombres mouvantes est un recueil de nouvelles intéressant qui nous permet de nous replonger dans l’univers de Mercy Thompson, même si elle n’y est pas l’héroïne à chaque fois. Cela nous permet de mieux découvrir l’histoire de certains personnages, de les en apprécier davantage ou de découvrir d’autres vies en rapport avec l’une des natures de l’univers : vampires, loups-garous, faes. De quoi faire patienter les fans avant un prochain tome sur Mercy Thompson ou encore sur Alpha et Omega.

C'est lundi, que lisez-vous ? [56]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

L'éveil du dragon de Chris Colfer (Le Pays des Contes 3)

Quatrième de couverture

Depuis que la brèche entre les univers a été refermée, les jumeaux Alex et Conner vivent séparés. Alex continue son apprentissage de la magie, et Conner est un collégien brillant. Lorsque ce dernier découvre qu’une menace séculaire pèse sur le Pays des contes, il se lance dans une quête périlleuse à travers l’Europe, prêt à tout pour prévenir ses amis et trouver le portail oublié qui lui permettra de les rejoindre.
Mais le danger que craignait Conner s’avère pire que prévu : une armée piégée entre les deux mondes depuis près de deux cents ans est soudain libérée. Et avec elle, la seule chose capable de détruire le Pays des contes : le dernier œuf de dragon.

Mon avis

Pour rattraper mon retard sur la série alors que le 4e tome m’attend déjà dans ma PAL, je me suis lancée dans ce troisième tome du Pays des contes que j’ai tout simplement adoré. Chris Colfer, une fois de plus, m’a totalement conquise avec cette histoire et son univers si particulier rempli de contes de fées. Si vous n’avez pas encore commencé cette série, il va falloir s’y mettre ! Le message est passé, enfin je l’espère.

L’éveil du dragon est tome vraiment excellent qui fait prendre un tournant dans la série. Petit à petit l’auteur met en place ces pions sur l’échiquier et on se doute que certains personnages vont prendre de l’ampleur dans les suites à venir. J’ai vraiment hâte de voir ce qu’il nous réserve, notamment dans ce 4e tome qui m’attend déjà parce que ça promet énormément…

Ce 3e tome est assez différent des deux premiers dont les intrigues étaient légèrement similaires – même si ça ne m’a pas empêché de les adorer tous les deux – car le contexte est bien particulier. En effet, Conner vit sur Terre avec sa mère et son beau-père et continue l’école pendant qu’Alex se retrouve au Pays des contes afin d’y apprendre la magie pour devenir une bonne fée.

Ainsi, durant une bonne partie de l’histoire, les jumeaux sont séparés et vivent chacun leurs aventures mais évidemment, on se doute qu’ils vont finir par se retrouver à un moment où à un autre sans quoi il n’y aurait plus d’intérêt à suivre cette série… Mais cela prend son temps donc soyez patient ! La patience est une vertu, vous verrez, vous ne serez pas déçu de l’attente tant il y a de choses à découvrir durant leur séparation.

Pour ce qui est de l’histoire, c’est plutôt simple, mais évidemment ce n’est qu’une apparence… Conner va faire un voyage en Allemagne avec sa directrice et quelques camarades d’école à l’occasion d’une présentation de récits inconnus des frères Grimm. Mais la découverte qu’il fera sur place lui laisse penser que le Pays des contes est en danger : en effet, il semblerait qu’une armée piégée entre notre monde et celui du conte des fées depuis 200 ans va bientôt être libérée et envahir le Pays des contes. Conner est près à tout pour y retourner et avertir du danger imminent.

Une fois encore, on voit tout le talent de conteur de Chris Colfer. J’ai été happée dès les premières pages par cette nouvelle histoire qui est vraiment prenante avec son lot d’action et de rebondissements. Il y a également quelques moments de pause pour qu’on puisse reprendre notre souffle et apprendre de nouvelles informations sur l’univers et les personnages, donc cela reste tout de même intéressant même quand cela se calme quelque peu. Il faut aussi que je vous mette en garde, la partie concernant le dragon (en lien avec le titre du tome) met un peu de temps à arriver mais patience… vous ne serez pas déçu de découvrir tout cela en temps et en heure !

J’adore toujours autant la manière dont les contes sont imbriqués les uns aux autres, de voir les liens qui s’y établissent et de voir toute la complexité de l’univers qui s’étoffe un peu plus à chaque tome. Au moment où j’écris cette chronique, j’ai déjà lu le tome 4 et je peux vous assurer que vous n’avez encore rien vu à ce niveau-là !

C’est un tome riche en révélations qui va quelque peu ébranler nos personnages mais je m’attendais plus ou moins… Enfin presque, je n’étais pas totalement sur la bonne voie, mais il y avait des choses trop louches pour moi et cette fin qui nous laisse sur un gros cliffhanger, de quoi nous faire rager. Heureusement que j’avais déjà le tome 4 sous la main, croyez-moi !

Les personnages évoluent beaucoup dans ce tome, il faut dire que les jumeaux grandissent, ils deviennent adolescents avec les problématiques que cela entraîne et vu les caractères forts de nos jumeaux et leurs origines, c’est encore plus épique. Mais le fait d’être séparé leur apporte beaucoup aussi, ils sont plus indépendants l’un de l’autre et vont pouvoir pleinement se révéler en étant tout seul pour affronter le danger, même si l’union fait la force !

Une petite mention pour le personnage de Rouge, alias Le Petit Chaperon Rouge qui est juste énorme. Elle est complètement folle et hystérique les ¾ du temps mais je l’adore ! Elle apporte une certaine fraîcheur à l’histoire avec son comportement et ses agissements, sans elle et son caractère, ça n’aurait pas la même saveur et encore, vous n’avez pas tout vu !

En bref, L’éveil du dragon est un troisième tome bien différent des deux premiers, l’histoire devient plus sombre et complexe et l’univers prendre encore un peu plus d’ampleur pour notre plus grand plaisir. Je suis totalement fan de cette série qui se bonifie avec le temps, ce n’est pas toujours le cas mais là, je vous assure que c’est génial, si vous avez aimé les premiers, continuez car ce n’en est que meilleur ! Une série à suivre de très près…

In My Mailbox (237)



In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine


Toujours là pour toi de Smriti Prasadam-Halls et Alison Brown

Quatrième de couverture

Toujours là pour toi, une promesse tellement rassurante pour les tout-petits.
Lorsque tu as peur, je suis là pour toi... Lorsque tu es triste, je suis là pour toi... Mais je suis là aussi près de toi, lorsque tu dors, pour veiller sur toi... Et lorsque tu pars à l'aventure, je t'accompagne avec joie !

Mon avis

Toujours là pour toi est un album très mignon que je vous invite à découvrir tant les messages qui sont transmis sont beaux et touchants et la tendresse qui se dégage des illustrations.

Découvert à la librairie où je travaille, j’étais intriguée par ce titre et ces deux nounours qui ont l’air d’être si complices. Je me suis donc lancée dans sa lecture et je dois dire que j’ai été enchantée par cette petite « histoire » et la simplicité de son message qui passe très bien.

Le titre est très évocateur et résume parfaitement la situation : Toujours là pour toi est un album fait pour rassurer les enfants sur le fait que tout au long de leur vie, les parents ou du moins les adultes sont « toujours là pour toi », qu’ils ne sont jamais loin derrière pour protéger, aider et accompagner les enfants quand cela est nécessaire.

Source : Gautier-Languereau

Le texte est assez court : deux phrases par double page pour montrer une situation tout en rassurant l’enfant que l’adulte sera toujours présent. C’est parfaitement adapté pour un jeune lectorat d’autant que les illustrations sont assez explicites. Le texte a son importance mais l’enfant, grâce aux images peut tout de même comprendre ce qui est en train de se dérouler. A chaque fois, nous voyons un adulte non loin d’un enfant pour intervenir en cas de besoin.

Les illustrations donnent une impression de douceur avec des couleurs assez claires et chaleureuses qui donnent la sensation d’être protégé dans un cocon. Ce qui est en phase avec le thème du livre et l’histoire qui en découle.


En bref, Toujours là pour toi est un album plein de tendresse sur la relation parent-enfant qui fait prendre conscience à l’enfant que quoi qu’il arrive, à chaque moment de sa vie, les parents seront toujours là pour le soutenir et l’aider à grandir.

A partir de 3 ans.

PALM n°65 [JUIN 2016]

Qu'est-ce que la PALM ? La PAL du Mois consiste à écrire article sur nos blogs avec une photo de notre Pile À Lire, accompagnée de quelques pensées sur les livres que vous possédez, sur ce que vous avez à dire des nouveautés, sur les livres que vous mourrez d'envie de lire... et ceci, tous les 15 du mois.

Pour retrouver les autres PALM, rendez-vous sur Secret-forbidden-world. La PALM est inspirée de In My Mailbox de The Story Siren.

En cours de lecture : Ombres mouvantes de Patricia Briggs


Acquisitions depuis la dernière PALM




La traque des bannis de John Flanagan 
Les histoires perdues de John Flanagan 
L'éveil du dragon de Chris Colfer 
Hermès Mortel de Thomas Andrew
La Voleuse de Secrets de Brenda Drake
Les petites reines de Clémentine Beauvais
Proie idéale de Charlotte Bousquet 
Amanda et les amis imaginaires de A. F. Harrold et Emily Gravett
Au-delà des Royaumes de Chris Colfer
Ombres mouvantes de Patricia Briggs
Loving Dallas de Caisey Quinn 
Poison fruit de Jacqueline Carey 
Le tombeau de Joshué de Michel Honaker 
Les Invisibles de Shannon Messenger 
La prochaine fois ce sera toi de Vincent Villeminot
Les noces macabres de Jean-François Coatmeur 
La Horde de Chris D’Lacey
Dis-moi si tu souris d'Eric Lindstrom
Je suis qui je suis de Catherine Grive
Une histoire de sable de Benjamin Desmares
Le Camp de Christophe Nicolas
Le Printemps des enfants perdus de Béatrice Egémar
Le Fard et le Poison de Béatrice Egémar
Là-bas de Leonardo Patrignani
Un voisin si craquant de Léna Forestier
Embrouilles et dragons de Fabrice Colin et Gérald Guerlais
La poudre à boutons et autres secrets mirobolants de Roald Dahl
Aya de Yopougon, vol. 1 de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie
Balzac et la Petite Tailleuse chinoise de Dai Sijie
Missing Dixie de Caisey Quinn 

Livres lus depuis la dernière PALM


Grrrr ! de Rob Biddulph
Le loup : un imagier à dévorer de Laurent Simon
Immaculée de Katelyn Detweiler
Le retour de l’Enchanteresse de Chris Colfer
The Memory Book de Lara Avery
Le tombeau de Joshué de Michel Honaker
Du bruit dans les tuyaux d'Aude E. Lynésis
Les noces macabres de Jean-François Coatmeur
Memorex de Cindy Van Wilder
Dis-moi si tu souris d'Eric Lindstrom
Pretties de Scott Westerfeld
Je suis qui je suis de Catherine Grive
Une histoire de sable de Benjamin Desmares
La prochaine fois ce sera toi de Vincent Villeminot
Le Joyau des Valoris de Pierre Pevel
Le Serment du Skande de Pierre Pevel
La Basilique d’Ombre de Pierre Pevel
L'Oiseau de Paule Battault et Marie Caillou
Toujours là pour toi de Smriti Prasadam-Halls et Alison Brown
L'éveil du dragon de Chris Colfer
Embrouilles et dragons de Fabrice Colin et Gérald Guerlais
Au-delà des Royaumes de Chris Colfer

Prochaines lectures

Le Joyau des Valoris de Pierre Pevel (Haut-Royaume - Les Sept Cités 1)

Quatrième de couverture

Dans la cité aux mille pièges de Samarande, Iryän Shaän, voleur aux yeux de drac, est engagé pour dérober un diadème d’une valeur inestimable. Or, une fois la mission d’Iryän accomplie, les pierres qui ornaient le diadème sont dérobées à leur tour. Pourquoi ? Par qui ? S’ils veulent se disculper, Iryän et ses complices devront le découvrir et vaincre par la ruse et le fer de nombreux adversaires – car les relents de magie noire qui entourent le joyau des Valoris en font une cible convoitée de tous…

Mon avis

Ayant beaucoup aimé le premier tome de Haut-Royaume, j’étais très curieuse de lire cette série spin off sur Les Sept Cités et je dois dire que je ne suis pas du tout déçue. J’ai beaucoup aimé et vous recommande chaudement ces séries !

Chacun des trois tomes de la trilogie Haut-Royaume – Les Sept Cités sont assez courts, surtout par rapport à Haut-Royaume, mais ce n’est pas pour cela qu’il ne se passe rien et que ce n’est pas intéressant. Bien au contraire, Pierre Pevel nous prouve avec un roman « court » (moins de 300 pages), qu’il est possible de nous offrir une histoire passionnante avec un univers suffisamment développé pour attiser notre curiosité et nous entraîner dans son monde. Ce n’est pas donné à tout le monde et l’adepte des pavés en moi est donc ravie de ce constat.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent vite. L’écriture de l’auteur est toujours aussi agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire. L’action arrive dès les premières pages de sorte qu’il n’y ait pas de longueurs et elle ne fait que perdurer tout le long de l’ouvrage pour notre plus grand plaisir. On n’a pas le temps de s’ennuyer et de reprendre notre souffle car il se passe toujours quelque chose, que ce soit des rebondissements ou des révélations.

Avec Le Joyau des Valoris, Pierre Pevel nous montre une fois de plus tout son talent car j’étais loin de m’imaginer un tel scénario en commençant le livre. Tout part d’un vol très simple mais qui va avoir des conséquences incroyables par la suite. En effet, le voleur, Iryän Shaän va devoir revoler le même bien, à son précédent commanditaire, entre autre chose… C’est une histoire bien plus complexe qu’elle n’en a l’air et franchement chapeau bas pour toutes ces révélations finales car je n’y aurai pas du tout pensé ! C’est donc une très bonne surprise parce que l’auteur nous balade tout du long du livre et entremêle beaucoup de choses. Pauvre Iryän Shaän, il ne sait plus où donner de la tête et nous non plus !

L’intérêt est que nous suivons différents groupes de personnages, du coup on se demande bien où l’auteur veut en venir, on ne connaît pas ses plans et on se demande bien comment tel ou tel personnage va pouvoir avoir un lien avec l’autre. Plusieurs histoires qui s’entremêlent et qui se rassemblent au fur et à mesure, comme des pièces d’un puzzle qui se construisent sous nos yeux. Cela s’appelle le talent, tout simplement et l’intrigue en devient complexe à décortiquer et pourtant, pourtant quand on a enfin les révélations tout cela semblait si simple ! Mais Pierre Pevel nous cache un certain nombre d’éléments si bien qu’on ne peut pas reconstruire ce puzzle seul…

Dans Haut-Royaume, j’avais déjà pu constater que l’univers était bien construit, plus complexe qu’il n’en avait l’air, même si l’auteur n’avait pas encore dévoilé toutes ces cartes. Ici, on voit encore d’autres choses et je suis certaine que je vais encore en découvrir dans les suites de la trilogie, j’ai hâte de découvrir tout cela. Une fois encore, on voit les liens politiques et magiques pour mon plus grand bonheur car c’est ce que je préfère dans la Fantasy donc c’est un ravissement d’être plongé au cœur de tout cela. Et on voit bien que dans Les Sept Cités c’est légion !

Quant aux personnages, je dois dire que l’on a une belle brochette de voleurs mais qui sont tous aussi attachants les uns que les autres. A commencer par Iryän Shaän, le héros de cette série, même si on ne peut pas le séparer de Svern, le Skande qui a aussi toute son importance dans l’histoire. Mais n’oublions pas  Narubio qui est maître en son domaine. Sans oublier les autres personnages secondaires qui vont apporter leur pierre à l’édifice. Ces personnages ont de la gueule, je n’ai pas d’autres mots pour les qualifier, ils ont une consistance, ils sont « réels » et j’ai adoré les suivre dans cette folle aventure.

En bref, Le Joyau des Valoris est un très bon premier tome que j’ai pris plaisir à lire. On y voit une fois de plus tout le talent de l’auteur à nous plonger dans son univers et nous faire vivre une aventure incroyable parmi des voleurs de talents qui sauront faire preuve de ruse pour s’en sortir. J’ai beaucoup aimé l’intrigue, les personnages, l’univers, bref, que du bon, rien à redire là-dessus. Je suis très curieuse de lire la suite que je vais m’empresser de lire juste après !

C'est lundi, que lisez-vous ? [55]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

In My Mailbox (236)



In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine


Une histoire de sable de Benjamin Desmares

Quatrième de couverture

Quoi de plus déprimant que de passer des vacances d'hiver dans une petite station balnéaire sinistre... avec ses deux parents plantés devant leurs ordinateurs pour cause de travail ? En traînant dans les rues désertes, Jeanne fait la rencontre de deux frères vraiment bizarres, habillés façon années 1980, plantés en permanence devant une maison abandonnée...

Mon avis

Après avoir lu Je suis qui je suis, du même éditeur, j’ai enchaîné avec Une histoire de sable, un titre que l’on m’a fortement conseillé de lire. Donc ni une ni deux je me suis lancée dans cette histoire que je ne regrette pas un instant d’avoir lu car cela a été une très belle surprise.

Une histoire de sable est un roman court de moins de 150 pages qui nous plonge au sein d’une petite station balnéaire emplit de mystères. Jeanne y passe les vacances d’hiver avec ses parents, l’annonce d’un désastre imminent tant il n’y a rien à faire. En même temps qui irait passer ses vacances d’hiver sur une plage ? Entre une relation difficile avec ses parents qui sont d’ailleurs trop occupés par leur travail pour se soucier d’elle et un endroit assez sinistre, Jeanne décide d’explorer les environs. Elle va y faire la rencontre d’Alain et Bruno, deux frères très étranges qui semblent venir d’un autre temps. Et pourtant une certaine amitié va naître entre eux même s’ils sont assez étranges…

L’intérêt du livre réside premièrement dans l’écriture de l’auteur qui est vraiment très agréable à lire et fluide. La narration est du point de vue de Jeanne qui est assez incisive et cash dans sa manière de parler. On voit qu’elle « contient » – enfin tout est relatif – une certaine colère et rancœur envers ses parents donc cela met en avant une héroïne au fort caractère que l’on finit par apprécier. Au fur et à mesure, elle semble évoluer, être un peu plus posée, son contact auprès d’Alain et Bruno vont beaucoup lui apporter.

Ensuite c’est dans l’atmosphère qui s’en dégage, elle est assez mystérieuse avec plein de non-dits. On se demande bien qui peuvent être ces deux garçons car on ne les voit qu’en dehors de cette maison, à jouer avec le sable ou encore cette femme dont parle les gens du village. Je ne vais pas trop en dire pour éviter tout spoiler ou éventuellement mettre sur la piste mais j’ai trouvé intéressant la manière dont les éléments venaient petit à petit pour nous faire prendre conscience qu’il y a quelque chose qui cloche sans qu’on ne sache au premier abord de quoi il s’agit. C’est très habile de la part de l’auteur qui nous fait naviguer entre deux eaux.

Enfin, ce sont les personnages qui apportent vraiment l’intérêt au livre, aussi bien Jeanne avec son côté mordant mais pourtant attachant que les deux frères que l’on pourrait prendre pour des illuminés et qui pourtant vont beaucoup apporter à Jeanne. Il est vrai que pour certains éléments c’est peut-être un peu précipité. Après tout, l’histoire ne dure que sur une semaine donc voir certaine chose émerger c’est peut-être rapide pour moi mais cela reste crédible et intéressant à découvrir.

Alors il est vrai que si vous vous attendez à un roman avec de l’action pure et dure, vous allez comme Jeanne s’ennuyer à mourir. Ce n’est clairement pas le but du livre mais il faut vraiment se laisser bercer par les mots, par les événements qui se déroulent car cela reste très prenant malgré tout. Une histoire qui file comme un instant, une semaine où tout va changer…

En bref, Une histoire de sable est un roman intéressant que je vous conseille à mon tour car c’est une jolie histoire. C’est avant tout un livre d’ambiance qui nous offre un certain moment dans la vie de Jeanne mais cela suffit amplement. Moi qui suis adepte des pavés, j’avoue que je trouve ce livre très complet, on ne reste pas sur sa faim arrivé à la fin de l’ouvrage. C’est donc une très bonne chose. Une histoire de sable est un livre touchant à découvrir !

Pretties de Scott Westerfeld (Uglies 2)

Quatrième de couverture

Tally est enfin devenue une sublime Pretty. Tout le monde l'apprécie et son petit copain est craquant.
Mais au cœur de cette vie de fête, de luxe hightech et de liberté, perce un sentiment de malaise. Un jour, Tally relit un message, écrit de sa propre main lorsqu'elle était Ugly. Les souvenirs reviennent : sous la beauté parfaite et le bonheur absolu des Pretties, se cache une effroyable vérité.
Désormais pour Tally un choix cruel s'impose : oublier cette vérité ou fuir la cité et sauver sa peau.

Mon avis

Ayant beaucoup apprécié le premier tome Uglies, j’étais très curieuse de découvrir cette suite car à la fin du premier, vu les circonstances, ça promettait beaucoup. Je n’ai pas du tout été déçue de cette suite, même si je la trouve peut-être un chouïa en dessous du premier mais cela n’en reste pas moins une bonne lecture.

Tally est devenue une Pretty, comme on s’en doutait, elle a perdu la mémoire et vit sa nouvelle vie de Pretty en prenant bien soin de son apparence. Elle a un petit ami super, tout va bien pour elle et ses amis jusqu’au jour où elle revoit un ancien ami de la Fumée qui va l’amener à découvrir le message qu’elle s’était écrit pour qu’elle se souvienne de la raison de son retour en ville. Tally va tenter de tout faire pour sauver ses habitants des manipulations du gouvernement quitte à fuir la cité pour sauver sa peau pendant un temps…

L’intrigue est bonne et bien menée et ça a été un plaisir de retrouver l’univers créé par Scott Westerfeld ainsi que ses personnages. L’avantage dans cette série est qu’il n’y a jamais de perte de temps ou de longueurs et l’action arrive assez vite. Et une fois celle-ci venue, tout s’enchaîne très rapidement, on passe d’une situation à une autre sans avoir vraiment le temps de reprendre notre souffle, pour notre plus grand plaisir. Il y a des moments un peu plus lents évidemment pour ne pas être sous tension en permanence mais on ne relâche jamais la vigilance.

Tout le long du périple de Tally nous en apprenons plus sur l’univers qui se développe fortement ici. C’est une société qui est vraiment loin d’être idéale. Après les découvertes du premier tome, on savait déjà que ça ne l’était pas, mais là on découvre d’autres choses qui m’ont fait grincer des dents. Je suis très curieuse de voir où l’auteur va nous emmener encore dans le troisième tome après les événements qui se sont déroulés ici. L’univers est bien plus riche qu’on ne le pense au premier abord car je ne m’attendais pas du tout à cela dans ce 2e opus.

J’ai trouvé ce deuxième tome un chouïa moins bien que le premier parce que l’auteur use un peu des mêmes codes qui avaient fonctionnés dans le premier et je trouve ça un peu dommage. Je n’ai pas eu la sensation de lire un copier-coller du premier mais il y a des choses un peu similaires dans le développement et le final. Mais je reste néanmoins curieuse de voir ce que la suite va donner vu les circonstances, cela promet de bonnes choses également, j’espère que ça sera à la hauteur.

Quant aux personnages, ils évoluent bien dans l’ensemble, que ce soit Tally qui va nous surprendre par bien des manières une fois encore, alors que dans le premier tome c’était une jeune ado assez banale qui n’aspirait qu’à une chose : devenir Pretty. Maintenant qu’elle l’est, par « devoir », elle s’implique énormément à changer le monde. D’autres personnages vont nous surprendre et pas forcément en bien, je suis curieuse une fois encore de voir ce qu’ils vont devenir dans la suite parce que ça ne présage rien de bon…

En bref, Pretties est un bon deuxième tome qui m’aura bien plu. Je l’ai trouvé un chouïa en dessous du premier du fait de certaines similitudes au premier, mais cela reste une bonne histoire plutôt efficace. L’univers se développe encore un peu plus et les personnages évoluent beaucoup. Je suis très curieuse de lire la suite pour savoir ce qu’il va advenir de tout ce petit monde.

Dis-moi si tu souris d'Eric Lindstrom

Quatrième de couverture

« Je suis Parker, j'ai 16 ans et je suis aveugle. »

« Bon j'y vois rien, mais remettez-vous : je suis pareille que vous, juste plus intelligente. D'ailleurs j'ai établi Les Règles :
— Ne me touchez pas sans me prévenir ;
— Ne me traitez pas comme si j'étais idiote ;
— Ne me parlez pas super fort (je ne suis pas sourde) ;
— Et ne cherchez JAMAIS à me duper.
Depuis la trahison de Scott, mon meilleur pote et petit ami, j'en ai même rajouté une dernière. Alors, quand il débarque à nouveau dans ma vie, tout est chamboulé. Parce que la dernière règle est claire :
— Il n’y a AUCUNE seconde chance. La trahison est impardonnable. »

Mon avis

Aussitôt reçu, aussitôt lu, même si la chronique a un peu tardé à arriver… Lorsque j’ai reçu ce livre, je dois avouer que j’étais un peu sceptique car la couverture ne m’a pas spécialement inspiré, même si après lecture, c’est très proche de l’héroïne. Avec un tel pitch, c’était une lecture à tenter mais je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Je n’en avais jamais entendu parler (même en VO) et comme le livre n’était pas encore sorti, aucune nouvelle dans la blogo non plus. Alors je n’ai pas cherché plus longtemps et ai lu ce livre dès réception pour savoir de quoi il s’agissait pour m’en faire une idée plus précise.

Dis-moi si tu souris est un roman assez frais et sympathique qui se laisse lire. Même si ce n’est pas un coup de cœur, loin de là même, cela reste une lecture agréable qui change de ce qu’on peut lire en YA. L’histoire reste assez convenue, j’en conviens, c’est plutôt simple mais efficace dans le genre et je pense que cela pourra plaire à une grande majorité.

J’étais donc intriguée par ce livre qui nous présentait une héroïne pas comme les autres et il est vrai que la 4e de couverture interpelle. On sent le sarcasme et le côté blasé de Parker qui subit à chaque instant de sa vie la maladresse des gens qui l’entourent. Ce n’est pas parce qu’une personne est handicapée qu’il faut la considérer comme stupide ou qu’il faut l’assister et la couver comme une enfant. Et elle nous le fait bien comprendre !

La particularité de ce livre et son intérêt premier est que l’héroïne est aveugle. C’est assez rare, j’ai lu très peu de livres où l’on pouvait en rencontrer, que ce soit en principal ou en secondaire. En jeunesse, je crois que la première fois c’était avec Les Prodiges que j’ai lu il y a quelques mois, où le narrateur est aussi aveugle et qui présentent d’autres personnages avec d’autres formes de handicap. Mais cela reste rare, l’autre livre qui me vient en tête est Les Autodafeurs avec Césarine qui est autiste.

Parker a perdu la vue lors d’un accident de voiture qui a tué sa mère. Depuis c’est le noir mais elle vit « plutôt bien » sa nouvelle vie. Elle a une aide à l’école pour poursuivre ses études et a dicté des règles pour que tout se passe bien. L’une des règles les plus importantes étant qu’il n’y a pas de seconde chance, si on lui fait du mal d’une quelconque manière, c’est fini, à jamais. Mais sa règle risque d’être mise à mal lorsqu’elle retrouve son ex meilleur ami et ex petit ami dans son lycée suite à une réduction de budget qui oblige deux établissements à fusionner.

Pendant une bonne partie de l’histoire on se demande bien ce qu’a pu faire Scott pour être « banni » par Parker. Quelle est cette trahison qui explique qu’elle ne veuille plus avoir affaire à lui d’une quelconque manière ? Le secret est gardé pendant un long moment. En attendant, Parker continue sa vie aussi normalement que possible même si ce n’est pas toujours évident du fait de son handicap et des récents événements. Son père venant de décéder, il y a quelques changements dans sa vie et ce n’est pas toujours simple à la maison avec sa tante et ses cousins.

L’histoire est donc « coupée en deux », on a d’une part la nouvelle vie de Parker avec sa tante et sa famille chez elle qui va apporter son lot de problèmes et de changements mais également les amours de Parker, avec notamment Scott qui nous intrigue énormément. Deux intriguent en une qui nous permettent de mieux cerner le personnage de Parker qui fait évidemment tout l’intérêt de ce livre.

Parker est une jeune fille qui n’a pas la langue dans sa poche, elle dégaine plus vite que son ombre et elle se fiche des « dégâts » qu’elle peut provoquer par ses paroles. Il est vrai que les gens ont l’habitude de se voiler la face et de dire parfois des choses de manière cash peut faire prendre conscience de choses plutôt que de biaiser par complaisance. Mais on voit que tout cela cache quelque chose, c’est une jeune fille forte en apparence, qui se donne une contenance mais on sent qu’à l’intérieur c’est assez différent. Elle aussi sait se voiler la face et faire comme si tout allait bien et que tout était normal, quand ça ne l’est pas. Son accident a fait beaucoup de dégâts dans sa manière d’être, elle s’est renfermée et sa langue acerbe est un moyen de se protéger et elle est aveugle à bien des niveaux, pas uniquement visuel…

C’est une héroïne plutôt attachante même si parfois on aimerait la secouer un peu pour qu’elle se rende compte de ce qu’elle fait. Et c’est là que l’on se rend compte que la vision est importante car elle permet de voir des expressions sur le visage qui en dit plus que les paroles. Comme Parker en est privée, elle ignore un certain nombre de choses sur ce qui l’entourent, ce qui peut s’avérer parfois problématique pour elle.

Petite mention pour la couverture, les points blancs (le braille) est bien en relief sur la couverture. J’ai su que j’avais reçu ce livre sans le voir et j’ai donc été voir sur internet à quoi ressemblait la couverture et je m’étais demandée, avant de le découvrir par moi-même, si cela allait bien être en relief.

En bref, Dis-moi si tu souris a été une lecture plutôt agréable dans l’ensemble. C’est une histoire plutôt simple et classique qui se laisse lire mais j’ai plutôt passé un bon moment avec cette héroïne pas comme les autres. Le fait qu’elle soit aveugle apporte une autre dimension à l’histoire. Parker est une jeune un peu acerbe mais qui cache un grand cœur, il faut juste qu’elle lâche la bride…

Coup de projo sur... [131] Madame Pamplemousse et ses Fabuleux Délices de Rupert Kingfisher



Voilà, j'avais envie - de temps en temps - de faire revenir sur le devant de la scène, un livre qui m'a plu (que ce soit pour sa couverture, son écriture, son scénario etc.)
C'est vrai, en général, une fois l'avis posté, on y pense plus, alors voilà. Si vous souhaitez participer, mettez vos liens en commentaires et je les rajouterai dans l'article plus tard.

Ce premier tome de la série Madame Pamplemousse est une très bonne surprise. J’ai beaucoup aimé cette histoire, l’intrigue est bonne et bien menée, les personnages sont intéressants et attachants.


Madame Pamplemousse est l'histoire de Madeleine, forcée de travailler chaque été dans l'immonde restaurant Le Cochon Hurleur de son détestable oncle, Monsieur Lard. Bien qu'elle soit une excellente cuisinière, là-bas, Madeleine a seulement le droit de faire la plonge. Mais un jour elle découvre par hasard le plus merveilleux des magasins : tenu par Madame Pamplemousse, cet endroit paisible, discret, est rempli de mets extraordinaires venus d'un autre monde, salami de Minotaure, bacon de ptérodactyle, etc. Découvrant la boutique et l'excellence de ses produits, Monsieur Lard oblige Madeleine à espionner Madame Pamplemousse pour lui voler ses secrets et faire ainsi du Cochon Hurleur le restaurant le plus prisé de Paris. Mais l'amitié qui naît entre Madeleine, Madame Pamplemousse et son drôle de chat Camembert, pourrait bien contrecarrer ses projets.