Rechercher dans ce blog

C'est lundi, que lisez-vous ? [153]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ? 




Je n'ai pas lu grand chose cette semaine (même si trois livres c'est très honorable) mais j'ai eu plutôt de bonnes lectures dans l'ensemble.


Nous deux à l’infini de Fleur Hana (Nous deux à l’infini 1)


Lola aime Dante. C’est une vérité universelle depuis qu’elle a croisé son regard, treize ans plus tôt, alors qu’ils étaient encore adolescents et que Dante sortait avec sa grande sœur. Aujourd’hui, elle décide de tenter le tout pour le tout : elle va le séduire, quitte à se faire passer pour une femme qu’elle n’est pas vraiment, une femme que Dante laissera entrer dans ses nuits.

Dante n’aime que lui. C’est une vérité indiscutable depuis la trahison qui a fait voler sa vie rêvée en éclats. L’homme qu’il était a disparu ; désormais, il enchaîne les coups d’un soir et est devenu ce que la vie a fait de lui : un sale type. Mais, lorsque Lola déboule au milieu de la nuit, il lui ouvre, même s’ils ne se sont pas parlé depuis huit ans. Cette fille est toujours la gamine insupportable, capricieuse et envahissante de ses souvenirs, mais elle a ce truc indéfinissable qui le touche. Alors, quand elle lui demande de l’héberger, il accepte.


Bon, va falloir vraiment que je m'y tienne à lire ces livres parce que ça commence à faire un moment que je dois les lire...

In My Mailbox (332)



In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir

Mes acquisitions de la semaine


Les ombres de Glozel de Robert de Rosa

Eté 1989, les deux inspecteurs Grégory Des Cartes et Robert Spinoza sont chargés par leur patron, le commissaire Marcel Broust, de suppléer leurs collègues de Vichy. En pleine Montagne Bourbonnaise, dans le petit musée de Glozel, trois objets dont une tablette à écriture ont été dérobés. Rien d'important... Le déplacement aurait pu ressembler à une promenade touristique, d'autant qu'Emile Fradin, propriétaire et "inventeur" du site, est très volubile sur l'histoire de ses découvertes. Sauf que l'on retrouve dans les ruines du château de Montgilbert, tout proche, le cadavre nu d'une jeune fille, accompagné d'un des objets volés. L'enquête change de nature et amène les deux inspecteurs à côtoyer un étrange milieu paysan. Il leur faudra beaucoup de perspicacité pour relier les indices qui les conduiront tantôt vers des pratiques cérémonielles secrètes conduites par des personnages inquiétants, tantôt vers des intérêts économiques et stratégiques dissimulés.
Derrière ce roman, apparaît en toile de fond le mystère du site archéologique de Glozel. Sa permanence à travers plusieurs siècles pourrait laisser penser que les sorciers de Glozel n'ont pas complètement disparu...


Poussière fantôme d’Emmanuel Chastellière

Une histoire de fantôme rocambolesque… à Montréal !

Être guide touristique spécialisé dans les mystères du Montréal hanté n’est pas facile tous les jours, malgré les pourboires et les touristes à berner. Mais ça l’est encore moins quand on peut réellement converser avec les fantômes, trop contents de trouver quelqu’un à qui parler !
Depuis qu’Archibald a fait la rencontre d’Elizabeth McKenzie, jeune scientifique décédée dans des circonstances étranges en 1917, sa vie a basculé. Déterminé à aider Elizabeth à lever le voile sur sa mort, Archie va devoir compter sur des amis parfois surprenants et apprendre à percer les secrets de la poussière fantôme, alors que les revenants, goules et autres spectres de la ville se montrent de plus en plus menaçants…
Et tout ça si possible sans trop se fatiguer !


D'encre, de verre et d'acier de Gwendolyn Clare

Et si on pouvait vraiment créer un monde avec de l’encre et du papier ,

En s’armant d’encre et de papier, il est désormais possible de voir naître sous ses doigts des univers entiers. Il suffit, pour accomplir ce miracle, de respecter les règles complexes d’une nouvelle discipline, la scriptologie. Mais lorsque des êtres humains apparaissent pour la première fois sous la plume d’un scriptologue, c’est la révolution. Jumi de Veldana et sa fille Elsa, à la tête des insurgés, parviennent à leur tour à percer le mystère de cette science et à reprendre le contrôle de leur petit paradis à son créateur.
Cependant leur bonheur ne dure pas : Jumi, qui cache un noir secret, est enlevée sous les yeux de sa fille. Elsa est donc contrainte de s’aventurer dans le monde réel pour retrouver la trace de sa mère. Des canaux d’Amsterdam aux rues de Pise, elle finit par trouver refuge dans un « asile de fous », une institution fondée par une organisation scientifique baptisée l’ordre d’Archimède. Là, scriptologues, alchimistes et mécaniciens peuvent étudier et travailler à l’abri des persécutions. L’endroit est aussi un pensionnat réputé, dont les élèves observent la jeune inconnue avec beaucoup de curiosité. Parmi eux se trouve Leo, un mécanicien de génie dont la rencontre avec la nouvelle arrivante fait vite des étincelles. Commence une attente interminable, l’aide promise par l’ordre tardant à se concrétiser. Elsa finit donc par prendre les choses en main, et ce n’est pas peu dire. Car la jeune fille, elle aussi, dissimule un lourd secret…
Saura-t-elle réparer par l’écriture un monde devenu fou ? Si elle veut parvenir retrouver la trace de sa mère, Elsa devra apprivoiser les règles de son nouveau terrain de jeu et comprendre la complexité des relations humaines. Passé tragique et ténébreuses conspirations, univers de poche et armes ultimes : suivez cette héroïne armée d’encre et de papier à travers une ribambelle de mondes réels et inventés !


L'éveil, stade 3 de Jean-Baptiste de Panafieu

De retour en France, Laura et ses amis retrouvent un pays en proie à des événements incontrôlables. Pendant qu'ils tentaient en Amérique de contrer les projets de la WOFF, l'épidémie s'est généralisée. Menés par les chimpanzés, les pensionnaires des zoos déferlent dans les campagnes, avec en tête un mystérieux projet très inquiétant. Les vaches et les porcs tentent de survivre à la disparition des élevages alors que les chiens se déchirent entre factions adverses. Les rats et les corneilles se sont très bien organisés, mais la contestation monte aussi dans leurs rangs. Quant aux hommes, ils réagissent en ordre dispersé aux menaces qui pèsent sur leur monde, devenu bien malgré eux animal autant qu'humain.


Et vous ?

Il y a un monstre dans ce livre de Tom Fletcher et Greg Abbott

Quatrième de couverture

Il y a un monstre dans ce livre ! Pour s'en débarrasser, il faut secouer l'album, souffler dessus, le faire tourner très fort... Cet ouvrage interactif et plein d'humour invite l'enfant à interagir avec lui à chaque page.

Mon avis

Alors que j’étais en train de réorganiser et faire un peu de « ménage » dans le rayon des petits (à entendre que je regardais ce qu’on allait garder ou pas en rayon), je suis tombée sur ce livre qui m’a interpelé. Le titre est plutôt amusant et lorsque je l’ai ouvert, j’ai été surprise de découvrir que ce livre avait exactement le même principe que Saute lapin ! un album interactif où le personnage de l’histoire nous incite à agir.

Saute lapin ! est un de mes coups de cœur au boulot, mais il faut avouer qu’aider un lapin à faire du ski, alors qu’on en plein été, ce n’est pas forcément le livre idéal. Ce n’est pas de saison, alors avec la découverte de ce livre, je dois dire que j’ai trouvé LE livre interactif qui pourra fonctionner tout l’été (et pas qu’en période de Noël, vacances d’hiver).


Il y a un monstre dans ce livre est un album amusant où il faut essayer de se débarrasser d’un monstre (mais il a l’air bien gentil, n’est-ce pas ?). Ainsi, on nous indique ce qu’il faut faire pour qu’il puisse s’en aller. Comme par exemple, pencher le livre, le secouer, etc. Autant de manières différentes pour qu’il s’en aille mais alors qu’il disparaît du livre, on nous avertit qu’il est dans notre chambre ! Il faut donc agir très vite pour qu’il revienne dans le livre.


Je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler la fin, mais je dois dire que c’est une histoire très mignonne et sympathique, mon nouveau coup de cœur parce que ce genre de livre interactif fonctionne très bien avec les enfants. Saute lapin ! a très bien fonctionné auprès de mes neveux (et sur d’autres enfants d’après le retour de certains clients).

J’avoue qu’en le lisant, je n’ai pas joué avec le livre en faisant ce qu’il m’était demandé (je pense que les clients au boulot m’auraient regardé bizarrement) mais c’est vraiment très chouette comme principe et c’est le genre de chose qui ne pourra que plaire aux enfants.


Les illustrations sont vraiment très sympathiques, tout en rondeur et en couleur, de quoi attirer l’œil et la sympathique de ce petit monstre qui n’a rien d’effrayant, bien au contraire. Il y a très peu d’éléments sur chaque double page, un fond plutôt uni, avec cet unique personnage donc c’est très simple et parfaitement adapté pour de jeunes enfants.


En bref, Il y a un monstre dans ce livre est un album très sympathique que je vous invite à découvrir. Le côté interactif permet à l’enfant d’être un vrai acteur de l’histoire, cela permet de jouer en même temps de lire une histoire amusante et drôle. Un livre que je vous conseille et qui ravira les petits comme les plus grands !

A partir de 3 ans.

Mon livre des odeurs et des couleurs

Quatrième de couverture

Chaque page de gauche présente une couleur grâce à de jolies illustrations simples et enfantines, mais que se cache-t-il derrière le rabat ? En frottant son doigt, l'enfant y découvrira une odeur du monde de la couleur de la page.

Mon avis

Voici une collection de livres à destination des tout-petits que nous aimons beaucoup au boulot (à entendre que lorsqu’on en reçoit un, on s’amuse avec comme des gamins) et que j’aimerai vous présenter aujourd’hui parce qu’ils méritent à être connus.

Il s’agit de la collection Mon livre des odeurs et des couleurs, des imagiers à destination des tout-petits qui, comme son nom l’indique, leur permettent d’apprendre de nouveaux mots, de les associer à des couleurs mais aussi à des odeurs. C’est un concept vraiment intéressant car il est vrai qu’avec un imagier traditionnel, on voit à quoi cela ressemble, sa couleur mais pour tout ce qui est fruit, par exemple, cela a une odeur et c’est dommage de ne pas développer davantage nos sens. Avec ce livre, tout cela est possible.


Sur une double page on retrouve à chaque fois une couleur. Sur celle de gauche, c’est la partie « imagier » plus traditionnel avec une image et le nom correspondant. Cela peut être toute sorte de choses puisqu’on y trouve aussi bien des fruits, des légumes, des condiments, des fleurs, mais aussi des objets du quotidien. Sur celle de droite, l’image est cachée derrière une fenêtre avec un trou. Ce dernier nous permettant de frotter la partie qui se cache en-dessous pour activer l’odeur avant de le sentir pour deviner ce qui se cache derrière. Saurez-vous les reconnaître ?


Les illustrations sont assez simples, très enfantine mais en même temps, très reconnaissable pour un imagier. Je les trouve plutôt sympathiques, après c’est une affaire de goût, on aime ou pas, je vous en laisse seul juge (sachant que les couleurs sont un peu « flashy » ici, le vert ne fait pas si mal aux yeux).


En bref, la collection Mon livre des odeurs et des couleurs est vraiment très chouette et ludique. Elle permet d’apprendre de nouveaux mots et les couleurs aux enfants en faisant appellent à plusieurs de leurs sens, la vue et l’odorat. Un concept assez sympathique, il existe également des coffrets à odeur de ce genre mais pour des enfants bien plus grand. Une série à découvrir si vous ne la connaissiez pas !

A partir de 2 ans

Existe aussi :

Killing Kate d’Alex Lake

Quatrième de couverture

De retour de vacances, vous vous rendez compte qu’un tueur sévit dans votre ville et que toutes ses victimes vous ressemblent. 
Ça pourrait être une simple coïncidence ou une mauvaise blague, mais c’est ce que vit Kate, jeune avocate de vingt-huit ans, quand elle rentre. 
Habituée au calme des rues de Stockton Heath, elle ne se sent plus en sécurité. Très vite, elle est convaincue qu’on l’espionne, qu’elle est suivie. 
Est-elle le jouet de son imagination ou la prochaine sur la liste ? La vérité est parfois bien plus sinistre…

Mon avis

Killing Kate est le 2e roman de l’auteur Alex Lake, dont j’avais beaucoup aimé le premier After Anna qui m’avait bluffé. J’étais donc curieuse de voir ce que l’auteur allait nous proposer ici et je dois dire que je ne suis pas déçue. J’ai beaucoup aimé cette histoire, même si j’ai été un peu moins bluffé que pour le précédent livre puisque je m’attendais à certaines choses. Mais cela n’empêche pas que j’ai passé un très bon moment de lecture et que je vous le conseille.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’écriture de l’auteur est toujours aussi agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre dans l’histoire assez rapidement.

L’intrigue est bonne et bien menée, j’ai pris beaucoup de plaisir à la suivre. L’histoire est prenante et haletante et j’avais vraiment envie de savoir ce qui allait se passer. L’action arrive assez vite et très rapidement les premiers meurtres ont lieu. Si dans un premier temps, Kate a une certaine fascination morbide pour tout ça, rapidement elle va s’inquiéter et se demander si elle n’est pas la prochaine sur la liste. Elle voit bien la ressemblance entre elle et ces femmes donc le doute s’installe et elle se pose beaucoup de questions sur ce tueur. D’autant plus que maintenant elle est seule, comme elle a rompu avec son petit ami qui ne se met pas de cette rupture et qui agit étrangement.

Je me demandais où l’auteur allait nous emmener et petit à petit les choses s’éclairent. Je dois dire que j’avais vu venir un certain nombre de choses. Etant donné la tournure des événements je me doutais que ce n’était pas ce qu’on voulait nous faire croire, cela aurait été trop simple. Mais j’ai été surprise sur certaines révélations car si l’identité pour moi ne faisait aucun doute, je n’en avais pas les raisons, le mobile et là l’auteur a fait fort. Ce n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais, j’ai mis beaucoup de temps avant de comprendre les tenants et les aboutissants. Quant à la fin, je ne m’y attendais pas du tout, un bon revirement de situation !

Les personnages sont plutôt intéressants. Kate est attachante et évidemment on s’inquiète pour elle qui pense être « la prochaine » sur la liste. Elle va faire preuve de courage et d’une grande force quand on voit ce qu’elle va vivre. Phil, son ex, va avoir aussi son rôle dans cette affaire, mais je n’en dirai pas plus pour éviter tout spoiler. En tout cas, certains personnages risquent de nous surprendre.

En bref, Killing Kate est un thriller prenant qui m’aura beaucoup plu. L’intrigue est bonne et bien menée, c’est prenant et intéressant. Certaines choses peuvent être prévisibles mais j’avoue que je ne m’attendais pas à d’autres et la fin est assez surprenante. Les personnages sont attachants et sympathiques dans l’ensemble, même si on peut avoir des doutes sur certains d’entre eux. Un thriller efficace que je vous conseille.

La fête en rose et bleu d'Annie Jay et Ariane Delrieu (Jean petit marmiton 5)

Quatrième de couverture

C’est la panique dans les cuisines de Versailles ! Sa Majesté le roi souhaite organiser une fête pour le moins originale… Il exige que tous les invités soient habillés en rose et bleu et que le buffet soit assorti ! Jean est aussitôt envoyé au potager du Roi pour récolter de la laitue rouge et des betteraves. Il rêve déjà au beau gâteau rose qu’il va cuisiner pour le dessert ! Mais le vil Jules rôde non loin… Qu’inventera-t-il pour lui mettre des bâtons dans les roues ?

Mon avis

La fête en rose et bleu est le 5e tome de la série Jean petit marmiton , une série de livres historiques qui nous plonge dans le milieu de la pâtisserie. Je la trouve vraiment très bien faite, pour des lecteurs en herbe.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’écriture de l’auteur est toujours aussi agréable à lire et fluide, on rentre en un rien de temps dans l’histoire qui est vraiment bonne et bien menée.

Je prends toujours plaisir à découvrir les aventures de Jean qui cette fois-ci risque de s’attirer des ennuis à cause de Jules. Ce dernier est jaloux de Jean puisqu’il n’a pas pu participer à la réalisation du dessert organisé par le roi pour son amie la Pompadour, et veut le lui faire payer. Mais Jean a de la ressource et parvient à rattraper une situation qui promettait d’être désastreuse.

Comme d’habitude, le petit plus de la fin, c’est la recette du dessert qui est mis en avant dans cette histoire. De quoi allier plaisir de la lecture et plaisir de manger.

En bref, La fête en rose et bleu est un nouveau tome bien sympathique de Jean petit marmiton. Si vous ne connaissez pas encore cette série, il est encore temps de la faire découvrir à vos petites têtes blondes parce que c’est vraiment mignon, en plus cela permet de faire découvrir le genre historique et l’origine de nombreux desserts. Une chouette série que je vous conseille fortement !

A partir de 7 ans

Thérapie du crime de Sophie Jomain et Maxime Gillio

Quatrième de couverture

Alice Rivière est une psychologue peu conventionnelle. L’incongruité, c’est son truc. Elle ne fait rien comme personne et c’est même la raison pour laquelle on vient la voir. D’ailleurs, si elle pouvait parler de ce qu’on lui confie lors de ces séances, elle aurait des centaines d’histoires à raconter. Mais la discrétion est une règle d’or. Une règle fortement ébranlée par la réapparition du commandant Xavier Capelle qui vient lui soutirer des informations sur un de ses patients. Encore faudrait-il qu’elle accepte de l’aider et qu’elle lui pardonne l’humiliation subie seize ans plus tôt. Et pour ça, il peut toujours courir…

Mon avis

Thérapie du crime est le dernier né de Sophie Jomain, co-écrit avec Maxime Gilllio, si je connais la première, beaucoup moins le 2e, mais à la lecture de ce livre, j’avoue que ça me rend curieuse de lire ces romans ça car promet. En tout cas, Thérapie du crime est un roman qui m’aura beaucoup plus, un thriller efficace avec un brin d’humour pour détendre un peu l’atmosphère, bien que la situation soit des plus glauques puisque plusieurs femmes se font assassiner.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’écriture des auteurs est agréable à lire et fluide, on ressent bien le changement de voix entre les deux personnages, ainsi on voit bien leur personnalité et caractère. Les pages défilent toutes seules sans qu’on ne s’en rende compte, ça se lit tout seul, sans prise de tête et c’était ce qu’il me fallait après avoir lu Le Faiseur de Rêves qui était un roman dense.

L’intrigue est bonne et bien menée, j’ai beaucoup aimé cette histoire. Un thriller bien maîtrisé avec son lot d’action et de problèmes. C’est vraiment très efficace et j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre cette enquête, qui va s’avérer bien plus complexe qu’elle n’en a l’air. Comme souvent dans les thrillers d’ailleurs, mais ce n’est pas le seul problème, car quand on a un tel duo de personnages, il est vrai que ça complique encore plus la donne. C’est ce qui rend cette histoire d’autant plus intéressante car la vraie force de ce roman ce sont les personnages. J’avoue avoir un faible pour ce duo et je ne serai pas contre l’idée de les retrouver dans une prochaine aventure (à bon entendeur…).

Le duo Alice / Xavier fonctionne à merveille, ils sont comme chien et chat et en même temps, on voit que leur histoire passée n’est pas tout à fait terminée, qu’il y a quelque chose. Je n’en dirai pas plus sur ce passé pour vous laisser la surprise, mais on peut comprendre pourquoi elle en veut beaucoup à Xavier. Le fait que nous ayons par alternance les deux points de vue des personnages est intéressant car cela nous permet de voir ce qu’ils ressentent vraiment. Et là, on se rend bien compte, qu’il y a toujours quelque chose, même si tous les deux refusent de l’admettre et font comme si de rien n’était. 

Les deux personnages manient le sarcasme avec brio, ils sont entiers et ne se laissent pas faire. Et c’est juste jubilatoire de les voir ensemble se chamailler, s’énerver, etc. Ils ont tous les deux du caractère et ça promet quelque chose d’explosif entre les deux mais en même temps, ils forment une équipe plutôt intéressante, chacun apportant sa pierre à l’édifice dans cette enquête, car évidemment, Alice ne va pas en rester là, trop curieuse et désireuse d’en savoir plus (et un orgueil un peu touché si jamais elle ne s’était rendue compte de rien…).

En bref, Thérapie du crime est un roman que je vous conseille. C’est une lecture détente parfaite, un thriller parfaitement maîtrisé et efficace avec tout de même une pointe d’humour et de sarcasme pour détendre quelque peu l’atmosphère, avec un duo de personnages épiques. J’avoue que j’aimerai bien les retrouver dans une nouvelle enquête, ça pourrait être amusant et peut-être qu’ils trouveront un moyen de mieux s’entendre… ou pas. Un roman à découvrir !

C'est lundi, que lisez-vous ? [152]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ? 




La semaine a été prolifique et a été très bonne. Elle a commencé par un coup de coeur et les lectures qui ont suivi ont été très chouettes. J'aime les semaines comme ça !


Killing Kate d’Alex Lake


De retour de vacances, vous vous rendez compte qu’un tueur sévit dans votre ville et que toutes ses victimes vous ressemblent. 
Ça pourrait être une simple coïncidence ou une mauvaise blague, mais c’est ce que vit Kate, jeune avocate de vingt-huit ans, quand elle rentre. 
Habituée au calme des rues de Stockton Heath, elle ne se sent plus en sécurité. Très vite, elle est convaincue qu’on l’espionne, qu’elle est suivie. 
Est-elle le jouet de son imagination ou la prochaine sur la liste ? La vérité est parfois bien plus sinistre…


Bon, va falloir vraiment que je m'y tienne à lire ces livres parce que ça commence à faire un moment que je dois les lire...

L’Affaire de la licorne de N.M. Zimmermann (Angelica Varinen 2)

Quatrième de couverture

Panique ! La licorne très rare et très précieuse de Mina a été kidnappée ! Heureusement, Angelica et Lisobel sont là pour se lancer sur la piste du ravisseur. Mais elles ne sont pas au bout de leurs surprises...

Mon avis

L’affaire de la licorne est le 2e tome des aventures d’Angelica Varinen, dont j’avais beaucoup aimé le premier tome (qui est en coup de cœur au boulot d’ailleurs). J’étais donc très curieuse et impatiente de lire cette suite qui est vraiment très bonne, à la hauteur du premier. Donc si vous ne connaissez pas encore Angelica Varinen, je vous conseille de vous y pencher car ce sont des histoires très sympathiques et efficaces dans le genre.

Dans cette nouvelle aventure, Angelica se rend chez son amie Mina (amie est un bien grand mot) qui leur présente son nouvel animal : une licorne noire, très rare et très cher. Alors quand cette dernière disparaît lors de sa promenade au parc, Angelica voit là une nouvelle affaire à résoudre et très vite !

Comme pour le précédent tome, l’intrigue est bonne et bien menée, c’est vraiment très efficace, ça file droit. Il n’y a pas de longueurs, pas de perte de temps, l’action arrive très vite. On ne s’ennuie pas aux côtés d’Angelica qui voit toujours le moyen d’enquêter, c’est une véritable passion pour la jeune adolescente. J’avoue avoir compris assez tôt une partie de la résolution, mais l’auteur a fait un rebondissement sur la fin, une belle pirouette qui change quelque peu la donne. J’avoue que je n’y avais pas forcément pensé.

Le seul petit reproche que je peux faire (moi en tant que lectrice de 28 ans), c’est que ça se lit bien trop vite. C’est trop court, il ne m’a pas fait long feu, mais ça a été une lecture très plaisante et j’avais vraiment hâte de le lire et voir que l’histoire est toute mignonne et efficace, ça me ravie. Plus qu’à attendre une suite maintenant ?

Les personnages sont toujours aussi attachants et sympathiques, surtout Angelica et Lisobel. Mina, moins, elle est trop égocentrique, fait étalage de ses richesses (mais elle a de qui tenir…) et se vante. Mais elle risque de bien nous surprendre dans cette histoire et montrer une autre facette, car après tout, parfois les apparences sont trompeuses (bien souvent d’ailleurs). Et personnages ultimes que j’adore, ce sont les animaux d’Angelica, son chat et sa renarde arctique qui ajoutent un vrai plus à l’histoire.

Et une fois n’est pas coutume, le livre est toujours aussi magnifique. De par, sa couverture mais aussi ses illustrations intérieures, que ce soit la représentation de certaines scènes avec les personnages, ou la bordure qui encadre le texte. Sans compter le marque-page tissu à l’intérieur. Bref, rien que pour le livre objet, il faut avoir cette merveille, et le texte est tout aussi bon.

En bref, L’Affaire de la licorne est un tome à la hauteur du précédent. J’ai beaucoup aimé l’histoire qui est bonne et bien menée avec un retournement de situation à la fin que je n’avais pas vraiment vu venir. C’est très efficace dans le genre et je suis persuadée que cela pourrait plaire aux plus jeunes (moi ça m’a plu et je ne suis pas le public cible), les personnages sont intéressants et attachants, j’adore les animaux d’Angelica, je veux les mêmes ! Et on passe un très bon moment en leur compagnie, même si pour ma part, c’était un moment court. Mais très agréable ! Si vous ne connaissez pas encore Angelica Varinen, il est encore temps de vous y mettre !

A partir de 9 ans

TAG PKJ : Des livres écrits par des femmes


Notre nouveau tag, on le consacre aux femmes, et plus précisémment aux auteures ! Voici donc 10 questions pour lesquelles il vous faut citer un livre écrit par une femme à chaque fois ! Dans la mesure du possible, répondez aux questions en proposant un livre différent.


1) Citer un livre écrit par une femme dans lequel le personnage principal est une fille/une femme. >> Sang-mêlé de Jennifer L. Armentrout


2) Citer un livre écrit par une femme dans lequel le personnage principal est un garçon/un homme. >> 16 Lunes de Kami Garcia et Margaret Stohl


3) Citer un livre de science fiction écrit par une femme. >> Divergente, tome 1 de Veronica Roth


4) Citer un livre de fantasy écrit par une femme. >> La Marque de Jacqueline Carey


5) Citer un thriller écrit par une femme. >> Les roses écarlates de Karen Rose


6) Citer un livre féministe écrit par une femme. >> Le jour où je suis partie de Charlotte Bousquet


7) Citer un livre adapté au cinéma écrit par une femme. >> Fascination de Stephenie Meyer


8) Citer un livre écrit en duo par 2 femmes. >> En équilibre de Cendrine Wolf et Anne Plichota


9) Citer un livre écrit par une femme et traduit par une femme. >> Inséparables de Sarah Crossan (traduit par Clémentine Beauvais)