Rechercher dans ce blog

28/02/2018

Vive les crêpes ! d'Annie Jay et Ariane Delrieu (Jean petit marmiton 4)

Quatrième de couverture

Jean profite d’une course au marché pour rendre visite à ses amis Paul et Valentine, qui y vendent des crêpes. Mais aujourd’hui, point de bonne odeur et de clients devant leur petite baraque en bois. Et pour cause, Valentine s’est brûlée ! Que va dire leur patron s’il apprend qu’elle ne peut plus faire de crêpes la veille de la chandeleur ? Jean rassure aussitôt ses amis : il a une idée pour les aider...

Mon avis

Vive les crêpes ! est le 4e tome des aventures de Jean petit marmiton et je dois dire que c’est une série qui met en appétit ! D’autant que le jour de la lecture de ce tome, j’ai moi-même mangé des crêpes ; j’étais dans le thème !

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture est suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. Comme pour les précédents tomes, l’intrigue est bonne et bien menée mais diffère un peu car on ne voit pas comment la pâtisserie qui est au centre de l’histoire, à savoir ici les crêpes, ont été créées. Mais ce n’est pas dérangeant, cela n’empêche pas que ce soit une histoire intéressante à suivre.

Jean est un petit garçon qui a la main sur le cœur et qui veut toujours aider son prochain. Suite à la blessure aux mains de Valentine, Jean va tâcher de trouver une solution pour qu’elle et son frère puissent vendre leurs crêpes en ce jour de Chandeleur, là où ils vendront le plus de crêpes évidemment. Mais tout ne va pas se passer comme prévu, mais c’est un mal pour un bien car, une fois encore Jean trouvera une solution à leur problème.

C’est vraiment plaisant à lire et très agréable comme série. C’est mignon et en même temps cela permet de voir les conditions de l’époque, de nous faire découvrir le milieu de la cuisine et plus particulièrement celui de la cuisine. De quoi faire saliver nos papilles.

En bref, Vive les crêpes ! est un 4e tome à la hauteur des précédents. C’est toujours aussi mignon et sympathique à suivre. L’intrigue est bonne et bien menée et on la suit avec grand plaisir. Les personnages sont sympathiques, notamment Jean qui a la main sur le cœur et qui est prêt à aider à chaque instant ses amis. Une très bonne série historique pour les jeunes lecteurs en herbe qui met en éveil nos papilles et comme d’habitude la recette de la pâtisserie se trouve à la fin de l’ouvrage. A vos crêpes !

A partir de 7 ans

27/02/2018

Fais-moi taire si tu peux ! de Sophie Jomain

Quatrième de couverture

Quel être humain normalement constitué oserait ruiner un mariage ? Quelle personne impitoyable faut-il être pour détruire le plus beau jour de la vie d'un couple ? Eh bien, il faut être prêtre, sexy en diable et révéler en pleine cérémonie les petites incartades de la future mariée... Lorsque Louise Adrielle, fleuriste, assiste à la scène, elle comprend mieux pourquoi on lui a demandé de décorer l’église en jaune cocu ! Traumatisée, elle se fait la promesse d’être désormais sur le qui-vive à chaque cérémonie. Car sa responsable l’a mise en garde : La dame au cabanon ne pourra être associé à une autre débâcle nuptiale. Si Louise assiste à un nouvel esclandre, les alliances ne seront pas les seules à finir au placard.

Mon avis

A ma grande honte, je n’ai pas lu beaucoup de livres de Sophie Jomain, même si cela fait longtemps que je la connais et que j’ai nombre de ses livres dans ma PAL… Va falloir que je continue Les Etoiles de Noss Head, que je lise la « suite » de sa romance D’un commun accord et que je me lance dans Felicity Atckock. J’ai du boulot… mais pour une fois j’ai lu en avant première un de ses livres : Fais-moi taire si tu peux !

J’avais besoin d’une petite lecture détente après avoir lu des romans de SFFF avec des univers assez complexes. Mon choix s’est donc porté sur Fais-moi taire si tu peux ! Une comédie romantique, un jour qui se prête donc à ce dont j’avais besoin et cela a fait parfaitement son office. C’était très drôle, léger, sans prise de tête, je vous le recommande !

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. J’ai lu ce roman en un rien de temps, les pages défilent toutes seules sans qu’on s’en rende compte. On a envie de voir jusqu’où ce fameux « prêtre » est prêt à aller et jusqu’où tout cela va mener notre très chère Louise qui est sur le qui vive. En même temps, elle risque gros s’il vient une fois encore à gâcher un mariage où elle doit s’occuper des fleurs.

L’intrigue est bonne et bien menée. Ce n’était pas tout à fait le scénario que j’avais en tête en le commençant et je dois dire que ça fait du bien de voir que l’auteur a pris une toute autre direction qui est intéressante. Les situations dans lesquelles se retrouvent Louise sont excellentes, même si on comprend qu’elle soit en colère et que cela lui cause des ennuis, il faut dire que ça prête à sourire avec la manière dont Loïc, le fameux faux prêtre s’y prend pour gâcher les mariages. Les situations sont cocasses, il y en a une qui m’aura bien fait rire, même si en soit, ça n’avait rien de drôle à l’origine. Je me suis d’ailleurs dit : « nan, elle ne va pas oser, elle ne va pas faire ça ! » Et si, Sophie Jomain l’a fait. Certaines scènes sont mémorables, j’ai adoré, même si les conséquences le sont beaucoup moins.

L’histoire en soit est plutôt simple mais elle est efficace et le sujet est vraiment intéressant. il est vrai que l’on peut se demander comment deux personnes diamétralement opposées peuvent finir ensemble et s’aimer. Ce n’est pas possible, ils n’ont pas la même vision des choses, du moins sur certains points donc on se demande bien comment tout cela peut bien finir. Il est vrai que sans ses personnages, cette histoire n’aurait pas la même saveur.

Sophie Jomain a créé là un duo de personnages attachants et sympathiques, même si dans un premier temps, il est difficile d’avoir cette opinion sur Loïc, mais à mesure qu’on apprend à le connaître, c’est quelqu’un de plutôt agréable qui correspond bien à Louise. Même si de prime abord, ils n’ont rien en commun et que leur travail respectif est l’antithèse de l’autre, on voit pourtant qu’il y a une alchimie entre eux, qui ne s’expliquent pas. C’est donc un vrai jeu du chat et de la souris qui s’engage. Et j’ai adoré les voir se tourner autour. C’était épique, c’était drôle et même Louise finit par « s’amuser », d’une certaine manière, de ses frasques. Le titre prend également tout son sens, mais je n’en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher la « surprise ».

En bref, Fais-moi taire si tu peux ! est une comédie romantique qui m’aura fait passer un très bon moment de lecture. J’ai beaucoup aimé cette histoire qui est drôle et rafraichissante qui nous propose un duo de personnages atypiques que tout oppose et pourtant ils fonctionnent bien ensemble. Comment une telle relation peut exister sachant qu’elle crée des mariages et que lui est là pour les détruire ? A vous de le découvrir en lisant ce livre qui mérite d’être lu.

26/02/2018

Le Dossier Handle de David Moitet

Quatrième de couverture

« Je suis seul, sans mes parents, dans une ville que je connais à peine, avec deux assassins aux trousses et aucune idée de ce qu’ils me veulent…J’ai connu des jours meilleurs.
Maintenant, je n’ai plus le choix : si je veux m’en sortir, il va falloir que j’utilise mon don. »
Thomas
Un adolescent cherche, coûte que coûte, à sauver sa peau !

Mon avis

Le Dossier Handle est le dernier né de David Moitet, dont j’ai adoré les romans en policier adulte et les récits de SF en jeunesse. Avec ce nouveau titre, l’auteur combine les genres, du policier un peu fantastique en jeunesse et je dois dire que le résultat est très bon !

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. Et puis, il faut garder un peu de mystères sur l’histoire, sans quoi ça n’aurait plus aucun intérêt à la lire, d’autant qu’elle saura nous surprendre.

L’écriture de l’auteur est toujours aussi agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire. Elle est écrite avec une double narration, d’un côté on suit Thomas qui nous raconte ce qu’il vit et de l’autre, à la 3e personne, nous suivons les policiers qui tâchent de retrouver sa trace. Cette alternance permet de maintenir un certain suspense et de nous donner envie de poursuivre notre lecture pour comprendre les tenants et les aboutissants de toute cette affaire qui devient de plus en plus étrange.

C’est un roman court très efficace qui nous tient en haleine. L’action arrive vite, dès les premiers chapitres, il n’y a pas de pertes de temps. Comme Thomas, on a envie de comprendre pourquoi on le cherche, pourquoi on a assassiné ses parents, qui sont ses « policiers » et que lui veulent-ils ? Autant de questions qui trouveront réponses à la fin du livre et je dois dire que je ne m’attendais pas tout à fait à cela. Plus l’histoire avançait et plus je me doutais de certaines choses. Mais en le commençant, j’avais un tout autre scénario en tête. C’est une histoire prenante et intéressante que je vous conseille fortement.

Les personnages sont intéressants et attachants, à commencer par Thomas qui se retrouve pourchassé sans qu’il ne sache pourquoi. Orphelin suite à l’assassinat de ses parents, il est seul et perdu, heureusement qu’il a son don qui lui permet d’échapper à ses agresseurs, mais pour combien de temps ? De l’autre, on suit Tim Duncan mis au placard, à qui l’on demande de l’aide pour régler rapidement cette affaire, qui évidemment, va s’avérer bien plus compliquée qu’elle n’y paraît. Mais il y a aussi Saul qui est dans une maison de retraite suite à un accident lors d’une intervention où il est resté tétraplégique. Mais le cerveau du policier est encore à l’affût et ses instincts ne le trompe pas, ce jeune garçon n’a rien à voir dans le meurtre de ses parents et il va l’aider à condition de l’aider en retour. Un bon échange de procédé qui risque de changer la vie à jamais de ces deux protagonistes. On s’attache à ce trio quelque peu hors norme et comme eux, on veut savoir ce que toute cette affaire cache et quels peuvent être les liens avec d’autres en cours.

En bref, Le Dossier Handle est un roman efficace qui nous tient en haleine tout du long. Comme les personnages, on a envie de comprendre ce qui se passe, quels sont les enjeux et je dois dire que c’est prenant et très intéressant. L’intrigue est bonne et bien menée, et l’action arrive vite et est omniprésente de sorte qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer. Quant aux personnages, ils sont attachants et sympathiques et l’on a envie de découvrir, comme eux, la vérité sur cette drôle d’affaire. A découvrir !

C'est lundi, que lisez-vous ? [144]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ? 




Cette semaine a été très bonne en terme de lecture, elle a très bien commencé et s'est terminée sur un coup de coeur avec Eliza et ses monstres. Quoi demander de plus ?
Des livres très différents des uns des autres mais je les ai tous aimés, si toutes les semaines pouvaient être comme ça, ça serait génial !


Des parents désastreux de Ruth Fitzgerald (Les petits malheurs de Emily Sparks 2)

Émily est enfin débarrassée de ses problèmes : Zuzanna, sa pire ennemie, est devenue sympa, et l’insupportable Chloe est partie pour de lointaines vacances. Mais juste au moment où Emily croit être au bout de ses peines, c'est le retour des catastrophes ! Sans lui demander son avis, l’institutrice a inscrit Emily et sa mère au célèbre jeu télévisé Une maman sur un million. Mais avec son caractère bordélique et son look d’épouvantail, la mère d’Emily a l’air de tout sauf d’une maman modèle. Alors, pour ne pas être ridiculisée devant des millions de télespectateurs, Emily prend les choses en main… avec plus ou moins de succès. Et comme si un malheur ne suffisait pas, Chloe la snob fait son grand retour. L’horreur !



25/02/2018

Jalousies de Jennifer Estep (L’Exécutrice 7)

Quatrième de couverture

Gin Blanco, alias l’Araignée, s’est résignée à ce que son identité de tueuse à gages soit connue de tous. Depuis, elle doit constamment rester sur ses gardes car nombreux sont ceux qui projettent de lui faire la peau. Mais la personne qui l’inquiète le plus a d’avantage le physique d’une briseuse de cœurs que d’une criminelle. Face à la pulpeuse et dangereuse Salina, Gin se demande si ses dons et sa maîtrise des éléments lui sera seulement utile. Que vient faire cette femme, originaire du sud, à Ashland ? Et surtout, de quel droit se permet-elle de donner des surnoms à Owen Grayson, l’amant de Gin ?

Mon avis

Jalousies est le 7e tome de L'Exécutrice, une série dont je désespérais d'avoir la suite alors qu'elle est géniale. Même si pour l'instant, elle est de nouveau compromise avec l'arrêt de la collection Crépuscule. Mais l'espoir fait vivre et j'espère que l'éditeur pourra de nouveau publier la suite des aventures de Gin parce que là, vu les circonstances, ce n'est pas possible, je veux savoir ce qui va lui arriver !

Je ne ferai pas de résumé de l'histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s'agit, d'autant que les événements arrivent assez vite. Evidemment, la venue de l'ex petite amie d'Owen va poser problème mais Gin est loin de se douter à quel point Salina est dangereuse pour sa vie de couple mais aussi pour la ville...

L'intrigue est bonne et bien menée, avec son lot d'action et de problèmes. Gin va se retrouver mêlée, malgré elle, à une attaque en bonne et due forme alors qu'elle faisait son boulot de restauratrice auprès de Philip Kincaid, un riche entrepreneur dans les jeux. Evidemment, sa présence à bord de son yacht n'est pas anodine, elle avait un but bien précis.

J'ai beaucoup aimé ce tome qui nous permet d'en savoir plus sur Owen et son passé. J'avoue que j'ai eu un pincement au cœur quand j'ai su ce qui lui était arrivé avec sa sœur. Leur parcours, qu'on devinait difficile par ce qu'on a pu entrevoir dans les tomes précédents, s'avère vraiment affreux. Et la venue de l'ex d'Owen, Salina, va ajouter de nouveau problème en ville. Je ne m'attendais pas du tout à de telle révélation sur son sujet et à ses liens avec Owen et sa sœur.

J'ai eu quelques envies de meurtre dans ce tome, tout d'abord vis à vis de Salina, qui est une garce à tout niveau. Elle est une vraie menace, notamment dans la vie de couple de Gin car elle est bien décidée à reprendre sa place auprès d'Owen, alors même qu'elle ne le mérite pas... Mais j'en ai eu aussi envers lui... Owen est un idiot... Voilà, c'est dit, malgré tout ce qu'il a vécu, la vérité mise à nue, il ne veut pas voir / comprendre que certaines personnes sont mauvaises et qu'on ne peut rien contre ça. Il a mal réagit et s'est mal comporté vis à vis de Gin, comme s'il ne savait pas ce qu'elle était, comme s'il la découvrait pour la première fois.

C'était frustrant et comme Gin, j'ai été blessée par ses mots et son comportement. J'espère sincèrement qu'il ouvrira les yeux, car malgré ce qu'elle est, jamais Gin ne lui a menti sur sa nature et remettre en question leur histoire à cause de la venue de Salina est hypocrite.

En bref, Jalousies est un 7e tome à la hauteur des précédents. J'adore toujours autant cette série, même après toutes ces années et je serai, comme Gin, patiente pour découvrir la suite de ses aventures. L'intrigue est bonne et bien menée, on ne s'ennuie pas un seul instant. L'action est omniprésente et c'est le moment des révélations sur Owen, ce qui n'est pas pour me déplaire, même si je trouve qu'il s'est comporté comme un idiot dans cette histoire. Affaire à suivre donc, en espérant que la suite ne mette pas 6 ans avant d'arriver; L'espoir fait vivre, comme on dit.

In My Mailbox (323)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir

Mes acquisitions de la semaine

Eliza et ses monstres de Francesca Zappia

Dans la vie de tous les jours, Eliza Mirk est une fille timide, intelligente, un peu étrange et... qui n'a pas d'amis.
Dans sa vie en ligne, Eliza est LadyConstellation, créatrice anonyme de La Mer infernale, un webcomic extrêmement populaire.
Avec des millions de followers et de fans à travers le monde, son alter ego est une véritable star.
Mais Eliza ne peut s'imaginer aimer le monde réel plus qu'elle n'aime sa communauté numérique.
Puis, un jour, Wallace Warland arrive dans son lycée et Eliza va vite se demander si la vie ne mérite pas d'être vécue hors ligne... 


Destiny, tome 2 de Cecelia Ahern

Pour la société, elle est devenue un symbole d’Imperfection.
Pour les Imparfaits, elle est devenue un symbole d’espoir.
Celui d’une société plus juste.

Celestine North s’est trompée.
Tout ce en quoi elle croyait a été remis en question.
Chaque sceau d’Imperfection sur sa peau marque une nouvelle désillusion.
Forcée de prendre la fuite depuis que le Juge Crevan l’a décrétée ennemi numéro 1,
Celestine doit faire un choix.
Incarner l’idéal des Imparfaits, ou retourner à sa vie parfaite ?



Faustine de François Lazerm (Le Lys noir 1)

Passionné par le décolleté des belles bien plus que par le devenir de son pays, l’empereur n’est qu’un pantin aux mains de Monzag. Mais ces miettes de pouvoir ne suffisent plus à l’ambitieux marquis. Il projette un attentat qui devrait enfin lui offrir le trône tant convoité.
Héritière d’une longue lignée de justiciers masqués surnommée "le Lys Noir", Faustine de Castellac semble être la seule à lutter contre l’oppresseur. Vêtue de sa combinaison de cuir, la jeune femme se change en une redoutable combattante. Une lame à la main, elle ne craint rien ni personne pour anéantir les plans du marquis. Mais Monzag est prêt à tout pour parvenir à ses fins, quitte à pactiser avec les forces du mal. Assistée de Giuseppe, son maître d’armes, et d’Ézéchiel, un inventeur de génie, Faustine s’apprête à affronter un adversaire autrement plus dangereux qu’elle ne l’imagine.

Car ils sont légion.


Et voici en avant première les deux premiers romans de la nouvelle collection pour ados chez les éditions Marmaille et Compagnie, la collection Snag qui vont paraître le 7 juin 2018.

Initiée de Laëtitia Danae (Lune pourpre 1)

Un jour, on m'a dit que ce pouvoir exacerbé qui grandissait en moi ne pouvait plus être caché. Pour le bien de toutes les espèces opprimées, je me devais d'être une initiée.
Lilith, fille de paysan, vit en autarcie dans un village reculé, mangé par les superstitions et les cultes de divinités. Obligée de dissimuler sa vraie nature, elle reçoit un jour la visite d'un homme très singulier, qui prétend pouvoir la protéger de tous les dangers. Malgré elle, Lilith va devoir faire face à de nouvelles responsabilités, dans un monde où elle est considérée comme une icône susceptible de redonner à Hibendrill sa splendeur d'antan.


Éclaircir les ténèbres de Nicolas Bouchard

1640. Une Province a disparu.
Il semble que l’enfer se soit abattu sur la paisible vallée d’Ouraos, territoire enchanté du Jura et berceau de la princesse Sophronia. Les étoiles ont pâli, une brume verdâtre se glisse partout. Les habitants, terrifiés, se cloîtrent chez eux. On y a vu Frigg, une ancienne déesse païenne accompagnée d’une armée de monstres…
Recrutés dans le Paris misérable et grouillant du XVIIe siècle par le cardinal de Richelieu, quatre hommes sont désignés pour lutter contre les puissances des ténèbres : fantassin, mousquetaire, artilleur et lansquenet. Mais le Cardinal leur adjoint un cinquième comparse en la personne du brillant philosophe et ancien mercenaire René Descartes.
Son objectif : soumettre la sorcellerie à la loi de la raison, et au final, éclaircir les ténèbres.




Passager 23 de Sebastian Fitzek

Imaginez un lieu isolé.
Un lieu où disparaissent, année après année, des dizaines de personnes...
Sans laisser de trace. Un lieu rêvé pour des crimes parfaits.
Bienvenue à bord. La croisière ne fait que commencer...



Killing Kate d’Alex Lake

De retour de vacances, vous vous rendez compte qu’un tueur sévit dans votre ville et que toutes ses victimes vous ressemblent. 
Ça pourrait être une simple coïncidence ou une mauvaise blague, mais c’est ce que vit Kate, jeune avocate de vingt-huit ans, quand elle rentre. 
Habituée au calme des rues de Stockton Heath, elle ne se sent plus en sécurité. Très vite, elle est convaincue qu’on l’espionne, qu’elle est suivie. 
Est-elle le jouet de son imagination ou la prochaine sur la liste ? La vérité est parfois bien plus sinistre…



Nous deux à l’infini de Fleur Hana

Lola aime Dante. C’est une vérité universelle depuis qu’elle a croisé son regard, treize ans plus tôt, alors qu’ils étaient encore adolescents et que Dante sortait avec sa grande sœur. Aujourd’hui, elle décide de tenter le tout pour le tout : elle va le séduire, quitte à se faire passer pour une femme qu’elle n’est pas vraiment, une femme que Dante laissera entrer dans ses nuits.

Dante n’aime que lui. C’est une vérité indiscutable depuis la trahison qui a fait voler sa vie rêvée en éclats. L’homme qu’il était a disparu ; désormais, il enchaîne les coups d’un soir et est devenu ce que la vie a fait de lui : un sale type. Mais, lorsque Lola déboule au milieu de la nuit, il lui ouvre, même s’ils ne se sont pas parlé depuis huit ans. Cette fille est toujours la gamine insupportable, capricieuse et envahissante de ses souvenirs, mais elle a ce truc indéfinissable qui le touche. Alors, quand elle lui demande de l’héberger, il accepte.



Fais-moi taire si tu peux ! de Sophie Jomain

Quel être humain normalement constitué oserait ruiner un mariage ? Quelle personne impitoyable faut-il être pour détruire le plus beau jour de la vie d'un couple ? Eh bien, il faut être prêtre, sexy en diable et révéler en pleine cérémonie les petites incartades de la future mariée... Lorsque Louise Adrielle, fleuriste, assiste à la scène, elle comprend mieux pourquoi on lui a demandé de décorer l’église en jaune cocu ! Traumatisée, elle se fait la promesse d’être désormais sur le qui-vive à chaque cérémonie. Car sa responsable l’a mise en garde : La dame au cabanon ne pourra être associé à une autre débâcle nuptiale. Si Louise assiste à un nouvel esclandre, les alliances ne seront pas les seules à finir au placard.


Et vous ?

23/02/2018

Extras de Scott Westerfeld (Uglies 4)

Quatrième de couverture

Dans le monde de l’extrême beauté, seule compte la célébrité.
Plusieurs années se sont écoulées depuis que la rebelle Tally a renversé le système des Uglies, des Pretties et des Specials. Sans castes, le monde connaît une véritable renaissance, sous le regard de millions de caméras. La société n’est plus qu’une gigantesque émission de télé-réalité. Une chose pourtant n’a pas changé : les moins de seize ans sont interdits en ville. Surtout quand on est une Extra comme Aya, une anonyme au rang facial ridicule. Sa seule chance de s’arracher à la médiocrité : claquer sur le nouveau réseau une histoire inouïe et… dangereuse.

Mon avis

Extras est le 4e et dernier tome de la série Uglies. Il était temps que je la termine mais je dois dire que je ne comprends pas le choix de l’auteur d’avoir voulu faire ce 4e volume. Après tout, c’était une trilogie à la base, qui était intéressante, même si à mes yeux, seuls le 1er tome est vraiment excellent, les suivants un chouïa moins, même si ça tenait plutôt bien la route. Quant à celui-ci, j’ai juste la sensation de me faire avoir, rajouter un tome pour en rajouter un, ça n’a pas grand intérêt…

On se retrouve dans le même univers, quelques années plus tard après que Tally ait libéré le monde des « Pretty » avec les opérations qui visaient à rendre les gens plus dociles, etc. On se retrouve non plus au USA mais au Japon, en compagnie d’Aya, une jeune fille Ugly dans une société où la popularité à son importance. Et Aya est vraiment prête à tout pour grimper les échelons et devenir aussi célèbre que son frère, voire davantage. Et elle pourrait bien y parvenir, mais à quel prix ?

Ce 4e tome, vous l’aurez compris, ne m’a pas vraiment convaincu. J’ai trouvé que c’était le tome de trop, le fait de changer de personnages déjà était étrange mais pourquoi pas ? Ça pouvait donner un regain d’énergie et de l’intérêt à l’histoire mais là, j’ai juste eu la sensation que c’était pour faire traîner les choses alors que ça n’avait pas lieu d’être. Mieux valait rester sur une fin ouverte et imaginer ce que pouvait devenir la société suite à la révolte plutôt que de voir cette suite. Cela reste un avis personnel mais je ne suis pas la seule à le penser.

La première partie du roman m’a paru longue, je m’ennuyais et j’ai eu du mal à m’intéresser à ce qui se passait. Le fait est que j’ai eu la sensation qu’on revenait en arrière, certes, on n’a plus des personnes rendues dociles en leur octroyant la beauté mais les gens se comportent de la même manière vis-à-vis de la célébrité, ils sont prêts à tout et Aya est prête à aller loin, quitte à s’intégrer à un groupe de jeunes filles, qui font tout pour être normales et garder l’anonymat pour proposer un sujet et la rendre célèbre.

La deuxième partie du roman devient plus intéressante (on arrive à la moitié) car Aya a découvert certaines choses qui pourraient mettre en danger le monde et un autre personnage entre en scène ce qui peut redonner de l’intérêt. Mais quand je vois la suite de la trame de l’histoire, j’avoue que ça m’a fait rire… J’avais envie de dire, tout ça pour ça ? Je n’ai pas trouvé ça très crédible et intéressant. Du coup ce 4e tome est un flop pour moi parce que je n’imaginais pas cela et non plus une telle fin pour cette série qui avait un sujet de base super intéressant. Au final c’est presque décevant de voir ce que la série est devenue au fil du temps.

Quant aux personnages, on avait des profils intéressants mais je n’ai pas totalement réussi à m’y attacher. Aya pour commencer, une jeune fille Ugly qui tâche de devenir importante aux yeux du monde. Elle est en quête de reconnaissance mais elle va en voir les revers et ce que cela peut coûter lorsqu’on n’a aucun scrupule pour parvenir à ses fins. Elle reste jeune et naïve, on peut admettre tout cela, la seule chose c’est que ce genre de profil est plutôt celui qu’on retrouve dans un premier tome d’une série de dystopie, à l’image de Tally dans Uglies, pas dans un monde qui est sensé être devenu meilleur face à l’effondrement de la société. Du coup ça a du mal à passer pour moi.

Frizz est lui un personnage intéressant, et même si ces choix sont discutables ils donnent à réfléchir. Cela n’empêche que sa transformation physique partait d’un bon sentiment, pour être quelqu’un de meilleur. Je vous laisse découvrir quelle est la nature de sa transformation.

En bref, Extras n’est pas un tome qui m’aura convaincu. J’ai eu du mal à m’intéresser à ce qui se passait, et même quand il y a eu un sursaut d’intérêt face aux événements qui se déroulaient, au final je n’ai pas trouvé l’intrigue crédible et intéressante. C’est le tome de trop, alors pour quelle raison l’auteur l’a écrit je l’ignore, mais cela aurait dû rester une trilogie parce que la fin ouverte laissait place à l’imagination, là, Extras propose une fin qui n’est pas à la hauteur de ce qu’a été Uglies. C’est dommage.

22/02/2018

La Couleur du Mensonge d’Erin Beaty (La Couleur du Mensonge 1)

Quatrième de couverture

Faites tomber les masques… sans jamais abaisser le vôtre !

Sage Fowler, seize ans, est une bâtarde recueillie par un oncle riche et respecté. Sa seule chance de s’en sortir ? Faire un beau mariage. Elle se présente donc chez une des entremetteuses chargées de l’évaluation du potentiel de chaque candidat – des femmes qui font et défont les fortunes d’une famille, d’une région, d’un pays tout entier. Mais avec sa légendaire indiscipline et sa langue trop acérée, elle échoue lamentablement. Amusée par son cynisme et son sens aigu de l’observation, la marieuse fait toutefois d’elle son apprentie.

Sage s’embarque donc avec un groupe de beaux partis triés sur le carreau dans un périple vers la capitale. Cette précieuse cargaison est escortée par un bataillon de soldats d’élite qui ne tardent pas à réaliser qu’ils sont sur le point de se jeter dans la gueule du loup : le pays voisin, qui prépare une invasion, s’est allié avec certains des seigneurs locaux, et chaque étape du voyage pourrait bien être la dernière. Spécialiste des missions de reconnaissance, l’un des membres de la troupe recrute alors l’aide de Sage. Mais plus elle avance dans sa mission, plus elle découvre, horrifiée, que tout le monde joue double jeu… à commencer par son recruteur lui-même ! Et, doucement, le piège se referme sur elle…

Mon avis

La Couleur du Mensonge est un roman qui m’a fait de l’œil lorsque l’éditeur me l’a présenté durant une réunion blogueur lors du Salon de Montreuil. Il faut dire que la couverture est juste superbe, très sobre mais c’est ce qui fait son charme et puis le pitch est tout de même très intriguant. Ces marieuses qui assortissent au mieux les couples pour faire de bon mariage, ça pouvait donner quelque chose d’intéressant.

Mais je dois vous dire que c’est un peu secondaire dans l’histoire, même si cela a son utilité, ce n’est pas le sujet central du livre. On reste dans de la Fantasy pure et dure avec son lot de politique avec tout ce que cela entraîne, complot, machination à déjouer au plus vite avant qu’une guerre n’éclate. Un pitch un peu plus « classique » mais j’ai trouvé ça vraiment bien fait. L’univers est vraiment intéressant, de part ces marieuses mais aussi par l’Histoire de ce monde, des alliances et guerres entre les différents pays. C’est un univers bien plus complexe qu’il n’y paraît, tout ce que j’adore en somme. Et j’ai hâte d’en savoir plus, surtout au vu des circonstances.

L’intrigue est bonne et bien menée, on suit avec grand plaisir cette histoire. L’action est omniprésente, même s’il y a des moments de pause, c’est toujours à ce moment-là que l’on récolte certaines informations, des détails qui peuvent changer la donne ensuite. Il y a un bon rythme, de sorte qu’on ne s’ennuie pas un seul instant. L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide de sorte que les pages défilent toutes seules sans qu’on ne s’en rende compte. C’était tellement addictif, j’avais envie de savoir à tout instant ce qui allait arriver à Sage, ce qu’elle allait faire / découvrir. Idem du côté du Capitaine Quinn qui est là, entre autre, pour protéger les jeunes filles durant leur acheminement vers la capitale.

Ce livre m’a fait penser à The Winner’s Curse (The Curse en VF) avec le côté complot politique, manipulation, etc. Tout ce que j’aime dans la Fantasy en somme (comme dans Kushiel <3). Je ne saurai dire quel livre à ma préférence entre The Winner’s Curse et La Couleur du Mensonge parce que ce sont deux histoires totalement différentes mais il est clair que La Couleur du Mensonge tient une place particulière. J’ai tellement hâte de retrouver les personnages et ça me frustre de savoir que le 2e tome en VO ne sortira que cet été, alors pour la VF, il va falloir attendre l’année prochaine…

Certaines révélations m’ont paru évidente au bout d’un moment, je l’avais découvert bien avant qu’on nous le dise. Ça fait toujours plaisir de voir qu’une théorie s’avère mais je dois avouer que cela m’a pris un peu de temps avant d’avoir des doutes sur certains éléments. Sinon je ne m’en attendais pas à d’autres, la surprise a été jusqu’au bout et c’est là qu’on voit tout le talent de l’auteur de nous berner, de se jouer de nos, des apparences pour mieux nous piéger ensuite. Mais j’ai une petite rancœur envers l’auteur pour ce qu’elle a fait, je n’aime pas quand un auteur fait ça… Et c’est frustrant de ne pas pouvoir en parler ! Mais je ne veux pas vous spoiler, donc je vais garder cet élément pour moi…

Les personnages sont intéressants et sympathiques, à commencer par Sage qui est une jeune fille qui a des idées bien précises sur son avenir, qui ne correspondent en rien avec les intensions de son oncle qui souhaite lui trouver un mari. Elle est entière, elle dit ce qu’elle pense, ce qui va lui attirer des ennuis, notamment avec la marieuse mais parfois c’est un mal pour un bien quand on voit ce qui l’attend auprès de celle-ci. Une aventure hors du commun à laquelle la jeune adolescente ne s’attendait pas. Elle a du caractère, elle ne se laisse pas faire et elle est plutôt attentive à tout ce qui l’entoure et voit plus de choses que la moyenne, du moins dans certains domaines…

Ash fait partie des soldats qui escortent les jeunes filles à marier. Il va être le contact de la jeune fille qui tâche d’en apprendre sur ceux qui les accompagne, de voir quelle pourrait être les alliances via un mariage, etc. Une belle amitié va naître entre eux, même si elle est – au départ – intéressée pour leur projet respectif. C’est un jeune homme timide et attachant que l’on ne peut qu’apprécier.

Quant au Capitaine Quinn, il dirige avec brio son équipe, il joue sur deux plans, il protège d’un côté les jeunes filles à marier et de l’autre, il tâche de découvrir ce que le peuple ennemi mijote. Une mission espionnage qui risque de mettre à jour un complot de grande envergure. C’est un jeune homme très droit, un vrai dirigeant qui tâche de garder la tête froide. C’est un personnage énigmatique mais c’est ce qui m’a attiré chez lui mais il est difficile de le saisir totalement, de savoir ce qu’il pense. Je suis très curieuse d’en savoir plus sur ce personnage. Et je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler l’histoire.

En bref, La Couleur du Mensonge est un roman qui m’a beaucoup plu, je ne pensais pas à ce point. C’est une lecture addictive, avec un univers très bien construit et intéressant qui regroupe tout ce que j’aime dans la Fantasy, les intrigues politiques, la manipulation qui s’ensuit, un brin de romance, et des personnages super intéressants et attachants. De quoi en faire un très bon livre, j’ai vraiment adoré et il me tarde de retrouver tout ce beau monde dans le prochain tome, même s’il va falloir s’armer de patience !

21/02/2018

Le fabuleux voyage du bateau-cerf de The Fan Brothers et Dashka Slater

Quatrième de couverture

Marco le Renard se pose des questions sur le vaste monde. Pourquoi est-ce que certaines chansons nous rendent tristes ? Où va le soleil lorsqu'il disparaît dans l'océan ? Comment naît une amitié ? En quête de réponses, Marco se porte volontaire comme nouveau membre de l'équipage du bateau-cerf prêt à voguer vers de nouveaux horizons.


Mon avis


Le fabuleux voyage du bateau-cerf est un magnifique album que je vous invite vivement à découvrir. Je dois avouer que la couverture m’a tout de suite attiré, j’ai aimé l’illustration de la couverture et le fait qu’il y ait un renard m’a donné envie d’en savoir plus. d’ailleurs, je ne sais pas ce qu’il y a avec les renards mais depuis plusieurs mois, c’est la mascotte ! On en trouve dans chaque livre, ou même dans le quotidien dans les magasins (vaisselles, etc.). il y a un truc avec le renard, ce qui n’est pas pour me déplaire, c’est tout de même de superbes animaux.

  
Bref, je m’égare un peu, mais c’est surtout ce renard qui m’a donné envie de me pencher sur son histoire, et elle est juste magnifique. Le fabuleux voyage du bateau-cerf est un voyage initiatique, un récit quelque peu philosophique qui vous transportera aux côtés de Marco le Renard qui se pose beaucoup de questions sur le monde.

Mais personne ne semble en mesure de lui répondre. Il va monter à bord du bateau-cerf, en compagnie d’autres animaux et vont amerrir sur une île incroyable. Mais Marco ne trouve aucun animal, aucun renard qui soit en mesure de répondre à ses questions. Du moins, c’est ce qu’il pense, car sur l’île, et à bord du bateau-cerf, il va faire des rencontres qui vont lui apprendre beaucoup de choses.


C’est une très belle histoire, très touchante qui permet de réfléchir et de voir ce qui est important dans la vie. Et celle-ci parfois est pleine de surprises, d’instants inconnus mais c’est ce qui fait son charme. on ne peut pas tout prévoir, on ne peut pas tout savoir, mais il est sûr que la vie réserve bien des surprises et qu’il faut parfois se laisser faire et se laisser surprendre.


Les illustrations sont justes magnifiques. Après c’est une affaire de goût, on aime ou pas, mais moi je trouve ça juste sublime. Il y a tant de détails, les animaux ont une expressivité qui semble réelle.


En bref, Le fabuleux voyage du bateau-cerf est un très bel album que je vous recommande chaudement. C’est une jolie histoire, pleine de philosophie où les animaux à bord du bateau-cerf vont faire une incroyable expérience.

A partir de 4 ans.

20/02/2018

Be Yours de N.C. Bastian (Be Mine 2)

Quatrième de couverture

Les hommes. Si la vie de Mendy est aujourd’hui si chaotique, c’est à cause d’eux. D’abord, à cause de Tucker, le beau motard avec qui elle a passé une nuit torride il y a quelques années et qui a décidé de faire comme si de rien n’était dès les premiers rayons du soleil. Depuis, leur relation se résume à jouer au chat et à la souris. Mais cette parenthèse aussi frustrante qu’excitante va bientôt se terminer car Andy, son ex violent, vient de sortir de prison, déterminé à se venger de celle qui l’a trahi. Désormais, et bien que cette situation révolte Mendy, sa vie ne tourne plus qu’autour de ces deux hommes, que tout oppose, mais qui sont tout aussi dangereux : l’un pour sa vie, l’autre pour son cœur.

Mon avis

Ayant beaucoup aimé Be Mine, j’étais curieuse de voir ce que pouvait donner Be Yours, qui est centré sur l’amie de Kim : Mendy, et sur l’un des bikers : Tucker, avec qui la relation est plus que compliquée.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les faits arrivent assez vite pour s’en rendre compte. sans compter le fait que ce roman se dévore en un rien de temps.

J’ai bien aimé cette histoire dont l’intrigue est bonne et bien menée. Cela reste un schéma plutôt classique mais c’est efficace. J’ai passé un très bon moment de lecture en compagnie de Mendy et Tucker qui se cherchent tel un chat et une souris tout au long du livre. On voit qu’il y a de l’attirance, de l’amour, mais tout deux se protègent, ne savent pas comment réagir car ils ignorent ce que chacun pense de l’autre. On tourne un petit peu en rond jusqu’à ce que les choses soient mises à plat. Et avec l’arrivée de l’ex de Mendy, Andy, les choses vont se compliquer car il ne faudrait pas qu’elle retombe entre ses mains…

Le livre est partagé en 3 parties, dont (la première et la dernière) sont écrites du point de vue de Mendy, la seconde celle de Tucker, ce qui nous permet d’en apprendre plus sur lui, sur sa vie, sa famille, ses pensées. Et je dois dire que ça m’a fait mal au cœur de voir ce qu’il a traversé avec son frère jumeau Trick. Et ça explique aussi pourquoi Tucker s’éloigne de Mendy et n’ose pas s’engager d’une manière ou d’une autre, malgré ses sentiments.

Les personnages sont intéressants, Mendy est une jeune fille joyeuse mais qui sait donner le change, elle cache beaucoup de choses et garde tout pour elle. Ce n’est jamais bon, car à un moment donné, ça finit toujours par sortir. Elle est gaffeuse et a tendance à mettre les pieds dans le plat, elle est un peu grande gueule et en même temps, on l’aime pour ça. Elle est entière et on ne peut que l’aimer, malgré ses bourdes.

Quant à Tucker, il se retrouve dans une situation délicate vis-à-vis de son frère, qu’il essaye de garder dans sa vie mais ce dernier le rejette, c’est compliqué et suite au bannissement des Silence, c’est encore plus compliqué.

Tous les deux méritent un peu de bonheur, qui risque d’être entaché face à tellement de non dit, mais bon, c’est une romance, donc on sait comment ça va se terminer et que tout ira pour le mieux. Mais cela ne se fera pas sans heurt, après tout, si la vie était un long fleuve tranquille, ça se saurait ! C’est amusant et frustrant de les voir se tourner autour, surtout quand on voit qu’ils vont bien ensemble, mais avec ce qu’ils vont vivre, les liens n’en seront que plus renforcés.

En bref, Be Yours est une romance bien sympathique qui m’aura plu. L’intrigue est bonne et bien menée, même si dans le principe elle reste classique, cela fonctionne parfaitement. J’ai passé un bon moment en compagnie de Mendy et Tucker qui vont vivre des moments difficiles mais après tout la vie l’est mais ce qu’il faut c’est se serrer les coudes et surtout communiquer. Ça peut aider, c’est ce qui aide en général dans les romances, quand tout est mis à plat. Une histoire agréable à lire pour prolonger un peu plus l’univers des bikers de Be Mine.

19/02/2018

La volonté d’une lady d’Elizabeth Boyle (Les débutantes de Kempton 3)

Quatrième de couverture

Lady Harriet a toujours su qu’elle unirait son destin à celui du comte de Roxley, son ami d’enfance, le seul être sur terre qui trouve du charme à son caractère impossible. Et après le baiser qu’ils ont échangé au bal, au cours d’une nuit magique, elle attend d’un jour à l’autre sa demande. Pourtant, lorsqu’elle apprend qu’il s’est fiancé à une riche héritière, tous ses espoirs s’effondrent. Qui est cette Mlle Murray ? Et quels étranges secrets de famille rendent Roxley si distant ? Ce qui est certain, c’est que Harriet n’a aucune intention de renoncer à l’amour de sa vie. Et, si sa ténacité lui cause souvent des ennuis, elle est aussi sa plus grande force.

Mon avis

La volonté d’une lady est le 3e tome des Débutantes de Kempton, si le premier tome de la série se laissait lire mais ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable, le 2e tome était bien meilleur et plus intéressant. Mais je dois dire que ce 3e opus est superbe. J’ai adoré cette histoire qui est centrée sur l’amie de Tabitha et Daphne qui elle, aime désespérément depuis des années le comte de Roxley, son ami d’enfance, mais ce dernier ne semble pas s’en rendre compte.

L’intrigue est bonne et bien menée, j’ai beaucoup aimé cette histoire. Deux amis d’enfance, un amour impossible, trop de différences, pas le même rang social, elle n’a aucune fortune, et pourtant leur amour existe et ne demande qu’à s’épanouir. Mais c’est sans compter la mauvaise fortune que connaît le comte de Roxley qui se voit obliger de faire certains choix difficiles, quitte à renoncer à l’amour de sa vie et à en épouser une autre. Mais Harriet n’est pas de cet avis et est prête à tout pour conquérir celui qu’elle aime et à découvrir ce que Roxley lui cache.

Cela reste une romance, donc on se doute comment cela va se finir, bien pour tous les deux en tout cas, mais c’est intéressant de voir les épreuves qu’ils vont devoir surmonter. Et le moins que l’on puisse dire c’est que cette affaire est bien plus complexe qu’elle n’y paraît. En tant que lecteur, on en sait un peu plus que les personnages mais l’auteur parvient tout de même à nous surprendre et à nous donner envie d’en savoir plus.

Les pages ont défilé toutes seules sans que je ne m’en rende compte, j’avais envie de savoir comment toute cette affaire allait se terminer parce que ce n’était pas gagné, que ce soit en lien avec les problèmes de Roxley et à toutes les découvertes qu’ils vont faire, que de voir le couple enfin réuni après tous ces tourments. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’on ne s’ennuie pas un seul instant aux côtés d’Harriet et Roxley.

Les personnages sont intéressants et attachants, Harriet est une jeune femme au caractère bien trempée qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Garçon manqué dans sa jeunesse, avec 5 frères rien de plus normal pour « survivre » dans ce clan, Harriet n’a pas tout à fait les manières d’une jeune femme distinguée. Elle n’a pas la langue dans sa poche, elle n’hésite pas à se mettre au devant du danger, surtout si c’est pour aider celui qu’elle aime, elle est prête à tout pour obtenir ce qu’elle désire : le comte de Roxley, même si ce dernier fait tout pour l’éloigner d’elle et de ses problèmes.

Comme dans toutes les romances historiques, on a des hommes forts, avec un orgueil rude à toute épreuve. Il veut se sortir seul de ses ennuis, même s’il prend conscience que ce sera difficile et demandera de l’aide pour comprendre sa mauvaise fortune, lui qui a toujours été chanceux dans la vie (en général). C’est un personnage attachant, on comprend pourquoi il repousse Harriet, c’est pour la protéger mais aussi se protéger car il se voile la face quant à ses sentiments pour la jeune femme. Il les réprouve sans arrêt, mais comme elle est prête à tout pour le charmer et lui faire comprendre qu’ils sont faits l’un pour l’autre, ses nerfs vont être mis à rude épreuve.

C’est une relation intéressante entre les deux car ils se connaissent depuis l’enfance, j’ai d’ailleurs beaucoup aimé leur rencontre ! Quel tempérament de feu cette « Harry » ! Ils se connaissent très bien, trop pour totalement cacher certaines choses, même si en ce qui concernent les sentiments c’est flou pour les deux protagonistes. Comme quoi l’amour rend vraiment aveugle, au point que tous les deux ne voient même pas que c’est bien plus qu’une attirance entre les deux.

En bref, La volonté d’une lady est un 3e tome qui m’aura beaucoup plu. C’était amusant de les voir se tourner autour, frustrant en même temps quand on voit leur sentiment respectif mais qu’ils sont trop aveugles et orgueilleux pour le reconnaître aussi. Une intrigue sous jacente de la romance qui est intéressante et bien menée. Les personnages sont attachants et nous en font voir de toutes les couleurs. Une jolie romance que je vous recommande ! Je suis curieuse de voir ce que donnera le 4e tome et aussi de voir sur quel couple il sera centré.

C'est lundi, que lisez-vous ? [143]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ? 




Bon, cette semaine je n'ai pas lu grand chose, il faut dire que j'étais un peu fatiguée et qu'Extras ne m'a pas passionné plus que ça... Donc j'ai été longue à le lire. Mais je me suis rattrapée en fin de semaine avec La volonté d'une lady que j'ai lu essentiellement samedi. En revanche, elle s'est terminée en apothéose dimanche avec un coup de coeur !




Jalousies de Jennifer Estep (L’Exécutrice 7)

Gin Blanco, alias l’Araignée, s’est résignée à ce que son identité de tueuse à gages soit connue de tous. Depuis, elle doit constamment rester sur ses gardes car nombreux sont ceux qui projettent de lui faire la peau. Mais la personne qui l’inquiète le plus a d’avantage le physique d’une briseuse de cœurs que d’une criminelle. Face à la pulpeuse et dangereuse Salina, Gin se demande si ses dons et sa maîtrise des éléments lui sera seulement utile. Que vient faire cette femme, originaire du sud, à Ashland ? Et surtout, de quel droit se permet-elle de donner des surnoms à Owen Grayson, l’amant de Gin ?









18/02/2018

Tout est si beau à Panama de Janosch

Quatrième de couverture

Petit Ours et Petit Tigre vivent paisiblement dans leur maison près de la rivière. Mais un jour, une caisse étiquetée « Panama » et sentant bon la banane échoue sur le rivage. Les deux compères décident alors de partir à la conquête de ce fabuleux pays. Après un long périple et de nombreuses rencontres, ils croiront avoir enfin trouvé le pays de leurs rêves, alors qu ils seront en fait revenus à leur point de départ, dans leur petite chaumière. Finalement l’herbe n’est pas forcément plus verte dans le pré du voisin...

Mon avis

Tout est si beau à Panama est un album que j’ai lu durant mon apprentissage (2014/2015), mais je ne vous en avais jamais parlé, honte à moi alors que c’est un classique et un très bel album qui nous offre un message des plus philosophiques.

Tout est si beau à Panama raconte l’histoire de Petit ours et Petit Tigre, qui vivent paisiblement chez eux, deux amis un peu pantouflards qui aiment rester chez eux. Jusqu’au jour où ils vont découvrir une caisse où il est écrit « Panama » dessus. Les deux amis vont imaginer que c’est un endroit fabuleux et paradisiaque et vont vouloir se rendre dans cet endroit si spécial à leurs yeux. Ils décident ainsi de partir à l’aventure pour se rendre à Panama.


Durant leur périple, ils vont rencontrer divers animaux à qui ils demanderont le chemin pour se rendre à Panama et ce n’est que le dernier qui finit par leur avouer qu’ils y sont déjà, que leur voyage est donc « vain » puisqu’ils étaient déjà à Panama.


Un voyage qui n’a donc « servi à rien » puisqu’ils se trouvaient déjà dans leur lieu de rêve. Mais tout cela n’est qu’apparence car comme ils n’étaient jamais sortis de chez eux, ils n’auraient jamais découvert Panama, tout ce que cela avait à offrir. Ils n’auraient jamais fait toutes ces rencontres pour s’en retrouver grandi et explorer un peu le monde.


C’est une histoire qui ouvre d’autres perspectives, qui éveillent un intérêt pour tout ce qui nous entourent. Une belle leçon de vie, car il est vrai que si l’on reste toujours dans l’espace que l’on connaît, si l’on ne cherche pas à voir ce qui se passe ailleurs, on ne peut pas se rendre compte de la chance que l’on peut avoir, on ne peut pas faire de rencontre qui peuvent changer nos vies, etc.

Côté illustrations, je suis un chouïa moins fan, ce n’est pas le type de graphisme qui me plaît en général mais cela reste mignon et ajoute un petit plus à l’histoire. Après, il en faut pour tous les goûts, donc à voir si cela vous plaît ou pas, mais au-delà de l’image (même si cela reste important, surtout pour les albums), il faut vraiment voir l’histoire qui est vraiment mignonne et pleine de bon sens et de réflexion.


En bref, Tout est si beau à Panama est une très jolie histoire qui m’a tout de suite plu et qui plaît beaucoup aux enfants avec une belle morale et leçon de vie. C’est un livre qui mérite à être découvert, voilà la raison pour laquelle je voulais vous la présenter. Un album à découvrir de toute urgence, si ce n’est pas déjà fait.

A partir de 5 ans