Rechercher dans ce blog

Les âmes perdues de Cassandra O’Donnell (Le Monde Secret de Sombreterre 3)

Quatrième de couverture

Ailleurs, un monde secret existe…
Pour garantir la paix entre les mondes, Alina, Victor et Lucas s’enfoncent dans les entrailles de Mortua, la planète des monstres-esprits. De retour à la surface, ils sont attaqués par une horde de morts-vivants aux visages familiers.
D'où peuvent-ils bien venir ? Quelle magie se cache derrière cette soif de violence ? Le combat final s’engage, contre un ennemi plus inattendu que jamais.

Mon avis

Les âmes perdues est le 3e tome du Monde Secret de Sombreterre. J’étais curieuse de découvrir ce nouveau volume, car il faut dire que les événements qui se sont déroulés dans le précédent ne présageaient rien de bons.

On retrouve notre trio de choc, Alina, Victor et Lucas qui sont partis à la recherche des monstres-esprits pour passer une alliance avec eux. En effet, le voile qui protège Sombreterre se déchire un peu plus chaque jour et risque de céder et cela est en grande partie la faute des monstres-esprits qui ne cessent de le traverser. Mais leur rencontre avec eux risque d’être plus compliquée que prévu, car si les montres-esprits s’en vont… c’est pour une raison bien précise…

C’est un 3e tome intéressant et prenant qui risque de changer beaucoup de choses à Sombreterre. Les révélations sont nombreuses et on sent que quelque chose de terrible va arriver. La tension est palpable et plus notre trio s’approche du repère des monstres-esprits et plus l’atmosphère devient lourde et dangereuse. On voit bien que quelque chose cloche et lorsqu’ils veulent remonter à la surface pour rentrer chez eux, les problèmes ne font que commencer.

C’est un tome riche en rebondissement et en événements. On ne s’ennuie pas un seul instant et c’était un plaisir de se replonger dans cet univers qui est plutôt riche. Même s’il y a un côté frustrant pour moi parce que j’aimerai en avoir plus, que ce soit plus détaillés et plus long. Pour l’avoir lu dans la journée (ou presque) c’est toujours un peu frustrant de devoir si vite quitter les personnages et l’univers. Mais ça prouve que ça fonctionne bien parce qu’on voudrait prolonger ce moment. Si ce n’était pas intéressant, le plus tôt est toujours le mieux pour s’en débarrasser, or ici ce n’est pas le cas.

Quant aux personnages, c’est toujours un plaisir de les retrouver et suivre leurs aventures. C’est un trio qui fonctionne bien, même si deux d’entre eux passent leur temps à se chamailler. Mais qui aime bien châtie bien, non ? On va voir à quel point les pouvoirs de Victor et Alina sont puissants, ils sont prêts à tout pour sauver leur monde. Quant à Lucas, il saura aussi prouver son utilité malgré son statut d’humain, il permet aussi une petite touche de légèreté et ses joutes avec Alina sont toujours un plaisir à lire.

En bref, Les âmes perdues est un 3e tome intéressant qui m’aura bien plu. Il est riche en rebondissements et révélations, ce qui va changer pas mal le cours des choses pour nos amis qui vont devoir réagir vite. L’action est omniprésente, donc on ne s’ennuie pas un seul instant. L’intrigue est bonne et bien menée et l’univers intéressant, même si pour ma part, j’aurai aimé en avoir un petit peu plus, mais ce n’est que mon avis. Les personnages sont attachants et évoluent au cours des tomes ce qui n’est pas pour me déplaire. Une série bien sympathique pour les plus jeunes pour les initier au genre de la SFFF.

Un truc truc comme un biscuit craquant de E. Lockhart (Ruby Oliver 1)


Quatrième de couverture

J’ai 15 ans, 11 rendez-vous avec ma psy et 4 grenouilles en céramique.
Tel est le désespérant constat que Ruby fait de sa vie.
Sans compter qu’en 10 jours, elle a rompu avec son petit copain, s’est gravement disputée avec sa meilleure amie, a bu sa première bière (beurk), a été prise sur le fait par sa mère (aïe!) et a subi une attaque de panique colossale.
Mais Ruby a des réserves d’intelligence (et de mauvaise foi). Elle est surtout persuadée que l’existence est une aventure à haut risque totalement réjouissante, un vêtement tout doux mais qui gratte un peu…
Oui, mille fois oui, la vie selon Ruby, c’est finalement un truc truc comme un biscuit craquant !

Mon avis

Alors avant de donner mon avis sur ce livre, il faut savoir qu’Un truc truc comme un biscuit craquant est la réédition des deux premiers tomes du Journal de Ruby, paru il y a quelques années. Comme le nom diffère, il y a toujours le risque de penser que c’est une nouveauté alors qu’il n’en est rien. Pour ma part, n’ayant jamais lu cette série (ni même cet auteur) le problème ne se présentait pas, mais je tenais à le signaler pour ceux qui jamais penseraient que c’est un nouveau livre de l’auteur, alors qu’il s’agit d’une réédition.

Un truc truc comme un biscuit craquant est un roman intéressant qui parle essentiellement de l’adolescence, donc cela parlera forcément aux jeunes qui sont dans cette phase de leur vie. Comme c’est écrit du point de vue de Ruby, on est dans sa tête et son corps, on est donc plus à même de la comprendre et de ressentir en majorité les mêmes choses qu’elle. Ce sentiment d’injustice, ce rejet, qui est assez violent, de la part de ses amies pour une erreur qu’elle aurait commise. Tout un tas d’événements font que Ruby est sujette à des crises d’angoisse ce qui l’oblige à aller voir une psy pour parler de ces problèmes.

Dans la première partie (qui correspond donc au premier tome du journal), c’est à travers toute une liste de noms de garçons que Ruby nous raconte son histoire, comment elle en est venue à ces séances et ces crises d’angoisse. Il faut dire que sa vie n’a rien de réjouissant depuis qu’elle s’est fait largué par son copain et que ses amies lui ont tourné le dos. Ce n’est que petit à petit que l’on peut comprendre ce qui a bien pu se passer, le mystère demeurant durant un long moment. Les pièces s’imbriquent au fur et à mesure pour reconstituer ce puzzle qu’est devenue la vie de Ruby.

Dans la seconde partie (donc le 2e tome de la série), on retrouve Ruby un an plus tard, l’été a passé et elle espère que toute cette histoire est derrière elle et qu’elle pourra aller de l’avant. Elle suit toujours sa thérapie, même s’il y a des hauts et des bas, elle tâche de s’en sortir durant cette nouvelle année.

C’est un roman assez sympathique dans l’ensemble, mais loin d’être un coup de cœur pour moi. C’est plaisant mais je n’ai pas non plus adoré. Il est vrai que par moment je ne me sentais pas vraiment concernée, je ne suis plus d’une adolescente et on ne peut pas dire que j’ai eu la même vie qu’elle à cette même période. Donc n’ayant rien vécu de similaire, c’était un peu difficile pour moi de me mettre totalement à sa place. J’avais un certain détachement car je réfléchis avec plus de recul, avec un regard plus adulte. Mais je pense que bon nombre d’adolescents s’y retrouveront dans cette histoire et y trouveront plus d’intérêt que moi.

En tout cas, une chose est sûre, on ne peut pas s’ennuyer avec Ruby parce qu’il lui arrive toujours quelque chose, ça aurait pu s’intituler : mes amis, mes amours, mes emmerdes, ça résumait bien la situation. Déjà avec ses parents ce n’est pas toujours évident, mais entre les garçons et ses amies, c’est aussi toute une histoire bien compliqué. Par ailleurs, Ruby a un certain caractère, et ca se ressent dans la narration, elle n’a pas la langue dans sa poche et ne se laisse pas faire, même si parfois, elle tâche de faire profil bas pour qu’on la laisse tranquille en espérant que l’affaire se tasse d’elle-même. Elle reste malgré tout attachante même si j’avoue que parfois j’aurai aimé lui ouvrir les yeux et la secouer, mais si elle fait ses séances chez le psy, c’est qu’elle en a besoin, elle a besoin de quelqu’un pour la recadrer, l’écouter. On ne peut pas dire qu’elle ait toujours ce cadre chez elle ou son entourage proche.

En bref, Un truc truc comme un biscuit craquant est un roman intéressant qui montre l’histoire d’une adolescente qui vit une période de crise. Ce n’est pas tous les jours facile, surtout quand les amitiés sont si fragiles et qu’il suffit d’un rien pour que tout explose. Ruby a certes des torts et des défauts mais ses « amies » sont toutes aussi fautives et l’on voit à quel point les relations entre les adolescents sont difficiles. Un roman intéressant sur l’adolescence qui plaira à bon nombre d’adolescents car ils pourront se retrouver en l’un des personnages présentés.

De la Renaissance à l'art moderne de Marion Augustin et Bruno Heitz (L'Histoire de l'Art en BD 2)

Quatrième de couverture

Qu’est-ce que l’Art ? Pourquoi certaines œuvres ont-elles traversé les siècles, quand d’autres sont tombées dans l’oubli ? Comment vivent et travaillent leurs créateurs ?
Cet album propose un passionnant voyage dans le temps, à la découverte de la création artistique, de ses œuvres et ses auteurs.

Mon avis

Après avoir vu dans le premier tome, l’Histoire de l’art entre la période Préhistorique jusqu’à la Renaissance, on poursuit notre exploration, aux côtés de ce grand-père et ses deux petits enfants, celle de la Renaissance à l’art moderne.

En quelques siècles, on peut voir beaucoup de courants se succéder, mais tout est lié d’une manière ou d’une autre. Des artistes s’inspirant de l’Antiquité, quand d’autres étudient leurs pairs, tout en approfondissant leur manière de créer pour donner quelque chose de nouveau. De Vinci est un maître en la matière, mais ce n’est pas le seul ! Voici comment l’Art peut se transformer au cours des siècles en utilisant dans un premier temps les mêmes technique, pour ensuite aller chercher encore plus loin, en créant de nouveau concept.

Cette BD est vraiment géniale, j’avais déjà beaucoup apprécié le 1er volume et cette suite n’en déroge pas à la règle. C’est vraiment bien fait, sous les aspects d’une BD, d’une petite histoire entre ce grand-père qui initie ses petits-enfants à l’art, on est emporté en un rien de temps à l’époque concernée et faire la rencontre de grands artistes pour y découvrir leur démarche, leur technique, leurs œuvres. C’est très prenant et intéressant et ludique puisque l’on s’instruit en même temps. Certes, on n’a pas tous les détails et on ne peut pas tout retenir non plus, mais cela permet d’avoir une vue d’ensemble sur le sujet.

Je vous avoue que plus on avançait dans le temps et plus on me « perdait ». En effet, j’ai beaucoup de mal avec l’art contemporain après les impressionnistes. Certes, il y a une démarche, une réflexion mais je n’aime vraiment pas ce type d’art. En tant qu’art figuratif, j’ai beaucoup de mal et quand je faisais mes études d’Histoire de l’art, j’étais une extraterrestre quand je disais que pour moi, après les impressionnistes, il n’y avait « rien ». Pas quelque chose que j’aime en tout cas, même si je reconnais que certains artistes avaient vraiment du talent et que c’était intéressant. Mais d’autres non… On ne me fera pas croire que « Merde d'artiste » de Piero Manzoni est de l’art… (Heureusement, on n’en parle pas ici de celui-là !).

Le petit plus de cette BD est qu’à la fin de l’ouvrage, on retrouve un aspect plus documentaire « classiques » avec des informations complémentaires et aussi des photos des œuvres d’art qui sont mentionnées tout au long de la BD. Du moins certaines d’entre elles. Entre chaque période clé, on retrouve une chronologie qui permet de nous redonner le contexte Historique (souvent lié à la politique et événement majeur qui a marqué le siècle) pour remettre dans le contexte. En même temps, l’art suit souvent son époque et ce qui s’y passe. Guernica de Picasso n’aurait jamais vu le jour s’il n’y avait pas eu la guerre civile…

En bref, ce deuxième et dernier tome de L’histoire de l’art en BD est vraiment très bien fait. Cela permet de voir successivement les différents courants artistiques allant de l’époque de la Renaissance à l’époque moderne, ’y voir les grands noms – et œuvres associées – qui ont marqué ces époques et courant artistiques qui ont indéniablement changé l’art au cours des siècles. De quoi s’informer de manière ludique sur l’art et son Histoire en particulier. J’aurai aimé avoir ce type de livres lorsque j’étais plus jeune pour m’initier.

Hugo et la Toison d'or de Fabien Clavel (Panique dans la mythologie 4)

Quatrième de couverture

Hugo est un collégien de 5e passionné par la mythologie. Il a découvert dans les réserves du musée du Louvre un passage qui communique avec les Enfers grecs. Sans cesse confronté aux machinations de la magicienne Médée, il décide de la défier et s’embarque avec Jason et les Argonautes à la conquête de la fabuleuse Toison d’or.

Mon avis

Hugo et la Toison d’or est le 4e tome de Panique dans la Mythologie, une série vraiment très prenante et intéressante qui nous plonge au cœur de la mythologie. J’aime beaucoup ces livres et vous les conseille fortement car on passe toujours un très bon moment de lecture en compagnie d’Hugo et Blanche, la fille d’Hadès.

Je ne reviendrai pas sur le principe de l’histoire, au bout du 4e tome on sait à quoi s’attendre et sur le rôle d’Hugo lorsqu’il retourne dans l’Antiquité. Cette nouvelle aventure va l’amener aux côtés de Jason et ses argonautes à la recherche de la Toison d’or. C’est surtout sa rencontre avec Médée, celle qui est à l’origine de tous les maux d’Hugo, bien avant qu’elle ne devienne cette femme froide et pleine de rancœur. Il faut dire que le destin de Médée n’est pas des plus enviables, on peut comprendre qu’elle en veuille à Jason, son futur époux…

Encore une fois, l’intrigue est haletante et prenante. On ne s’ennuie pas un seul instant aux côtés d’Hugo et Blanche qui vont tout faire pour que le mythe se déroule le plus normalement possible. Ils vont surtout essayer d’empêcher Médée de devenir cette méchante sorcière qu’ils doivent combattre depuis le début. Mais ce n’est pas chose aisée…

L’amitié entre Hugo et Blanche ne cesse d’évoluer et c’est assez chou à suivre. C’est un duo qui fonctionne vraiment bien et on prend plaisir à être à leurs côtés pour ces aventures. On s’attache vraiment aux personnages et c’est toujours un petit déchirement de devoir les quitter et surtout les voir se quitter jusqu’à la nouvelle « mission ». Il est indéniable qu’il se passe quelque chose entre eux, plus fort que de l’amitié et de devoir se séparer après chacune des interventions d’Hugo est difficile pour eux.

En bref, Hugo et la Toison d’or est un 4e tome à la hauteur des précédents. Je prends toujours plaisir à lire ces nouvelles aventures qui sont prenantes et ludiques à la fois. Car même si c’est fictif, on retrouve tout de même la trace de fond des mythes grecs, ce qui permet de les aborder d’une autre manière sans pour autant lire les auteurs de l’époque. Une série à découvrir de toute urgence !

C'est lundi, que lisez-vous ? [118]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ? 



En terme de "gros" romans, je n'ai pas lu grand chose. Il faut dire que j'ai la crève depuis lundi, ce qui me fatigue donc je n'avance pas vite. Heureusement que de petites lectures s'immiscent pour donner la sensation d'avoir lu plus que deux livres. La semaine a été très bonne en terme de lecture, des choses très différentes mais toute plaisante ! Si seulement ça pouvait toujours être ainsi !


Onze tombes au clair de lune de Darynda Jones (Charley Davidson 11)

VOUS SAVEZ, CES MAUVAISES CHOSES QUI ARRIVENT AUX GENS BIEN ? C’EST MOI.
D’habitude, ma journée typique comprend des maris infidèles, des personnes disparues, des hommes d’affaires véreux… et des démons, des dieux maléfiques et des gens qui sont morts. Beaucoup, beaucoup de gens morts. Désormais, je dois également apprendre à vivre avec ma nouvelle condition de déesse toute-puissante et mère de la sauveuse de l’univers. Les forces de l’enfer sont prêtes à tout pour me détruire, mais quand on est mariée au fils de Satan, difficile de ne pas tenter le diable…


Le pire livre pour apprendre le dessin d’Antonin Louchard

Quatrième de couverture

C'est l'histoire d'un lapin têtu et d'un professeur plein de bonne volonté, qui a pour mission de lui apprendre à dessiner. Le petit élève ne fait aucun effort, certain de déjà tout savoir. Mais heureusement, le professeur a plus d'un tour dans son sac...

Mon avis

Le pire livre pour apprendre le dessin est le dernier-né d’Antonin Louchard. Un auteur de jeunesse que j’aime beaucoup parce que ces albums me font toujours rire ! Le premier que j’ai connu est Je suis un lion, qui est juste extra. Si vous ne connaissez pas cet auteur, je vous invite vivement à le découvrir ! Il enchantera vos petits, mais vous également car il est difficile de résister à ces petits personnages qui ont toujours un fort caractère !

Dans cette nouvelle histoire, nous faisons la connaissance de ce petit lapin qui est très sûr de lui, très têtu. Il prétend savoir dessiner et n’a pas vraiment envie d’écouter les conseils de son professeur. Alors à chaque fois que le professeur essaye de l’inciter à faire quelque chose et que le lapin refuse et y met de la mauvaise volonté, le professeur va le prendre à son propre piège.

Source image

J’ai adoré cette histoire, c’est vraiment très drôle et la chute est excellente ! Sur la page de gauche se trouve le texte, qui est assez simple, donc parfaitement adapté pour les plus petits, et sur la droite l’illustration correspondante. Il s’agit avant tout d’un dialogue ici, et l’on voit les actions et réaction de ce petit lapin qui risque d’avoir une drôle de surprise. C’est l’arroseur arrosé !

Les illustrations d’Antonin Louchard sont très chouettes, c’est assez simple, il n’y a pas beaucoup de détails mais c’est suffisant pour nous emporter dans son univers et son histoire. Ce petit lapin est très expressif et on imagine très bien ce qui se passe, même sans le texte, même si ce dernier aide à mieux comprendre son comportement. Il n’empêche que les illustrations seules peuvent donner une petite idée de ce qui se passe.



En bref, Le pire livre pour apprendre le dessin est un album bien sympathique qui m’aura bien fait rire. La chute est excellente et permet de remettre quelque peu les choses à leur place. La réaction du professeur est très bonne et je pense que dans la réalité, ça en démangerait plus d’un de faire de même face à un élève récalcitrant ! Un album drôle que je vous invite vivement à découvrir, comme tous les autres de l’auteur d’ailleurs.

A partir de 3 ans.

In My Mailbox (298)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir.

Mes acquisitions de la semaine


L’Histoire de l’Art en BD, tome 2 : De la Renaissance à l’Art Moderne de Bruno Heitz et Marion Augustin

Qu’est-ce que l’Art ? Pourquoi certaines œuvres ont-elles traversé les siècles, quand d’autres sont tombées dans l’oubli ? Comment vivent et travaillent leurs créateurs ?
Cet album propose un passionnant voyage dans le temps, à la découverte de la création artistique, de ses œuvres et ses auteurs.


Sky de Siobhan Curham (Les Filles de Brick Lane 2)

Réunies chez Ambre pour la soirée du nouvel an, les quatre filles des Moonlight Dreamers se livrent leur secrets et leurs espoirs pour l'année à venir : Maali est inquiète concernant la santé de son père, Ambre raconte sa déception de ne pas pouvoir contacter sa mère biologique et Sky avoue sa peur de rentrer au lycée.


Renards de Juliette Lemaître (Manipulation 2)

Contre toute attente, Liza a survécu à l’Arène et sauvé in extremis sa sœur Anna des griffes du président. Maintenant, elle est bien décidée à se tenir définitivement à l’écart de la Société.
Ce répit ne dure pas. Inspirés par les exploits de Liza, des rebelles ont formé une alliance et tentent de soulever la population. Et ils ont besoin d’un symbole.
Pour Liza, c’est l’occasion rêvée de mettre fin aux manigances de Connor.
Mais le prix à payer est plus élevé qu’elle ne l’imagine…



Onze tombes au clair de lune de Darynda Jones (Charley Davidson 11)

VOUS SAVEZ, CES MAUVAISES CHOSES QUI ARRIVENT AUX GENS BIEN ? C’EST MOI.
D’habitude, ma journée typique comprend des maris infidèles, des personnes disparues, des hommes d’affaires véreux… et des démons, des dieux maléfiques et des gens qui sont morts. Beaucoup, beaucoup de gens morts. Désormais, je dois également apprendre à vivre avec ma nouvelle condition de déesse toute-puissante et mère de la sauveuse de l’univers. Les forces de l’enfer sont prêtes à tout pour me détruire, mais quand on est mariée au fils de Satan, difficile de ne pas tenter le diable…


Jack et le bureau secret de James-R Hannibal (Section 13, tome 1)

Le scarabée mécanique envoyait de grosses décharges électriques. Jack se concentra. Tout sembla ralentir. Soudain, il put prédire les mouvements de l’insecte avant même qu’il ne bouge.
Il le frappa de plein fouet ; le scarabée bleu-vert tomba par terre. Un violent éclair en jaillit. Gwen attrapa Jack.
— Vite, cours !
À Londres, le père de Jack a disparu. Le garçon se lance à sa recherche. Il découvre alors une société secrète et comprend que sa famille en fait partie. Un ennemi puissant se dresse soudain sur sa route. Aura-t-il la force de le vaincre ?


Le roman d’Ernest et Célestine de Daniel Pennac

Enfin, une belle édition illustrée pour servir le texte de Daniel Pennac !
Je vais vous raconter l'histoire d'Ernest et Célestine. S'ils la racontaient eux-mêmes, on n'y comprendrait rien car Ernest et Célestine ne sont jamais d'accord. Pas étonnant, tout le monde vous le dira : un ours et une souris amis, ça ne se peut pas ! Jamais ! Scandaleux ! Absolument interdit ! Et pourtant, personne ne pourra empêcher leur amitié. Personne, vous m'entendez.
Le roman du film, où l'on apprend comment les deux héros se sont vraiment rencontrés.


Hors de contrôle de Robert Muchamore (Rock War 3)

Rock War est aujourd'hui le programme de télé-réalité le plus regardé au Royaume-Uni. Les concurrents encore en lice sont devenus des stars dont les moindres faits et gestes sont épiés par les paparazzis. Tandis que Summer se remet d'un grave accident, Théo, le frère de Jay, sème le chaos général, pour le plus grand plaisir de la presse à scandales. Dylan, prisonnier de la corruption, entame quant à lui une descente aux enfers... A l'issue de la Battle Zone, deuxième phase et tournant crucial de l'émission, il ne restera que trois groupes, pour le meilleur.... et surtout pour le pire.


Et vous ?

Georges et les trésors du Cosmos de Stephen et Lucy Hawking (Georges 2)


Quatrième de couverture

Annie, la meilleure amie de Georges, a besoin d’aide. Son père, Éric, un grand scientifique, travaille sur un projet spatial important.
Mais tout va de travers : son robot, qui s’est posé sur Mars, a un comportement bizarre. Et voilà qu’Annie a découvert un message étrange sur son super-ordinateur…
A-t-il été envoyé par des extraterrestres ?
La vie existe-t-elle ailleurs ?
Comment découvrir une planète habitable dans l’espace ?
Et si vous, vous deviez parler à des extraterrestres, que leur diriez-vous ?

Mon avis

Georges et les trésors du Cosmos est le 2e volume des aventures de Georges, ce petit garçon qui a pu découvrir les secrets de l’univers grâce à ses nouveaux voisins et à leur super ordinateur Cosmos qui leur permet de voyager directement dans l’univers.

Dans cette nouvelle aventure, ses nouveaux voisins doivent déménager aux Etats-Unis parce qu’Eric a une opportunité de travail qu’il ne peut pas refuser pour ses recherches. Georges se sent bien seul sans sa nouvelle amie jusqu’au jour où elle l’appelle en catastrophe pour une mission de la plus haute importance. Annie a reçu un message envoyé par les extraterrestres, et évidemment personne ne la prend au sérieux, alors Georges va l’aider dans cette drôle d’affaire qui risque d’être plus surprenante que prévue.

J’ai beaucoup aimé ce deuxième tome qui est à la hauteur du premier. C’est vraiment intéressant à suivre comme histoire, car sous une intrigue simple, le décodage du message extraterrestre, la disparition subite du robot de son père pour son projet, tout cela cache d’autres choses. Alors évidemment, on se doute un petit peu de ce qui va se passer, en tant qu’adulte c’est « simple » mais très plaisant à suivre. L’intrigue est prenante et on a toujours envie d’en savoir plus à ce sujet. C’est vraiment efficace dans le genre et cela ne pourra que plaire aux plus jeunes.

Le gros plus de cette saga, comme je l’avais déjà mentionné dans ma chronique du premier tome, c’est tout l’aspect scientifique et documentaire. Car dès qu’il est fait mention d’un phénomène, des petites pages explicatives nous permettent d’en savoir plus à ce sujet, ici elles sont amenées différemment du premier volume, donc c’est bien que cela change, c’est bien fait et super intéressant. Alors il est évident que l’on ne retient pas tout, mais mine de rien, ça permet de mieux comprendre certains phénomènes et de se renseigner. Pour peu qu’on se passionne du sujet, je suis persuadée qu’on enregistre plus de choses qu’on ne le pense. Et puis c’est une « introduction » au sujet, un moyen comme un autre de l’aborder de manière plus simple et ludique pour un jeune lectorat.

Comme pour le premier volume, au milieu du livre, de nombreuses photos nous montrent des voyages dans l’espace, des planètes avec une légende pour expliquer de quoi il s’agit. C’est vraiment très intéressant d’avoir cela car ça permet d’avoir quelque chose de plus tangible et réel dans toute cette fiction.

En bref, Georges et les trésors du Cosmos est un deuxième tome à la hauteur du premier. L’intrigue est toujours bonne et bien menée avec son lot d’action et de rebondissements. C’est très prenant si bien que l’on a toujours envie d’en savoir plus. L’univers est intéressant et le côté documentaire / scientifique n’est pas pour me déplaire parce que même si c’est un roman de fiction, il y a une grosse part de réalité dans tout ce qui est compté. De quoi instruire « sans s’en rendre compte » car ce n’est pas non plus un documentaire traditionnel, de quoi susciter peut-être de future vocation ou du moins un intérêt réel pour les sciences avec Georges et ses amis !

Les crayons rentrent à la maison de Drew Daywalt et Oliver Jeffers (Les crayons 2)

Quatrième de couverture

Duncan est heureux. Il a écouté les revendications de ses crayons en rébellion et la vie a retrouvé toutes ses couleurs. Enfin presque, car arrive au courrier une pile de cartes postales à son nom…

Mon avis

Après Rébellion chez les crayons, Les crayons rentrent à la maison ! Le jeu de mot était facile, j’en conviens. Je dois dire que cela a été un plaisir de me replonger dans cet univers si particulier des crayons qui écrivent à leur propriétaire pour faire leurs doléances. J’ai lu cette suite car je comptais l’offrir à mes neveux qui sont très fans du premier volume, alors autant en profiter du fait qu’il soit pour le moment chez moi avant qu’il n’aille chez eux.

Dans le premier volet de la série, les crayons se plaignaient auprès de leur « maître » de leur utilisation abusive et à la fin de l’ouvrage, Duncan avait trouvé une solution pour contenter tout le monde. Cette fois-ci, Duncan reçoit des cartes postales de ses crayons qui se plaignent, pour majorité d’avoir été totalement oubliés, perdus et maltraités. Certains ont même décidé de partir ou d’essayer de revenir par leur propre moyen, quitte à faire le tour du monde…


Je l’avoue, j’ai trouvé Les crayons rentrent à la maison un chouïa en dessous que le précédent qui m’avait beaucoup plu. Mais cela reste une histoire bien sympathique à lire et originale dans le genre. Comme pour le premier, chaque crayon envoie une carte postale (et non plus une lettre) pour expliquer son nouveau problème. Alors, on retrouve certaine couleur du premier volume, il y a d’ailleurs quelques petits rappels, notamment l’histoire entre le crayon jaune et le crayon orange. De quoi faire des petits clins d’œil entre les albums et d’avoir de leurs nouvelles, même si pour beaucoup, elles ne sont pas toujours bonnes. Après tout, les crayons ne se plaindraient pas en écrivant à Duncan si tout allait bien.


Une fois de plus, Duncan va devoir trouver une solution pour essayer de contenter tous ses crayons et ce n’est qu’à la fin de l’ouvrage, après toutes les cartes postales que nous pouvons voir le résultat. Les crayons seront-ils contents de leur sort ?

Les illustrations sont toujours aussi sympathiques, les cartes postales sont situées à gauche de la double page et une illustration montre le problème évoqué dans ladite carte. Un système qui fonctionne bien et qui permet une belle mise en page. Les dessins sont vraiment très chouettes.


En bref, Les crayons rentrent à la maison est une suite bien sympathique, même si je l’ai trouvé un chouïa en dessous, peut-être du fait que je « connais » le système, pour avoir lu le 1er mais ça fonctionne quand même. On passe un bon moment de lecture, c’est amusant de voir ces crayons exprimer leurs problèmes à leur propriétaire. Les illustrations sont aussi très belles et donnent un beau rendu pour l’album. C’est une histoire amusante qui ne pourra que plaire et si le premier volume a été apprécié, je pense que celui-là plaira grandement aussi.

A partir de 4 ans.

La curieuse affaire du mammouth disparu de Karl James Mountford

Quatrième de couverture

Il fait nuit noire et la ville s’est endormie... Mais dans le Musée d’Histoire Naturelle tout s’anime : au beau milieu des tableaux parlants, des dinosaures taquins et des animaux empaillés, un bébé mammouth s’est égaré. Au fil des pages, joliment illustrées et agrémentées de volets à soulever, suis les aventures d’Oscar, parti à la recherche du petit animal en compagnie du mammouth Timothy.

Mon avis

Ayant un peu de temps au boulot, j’en ai profité pour lire quelques albums. C’est toujours plus pratique pour les conseiller ensuite, surtout lorsqu’on tombe sur des livres bien sympathiques, comme c’est le cas pour La curieuse affaire du mammouth disparu.

Mais que raconte cette histoire ? Un jour, alors qu’Oscar dormait, il se fait réveiller par un bruit étrange dehors. Il fait la rencontre d’un mammouth qui est à la recherche de son petit frère Teddy qui s’est échappé du musée. Cette quête va le mener tout droit vers ce lieu insolite qui chaque soir, durant « l’heure magique », les animaux et autres curiosités qui composent ce musée d’Histoire s’éveillent et prennent vie. Ainsi, pour retrouver Teddy, Oscar et le mammouth vont devoir parcourir les différentes pièces du musée. Mais il faut se dépêcher car la fin de l’heure magique approche et tout doit être à sa place !



C’est une histoire amusante. Cela m’a fait grandement penser au film Une nuit au musée avec Ben Stiller où tous les tableaux et personnages du musée d’Histoire naturelle se réveille. C’est exactement le même principe ici. Donc c’est plutôt amusant. Mais l’intérêt de cet album est autre, car il s’agit aussi d’un documentaire ludique qui ne pourra qu’enchanter les plus petits.

En effet, en parcourant les différentes pièces du musée, on fait de nombreuses découvertes et bons nombres d’informations sont cachées çà et là derrière des systèmes de flaps. Les tableaux parlent, nous apportent des informations quand d’autres sont dissimulées sous ces fenêtres. C’est vraiment bien fait et ça donne envie de tout soulever pour savoir ce que cela raconte. On y trouve vraiment de tout car dans chaque pièce (et donc double page) on change totalement d’univers car on passe aussi bien des animaux marins à l’aviation en passant par la bibliothèque en lien avec les livres, la culture, etc. Donc c’est vraiment très prenant comme album parce qu’on trouve de tout.



Quant aux illustrations, elles sont plutôt sympathiques. Il y a beaucoup de couleurs, même si elles ont tendances à être plutôt sombre. C’est normal, après tout, tout se passe de nuit et cela donne une certaine atmosphère à l’histoire, un petit côté mystérieux qui n’est pas pour me déplaire. Après, les goûts et les couleurs ça ne se discute pas, à vous de voir si cela vous plaît ou pas.



En bref, Une drôle d’aventure s’offre à Oscar qui, en partant à la recherche d’un mammouth – et le lecteur aussi parce qu’il faut chercher Teddy – on apprend de nombreuses choses. La curieuse affaire du mammouth disparu est une histoire ludique avec laquelle on passe un très bon moment de lecture. Un album que je vous conseille grandement !

A partir de 4/5 ans.

Jet de Jay Crownover (Marked Men 2)

Quatrième de couverture

Avec ses pantalons moulants et son air provocant, Jet Keller est l’incarnation du fantasme. Lorsqu’il monte sur scène avec son groupe de métal, il réussit même à envoûter la fan de country qu’est Ayden Cross. Question bad boys, la belle du Sud a pourtant eu sa dose. Par ailleurs, si ses jambes interminables pourraient troubler le chanteur, elle reste néanmoins bien trop sage pour lui.
Contre toute attente, l’arrivée de ce dernier dans la colocation de Cora et Ayden éveille un désir nouveau entre eux, et y résister sera bientôt une véritable épreuve. Très différents, ils étaient loin de se douter que, derrière les apparences, ils auraient tant en commun.
Il leur faudra maintenant trouver un moyen de cohabiter : en étouffant la flamme naissante… ou en l’attisant pour de bon.

Mon avis

Jet est le 2e tome des Marked Men et je l’avoue après avoir lu Rule, je n’ai pas attendu longtemps pour me procurer ce 2e tome et le lire. C’était quand même addictif et ça m’a rendu curieuse de découvrir les histoires des autres gars de la bande. Cette-fois ci, la romance concerne les deux amis respectifs de Rule et Shaw : Jet et Ayden que l’on a pu rencontrer dans le premier tome. J’étais curieuse de voir leur relation parce que ce n’était pas gagné, surtout après l’échec cuisant d’une tentative de la part d’Ayden alors qu’elle s’est fait « gentiment » rembarrer par Jet. D’ailleurs, en prologue, on retrouve cette scène qui nous a été relaté dans le premier tome.

Autant dire que ça ne commence pas sous de bons augures pour ces deux-là, alors même qu’on voit qu’il se passe quelque chose, une forte alchimie qu’il sera de plus en plus difficile de cacher et réprimer. L’intrigue est bonne et bien menée, chacun des deux personnages va être confronté à son passé d’une manière ou d’une autre et ce n’est pas toujours facile d’aller de l’avant quand on traine des casseroles. La cohabitation entre les deux va être de plus en plus difficile puisque les sentiments vont s’éveiller de plus en plus, même si tous les deux refusent d’admettre que ce n’est pas qu’une attirance mais quelque chose de plus fort.

J’étais curieuse de voir leur relation parce que ce sont des personnages intéressants qui cachent beaucoup de choses. Jet a des problèmes familiaux, c’est le moins que l’on puisse dire, il s’est lancé dans une carrière de musicien mais ne va pas aussi loin qu’il le pourrait. Il se brime tout seul, ne veut pas être une rock star alors qu’il a tout pour devenir célèbre. Mais quelque chose, ou plutôt quelqu’un l’empêche de viser plus loin.

Quant à Ayden, on a pu entrevoir déjà qu’elle cachait un passé, quelque chose dont elle n’est pas fière, même si on ignore ce dont il s’agit lorsqu’on était du point de vue de Shaw dans Rule. Désormais, les deux personnages prennent la parole, par alternance (comme les ¾ du temps dans les New Adult) un bon moyen pour nous d’en savoir plus sur leur compte. Pour Ayden, j’étais loin d’imaginer un tel passé. Ça m’a fait mal au cœur pour elle de voir à quoi elle a été confronté et surtout à cause de qui. Et ça m’a mise en colère de voir que les problèmes ne font que continuer… Autant vous dire que pour le moment, je ne suis pas encore pressée de revoir ce personnage de lire un des tomes qui lui est dédié. Même si après cela change, pour le moment je ressens plus de colère que d’envie…

En ce qui concerne la partie intrigue, je dois dire que je suis un peu restée sur ma faim. Pour la romance, je n’ai rien à redire, on a tout ce qu’il faut mais pour le fond, les problèmes que vont rencontrer Jet mais surtout Ayden, je dois dire qu’il me manque un petit quelque chose. Ça se règle peut-être un peu trop vite, trop bien. J’aurai aimé en savoir un petit peu plus là-dessus et peut-être avoir plus de problèmes et de tension. C’est mon seul regret, sans quoi cela reste une histoire prenante et intéressante.

La romance entre Ayden et Jet n’est pas des plus évidentes et comme la majeure partie des cas, on a envie d’en prendre un pour taper sur l’autre. La communication ce n’est jamais leur fort… et pourtant ça règlerait un certain nombre de conflits. Mais l’histoire serait plate et sans intérêt, il faut l’avouer. Je sais, ça paraît contradictoire ce que je viens de dire.

En bref, Jet est un deuxième tome intéressant, j’ai beaucoup aimé en apprendre plus sur le couple car c’était deux personnages qui m’intriguaient, je voulais en savoir plus sur eux et je ne suis pas déçue. Je suis même très surprise de voir le passé de chacun notamment celui d’Ayden qui mérite largement sa part de bonheur après tout ce qu’elle a vécu. Il en va de même pour Jet qui pourra aller de l’avant. Le prochain tome est dédié à Cora et Rome et là, je les attends de pied ferme parce que ça promet d’être explosif entre les deux…

C'est lundi, que lisez-vous ? [117]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ? 



D'un point de vue roman, ça a été une petite semaine, et j'avoue que je traîne un peu sur Un truc truc comme un biscuit craquant. Mais j'ai pu lire quelques albums bien sympathiques !


Un truc truc comme un biscuit craquant de E. Lockart (Ruby Oliver 1)

J'ai 15 ans, 11 rendez-vous avec ma psy et 4 grenouilles en céramique.
Tel est le désespérant constat que Ruby fait de sa vie.
Sans compter qu'en 10 jours, elle a rompu avec son petit copain, s'est gravement disputée avec sa meilleure amie, a bu sa première bière (beurk), a été prise sur le fait par sa mère (aïe!) et a subi une attaque de panique colossale.
Mais Ruby a des réserves d'intelligence (et de mauvaise foi). Elle est surtout persuadée que l'existence est une aventure à haut risque totalement réjouissante, un vêtement tout doux mais qui gratte un peu…
Oui, mille fois oui, la vie selon Ruby, c'est finalement un truc truc comme un biscuit craquant !