Rechercher dans ce blog

31/07/2017

Tout le monde te haïra d’Alexis Aubenque (Une enquête de Tracy Bradshaw et Nimrod Russell 1)

Quatrième de couverture

White Forest, petite ville côtière du sud de l’Alaska, est en émoi. Pris dans les glaces, un navire ayant sombré en 1920 vient d’être découvert. Les corps des marins en ont été extraits, mais une centaine d’orphelins qui étaient sur le bateau manquent au macabre décompte.
C’est dans cette étrange atmosphère que débarque Alice Lewis, qui cherche sa sœur disparue. Pour l’aider, elle engage un ancien flic au passé trouble devenu détective privé, Nimrod Russell.
De l’autre côté de la ville, la lieutenante Tracy Bradshaw enquête sur un crime sordide.

Mon avis

Tout le monde te haïra est un thriller qui attend depuis longtemps dans ma PAL. Alors j’ai profité de mes vacances pour l’emmener, le format poche étant bien pratique, et j’ai pu enfin le lire. Et là, je me suis dit : mais pourquoi l’avoir fait autant attendre ? J’ai beaucoup aimé ce thriller qui est efficace avec un duo atypique dont j’ai apprécié l’aventure. Bref, vous l’aurez déjà compris, je vous le conseille, vous ne serez pas déçus !

Tout le monde te haïra est un roman prenant et haletant qui met en scène Tracy Bradshaw, un lieutenant de police au fin fond de l’Alaska et son ex coéquipier Nimrod Russell reconverti en détective privé. Autant vous dire que vous n’allez pas vous ennuyer avec eux ! Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. Très rapidement les trois personnages concernés nous sont présentés et les enquêtes, celle de Tracy d’un côté et celle de Nimrod de l’autre, peuvent commencer.

L’écriture de l’auteur est très agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire et les pages défilent sans qu’on ne s’en rende compte. Profitant d’une journée de repos durant mes vacances, j’ai pu lire ce livre dans la journée. C’est dire si c’est rapide. Mais il faut dire que j’avais vraiment envie de connaître la vérité sur ces affaires qui sont plus que louches. Et plus on avance dans l’histoire et plus ce sentiment persiste sans pour autant saisir d’où vient le problème.

A chaque instant, je voulais voir où l’auteur allait nous emmener et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il nous mène en en bateau. Alexis Aubenque nous montre beaucoup de choses et on ne sait plus où donner de la tête, on émet des hypothèses mais au début j’étais loin du compte. Peu à peu tout se fait jour, mais je n’avais pas non plus tout trouvé, bravo à l’auteur !

L’intrigue est bonne et bien menée, parfaitement maîtrisée parce que ce n’est vraiment qu’à la toute fin, au moment des révélations, que l’on comprend les enjeux et quelle drôle d’affaire s’est présentée à notre duo. L’action arrive dès les premières pages, le rythme est soutenu et haletant donc on ne s’ennuie pas un seul instant. C’est vraiment intéressant et évidemment, en plus des enquêtes, on voit le quotidien plus personnel de nos deux personnages ainsi que leur vie passé, notamment celle de Nimrod qui est un personnage qui m’a beaucoup plu. Je suis curieuse d’en apprendre plus sur lui.

La narration est à la 3e personne ce qui permet de suivre différents personnages en même temps et ainsi découvrir les enquêtes qui leur sont données. Si dans un premier temps cela ne semble avoir aucun lien, petit à petit on voit que tout semble s’imbriquer parfaitement. L’auteur tisse sa toile habilement pour nous dévoiler la clé de ses affaires. J’avoue que je ne m’attendais pas tout à fait à cela, c’est bien plus glauque que ce que j’imaginais…

Les personnages sont attachants et sympathiques, aussi bien Tracy que Nimrod dont le passé plus que trouble se révèle à nous petit à petit. Tracy est une femme forte avec un bon caractère, elle est entière et ne se laisse pas faire. Une héroïne comme on les aime. Quant à Nimrod, il est lui aussi loyal malgré les problèmes rencontrés. Il est intègre et prêt à tout pour découvrir la vérité. Nous voilà avec deux acharnés du travail qui iront au bout de leurs enquêtes malgré les nombreuses embûches rencontrées en chemin. Le binôme fonctionne toujours, même s’ils ne sont plus collègues et coéquipiers car l’amitié persiste. Et quand ils ont besoin d’aide, ils sont là l’un pour l’autre.

En bref, Tout le monde te haïra est une première enquête prenante et haletante avec un duo de choc prêt à tout pour découvrir la vérité. L’intrigue est bonne et bien menée et on a envie de savoir à chaque instant ce qui va se passer. On n’est pas prêt de s’ennuyer avec une telle équipe et il me tarde de lire une nouvelle aventure. Qui a dit qu’il ne se passait jamais rien en Alaska ?

C'est lundi, que lisez-vous ? [113 et 114]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ? 


Semaine du 17 au 23 juillet 2017

Durant mes vacances je n'avais pas pu vous présenter mon C'est lundi que lisez-vous ? Du coup je vous fais un tire-groupé de ces deux dernières semaines !

L’image contient peut-être : 1 personne, texteAucun texte alternatif disponible.

Durant cette semaine, je n'ai lu que 3 livres, en même temps, je suis partie en vacances et j'avais d'autres choses à faire que lire, même si les deux derniers ont été lu très rapidement ! Mais la journée étant partie en vadrouille dans les rues et musées de Madrid, la lecture était secondaire.
En tout cas, cela a été 3 lectures très bonnes, très différentes les unes des autres mais intéressantes !

Semaine du 24 au 30 juillet 2017


Voici le C'est lundi que lisez-vous de cette semaine, évidemment, je n'ai pas lu grand chose puisque j'étais toujours en vacances ! J'avais donc d'autres occupations que la lecture, même si j'ai pu tout de même lire deux livres, dont un en Espagnol ! Deux lectures très plaisantes dont il me tarde de lire les suites !


La voie des rois, vol.2 de Brandon Sanderson (Les Archives de Roshar 1)

« Je me souviens des jours avant l'Ultime Désolation. Avant que les Hérauts ne nous abandonnent, et que les Chevaliers Radieux se retournent contre nous. Des jours où la magie était encore de ce monde, et l'honneur dans le cœur des hommes. Aujourd'hui nous surveillons quatre personnes. La première est un chirurgien qui est devenu soldat dans une guerre brutale. La deuxième est un assassin qui pleure en tuant. La troisième est une jeune femme dont la robe d'étudiante abrite une âme de voleuse et de traîtresse. La dernière est un prince dont les yeux se sont ouverts sur le passé, tandis que son appétit pour la guerre décroît. Le monde changera. La magie des anciens jours sera de nouveau la nôtre. Ces quatre personnes sont la clé. L'une d'entre elles nous aidera. Et l'une d'entre elles nous détruira. »

C'est peu probable que je lise ces livres vu ma lecture en cours qui risque de me prendre pas mal de temps...


30/07/2017

In My Mailbox (294)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir.

Mes acquisitions de la semaine


La Cité de l’oubli de Sharon Cameron (La Cité de l’oubli 1)

Tous les douze ans, les habitants de Canaan subissent l’Oubli, un mystérieux phénomène qui efface leur mémoire. Pas celle de Nadia. Elle seule n’a pas oublié. Elle seule se souvient que se père a profité de ce bouleversement pour l’abandonner… Le nouvel Oubli approche. Nadia doit percer le secret de cette fatalité avant que sa famille ne vole à nouveau en éclats. Avant que la ville ne sombre encore une fois dans le chaos.



El Portal de los Destinos de Cris Ortega (Forgotten 2)

Dans El Portal de los Destinos (Le Portail des Destinées), l’artiste numérique Cris Ortega revient avec ses précieux portraits et des compositions à mi-chemin entre gothique et costume d’époque. Cette fois-ci, avec de nouveaux et intrigants personnages au bord de l’abîme, le désespoir ou hanté par la disparition d’un être cher. Un ensemble de mythes et de contes brillamment illustrés.


Et vous ?

29/07/2017

Georges et les secrets de l’univers de Stephen et Lucy Hawking (Georges 1)

Quatrième de couverture

Un voyage ex-tra-or-di-naire dans l’Univers! 
Le jour où Georges rencontre ses nouveaux voisins, il est loin d’imaginer que sa vision du monde va être totalement bouleversée. Chez la jeune Annie et Éric, son scientifique de père, le garçon découvre Cosmos, l’ordinateur le plus perfectionné qui soit. Sa super intelligence permet de protéger Georges et ses amis aux quatre coins de l’Univers ! Hélas, quelqu’un nourrit de sombres projets… et quand on sait qu’il n y a rien de plus dangereux dans l’espace qu’un trou noir, il y a du souci à se faire ! 

Mon avis

Georges et les secrets de l’univers est une série incontournable pour tous ceux qui s’intéressent aux sciences, aussi bien pour les petits que pour les plus grands. Je vous avoue que je la conseille assez souvent au boulot même si je ne l’avais encore jamais lue parce que c’est une série qui plaît, pour peu que le sujet intéresse. Il faut savoir qu’elle est co-écrite par Stephen Hawking, le fameux physicien et sa fille Lucy. Ainsi, vous pouvez être certain que le contenu est bien écrit et documentée.

J’étais donc très curieuse de découvrir ce livre qui met à la portée des plus jeunes les sciences et en particulier tout ce qui a attrait à l’astronomie. A travers une histoire simple et originale, nous découvrons les secrets de l’univers, le fonctionnement des planètes, ce qui les définit comme telles, leurs caractéristiques, etc. Autant vous dire que c’est un vaste sujet ô combien intéressant. J’avais la sensation de réentendre certains de mes cours, notamment au collège, ça ne fait jamais de mal d’avoir quelques rappels. Quant aux plus jeunes, cela permettra d’assouvir leur soif de connaissance sur le sujet et de mieux comprendre notre univers.

Alors même s’il y a beaucoup d’informations à assimiler, il faut savoir qu’elles sont amenées petit à petit au fil de la conversation donc ça n’est pas lourd ou ennuyeux. Bien au contraire, c’est très fluide et cela nous permet d’avoir le temps de comprendre ce qui nous est enseigné. Le côté « documentaire » de ce roman de fiction est présent notamment grâce à des encarts, qui sont détachés du texte, pour ajouter des informations supplémentaires sur un sujet évoqué durant l’intrigue. Ces dernières peuvent être lues en même temps que l’histoire ou bien à la fin.

Au milieu du livre on trouve des photos de planètes, de galaxies, etc. avec quelques lignes descriptives pour comprendre ce qui nous est montré. De quoi impressionner car évidemment ce ne sont pas des choses que l’on voit tous les jours !

Je me suis surtout attardée sur l’aspect documentaire du livre, ajoutant un côté ludique mais c’est avant tout une fiction originale et prenante qui s’offre à nous. Georges, est un jeune garçon qui découvre du jour au lendemain un monde de possibilités grâce à ses nouveaux voisins et leur ordinateur surpuissant : Cosmos. Grâce à lui, ils peuvent voyager dans l’espace et y faire des découvertes incroyables. Evidemment, l’existence de Cosmos attire les convoitises et cela va causer quelques problèmes.

L’intrigue est bonne et bien menée et laisse présager un certain nombre de secrets et de problèmes à venir avec les différents personnages que nous rencontrons. C’est une histoire simple en soi mais elle est efficace et prenante. On rentre rapidement dans le vif du sujet, les actions s’enchaînent, on n’a pas le temps de reprendre notre souffle. Comme Georges, on a envie d’en savoir plus sur l’univers et de démêler tous les secrets, quels qu’ils soient. Car l’histoire étant écrite à la 3e personne, nous pouvons suivre différents personnages et ainsi en savoir plus que notre héros sur les intentions des autres.

Cela nous met en position de force mais les auteurs ont plus d’un tour dans leur sac et savent maintenir le suspense jusqu’au bout. Il est des aspects de l’histoire que l’on ne peut pas deviner et c’est intéressant de voir les liens qui se créent. Les auteurs tissent leur toile et ce n’est qu’à la toute fin que l’on peut comprendre certains enjeux. En tout cas, ça donne envie d’en savoir plus et de lire la suite !

Les personnages sont attachants et sympathiques, qu’il s’agisse de Georges, notre héros, ce garçon quelque peu « étrange » et différent car sa famille, très écolo, vivent différemment afin de protéger au mieux la planète, ou encore Annie, sa nouvelle petite voisine assez atypique. Une jeune fille qui a une légère tendance aux mensonges. On passe un bon moment en leur compagnie, on ne s’ennuie pas un seul instant dès lors que cette incroyable aventure dans l’espace commence.

En bref, Georges et les secrets de l’univers est un premier tome très réussi qui nous embarque dans l’espace à la découverte de tous ses secrets. Une aventure qui changera le quotidien tranquille de Georges et lui permettra, comme à nous lecteurs, de découvrir de manière ludique l’astronomie. Un début de série très prometteur pour tous les amoureux des sciences ou pour ceux qui ont la tête dans les étoiles…

27/07/2017

Empreintes fauves d’Anne Bishop (Meg Corbyn 4)

Quatrième de couverture

LA PAIX FRAGILE QUI RÈGNE DEPUIS DES SIÈCLES ENTRE LES AUTRES ET LES HUMAINS est sur le point d’être brisée. L’alliance des Autres avec les prophétesses de sang a modifié l’équilibre des pouvoirs entre les espèces, et si Simon Wolfgard et Meg Corbyn considèrent ce changement comme une amélioration, tous ne sont pas convaincus. Une poignée d’humains radicaux cherche à usurper les terres sauvages en attaquant les terra indigene. Ils sont loin d’imaginer qu’il existe des êtres beaucoup plus anciens et plus dangereux que ceux qui peuplent les Enclos – et qu’ils sont prêts à tout pour protéger les leurs…

Mon avis

Empreintes fauves est le 4e tome de Meg Corbyn, une série que j’affectionne particulièrement et je remercie vraiment Nyx Shadow de m’avoir poussé à la lire parce qu’elle en vaut vraiment la peine. C’est une série originale et prenante qui nous embarque totalement dans un autre monde qui est à la fois fascinant et effrayant. D’ailleurs, beaucoup plus effrayant que ce qu’on a pu voir jusqu’à présent en Urban Fantasy.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements se mettent en place assez rapidement. Une fois encore, j’ai pris beaucoup de plaisir à retourner dans l’univers si particulier d’Anne Bishop et retrouver ces personnages si atypiques mais ô combien intéressants.

Dès les premiers tomes, on voyait que l’univers était différent, plus sombre et violent aussi. Et plus on avance dans la série et plus on se rend compte à quel point il est complexe et régit par des lois qui lui sont propres, que nous, en tant qu’humain on peut avoir du mal à accepter alors que pour un « animal » cela est simple. Il est amusant de voir le nombre de fois où ils ont envie de mordre quand les humains ne se comportent pas comme ils le voudraient. Si l’on comprend que les Autres contrôlent absolument tout sur leur territoire et que les humains doivent s’en accommoder, le constat ici est que d’autres puissantes plus terrifiantes encore règnent encore, de manière plus invisible. Mais, elles pourraient bien se réveiller si la menace humaine se fait sentir…

L’intrigue est bonne et bien menée. On suit différents points de vue ce qui nous permet de voir un peu ce qui se passe partout ailleurs que ce soit du côté des humains notamment avec les HAT ou les différentes meutes qui existent dans les villes. Cela n’empêche pas l’auteur de nous surprendre car même si on en sait un peu plus que les personnages, il est de nombreux éléments que nous n’avons pas en main pour comprendre tous les enjeux qui sont en train de se mettre en place.

Comme toujours l’intrigue est assez lente, les éléments se mettent en place progressivement donc il ne faut pas s’attendre à de l’action à tout va, des scènes de combat, etc. comme on pourrait s’y attendre avec ce genre. Mais ce n’est pas dérangeant, bien au contraire parce que cela va bien avec l’ambiance générale. C’est un combat plus silencieux et tranquille qui est en train de se mettre en place et l’atmosphère est pesante et lourde. La menace est réelle et elle se fait bien sentir, dans les petits détails et les petites actions qui sont disséminées çà-et-là. Ce n’est pas donné à tout le monde de faire ressentir cela sans en faire trop, à mettre de la grosse action et adrénaline pour le faire comprendre. C’est beaucoup plus subtil et prenant de cette manière. On a envie à tout instant de savoir ce qui va se passer et sans s’en rendre compte les pages défilent à une vitesse folle et le livre est lu en quelques jours (deux pour ma part…).

Les personnages sont toujours aussi attachants, que ce soit Meg avec son innocence qui est prête à tout pour protéger les siens, quitte à se mettre elle-même en danger. En tant que Prophétesse de sang, chaque coupure la rapproche un peu plus de la mort mais une alternative pourrait bien être trouvée. Simon quant à lui est à la fois effrayant et sympathique. Une dualité qui se confronte sans cesse comme sa nature, à la fois animal (Loup) et humain qui rend ce personnage très intéressant. Les incompréhensions face à la nature de l’un et l’autre permettent d’avoir parfois des situations cocasses qui font sourire et détente quelque peu l’atmosphère qui se fait de plus en plus lourde et menaçante.

En bref, Empreintes fauves est à la hauteur des précédents. C’est un tome riche en rebondissement, on voit bien que l’équilibre entre les humains et les Autres est fragile et qu’il suffit d’un rien pour qu’une catastrophe se déclenche. L’univers est vraiment riche et intéressant, les intrigues prenantes même si elles ont une certaine lenteur mais ça n’empêche pas le fait de ressentir toute la tension. Quant aux personnages, je les adore, on s’y attache humain, prophétesse de sang, comme Autres. Une série à découvrir si ce n’est pas déjà fait !

La librairie Bouquins Hurlants a une grande importance dans l'histoire

26/07/2017

La grande aventure d’Astrid Desbordes et Marc Boutavant (Edmond et ses amis)

Quatrième de couverture

Aujourd’hui, Polka et Hortense partent tout en haut de la Grande Montagne.
« Mais la Grande Montagne, c’est très loin, s’inquiète Edmond. Et qui sait ce qu’on peut y trouver ? »
« Sûrement l’aventure ! », répond Polka.

Mon avis

La grande aventure est le nouveau livre de la série Edmond et ses amis. Cette fois-ci ce sont deux amies d’Edmond qui vont vivre une aventure ! En effet, Polka et Hortense ont décidé d’aller franchir la grande montagne pour voir le « bout de la carte ».

Le chemin est long et périlleux mais les deux jeunes filles tiennent malgré la peur, jusqu’à ce que Polka n’en puisse plus suite à une chute. Hortense finit donc le chemin seule pour découvrir ce que cache la Grande Montagne. Mais une surprise attend la petite souris…


Comme pour les précédents livres de la collection : La chasse au tuc-tuc-tuc ou La soupe à tout, c’est une histoire mignonne que nous livre ici Astrid Desbordes et Marc Boutavant. En effet, les deux amies d’Edmond vont vivre une grande aventure qui risque de leur faire voir le monde autrement.


C’est tout mignon et parfaitement adapté pour des petits, à partir de 4 ans tout de même car il y a pas mal de textes à chaque page. Si dans le précédent, La soupe à tout il y était question d’amitié, ici il est plutôt question de solidarité. Je n’en dirai pas plus pour ne pas « spoiler » l’histoire mais cela montre que lorsqu’on se serre les coudes tout est possible ! On peut réaliser des miracles et vivre aussi sa propre grande aventure.


En bref, La grande aventure est un album sympathique, à l’image des autres tomes de la série. Si vos enfants jusqu’ici ont pu apprécier Edmond et ses amis, cette nouvelle « grande aventure » ne pourra que leur plaire.

A partir de 4 ans.

25/07/2017

Ikebana de Céline Landressie (Rose Morte 4)

Quatrième de couverture

New York, 1986.
Depuis que Rose et Vassili ont quitté la France en avril 1943 sans en informer quiconque, Rose a coupé les ponts avec son mentor, le comte Artus de Janlys. Jusqu’au soir où son serviteur se présente à l’entrée du fief de lady Rose : Artus est à New York, et il demande à rencontrer son infante. Il a besoin de son aide pour le piège qu’il ourdit de très, très longue date contre son ennemi de toujours, manigances qui nécessitent également l’intervention de Gabriel de la Cerda, un Arimath aussi frivole et versatile que dangereux…

Mon avis

Ikebana est le 4e tome de Rose Morte, une série que je suis quasi depuis ses débuts et qui me transportent à chaque fois. J’aime beaucoup cette série parce qu’elle est vraiment originale et nous tient en haleine jusqu’au bout, que ce soit au niveau de l’intrigue et de l’univers que de ses personnages, notamment Rose et Artus qui nous en font voir de toutes les couleurs, il faut bien l’avouer.

Plonger dans l’univers de Céline Landressie est toujours un ravissement. Sa plume est juste extraordinaire, on se délecte de ses mots, même s’il faut avouer qu’il me faut toujours un petit temps d’adaptation, aussi bien par l’écriture que l’univers qui est assez complexe. Mais c’est ce qui fait aussi l’intérêt de cette série, elle est bien écrite avec un univers original qui nous transporte complètement, que demander de plus ?

C’est un univers d’ambiance, il y a de l’action mais surtout sur la fin où ça s’accélère, quand les révélations se font jour. Mais sinon durant toute la lecture, il y a une certaine lenteur. Mais ce n’est pas dérangeant parce que durant ces instants on apprend beaucoup de choses, que ce soit sur les personnages ou encore sur l’instant Historique, puisqu’à chaque tome on change de période et aussi sur la quête des Arimath qui est de plus en plus précise. Il y a beaucoup d’informations à assimiler à chaque fois, raison pour laquelle ces livres ne se lisent pas en 5 minutes. Mais cela permet de les savourer pleinement et de voir les nombreux indices laissés par l’auteur pour nous mener sur la voie.

Ce qui est assez étonnant c’est que même si l’on change d’époque, après tout nous sommes dans les années 80, donc une période relativement récente par rapport à nous, les personnages ont toujours ce côté désuet du XV / XVIe siècle, ils ne changent pas. Ils s’adaptent par rapport à l’époque qui s’offrent à eux mais lorsqu’ils parlent entre eux, leur comportement reste celui d’une époque bien plus ancienne et cela crée un certain décalage quand on sait l’époque face à leur manière d’être. Mais je trouve cette confrontation intéressante.

En ce qui concerne certains personnages, j’en étais certaine ! J’avais déjà vu des choses dans le tome 3 et cela se vérifie ici. Je n’en dirai pas plus pour éviter tout spoiler et mettre la piste sur les personnages concernés mais cela a valu un petit message à l’auteur de bon matin pour montrer ma trouvaille du jour. Oui, il en faut peu pour donner le sourire…

Quant à d’autres, ils se dévoilent de plus en plus, on voit à quel point certains secrets n’en sont pas. Certains passages d’ailleurs m’ont beaucoup touché, je ne m’attendais tellement pas à ça ! Les personnages sont de plus en plus approfondies, on en apprend beaucoup sur notre quatuor ici, ce qui n’est pas pour me déplaire et ça m’intrigue encore plus car je suis certaine qu’ils ont encore beaucoup de choses à nous révéler.

En bref, Ikebana est un 4e tome à la hauteur des précédents. C’est toujours aussi prenant, même s’il ne faut pas s’attendre à un livre plein d’action toutes les deux minutes à en avoir le souffle coupé. Non, c’est bien plus posé, bien plus réfléchi, cela prend son temps mais c’est bon Et surtout à l’image de nos personnages dont la patience risque parfois tout de même d’être mise à rude épreuve. Cela fait des siècles qu’un jeu dangereux s’est lancé et ils iront jusqu’au bout, même si cela doit leur prendre du temps, beaucoup de temps. Et puis les personnages sont tellement géniaux qu’on en veut encore !

24/07/2017

Selfies de Jussi Adler-Olsen (Une enquête du Département V 7)

Quatrième de couverture

Elles touchent les aides sociales et ne rêvent que d’une chose : devenir des stars de reality-show. Sans imaginer un instant qu’elles sont la cible d’une personne gravement déséquilibrée dont le but est de les éliminer une par une.
L’inimitable trio formé par le cynique inspecteur Carl Mørck et ses fidèles assistants Assad et Rose doit réagir vite s’il ne veut pas voir le Département V, accusé de ne pas être assez rentable, mettre la clé sous la porte.
À condition que Rose, plus indispensable que jamais, ne se laisse pas assaillir par les fantômes de son propre passé...

Mon avis

Selfies est le 7e tome des Enquêtes du Département V, une série que j’affectionne particulièrement parce qu’à chaque fois l’auteur arrive à nous surprendre et à nous tenir en haleine tout du long. Jussi Adler-Olsen est un très bon auteur que je vous invite vivement à découvrir si ce n’est pas déjà fait !

A mesure des tomes il est évident que l’on s’attache fortement aux personnages. Plus ça va et plus ils sont nombreux car si dans le premier tome on faisait la connaissance de Carl et d’Assad, très rapidement de nouveaux protagonistes entre en scène, comme Rose dès le 3e volume ou plus récemment Gordon. Je savais que dans ce tome on allait en apprendre beaucoup plus sur Rose.

Lors d’une rencontre privée avec l’auteur, il nous l’avait confié car Rose est un personnage très apprécié et l’on avait envie d’en savoir plus sur elle et certains de ses agissements quelque peu atypique. Je dois vous avouer que je ne m’attendais pas à de telles révélations à son sujet et ça m’a fait mal au cœur de découvrir tout ça. Ça m’a même donné des envies de meurtre à mon tour et de frapper quelqu’un… J’avais envie de la prendre dans mes bras en lui disant que tout allait bien se passer désormais et la réconforter comme une enfant. Je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler les révélations qui sont faites ici mais si comme moi vous aimez le personnage de Rose, ce tome va vous toucher plus particulièrement.

En dehors de cet aspect de fond qui nous permet d’en savoir plus sur l’un des personnages de la bande des enquêtes du Département V, nous suivons ici une drôle d’affaire. En effet, si dans un premier temps Carl semble travailler sur un cold case donné par son ex patron très rapidement l’affaire prend un tournant inattendu et beaucoup plus présent…

L’auteur choisit de nous montrer l’identité du coupable assez rapidement, on ignore rien des agissements de la « personne gravement déséquilibrée » mentionnée dans la 4e de couverture mais ce n’est pas pour cela que l’intrigue en pâti bien au contraire. Même si on sait un certain nombre de choses, progressivement on va voir que cela cache bien d’autres choses. C’est habilement mené, comme toujours avec Jussi Adler-Olsen qui saura nous surprendre et nous révéler des choses et ce, jusqu’au bout. J’ai adoré suivre cette enquête, même si par moment c’était un peu glauque et dur. Mais c’est toujours aussi prenant et haletant, on a toujours envie d’en savoir plus si bien que les pages tournent très rapidement tant on est pris dans l’histoire.

Je vous avoue que les parties concernant Rose m’ont davantage plu et ça me frustrait qu’on ne nous donne que quelques infos par-ci, par-là mais c’est ce qui fait aussi l’intérêt. L’auteur sait jouer avec nos nerfs et attiser notre curiosité. L’intrigue est vraiment bonne et je ne m’attendais pas du tout à cela en commençant le livre donc c’est une très bonne chose pour moi. Mais comme toujours j’ai envie de dire ! Même au bout du 7e tome, l’auteur a toujours de la ressource et de bonnes idées pour notre plus grand plaisir il faut le dire.

Quant aux personnages c’est toujours un plaisir de les retrouver même si ici ça a été dur, notamment tout ce qui concerne Rose. De même, on commence à voir d’autres choses, chez Assad notamment. Carl est égal à lui-même on ne peut que l’apprécier même si parfois il se laisse quelque peu emporté et que ses supérieurs le connaissent bien. Mais c’est ce qui fait son charme !

En bref, Selfies est un 7e tome très bon qui m’aura fait passer un bon moment de lecture. Comme d’habitude l’enquête est bonne et bien menée, notre équipe de choc s’occupe de plusieurs affaires en même temps, ce qui n’est pas de tout repos, surtout quand les cadavres commencent à s’empiler dangereusement ! On en apprend beaucoup plus sur le personnage de Rose et ça m’a touché parce que je l’apprécie beaucoup et ça fait mal de découvrir tout ça. Un 7e tome très réussi et il me tarde de découvrir les nouvelles aventures du Département V !

23/07/2017

Carry On de Rainbow Rowell

Quatrième de couverture

Simon Snow déteste cette rentrée. Sa petite amie rompt avec lui ; son professeur préféré l’évite ; et Baz, son insupportable colocataire et ennemi juré, a disparu. Qu’il se trouve à l’école de magie de Watford ne change pas grand-chose. Simon n’a rien, mais vraiment rien de l’Élu. Et pourtant, il faut avancer, car la vie continue…

Mon avis

J’étais curieuse de lire Carry On car il s’agit du roman qu’a écrit Cath, l’héroïne de Fangirl qui est auteur de fanfiction, notamment sur la série à succès mettant en scène Simon et Baz. Une série qui n’est pas sans rappeler fortement Harry Potter d’ailleurs. Du coup ça fait de Carry On une sorte de fanfiction d’Harry Potter indirectement et il est intéressant de voir les liens et analogies existantes entre les deux univers.

J’avoue avoir eu un petit peu de mal à rentrer dedans mais peut-être n’étais-je pas tout à fait concentrer mais une fois quelques chapitres passés, j’étais à fond dedans et j’ai lu ce roman quasi d’une traite ! C’est génial les vacances pour ça, on peut passer des heures à lire ! Et je dois dire que cette histoire est vraiment prenante, j’ai beaucoup aimé !

L’univers en soi est connu puisque c’est sensiblement le même que Harry Potter mais il n’empêche que l’auteur a réussi à quelque peu changer la donne, à y mettre quelque chose de nouveaux pour le rendre attractif et dépasser le côté fanfic. C’est un monde de magie, avec ses propres codes et les formules magiques m’ont parfois fait beaucoup rires. C’est assez imagé et simple mais c’est efficace.

L’intrigue est bonne et bien menée, on suit avec grand plaisir cette histoire qui est prenante et originale. L’action commence dès les premières pages et le rythme est assez soutenu. On voit que Simon est perturbé de l’absence de son ennemi juré et colocataire Baz et fera tout pour le retrouver même si cela va à l’encontre de leur être car après tout, ils sont ennemis depuis toujours !

L’histoire est écrite selon plusieurs points de vue dont celui de Simon et Baz ce qui nous permet d’en savoir plus sur eux, sur ce qu’ils pensent et sur ce qu’ils ressentent. Et il est évident qu’on ne s’attend pas du tout à certaines choses. L’alternance des points de vue permet également à l’auteur attiser notre curiosité en nous montrant certaines informations sans pour autant tout nous dévoiler tout de suite. Elle sait maintenir son suspense et ce, jusqu’au bout. C’est ce qui rend ce livre si attractif et prenant, raison pour laquelle j’avais envie de tourner les pages à toute vitesse pour savoir ce qui allait arriver à nos différents personnages.

Je dois avouer que je m’attendais à certaines révélations sur la fin même si je ne savais pas tout. Mais rassurez-vous, c’est vraiment dans le dernier quart du livre (voire moins) que j’ai pu me faire une idée de ce que l’auteur prévoyait pour son histoire. Donc la surprise est gardée un long moment.

Les personnages sont attachants et sympathiques, que ce soit Simon, qui a du mal à accepter le fait d’être l’Elu et de maîtriser ses pouvoirs ou encore Baz qui par sa condition et ses sentiments fait qu’il a un comportement plus que suspect. Après tout, il cherche par tous les moyens de tuer Simon depuis leur première rencontre quand ils avaient 11 ans. Ça ne vous rappelle rien une telle rivalité ? Malgré leur différent, ils vont pourtant trouver le moyen de s’entendre pour le bien commun, qui l’eût cru ?

En bref, Carry On est un roman très prenant que j’ai adoré découvrir. L’histoire est bonne et bien menée c’est une fanfic intéressante d’Harry Potter, même si elle n’est pas revendiquée en tant que telle, l’allusion est tout de même là. Et maintenant j’ai enfin découvert l’histoire de Cath qu’elle a écrit dans Fangirl donc c’est chouette. Pour les fans d’Harry Potter qui voudraient voir une fanfic originale et pour les fans de Fangirl qui découvrent enfin le texte de Cath.

In My Mailbox (293)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir.

Mes acquisitions de la semaine


Le Baiser de Pandore de Patrick Ferrer

Je m’appelle Paul Heyland. Je suis flic, commissaire à la Crim’. Lorsque j’ai été affecté au meurtre de Julien Delatour, assassiné un froid matin d’hiver dans une chambre d’hôtel de luxe, je n’y ai vu qu’une sale enquête de plus… J’avais tort. Je me souviens encore des lumières blafardes de cette salle d’interrogatoire où je l’ai rencontrée, la suspecte que tout accusait. Une Ukrainienne aux yeux gris. Belle, triste, mystérieuse. J’aurais dû me douter que tout cela allait mal se terminer... Pourquoi suis-je resté sourd aux voix qui me chuchotaient à l’oreille de tourner le dos et m’enfuir ? C’était le début de la fin. Une longue course semée de cadavres, comme autant de cailloux blancs laissés à mon attention, qui allait m’entraîner dans une poursuite effrénée jusqu’aux confins d’une Russie encore hantée par les fantômes du passé. Au bout de la route, je savais que je n’en sortirais pas indemne. Tous ces macchabées croisés durant ma carrière de flic me l’avaient déjà annoncé. Mais depuis l’instant où j’avais croisé son maudit regard gris, je n’avais plus le choix…


Et vous ?

22/07/2017

Ad Astra vol.9 de Mihachi Kagano


Quatrième de couverture

Un nouvel obstacle se dresse devant l’armée romaine : il s’agit de la ville de Syracuse, avec derrière ses murs le célèbre Archimède… Après une cuisante défaite face aux ingénieuses machines de l’inventeur, Marcellus décide de changer de tactique et envoie Scipion infiltrer la forteresse pour qu’il en identifie les points faibles.
La couverture du Romain ne fait pas longtemps illusion devant la perspicacité du savant… mais contre toute attente, l’homme lui propose son aide, ne demandant en échange que l’assurance de voir les habitants de sa cité bien-aimée épargnés ! Et pour permettre à Scipion de rejoindre sa flotte, le vieux renard à un plan…
Bravoure, complots et stratégie… Plongez au cœur des batailles qui opposèrent les légendaires Hannibal et Scipion !

Mon avis

Ce 9e tome d’Ad Astra est tout aussi bon et prenant que les tomes précédents. J’ai adoré découvrir cette nouvelle intrigue où Archimède fait son entrée en scène. Il jouera un rôle important dans cette guerre, même si ce n’était pas tout à fait ce qu’il imaginait.

Les alliances se font et se défont, les rancunes et la vengeance sont de mises, notamment avec Caius qui est prêt à tout après ce qui lui est arrivé. C’est un tome sombre et sanglant, comme les précédents d’ailleurs. On s’enfonce toujours un peu plus dans la guerre et la lutte des pouvoirs et on n’est pas au bout de notre peine quand on voit ce qui nous attend avec le petit épilogue à la fin… Cela n’annonce rien de bon et je suis très curieuse de voir ce que le 10e tome donnera.

Je suis toujours admirative devant les dessins, ils sont vraiment bien détaillés, on se croirait au cœur de l’action et le moins que l’on puisse dire c’est que l’on en a beaucoup. Mais il y a des temps de pauses pour nous permettre de souffler un peu avant de repartir sur un champ de bataille. Le rythme est soutenu mais bien maîtrisé pour qu’on ait le temps de voir ce que chacun complote, de voir quels sont vraiment les enjeux en cet instant avant de voir « la boucherie », oui on ne peut pas qualifier ces actes autrement… Mais comme d’habitude c’est toujours très bien dessiné, on s’y croirait.

En bref, ce 9e tome d’Ad Astra est vraiment prenant et intéressant. C’est une série vraiment addictive qui s’enrichit avec le temps. Si vous aimez les intrigues politiques, les jeux de stratégies et de pouvoirs ainsi que l’Historique, cette série est pour vous ! En tout cas, je suis totalement fan !

21/07/2017

Ad Astra vol.8 de Mihachi Kagano

Quatrième de couverture

Alors que le général Marcellus vient de montrer une finesse insoupçonnée pour entrer dans la ville de Nola, Scipion est également surpris par l’arrivée de Caius, qu’il croyait mort au combat. Mais le plébéien a changé : depuis que sa route a croisé celle de Maharbal, cette guerre est devenue pour lui une affaire personnelle…
Seulement, le chef numide est un adversaire de taille ! Pour Scipion, pas question de le neutraliser sans avoir recours à la ruse… et ce n’est pas le genre de tactique qu’apprécie Marcellus. Pourtant, les conseils du jeune Romain lui ont permis de remporter enfin une bataille contre Hannibal… Les deux hommes seront-ils encore capables de collaborer ?
Bravoure, complots et stratégie… Plongez au cœur des batailles qui opposèrent les légendaires Hannibal et Scipion !

Mon avis

En janvier 2017 j’avais lu les tomes 7 à 9 d’Ad Astra mais sans pour autant les chroniquer jusqu’à présent. Il était donc temps que cette chronique arrive, étant donné le temps que cela m’a pris, évidemment, l’avis ne sera pas très long et pourrait être un peu répétitif avec celui du tome 7 (et 9 à venir) puisque j’ai enchaîné les livres voilà 5 mois. Donc mon souvenir de chaque tome est quelque peu embrouillé mais cela ne changera pas mon ressenti sur cette saga, c’est une série qu’il faut absolument lire !

J’aime beaucoup Ad Astra, c’est une série historique qui raconte la lutte entre Scipion et Hannibal et depuis le premier tome, j’adore suivre leurs aventures. C’est vraiment prenant, on voit toute l’intelligence des personnages, la politique et les stratégies se mettre en place pour jouer les plans de l’autre. Mais c’est difficile car aussi bien Hannibal que Scipion ce sont deux grands stratèges qui s’affrontent et c’est un vrai régal pour l’histoire qui ne s’en trouve que meilleur.

Les scènes de bataille sont vraiment bien dessinées, on s’y croirait, c’est affreux et en même temps j’admire totalement le talent du mangaka pour retranscrire tout cela. C’est prenant et addictif de suivre tout cela.

En bref, ce 8e tome d’Ad Astra est à la hauteur des précédents. J’aime toujours autant cette série qui est totalement addictive. Je suis curieuse de voir ce que donnera la suite étant donnée les circonstances. Les personnages sont justes exceptionnels et ils se dévoilent encore et toujours un peu plus. A voir ce que la suite donnera maintenant !

20/07/2017

Ad Astra vol.7 de Mihachi Kagano

Quatrième de couverture

La perte de son futur beau-père et de son meilleur ami a réveillé l’ambition qui dormait en Scipion… Pour qu’un massacre de l’ampleur de la bataille de Cannes ne frappe plus jamais la République, il est désormais prêt à tous les sacrifices ! Seulement, pour monter en grade, il lui faut composer avec le général Marcellus, son nouveau supérieur hiérarchique. Or, l’homme ne semble guerre apprécier les méthodes du jeune Romain…
De son côté, Hannibal n’a pas le loisir de savourer sa victoire : Maharbal lui reproche déjà de ne pas marcher sur Rome immédiatement, en profitant du désarroi du camp adverse pour conquérir la cité. Car le vent pourrait bien tourner… Isolé loin de sa patrie avec un contingent de Gaulois têtus, entouré de cités hostiles, le Carthaginois a toujours l’avantage, mais pour combien de temps ?
Bravoure, complots et stratégie… Plongez au cœur des batailles qui opposèrent les légendaires Hannibal et Scipion !

Mon avis

Voilà des mois que j’ai lu ce 7e tome d’Ad Astra et je n’avais pas eu le temps et ensuite le courage d’écrire cette chronique. Mais étant donné que les tomes 10 et bientôt 11 vont rejoindre ma PAL, il était temps que la chronique apparaisse histoire que tous les livres soient présentés sur le blog. C’est donc avec mon courage à deux mois, 5 mois après leur lecture que je fais cet avis. Donc ne vous étonnez pas s’il est court, le temps a passé depuis la lecture.

Il n’empêche que j’aime beaucoup cette série, sinon je ne la continuerai pas à quasi une dizaine de livres lus. C’est vraiment prenant et à chaque fois l’auteur nous entraîne dans son histoire en un rien de temps. Il arrive à nous tenir en haleine, après on sait à quoi s’attendre, c’est une guerre ouverte avec son lot de stratégie pour faire plier l’ennemi. J’adore ça !

On continue de voir l’ampleur de l’intelligence de Scipion ou encore Hannibal. Chacun essaye de faire plier l’autre. Si Hannibal n’avait aucun scrupule jusqu’à présent, ce n’était pas le cas de Scipion mais il va devoir revoir ses méthodes car avec le général Marcellus, Rome risque de tomber tout droit dans un nouveau piège tendu par Hannibal. A moins que Scipion fasse en sorte de déjouer ses plans.

En bref, ce 7e tome d’Ad Astra est très bon, certains éléments se mettent en place et les personnages se dévoilent encore et toujours un peu plus. Les personnages sont intéressants, deux grands stratèges qui s’affrontent c’est un vrai régal. La guerre fait rage et des ravages et cela ne risque pas de s’arranger dans les tomes à venir…

19/07/2017

Accrocdeslivres est en vacances !


Comme l'indique le titre de cet article et cette illustration, je pars en vacances, du 19 au 28 juillet 2017. Mais si la page Facebook sera à l'abandon total, le blog lui restera en activité.

En effet, comme j'ai pas mal lu ces derniers temps et que j'ai réussi à écrire toutes mes chroniques en temps et en heure, vous allez avoir de la lecture malgré mon absence et ce, jusqu'au 27 juillet. Magnifique n'est-ce pas ?!

Evidemment même si je pars faire du tourisme, je vais continuer de lire quelques livres. A voir si j'arrive à tout lire, mais en tout cas, voici ce que j'emmène dans la valise !


Voilà voilà, ne faites pas trop de bêtises durant mon absence, faites de bonnes découvertes livresques et n'hésitez pas à partager tout ça sur la page Facebook ou en commentaire sur le blog je regarderai tout ça avec attention à mon retour :)

A bientôt !
Melisande

Sauvage de Johan Heliot (Lena Wilder 1)

Quatrième de couverture

Je me suis assise sur un banc à l’ombre des frondaisons d’un grand chêne, en retrait des allées gravillonnées. Je préférais rester discrète. Inutile de me faire arrêter pour vagabondage par les flics locaux.

Un haut-le-cœur m’a soudain pliée en deux. J’ai étouffé un cri. Mon front s’est couvert d’une pellicule de sueur. Un feu sournois me brûlait les entrailles. Je craignais de renvoyer mon petit déjeuner mais rien de tel ne s’est produit. J’ai laissé filer une poignée de secondes, les paupières closes, le temps d’éloigner la nausée. L’alerte passée, j’ai rouvert les yeux et c’est alors que je les ai vus.

Ils étaient deux, parfaitement identiques en apparence, et traversaient la rue à hauteur de l’entrée principale du parc…


Mon avis

Sauvage est le premier tome de Lena Wilder, un livre qui m’a intrigué, il faut dire que la 4e de couverture n’en dit pas beaucoup sur l’histoire, comme c’était le cas pour Asynchrone d’ailleurs. Cela laisse une part de mystère, à telle point que je ne m’attendais pas du tout à une telle histoire. Cela fait du bien de se laisser emporter sans rien savoir en amont et découvrir tout, en même temps que notre héroïne sur le monde où elle vit.

Sauvage raconte l’histoire de Lena, une jeune adolescente qui vit seule avec sa mère. Après un énième déménagement, Lena arrive dans la petite ville d’Arkhoon. Lena s’intègre comme elle peut parmi ces adolescents qui se connaissent depuis toujours, elle qui n’a jamais eu vraiment d’amis à cause des nombreux déménagements successifs, ce qui agace l’adolescente et qui est exaspéré par la paranoïa de sa mère. Lena essaye de prendre ses marques dans cette nouvelle ville, lorsque d’étranges phénomènes commencent à se produire…

Je n’en dirai pas plus pour éviter tout spoiler et ne pas donner une quelconque indication. En tout cas, je ne m’attendais pas à une telle histoire, j’ai été très surprise par la tournure des événements. Il faut dire que la 4e de couverture n’en dévoile pas beaucoup et j’imaginais donc tout autre chose quant au genre du livre. Ça faut du bien de se laisser avoir et emporter par la plume de l’auteur. Ecriture qui est toujours agréable à lire et fluide, à chaque fois on rentre en un rien de temps dans son univers, j’aime beaucoup sa manière de raconter des histoires et jusqu’à présent je n’ai jamais été déçue. Il va d’ailleurs falloir que je me lance dans Le fer au cœur qui m’attend dans ma PAL !

L’univers est intéressant et plutôt bien construit, même si on se doute qu’on n’a pas encore tout vu. Ce sont les prémices ici qui nous permettent de voir un peu dans quoi l’on met les pieds. Les éléments se mettent en place petit à petit tout au long de la lecture, tout en s’accélérant sur la fin évidemment lorsque les premières révélations sont faites. On voit que c’est plus complexe que ça en a l’air et j’ai hâte de voir ce que la suite donnera étant donné les circonstances.

L’intrigue est bonne et bien menée avec son lot d’action et de problème. Si dans un premier temps c’est assez tranquille, il faut bien découvrir la ville, la vie de Lena, sa relation avec sa mère et son nouveau voisin, assez rapidement tout de même on voit qu’il y a quelque chose qui cloche, qui inquiète la jeune adolescente. Et plus on avance dans le récit, plus on voit que tout cela cache quelque chose de bien sombre et plus inquiétant. C’est vraiment progressif et l’action ne va que crescendo pour nous offrir une fin haletante et des plus prenantes. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à découvrir cette histoire.

Lena est une jeune fille qui a du mordant et un caractère bien trempé. Elle n’a pas la langue dans sa poche et ne se laisse pas faire et n’hésite pas à dire ce qu’elle a à dire. L’histoire est écrite de son point de vue ce qui nous permet d’être au plus près d’elle et de mieux la comprendre. Elle prend sa mère pour une folle paranoïaque et on ne peut que lui donner raison lorsqu’on s’en tient qu’à son point de vue. Mais peut-être que tout cela est justifié lorsqu’elle apprendra certaine vérité. En tout cas, la vie de Lena va changer du tout au tout, elle était loin de s’imaginer que l’adolescence pouvait être un bouleversement à ce point-là.

En bref, ce premier tome de Lena Wilder m’a bien convaincu. J’ai beaucoup aimé l’univers qui est original et intéressant. C’est une bonne mise en bouche avec suffisamment d’action pour nous tenir en haleine et attiser notre curiosité. L’intrigue est bonne et bien menée et je suis très curieuse de voir ce que la suite donnera. Quant aux personnages, ils sont intéressants et attachants, le moins que l’on puisse dire c’est que Lena en voit de toutes les couleurs. Un premier tome surprenant qui m’aura bien plu, je vous le conseille.

18/07/2017

L'ingrédient secret du bonheur de Laurel Remington (L'ingrédient secret du bonheur 1)

Quatrième de couverture

Comment survivre au collège quand on est le sujet du blog de sa mère ? À part se cacher dans un trou de souris ou raser les murs à vie, Scarlett ne voit pas.
Jusqu’au jour où elle entre dans la magnifique cuisine de la vieille voisine. L’existence devient un délicieux défi où il n’est plus question que de scones à la cannelle, de mousse au chocolat meringuée et de cupcakes vanille glaçage framboise. Mais aussi de quatre filles qui deviennent amies en préparant des pâtisseries la nuit. Et même d’un beau garçon très aimable en guise de cerise sur le gâteau...

Mon avis

L’ingrédient secret du bonheur est un roman touchant que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir. J’avoue que je m’attendais à une petite lecture détente et légère avec pour thème central la cuisine. Alors si d’un côté j’ai retrouvé cet aspect-là, l’auteur ne se cantonne pas qu’à cela et nous montre quelque chose de plus profond qu’un club de cuisine monté de toute pièce par des adolescentes.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire. Les pages défilent sans qu’on ne s’en rende compte, il ne m’a fait que quelques heures tant c’était rapide à lire.

De plus, le fait que ce soit écrit du point de vue de Scarlett nous aide grandement à s’immerger dans sa vie. Ainsi, nous avons accès aux pensées de la jeune fille qui est mal dans sa peau. A cause du blog de sa mère qui raconte tout de sa vie, l’adolescente à honte et ne veut plus communiquer de quelque manière que ce soit sur son quotidien, même sa souffrance à l’école.

L’auteur aborde des thèmes intéressants, outre la cuisine, en tant que française c’est très important nous sommes reconnus comme le pays de la gastronomie, on y voit des thèmes de société, comme le côté réseau social. Si d’un côté ça a été une très bonne chose pour la mère de Scarlett on en voit les travers du point de vue de l’adolescente, cela a quelque peu cassé la relation entre la mère et la fille. Et le club de cuisine qui est créé va aussi ressouder des liens, permettre de remettre des choses à plat et repartir sur de bonnes bases. C’est un roman touchant dans le fond parce qu’on y parle de la famille, de l’amitié et de ce qui est important dans la vie.

Il faut avouer que nos papilles sont mise à rude épreuve ici, ça a l’air tellement bon tout ce qu’elles préparent. J’avoue que c’est frustrant de ne pas pouvoir y goûter ! Donc les amoureux de pâtisserie, ce livre vous ravira pour ça car on voit à quel point la cuisine va devenir quelque chose d’important et d’essentiel dans la vie de Scarlett et de ses proches. Certaines recettes sont disséminées dans le livre, ça donne envie de se mettre aux fourneaux. Bon, personnellement je n’avais pas besoin de ce livre pour ça, j’aime bien cuisiner, même si ce n’est pas de la haute gastronomie. Mais ça pourrait donner lieu à quelques vocations, qui sait ?

Les personnages sont touchants et attachants. Scarlett souffre de l’activité de sa mère qui ne voit rien de tout cela. C’est dur, on se met parfaitement à sa place et on ne peut que compatir à sa douleur. Elle n’arrive pas à instaurer le dialogue avec sa mère et se renferme de plus en plus, elle qui semblait si vive auparavant. Avec sa voisine et le club de cuisine, elle va s’ouvrir et vraiment s’épanouir là-dedans, peut-être a-t-elle trouvé sa vocation ? En tout cas, il est certain que les choses vont évoluer grâce à tout cela.

En bref, L’ingrédient secret du bonheur est un premier tome sympathique qui nous immerge dans l’univers de la cuisine et en particulier celui de la pâtisserie. Mais l’histoire est plus profonde que cela, on y traite de sujets liés à la famille, à la vie quotidienne et la cuisine n’en est que le vecteur. Une histoire qui m’aura bien plu, je suis curieuse de retrouver notre petite bande dans une nouvelle histoire. Et vous, avez-vous trouvé l’ingrédient secret du bonheur ?

17/07/2017

Un été pas comme les autres d’Elodie Nowodazkij (Emilia et Nick 1)

Quatrième de couverture

A 16 ans, Emilia est étudiante en danse classique à New York. Elle n’a qu’un seul objectif : décrocher un rôle dans un ballet. Pour cela, elle doit s’entraîner à fond… Mais ses pensées sont en permanence occupées par le séduisant Nick, le meilleur ami de son frère.
De toute façon, le jeune homme est un coureur invétéré et il enchaîne les histoires d’un soir avec insouciance. En apparence, ça lui va très bien, il n’attend rien d’autre et refuse de s’engager dans une relation sérieuse.
Emilia et Nick ne semblent vraiment pas sur la même longueur d’onde. Mais ils n’arrêtent pas de se croiser et de passer du temps l’un avec l’autre. Tous deux savent qu’ils n’ont pas d’avenir ensemble, mais cet été-là n’est décidément pas comme les autres…

Mon avis

En lisant la 4e de couverture on s’attend à une énième romance impossible avec un schéma plutôt classique. Evidemment, le meilleur ami du frère ne doit JAMAIS s’approcher de la petite sœur, elle est intouchable. C’est un thème récurrent qu’on trouve dans toute bonne romance donc on sait plus ou moins à quoi s’attendre mais je dois dire qu’Elodie Nowodazkij a donné un intérêt nous en ne se concentrant pas uniquement sur cette romance impossible et à su attiser ma curiosité.

L’écriture de l’auteur est plutôt simple mais efficace. On rentre assez facilement dans l’histoire qui commence avec une intrigue plutôt classique comme je le disais. On a Emilia, jeune adolescente de 16 ans qui depuis toujours est amoureuse du meilleur ami de son frère, Casanova à ses heures perdues. Evidemment très rapidement on voit que les sentiments sont partagés mais elle est chasse gardée, comme on ne touche pas à la petite sœur, surtout pas avec une telle réputation.

C’est un schéma très classique de ce point de vue-là, mais l’auteur a installé une autre intrigue sous-jacente qui donne un intérêt nouveau pour l’histoire puisque c’est une vraie quête d’identité à laquelle va s’adonner Emilia. Elle qui a été adoptée alors qu’elle était bébé. Un amour et une quête qui risque de tout changer l’espace d’un été pour la jeune adolescente et changer sa vie d’une manière ou d’une autre.

L’intrigue est plutôt bonne et bien menée, en tout cas le moins que l’on puisse dire c’est que l’on ne perde pas de temps. Ça file droit, on voit assez rapidement où tout cela va nous mener mais c’est efficace. On suit tour à tour le point de vue d’Emilia et de Nick, ce qui nous permet de voir leurs sentiments réciproques même si, évidemment, chacun ignore ce que l’autre ressent vraiment. Comme dans les ¾ des romances du genre, me direz-vous. La romance reste classique mais ça fonctionne bien. J’ai pris plaisir à suivre leur histoire qui est assez compliquée, surtout lorsqu’on commence à creuser un peu plus la relation entre les personnages, passée comme présente.

Le roman est très court et pourtant l’auteur est parvenue à donner beaucoup d’informations pour nous permettre d’avoir une bonne situation d’ensemble, que ce soit les relations entre les adolescents mais également au sein de la famille ou devrais-je dire des familles, celle d’Emilia d’un côté et celle de Nick de l’autre. Comme quoi, même les romans courts peuvent être à un certain niveau assez complet en termes d’information et d’univers.

On embarque assez facilement dans cette atmosphère qui à mesure devient de plus en plus hostile et gênante. Ça attise forcément notre curiosité et nous donne envie d’en savoir plus sur le passé d’Emilia mais aussi ce qui a bien pu se passer entre les pères de nos deux héros. Beaucoup de questions en tête, certains éléments de réponses sont d’ores et déjà données ici mais l’auteur n’a pas fini de nous surprendre parce qu’arrivé à la fin du livre… Il reste encore beaucoup de choses en suspens.

La fin est juste frustrante. L’auteur nous laisse comme ça, sans plus d’information. Je l’avoue, ça attise encore plus ma curiosité parce qu’on n’a fait qu’entrevoir les possibilités dans ce premier volume. J’ai hâte de voir ce que la suite donnera pour avoir le fin mot de toute cette histoire.

Quant aux personnages, ils sont plutôt attachants, que ce soit Emilia ou Nick qui chacun aimerait céder à la tentation mais s’en empêche pour diverses raisons. C’est une relation assez compliquée, amis depuis toujours, les sentiments changent au cours de cet été ou plutôt se dévoile et ça ne plaît pas à tout le monde et n’arrange pas non plus tout le monde.

En ce qui concerne les personnages secondaires, les familles respectives d’Emilia et Nick, je dois dire que là, on a un choix assez éclectique. On voit que dans chacune des familles, la situation est assez compliquée, à différent niveau pour l’une ou l’autre. Si on apprécie celle d’Emilia, il est plus difficile de s’attacher à celle de Nick, notamment son père qui m’a donné l’envie de le frapper… Ses agissements sont justes… Bref, vous verrez en lisant mais on ne peut que se révolter face à ça…

En bref, Un été pas comme les autres est un livre intéressant, pas uniquement une romance impossible entre le meilleur ami de son frère et la petite sœur intouchable mais une vraie quête d’identité qui pourra avoir un impact sur l’avenir. Une histoire touchante qui aura su attiser ma curiosité et donner envie de lire la suite pour avoir le fin mot de cette quête et voir si le couple peut survivre à tout ça.