Rechercher dans ce blog

29/01/2012

La glace et le feu de Clinton McKinzie (Les frères Burns 2)

Quatrième de couverture

Antonio Burns, flic passionné de montagne, a été muté dans le Wyoming pour avoir abattu trois dealers dont il avait infiltré le gang. Depuis, sa carrière suit une mauvaise pente.
Sa vie privée n'est guère plus réjouissante : ses relations avec sa petite amie sont extrêmement tendues et son frère, toxicomane, vient de s'évader de prison.
Pour ne rien arranger, il se laisse séduire par la belle Cali, jeune procureur et fille d'une star hollywoodienne, dont il doit assurer la protection. Cette dernière, victime de harcèlement, reçoit des menaces anonymes.
Qui en veut à Cali ? Wokowski, son ex-petit ami ? Ou Myron Armalli, un jeune schizophrène obsédé par elle  ?
Seule certitude, Antonio Burns va devoir affronter son adversaire sur les pics enneigés des Rocheuses cernés de vallées en proie aux incendies. Et là, le moindre faux-pas peut vous précipiter vers l'abîme.

Mon avis

Après avoir lu Au-dessus du gouffre de Clinton McKinzie, je n'ai pas su résister à l'appel de lire le prochain volume des aventures d'Antonio Burns. J'avais tellement aimé le premier, que je voulais la suite (d'autant qu'il était déjà dans ma PAL, ce qui aide grandement et qui explique le fait que j'ai pu les lire quasi à l'affilé). En tout cas, ça a été un vrai plaisir de me replonger dans cet univers.

L'histoire se passe quelques mois après le premier tome. Antonio Burns envisageait de prendre sa retraite, sauf qu'il n'a pas pu et se retrouve donc à des kilomètres en train d'escalader en compagnie d'une jeune procureure : Cali qui est la fille d'une grande star hollywoodienne. Mais ça n'est pas par plaisir qu'ils sont ensemble, mais parce qu'Antonio est chargé de sa sécurité alors qu'un malade la harcèle et lui envoie des menaces qu'elle ne pouvait que prendre au sérieux, donc cela rend l’affaire plus compliquée et importante. Tout en la protégeant, Antonio doit trouver qui est le coupable, tout porte à croire qu’il s’agit de son ex-petit ami qui n’a pas digéré la rupture, et le fait qu’il soit flic, n’arrange pas les choses… Voilà une autre affaire bien délicate qui se révèlera plus compliquée de prévue mais qui le mènera une fois de plus à des sommets pour trouver la vérité…

L’écriture est toujours aussi agréable à lire, la narration à la première personne reste quand même ma préférée parce qu’on est vraiment dans le personnage, on suit toutes les réflexions d’Anton, on voit tout à travers ses yeux et ça nous ancre davantage dans l’histoire que lorsque c’est écrit à la troisième. Après ça ne m’empêche pas d’en lire également.

Quant à l’histoire je l’ai trouvé vraiment superbe, c’est vraiment un bon thriller, et j’espère qu’on aura la suite parce que je veux vraiment savoir ce qui va arriver à Anton, je veux poursuivre ses enquêtes. Celle-ci avance petit à petit, c’est plutôt bien mené. Antonio cherche autant que possible qui peut être le responsable de ce harcèlement et rapidement son choix se porte sur l’ancien petit-ami (ça parait plutôt logique en fait, et vu le personnage, ça parait correspondre), mais en tant que bon flic, il cherche d’autres pistes, va toujours un peu plus loin et… Il vous faudra lire l’histoire pour découvrir qui est le responsable, je ne vous spoilerai pas.

Le seul petit bémol pour ma part, c’est qu’il y a pas mal de « révélations » qui n’en ont pas été pour moi parce que je m’y attendais, j’avais déjà trouvé toute seule (pour un aspect assez tôt dans le livre, pour la deuxième, vers le milieu j’avais déjà des doutes). Donc le fait de tout savoir en avance n’est pas terrible pour un thriller (ou quelque soit le genre du livre) parce que ça retire de l’intérêt. Mais bon, personnellement, je dirais que c’est un détail parce que j’aime tellement l’univers, les personnages et l’intrigue était quand même très bonne, que ça ne m’a pas dérangé de « tout » savoir avant la fin. Après, peut être que je commence à trop réfléchir et à avoir l’esprit tordu pour trouver la solution avant. Pour les futurs lecteurs : vous me direz si vous avez tout découvert avant la fin ?

Dans ce livre là, Anton n’est vraiment pas ménagé, il doit faire preuve de courage et surtout d’un sang froid… ses nerfs seront vraiment mis à l’épreuve. D’une part, la bavure, déjà évoquée dans le précédent tome, prend plus d’ampleur car on arrive peu à peu vers le jugement d’Antonio. Cela pèse sur ses épaules, et tout le monde remet toujours en cause son jugement et ses agissements à cause de ça (il culpabilise suffisamment tout seul). D’ailleurs, des évènements dans ce tome là, vont lui rappeler à son bon souvenir… D’autre part, en dehors de cette sombre affaire, sa relation avec Rebecca, la jeune journaliste rencontrée dans le tome précédent et petite amie désormais, bat un peu de l’aile. Il y a un manque évident de communication et il craint que ça n’annonce la fin de leur histoire alors qu’il ne le souhaite pour rien au monde car elle représente beaucoup pour lui. Et pour arranger le tout, son frère va faire énormément parlé de lui, ce qui entachera un peu plus la réputation et l’enquête d’Anton… Plein de choses qui font qu’on peut se demander si Anton réussira à tout gérer sans craquer et faire une autre bavure qui détruira complètement sa réputation.

Comme dans le tome précédent, on voit à quel point l’escalade est un élément essentiel, une véritable passion pour Antonio (et par extension de l’auteur), que sans ça il ne peut pas vivre. Mais de manière paradoxale, ça le rapproche toujours un peu plus de la mort, et dans ce tome-ci… il la frôle encore une fois de très près… Toutes les personnes de son entourage ne l’encouragent pas nécessairement. Donc en lisant ce livre, on ne peut pas s’ennuyer parce qu’on suit divers aspects de la vie d’Antonio. Il doit gérer énormément de choses et à chaque fois, quelque chose lui tombe dessus ajoutant davantage de problèmes, sans compter que l’enquête devient de plus en plus complexe car tout ne va pas comme il l’aurait souhaité.

En somme, ce tome est à la hauteur du premier, j’ai beaucoup apprécié me replonger dans une nouvelle enquête d’Antonio, qui était vraiment intéressante et bien menée, bien que j’aie rapidement trouvé la solution, ça ne m’a pas empêché d’apprécier cette histoire. Les personnages sont vraiment intéressants et bien travaillés, on en apprend plus sur certains, les relations prennent davantage de forme pour notre plus grand plaisir. Après ça reste un thriller, donc il y a une part plus sombre, on voit différentes choses se passer dans la tête d’Anton… Bref, j’ai beaucoup apprécié ce livre qui mérite lui aussi d’être lu.

In My Mailbox (15)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine



Santa Olivia de Jacqueline Carey 

(trad par mes soins, on copie, on crédite)

Il n'y a aucune pitié à Santa Olivia. Et pas d'échappatoire. Dans cette zone tampon militaire isolée entre le Mexique et les États-Unis, les citoyens de Santa Olivia sont pratiquement impuissants. Puis une héroïne improbable est né. Elle est la fille d'un homme génétiquement manipulé par le gouvernement pour être une arme. Un "Homme-Loup", il a été conçu pour avoir une force surhumaine, vitesse, endurance et sens développés, ainsi que d'une absence totale de crainte. Nommé pour son père disparu, Loup Garron a hérité de ses dons.
Frustrée par les injustices infligées à ses amis et voisins par les occupants militaires, Loup est déterminée à venger sa communauté. Aidée par une poignée de ses camarades orphelins, Loup prend l'aspect de leur sainte patronne, Santa Olivia, et part venger la veuve et l'orphelin - consciente que si elle est prise, elle pourrait perdre sa liberté ... et peut-être sa vie. 



Tybalt, Tybalt de Rebecca Alledra 

" L'on ne choisit pas de qui l'on tombe amoureux ", tenta d'expliquer Juliette à Tybalt après que celui-ci ait découvert sa romance avec Roméo Montague. Mais ça, Tybalt en était pleinement conscient. Il l'avait même apprit à ses dépends en tombant désespérément amoureux de sa propre cousine...


L'amour en double de Joyce Carol Oates 

Molly Marks, une jeune et jolie femme de vingt-sept ans, décide de suivre une thérapie - plus par désoeuvrement que par nécessité - avec le Dr Jonathan McEwan, qui ne tarde pas à devenir son amant. 
Il lui apprend qu'il a un frère jumeau, James, qui réside à New York, également psychiatre, avec qui il est brouillé depuis dix ans. 
Décidée à découvrir la raison de la rupture entre les deux frères, Molly se présente chez James McEwan sous un nom d'emprunt. Et elle en devient la maîtresse... 
Désormais, elle ne cesse de comparer les jumeaux : leurs manies, leur façon de faire l'amour, leur écriture... Mais les manœuvres de Molly se retournent peu à peu contre elle... 


Le clan des rebelles de Caroline Fortuné 

Au royaume de Larssa, la fière lignée des Paravel gouverne de manière juste et loyale. 
Gabrielle, une métisse née de l’union du souverain Paravel et d’une elfe royale, est la seule héritière au trône de Larssa. La jeune fille adore son père, qui lui enseigne les armes, les lettres, et lui fait découvrir son royaume. Quand à sa mère, Gabrielle, elle ne ressent pour Larssa que du dégoût. Mais l’enfant ne s’en soucie guère, et vit heureuse sous l’aile protectrice du souverain son père, et de sa nourrice Anita. Sa famille réalise avec étonnement que, contrairement à ses parents, Gabrielle est dotée de pouvoirs magiques très puissants, qui pourraient même s’avérer dangereux. Et pourtant, toutes les forces en sa possession lui seront nécessaires pour faire face au destin terrible qui l’attend… 
Ce roman met en scène une très jeune adolescente qui doit embrasser la terrifiante prophétie qui pèse sur ses épaules; ce premier tome relate la formation et l’initiation d’une jeune fille qui doit à tout jamais quitter l’enfance et l’âge de l’innocence, pour faire face prématurément à de lourdes responsabilités qui engagent la sauvegarde du royaume entier. Elle devra alors lutter contre sa propre famille, faire preuve de courage et de résolution, en puisant ses forces dans l’amour et le soutien de ses amis. Un récit palpitant, riche d’intrigues et de rebondissements, qui nous fait anticiper avec impatience la sortie du deuxième tome de la saga "Opale".



Le prince rebelle de Céline Kiernan

Wynter Moorehawke a bravé les dangers pour retrouver Albéron, le Prince Rebelle. Mais elle comprend bientôt que la politique est une discipline venimeuse : le roi et son héritier sont sur les sentiers de la guerre, le royaume est déchiré entre différentes factions, et Wynter pourrait bien perdre ceux qu’elle chérie le plus… 
Et si leurs différences séparaient à jamais des amis ? Et si elles étaient fatales au royaume tout entier ? 


Réminiscences de Georgia Caldera 

« Le temps n’est rien… 
Il est des histoires qui traversent les siècles… » 
Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, plus fragile que jamais, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants. 
Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s’y méprendre avec la réalité. 
Peu à peu, elle perd pied… 
Mais, la raison l’a-t-elle vraiment quittée ? Ces phénomènes étranges ne pourraient-ils pas avoir un lien quelconque avec l’arrivée de ce mystérieux personnage dans sa vie ? Cet homme qui, pourtant, prétend l’avoir sauvée, mais dont le comportement est si singulier qu’il en devient suspect… Et pourquoi diable ce regard, à l’éclat sans pareil, la terrorise-t-il autant qu’il la subjugue ?! 



La saga de l'empereur de Sneafell de Charles Berrotte 

Dans des temps troublés par les révoltes et les guerres intestines d'un empire divisé depuis un millénaire par une immense faille, Richard, un noble déchu, entame une quête incroyable à la suite d'une rencontre avec un être mystérieux. Cette quête le conduit à vivre une véritable épopée qui ne manque pas de piquant ! De quête de sens en combats épiques il découvrira un ordre de chevaliers qui le conduira vers son destin.


La dame en noir de Susan Hill 

Par un mois de novembre froid et brumeux, Arthur Kipps, jeune notaire londonien, est dépêché à Crythin Gifford, dans le nord du pays, pour assister aux funérailles d’Alice Drablow, 87 ans, avant de trier ses papiers en vue d’organiser sa succession. 
Lors de l’inhumation, dans une église quasi déserte, Arthur remarque la présence d’une femme tout de noir vêtue, le visage émacié, comme rongé par la maladie. Cette dame en noir, il l’apercevra de nouveau aux abords du manoir qu’occupait Mme Drablow, une demeure isolée, battue par les vents, située sur une presqu’île seulement accessible à marée basse. 
Et, chaque fois qu’elle apparaît, se produisent des phénomènes paranormaux qui ébranleront le jeune homme. Jusqu’à faire vaciller sa raison ? 
Ce chef d’œuvre de la littérature anglaise vient d’être adapté au cinéma par James Watkins, avec Daniel Radcliffe (« Harry Potter ») dans le rôle principal.


Et vous ?

26/01/2012

L'accident d'Elizabeth Chandler (Le baiser de l'ange 1)

Quatrième de couverture

Ivy adore les anges. Elle collectionne les petites statuettes qui les représentent et croit profondément qu'ils l'accompagnent dans les moments difficiles de sa vie. Surtout depuis que sa mère s'est remariée. Avec le père de Gregory, ce garçon étrange qui met Ivy mal à l'aise. Heureusement, Tristan, le jeune homme le plus adulé du lycée est fou amoureux d'elle. Ivy partage ses sentiments, et le bonheur lui paraît de nouveau accessible. Mais bientôt, le destin les frappe violemment.

Lecture Commune avec




Mon avis

J’avais reçu ce livre en cadeau lors de la dédicace de Cate Tiernan et Maggie Stiefvater au Virgin et je l’avais mis de côté, ayant beaucoup d’autres lectures plus intéressantes à mes yeux. Mais suite à la lecture commune sur le forum de Lire ou Mourir, je l’ai ressorti de sa cachette (ouais, vu l’aspect de la PAL, on peut dire ça) et ait commencé à le lire très rapidement le soir même (bah oui, je l’ai commencé la veille au soir, du jour où l’on allait discuter du livre) et je l’ai donc terminé dans le début d’après-midi. Vu la taille du livre, il était évident qu’il allait être rapidement lu, et donc j’ai pu tenir les temps pour la lecture commune, ce dont je me félicite. Voilà pour ce qui est des circonstances de cette lecture non prévue / prévue.

Alors pour ce qui est de l’histoire, il s’agit d’une part, Ivy, une jeune adolescente comme les autres, si ce n’est qu’elle croit aux anges et collectionne des statuettes à leur effigie (chacun à un nom et une spécificité). Elle les invoque quand elle en a besoin, cela la rassure et l’aide dans sa vie de tous les jours, notamment depuis le remariage de sa mère avec le père d’un adolescent de son lycée, qu’elle n’apprécie pas vraiment, il la met mal à l’aise. D’autre part, on retrouve Tristan, un ado des plus prisés, remarque Ivy et va tout faire pour lui parler et sympathiser avec elle (et plus si affinité), bien que ça semble compromis. Une petite histoire va naître entre ces deux protagonistes, jusqu’à ce qu’un évènement ne chamboule leur vie paisible…

Etant donné l’épaisseur du livre, il ne faut pas trop s’attendre à une intrigue très « développée » ou conséquente (dommage pour moi, voilà pourquoi je préfère de loin les pavés). Le livre est vraiment très court, même pour un poche et du coup ça se lit très rapidement, très facilement parce que l’écriture s’y prête bien. C’est fluide et agréable à lire, du coup les pages défilent avec une aisance déconcertante (ce qui je dois l’avouer m’arrangeait grandement pour cette lecture commune.). C’est une petite histoire d’amour mignonne, qui nous emporte dans l’univers d’Elizabeth Chandler. Ce livre est tout en émotion (on est vraiment dans l’histoire d’amour pure et dure à la Roméo et Juliette par certains aspects) et je dois avouer qu'un passage m'a pas mal ému, pas loin des larmes (alors que moi c'est très rare. Ouais, sensible par certains sujets, faut les trouver…).

Je trouve ça dommage que le début commence par CETTE scène (je vous laisse découvrir quoi si vous voulez le lire) parce que ça annonce trop la suite, vu que c’est un flash forward, du coup ça retire un peu de « plaisir » à la lecture parce que dès le début, on sait ce qui va arriver. Mais bon c'est un choix de l'auteur, ça intrigue quand même le lecteur et ça peut permettre de donner envie de lire la suite. Après, ça dépend si on aime se faire spoiler dès le départ intentionnellement par l’auteur.

Les personnages sont assez attachants et sympathiques, notamment Ivy et Tristan qui sont les deux personnages principaux que l'on suit (narration à la 3e personne). Ivy semble fragile et dans un autre monde avec ses anges, et de l’autre elle est très ancrée dans la réalité par rapport à ce qui se passe avec sa mère (son remariage, etc.) et son petit frère qu’elle prend pas mal en charge. Par ailleurs, les liens avec sa « belle famille » ne sont pas des plus évidentes (je n’aimerai pas avoir pour demi frère Grégory, bizarre de dire ça pour ma part… bref). Quant à Tristan, il est vraiment adorable et on ne peut que l’apprécier, on comprend pourquoi c’est LUI.

Le fait d’avoir les deux points de vue, permet d'avoir une vision plus large de la situation et ainsi découvrir certaines choses sur leur compte. C’est pas mal ce genre de choses quand on voit les sentiments de chacun et comment ils essayent de se rapprocher ou autre… C’est bien pratique les changements de point de vue, mais en même temps, ça ne laisse pas de mystères. Quand on est cantonné à un seul point de vue à la première personne on ne perçoit vraiment qu’un seul personnage après ça n’est que des suppositions par rapport à ce qu’on « voit » et ça peut être plus intéressant parfois. Bref, l’alternance des deux points de vue était quand même intéressant, ça m’a bien plu quand même (étrange de lire de la YA à la 3e personne, c’est tellement rare). Les personnages secondaires sont tout aussi bien, ce qui est important (ça permet de faire ressortir les principaux, mine de rien).

Malgré tout ça, je reste un peu plus sceptique sur cette lecture parce que je dois dire que j'ai trouvé ça un peu lent. Finalement, on peut résumer en 3 lignes l'intrigue de ce 1er volume et je trouve ça un peu léger, et quelque peu décevant (moi qui aime quand il se passe plein de choses, plein de péripéties, etc. là, je reste un peu sur ma fin, ça me donne un sentiment d’inachevé (mais il me semble que beaucoup de gens en parlaient comme d’un livre « introduction », c’est un peu ça, ça met en place quelque chose, mais on s’attend à avoir une suite après, pas que ce soit un tome unique et achevé). Là, je rejoins complètement les avis, j’ai aussi ressenti ça et c’est dommage.

Voilà pourquoi je n’aime pas trop les romans courts, parce qu’il manque toujours quelque chose, j’ai toujours une objection à faire. Ici, c’est le manque d’intrigue vraisemblablement, on se demande où l’auteur veut en venir, parce que l’évènement qui va tout chambouler arrive assez tardivement quand même et du coup c’est assez long pendant la première partie… La rencontre des deux personnages, le fait qu’ils se tournent un peu autour avant de se mettre en couple… Ça fait peut être un peu long, surtout quand on sait depuis le début ce qui va arriver ! Et là, on aimerait que les choses s’accélèrent un peu. Et quand ça arrive, bah la deuxième partie ne relève pas entièrement le niveau, c’est trop « plat ». Par ailleurs, je trouve que le côté ange, n'est pas forcément suffisamment exploité, je m'attendais à un peu plus (sachant par avance et surtout d’après la quatrième de couverture que ça allait parler d’anges). Je ne m’attendais pas à ça, et j’avais en tête un autre type de scénario, donc bon… ça n’était pas ce que je pensais.

Donc je suis un peu « déçue » (c’est un peu fort mais je n’ai pas d’autres mots en tête pour qualifier ce que je pense vraiment) de ce livre, il ne faut pas trop en attendre, c'est une petite histoire relativement tranquille et sympathique, mais sans plus. On va dire que je suis mitigée, j’ai bien aimé lire ce livre, ça n’était pas non plus une torture comme avec d’autres que j’ai pu lire l’année dernière, mais ça manque d’action, de profondeur, de développement. C’est davantage une histoire d’amour avec des problèmes (et pas des moindres quand même) où tout n’est qu’émotion (ça fait du bien parfois ce genre d’histoire, Le faire ou mourir de Claire-Lise Marguier, c’était le cas, mais ça m’a davantage touché et plu que Le baiser de l’ange). Je lirai peut être la suite quand ça sortira en poche, mais bon je ne me jetterai pas dessus non plus.


imaginaires par des auteurs nord-américains vivants 

Au-dessus du gouffre de Clinton McKinzie (Les frères Burns 1)

Quatrième de couverture

La carrière de l'agent spécial Antonio Burns a pris une mauvaise pente. Après avoir tué trois membres d'un gang qu'il avait réussi à infiltrer -; sans que la légitime défense lui soit reconnue -, il a été muté dans le Wyoming.
À peine arrivé, il est chargé d'enquêter sur la chute d'une jeune passionnée d'escalade, dont le corps a été retrouvé au pied d'un massif des Rocheuses.
Pour ses nouveaux collègues, il s'agit d'un accident. Mais Burns, lui-même grimpeur chevronné, est sûr qu'il s'agit d'un meurtre déguisé.
Quand un politicien briguant le poste de gouverneur tente d'enterrer l'affaire, Burns sait ce qu'il lui reste à faire : enfiler sa tenue d'escalade et aller affronter son adversaire sur les cimes avant qu'il ne commette un nouveau crime.
Mais, à 4 000 mètres d'altitude, le moindre faux pas peut vous précipiter dans le gouffre...

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Archipoche (Archipel) de m’avoir permis de lire ce livre et ainsi découvrir le 1er tome (en VF) d’une superbe série. J’aime beaucoup les thrillers, j’en lis de plus en plus et je dois avouer que celui-là était franchement pas mal.

Concernant l’histoire, il s’agit d’Antonio Bruns, dit Anton ou encore Dégaine (suite à la bavure survenue quelques mois auparavant) qui a été chargé d’une enquête dite : « de routine » et donc, laissant supposé qu’elle sera vite expédiée et fermée. Une jeune femme, passionnée par l’escalade est retrouvée morte et tout le monde dit qu’il s’agit d’un accident, l’affaire pouvant être classée rapidement. Sauf que Burns a été contacté (faisant partie de la criminel) pour voir si c’est bien le cas. Lui-même étant passionné d’escalade, il va comprendre rapidement qu’il ne peut s’agir d’un accident mais d’un meurtre déguisé afin de clore rapidement l’affaire. Mais pourquoi ? Dans quel intérêt ? C’est ce que va devoir tenter de comprendre l’agent spécial. En parallèle, une autre enquête mêlant le meurtre d’une jeune femme et inculpant deux frères fait énormément parlée d’elle. Et puis l’histoire de la bavure de l’agent Burns fait également jaser et porte une ombre sur lui, tout en lui mettant des bâtons dans les roues dans son enquête… Qu’est-ce que cela cache finalement ? L’agent Bruns le découvrira, et pas forcément sur le terre ferme, mais peut être bien à des milliers de kilomètres, au bord des falaises des Rocheuses…

L’histoire annoncée sur la quatrième de couverture était vraiment alléchante et je peux vous affirmer que le contenu est vraiment super et que ce livre mérite d’être lu. L’intrigue est vraiment bien menée, et encore, on ne peut pas totalement parlé d’une intrigue, vu que l’on suit 3 affaires en parallèle finalement, la mort de cette jeune femme passionnée d’escalade, l’autre qui a été tué par deux frères, et surtout la bavure concernant l’agent qui ne cesse de lui revenir en pleine figure au plus mauvais moment dans l’enquête. On suit avec un certain plaisir tout ça et l’auteur a bien su jouer avec son lecteur laissant par-ci par là, quelques pistes pour nous aider à comprendre ce qui se passe, tout en gardant du suspense et sa part de mystère. L’intrigue était vraiment bien menée, on voit pas à pas les éléments se mettre en place avant de comprendre ce qui s’est vraiment passé et pourquoi… Tout au long de notre lecture on se doute de certaines choses, mais sans oser y croire, parce qu’on manque d’informations pour faire tous les liens. Une vraie enquête policière qui va nous mener sur des hauteurs inimaginables. J’ai eu des doutes et en même temps, le fait de nous emmener sur diverses pistes nous embrouilles un peu l’esprit, si bien que même si on pense savoir qui est le coupable, on ne sait pas forcément ses intensions du coup, ça rend vraiment ce livre haletant et prenant. J’ai vraiment passé un bon moment et ça se lit très vite. Je suis curieuse de voir la suite.

Quant à l’écriture de l’auteur, elle est très agréable à lire et fluide, le fait que ce soit écrit à la première personne permet de bien s’intégrer et s’attacher au personnage principal : l’agent Burns. On voit donc comme lui, on suit ses pensées et raisonnement concernant ces affaires et on ne peut que l’approuver. Lui-même étant passionné d’escalade, il s’y connait et sait de quoi il parle. D’ailleurs, à ces moments-là, on sent la voix de l’auteur derrière qui est lui même expert en la matière et ça se sent. Quand il décrit l’équipement, les sensations, etc. on imagine parfaitement l’auteur dire ça et ressentir ça, vu que c’est l’une de ses passions. Cela permet de rendre le texte plus vivant et crédible que si c’était une personne lambda qui décidait du jour au lendemain d’aborder ce sujet et qui s’informait de ce que ça pourrait donner.

Les personnages sont attachants, aussi bien Anton, un gars impulsif et entier qui ne mâche pas ses mots ou ne cache pas quoi que ce soit. Je l’ai beaucoup apprécié et le fait d’avoir son point de vue direct a dû sûrement beaucoup y jouer. Il peut être un peu bourru par moment, mais ça fait tout son charme et il a surtout soif de liberté et c’est ce qu’il ressent quand il part en escalade avec son chien (si d’après la description on peut dire que c’est un chien) Oso, dont les rituels nous font sourire. Il y a toute une complicité là dedans et c’est vraiment touchant. On apprend à le connaître au fur et à mesure, en comprenant ce qu’est cette histoire de bavure dont il est question dès le départ quand on fait mention de son surnom Dégaine, donné par un journaliste, mais aussi sur sa passion de l’escalade, sa famille… Ça rend ce personnage très intéressant et attachant.

L’autre personnage important de ce livre c’est son chef McGee, bien que malade, le soutient quoi qu’il arrive, il tient un peu de figure de père, d’une certaine manière donc on l’apprécie vraiment et concernant l’histoire de la bavure, il sait que c’était de la légitime défense, en dépit de ce que peuvent dire les autres. Il est vraiment là pour lui. C’est l’une des seules personnes à l’aider et non à le descendre et à vouloir le suspendre en attendant son jugement. Il y a de nombreux autres personnages qui servent dans l’histoire avec des tempéraments différents, des gens vraiment détestables et cette pluralité, permet de rendre plus crédible cette histoire et de montrer également les coups bas possibles, etc.

En bref, ce livre a été une très bonne surprise, j’ai vraiment adoré. Je me suis laissée embarquer facilement dans cette histoire, dans cette enquête qui devient de plus en plus complexe, et difficile vu que les morts se succèdent sans qu’Anton ne soit capable d’y remédier, surtout quand on lui coupe l’herbe sur le pied pour différentes raisons. L’intrigue est bonne, les personnages intéressants et attachants et tout ce qui est rattaché à l’escalade était vraiment pas mal. Je trouve ça sympa quand un auteur arrive à parler de sa passion dans un texte parce que ça se ressent et ça rend aussi le tout plus crédible, comme je l’ai dit. Donc c’était agréable et une très bonne idée. Voilà, c’est une série à découvrir parce qu’elle est vraiment pas mal, par contre attention, il ne faut pas avoir le vertige…

22/01/2012

Le Secret d'Alice de Deborah Smith (Waterlilies Series 1)

Quatrième de couverture 

Parce qu’elle a sauvé de lanoyade la fille du gouverneur de Géorgie, Alice Riley, 34 ans, se trouve projetée
sous les feux de l’actualité et fait connaissance avec ses tantes paternelles : Lilith, Mara et Pearl Bonavendier, descendantes d’un flibustier et de Mélusine... une sirène. Orpheline, Alice est partagée entre le désir de rompre sa solitude en se liant avec ses tantes et le refus d’origines aussi fantastiques, même si elles expliquent ses particularités : des pieds palmés, d’extraordinaires dons de nageuse et de télépathe. Ce conflit intérieur est avivé par l’attitude qu’elle éprouve pour Griffin Randolph, chercheur d’épaves et héritier d’une famille ennemie des Bonavendier...

Mon avis

Pour changer un peu, j’ai lu ce livre : de la romance (ouais, étrange, venant de ma part mais ça a son explication ^^) et portant sur les sirènes (très rare vu qu’en France, ça n’a pas l’air d’arriver alors qu’aux Etats Unis, ça semble être le « thème » du moment). Donc voilà, j’ai lu ce livre et je dois dire que je n’ai pas du tout été déçue. Je ne m’attendais à rien de spéciale et sachant que c’était très romance, bien qu’il y ait une partie fantastique importante, je suis assez difficile vu que ça peut très rapidement m’énerver, les : « Je t’aime, moi non plus » ça devient vite soulant, après faut voir comment c’est fait. Et là… j’ai eu une très bonne surprise. J’ai vraiment apprécié ce livre.

L’histoire ? Il s’agit d’Alice, une jeune femme de 34 ans qui n’est pas tout à fait comme les autres. Orpheline, très bonne nageuse avec des pieds palmés, elle se sent parfaitement dans l’eau, bien qu’elle ne sache pas expliquer pourquoi. Elle ignore tout de ses origines et est bien souvent mis à l’écart depuis sa tendre enfance à cause de sa différence, mais elle s’en accommode. Jusqu’au jour où, alors qu’elle nageait tranquillement, elle se rend compte qu’un homme, Griffin, est en train de se noyer et elle va lui ordonner de respirer pour qu’il puisse vivre. L’histoire aurait pu s’arrêter là, sauf qu’un peu après, elle se rend compte qu’une petite fille est en train de se noyer. Elle la sauve des eaux et finit par apprendre un peu plus tard qu’elle est la fille du gouverneur. Alice, malgré elle, va se retrouver sous les feux des projecteurs, mais au début, pas forcément dans le bon sens du terme parce que les gens pensaient qu’elle avait fait exprès de sauver cette petite fille pour y gagner quelque chose (de la reconnaissance, de l’argent, etc.) alors que ce n’était pas du tout les intentions d’Alice, qui au contraire depuis toujours cherche à se faire discrète. Suite à ça, plusieurs personnes vont être à la recherche d’Alice, d’une part, 3 mystérieuses femmes qui font parler d’elle depuis des années et de l’autre, Griffin qui va tenter de découvrir qui est cette Alice, pourquoi il l’a sauvé de la mer…

J’espère que ça vous aura mis l’eau à la bouche parce que franchement ça en vaut la peine. L’intrigue est vraiment intéressante et bien menée. Bon, en tant que romance, il est évident qu’on sait dès le début comment ça va se terminer, ou du moins une très grande partie, mais ça, c’est le propre du genre. On sait très bien ce qui va se passer au niveau de la romance propre entre Alice et Griffin, néanmoins on a quelques surprises, des rebondissements qui donnent du rythme à l’histoire. Il y a pas mal d’action, cette histoire, bien que centrée sur la romance, laisse place également à des secrets de famille qui pèse lourd et qui peuvent être la cause de nombreux problèmes et qui expliquent pourquoi les Randolph et les Bonavandier ne peuvent pas se supporter (là encore, on peut très vite imaginer en quoi, mais il y a certaines parties de l’histoire qui nous restent obscures jusqu’à la fin, donc ça laisse un peu de suspense, tout n’est pas complètement calculé).

Par ailleurs, la part fantastique, avec le fait que ce soit des sirènes (on l’apprend très vite dans l’histoire, ça n’est pas un gros spoiler) donne un intérêt nouveau et ça m’a vraiment plu. Ce ne sont pas les sirènes auxquelles on pourrait s’attendre, mais c’était quand même sympa. On n’a pas énormément de livres sur ces créatures, donc c’était un plaisir d’en avoir ici, surtout que ça sert très bien l’histoire. Après ça aurait pu être autre chose évidemment, mais ça a son intérêt et je pense que ça m’a permis d’être davantage dans l’histoire (la romance n’est vraiment pas mon truc, où jusqu’à un certain point). Je préfère de loin les histoires fantastiques, donc si dans la romance il peut y en avoir, je ne suis pas contre, bien au contraire.

L’écriture est simple mais efficace, c’est très fluide, agréable à lire et on est rapidement entrainée dans cette histoire. Le fait d’avoir le point de vue direct d’Alice, permet de se mettre à sa place, et de mieux la comprendre. On s’attache beaucoup à elle, et on suit son histoire avec plaisir. Elle est un peu perdue, désorientée et n’arrive pas à croire à ce qu’on lui raconte, mais elle va prendre sur elle et finir par ouvrir les yeux et voir quel rôle elle peut jouer dans toute cette affaire, car évidemment, il y a un but dans tout ça, mais je vous laisse découvrir quoi. La narration est triple, puisque l’on a donc à la première personne Alice, mais également à la troisième personne, celle de Griffin, et des 3 sœurs Bonavendier, sans compter des petits extraits d’un texte, souvent raconté par Lilith qui nous permet d’en savoir un peu plus sur le monde des sirènes.

Donc avec toute ces narrations, on a une vision très large de l’histoire et on se demande comment les parties peuvent se réconcilier quand on voit les soucis de chacun, les projets, secrets qui pèsent lourds et qui finalement détruits tout. Il y a de nombreux non dits, et cela fait « souffrir » la plupart des personnages. Dès qu’on commence à les comprendre et à voir ce qui a pu se passer des années auparavant, eh bien on change de point de vue sur certains personnages (comme Mara par exemple qui me sortait un peu par les yeux, elle est si froide, distante, pas attachante du tout, eh bien quand on apprend à la connaitre, on finit par changer d’avis…). Les personnages sont dans l’ensemble très attachants et tout ce que l’on souhaite c’est que ça se termine bien, qu’on ait une fin heureuse pour tout le monde, même si ça peut paraitre difficile au fur et à mesure que les révélations sont faites. Mais bon, comme je l’ai dit, c’est de la romance, il est évident que ça va bien se terminer, le tout est de voir comment.

En somme, ça a été une très bonne découverte. Je me rends compte après tout ce que je viens de dire qu’il y aurait encore plein de choses à signaler, mais après j’ai peur de spoiler, donc je vais m’abstenir là. Mais en tout cas, c’était vraiment intéressant, j’ai beaucoup aimé (comme quoi… toute la romance n’est pas à jeter lol) et qu’il en vaut la peine. Même si je ne suis pas en général fan de ce genre, je dois avouer que ça a été une très bonne surprise et je ne regrette pas du tout de l’avoir lu. Je ne peux que le conseiller aux amoureux de la romance (sans fantastique, parce que si vous attendez une histoire du genre La Confrérie de la Dague noire de Ward, passez votre chemin, ça n’est pas ça du tout) c’est vraiment de la romance de base, mais avec une petite touche fantastique qui donne un intérêt en plus. L’univers est intéressant, les personnages sont touchants, l’histoire est vraiment pas mal et bien menée. Que de bons éléments pour passer un très bon moment en lisant ce livre, donc, que demander de plus ?

In My Mailbox (14)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine





Non Stop de Frédéric Mars

9 septembre 2012, Manhattan.
Un homme ordinaire reçoit une enveloppe anonyme et se met à marcher en direction du métro. À peine s’est-il arrêté sur le quai de la station qu’il explose, semant la mort autour de lui. Très vite, les mises en marche et explosions de ce genre se multiplient à une allure folle. Sam Pollack et Liz Mc Geary, les deux agents chargés de l’enquête, doivent admettre qu’ils sont confrontés à une attaque terroriste d’une envergure inouïe. Une attaque non revendiquée et d’autant plus difficile à contrer qu’elle transforme des innocents en bombes humaines, faisant d’eux les agents de ce scénario apocalyptique. Tous se sont vu implanter un pacemaker piégé dans les deux dernières années. Tous reçoivent ces fameuses enveloppes kraft et se mettent à marcher. S'ils s’arrêtent, la charge explosive se déclenche, où qu’ils soient. Quels que soient leur âge et leur couleur de peau. Grace, la propre fille de Sam Pollack, est concernée. Concerné aussi, un certain Stanley Cooper, président sortant des États-Unis, qui a caché à l'électorat son insuffisance cardiaque pour accéder au pouvoir… La cavale sans fin de ceux qu'on appelle les Death Walkers, les marcheurs de la mort, ne fait que commencer.


Et vous ?

21/01/2012

Vampire et casée de MaryJanice Davidson (Queen Betsy 5)

Quatrième de couverture

J’en peux plus. La semaine prochaine c’est mon anniversaire : les terribles 30 + 1 an de ma vie après la mort. En plus, l’organisation de mon mariage avec Eric bat son plein et le principal intéressé refuse toujours d’y prendre part.
Autrement dit, je n’ai pas la tête à recevoir, même si mes visiteurs sont de puissants vampires européens enfin résolus à me présenter leur respect… ou à se débarrasser de moi ! Ah ! Et j’ai finalement décidé de dire non au sang.
Sauf qu’arrêter l’hémoglobine, ça met à cran… alors faut pas me chercher !

Mon avis

Je remercie une fois de plus Nyx Shadow pour m’avoir prêté son livre (oui, tu es une excellent dealeuse, je continuerai avec toi ^^) que je n’avais pas pu prendre, faute de sous, mais je le prendrais un peu plus tard pour continuer ma collection (surtout que le tome 6 arrive bientôt).

Je ne vais pas faire de résumer parce que la quatrième de couverture montre assez bien la situation dans son ensemble et répéter presque mot pour mot ce qui est écrit ne sert strictement à rien et si j’en dévoile davantage je vous spoile entièrement, ce qui n’a aucun intérêt (surtout quand on voit l’intrigue…).

Etant donné mon avis sur les deux tomes précédents, j’attendais ce livre au tournant (un peu comme La communauté du Sud 11 de Harris) et là… j’avoue ne pas trop savoir quoi en penser… Je le trouve mieux que les précédents, mais de l’autre… je trouve que l’intrigue est un peu faible. Avec la quatrième de couverture, on s’attend à de l’action, à ce qu’il y ait plein de problèmes, etc. et finalement… on n’a pas grand-chose. Oui, Betsy a des soucis, plein de choses à penser et à affronter, sauf que… je trouve que ça pêche un peu, c’est assez lent, il y a pas mal de blablas inutiles… Parfois Betsy m’a un peu soulé parce qu’elle se plaint, mais ne fait rien pour y remédier, c’est un peu chiant quand même…

Je pensais qu’avec l’arrivée des vampires européens il y aurait plein d’action, de soucis et finalement c’est assez tranquille, on se demande même pourquoi elle s’inquiète ! Ce n’est que dans les dernières pages que ça devient intéressant, qu’un gros problème surgit et au final, ça ne bouleverse pas des masses, alors qu’on pourrait parfaitement le penser ! Du coup, il n’y a pas vraiment d’intrigues, juste une succession d’évènements qui montrent que Betsy a la tête ailleurs et qu’elle doit tenter de tout concilier… Entre les affaires politiques vampiriques, son mariage à venir, son anniversaire à la fin de la semaine et les soucis personnels (famille humaine)… elle a de quoi s’en faire, mais bon, c’est un peu léger et ça n’est pas si intéressant que ça.

Sinon après, j’aime bien l’univers de l’auteur, les personnages dans l’ensemble et bon… j’y suis quand même attachée et j’ai envie de savoir ce qui va se passer parce que c’est tout de même une lecture détente. Je n’attends rien de spécial de cette série à la base donc je ne suis pas vraiment déçue… mais je dois avouer que c’est dommage parce que les premiers tomes étaient vraiment bien et ça promettait beaucoup. L’idée était originale et finalement, c’est retombé assez vite, ça devient un peu redondant. Néanmoins il y a de bonnes idées et des pistes intéressantes pour la suite, qui font que j’ai quand même envie de continuer la série, mais bon, je ne m’attends pas à quelque chose d’exceptionnel. Un peu dommage quand même. Après ça reste plaisant à lire, c’est rapide, l’écriture est simple, donc le livre est vite expédié (ce qui peut être une bonne chose vu le « creux dans l’intrigue ».  Betsy est quand même un personnage sympathique, je l’aime bien en dépit de ses réflexions qui donnent envie de la taper / secouer pour qu’elle bouge un peu plus. Elle est totalement déconnectée avec ce qui se passe, frivole, faut aimer ce genre de personnage, ça passe ou ça casse.

Voilà, je ne vois pas ce que je peux dire de plus parce que c’est un peu décevant par rapport à ce que cette série promettait et de l’autre j’ai quand même envie de poursuivre pour voir ce que ça donne. L’univers et les personnages sont sympathiques donc je m’y accroche, néanmoins je sais que je ne dois pas trop en attendre, sinon la déception risque d’être trop grande. Une lecture tout de même sympathique, on passe un bon moment, mais il n’y a pas réellement d’intrigue, ce qui est un peu dommage.


imaginaires par des auteurs nord-américains vivants 

20/01/2012

Mort de peur de Charlaine Harris (La Communauté du Sud 11)

Quatrième de couverture

« Me revoilà, Sookie, de retour au bercail ! Je suis enfin revenue à Bon Temps. Et quel retour ! Vous ne devinerez jamais ce qui s'est passé : quelqu'un a tenté de réduire le Menotte en cendres sous mes yeux ! Plus de peur que de mal, me direz-vous. Je suis bien décidée à mener l'enquête et, vous me connaissez, je ne vais pas en rester là ! J'ai déjà quelques soupçons, mais je sens que quelque chose de beaucoup plus grave se trame au sein du clan des buveurs de sang. »
Depuis que le Menotte a brûlé, rien ne va plus dans les bayous ! Adieu la vie paisible à Bon Temps, Sandra Pelt est de retour et vient régler ses comptes. Les luttes d'influence s'immiscent au sein du clan des vampires depuis que Felipe, le roi, a placé Victor en qualité de régent juste au-dessus d'Eric. Toutes ces révélations vont fragiliser le beau duo que forment Sookie et Eric, et, une fois de plus, la pègre des suceurs de sang va faire de graves dégâts...

Mon avis

Etant donné mon avis sur les deux derniers tomes de la série, je dois dire que j’attendais ce tome là au tournant et je dois dire, que ça ne m’a pas déçue, pas comme les précédents et en même temps, on sent que c’est la fin de la série. On voit que certaines choses se mettent en place et que le dénouement approche (ce qui n’est pas plus mal d’un côté vu la tournure des évènements et aussi ce que devient la série).

Je dois avouer que j’aime bien cette série, mais ce n’est pas ce que je préfère de l’auteur, elle se débrouille – à mon sens – vraiment mieux dans les « polars » (Harper Connelly / Lily Bard) que dans l’urban fantasy (ici), donc mon avis déjà… est quelque peu partagé mais j’aime bien quand même cette série et j’y suis attachée d’une certaine manière, même si clairement ce n’est pas ma série favorite dans le genre, loin de là.

Dans ce tome, on voit que les évènements passés pèsent lourd sur les épaules de Sookie et même de ses amis vampires. Mais pour le moment, Sookie à d’autres problèmes : alors qu’elle travaillait au Merlotte, qui bat de l’aile à cause d’un nouveau « restaurant » qui s’est installé non loin, quelqu’un l’attaque en lançant une sorte de bombe pour le réduire en cendres. Heureusement, il n’y a pas de victimes, mais le bar mais cela donne un coup à Sam et à son entreprise. Sookie, qui comme à son habitude attire les ennuis, va enquêter sur cette histoire et va se rendre compte que cette attaque est des plus personnelle… Comme si ça n’était pas assez, Sookie apprend que Sandra Pelt est en liberté et crie vengeance, vu que Sookie a tué sa sœur (bien qu’elle n’ait aucune preuve) et du côté surnaturel, Victor, le nouveau régent, d’un rang supérieur à Eric, commence à mettre la pagaille, si bien que les vampires complotent derrière son dos… Evidemment, Sookie va être, d’une manière ou d’une autre mêlée à toutes ses histoires… La semaine risque d’être longue… très longue…

Difficile de faire un résumé étant donné les 3 « enquêtes » parallèle dans lesquelles Sookie est mêlée sans trop en dire, donc veuillez m’excusez pour ce résumé un peu « pourri » faut le dire… Mais bon, si je ne veux pas spoiler, je ne peux pas en dire plus, sinon ça gâcherait le plaisir.

Néanmoins, après lecture de ce livre, je dois avouer que je suis plutôt… « surprise » peut être pas, mais je trouve que ce livre relève le niveau des deux précédents. L’intrigue est dans le même genre que les premiers tomes que j’avais bien appréciés, il y a plein de choses qui se passent, des révélations, un peu d’action (surtout sur la fin, et là… wouah, ça ne s’arrête pas), ce qui fait qu’on apprécie cette série. Même s’il faut l’avouer, on voit de loin ce qui va se passer, on sait plus ou moins comment ça va se terminer, c’est juste les moments choisis, ce qui se passe à la toute fin, je le voyais beaucoup plus tôt du coup… j’étais dans l’attente, mais je n’avais pas un gros suspense non plus. Après là, où j’en ai eu un, c’était plus sur la relation Sookie / Eric, c’était plein de non dit et du coup on se demandait pourquoi ils se comportaient comme ça… Assez intriguant pour le coup. L’univers est toujours aussi intéressant, les personnages ne changent pas forcément, mais on en découvre plus sur certains et ça fait plaisir. Les faés (étrange comme écriture dans le livre là) sont toujours aussi présents, et sont pas mal au centre des « problèmes » de Sookie, d’une certaine manière (il faut dire qu’elle attire, TOUS les problèmes de Bon Temps.

Après, on a souvent des passages de la vie quotidienne de Sookie (c’était déjà le cas avant) qui permettent de couper, de reprendre notre « souffle » peut être un peu trop par moment, ça ralentit un peu le texte, ce qui est dommage (voilà pourquoi aussi cette série n’est pas ma préférée, trop lent par moment). Sookie s’occupe de sa petite vie, mais d’une manière ou d’une autre elle se retrouve mêlée à de sombres histoires et ici, ça concerne aussi bien sa vie quotidienne que sa vie surnaturelle qui pour le coup va en prendre un coup… Sa relation avec Eric est des plus chaotiques dans ce tome et j’avoue que je ne sais pas trop quoi en penser pour la suite, ça me laisse assez perplexe… A voir comment Harris va s’en sortir là dedans, j’espère que je ne serais pas déçue.

Voilà, mon avis n’est pas très développé, mais en même temps, j’ai trouvé ça sympa à lire, c’est toujours un univers où l’on se « se détend et passe un bon moment » mais après ça n’a rien d’exceptionnel. Je crois que j’ai dû me lasser un moment où à un autre de ces livres là, même si j’ai quand même pris plaisir à le lire, et que j’ai dû aussi découvrir de bien meilleures séries qui me donnent plus envie et dont l’intrigue est plus haletante. Je dois avouer qu’il est bien meilleur que les deux tomes précédents que je trouvais creux. Ça relève le niveau, mais on voit que la fin approche et que Harris nous emmène vers une certaine voie… Après, j’avoue ne pas savoir comment ça va se terminer, ça me laisse un peu perplexe parce que je ne vois pas où elle veut aller… Ça sera donc une surprise !


imaginaires par des auteurs nord-américains vivants 

17/01/2012

Sacrifice ultime de Richelle Mead (Vampire Academy 6)

Spoiler si on n’a pas lu les tomes précédents ! Et la quatrième de couverture peut en dire plus qu’on ne le pense, éviter de la lire !

Quatrième de couverture

Un meurtre. L'amour. La jalousie. Et un dernier sacrifice.

La reine est morte: le monde des Moroï ne sera plus jamais le même. Condamnée pour un crime qu'elle n'a pas commis, Rose attend son exécution. Seuls les deux hommes de sa vie, Adrian et Dimitri, peuvent encore la sauver.
Dans cette situation inextricable, Rose aura besoin de l'aide de ses ennemis... et de remettre en question la confiance qu'elle portait à ceux qu'elle croyait de son côté.
Et si, pour retrouver la liberté, Rose devait sacrifier ce qu'elle a de plus cher au monde ?

En lecture commune avec :
Mon avis

Voilà, on arrive au dernier tome de cette fabuleuse saga. J’avais tellement envie de lire ce livre, et en même temps, je ne le voulais pas, parce que je savais que c’était le dernier et qu’après ça, il faudrait tourner la page et dire au revoir à tout l’univers et aux personnages de Richelle Mead. (Bon, sauf si Bloodlines est publié en France, là, on les retrouvera mais ça ne sera pas tout à fait pareil). Voilà, j’aime quand une série arrive à sa fin, parce qu’on a enfin l’histoire dans son ensemble, toutes les révélations (en général) mais de l’autre c’est toujours triste, pour les raisons expliquées au-dessus. Avec Richelle Mead, je sais à quoi m’en tenir et je ne suis absolument pas déçue de cette lecture, j’ai vraiment adoré et je ne peux que recommander cette série (je mettrais tout de même un bémol dans la suite de ma critique, mais pour moi c’est minime, ça n’est pas ce que je retiendrais sur l’ensemble de cette saga).

Suite aux évènements du tome précédent, Rose se retrouve en « prison » en attendant son jugement pour le meurtre de la reine Tatiana, mais évidemment, elle n’a pas commis ce meurtre. Ses amis vont devoir prouver d’une manière ou d’une autre son innocence et cela ne va pas se passer forcément prévu, puisqu’ils avaient oublié de prendre en compte Rose et son tempérament impulsif, qui de son côté à une mission : retrouver l’héritier caché des Dragomir afin de permettre à Lissa d’accéder au Conseil et pouvoir ainsi tenter de faire changer des lois qui pourraient transformer l’existence des vampires : Moroï et Dhampir. Evidemment, cette course contre la montre va emmener Rose, Dimitri, Lissa et les autres vampires sur des terrains minés, sans qu’il ne s’en rende compte, après tout, un meurtrier rôde…

Ce résumé, bien que bref, raconte vraiment l’ensemble de l’histoire et des évènements les plus importants, bien que je ne dévoile rien (aucun intérêt à lire le livre après, surtout qu’il en vaut vraiment la peine et puis c’est le dernier, il faut vous laisser un peu mariner pour ceux qui ne l’ont pas encore lu). Comme je l’ai dit, j’ai vraiment adoré ce tome, mais je vais tout d’abord parler du côté négatif de l’histoire pour ensuite terminer sur une touche plus positive parce que c’est ce qui ressort tout de même le plus dans cette lecture. De toute façon, j’ai été conquise dès le début par cette série, donc comme je le dis souvent : « je suis une vendue » mon avis vaut ce qu’il vaut, mais j’en ferai quoi qu’il arrive l’éloge de cette série parce qu’elle est géniale et que tous les tomes sont vraiment extras et que ce livre-ci, clôt parfaitement la série.

Comme je l’ai dit, il y a un aspect du livre qui m’a « dérangé » et qui le rend moins exceptionnel, comme ont pu l’être les autres, c’est le côté « planifié » au niveau de l’intrigue. Avant de commencer ce tome, j’avais déjà en tête l’identité de l’héritier des Dragomir, et simplement en lisant la quatrième de couverture, j’étais certaine d’avoir trouvé celle du véritable meurtrier (raisonnement qui s’est avéré juste). Donc c’est un peu dommage pour moi, parce que toutes les révélations n’en étaient pas vraiment puisque j’avais déjà tout deviné, cela avant de commencer le livre. C’est dommage et il est vrai que ça a un « goût » planifié parce que tout coule de source, cela semble trop évident et ça retire le côté suspense de l’histoire. Je n’ai pas été stupéfaite des évènements qui se passaient, mais j’ai eu tout de même de bonnes surprises et les choses auxquelles je m’attendais (et cela depuis le premier tome) sont enfin arrivés donc c’est une bonne chose (surtout pour moi), mais cela semblait également évident. Quand on connait un peu l’auteur (je suis ses trois séries : Succubus, Cygne Noir et Vampire Academy) on finit par la connaitre et savoir un peu ce qu’elle nous prépare. Donc il n’y a pas de surprises sur certains points et dans ce tome là, je dois avouer que je n’en ai pas eu des masses, comme j’avais trouvé avant.

Malgré ce côté négatif, j’ai tout de même adoré ce livre. Je me suis laissée transporter avec aisance (comme toujours avec Richelle Mead en fait) dans cet univers que j’affectionne particulièrement (je croise sincèrement les doigts pour avoir Bloodlines pour y remettre un peu les pieds, ça me manquerait de ne pas avoir cette histoire, surtout quand on sait qui ça concerne). L’écriture de Mead est vraiment très sympa, simple mais efficace. C’est ce qui rend ses livres si plaisants à lire, en plus des histoires / intrigues menées tout au long de ses sagas et c’est très appréciable. Ça nous permet de nous plonger au cœur des actions, et l’on peut dire qu’ici, ça ne manque vraiment pas. Avec Rose en même temps, on peut s’attendre à tout, et ça n’est pas étonnant de sa part de voir tout ce qui se passe ici, c’est ce qui fait également l’intérêt de ce livre. L’univers est riche et complexe, bien qu’on s’y soit fait depuis longtemps, on en apprend toujours un peu plus. Les répliques entre certains personnages sont à savourer, les relations entre les personnages sont également touchants, étonnants, on ne sait jamais vraiment quoi penser de certains liens / personnages et c’est ça qui donne de l’intérêt aux livres de Richelle Mead, cette série ne fait pas exception, on ne sait pas toujours quoi penser… L’heure des révélations à sonner (même si je savais à peu près l’essentiel) j’ai quand même eu des précisions, des petites surprises à certains niveaux, donc ça reste très sympathique à lire.

Rose est toujours égale à elle-même, elle fonce tête baissée et réfléchis après, ça la perdra un jour, mais la plupart elle s’en tire plutôt bien, même si parfois la leçon peut être dure à avaler. Et son caractère (qui peut être énervant pour certains, moi je l’adore !) permet à l’histoire de prendre une certaine orientation et de l’embarquer dans plein de problèmes, qu’elle tentera de résoudre, malgré la situation critique dans laquelle elle se trouve. J’aime toujours autant les personnages de cette série et certains vont être davantage mis en valeur, au centre (comme Lissa par exemple) qui va nous surprendre. J’ai beaucoup apprécié le fait de revoir Sydney, j’adore cette fille et si Bloodlines venait à paraître, on la verra encore plus, car pour ceux qui l’ignorent, ça se passe entre elle et Adrian… (intéressant non ?).

Enfin bref, si vous avez aimé les précédents tomes, il n’y a aucune raison pour que celui là ne vous plaise pas. Il est vraiment dans la lignée des autres, avec plein de rebondissements, de révélations / explications sur des faits passés… Après si vous réfléchissez un minimum vous trouverez – comme moi – la solution bien avant, mais bon, ça ne m’a pas gâché ma lecture, loin de là. J’ai vraiment pris plaisir et je relirai cette série plusieurs fois plus tard parce qu’elle en vaut vraiment la peine, et je ne pense pas que je pourrais m’en lasser. Une bonne conclusion à cette superbe série, n’hésitez pas à la lire !


imaginaires par des auteurs nord-américains vivants 

Le Souffle du dragon de Nicolas Cluzeau (Le Dit de Cythèle 4)


Quatrième de couverture

Cythèle et ses compagnons après avoir quitté un Asgard déchiré par la guerre, reviennent sur Therion Weir, le monde d’origine de la prêtresse de Plutonis, pour retrouver l’âme d’Irgolène, dernier membre de sa famille.
Ce voyage les amènera au cœur des jungles suaves et oniriques de Vandirac, territoire de la récente république des Sorciers d’Argile, dont la puissance s’étend dans l’ombre. Ils y retrouveront Harmelinde et Dreidre, personnages du second tome, et seront traqués par un groupe de démons assassins, ennemis du régime politique en place. L’issue de sa quête est proche, Cythèle le sent, cependant elle sait aussi qu’elle a échoué dans sa volonté de s’affranchir de sa divinité. Manipulée, sa mission est-elle aussi pure qu’elle le pense ? Ne risque-t-elle pas de déclencher, comme en Asgard, d’incontrôlables cataclysmes ? Incapable de maîtriser les évènements, la hiérarche vogue, à bord d’un navire volant vers son destin.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Black Book de m’avoir permis de lire ce livre et ainsi finir les aventures de Cythèle, qui je dois avouer se termine en apothéose. Si jusque là, vous avez aimé les précédents tomes, il n’y a aucune raison pour que ce dernier tome ne vous enchante pas. Il est vraiment excellent et il sera difficile de dire au revoir à cette héroïne incroyable ainsi qu’à ses compagnons de voyage… En finissant cette série, on n’en finit pas tout à fait indemne, on veut continuer cette aventure. Mais heureusement pour nous, qu’il existe d’autres livres en rapport avec ce monde, et des personnes que Cythèle a pu rencontrer. (va falloir que j’aille faire quelques recherches…).

Il est assez difficile de faire un résumé des évènements de ce livre étant donné la richesse de l'univers et des actions, sans paraphraser la quatrième de couverture qui présente très bien les évènements. Mais suite aux évènements passés, le monde est sens dessus dessous, mais Cythèle n’a pas fini sa mission et est bien décidé à aller jusqu'au bout, coûte que coûte, en dépit de l'avis de certains de ses compagnons de voyage. De retour sur Therion Weir, pour retrouver l'âme de sa fille, elle va finir sa quête dans la capitale de la République des Sorciers d’Argile, où elle retrouvera d'anciens compagnons de voyage comme Harmelinde et Dreidre, deux magiciennes de Vilanöé, qui sont là pour assister à une cérémonie. Cérémonie au cours de laquelle de nombreuses choses seront révélées, qui pourront changer le monde si cela venait à s'accomplir. En parallèle de ces évènements, il y en a une autre quête s'installe, celle d'une daemoni : Chiriliyé a qui on a confié une mission, où en cas de succès elle recouvrera sa liberté. L'enjeu est d'autant plus grand, alors elle va tout faire pour la menée à bien.

Comme je l'ai dit, ce quatrième tome qui clôt les aventures de Cythèle, est un véritable bijoux, il se lit avec une aisance qui nous permet de bien suivre l'histoire et de l'apprécier pleinement. Arrivé au quatrième tome, on s'habitue parfaitement au style de l'auteur qui au premier abord peut paraître complexe, non pas dans l'écriture même qui est fluide, mais plutôt dans la richesse de son univers qui peut nous perdre aisément si l'on perd le fil parce qu'on a été distrait. C'est vraiment agréable à lire et cette série mérite amplement d'être lue, je ne peux que la conseiller à tous les fans de fantasy, vous y trouverez votre compte ici. L'intrigue est vraiment géniale, on suit encore une fois différents personnes, où Cythèle n'est pas nécessairement le centre (même si elle est importante) d'autres personnages entre en compte et on ne peut pas les laisser de côté.

Ce tome est riche en rebondissements, révélations, actions, on ne se pose jamais parce que ce soit auprès de Cythèle, Harmelinde ou Chiriliyé, on a toujours un moment où ça s'emballe, nous précipitant toujours un peu plus près de la fin évidente de cette tétralogie. Après cela se passe à différents niveaux, Cythèle qui veut retrouver sa fille, Harmelinde qui tente de comprendre ce qui se passe au niveau politique et des éventuels complots, et Chiriliyé qui veut gagner sa liberté en travaillant pour la dernière fois pour son maître... Difficile de ne pas faire plus complexe et riche en actions. Le tout étant (comme les autres tomes) entrecoupé par des moments clés de l'Histoire, nous permettant de comprendre comment on en est arrivé là avec certains personnages, pour mieux appréhender la suite (notamment le personnage de Chiriliyé, qui prend ici toute son ampleur).

La quête de Cythèle va s'avérer bien plus difficile que pour les deux premières car de nombreuses choses vont l’en empêcher, comme les intrigues politiques qui se déroulent à la capitale sans compter le long le chemin pour y parvenir. Cela semble évidemment, sans quoi il n’y aurait aucun intérêt et jusque là, surtout au bout du quatrième (et dernier) tome, on a bien compris la manière d’opérer de Nicolas Cluzeau. On se doute que son chemin va être semé d’embuches avec une chance infime pour qu’elle réussisse… mais à quel prix ? Là est encore toute la question… Cythèle parviendra-t-elle à l’accepter pour récupérer l’âme de sa fille, dernier membre de sa famille ? Voilà autant de questions, d'évènements importants qui se déroulent en même temps et qu'on suit avec avidité (oui, à ce point là, on peut savoir).

Les personnages sont toujours aussi intéressants. Le personnage de Cythèle m'a énormément plu, elle est forte et fragile en même temps. Elle va jusqu'au bout de sa mission, même si parfois elle remet un peu en doute les actions d'Ereas et Plutonis, ne comprenant pas pourquoi elle se retrouve ainsi au centre de tous les intérêts. Chiriliyé, que l'on rencontre pour la première fois ici, m'a bien plu également, demoni froide et manipulatrice, elle n'en reste pas moins attachante par certains aspects et tout au long du livre, on apprend à la connaître et on ne peut pas totalement la détester en dépit de ce qu'elle est et de ce qu'elle fait. Je me suis beaucoup attachée aux deux magiciennes : Harmelinde et sa fille Dreidre parce qu'on les voit davantage en action, et elles tiennent vraiment une place de premier choix, où elles seront en quelque sorte le pivot de toute cette histoire (j'aimerai bien les retrouver dans d'autres aventures).

Ma théorie selon laquelle tous les auteurs sont des sadiques (envers nous lecteurs) se confirme, puisqu’une fois encore, à mesure que les pages défilent, on sent que la fin est proche, on sent que Cythèle arrive à son but, mais des problèmes nous empêchent de tourner en rond jusqu’à nous faire perdre la tête. Dans les dernières pages, alors qu’on pense que ça va s’arranger, un revirement de situations changent tout ça, nous laissant stupéfait et pantelant… Sincèrement, c’était une torture de ne pas savoir directement la fin et j’ai fait en partie une nuit blanche pour le découvrir, parce que je ne pouvais pas attendre le lendemain (ça m’aurait sûrement empêché de dormir et mon cerveau n’aurait pas cessé de cogiter là-dessus… terrible). C’était avec une certaine avidité que j’avais envie de lire cette histoire parce que je voulais enfin le fin mot, mais en même temps, je la craignais parce que je savais qu’en tournant la dernière page, tout serait fini… et je n’avais pas envie de quitter ce monde, toute cette aventure et ces personnages hors du commun avec qui on a vécu énormément de choses (c’est toujours dur de dire au revoir à tout ça quand on termine une série). Une fin géniale, qui nous laisse quand même un peu sur notre fin parce qu'on aimerait que cela continue encore (par chance comme je l'ai dit, il existe d'autres livres dans cet univers !).

En bref, ce quatrième tome est tout aussi génial que les précédents. On retrouve les mêmes éléments qui m'avaient plu et qui me font dire que cette série mérite amplement d'être lue. Ce quatrième tome clôt parfaitement la série, qui ne s’essouffle jamais, bien au contraire, elle prend toujours un peu plus d’ampleur, les intrigues deviennent de plus en plus compliquées. On découvre un monde toujours un peu plus riche et complexe, les personnages sont très intéressants et profonds, même ceux qu’on ne voit pas énormément ont leur importance et rôle à jouer. On se demande toujours si elle va arriver à s’en sortir et la fin de ce volume pourra nous étonner car ça laisse place à l’imagination… Je ne regrette vraiment pas d’avoir lu cette série et je remercie une fois de plus les éditions Black Book pour m’avoir permis de la lire (s’en va maintenant chercher d’autres livres de l’auteur…). Bonne lecture et bonne découverte du monde de Nicolas Cluzeau !

imaginaire d'un auteur français vivant