Rechercher dans ce blog

La coupable parfaite de Laura Caldwell (Izzy McNeil 4)

Quatrième de couverture

A Chicago, une femme est accusée d’avoir empoisonné sa meilleure amie dans le but de lui ravir son mari. Aux yeux de la police, la culpabilité de la prévenue ne fait aucun doute. En revanche, pour l’intrépide et brillante avocate Izzy McNeil, qui se lance alors dans sa première affaire pénale, rien n’est moins sûr. Sa cliente a beau se montrer étrangement secrète, Izzy n’est pas du tout convaincue par la thèse du crime passionnel. A tel point qu’elle décide de mener sa propre enquête pour éclaircir les zones d’ombre et découvrir la vérité. Mais ce qui s’annonce comme l’affaire de sa carrière ne pouvait pas tomber plus mal, car la vie personnelle d’Izzy est en plein chambardement : son ex-fiancé fait un retour retentissant alors même qu’elle tente de construire une nouvelle histoire d’amour. Entre sombres secrets et passions inavouables, Izzy plonge peu à peu dans un monde où les relations aux allures inoffensives peuvent se révéler dangereuses…

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Harlequin de m'avoir permis de lire ce livre que j'ai beaucoup aimé.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite sans pour autant tout dévoiler. Pour une fois, on ne suit pas l'histoire du côté des policiers à proprement parlé mais du côté des avocates dans un tribunal. C'est enrichissant car l’on assiste au procès et comme Izzy était une spécialiste des affaires civiles, son devoir était de savoir qui était le coupable, ce qui est différent des affaires pénales. Du coup, elle va mener son enquête et chercher à en savoir plus pour découvrir la vérité sur cette troublante affaire, mais elle était loin de se douter des vraies raisons de cette mort….

L’écriture est agréable à lire et fluide de sorte qu’on rentre rapidement dans l’histoire. Les pages ont défilée toute seule et si j’ai mis « autant de temps » (4 jours), c’est tout de même un beau petit pavé de plus de 540 pages (en poche). L’intrigue est bonne et bien menée, l’atmosphère y est parfois lourde et pesante car l’épée de Damoclès se trouve au-dessus de la tête de cette femme, alors même que ses deux avocates la croient innocente. Il faut tout faire pour l’acquitter et tous les moyens sont bons pour y parvenir. Le fin mot de l’histoire paraît des plus logiques et pourtant on ne se doute pas de l’ampleur de cette affaire lorsqu’on la découvre. Comme Izzy et Maggie, on doute de l’implication de Valérie, mais peu à peu son comportement laisse à penser autre chose. J’étais pour ma part assez indécise et quand certains éléments s’ajoutent et doivent être pris en compte, on se dit que tout n’est pas clair…

La narration double, d’une part une narration écrite à la 1ere personne du point de vue d’Izzy, d’autre part, un point de vue à la 3e personne dont on ignore l’identité, nous permet d’avoir un certain suspense sur le « véritable coupable ». Mais comme je dis toujours, les apparences sont trompeuses et je l’avoue, je ne m’attendais pas à ça en commençant cette histoire. C’est vraiment bien trouvé et à mesure que les informations nous parviennent, on est en mesure de comprendre ce qui a bien pu se passer et pourquoi l’amie de Valérie est décédée suite à un empoisonnement.

Alors, je tiens à signaler qu’il s’agit ici d’un 4e tome, mais comme dans beaucoup de séries policières, l’enquête ne dépend pas du tout des faits précédents. Là où il y a une suite logique c’est par rapport à sa vie privée, ses relations avec les autres personnages, etc. Donc il n’y a aucun souci pour commencer cette série par ce livre, la seule chose est que si on lit les autres après, il y a des éléments qui seront spoilés. Mais pour cette affaire d’empoisonnement, on comprend parfaitement ce qui se passe, et pour le côté vie privée, il y a des rappels sur les événements passés, notamment entre Izzy et Sam qui ont une importance ici et qui permettent de comprendre pourquoi c’est problématique que Sam revienne dans sa vie.

En tout cas, ce 4e tome m’aura rendu curieuse et même si je sais déjà des choses parce que cela a été répété ici, ça ne m’empêchera pas de lire les autres parce que ça a l’air tout de même intéressant. J’ai tellement passé un bon moment en compagnie d’Izzy, que je ne vais pas bouder mon plaisir à lire les autres.

Le mélange entre vie professionnelle et vie privée est bien fait, j’ai trouvé ça vraiment intéressant car cela ajoute un petit côté plus réaliste. Evidemment, en dehors du travail, tout le monde à des problèmes à gérer au niveau personnel, que ce soit la famille, les amis, les amours, etc. et le moins qu’on puisse dire c’est qu’Izzy a une vie bien compliquée en ce moment !

Izzy est un personnage attachant et sympathique. On sent qu’elle est indécise et en plein doute et on peut aisément comprendre pourquoi, quand l’homme avec lequel on aurait dû se marier revient et annonce de telles choses, il y a de quoi être chamboulé ! Mais elle sait faire la part des choses, surtout entre le travail et la vie personnelle, elle sait être partiale et séparer ces deux aspects-là de sa vie quand c’est nécessaire. Femme forte et indépendante, elle a tout de même ses faiblesses, il faut dire que son histoire personnelle est assez compliquée. Entre sa famille et ses amours, c’est assez chaotique !

En bref, La coupable parfaite est un très bon livre, avec une histoire bien ficelée qui nous fait douter en chaque instant et l’on est loin de s'imaginer la tournure des événements. Les personnages sont intéressants et avec leur statut nous permet de voir les enquêtes policières d’un autre œil puisqu’on suit surtout le procès avec les avocates, mais cela n’empêche pas Izzy d’y mettre son grain de sel, en quête de vérité pour savoir ce qui a vraiment pu se passer. Un livre à lire et une série à découvrir, pour ma part, je vais voir pour me procurer les trois autres tomes.

La disparition de Bruno Gazzotti & Fabien Velhmann (Seuls 1)

Quatrième de couverture

Il y a d'abord Yvan, 9 ans, l'artiste rigolo et carrément lâche. Il y a ensuite Leïla, 12 ans, la garçonne énergique et optimiste. Viennent ensuite Camille, 8 ans, la naïve généreuse et moralisatrice et Terry, 5 ans et demi, le gamin turbulent et attachant. Et puis, il y a aussi Dodji, 10 ans, l'ours au grand coeur. Ces cinq enfants se réveillent un matin et constatent que tous les habitants de la ville ont mystérieusement disparu. Que s'est-il passé ? Où sont leurs parents et amis ? Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans une grande ville vide et vont devoir apprendre à se débrouiller... SEULS !

Mon avis

Voici le premier tome de la série Seuls, où 5 enfants sont livrés à eux-mêmes alors que tous les habitants de la ville ont disparu mystérieusement au cours de la nuit. Ainsi, ils vont devoir apprendre à vivre seuls. D’où le titre de la série, rien de compliqué à ça.

Il s’agit ici d’un volume introductif. Nous découvrons dans un premier temps chaque enfant dans leur famille, tout en nous annonçant que rien ne sera plus jamais pareil après cette nuit. Et effectivement, nous le constatons rapidement puisque nous retrouvons Dodji, tout seul, puis Leila et Terry et viennent un peu après Camille et Yvan et une ville déserte avec des dangers plutôt inattendus.

Les enfants ont des âges et des caractères bien différents, ce qui va causer quelques problèmes de discipline dans un premier temps, Terry n’est qu’un enfant de 5 ans, donc il ne souhaite que retrouver ses parents et faire un peu ce qu’il veut. On se dit déjà que Dodji, l’enfant débrouillard sera le chef et tentera d’agir, même s’il la joue un peu en solo parfois. Leila, la plus âgée veut également commander et tente de resserrer le groupe pour éviter tout problème.

Les dessins sont plutôt sympathiques. Après c’est comme tout, c’est une affaire de goût.

En tout cas, je suis très curieuse de voir ce que la suite donnera et quelle sera l’explication de cette fameuse disparition car pour le moment on n’en a aucune idée et le fait qu’il y ait des âges différents chez les enfants, cela ne peut pas être dû à cela, et ils ne sont que 5 aussi…

Le Royaume des Larmes de Rae Carson (De Braises et de Ronces 3)

Quatrième de couverture

La reine Lucero-Elisa, porteuse de la Pierre Sacrée du Destin, est en fuite. À la Porte des Ténèbres, ses ennemis ont enlevé Hector, l'homme qu'elle aime et le commandant de sa garde. Son royaume est au bord de la guerre civile, ses propres soldats ont même ordre de l'abattre... Pour reconquérir son trône et sauver Hector, Elisa doit mener ses trois fidèles compagnons au coeur d'un pays de neige, de glace et de magie destructrice. Les terribles secrets qu'elle découvrira durant ce périple pourraient bien changer le cours de l'Histoire... 

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier La Collection R de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai adoré.

Avant de donner mon avis, je dois dire que j’ai eu énormément de mal à écrire cette chronique, je ne sais pas pourquoi, d’autant que j’ai vraiment aimé cette histoire mais impossible de mettre des mots sur mon ressenti et je ne pouvais pas non plus me permettre de dire : « j’ai adoré, lisez cette série ! ». Donc j’ai laissé un peu de temps passer, pour au final écrire cette chronique et j’espère qu’elle sera à la hauteur de mon ressenti sur cette série, qu’il faut tout de même lire, je vous la conseille.

Cela faisait un moment que j’avais lu le tome 2, et cela a donc été un vrai plaisir de retrouver Elisa et Hector dans ce dernier tome, même si je suis triste de me dire que je ne les verrai plus. Mais, l’avantage des livres, c’est qu’on peut les lire et les relire à l’infini pour ne pas totalement les laisser partir.

Dans ce dernier volume, Elisa est partie à la recherche d’Hector qui a été enlevé par ses ennemis. Pourtant, son royaume est au bord de la guerre civile et elle sait qu’elle ne peut pas se permettre de partir de la sorte, surtout pour un seul homme. Mais le cœur a ses raisons que la raison ignore ! Durant son voyage, elle va être confrontée à différents problèmes, notamment le temps (aussi bien la durée que le climat), c’est un long périple laborieux dans un pays de neige et de glace, nous sommes bien loin du désert si présent dans les précédents ouvrages.

J’ai adoré cette histoire qui est très intéressante et vraiment bien construite. Le livre est partagé en 4 parties distinctives qui montrent à chaque fois des étapes dans le récit. Dans la première, le récit est partagé entre deux narrations, celle d’Elisa et celle d’Hector, ce qui nous permet de voir ce que chacun vit pendant que la première recherche le second. Et dans les autres parties, le voyage ne fait que continuer mais je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler. Elisa va également faire de mauvaises rencontres qui vont lui changer sa vision du monde et je dois avouer que je ne m’attendais pas à de telles révélations.

L’action est omniprésente et l’on a parfois l’impression de tomber de Charybde en Scylla, quand tout semble s’arranger, de nouveaux problèmes arrivent. Mais Elisa et ses compagnons ont de la ressource et sauront trouver le moyen de s’en sortir et aller au devant du danger, mais à quel prix ?

Quant à la fin, je l’ai trouvée vraiment très bien, il y a un beau message, même si je n’aurai pas été contre un petit épilogue supplémentaire, pour avoir un événement qui pourrait se dérouler des années ou siècles plus tard de sorte à savoir ce qu’il est advenu du royaume, ou quelque chose du genre parce que je suis très intriguée par un fait et là, je n’ai pas de réponses. Je vous rassure tout de suite, ce n’et pas une fin ouverte où l’on reste dans l’incertitude, l’auteur n’est pas si sadique avec nous, cela dit, elle l’est un petit peu, et il y a une chose qu’on ne sait pas et que par curiosité, j’aurai aimé savoir à quoi cela a servi. Je ne peux pas être plus précise, sans quoi je risque de spoiler.

L’univers est vraiment intéressant et l’on apprend beaucoup de choses sur la magie, et tout ce qui tourne autour de la pierre sacrée qui est au creux du nombril d’Elisa. J’ai beaucoup aimé la vision de l’auteur à ce sujet aussi, ce qui donne justement un sens à cette fin et ce fameux « message » que je ne peux pas évoquer sans spoiler. L’auteur ne tombe pas dans la facilité et je l’en félicite pour ça, c’est tout ce que je peux dire à ce sujet.

Il y a sans cesse des incertitudes, à chaque moment tout peut basculer et c’est pourquoi on craint pour la vie de nos personnages, on se demande ce qui va leur arriver. Elisa a bien évolué, elle sait ce qu’elle veut, elle est vraiment devenue reine lors de son périple, ce que son peuple a besoin. Elle apprend à gérer son pouvoir avec sa Pierre Sacrée ce qui la change considérablement aussi. Quant à Hector, il est toujours aussi génial, j’aime beaucoup ce personnage depuis le début. Sa relation avec Elisa évolue également mais je n’en dirai pas plus, je vous laisse découvrir tout ça.

En bref, ce troisième et dernier tome de la série De Braises et de Ronces est vraiment génial, la série toute entière l’est donc je ne peux que vous la conseiller. L’univers est sympathique, la magie y est bien exploitée et l’auteur ne tombe pas nécessairement dans la facilité pour « arranger » les choses. Les intrigues sont très bonnes et haletantes à chaque fois donc c’est un vrai plaisir à suivre. Quant aux personnages, ils sont très touchants et attachants, on ne peut que les aimer. Ils évoluent beaucoup ce qui n’est pas pour me déplaire et j’adore la relation qu’ils entretiennent tous. Une série à découvrir !

In My Mailbox (135)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine

Pas facile d'être sorcier de Chantal Cahour (Incroyable sorcier 2)

Antoine possède depuis peu un don prodigieux, celui d'entendre les pensées des autres, en pressant ses pouces contre ses index. Mais un jour, il se blesse les mains et son pouvoir disparaît. Prêt à tout pour récupérer ce précieux pouvoir, il ne compte pas ménager ses efforts. Malheureusement, le temps presse car d'après le grimoire de ses ancêtres, il n'a droit qu'à vingt-quatre heures pour retrouver son don… Antoine parviendra-t-il à retrouver son pouvoir à temps ou bien va-t-il redevenir un garçon « ordinaire » ?



Secrets de sorcier de Chantal Cahour (Incroyable sorcier 3)

Depuis son 12e anniversaire, Antoine possède un don prodigieux : celui d entendre les pensées des autres. Il rêve de devenir policier et voudrait aider son ami, le commissaire Vincennes : sa mère atteinte de la maladie d'Alzheimer a disparu. En consultant le grimoire de ses ancêtres, Antoine découvre le mode d'emploi pour retrouver une personne disparue à l'aide d'une photo. Il réussit ainsi à localiser Mme Vincennes. Mais le jour où il veut utiliser son talent pour retrouver sa sœur Charlotte qui a quitté la maison sans dire où elle allait, il ne parvient pas à établir le contact : Charlotte a eu un accident et est dans le coma. Au risque d'y laisser sa propre vie, Antoine se lance alors dans une course éperdue pour retrouver sa sœur. Avec l'aide de son fidèle Nicéphore, réussira-t-il à la sauver ?



Douze ans, l'âge d'être sorcier de Chantal Cahour (Incroyable sorcier 4)

En accompagnant son amie Sarah qui rend visite à sa grand-mère, Antoine est témoin d'une scène étrange : Sarah reçoit pour ses 12 ans une bague qu'elle doit promettre de garder toujours à son doigt. En fait, grâce à cette bague, Sarah possède désormais un don magique, celui de voir à l'avance accidents, méfaits et catastrophes. Elle "voit" ainsi leur copain Rémy se casser la jambe. Antoine ne veut pas admettre que quelqu'un d'autre puisse avoir un don magique, mais son chat Nicéphore l'en convainc. Et maintenant, il lui faut acquérir au plus vite un nouveau don, celui de guérir les gens, pour pouvoir soigner les blessés et ainsi "corriger" les visions de Sarah.


Et vous ?

La vallée des dinosaures de Mary Pope Osborne (La Cabane Magique 1)


Quatrième de couverture

Tom et sa sœur, Léa, sont projetés au temps des dinosaures. Ils explorent pas à pas un monde peuplé de créatures bizarres et gigantesques, jusqu'au moment où ils se retrouvent face au tyrannosaure, un animal particulièrement féroce... Trouve l'indice caché dans chaque aventure de Tom et Léa et découvre qui est le mystérieux propriétaire de la Cabane magique.

Mon avis

Cela semble être la série phare pour les jeunes enfants (à partir de 7 ans) et pourtant je ne la connais absolument pas. Intriguée, j'ai voulu en savoir plus et quand on a les livres à disposition, il faut bien en profiter. Entre deux pauses, j'ai ainsi pu commencer cette série qui je dois dire est plutôt bien faite et je comprends parfaitement pourquoi ça plaît aux jeunes lecteurs.

Tom et Léa sont frère et sœur, un jour, alors qu'ils s'amusaient, ils tombent sur une haute cabane remplie de livres, le paradis pour nos deux jeunes héros. Ils regardent un petit peu ce qu'elle contient et tombe sur un livre traitant des dinosaures et alors que Tom le consulte, d'un coup la cabane se met à tourner et les voilà tous les deux projetés au temps des dinosaures ! Une drôle d’aventure pour eux commencent…

C'est un petit livre donc ça se lit assez vite et c'est bien écrit. Ce roman laisse place à l'imaginaire avec des voyages dans le temps, ce qui est très sympathique (petite je regardais beaucoup Retour vers le futur, alors la Delorean, tout ça, c'était super aussi). Dans ce premier épisode, il se retrouve au temps des dinosaures et toutes les rencontres ne vont pas être très agréables, mais nos héros ont de la ressource !

Tom, 9 ans et Léa, 7 ans, sont deux personnages sympathiques, ils sont attachants pour le peu de temps passé avec eux (oui, le livre a tellement été lu vite que le temps de « rencontre » était très court). Intrépides voire parfois inconscient, ils nous replongent totalement dans l’enfance (du haut de mes 25 ans, ça m’a fait cet effet là en tout cas), pour un enfant, ça sera juste « son quotidien » puisqu’il ne se rend pas toujours compte de ce qui l’entoure. L’imaginaire a beaucoup d’importance chez eux et sont conscients que s’ils racontent cette aventure à des adultes, ça ne sera pas nécessairement compris, un gouffre entre le monde de l’enfance lié à l’imaginaire et celui des adultes très réalistes.

Ce qui est amusant, c'est qu'il y a une petite quête, des indices à récolter dans les quatre premiers épisodes, de sorte que ça permet au lecteur de « jouer » en même temps, de participer, ce qui est plutôt agréable et sympathique.

En bref, un premier tome sympathique qui nous fait voyager, c’est le moins qu’on puisse dire ! avec un petit mystère, qu’on peut résoudre en lisant la suite et en récoltant des indices pour savoir où vont aller nos héros.

L'affaire Bluewaters de Béatrice Bottet (Penelope Green 2)

Quatrième de couverture

A peine remise de ses aventures londoniennes, Pénélope Green s'embarque pour une nouvelle enquête : direction New York, première étape de son grand reportage sur la situation des femmes dans le monde.
Mais au cours de la traversée, La jeune journaliste est lancée sur la piste d'une étrange affaire, dont le mystère s'incarne en un mot : Bluewaters.
Avec l'aide de Cyprien Bonaventure, à la fois assistant et garde du corps, la jeune fille mène l'enquête. Bluewaters se révèle peu à peu. Il s'agirait d'un endroit clandestin.
Une inquiétante enquête va commencer et pour en savoir davantage, Pénélope n'a qu'un seul moyen : se faire accepter à Bluewaters.
Pari dangereux... Y entrer est déjà très difficile ; mais en sortir est quasiment impossible...

Mon avis

Ayant beaucoup apprécié La chanson des enfants perdus, il était évident que j’allais lire cette suite qui est vraiment dans la lignée du précédent. Je me réjouis d’avance de lire la suite qui risque d’être très prometteuse.

Suite au succès de sa précédente affaire, Penelope Green se voit confier une nouvelle enquête journalistique à savoir la condition des femmes dans divers pays. C’est pourquoi elle embarque tout d’abord aux Etats-Unis et en particulier pour New-York. Mais alors qu’elle est à bord du bateau, elle fait la connaissance d’une femme qui lui confie une lettre de son employeur. Ce dernier lui demande d’interroger ladite femme qui détiendrait des informations intéressantes et qui pourraient faire un très bon papier car il voit là une affaire louche. Penelope se met donc en quête et va effectivement découvrir qu’il y a un mystère autour de Bluewaters sans qu’elle ne sache en quoi cela consiste exactement. C’est avec l’aide de Cyprien Bonaventure, assistant et garde du corps, qu’elle va élucider cette affaire des plus inquiétantes. 

J’ai tout simplement adoré cette histoire et je vous recommande chaudement cette série. L’intrigue est très bonne et bien menée. L’auteur a l’art et la manière de raconter des histoires qui sont prenantes de sorte qu’on ne puisse pas s’ennuyer un seul instant. Elle sait maintenir son suspense et dissémine ça et là des informations pour attiser notre curiosité, sans pour autant tout dévoiler trop tôt. Pendant ma lecture, je me demandais ce que pouvait être Bluewaters mais j’étais loin d’imaginer tout ça. C’était une très bonne idée, que Béatrice Bottet a su exploiter jusqu’au bout. Parfois c’est révoltant, c’est aussi écœurant mais sûrement une triste réalité aussi. Il est des choses que l’on préfère cacher pour éviter tout problème. 

Quant à l’univers, c’était également intéressant. J’aime beaucoup la période victorienne, donc c’est un vrai ravissement et pouvoir découvrir New-York de cette manière était intéressant même si on découvre ici aussi les bas fonds comme la haute société et il est des cas où le lien entre les deux est très mince. 

Penelope est une jeune fille indépendante et qui y tient. Elle est courageuse et fière, mais sait tout de même demander de l’aide lorsque c’est nécessaire, même si au goût de Cyprien, elle va trop au devant du danger sans réfléchir aux conséquences. En tant que garde du corps, il a du mouron à se faire, c’est certain ! Leur relation est touchante et on espère de tout cœur que cela évolue. Déjà dans le premier volume, on sentait quelque chose entre eux, à voir comment cela va se passer par la suite. 

L’écriture de l’auteur est toujours aussi agréable à lire, très fluide de sorte qu’on rentre rapidement dans l’histoire. le fait d’avoir une narration à la troisième personne nous permet de suivre à la fois Penelope mais aussi Cyprien qui prend une place plus importante ici. 

En bref, une suite à la hauteur du précédent qui m’a totalement conquise. J’ai adoré l’idée, l’auteur a bien mené sa barque, c’est très prenant et haletant. On suit avec un réel plaisir cette héroïne intrépide qui n’a pas froid aux yeux mais qui sait s’entourer si cela est nécessaire. Une série à suivre de très près !

Le jeudi c’est Jeu Livresque [56]



 J’avais vu des blogueuses américaines organiser un rendez-vous journalier sur un mois et quelques unes de leurs idées étaient très sympa, j’en ai parlé à Melisande, et elle m’a dit : le jeudi on n’a rien. Voilà comment est née l’idée de petit rendez-vous pour fêter l’arrivée de l’été qui permet de jouer avec nos livres pendant 8 semaines, tous les jeudi, à partir du premier jeudi de juin (06/06).

Semaine 56 : À quel livre avez-vous bien fait de donner une chance ?
Un livre ne vous tentait pas, on faisait un buzz pas possible autour de lui ou quoi que ce soit d’autre mais vous avez quand même tenté le coup et ça a payé ?


Moi, jamais ô grand jamais je ne lirai de mangas ! Je n'aime pas les dessins, ce n'est pas mon truc, je laisse tomber. Bon, étant donné que je vais un stage en librairie spécialisée jeunesse ET BD ET mangas, il a bien fallu s'y mettre un peu, et une des collègues m'a dit uqe je ne pourrais pas repartir tant que je n'aurai pas lu un manga.

Alors du coup j'ai opté pour Cesare de Fuyumi Soryo parce que c'est de l'historique et que les dessins sont quand même très beau, il faut l'avouer, c'est plus académique donc plus dans mes goûts.

Bref, JAMAIS DE MANGAS ! et pourtant je suis devenue totalement accro à Cesare, j'attends le 10e tome avec impatience !


Naïf et studieux, Angelo da Canossa n’est guère armé pour la vie d’étudiant à l’université de Pise, lieu d’intrigues et de tensions dans l’Italie de la Renaissance. Son innocence résistera-t-elle à sa rencontre avec Cesare Borgia, rejeton d’une famille à la réputation sulfureuse, dont le père est sur le point d’accéder au Saint-Siège ?
Rivalités entre les différentes factions de l’université, machinations politiques et luttes fratricides, Angelo va partager les années de formation d’un jeune homme en passe de devenir l’un des personnages les plus fascinants de l’Histoire. À ses côtés, il croisera le chemin de certains de ses contemporains les plus célèbres, de Christophe Colomb à Machiavel en passant par Léonard de Vinci…

La mort en talons aiguilles de Charlaine Harris (Aurora Teagarden 5)

Quatrième de couverture


Il faut bien le dire, Aurora Teagarden n’avait jamais porté le sergent détective Jack Burns dans son coeur. Mais le jour où elle voit atterrir son cadavre, largué par avion, au beau milieu de son jardin, le souffle lui manque. Par chance, Roe ne figure pas sur la liste des suspects : elle n’a apparemment rien à voir avec ce meurtre. Pourtant, d’autres phénomènes étranges se produisent révélant un message à elle seule destiné, un code qu’elle a intérêt à déchiffrer avant qu’il ne soit trop tard…

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions J’ai lu de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié. En fait, je trouve que cette série est en dent de scie, j’apprécie vraiment qu’un livre sur deux parce qu’il y a des petites choses à y redire à chaque fois. Ici, j’ai trouvé ça plutôt pas mal.

Deux ans après son mariage avec Martin, Roe file des jours heureux, enfin dans l’ensemble, jusqu’au jour où elle voit atterrir dans son jardin le corps d’un homme qui s’avère être Jack Burns, le capitaine de la police avec qui elle a eu souvent des accrochages par le passé. Une enquête va être ouverte mais après cela, d’autres événements étranges surgissent et bien malgré elle, Roe va devoir découvrir ce qui se passe…

J’ai trouvé l’histoire plus intéressante et plus accrocheuse que la précédente, donc j’ai passé un moment plutôt agréable en compagnie de Roe. L’intrigue est plutôt bien faite et l’on se demande durant toute notre lecture qui est derrière ce meurtre, car cela ne fait aucun doute de cet état de fait. Après le reproche qu’on pourrait faire c’est que la solution et la fin arrive un peu rapidement dans le sens où en moins de deux secondes tout se fait jour dans la tête de Roe, elle est convaincue et va pour sauver le monde. Elle ne réfléchit pas toujours comme il faudrait et a une réaction des plus originales mais je n’en dirai pas plus. Après, ce côté rapide est dû au style de Charlaine Harris, c’est sa manière de procéder. En même temps le livre fait moins de 300 pages, donc il est évident que ce serait vite expédié, mais il y a quand même une manière de faire et là, ça n’est pas ce qu’il y a de plus pertinent.

Cela dit, j’ai quand même pris plaisir à suivre cette « enquête ». Roe entreprend, un peu malgré elle, des investigations pour savoir ce qui a bien pu se passer. En fonction des événements qui se passent, elle imagine toutes sortes de coupables mais elle est loin de se douter de l’identité du tueur et surtout la raison pour laquelle il s’en est pris au capitaine.

J’ai davantage apprécié le personnage de Roe, comme elle est souvent seule, sans son mari, elle a repris son travail à la bibliothèque, ce qui la rend plus indépendante, elle se lamente moins et voit un peu moins sa vie au dépend de son mari (ce qui avait eu le don de m’énerver dans le tome précédent). Dans ce tome, Roe va être confrontée à divers problèmes, qu’elle prend les uns après les autres, au moins elle est active, remet les pendules à l’heure quand c’est nécessaire car elle sait ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas. Du coup, elle m’apparaît comme plus sympathique, il était temps me direz-vous, on est à l’avant dernier tome de la série ! Mais mieux vaut tard que jamais.

En bref, un 5e tome sympathique qui m’a fait passer un bon moment. Roe était moins pénible, plus sûre d’elle et de ce qu’elle veut, donc ça fait du bien de voir cette évolution, même si elle a quelques problèmes de couples, mais a priori ça n’est que passager. Comme elle est plus entreprenante, le côté enquête prend plus de place dans l’histoire, on voit qu’elle essaye de comprendre ce qui a bien pu arriver, donc elle est plus active que passive, ce qui n’est pas pour me déplaire. Reste à voir maintenant ce que nous réserve le dernier tome de la série qui doit sortir en septembre.

Le tango de la mort de Florent Maudoux (Freaks' Squeele 3)

Quatrième de couverture

En plus de devoir se sortir d'une situation invraisemblable – imbroglio d'attaques de super-héros, de charges de flics suréquipés, de reporters incrustés et de monstres en liberté – Xiong Mao, Chance et Ombre apprennent qu’ils n'ont pas vraiment intégré une université de héros… Cette information chamboule la vie du campus, mais elle passe vite au second plan lorsque Funérailles apprend à Xiong Mao et à Ombre que Chance est victime d'une malédiction qui risque de la tuer.

Mon avis

Voici le 3e tome de Freaks' Squeele dont l’histoire se déroule juste quelques instants après le tome 2. Les élèves de la F.E.A.H. étaient en pleine démonstration de leur plan pour conquérir le monde, afin de valider leur année, quand les élèves de Saint-Ange sont arrivés pour les en empêcher, ce qui va créer de la confusion, une mini guerre où nos trois héros vont devoir se défendre corps et âme. Mais au cours de la bataille, Funérailles apprend à Xiong Mao et à Ombre que Chance est victime d'une malédiction qui risque de la tuer. Ils vont donc devoir partir en mission pour l’aider, lorsque cette dernière devra combattre avec l’un des élèves de Saint-Ange…

J’adore cette série, je suis vraiment très heureuse qu’on m’en ait parlé et de l’avoir commencé. C’est un univers intéressant qui, à chaque volume, prend plus d’ampleur. Les intrigues sont très bonnes et intéressantes et ce troisième tome ne déroge pas à la règle. L’action est omniprésente, c’est haletant, ça ne s’arrête jamais pour notre plus grand plaisir. On est en permanence entre deux atmosphères, la gravité de la situation, où c’est lourd et pesant et de l’autre côté, de la légèreté, des passages drôles pour justement détendre l’atmosphère.

C’est également un tome riche en révélations qui étonnent mais qui, finalement, paraît plutôt logique. Comme quoi, il ne faut jamais se fier aux apparences, elles sont toujours trompeuses. Mais c’est ce qui fait tout l’intérêt du livre puisque l’auteur arrive à nous surprendre. On ne peut pas s’ennuyer un seul instant en lisant cette série. C’est addictif aussi et je suis bien contente d’avoir tous les volumes sous la main pour les enchaîner plutôt rapidement, c’est très pratique.

On constate également une vraie évolution entre les personnages, je m’y attache de plus en plus et les voir changer de la sorte c’est plutôt sympathique. Il y a des choses auxquelles je m’attendais, mais ça fait plaisir à voir aussi. On découvre de plus en plus de choses sur chacun de nos trois héros, en lien avec leur passé et leur famille.

Et ma petite fierté, j’ai même réussi à contaminer deux personnes autour de moi : Secret Forbidden World et la stagiaire qui est à la librairie où je suis moi-même en stage (mais elle a fini la série avant moi, c’est pas juste !).

En bref, un troisième tome très bon, beaucoup de révélations, un univers de plus en plus riche, des personnages qui se dévoilent de plus en plus pour notre plus grand plaisir et avec une évolution dans les relations qui va changer la donne. Une série à lire tant c’est génial et addictif !

La maison des Julius de Charlaine Harris (Aurora Teagarden 4)

Quatrième de couverture
Une enveloppe contenant l'acte de propriété de la maison des Julius : voilà le superbe cadeau de mariage de Martin à Aurora. Notre héroïne rêvait de cette demeure malgré les étranges rumeurs sur la disparition de ses occupants, la famille Julius, plusieurs années auparavant.
Aussi, une fois installée, Aurora ne peut résister à la tentation et reprend l'enquête là où la police l'avait abandonnée. Pourquoi n'a-t-on jamais retrouvé les corps ? Quelle est la menace qui plane encore sur la vieille demeure ? Et comment expliquer l'attitude de plus en plus trouble de Martin ? Les figures du passé s'immiscent dans le coeur de Roe, mais elle n'a pas l'intention de se laisser faire par des fantômes.


Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions J’ai lu de m’avoir permis de lire ce livre qui se laisse lire, c’était sympathique, mais ça n’est pas non plus extraordinaire.

Mon sentiment sur la série ne change pas tant que ça d’un tome à l’autre. Ça n’est pas extraordinaire, pas aussi bien que Lily Bard ou Les Mystères d’Harper Connelly qui avaient plus de fond et des personnages plus intéressants. L’écriture et le style de Charlaine Harris est tel que ça se lit toujours très bien, facilement et rapidement.

Quant à l’histoire même, c’était plutôt pas mal, l’intrigue était bonne et plutôt bien menée, même si en générale les fins arrivent trop facilement et rapidement, mais bon, ça reste le style de Charlaine Harris, on aime ou pas. Après, il est vrai que pendant une bonne partie du livre, il ne se passe pas beaucoup de choses, c’est plutôt lent. Roe nous raconte sa petite vie de femme mariée, notamment le cadeau de mariage qu’elle lui a fait et cela, dans le détail, avant de commencer à se poser des questions sur le passé de son mari qui est des plus troublants. Mais j’ai envie de dire, elle l’avait épousé en tout état de cause. Le mystère autour de Martin s’épaissit, et on va donc en apprendre un peu plus sur lui à mesure des pages parce qu’évidemment tout n’arrive pas en cinq minutes. Evidemment, son passé si troublant va avoir un impact sur le présent, mais je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler.

De ce fait, la première moitié du livre est un peu longue parce que ça n’était pas ce qui m’intéressait, je voulais voir l’enquête sur la disparition des Julius, les précédents occupants de la maison que Martin a offerte à Roe pour leur mariage, qu’on nous présente dans la quatrième de couverture. Après, il est légitime qu’elle se demande qui est vraiment son mari, cela paraît normal de savoir avec qui l’on veut construire sa vie, et éventuellement fonder une famille. Personnellement, je me serai posée ces questions bien avant de me marier, mais passons, elle est follement amoureuse et ça n’était pas si important que ça, à ce moment-là.

J’avais hâte qu’on en sache plus sur cette maison, qui n’arrive donc qu’à la moitié, et là, ça prend un tournant plus intéressant. Elle finit par mener l’enquête, enfin tout est relatif, elle se tient informée, discute avec des personnes par-ci, par-là, comme dans les tomes précédents, ça n’est pas non plus un polar en tant que tel. Ça n’est pas non plus un livre hyper haletant, le quotidien de Roe (où il ne se passe pas grand-chose en soi, il faut le dire) prend le pas également et l’arrivée d’amis de Martin à la maison, paraît aussi étrange. Donc si vous vous attendez à ce qu’elle mène l’enquête rapidement, ça n’est pas le cas et ça l’est rarement avec Charlaine Harris, en fait. Dans ce roman, on a deux histoires parallèles qui se rejoignent ou pas (je ne vous spoilerai pas), à un moment donné, les interrogations sur le passé de Martin et cette mystérieuse disparition de la famille Julius qui a eu lieu des années auparavant.

En bref, un tome plutôt intéressant, ça se lit mais ça n’est clairement pas ma série préférée de l’auteur, j’avoue que l’héroïne y est beaucoup pour quelque chose, je ne l’apprécie pas plus que ça. L’intrigue est bien construite mais étant donné le pitch de départ, notamment au fait qu’elle appartenait à un club où les membres s’intéressent de près à des serials killer, à des meurtres, je m’attendais à ce que Roe enquête davantage et s’investisse plus dans les meurtres qu’elle attire comme des aimants. Ça n’est pas le cas et je trouve ça dommage, ça aurait pu donner quelque chose de très sympathiques avec une telle idée. Mais maintenant que je suis lancée, je vais terminer cette série pour savoir ce qui va se passer et quel final Charlaine Harris nous réserve (encore deux à lire, pour information).

L'homme idéal... ou presque de Kristan Higgins (Gideon’s Cove 1)

Quatrième de couverture

Si Maggie devait faire la liste de tout ce qui la rend très heureuse dans la vie, ce serait :
— le Joe’s, le restaurant plein de charme qu’elle dirige – une véritable institution pour les 1 407 habitants de Gideon’s Cove;
— une famille (presque toujours) aimante, et surtout une sœur jumelle avec laquelle elle partage une entente et une complicité à l’épreuve de tous les chocs de l’existence ;
— un chien qu’elle adore ;
— des employés fidèles et dévoués – quasiment une deuxième famille.
Déjà pas mal, n’est-ce pas ? Pourtant, si elle en avait le pouvoir, Maggie ajouterait volontiers une dernière petite chose à cette liste : un homme très amoureux d’elle, qu’elle aimerait aussi à la folie, et avec lequel elle vivrait un bonheur conjugal à faire pâlir d’envie toute la population féminine de Gideon’s Cove. Hélas, entre son amour impossible et malencontreux pour le père Tim, le prêtre de la paroisse, ses blind dates catastrophiques et sa liaison torride avec Malone, ténébreux et mutique pêcheur de homards, elle doute de pouvoir un jour y parvenir…

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Mosaïc de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup aimé. Si vous aimez les petites lectures légères, sans prise de tête mélangée à une comédie romantique, ce livre est parfait et fait pour vous !

L’homme idéal… ou presque est une comédie romantique, à la fois drôle et léger, on se laisse totalement emporter par cette histoire qui nous fait passer du rire aux larmes. On ne peut pas rester indifférent à cette histoire. Kristan Higgins a l’art et la manière de raconter des histoires. Elle m’avait déjà convaincu dans L’amour et tout ce qui va avec, une petite comédie romantique que j’avais adoré et ce livre ne déroge pas à la règle. Donc je pense suivre l’auteur d’un peu plus près car elle nous fait toujours passer un très bon moment. J’ai d’ailleurs un autre de ses livres en attente de lecture, je pense qu’il ne va pas trop tarder à sortir de ma PAL.

L’écriture de l’auteur est très agréable à lire et très fluide, dès les premières pages on plonge dans cette histoire et on ne voit pas les pages défilées tant on est pris dedans. Le livre ne m’a fait qu’une journée tant j’étais happée et que je voulais savoir ce qui allait se passer. Evidemment, dès le départ on sait comment ça va se terminer, mais ce qui fait l’intérêt du livre c’est de voir la manière dont cela va se passer et il y a certaines choses auxquelles on ne s’attend pas, des événements inattendus pour retarder l’inévitable, mais on a toujours cette petite appréhension, en se disant que cela va faire un tournant à l’histoire dont le dénouement peut être incertain (certes, dans le genre c’est assez rare mais sait-on jamais !).

La « romance » entre Maggie et Malone est des plus compliquées, mais c’est tout ce que j’adore. Un véritable jeu s’installe entre les deux et c’en est vraiment délectable. C’est drôle et énervant parce qu’on ne voit pas où cette relation va les amener. Du coup, Maggie se pose de plus en plus de questions et comme beaucoup de filles (surtout elle parce qu’il faut dire qu’elle est tombée sur des cas), elle commence à se faire des films toute seule, à imaginer le pire à chaque fois. Et quand les ragots et rumeurs s’en mêlent, rien ne va plus et les quiproquos, dialogue de sourd commencent. On se retrouve ainsi confronté à la fois à des scènes drôles, cocasses et touchantes, quand à d’autres moments c’est plus dur où l’on court à la catastrophe, etc.

Les personnages sont sympathiques et attachants, que ce soit les deux principaux, Maggie et Malone, comme les secondaires, comme la famille de Maggie, notamment sa sœur, ou encore le père Tim, etc., ils ont une vraie place et même s’ils sont secondaires ; l’auteur ne les oublie pas et leur donne de la consistance, ce qui est une bonne chose, cela donne plus de profondeur à l’histoire aussi, plus de crédibilité.

Maggie est une jeune femme à qui l’on s’attache rapidement. Quelque peu gaffeuse, elle est la source de beaucoup de ragots à cause de tout ce qui lui arrive. Mais elle garde la tête haute et ne se morfond pas, même si dans cette situation, on aimerait juste faire l’autruche pour ne pas avoir et entendre les gens qui se rappellent nos dernières frasques. Sa vie amoureuse est également le sujet de conversation préféré des habitants de Gideon’s Cove. On rit souvent au dépend de Maggie qui n’a vraiment pas de chance et se ridiculise en tout instant. Il faut dire qu’il y a de quoi raconter quand on voit qu’elle s’est entichée d’un prêtre, que ses rendez-vous arrangés se passent mal en général, et sa relation avec Malone est quelque peu compliquée. Elle est passionnée et généreuse, même si parfois pour de mauvaises raisons mais on lui pardonne.

Quant à Malone… Malone, c’est bien compliqué, c’est le gars bourru, taciturne, qui ne décroche pas un mot ou presque quand il fait une phrase avec un sujet, un verbe et un complément c’est un miracle. Et pourtant il est très attachant et comme Maggie, on a envie de le découvrir davantage, de creuser sous cette carapace d’ours mal léché parce qu’on sent qu’il y a quelque chose de très tendre et touchant chez lui. Mais tout est tellement caché, qu’il faut faire preuve de patience pour vraiment apprendre à le connaître. Certes, il n’est pas l’homme idéal, mais il peut être est-il celui qu’il faut à Maggie… En tout cas, comme elle, je pense que je me serai énervée plus d’une fois à cause de son comportement.

En bref, Kristan Higgins nous offre ici une comédie romantique très sympathique et agréable à lire. C’était drôle et léger, la romance est bien faite, bien énervante et compliquée mais très touchante aussi. On prend un vrai plaisir à la découvrir tant cela paraît improbable et pourtant… Les personnages sont sympathiques et attachants. J’ai vraiment passé un bon moment et ne peut que vous la conseiller, à condition d’aimer le genre évidemment !

Le pacte de la voleuse d'Ari Marmell (Widdershins 1)

Quatrième de couverture

Dans une autre vie, elle s’appelait Adrienne Satti, mais à présent, elle n’est plus que Widdershins. Gamine des rues, devenue noble, puis voleuse – la vie ne l’a pas épargnée. Orpheline très jeune, elle a connu la pauvreté et le luxe les plus extrêmes. Revenue aux ruelles sombres d’où elle était sortie, elle est désormais considérée comme l’une des voleuses les plus intrépides... Mais ses talents suffiront-ils à la sauver de la ténébreuse conspiration qui ronge inexorablement les entrailles de la cité de Davillon ? Découvrez Widdershins, l’aristocrate devenue voleuse, qui connaît mille façons de couper une bourse et autant de charmer ducs et barons dans les salons de la noblesse !

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Lumen de m'avoir permis de lire ce livre même s'il me laisse un sentiment assez mitigé.

La première chose que l’on constate en lisant ce livre, c’est l’écriture. Elle est assez simple, ça se lit assez bien et vite. Ce n'est pas un problème mais je n'ai pas non plus été happée par cette histoire alors que le principe, cette orpheline devenue noble pour finir voleuse, pouvait donner quelque chose de bien, raison pour laquelle j'ai voulu le lire. Mais la magie n'a pas totalement opéré. Pourtant je reconnais les bonnes idées, mais il y a trop de choses qui n’allaient pas, raison pour laquelle je suis mitigée.

La narration est à la 3e personne, ce qui nous permet de temps à autre d'être du point de vue d'autres personnages que Widdershins. C'était intéressant, ça nous apporte des informations supplémentaires, mais de l'autre côté, j'ai trouvé que c'était un point de vue peut-être trop extérieur pour que je m'y intéresse vraiment. Je me sentais un peu trop en retrait de l'histoire, plus passive qu’actrice, et je trouve ça dommage. Je n'ai pas totalement réussi à rentrer dedans et ceci explique aussi pourquoi je n'ai pas totalement adhéré.

Pendant une bonne partie du livre, je me suis demandé où l'auteur voulait en venir, quelle direction allait prendre l'intrigue. Parfois, lorsqu'on se pose cette question, ça peut être positif, car l'auteur sait garder le suspense et nous offrir de grandes révélations, etc. mais ici c'est plutôt négatif, parce qu'on ne voit pas l'intrigue, quelle est la véritable histoire. C'est même difficile de la résumer tant ça part dans tous les sens, à moins de vouloir tout spoiler, ce qui après n'a aucun intérêt. La 4e de couverture qui nous est proposé est assez générale au final et montre bien que l’on s’attarde sur un personnage, sur ses capacités et son parcours, plutôt que sur l’action qui s’y déroule, ce n’est pas pour rien.

De manière générale, j'ai trouvé ça assez brouillon. Ce n'était pas clair et dès la première partie du livre, j'ai rangé ce livre dans les « romans-intro ». Il s'agit surtout d'une présentation des personnages, brièvement de l'univers pour comprendre un minimum où l'on met les pieds. Mais au niveau de l'intrigue, c'était assez creux. Dans la deuxième partie du livre, on voit davantage se dessiner cette intrigue, mais ça arrive quand même un peu trop tard. Alors même s'il y a de l'action, des révélations en cours de route, je trouve ça tout de même trop lent, trop fouillis, même si l'accélération sur la fin est bien faite. Mais ça ne rattrape pas tout quand même.

L'autre chose que je n'ai pas apprécié, ce sont tous ces flash-back. Un chapitre sur deux, on y avait droit et je trouve ça grandement dommage. Je suis bien conscience que pour la compréhension de l'univers, de l'histoire actuelle on en ait besoin. Mais là, j'ai trouvé ça trop et ça ne venait pas toujours de manière inopinée. Il est important de savoir ce qui s'est passé avant, mais l'utilisation du flash-back doit être bien faite, et de temps en temps pour apporter un vrai plus. Là on a beaucoup d’informations, mais comme ça arrive trop souvent et trop en détails aussi, ce ne sont pas que des petites scènes qui étirent l'histoire en longueur et pour « pas grand-chose ». C'est comme si l'auteur avait voulu faire deux livres en un. D’un côté, l'histoire du passé de Widdershins et de l’autre, son présent. Autant faire un tome sur ce qui s'est passé précédemment et ensuite continuer l'histoire de manière linéaire. Là, le mélange des deux temps était vraiment dérangeant. Et c’est pour ça aussi qu’on ne sait pas trop où l’on va parce qu’on est tellement coupé dans notre lecture, que ça devient pénible plutôt qu’autre chose. Pourtant les informations données sont intéressantes et nécessaires mais ça n’a pas été fait de manière subtile.

Cela dit, je n’ai pas détesté ce livre et il n’est pas non plus nul, mais en fait, le gros problème c’est qu’il n’est pas assez approfondi. C'est dommage d'avoir attendu tout ce temps pour avoir certaines réponses, ça ne m'a pas rendu curieuse, juste un peu agacée parce que je trouvais qu'il manquait des informations.

Il y a tout de même de bonnes choses. Par exemple, l'univers est intéressant et j’étais curieuse d’en savoir plus pour certaines choses, même si un moment donné l’auteur va dans la facilité mais pourquoi pas. Mais une fois encore, la question aurait pu être davantage creusée pour avoir quelque chose de plus consistant à se mettre sous la dent. A côté, quand on lit Throne of glass de Sarah J. Maas (Keleana L’assassineuse), on a un univers beaucoup plus riche, une vraie histoire, et les deux histoires ont quelques points communs, un même thème du moins.

L'héroïne est très intéressante, même si parfois, on pourrait lui reprocher un grand nombre de choses, je l'ai tout de même trouvée attachante. L'auteur nous dévoile petit à petit ses différentes facettes qui font d'elle un bon personnage. Des personnages secondaires intéressants même si parfois trop absents.

En bref, un univers intéressant et une héroïne tout de même attachante, mais une histoire trop brouillon, sans vraie ligne directrice de sorte qu’on ne sait pas vraiment où l’on va et ce qu’on va nous raconter. Les flash-back, au lieu d’aider, gâchent un peu l’ensemble. Il s’agit surtout d’une simple présentation, avec tout de même de l’action sur la fin qui explique mieux le but de cette histoire mais ça arrive un peu trop tardivement. C’est dommage parce qu’il y avait de bonnes idées mais l’auteur n’a pas su les exploiter totalement.


Moi, sorcier en neuf leçons de Chantal Cahour (Incroyable sorcier 1)


Quatrième de couverture

Pour son douzième anniversaire, Antoine reçoit de son grand-oncle un mystérieux cadeau : le don d’entendre les pensées des autres. Et aussitôt sa vie se complique ! Comment va-t-il s’y prendre pour déchiffrer le fouillis de paroles qui envahit son cerveau ? Et, malgré les tentations, comment respectera-t-il la consigne impérative : n’utiliser son pouvoir que pour faire le bien ? Heureusement, l’oncle Fulbert remet à Antoine un vieux carnet plein de « recettes » magiques et il lui donne Nicéphore, un chat extraordinaire, qui va l’aider à faire ses premiers pas de sorcier. Encore faudra-t-il que ses parents acceptent l’animal...

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Oskar de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup aimé. C’est une bonne mise en bouche et je suis très curieuse de voir ce que la suite donnera.

L’écriture de l’auteur est très agréable à lire et fluide. C’est vraiment accessible pour un jeune public mais ça peut aussi plaire aux plus grands, la preuve, j’ai beaucoup aimé. Le livre est assez court, 216 pages, mais je trouve que pour un premier tome c’est suffisamment complet pour nous faire accrocher ou pas.

Je ne ferai pas le résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit. L’intrigue est bonne et bien menée, j’ai été happée dès les premières pages par cet univers. Les événements arrivent assez vite et c’était nécessaire étant donné l’épaisseur du livre, si ça prenait trop de temps, ça aurait été ennuyeux et on aurait eu qu’à la toute fin l’action, ce qui aurait été dommage. Donc dès les premières pages, le fameux oncle Fulbert voit Antoine et à partir de là, tout s’enchaîne très rapidement. Antoine va devoir apprendre à devenir un sorcier et cela en suivant les conseils d’un ouvrage écrit par une aïeule un peu exécrable dans sa manière d’écrire ce qui frustre le jeune garçon.

L’univers est sympathique, mais je sais parfaitement que je ne suis pas objective. Dès qu’il est question de sorcier, je ne réponds plus de rien. Et je n’ai pas du tout été déçue par cet aspect-là de l’histoire. J’ai aimé les messages retranscrits par l’auteur. Même s’il s’agit d’un livre jeunesse et qu’il est question de magie, rien n’est simple. Antoine va apprendre très rapidement qu’il y a toujours un prix à payer pour ce genre de choses. On ne doit pas en user et abuser non plus parce que ce n’est pas bien.

Ce premier tome montre le début de l’apprentissage d’Antoine, c’est encore un enfant, il n’a que 12 ans, alors il fait des erreurs, mais apprend et sait ensuite ce qu’il peut ou ne peut pas faire. Nicéphore, son chat est là pour le lui rappeler, le guider dans ce destin qu’il n’a pas choisi. Et j’ai beaucoup aimé les paroles de son chat, indulgent, mais aussi un peu moralisateur de sorte que ça puisse servir de leçon pour Antoine.

J’ai beaucoup aimé les personnages, que ce soit Antoine, ce jeune garçon à qui on lui incombe un pouvoir qu’il ne comprend pas, ne veut pas, Nicéphore, son chat avec qui il peut il peut converser par la pensée, ou encore les membres de sa famille. Chaque personnage a une particularité qui fait qu’on accroche bien avec eux. Ils sont bien sympathiques et attachants donc c’est un vrai plus pour l’histoire. Pour ma part, si je n’accroche pas aux personnages, l’histoire peut être vraiment géniale, ça me manquera et mon appréciation baissera forcément. En tout cas, je suis très curieuse de voir l’évolution d’Antoine, sachant le destin qui l’attend.

En bref, un premier tome très prometteur qui m’a tout de suite plu. L’univers autour de la magie et la sorcellerie est intéressante car ce n’est pas un moyen facile pour avoir ce qu’on veut, et de l’autre, elle peut aider à faire le bien, même si parfois Antoine a un peu de mal. Mais il est là pour apprendre, notamment de ses erreurs ce qui le fera grandir. L’histoire est bonne et intéressante avec son lot d’actions et de révélations. Quant aux personnages, ils sont attachants et sympathiques, de quoi nous faire passer vraiment un bon moment. A lire !


Inferno de José-Luis Munuera (Les Campbell 1)

Quatrième de couverture

Véritable légende de la piraterie, Campbell s'est retiré des affaires après le meurtre de sa femme pour élever ses filles en paix, loin des souvenirs douloureux de son passé. Mais celui-ci finit par le rattraper en la personne de Carapepino, pirate imbécile prêt à tout pour avoir les faveurs de l'infâme Inferno, un pirate redouté et redoutable qui n'est autre que l'assassin impuni de la mère d'Itaca et de Genova. Hanté par son passé et ses actes, Inferno désire être débarrassé une fois pour toutes de Campbell. Ce dernier, obligé de fuir, trouve refuge avec ses filles dans une communauté de lépreux. Mais la confrontation paraît inéluctable. Or les liens qui unissent Campbell et Inferno semblent plus complexes qu'il n'y paraît...

Mon avis

Voici le premier tome des Campbell qui raconte l’histoire d’une famille dont la spécialité est la piraterie. Campbell s’est retiré des affaires suite à l’assassinat de sa femme et s’est réfugié sur une île pour élever ses deux filles, Itaca et Genova en paix. Mais les souvenirs remontent lorsque Carapepino, un pirate quelque peu stupide, fait irruption sur son île et que Campbell le « renvoie » en présentant ses hommages à Inferno, qui rêve de se débarrasser de Campbell.

L’histoire pose bien les bases de la famille Campbell, c’est une introduction mais où il se passe déjà pas mal de choses. Nous comprenons assez rapidement la situation familiale de ce dernier et petit à petit, nous voyons quels sont ses liens avec Inferno, ce pirate tant redouté qui écume les mers. Et effectivement, tout est bien plus compliqué qu’il n’y paraît. Cela laisse présager une suite très intéressante, en tout cas, j’ai envie d’en savoir plus sur cette petite famille.

Les deux filles de Campbell sont adorables et touchantes, une petite fille et une adolescente, il est évident que cela peut créer quelques petits conflits. Cela donne un peu de légèreté à l’histoire. Quant à Inferno, il est hanté par son passé et cela d’une drôle de manière mais quand on sait ce qu’il a pu faire, quelque part c’est amplement mérité.

Les illustrations sont sympathiques et me font penser un peu aux Astérix ou Lucky Luke. Après c’est une question de goût, on adhère ou pas.

En bref, un premier tome introducteur bien sympathique qui met en place des personnages haut en couleur et qui promettent beaucoup. Des histoires de pirates c’est toujours sympathiques et là, on voit que les liens qui unissent certains personnages sont assez complexes et ne peuvent que donner quelque chose de très intéressant pour la suite.

Boulot mortel de Rachel Caine (Funèbres 1)

Quatrième de couverture

« Après avoir servi quatre ans dans l’armée, j’ai choisi une reconversion dans un secteur plutôt original : le service funéraire. Moi qui croyais que le contact avec les morts serait moins stressant qu’un champ de bataille, j’étais loin du compte…
Qui veut déterrer les secrets des pompes funèbres Fairview a tôt fait de se retrouver six pieds sous terre, sachez-le ! »

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions J’ai lu de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup apprécié et je suis très curieuse de voir ce que la suite donnera.

Je suis très fan de Rachel Caine, notamment de sa série jeunesse Vampire City (Morganville Vampires) ou encore Les gardiens des éléments en urban fantasy, donc c’est toujours un plaisir pour moi de lire une de ses séries. Je ne suis plus totalement objective mais je vous assure que Funèbres risque d’être tout aussi sympathique, bien que dans un genre très différent.

Bryn, après avoir servi pendant 4 ans dans l’armée, décide de changer de profession pour aller dans un secteur où le boulot ne manquera jamais, celui de la mort, autrement dit, des pompes funèbres. C’est donc comme assistante qu’elle se présente et tout va bien pour elle, même si un de ses collègues, le thanatopracteur (celui qui prépare les corps) est des plus étranges. Mais cela n’est pas important, jusqu’au jour où un client se présente et se comporte de manière étrange, et quels sont les rendez-vous pris avec le directeur M. Fairview après la fermeture de l’entreprise ? Que de questions… Mais Bryn aurait dû savoir que la curiosité est un vilain défaut et qu’avec Fairview, les employés doivent être aussi muets qu’une tombe…

L’écriture de Rachel Caine est toujours aussi agréable à lire, très fluide de sorte qu’on rentre avec facilité dans l’histoire, qui faut le dire, est des plus originales. Au premier abord, on ne voit pas forcément où l’auteur veut nous emmener, ni ce qu’elle va faire par la suite, mais on se laisse totalement emporter et le constat est que l’intrigue est intéressante et bien faite. Beaucoup de suspenses et de surprises nous attendent pour notre plus grand plaisir.

C’est plutôt tranquille pour une grande partie de l’histoire, mais ça n’est pas du tout ennuyeux, il se passe plein de choses, de l’action, avec des petits moments de pause histoire de reprendre son souffle, surtout au vu de la situation, ça paraît normal ces moments calmes. Mais il y a également plein de secrets et de révélations qui sont disséminées ça et là, et avec une grosse majorité sur la fin du livre avec le plus gros de l’action. Ça va toujours crescendo avec Rachel Caine de toute façon. Une très bonne histoire à laquelle j’ai bien accrochée, et étant donné les circonstances, je suis très curieuse de voir ce que la suite nous réservera.

L’univers est intéressant et original parce qu’on est loin de l’urban fantasy habituel, pas de démons, pas de vampires, pas de loups-garous, etc. Mais quoi me direz-vous ? Ah, ah, ah, surprise ! Je ne dirai rien, même sous la torture ! Tout ce que je peux dire, c’est qu’on ne peut même pas totalement parler de créatures surnaturelles ici et pourtant, il y a bien une « touche fantastique ». Je vous laisse donc la totale découverte, comme cela a été mon cas en ouvrant les premières pages de cette histoire car on ne s’attend pas du tout à ça et qu’il faut parfois avoir un peu de mystères dans la vie, sans quoi ça n’a aucun intérêt. Mais le moins qu’on puisse dire c’est que c’est assez atypique dans le genre et ça fait du bien !

Il est étonnant de voir l’évolution et le chemin parcouru par Bryn, l’héroïne. L’histoire se passe dans un temps assez restreint et pourtant on a la sensation d’avoir passé des mois en compagnie de Bryn, tant sa vie a été bouleversée et que les problèmes s’enchaînent les uns à la suite des autres. Même si c’est écrit à la 3e personne, on reste centré sur elle (comme dans les Vampire City, même fonctionnement), ce qui nous permet de mieux l’appréhender, la comprendre et aussi tout découvrir en même temps qu’elle, ce qui nous laisse pas mal de surprises, comme elle ignore beaucoup de choses.

Bryn est une ex-militaire, mais parfois on ne le sent pas, elle se laisse un peu trop faire et semble fragile, donc pas trop crédible par moment. Mais je vous rassure, elle n’est pas tout le temps comme ça donc ça passe et il est compréhensible qu’elle pète un câble, mais elle devrait avoir des nerfs d’acier étant donné son ancien statut mais bon… Elle est sympathique et attachante et l’on compatit fortement à ce qu’elle vit, parce que le moins qu’on puisse dire c’est que depuis qu’elle a mis les pieds les pompes funèbres, sa vie n’a rien d’un long fleuve tranquille, bien au contraire.

Quant à McCallister et Fideli ce sont deux personnages très intéressants qui m’ont tout de suite plu. Beaucoup de mystères et de secrets pour le premier mais il n’en reste pas moins attachant et je suis très curieuse d’en apprendre plus sur lui. Leur relation avec Bryn est assez unique, c’est très compliqué aussi, mais ça n’en reste pas moins touchant d’une certaine manière et étant donné les circonstances.

En bref, un premier tome très prometteur, une bonne mise en bouche pour cette nouvelle série, d’une auteure géniale que j’apprécie beaucoup. C’est très original, l’histoire tient bien la route, les idées sont bonnes et plutôt bien exploitées. Les personnages sont intéressants et attachants, donc ça a bien fonctionné pour moi, je suis maintenant curieuse de voir ce qui va arriver à tout ce petit monde. Une série à découvrir !

In My Mailbox (134)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine



Le merveilleux de Jean-François Chabas

Un saphir exceptionnel - Le Merveilleux - , héros de cette histoire, fait, par le biais de ses propriétaires successifs, voyager le lecteur à travers des univers très différents. Depuis les montagnes sauvages et meurtrières du nord de l'Inde, d'où il sera extrait, jusqu'au faubourg de Londres, où il achèvera son périple, le joyau sera un révélateur de la bonté, de la cupidité, des tourments ou des grandes joies de tous ceux qui entrent en sa possession.



Le ciel nous appartient de Katherine Rundell

Tout le monde pense de Sophie qu'elle est orpheline. La jeune Anglaise demeure cependant persuadée que sa mère n'a pas sombré avec le navire qui la laissa, à l'âge d'un an, flottant dans un étui à violoncelle au beau milieu de la Manche.
Alors, lorsque les services d'Aide à l'enfance menacent Charles Maxim; son tuteur, érudit farfelu aux méthodes d'éducation fantasques, de lui reprendre la garde de Sophie, celle-ci décide de poursuivre ses rêves et part pour Paris avec lui sur les traces de la disparue...
Une cavale menée sous le signe de l'espoir, qui conduira la fuyarde sur les toits de la ville-lumière, en compagnie du sauvage Matteo et de sa bande de danseurs du ciel.



Les Lumineuses Aventures de Flora et Ulysse de Kate DiCamillo

Quand un écureuil est avalé sous ses yeux par un aspirateur devenu fou, la jeune Flora Buckman, grande lectrue de comics, devant l'éternel, ne peut rester sans rien faire. N'écoutant que son courage, la voilà qui vole à la rescousse.
Ce que nul ne pouvait prévoir, c'est qu'Ulysse, l'écureuil, revient à la vie doté de pouvoirs surprenants et que l'existence de Flora sera à jamais transformée. Elle aura désormais un meurtre à empêcher, des méchants à vaincre, les ténèbres à éradiquer. Et même si elle l'ignore encore - un cœur - le sien, à ouvrir et à consoler.



Tant que nous sommes vivants d’Anne-Laure Bondoux

Nous avions connu es siècles de grandeur, de fortune et de pouvoir. Des temps héroïques où nos usines produisaient à plein régimes, et où nos richesses débordaient de nos maisons.
Mais un jour, les vents tournèrent, emportant avec eux nos anciennes gloires. Une époque nouvelle commença. Sans rêve, sans désir.
Nous ne vivions plus qu'à moitié, lorsque Bo entra, un matin d'hiver, dans la salle des machines.
Folle amoureuse de Bo, l'étrange, Hama est contrainte de fuir avec lui. Commence alors pour eux un fabuleux pérople à travers des territoires inconnus. Leur amour survivra-t-il à cette épreuve ? Parviendront-ils un jour à trouver leur place dans ce monde ?


Henri le Canari d’Antoon Krings

L'été tire à sa fin et les oiseaux s'apprêtent pour leur grand voyage. «Mais où vont-ils donc ?» demande Henri avec envie. «Aux Canaries», répond Nunuche la perruche. «Les canaris ont donc une île, un paradis, mais c'est inouï ! Allons-y, allons-y ! »Et Henri de prendre sa volée avec Merlin, son ami du jardin, avant d'atterrir enfin sur une plage couverte de milliers d'oiseaux. 


Lorette la Pâquerette d’Antoon Krings

Il arrive que les petites filles, qui naissent d’habitude dans les roses, voient parfois le jour dans d’autres fleurs. Et personne ne vient les y chercher. C’est ainsi que Lorette naît un jour chez une modeste pâquerette. Ayant à cœur de l’élever, la petite fleur lui apprend l’élégance des belles du jardin et leur langage fleuri ; si bien que Lorette devient la plus gracieuse des pâquerettes. Elle s’aperçoit vite que de rester immobile des journées entières sur un pied est une chose très ennuyeuse. Elle met le parterre en émoi. Même les abeilles sont troublées…


A bord du bateau pirate de Jean-Michel Billioud et Olivier Latyk

Embarque à bord du bateau pirate, sur la mer des Caraïbes, et suis le périple de ces aventuriers sans foi ni loi. Découvre leur quotidien au rythme des navigations, des escales et des pillages de bateaux. À l'abordage !


Mamouchka et le coussin aux nuages de Michel Piquemal et Nathalie Novi

Mamouchka est très vieille et bien fatiguée. Un samedi, elle achète au marché un beau coussin brodé de nuages bleus. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que ce coussin est un peu magique. Grâce à sa douceur, elle va revivre en un rêve sans fin les jours heureux de sa jeunesse russe...


Le sourire de la montagne de François Place

Le roi a 15 ans lorsqu'il franchit pour la première fois les hautes montagnes. De l'autre côté se trouve le pays de la Soie. De ce difficile voyage, il a rapporté une statuette d'un dieu tranquille, calme et paisible. Devenu vieux, il souhaite avec sa petite-fille faire sculpter dans la roche une statue à l'image de ce dieu. Immense, radieuse, elle sera visible de très loin afin de redonner force et courage aux voyageurs. Les meilleurs sculpteurs du royaume se mettent à l'ouvrage...


Renard Manouche de Joann Sfar et Clément Oubrerie (Jeangot 1)

Jeangot Renart naît dans une roulotte et adopte très vite un petit hérisson du nom de Niglaud. Devenus amis alors que la tradition aurait voulu que Niglaud finisse dans l'estomac de Renart, les deux compères font la manche pour survivre, jouent de la guitare, courent le guilledou et le cachet dans le Paris de l'entre-deux-guerres...


A kiss in the dark de Cat Clarke

L'amour peut-il survivre au plus gros des mensonges ?
Un roman qui vous fera revivre les délices et les frissons de votre premier amour. 
Lorsque Alex et Kate se rencontrent, l'attirance est immédiate.
Il a de l'humour, il est beau et un brin timide : tout ce que Kate recherche chez un petit ami.
Elle est jolie, craquante, avec un irrésistible soupçon de naïveté : Alex ne peut résister à son charme.
L'un des deux cache pourtant un lourd secret qui va non seulement peser sur leur amour naissant, mais aussi menacer leurs vies...


La sorcière maudite de Michele Bardsley (Bienvenue à Nevermore 1)

« Epouse-moi.
— Va au diable ! »
Face à la réponse sans appel de Gray Calhoun, son seul et unique espoir, Lucinda est anéantie. Issue de la célèbre lignée Rackmore, la sorcière a vu ses pouvoirs annihilés par un amant cruel. Sans aucune défense dans un monde où règne la magie la plus impitoyable qui soit, elle a rejoint Nevermore dans le seul but de trouver Gray. Mais le Gardien de la vielle, autrefois marié à sa sœur puis bafouée par cette dernière, voue désormais une haine implacable à leur famille. Pourtant, s’il accepte aujourd’hui de prendre Lucinda pour femme, il lui offrira alors sa protection. Et celle d’un Magicien d’Honneur est inestimable…


Qui est Mara Dyer ? de Michelle Hodkins (Mara Dyer 1)

Mara Dyer est une jeune fille de 16 ans comme les autres, jusqu’au jour où elle s’éveille dans un hôpital, sans aucun souvenir de l’accident qui a coûté la vie à ses trois meilleurs amis. Dévastée par le chagrin et un profond sentiment de culpabilité, elle souffre terriblement de la perte de ses proches.
Pour repartir à zéro, la famille de Mara part s’installer en Floride. Mais là encore, les nuits de la jeune fille restent agitées, hantées par des visions de l’accident. Mara a l’impression de revoir ses amis, et même de sentir la mort de certaines personnes. Mais que lui arrive-t-il ? Est-elle en train de devenir folle?
Qui est vraiment Mara Dyer?


Maléfique, de Elizabeth Rudnick

Maléfique est une jolie jeune femme au cœur pur qui vit au cœur d'une forêt magnifique. Un jour, une armée menace d'envahir le royaume. Maléfique n'a pas le choix. Pour préserver la paix, pour protéger son pays, elle en devient le plus farouche défenseur... Mais elle est trahie. Et peu à peu, son cœur d'or se change en pierre... La naissance de Maléfice, la sorcière la plus emblématique de Disney, en guise de " préquelle " à La Belle au Bois Dormant.


Si vous aimez jouer de Sylvia Day (Georgian 2)

Lady Maria Winter est jeune, belle… et veuve. Déjà deux maris morts — et elle ne va sans doute pas s’arrêter en si bon chemin. Les policiers du roi rêvent de la voir pendue. Mais elle est trop maligne pour eux. Alors ils relâchent Christopher St. John, le plus célèbre pirate d’Angleterre, afin qu’il la séduise et la perde. S’il y parvient, il est libre. Il entame donc une liaison avec lady Maria qui, elle, a tout intérêt à le manipuler. Et ce sont deux êtres sans pitié qui s’affrontent dans un jeu voluptueux et dangereux.


Par une nuit sans mémoire de Nora Roberts

Olivia n’est encore qu’une enfant quand elle est témoin du meurtre de sa mère par son père, Sam Tanner, au moyen d’une paire de ciseaux. Vingt ans plus tard, ce dernier s’apprête à sortir de prison, avec une seule obsession : faire comprendre à sa fille qu’il est innocent. Afin d’éclairer ce drame obscur, il se confie à Noah Brady, le fils du policier qui l’a fait incarcérer. Norah est écrivain, il saura bien trouver les ressorts secrets du crime. Mais quel est le véritable but de Tanner ? Serait-ce un terrible piège ? Pour Noah et Olivia, qui se retrouvent ainsi liés, l’enjeu est d’une importance capitale…


Traque fatale d’Allison Brennan (Chasse à l’homme 2)

A chaque meurtre commis par le « Boucher », Miranda Moore revit le même cauchemar. Douze ans plus tôt, elle aussi a été séquestrée par ce sadique, et si elle est parvenue à s’enfuir, sa meilleure amie, Sharon na pas eu cette chance. Depuis ce jour, Miranda n’a qu’une obsession : retrouver la trace de son tortionnaire/ même si cela implique de collaborer avec son ex-fiancé, Quinn Peterson, du FBI.
Certes, elle a autrefois aimé Quinn à la folie et il l’a trahie, mais face au démon qu’elle s’apprête à affronter, il lui faudra surmonter sa rancœur et faire de nouveau confiance à l’agent Peterson…


Les roses rouges du passé de Julie Garwood

Veuf cynique et glacial, le marquis de Lyonwood a juré de ne jamais se remarier. Jusqu’au jour où il rencontre la princesse Christina, sublime ange blond qui décidément ne ressemble à personne. Tantôt naïve, tantôt sagace, elle le trouble et le déconcerte. Est-elle une manipulatrice ? Une ingénue ? Ses réactions sont imprévisibles, mais un seul baiser suffit à embraser Lyon. Dévoré de passion, il lui propose le mariage… sans se rendre compte qu’il ignore tout d’elle, à commencer par l’incroyable secret de ses origines…


La duchesse aux pieds nus de Suzanne Enoch (Les Rebelles 3)

S’il veut conserver son héritage ; le jeune duc de Greaves doit absolument se marier avant son trentième anniversaire. Or la date fatidique approche. Adam organise donc une fête dans sa propriété de campagne. Parmi les invités se trouve la scandaleuse Sophia Withe, qui travaille dans un club de jeu. Belle, spirituelle et d’un tempérament fougueux, Sophia l’éblouit. Mais saura-t-il la défendre contre la cruauté et le snobisme de ses pairs qui ne voient en elle que « la bâtarde d’un duc et d’une femme de chambre ? ».


L’espion de la couronne de Celeste Bradley (Le club des menteurs 1)

Dans un moment d’exaspération, Agatha Cunnington s’est inventé un mari, Mortimer. Ce mensonge lui a permis de voyager tranquillement jusqu’à Londres et de s’y installer. Pour tout le monde, son mari est en déplacement. Jouissant d’une totale liberté, elle va pouvoir enfin enquêter sur la disparition de son frère. Malheureusement, vanter les qualités et les exploits de son mari, a éveillé les curiosités. Il lui faut trouver très vite un homme pour tenir ce rôle pendant quelques jours. Mais qui ? Quelqu’un d’assez frustre pour ne pas poser de questions. Et pourquoi pas ce ramoneur qui s’est introduit dans sa maison ?


Sous le soleil de Grèce de Barbara Cartland

Lynda refuse catégoriquement d’épouser le richissime duc de Buckington. Mais dans l’Angleterre victorienne, les jeunes filles n’ont pas leur mot à dire. Surtout quand des intérêts financiers sont en jeu. Pour sauver son père de la ruine, Lynda accepte d’épouser le duc, un homme volage et noceur… Pourtant, le soir de ses noces, Lynda se désespère, puis se révolte. Jamais elle n’appartiendra à cet homme qu’elle n’a pas choisi ! C’est alors que son mari pénètre dans la cabine, en seigneur et maître…


Un merveilleux été de Mary McNear (Revivre à Butternut 2)

Je reste ici, Caroline. A Butternut.
Caroline reste à court de mots face à Jack, son ex-mari. Quel toupet de venir s’attabler au Pearl, le café qu’elle possède à Butternut ! Cela fait dix-huit ans qu’il les a abandonnés, elle et leur fille Daisy, quittant cette petite ville tranquille du Minnesota pour des plaisirs sans doute bien plus grisants, en particulier ceux que lui procurait l’alcool.
Daisy, qui est devenue cette belle jeune fille à l’aube d’une vie prometteuse. daisy, qui découvre les tourments de l’amour et que sa mère se doit de mettre en garde contre les imposteurs. Elle n’a pas besoin que ce père indigne vienne se mettre en travers de sa route ! Caroline est furieuse.
Même si Jack a changé, visiblement. Et même si, à sa seule vue, son cœur stupide s’est mis à battre deux fois plus vite.
Mais, dans la paisible ville de Butternut, rien ne peut gâcher les merveilleux étés…


La quête de Malory de Nora Roberts (Les Trois Clés 1)

Malory, Dana et Zoé sont invitées un soir dans un manoir, où on leur raconte une mystérieuse légende : trois sœurs ensorcelées soupirent après leur liberté perdue que seules les « Elues » pourront leur rendre…
Puis on leur propose trois contrats avec, en récompense, trois millions de dollars ! Le sort à désigné en premier Malory, qui se demande encore ce qui l’a poussée à relever ce défi farfelu. Mais comment procéder quand on ne sait rien de cette mythologie ridicule ? Un seul indice : « Vous êtes la clé », et un tableau à déchiffrer. Fort heureusement, la jeune femme pourra compter sur l’aide du journaliste Flynn Hennessy dans son étrange mission…


Et vous ?