Rechercher dans ce blog

30/10/2017

C'est lundi, que lisez-vous ? [127]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ? 



Je n'ai pas lu beaucoup de romans cette semaine mais cela a été des lectures bien sympathiques, dur pour Jamais plus et enchanteresse pour Fille d'Hécate. Quant aux albums, ils sont superbes, les chroniques de ces livres arrivent très prochainement !



La Belle Sauvage de Philip Pullman (La Trilogie de la Poussière 1)

À l'auberge de la Truite, tenue par ses parents, Malcolm, onze ans, voit passer de nombreux visiteurs. Tous apportent leurs aventures et leur mystère dans ce lieu chaleureux. Certains sont étrangement intéressés par le bébé nommé Lyra et son dæmon Pantalaimon, gardés par les nonnes du prieuré tout proche. Qui est cette enfant ? Pourquoi est-elle ici ? Quels secrets, quelles menaces entourent son existence ?Pour la sauver, Malcolm et Alice, sa compagne d'équipée, doivent s'enfuir avec elle. Dans une nature déchaînée, le fragile trio embarque à bord de La Belle Sauvage, le bien le plus précieux de Malcolm.Tandis que despotisme totalitaire et liberté de penser s'affrontent autour de la Poussière, une particule mystérieuse, deux jeunes héros malgré eux, liés par leur amour indéfectible pour la petite Lyra, vivent une aventure qui les changera pour toujours.




29/10/2017

In My Mailbox (307)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir.

Mes acquisitions de la semaine


Alfie Bloom et la sorcière de l'Île du Démon de Gabrielle Kent (Alfie Bloom 3)

Il est grand temps pour Alfie Bloom de voyager dans le passé pour débuter son apprentissage aupr-s d'Orin Hopecraft, le dernier des grands druides. Car la magie qu'il a en lui, plus indomptable que jamais, peut l'entraîner a tout instant vers son côté obscur... Mais alors que le garçon commence à peine à comprendre son pouvoir, une étrange créature de ténèbres attaque ses proches et plonge Orin dans un coma profond. Pour sauver ses amis, Alfie doit à tout prix trouver la seule personne à même de l'aider: la sorcière de l'Île du Démon.


Nos âmes plurielles de Samantha Bailly (Nos âmes jumelles 3)

Sonia est la plume, Lou le crayon. Ensemble, elles tiennent un blog BD. Bac en poche, elles s'installent à Paris en coloc. Mais leurs tempéraments sont opposés et les études les éloignent de leur passion. Quel nouveau projet pourrait sauver leur amitié ? Jusqu'où leur vocation les portera-t-elle ?



Entre deux mondes d'Olivier Norek

Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l'attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir. 
Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu'il découvre, en revanche, c'est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n'ose mettre les pieds. 
Un assassin va profiter de cette situation. 
Dès le premier crime, Adam décide d'intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il est flic, et que face à l'espoir qui s'amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou. 
Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu'elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d'ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.



K-Love de Sky Muglach

A Séoul, aujourd’hui. Tokki n’est encore qu’un adolescent, aux allures androgynes. Victime de la violence de son père, médecin, qui le roue de coups quotidiennement sous le regard indifférent de sa mère, il décide de quitter définitivement le foyer familial. Ce beau garçon perdu se retrouve alors dans un hôtel interlope, où il fait la connaissance d’un jeune prostituée qui très vite l’initie à la drogue. Tokki, déjà abîmé par la vie, y voit un remède à sa solitude et à son manque d’affection. Son désir de nouveauté le mène jusque chez un dealer, Min, individu froid et insensible, avec qui il noue une relation ambiguë. Un soir, l'éphèbe se fait tabasser et est laissé pour mort sur le trottoir. Heureusement, vient à sa rescousse un véritable ange gardien, qui le recueille chez lui. Il s'appelle Han. Une grande amitié naîtra entre eux ; une histoire d’amour, aussi. Han est un homme bon et droit. Mais une scène de ménage poussera Tokki à revenir vers le dealer… Ensemble ils commettront l’irréparable. C’est alors que resurgit Han. Entre les deux hommes, entre deux vies qui s’offrent à lui, le jeune homme devra bientôt choisir.


Sans raison apparente de Charlotte Bousquet

Après un parcours classique, Rachel est devenue une épouse modèle. Terne, fatiguée, elle sur(vit) et s’efforce péniblement de suivre les traces de sa mère, bourgeoise fortunée de la banlieue de Washington D.C.
Jusqu’au jour où cette dernière se suicide. Sans raison apparente.
Sa mort, l’enterrement, le défilé des oiseaux noirs, la jeune femme les subit dans un état second, comme au spectacle. Elle passe une journée à errer dans la maison parentale, se rend compte que sa mère n’a laissé aucune trace – comme si cette dernière n’avait jamais existé. Sur le chemin du retour, Rachel voit des chevaux dans un champ. L’un d’eux, un grand palomino, se cabre au moment où la voiture les dépasse.
Cela lui rappelle un rêve inachevé. Un rêve de voyage et de liberté.


Et vous ?

28/10/2017

Mirror Mirror de Cara Delevingne et Rowan Coleman

Quatrième de couverture

Peut-être que je ne suis pas aussi réglo que je le croyais.
Peut-être que je suis vraiment un monstre.

Red a une mère alcoolique et un père absent.
Le frère de Leo l’entraîne sur une pente sombre et violente.
Rose se réfugie dans les bras des garçons et dans l’alcool pour noyer ses mauvais souvenirs.
Naomi fugue à la recherche d’une liberté qui lui échappe.

Ils sont seuls contre le monde… Jusqu’au jour où ils se réunissent pour former un groupe. Avec Mirror, Mirror, ils peuvent enfin être eux-mêmes.
C’est alors que Naomi disparaît. On la retrouve des semaines plus tard, au bord de la mort, dans la Tamise. La police pense à une tentative de suicide. Ses amis sont dévastés. Comment ont-ils pu ne pas remarquer qu’elle allait si mal ? Connaissaient-ils vraiment Naomi ? Se connaissent-ils vraiment ?

Bientôt, une série d’indices sème le doute. La réponse n’est peut-être pas celle que l’on croit. Sur le chemin de la vérité, Red, Leo et Rose devront affronter leurs propres peurs et leurs propres secrets. À présent, rien ne sera jamais plus pareil : nul ne peut réparer un miroir brisé.

Mon avis

Mirror Mirror est le premier livre de Cara Delevingne, qu’elle a coécrit avec Rowan Coleman. Je vous avoue que je n’attendais rien de spécial de ce livre, j’ai préféré me laisser bercer et voir ce que cette histoire allait nous dévoiler. D’ailleurs, c’est davantage le pitch qui m’a intrigué, pour m’inciter à le lire, plutôt qu’au nom de son auteur car le mannequinat ne m’intéresse pas et je n’ai pas pu voir ses talents d’actrice non plus. En somme, Cara Delevingne aurait pu être inconnue au bataillon, ça n’aurait rien changé pour moi quant au fait de lire ce livre.

Dans l’ensemble j’ai plutôt apprécié ma lecture, certes, ce n’est pas le livre de l’année, loin d’être un coup de cœur mais il a ses qualités, et aussi ses défauts, ce qui explique pourquoi je n’ai pas eu de coup de cœur, loin de là. Mais cela reste une lecture plutôt sympathique qui aborde des sujets intéressants.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’histoire est racontée du point de vue de Red, la batteuse du groupe Mirror Mirror. Un groupe composé de 4 personnes, Red, Rose, Leo et Naomi et quand cette dernière disparaît et réapparaît quelques jours plus tard dans un état déplorable, les trois autres vont essayer de découvrir ce qui a pu lui arriver.

L’intrigue de l’histoire est plutôt simple mais elle est bonne et bien menée. Il y a un certain rythme, des vas-et-viens temporels qui nous permettent de voir ce qui a bien pu se passer avant, voir si cela a pu avoir une incidence sur la suite. Des flashback qui sont bien utiles pour voir comment ce groupe atypique a pu se former et comment une telle amitié a pu naître alors qu’ils sont tous très différents. Même si leur point commun est qu’ils sont un peu un marge de la société, dans leur manière d’être, leur apparence, et pour d’autres, d’avoir des familles au bord du gouffre.

L’intrigue repose donc sur ce qui a pu arriver à Naomi, une enquête qui prend des allures de thriller par moment plus on avance dans l’histoire. Et à ce niveau-là, c’est plutôt intéressant et haletant. On a envie de savoir ce qui s’est passé, et comme Red et ses amis, on se pose beaucoup de questions sur les agissements de Naomi.

En parallèle de cette enquête, on découvre la vie des trois autres, dont Red puisqu’elle est la narratrice donc c’est celle où l’on voit le plus de choses. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ont tous une vie compliquée, bien abîmée aussi. Le groupe est leur 2e famille parce que la leur est une catastrophe. On voit de tout, l’adultère, l’alcoolisme, la prison, le rejet de la différence, etc. Les auteurs ne ménagent pas leurs personnages, c’est le moins que l’on puisse dire.

Ce n’est certes pas le livre de l’année mais c’est une histoire plutôt sympathique dans l’ensemble. Bon j’avais deviné la fin, LA révélation du livre car au bout d’un moment, quand on commence à comprendre l’enjeu, on se doute de ce qui va se passer. Il n’empêche que la lecture reste assez addictive et accrocheuse. J’avais envie de savoir, je voulais continuer cette histoire car j’étais intriguée par toute cette affaire.

Au départ, je me demandais bien quelle tournure allait prendre les événements, où les auteurs voulaient en venir et ce que tout cela signifiait. En le commençant je n’imaginais pas cela, donc j’ai été plutôt surprise de voir jusqu’où cela allait aller. Mais une fois qu’on a compris, on sait qui est derrière tout ça, cela paraît plutôt évident. Cependant, il faut attendre au moins la moitié pour en avoir une idée, donc le suspense est quand même maintenu un bon moment.

En revanche ce que je n’ai pas aimé c’est le style d’écriture. C’est familier, voire trop, parfois on est à la limite du vulgaire, un parler « djeuns » / ados rebelles mais au bout d’un moment ça devient lourd et ce n’est pas agréable. C’est dommage parce que sinon le fond de l’histoire est plutôt intéressant, de nombreux thèmes sont abordés, et le profil des personnages est là aussi très éclectique. J’ai même au mal au cœur pour certains, quand on voit ce qu’ils vivent, notamment Red, qui a une vie de famille lamentable, ses parents sont une catastrophe, il n’y a que sa petite sœur qui lui permet de tenir. Elle est courageuse même si elle a aussi ses failles et à son âge, elle porte toute sa famille, ce qui est compliqué lorsqu’on est adolescent. Sans compter d’autres aspects de sa vie, elle ne mérite pas d’être traitée ainsi. Mais il est vrai que l’écriture n’aide pas à accrocher, pas pour moi en tout cas donc c’est dommage.

En bref, Mirror Mirror était une lecture intéressante, dans le fond on aborde des sujets importants grâce aux personnages qui sont très éclectiques avec des profils et des vies familiales très complexes. On a de l’empathie pour eux et on s’inquiète de ce qui pourrait leur arriver. L’histoire en soi est assez simple et on peut deviner aisément la fin mais elle reste accrocheuse et addictive parce qu’on a quand même envie de savoir ce qui va arriver. Le seul vrai gros bémol pour moi ici c’est la forme, le style d’écriture qui est parfois trop vulgaire, trop familier pour que ce soit agréable à la lecture. Peut-être que ça gênera moins des adolescents qui se retrouveront peut-être dans ce type de langage mais moi ça ne passe pas vraiment. Mais en dehors de l’aspect stylistique, c’était quand même une lecture agréable, j’ai passé plutôt un bon moment.

27/10/2017

Kasane, La voleuse de visage, tome 5 de Daruma Matsuura

Quatrième de couverture

Si Kasane est en passe de devenir tout ce qu’elle a toujours voulu être, Nogiku, la fille de la véritable Sukeyo Fuchi, vit séquestrée chez un père qui abuse d’elle. Jusqu’au jour où, poussée à bout, elle assassine le vieil homme…
Enfin libre, la jeune fille croise par hasard la route de Nina Tanzawa, l’étoile montante qui faisait l’admiration de son bourreau. Fascinée par le jeu de l’actrice, Nogiku se lie d’amitié avec elle, sans se douter qu’il s’agit de sa demi-sœur Kasane ! Cette relation pure et spontanée a des allures de rédemption pour chacune des deux femmes, mais sera-t-elle à l’épreuve de la vérité ?

Mon avis

Ayant adoré le tome 4 qui nous laisse tout de même sur notre faim, je ne pouvais pas faire attendre plus longtemps la lecture du tome 5 qui est à la hauteur du précédent. Plus on avance dans cette série et plus elle se bonifie – déjà qu’elle était très bonne dès le premier tome, c’est dire à quel point maintenant elle est géniale !

Nous avons donc fait la connaissance de Nogiku, la demi-sœur de Kasane qui cherche à retrouver cette sœur, pour se venger de cette vie misérable qu’elle a eue à cause de sa chère mère. Mais Nogiku risque d’avoir une drôle de surprise, quand par hasard elle fait la connaissance de Nina Tanzawa qui va devenir petit à petit une vraie amie pour elle, elle qui a toujours vécu dans la solitude et surtout la souffrance.

Une fois encore, Daruma Matsuura nous prouve une fois encore qu’elle a du talent et qu’elle tient entre ses mains une histoire en or. L’intrigue est bonne et bien menée, c’est haletant, on a envie d’en savoir plus. Évidemment nous en savons plus que les personnages, nous sommes au courant des secrets de chacune des deux femmes mais elles, elles ignorent tout ! On attend donc le moment où l’une d’elles apprendra la vérité, comment réagiront-elles ? La tension ne fait qu’augmenter car on sait que ce moment finira par arriver. Quelles en seront les conséquences ?

C’est toujours aussi passionnant et intéressant, j’adore cette série qui est juste extraordinaire. C’est un univers bien construit, les intrigues à chaque fois sont surprenantes et haletantes. L’auteur arrive à nous tenir en haleine tout du long. On craint pour les personnages auxquels on finit par s’attacher car malgré leurs actions (ou ce qu’elles envisagent de faire) on ne peut pas les détester. On comprend leur volonté que ce soit d’être enfin dans la lumière, loin des railleries et faire ce que l’on aime plus que tout au monde (pour Kasane) ou se venger pour la souffrance endurée (pour Nogiku). Cela promet d’être explosif dans les prochains tomes, surtout au vu de cette fin et il me tarde de lire la suite !

Quant aux dessins, je suis toujours très fan. C’est très expressif, les personnages prennent littéralement vie sous nos yeux. Et pourtant je ne suis pas fan du dessin manga à la base mais là, il faut reconnaître que c’est vraiment très beau et bien réalisé.

En bref, ce 5e tome de Kasane est excellent, j’ai adoré cette histoire qui est toujours aussi prenante et intéressante. Je suis bluffée un peu plus à chaque tome par l’univers et l’intrigue construits par l’auteur. Une série à suivre de toute urgence tant elle est géniale. A LIRE ABSOLUMENT ! (au cas où ça n’était pas suffisamment clair).

26/10/2017

Kasane, La voleuse de visage, tome 4 de Daruma Matsuura

Quatrième de couverture

Consciente d’être désormais prisonnière du marché qu’elle a passé, Nina tente de mettre fin) ses jours… Alors que la jeune femme est plongée dans le coma sous les traits de Kasane, cette dernière doit faire face à une difficulté imprévue : incarner Nina devant ses parents, et plus particulièrement sa mère, qui commence à avoir des soupçons !
Au début torturée par le remords et les regrets, Kasane finit par accepter de la piéger et s’émancipe enfin de l’ombre de Sukeyo Fuchi. Mais avec le succès de Salomé, voilà qu’une autre personne se met à s’intéresser à l’actrice…

Mon avis

Ayant adoré les premiers tomes de Kasane, il me tardait de lire cette suite et je dois dire qu’elle a été à la hauteur de mes espérances. Daruma Matsuura a un univers de dingue, c’est surprenant et à chaque volume, la tension monte. Les problèmes ne font qu’empirer et la présence d’un nouveau personnage va tout changer. J’ai hâte de lire la suite parce que c’est plus que prometteur !

C’est un univers vraiment atypique, le fait que Kasane soit en mesure de voler les visages et de ce que ça lui apporte, une nouvelle vie qu’elle n’aurait jamais pu avoir si elle était restée laide. Mais évidemment ce secret est dangereux et si cela venait à se savoir, sa carrière et sa vie serait fichue.

Ce 4e tome prend un tournant auquel je ne m’attendais pas du tout et ça relance totalement l’intrigue. De nouveaux problèmes s’ajoutent et Kasane va devoir gérer tout ça, même si elle ignore encore à quel point… La présence d’un nouveau personnage, dont on apprend l’existence va changer la donne. J’avoue avoir eu le cœur serré en voyant ce qui lui était arrivé, comment elle a pu en arriver là. C’est affreux et horrible et en même temps cela paraît logique. C’est un personnage qu’il me tarde de retrouver car il est très prometteur. La rancœur et la haine ne font pas bon ménage, sa vengeance risque d’être fatale.

Quant à Kasane, on comprend pourquoi elle use de ce rouge à lèvre, de ce pouvoir qui la rend belle et lui permet d’être dans la lumière, elle qui n’a vécu que dans l’obscurité. On ne peut pas lui en vouloir d’accéder enfin à une vie normale, celle dont elle a toujours rêvé. Mais il y a toujours un revers à la médaille et elle pourrait le payer très cher. D’un côté, on veut qu’elle continue cette vie « parfaite » et de l’autre, on sait que tout cela est mal et horrible d’infliger ça à quelqu’un qui n’a rien demandé. Un personnage ambivalent comme je les aime !

En bref, ce 4e volume de Kasane est une vraie réussite. J’ai adoré retrouver Kasane et l’intrigue qui est lancée ici promet de grandes choses pour la suite. De nombreuses révélations sont faites et vont changer la donne pour les événements à suivre et j’ai hâte de voir ce que ça va donner. N’hésitez pas à vous lancer dans cette série parce qu’elle en vaut vraiment la peine, croyez-moi !

25/10/2017

Mais où est donc Hippo ? de Nicolas Piroux

Quatrième de couverture

Venu de l’Égypte antique, ce petit hippopotame en faïence bleue a 3 500 ans. Il est tellement beau qu’on vient maintenant très nombreux l’admirer dans une des vitrines du musée du Louvre. Mais parfois, il s’ennuie. Alors pour se changer les idées, il va se promener discrètement et se cache dans les chefs-d’œuvre du musée. Sauras-tu le retrouver ?

Mon avis

Après Mais où est donc Pompon ? et Mais où est donc Pompon ? Au fil de l’eau, l’auteur Nicolas Piroux réitère avec un nouveau personnage, un hippopotame, Hippo, venu d’Egypte qui nous entraîne au sein du Musée du Louvre.

Il s’agit donc de retrouver à chaque page, dans une œuvre d’art Hippo, et autant vous dire que dans certains décors ce n’est pas toujours évident puisqu’il n’a pas toujours sa couleur bleue pour nous aider ! Il se fond parfaitement dans le décor, sa taille varie et s’adapte en fonction de ce qui est représenté. De quoi passer un bon moment de recherches dans certaines pages. Autant vous dire que c’est toujours aussi sympathique à faire, même si parfois, c’est difficile de le retrouver.

Par exemple, dans Les Noces de Cana, j’avoue avoir galéré à le trouver et j’ai dû demander la réponse puisque je ne le voyais pas. Encore heureux que les illustrations ne sont pas à l’échelle des œuvres réelles sans quoi ce serait impossible à retrouver. Les Noces de Cana de Véronèse étant un très très très grand tableau.


Une fois encore, c’est une manière ludique pour découvrir des œuvres d’art, et celles-ci sont situées au Musée du Louvre. On y trouve de tout, des sculptures, des tapisseries, des tableaux, etc. C’est varié, on traverse les époques, de quoi découvrir un large panel d’œuvres d’art dans le temps.


En bref, Mais où est donc Hippo ? est un nouveau livre-jeu qui cette fois-ci nous entraîne au sein du Musée du Louvre. On voit donc un tout autre type d’œuvres, venu de l’antiquité, du Moyen-âge ou d’autres œuvres de la période moderne.

A partir de 7 ans.

24/10/2017

Mais où est donc Pompon ? Au fil de l’eau de Nicolas Piroux

Quatrième de couverture

L’Ours blanc de François Pompon habite depuis bien longtemps au musée d’Orsay. Mais parfois, il en a assez de rester toujours dans la même position, et surtout, il s’ennuie ! Il pense à sa lointaine banquise et rêve d’aller barboter dans l’eau. Ça tombe bien, autour de lui, de nombreux chefs-d’œuvre évoquent la mer, les rivières, les étangs… Au fil de l’eau, nous l’avons surpris dans quelques-uns de ces chefs-d’œuvre.
Est-ce que tu sauras le retrouver, sachant que quelquefois, il s’est très bien caché, n’ayant pas envie que tout le monde puisse le voir quand il prend son bain. A croire qu’une grosse bête comme lui peut aussi être un grand timide !

Mon avis

Après Mais où est donc Pompon ?, l’ours blanc revient dans un nouveau livre-jeu : Mais où est donc Pompon ? Au fil de l’eau qui cette fois-ci regroupe de nombreuses œuvres d’art autour du thème de l’eau.

Cette chronique ne sera pas longue, on retrouve le même principe que dans Mais où est donc Pompon ?, donc je ne reviendrai pas plus en détails, on sait à quoi s’en tenir, une fois qu’on a compris le jeu.


Le principe reste donc le même, comme dans le célèbre livre-jeu Où est Charlie ? Il faut retrouver Pompon dans les différents décors qui se présentent à nous. La particularité est que les décors sont des œuvres d’art que l’on retrouve au Musée d’Orsay mais aussi au Musée de l’Orangerie à Paris.


C’est toujours aussi amusant et intéressant à faire, une manière ludique de découvrir des œuvres d’art en s’amusant à retrouver ce gros ours blanc. De quoi parfaire sa culture en s’amusant.


En bref, Mais où est donc Pompon ? Au fil de l’eau est un nouveau livre-jeu sympathique qui ne pourra que vous faire passer un bon moment de détente et vous occuper un certain temps à la recherche de ce petit ours blanc. Une fois encore, le côté ludique du livre vient du fait que ce personnage se cache dans de célèbres œuvres d’art, de quoi parfaire sa culture artistique ! Un livre que je vous conseille fortement !


A partir de 7 ans.

23/10/2017

Memory de Christine Féret-Fleury

Quatrième de couverture

Le vent s’est levé. Il siffle autour des murs, fait trembler la vitre couverte de seul et de chiures de mouches. Je claque des dents. Je regarde autour de moi. Je dois emporter de quoi manger pendant quelques jours. De quoi faire du feu, car les grandes marées ont commencé, les vagues battent le pied du Phare, obstinées, hargneuses. Il va faire plus froid, et les pluies vont balayer les terres.
Si je dois mourir, je préfère que ce soit dehors. Je voudrais savoir ce qu’il y a, là-bas, derrière la ligne des collines qui protège le port.
Là où je ne suis jamais allée.

Dans un monde dévasté, Mem mène une existence de captive, coincée entre son frère Sam et l’inquiétant Joris. Il y a le quotidien, morne et gris, la peur au ventre, peur d’être frappée, de prononcer un mot interdit, de déployer ses ailes, et qu’elles lui soient arrachées. Jusqu’au jour où le refuge du trio est attaqué. Libre presque malgré elle, Mem s’en va sans un regard en arrière…

Mon avis

Memory est le nouveau roman de Christine Féret-Fleury, un auteur que je n’ai jamais lu pour ma part, même si je connais ses ouvrages de nom. J’étais donc curieuse de voir ce que cette histoire pouvait donner. Il faut dire que la 4e de couverture est assez mystérieuse et intrigante car elle ne dit pas grand-chose sur ce qui va se passer. Mais je dois avouer que je ne sais pas trop quoi penser de cette lecture, elle est un peu en demi-teinte.

Memory raconte l’histoire de Mem, cette jeune adolescente qui nous raconte son histoire, son quotidien auprès de son frère et un certain Joris dont elle a peur et craint. Suite à une attaque, elle se retrouve seule et décide donc de quitter le Phare où elles se trouvaient avec les deux garçons et s’ensuit un étonnant voyage. On peut dire en un sens que c’est une quête initiatique, lors de ce périple, Mem va faire des rencontres qui vont peu à peu la changer, la faire évoluer, elle cette pauvre petite chose qui devait faire attention à ce qu’elle dit.

Ce que je trouve dommage c’est qu’au niveau de l’univers on ne voit pas grand-chose. On s’imagine au fur et à mesure que l’on avance de l’histoire ce qui a pu se passer, les informations nous arrivent au compte goutte et par bribes, de sorte qu’on reconstitue une sorte de puzzle pour s’imaginer ce qui a bien pu se passer. Mais tout reste très flou et survolé, comme si ce n’était pas important. Sauf que ça l’est, en tout cas pour moi et comprendre où l’on met les pieds, pourquoi il est des choses interdites, pourquoi Mem s’est retrouvée dans cette situation. Je trouve que ce n’est pas assez explicite, on ne sait pas grand-chose et ça m’a dérangé, je n’ai pas pu m’intégrer à cet univers car pour moi, il est un peu inexistant, pourtant il est fait mention de certaines choses mais cela reste vague.

L’intrigue est très simple, c’est un voyage, une initiation pour la jeune fille qui va évoluer aux contacts des différentes personnes qu’elle va rencontrer, des rencontres toujours très brèves qui vont apporter leur pierre à l’édifice et la modeler peu à peu. C’est le principe du voyage initiatique, me direz-vous. Mais du coup tout cela est très rapide et l’intrigue ne repose que sur ça. Je trouve que c’est trop léger. Je ne vais pas dire qu’il ne se passe rien, mais j’imaginais tout autre chose avec un tel pitch. L’épaisseur du livre y est aussi pour quelque chose puisqu’il fait moins de 200 pages, donc il est difficile de rentrer dans les détails et de créer quelque chose de complet et plus haletant. J’avoue que je préfère de loin avoir des pavés avec force de détails, de descriptions, etc. que des romans courts où j’ai la sensation de rester sur ma faim et aussi de ne survoler que la surface.

Après, c’est plutôt agréable à lire et il y a des éléments intéressants qui sont soulevés, autour du devoir de mémoire, de ce qu’on laisse derrière nous, la transmission du savoir. La rencontre avec la maîtresse est super intéressant pour cela mais il est vrai que j’ai un sentiment de trop peu. On suit Mem dans sa fuite, elle va y faire des rencontres, va apprendre de nouvelles choses et se trouver un but dans la vie mais cela reste assez « plat ». Donc tout dépend de ses attentes vis-à-vis de cette histoire, en tout cas, j’en attendais plus qu’une simple quête.

En bref, Memory est une lecture en demi-teinte pour moi car si l’écriture de l’auteur est très agréable et poétique, dans l’ensemble j’ai passé un bon moment de lecture mais je reste tout de même sur ma faim car l’univers m’a paru trop survolé, on ne sait pas grand-chose dessus. Quant à l’intrigue, elle me paraît bien simple et trop linéaire pour totalement apprécier ce livre alors même qu’il y a des éléments intéressants qui sont soulevés mais rien n’est approfondi.

C'est lundi, que lisez-vous ? [126]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ? 



Cette semaine j'ai lu pas mal de choses mais c'était surtout des albums ou livre-jeu donc c'est assez rapide. J'ai aussi lu deux mangas et un roman graphique donc là encore, très rapide. Finalement je n'ai lu que deux romans et c'est Mirror Mirror qui m'aura pris le plus de temps (le plus épais). Dans l'ensemble j'ai passé une bonne semaine de lecture, c'était sympathique, même si j'ai lu peu de romans.


Lecture au boulot (durant les pauses)


Fille d'Hécate de Cécile Guillot

« Je croyais n’être qu’une étudiante ordinaire et sans doute trop renfermée. Et puis, il a eu cette expérience étrange, la découverte de mon don… Maintenant je dois apprendre à m’accomplir en tant que sorcière, développer mes pouvoirs et trouver ma place en ce monde. Tout aurait-été parfait s’il n’y avait pas eu ces cauchemars et ces malaises. Quelqu’un cherche à me nuire ! Mais qui pourrait bien me harceler ainsi ?
Et, pour ne rien arranger, j’ai aussi un mémoire à écrire pour valider ma dernière année de psycho. Ma vie n’est vraiment plus de tout repos ! »

Maëlys nous ouvre les portes d’un univers étrange et déroutant, celui de la Wicca. La quête spirituelle qui est sienne va l’exposer à des menaces insoupçonnées. Surtout que le destin pourrait bien placer sur son chemin, les clés qui l’aideront à résoudre les mystères d’une existence parsemée d’ombres… Car, une sorcière peut-elle s’épanouir coupée de ses racines, ignorante d’un passé dont pourrait dépendre l’avenir ?

Lecture dans les transports


Plus jamais de Colleen Hoover

Lily Blossom Bloom n’a pas eu une enfance très facile, entre un père violent et une mère qu’elle trouve soumise, mais elle a su s’en sortir dans la vie et est à l’aube de réaliser le rêve de sa vie : ouvrir, à Boston, une boutique de fleurs. Elle vient de rencontrer un neuro-chirurgien, Lyle, charmant, ambitieux, visiblement aussi attiré par elle qu’elle l’est par lui. Le chemin de Lily semble tout tracé. Elle hésite pourtant encore un peu : il n’est pas facile pour elle de se lancer dans une histoire sentimentale, avec des parents comme les siens et Atlas, ce jeune homme qu’elle avait rencontré adolescente, lui a laissé des souvenirs à la fois merveilleux et douloureux. Est-ce que le chemin de Lily est finalement aussi simple ? Les choix les plus évidents sont-ils les meilleurs ?
Le chemin d’une jeune femme pour se trouver et pour rompre le cycle de la violence.


Est-ce que l’amour peut tout excuser ?



22/10/2017

Mais où est donc Pompon ? de Nicolas Piroux

Quatrième de couverture

L’Ours blanc de François Pompon habite depuis bien longtemps au musée d’Orsay. Mais parfois, il en a assez de rester toujours dans la même position, et surtout, il s’ennuie ! Alors, pour se dégourdir les pattes, il part visiter les autres œuvres du musée. Dans les pages de ce livre, nous l’avons surpris dans quelques-uns de ces chefs-d’œuvre.
Est-ce que tu sauras le retrouver, sachant que quelquefois, il s’est très bien caché, voulant certainement rester discret. A croire qu’une grosse bête comme lui peut aussi être un grand timide !
A la recherche de l’Ours blanc de Pompon, les enfants, petits et grands, découvrent et observent 44 chefs-d’oeuvre du musée d’Orsay de Monet, Degas, Gauguin, Van Gogh…

Mon avis

Mais où est donc Pompon ? est un livre-jeu que je vous recommande chaudement car il est ludique et amusant à la fois. De quoi passer un très bon moment de détente et de réflexion à la recherche d’un ours blanc nommé Pompon.

Sur le même principe que le célèbre livre-jeu Où est Charlie ? où il s’agit de retrouver le personnage éponyme dans un décor, ici il faut chercher « Pompon », le fameux ours de l’artiste sculpteur François Pompon.


Et pour décor et lieu de recherche, il s’agit d’œuvres d’art qui sont exposées au Musée d’Orsay. Je vous avoue que j’aime beaucoup le Musée d’Orsay, même si cela fait un moment que je n’y suis pas allée, car les œuvres exposées là-bas sont vraiment chouettes, et dans des périodes artistiques qui me plaisent bien. C’est d’autant plus agréable de (re)découvrir certaines œuvres à travers ce livre-jeu.
Cela a donc un côté ludique, car en s’amusant à rechercher le petit ours blanc, on découvre des œuvres d’art. Il n’est jamais trop tôt pour commencer sa culture artistique. De quoi donner – peut-être – envie à l’enfant et aux parents d’aller voir les œuvres sur place. Évidemment, Pompon n’y sera pas dissimulé, mais cela vaudrait le coup d’œil de vérifier, non ?


La difficulté de ce livre-jeu est que Pompon sait habilement se cacher, il a différentes tailles, il est blanc du coup dans certains paysages, il se fond parfaitement bien. Donc on met plus ou moins de temps à le trouver. Mais c’est ça qui est amusant et cela permet de passer un peu de temps à chaque page et d’avoir aussi le temps de bien visualiser et savourer les œuvres qui nous sont présentées.


En bref, Mais où est donc Pompon ? est un livre-jeu que j’aime beaucoup. Il en va de même à mes collègues au boulot et pour tout vous avouer, dès qu’un nouveau arrive, nous le faisons toutes et essayons de trouver Pompon. Un livre-jeu sympathique et ludique car il permet en même temps de découvrir des œuvres d’art, notamment celles exposées au Musée d’Orsay, quoi de mieux de se cultiver en même temps ? Il n’est jamais trop tôt, ou trop tard, pour parfaire ses connaissances artistiques. Donc autant le faire de manière amusante !

A partir de 7 ans.

Les articles les plus consultés