Rechercher dans ce blog

30/04/2012

La Tsarine d'Anne-Sophie Silvestre (Chevalier d'Eon agent secret du Roi 2)

Spoiler si pas lu le tome 1


Quatrième de couverture

Versailles, cabinet du roi Louis XV.
¾ Sire, nous avons des nouvelles de Saint-Pétersbourg. Le chevalier d'Eon a remis la lettre de Votre Majesté à la tsarine...
¾ Mais ?
¾ Mais celle-ci, en remerciement, a nommé votre messagère sa lectrice particulière.
¾ Disons que nous n'avions pas prévu cela... Que se passera-t-il si la mystification est découverte ?
¾ Le costume féminin du chevalier a été imaginé pour porter un message, pas pour s'inscrire dans la durée. La tsarine pourrait très mal prendre la chose si elle découvrait que sa demoiselle de compagnie est un homme.
¾ A votre avis, combien de temps le chevalier peut-il tenir cette position ?

¾ Toute la question est là, Sire. Nous ne l'avons pas formé pour cette situation. Il est livré à lui-même. Nous avons introduit une bombe à retardement au palais de Pétersbourg.

Mon avis 

Je tiens tout d’abord à remercier Anne-Sophie Silvestre et les éditions Flammarion de m’avoir permis de lire ce livre et poursuivre les aventures du Chevalier d’Eon. Je peux dors et déjà dire que je suis totalement fan de cette série (même si je n’ai lu que deux tomes) et ça a été un plaisir de retrouver notre Chevalier dans une situation quelque peu délicate.

En effet, après le tome 1, notre Chevalier d’Eon se retrouve « coincé » à St Péterbourg auprès de la tsarine Elisabeth qui a fait d’Eon – Lia de Beaumont – sa première lectrice. Ainsi, il va devoir poursuivre seul sa mission puisque son « oncle Douglas » est parti pour un mois afin d’assurer sa couverture et ne pas se faire remarquer par les russes. D’Eon n’était pas préparé à cela mais il va devoir user de toutes ses ressources pour sauvegarder son secret / son identité, même si parfois cela peut sembler très difficile, surtout quand on occupe un tel statut auprès de la reine, qui l’amène à la côtoyer dans la plus grande intimité.

Ce tome 2 est à la hauteur du premier et on retrouve tous les éléments qui m’avaient plu. Déjà le cadre : la Cour de Versailles, même si dans ce 2e tome on se retrouve davantage en Russie (étant très centré sur D’Eon évidemment, mais l’on va un peu à Versailles auprès du roi. L’histoire est également centré sur Douglass, l’allier de D’Eon qui se fait passer pour son oncle). L’intrigue de ce 2e tome est vraiment très intéressante, j’ai pris beaucoup de plaisir à la suivre. Le Chevalier d’Eon se retrouve dans des situations parfois difficiles, cocasse aussi (le passage du bal était vraiment excellent !) et compromettantes pour son secret. Donc à chaque instant on est sur le qui-vive, en se demandant s’il va se faire prendre. Mais il est plein de ressources et sait comment se tirer d’affaire (du moins la plupart du temps). Il y a pas mal de rebondissements et d’éléments intrigants, notamment avec Douglass qui à mon avis, sera exploité dans le prochain tome – vu le titre – j’ai bien hâte de voir tout ça. J’aime beaucoup le Chevalier, il est vraiment excellent, plein de ressources, il réfléchit beaucoup pour ne pas se trahir, mais au bal il est vrai que là… Je n’en dirai pas plus, mais c’est une scène que j’ai vraiment aimé (et du coup ça nous permet de revoir un personnage qui est inexistant ici alors que je l’appréciais pas mal…).

La seule déception (mais qui n’en est pas une, l’adepte des pavés revient !), c’est que ça soit si court (moins de 300 pages). Pourtant l’histoire est très complète et se suffit amplement ! mais du coup c’est lu en moins d’une journée (à vrai dire j’ai dû le lire en 4h à peine) et là… dur de devoir laisser le Chevalier comme ça ! Surtout avec une fin pareille. Ça n’est pas un cliffhanger à proprement parlé, mais ça n’est pas une fin non plus ! La seule consolation c’est que j’ai déjà le tome 3, donc à mon avis, je ne vais pas trop tarder pour le lire, parce que j’ai vraiment hâte de savoir ce qui va lui arriver, ce qui va se passer et découvrir enfin d’autres secrets parce que là… Mais je n’en dirai pas plus !

Voilà, en bref, ce 2e tome est vraiment très bon, dans la même lignée que le 1er. L’histoire est intéressante et bien menée, l’écriture : un vrai régal. Je ne suis pas forcément une adepte des livres historiques mais là, je dois avouer que j’adore, je suis totalement fan et je lirai la suite avec plaisir !

Candy Pop : En route pour la gloire de Lauren Laverne (Candy Pop 1)

Quatrième de couverture

Candy est catastrophée : comme si sa vie n’était pas assez déprimante, sa mère va épouser un type ringard. Aidée de sa meilleure amie, l’adolescente concocte un plan génial :

  1. Empêcher le mariage de sa mère avec le président des loosers
  2. Connaitre la gloire avec son groupe de rock
  3. Savoir enfin qui est son père
  4.  Enrôler un ange gardien… vraiment très spécial.
Le début d’une trilogie hilarante, le récit haut en couleur d’une adolescente en quête de gloire et d’identité. Et le premier roman d’une vedette de la pop anglaise, Lauren Laverne !

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Gallimard de m'avoir fait connaître le 1er tome de cette trilogie que j'ai trouvé bien sympathique.

Je dois avouer que quand j'ai vu la couverture du livre (la mienne est en noire et blanc et il n'y a pas toutes les fioritures derrière le : « Candy Pop » mais il n'empêche que j'ai eu un peu peur. Et lorsque j'ai lu la 4e de couverture (celle qui est noté ci-dessus) j'ai encore eu plus peur. Il était évidemment que ça allait être de la chick-lit, ou quelque chose du genre, à la sauce adolescent. Je dois avouer que ça n'est pas mon genre de prédilection, déjà la chick-lit adulte, ce n'est pas le type de livre que je lirais tous les jours (mais une fois de temps en temps, ça détend), quand c'est pour ado, ça peut me faire grincer des dents.

Néanmoins, je me suis laissée prendre au jeu et j'ai quand même attaqué ce livre, avec un certain a priori (que je viens d’expliquer) mais je dois dire que ça n'était pas fondé, (du moins pas totalement parce que c'était absolument ce à quoi je m'attendais), mais j’ai été surprise d’apprécier ce livre. Après, c’est à prendre comme c’est, je ne pense pas qu’il faut s’attendre au livre du siècle mais ça permet de se détendre et de passer un super moment.

Candy est une ado de 17 ans comme les autres, si bien que lorsque sa mère lui apprend qu’elle va se marier, son monde s’effondre. Elle le trouve nul, un gros looser (ça résume assez bien son opinion sur lui). Candy quelque peu déprimée va en parler à sa meilleure amie : Holly, qui va lancer plusieurs missions en même temps : tenter de relativiser ce mariage ou de l’annuler d’une certaine manière, retrouver qui est le vrai père de Candy (dont elle ignore totalement l’identité) et fonder un groupe de rock ensemble, quitte à engager d’autres membres. C’est tout autour de ça que cette histoire va tourner, et Candy est loin de se douter jusqu’où va l’amener ses recherches. Elle va faire des rencontres des plus inattendus qui vont l’aider (ou pas) dans sa recherche. Elle va aller de surprise en surprise et pourrait bien connaître la gloire plus tôt que prévu.

Comme je l’ai dit, j’ai été très surprise de ce livre, je ne pensais pas que j’allais autant adhérer et accrocher. C’est une histoire de fille, complètement « girly » comme on dit et ça n’est pas mon genre en général, ça a tendance à me souler très rapidement. Mais là… dès les premières pages, j’étais totalement dans l’histoire, dans la tête de Candy (la 1ere personne est toujours très appréciable pour ça, c’est pourquoi ça reste ma narration préférée) et je me suis laissée emportée par son histoire qui est des plus intéressantes et mouvementées. Bon, intéressante, c’est vite dit dans un sens… Evidemment, on suit une adolescente de 17 ans, donc forcément, on sait (quand on est une fille et qu’on est passée par là, ça peut aider) qu’elle est intéressée par les garçons, par ses amis, sa passion (la musique rock). Et dans ce genre d’histoire il y a toujours LE gars (et parfois on peut savoir à l’avance ce qui peut se passer, mais ça n’est pas gênant, c’est même marrant).

L’écriture est légère, simple, mais efficace, et du coup on rentre directement dans l’histoire et dans le vif du sujet, on ne perd pas un seul instant. On a vraiment la sensation que c’est une adolescente qui parle, sans pour autant pousser trop loin dans les clichés (même si je pense qu’on peut en trouver par ci par là) je trouve ça pas trop mal fait. L’auteur a su bien retranscrire certaines choses (je ne mentionnerai pas quoi, je vous laisse la surprise), mais j’ai vraiment eu la sensation d’être dans le même état que Candy, c’était assez étrange. Je me suis totalement attachée à elle, mise dans sa peau (alors que bon, ma vie / mon adolescence n’a vraiment rien à voir).

Quant à l’histoire elle même, l’intrigue n’est pas bien dure, tout est dit en gros dans la quatrième de couverture et pourtant il y a pas mal d’éléments surprenants ; de rebondissements et un certain suspense qui traine en longueur ce qui est assez énervant, on a envie de savoir tout comme Candy. Et comme on est dans sa tête et bien souvent on pense la même chose qu’elle et lorsqu’on apprend la vérité… eh bien on tombe des nues et on ne s’en doute absolument pas. Il faut dire qu’on ne reste donc que du point de vue de Candy, et qu’on sait les mêmes choses qu’elle, du coup il est assez difficile de voir au-delà, il nous manque trop de données. Ce livre nous fait passer par divers sentiments et je suis sûre que ce livre pourrait plaire à beaucoup d’adolescentes ou d’amatrice du genre parce que ça n’est pas niais (je ne l’ai pas trouvé en tout cas).

Pour les personnages c’est assez éclectique, on a un peu de tout et les personnages secondaires sont tout aussi importants que les personnages principaux (qui sont Candy et Holly, que je parlerai au cas par cas après). Je ne parlerai pas d’eux, parce qu’il faut vraiment les découvrir, ils sont vraiment géniaux, je les ai beaucoup appréciés (notamment ce petit ange gardien des plus particuliers). Quant aux deux filles, elles sont vraiment attachantes à leur manière et cela permet vraiment de suivre cette histoire avec plaisir. Au niveau du caractère elles sont très différentes et pourtant cela marche bien et elles se complètement bien et s’entendent bien la plupart du temps, donc c’était agréable de suivre ce tandem qui marche du tonnerre.

Candy est une ado relativement sage et tout le monde l’a perçoit comme ça, si bien que lorsqu’elle fait une fête chez elle, afin de faire passer des auditions pour son groupe de rock, cela surprend tout le monde et elle finit par être sous les projecteurs avec sa meilleure amie Holly. Elle est relativement réservée et sage pour qu’on ne la remarque pas, pour se lâcher dans certaines circonstances (elle a une conscience en fait, ce qui n’est pas plus mal d’un côté).

Holly est l’enfant rebelle de sa famille, fille d’une fratrie de 9 enfants d’une famille catholique, elle est le « vilain petit canard » comme le dit Candy. Elle mène Candy du « mauvais côté » et en même temps, elle peut être de bons conseils, elle permet à Candy de vivre pleinement son adolescence et de profiter de la vie. Elle m’a bien fait rire et ça doit être une amie assez agréable, même si elle peut tout risquer pour parvenir à ses fins (tout le monde n’est pas forcément d’accord mais ça… elle outrepasse les règles).

En bref, ce livre a été une bonne surprise alors que je pensais ne pas aimer. J’ai pris plaisir à le lire et même s’il ne m’a pas fait long feu (c’est très rapide à lire) eh bien je l’ai savouré et en ai pleinement profité. Maintenant j’ai bien envie de savoir ce qui va arriver à Candy dans le prochain volume, ce qu’elle aura trouvé pour s’occuper, puisqu’ici, l’histoire se termine pour moi. À voir donc !





Challenge Lire ou Mourir : PRINTEMPS








29/04/2012

Débat 3 : Abandon des livres : une seconde chance possible ?


Sujet


Voilà un nouveau débat sur Accrocdeslivres, j’espère qu’il vous plaira et vous intéressera.

Comme sujet pour aujourd’hui, j’avais envie de vous parler de l’abandon des livres (en cours de lecture, cela va de soi). C’est une chose qui peut parfois être très tentante, voire une réalité chez certains lecteurs quand la lecture se fait difficile (quelque soit le problème que nous pose le livre).

Mais je me suis dit que ça tournerait rapidement en rond et que ça ne serait pas intéressant. Donc j’ai demandé un petit coup de main et là, un sujet en lien avec mon idée a germé (merci Serega Livres !).

Elle m’a soufflé l’idée de parler de l’abandon des livres, mais surtout de savoir si vous laisseriez une chance au ledit livre en le reprenant plus tard, à un moment plus approprié.

Donc pour formuler de manière plus claire et explicite via des questions : Abandonnez-vous les livres que vous lisez quand ça ne vous plait pas, ou bien allez-vous jusqu’au bout ? Et si jamais vous arrêtez la lecture, est-elle définitive, ou laissez-vous une 2e chance plus tard ?

Je vous mets dors et déjà mon avis, histoire de commencer ce débat ;)

J’avoue avoir du mal à abandonner un livre même si ça ne me plaît pas. D’une part, parce que j’ai l’espoir que ça s’améliore vers le milieu ou la fin et que ça pourrait relever le niveau (bon ça n’est pas toujours le cas et après j’ai la sensation d’avoir perdu du temps pour rien, donc ça m’énerve au plus haut point). D’autre part, parce que j’ai du mal à abandonner un livre. L’auteur a passé du temps dessus et je me dis que la moindre des choses c’est d’aller au bout. Et quand on veut faire une chronique dessus (bah je suis blogueuse, donc ça reste un point important quand même) et donner son avis, au moins, en ayant tout lu, je me dis que même si on le critique (dans le sens négatif du terme) bah au moins on sait de quoi on parle vu qu’on est allé jusqu’au bout. En ne lisant que 10 pages et l’arrêter, il est assez difficile de parler du livre et d’expliquer pourquoi ça ne plaît pas (après ça n’est que mon avis, on peut ne pas être d’accord dessus).

Ensuite, je pense que chaque livre doit être lu à un moment donné. Si un livre ne passe pas, c’est que ça n’était pas son « moment » et je pense que ça ne sert à rien de se forcer parce que souvent la lecture devient très difficile, et on là, l’envie d’abandonner se fait sentir. Ce qui est dommage parce que parfois peuvent se révéler des perles ou bien une bonne lecture (voire des coups de cœur, ça peut arriver), alors que quelques temps auparavant, ça a été de la torture. Donc moi, je suis plutôt pour une « mise en pause » d’un livre plutôt qu’un abandon total (bon après ça dépend du livre, parfois on sait qu’on n’y arrivera jamais, que ça n’est pas possible). Il y a certains livres où la question ne se pose pas.

Voilà, le débat est ouvert. J’espère que ce sujet vous plaira et déliera les langues ! (ou plutôt les doigts sur les claviers). Une version écrite sera possible la semaine prochaine.



Réponses lors du débat

In My Mailbox (26)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine


Candy Pop : En route pour la gloire ! de Lauren Laverne

Candy est catastrophée : comme si sa vie n’était pas assez déprimante, sa mère va épouser un type ringard. Aidée de sa meilleure amie, l’adolescente concocte un plan génial :

  1. Empêcher le mariage de sa mère avec le président des loosers
  2. Connaitre la gloire avec son groupe de rock
  3. Savoir enfin qui est son père
  4.  Enrôler un ange gardien… vraiment très spécial.
Le début d’une trilogie hilarante, le récit haut en couleur d’une adolescente en quête de gloire et d’identité. Et le premier roman d’une vedette de la pop anglaise, Lauren Laverne !



Quintessence hiémale de Mathieu Guibé et Cécile Guillot


L’hiver venu, la vie ralentit sous un voile glacial. Les cœurs se cachent du froid et s’emmitouflent dans un manteau de neige. Mais les hommes ne sont pas les seuls à endurer la rude saison. La Nature elle-même se métamorphose et dévoile un tout autre visage. Ce recueil vous offre quatre contes pour décrire l’hiver des Eléments.
Naître de la Glace…
Chevaucher le Vent…
Puiser l’essence de la Terre…
Embraser la Flamme intérieure…
Quatre contes pour comprendre comment réchauffer nos âmes, même en hiver.




Les rivières de Londres de Ben Aaronovitch (Le dernier apprenti sorcier 1)

L'agent Peter Grant ne croyait pas aux fantômes, jusqu'au jour où un étrange personnage lui affirme avoir assisté au meurtre sur lequel il enquête. Un témoin providentiel.. . s'il n'était mort depuis plus d'un siècle ! Et Peter n'est pas au bout de ses surprises : recruté par l'énigmatique inspecteur Nightingale, il intègre l'unité de la police londonienne chargée des affaires surnaturelles. Au programme, traquer vampires, sorcières et autres créatures de la nuit ; faire respecter les divers accords passés entre les forces occultes de Londres ; réconcilier les divinités qui se partagent la Tamise, sans devenir esclave de leurs charmes ; et bien sûr apprendre le latin, le grec ancien et une montagne d'incantations bizarres et pour le moins rébarbatives. Peter doit en passer par là, s'il veut un jour devenir à son tour le dernier sorcier de Londres...



La malédiction de pierre de Charlie Fletcher (Stoneheart 1)

Le jour où George est injustement puni lors d’une sortie de classe au Musée d’Histoire Naturelle, il se venge en donnant un coup de poing rageur dans la statue d’un dragon. Mais en voyant les débris de pierre causés par sa colère, le jeune garçon est loin de se douter de ce qu’il a engendré. Il vient de réveiller des tares : statues malfaisantes, gargouilles, sculptures inquiétantes… Une course-poursuite terrifiante commence alors dans Londres car les tares n’ont plus qu’un seul but : tuer George.



Profanation de Jussi Adler-Olsen

En 1987, le meurtre atroce d’un frère et d’une sœur avait défrayé la chronique. Malgré les soupçons pesant sur un groupe de lycéens d’une école privée de Copenhague, l’enquête s’était arrêtée, faute de preuves… Jusqu’à ce que neuf ans plus tard, l’un des garçons (le seul « pauvre » de la bande) s’accuse du crime. Affaire classée. Pour une raison inexplicable, le dossier ressurgit soudain sur le bureau de l’inspecteur Carl Mørck, chef de la section V. Intrigué par les circonstances, l’inspecteur, toujours accompagné de son acolyte Assad, décide de reprendre l’enquête. Elle le mène sur la piste de l’énigmatique Kimmie, prostituée, voleuse, semi-clocharde, qui était alors la seule fille de la bande, et celle de trois hommes, les plus riches du Danemark… 



Livres que je ne présente pas, car ils sont déjà chroniqués sur le blog, ce sont juste des rachats parce que je ne les avais pas (ou bien rachat pour cause de changement de couverture / format)

Péchés Céruléens de Laurell K. Hamilton (poche)
Strange Angels de Lili Saint-Crow
Lien de l'Esprit de Richelle Mead
Delirium de Lauren Oliver (nouvelle couverture)

Et vous ?

28/04/2012

[TERMINE] Concours marque-pages dédicacés Val Sombre

Alors voilà un nouveau concours, parce qu'on me l'a proposé et que je suis toujours partante pour faire gagner des marque-pages. N'ayant pas d'occasions spéciales pour les proposer, je les mets en jeu, comme ça, pour vous faire plaisir :D (oui, de temps à autre je suis généreuse ^^).

Grande fan des MP moi-même, il est normal que j'en fasse gagner de temps en temps et je tiens à remercier les éditions Val Sombre et Laëtitia de la Confrérie de l'imaginaire de m'avoir permis d'organiser ce concours (et Les chroniques de Madoka de m'avoir recommandé !). Je tiens également à remercier les auteurs Tiffany Schneuwly et Emilie Witwicki Barbet qui ont dédicacé les marque-pages !

Trêve de bavardage, voilà les lots à gagner : 


2 MP dédicacés par Emilie Witwicki Barbet et 2 MP dédicacés par Tiffany Schneuwly


Les gagnants des MP dédicacés par Emilie Witwicki Barbet sont : Coraline N. (84) et Marie Charlotte R. (62)

Les gagnants des MP dédicacés par Tiffany Schneuwly sont : Dorothée B. (Belgique) et Isabelle V.R. (Belgique)

Félicitations à elles !


Il y aura donc 4 gagnants !

Attention ! 

Afin d'être le plus juste possible et de mieux rétablir les lots, je vous laisse la possibilité de choisir l'auteur pour lequel vous jouez. Si vous le souhaitez, vous pouvez jouer pour les deux (mais ça n'est pas obligatoire, le tout c'est de ne pas oublier de le préciser dans votre mail).

Je ne sais pas quel marque-page correspond à un auteur, ça sera donc la surprise. Vous jouez donc principalement pour la dédicace que le MP.

Voilà, je pense que j'ai fait le tour de la question. La condition pour tenter de gagner ces marque-pages est de répondre aux questions suivantes et de BIEN lire le règlement.

Bonne chance à tous !

Les questions


1) Quel est le titre de la première parution de Val Sombre ? INDICE 1 et INDICE 2
2) Quel événement organise la confrérie de l'imaginaire en relation avec Val Sombre Editions les 3 et 4 novembre 2012 ? INDICE



Règlement du concours :

* " Concours MP Val Sombre " en objet du mail à melisande18@gmail.com
* Liker la page FB Val Sombre Editions
* Un petit mot sympa est toujours apprécié, je ne suis pas un robot
* Les réponses aux questions en précisant pour quel(s) auteur(s) vous jouez !
* Vos coordonnées complètes (nom, prénom, adresse, pays lorsqu'il ne s'agit pas de la France)
* 1 participation par foyer (même nom, même adresse)
* Le concours durera du 20 avril au 27 avril,  résultat le lendemain parmi les bonnes réponses
* Je décline toute responsabilité en cas de perte des lots (avec la poste on sait jamais, mais normalement il ne devrait pas y avoir de problème, tout ce que j'ai envoyé arrive à destination)

27/04/2012

Compte rendu de la rencontre avec Christopher Paolini

En ce vendredi 27 avril 2012, j'ai passé ma soirée au Virgin Megastore des Champs Elysées. Passionnant je sais... MAIS car il y a un MAIS ! je n'y étais pas pour n'importe quoi, mais pour un évènement d'une haute importance ! Et oui ! Pour rencontrer et faire dédicacer le dernier tome de L'Héritage de Christopher Paolini ! On va enfin savoir ce qui va arriver à Eragon !!!

Je suis arrivée en avance (comme d'habitude) avec 1h30 d'avance exactement. Mais comme vous pouvez le constater, il y a des personnes encore pire que moi...

désolée de la qualité, c'est sur mon tel et bon, c'était pas des plus pratiques, surtout si on veut rester un minimum discrète

Après une longue attente en compagnie de Marie, on nous fait descendre de l'escalier pour prendre place devant la petite scène installée où sera l'auteur. Puis Christopher Paolini finit par arriver en compagnie d'un animateur et d'une traductrice (plutôt interprète). 



Une petite rencontre avec questions réponses va s'en suivre où il nous parle de certains projets (notamment d'écrits de fantasy, science fiction, mais il ne sait pas trop et donc s'excuse d'avance s'il change d'avis en cours de route). Ensuite, il parle que le 4e tome reste avec des questions sans réponse et qu'il n'est pas impossible qu'un 5e tome (centrée sur Angela apparemment) puisse faire son apparition plus tard (mais pour le moment il veut un peu se reposer, bah oui, ça fait quand même 14 ans qu'il écrit cette série ! sachant qu'il en a aujourd'hui 28...).  Il adore le personnage d'Angela (faut dire qu'elle est excellente). Forcément, on a parlé du film, et lui aussi pense que s'il devait y avoir... mieux vaut refaire tout un film; nouveau casting, réalisateur etc. (ouais, parce que le film était vraiment à chier). Et d'ailleurs, il devait avoir un petit rôle dedans, et se faire tuer lors de la bataille par Eragon (il a trouvé ça très drôle comme concept) mais devait être déguisé en Urgal et vu sa taille, il a dit qu'il serait le plus petit Urgal et avec les cornes etc. ça l'a moyennement tenté. ^^

Désolée de ne pas faire tout un résumé de ce qui a été dit, il aurait fallu que je filme pour aider ma mémoire, mais ça n'était pas possible. Cependant, avant que la dédicace ne commence, l'auteur tenait à nous dire une bénédiction, une fois en elfe, une autre en nain. (et là, j'ai filmé !).



Et ensuite, on attend bien sagement notre tour pour enfin arriver devant lui et faire signer notre précieux !





Christopher Paolini est vraiment adorable, très gentil et c'était un plaisir d'aller le rencontrer (et vu la foule derrière moi, je me dis que j'ai bien fait de venir avec autant d'avance).

Voilà, après ça je repars chez moi, pour vous raconter tout ça !

L'Eau du Roi de Béatrice Egémar (Un parfum d'histoire 2)

Quatrième de couverture

Après Douceline, fille d'apothicaire, prise dans les tourments de la guerre de Cent ans, voici sa descendante, Jeanne, enfant gâtée et douée d'un parfumeur grassois.
Jeanne vient travailler à Paris, dans la parfumerie de son oncle, fournisseur de la Montespan, maîtresse de Louis XIV. La jeune Grassoise découvre les subtilités de la vie à Versailles, où les parfums les plus exquis cachent parfois une réalité peu ragoûtante. Jeanne la provinciale, avec ses crèmes de beauté, ses eaux de fleurs et son bel optimisme, saura-t-elle s'y faire une place au soleil ?
Le succès et l'amour seront-ils au rendez-vous ?
On trouve dans ce roman une description de la vie à Versailles, le Trianon de porcelaine et son cabinet des parfums, le luxueux cabinet des bains, des portraits du roi, de la reine, de la favorite, et de beaucoup d'autres. On découvrira comment on préparait alors le chocolat, et même des recettes de cosmétiques d'époque.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions L’Archipel de m’avoir permis de poursuivre cette série qui retrace une famille de parfumeur à travers trois époques différentes (Moyen Âge, Renaissance, et le prochain tome à paraître sera situé au XXe siècle, si je ne me trompe pas). J’ai été totalement conquise par cette suite et il me tarde maintenant de découvrir le 3e tome, qui s’appellera L’Eau Bleue.

Jeanne est la descendante de Douceline que l’on avait rencontré dans le premier tome. Cela a marqué un tournant dans l’histoire de cette famille et la petite Jeanne, dès ses 4 ans a montré un certain talent. Elle avait « le don », comme celui de son ancêtre pour sentir différentes odeurs. Elle va donc tout naturellement apprendre auprès de son père à créer des parfums et toutes autres sortes de produit de beauté. A l’âge de 15 ans, son père va l’emmener à Paris, où elle va travailler dans la parfumerie de son oncle, qui est fournisseur de la Montespan. Jeanne va ainsi découvrir un autre monde, notamment la Cour Royale qui lui montrera que les apparences sont souvent trompeuses.

J’ai beaucoup aimé cette histoire, j’ai trouvé l’intrigue très intéressante et bien menée, même si certains éléments sont à prévoir, ça ne m’a pas dérangé de savourer ce livre et de l’apprécier. Je ne saurais dire si je l’ai préféré au premier tome, je pense que les deux histoires se valent. On découvre des époques différentes, avec des mœurs autres… Donc c’était très agréable de voir l’évolution et les conditions de vie, même si cela se fait via un métier en particulier. J’ai pris énormément de plaisir à découvrir Jeanne, qui part de sa ville natale de Grasse pour monter sur Paris, avant de découvrir Versailles et la Cour Royale. J’ai bien aimé me plonger à cette époque

Béatrice Egémar a le don de nous faire découvrir des senteurs et cela uniquement par les mots, chose que j’avais déjà énormément appréciée dans le premier tome, mais là, je trouve que c’est encore plus « fort » (à défaut d’un autre mot, difficile d’expliquer ça). Les odeurs peuvent être agréables comme désagréables (Paris n’était pas réputé pour être propre et sentir bon, loin de là…). Mais dans L’Eau du Roi, ce ne sont pas que les odeurs des parfums qu’elle nous fait découvrir et enivrer, mais également celle du chocolat que Jeanne, ne connaissait pas (sacrilège de ne pas connaître le chocolat ! Mais à l’époque, c’était normal). Et là… parfum + chocolat, ça ne pouvait faire que mon bonheur (moi accro au chocolat ? c’est une grave accusation… tout à fait réelle je l’avoue).

Jeanne est une jeune fille impulsive, très douée dans son domaine avec des rêves. Elle souhaite devenir parfumeuse et a tous les talents pour y parvenir. Mais elle va se rendre compte que la vie n’est pas totalement comme elle l’espérait, surtout à Paris ou à Versailles (je pense que ça, ça peut être toujours valable, quand on vient du sud et que l’on débarque pour la première fois à Paris… Le choc des cultures est rude). C’est un personnage très attachant et ce qui lui arrive parfois… J’ai vraiment été touchée (même si on se doute que tout va s’arranger d’une manière ou d’une autre). Elle est inventive et avec l’aide d’amis elle va parvenir à ses fins. Elle ressemble en un certains nombres de points à son aïeule, que j’avais bien appréciée également. Quant aux autres personnages, je laisse la surprise, mais certains sont très attachants alors que d’autres plus louches… Dès le départ, il y en a que je ne sentais pas… (OK je sors) et j’avais raison de le penser.

En bref, ce deuxième tome a été une très bonne surprise, à la hauteur du précédent tome. Etre plongée dans des senteurs diverses et variées est un vrai régal (et quand le chocolat s’y mêle, on ne peut que l’apprécier). Le monde est historique donc il n’y a rien d’inventé en soi, mais l’auteur a su lui donner une autre saveur et un intérêt nouveau. Pour les amoureux des livres historiques et des livres de jeunesse, cette série ne pourra que vous plaire.

25/04/2012

Débat 2 : La Dystopie : un nouveau genre en émergence


Sujet


Pour aujourd'hui, je me suis dit qu'on va rester dans l'actualité et parler d'un genre qui fait fureur ces derniers temps : la DYSTOPIE.

Pour ceux qui ignorent ce que c'est voilà une petite définition : " Une dystopie — ou contre-utopie — est un récit de fiction peignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur et contre l'avènement de laquelle l'auteur entend mettre en garde le lecteur. " (Merci Wikipedia pour la rapidité de la réponse, l'essentiel est dit là)

L’exemple le plus connu est : Hunger Games de Suzanne Collins qui a été adapté au cinéma, pour la partie jeunesse et dans les livres récents (il va s'en dire que ça existait avant mais qu'on n'appelait pas ça de la même manière). Elle n'a rien inventé.

Bref, pourquoi remettre une définition et de vouloir parler de ce genre qui prend de plus en plus d'ampleur (quand on voit les titres qui sortent dans nos maisons d'éditions préférées) et que beaucoup de blogueurs (bah ça reste le plus visible niveau opinion sur le sujet) aiment et en lisent ? Parce que ça m'intrigue énormément.

J'avoue ne pas être fan du tout du genre (je ne déteste pas, mais je reste assez sceptique et mitigée sur ce genre de livre). En lire un peu de temps en temps pourquoi pas (et encore je choisis bien mes livres), mais de là à en faire mon genre préféré quitte à en lire tous les jours et élever ce type de littérature comme la meilleure (dans l'imaginaire, on reste dans cet optique là), je reste dubitative.

Et donc, première chose que je lance dans ce débat, c'est : qu'est-ce qui vous plaît dans ce genre ? Pourquoi autant d'addiction (quand je vois certains blogueurs, on ne peut parler que d'addiction face à ce "nouveau" genre) ?

Voilà, le débat est ouvert, que chacun dise sa pensée, ses arguments, etc. tout le monde peut participer tant que ça se fait dans le respect et la courtoisie. Je ne veux pas de débat qui parte sur les coups de gueule etc. ce n’est pas le but de la manœuvre, sinon j’y mettrais fin rapidement.

Réponses lors du débat

24/04/2012

Top Ten Tuesday (6)

toptentuesday.jpg


Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.

Voici donc le thème de cette semaine : Les 10 livres que vous avez lus en une journée (ou plus rapidement que d'habitude)

  1. Loup y es-tu ? d'Alexis Lecaye 
  2. La Justice de Kushiel de Jacqueline Carey (2/3 jours en le faisant traîner)
  3. Alicia d'Angèle Delaunois
  4. Kembele d'Angèle Delaunois
  5. Quadruple Assassinat dans la rue de la morgue de Cécile Duquenne
  6. Le masque d'Anne-Sophie Silvestre
  7. L'Eau du Roi de Béatrice Egémar...

J'avoue que trouver 10 livres n'est pas évident, ou trop évident justement parce que vu mon rythme de lecture en général... J'en lis beaucoup en une journée, et beaucoup en très peu de jour. Les livres de "bit-lit" en général, ils ne me font qu'une journée, sauf s'ils sont vraiment très épais.


Le thème de la semaine prochaine sera : Les 10 meilleures adaptations cinématographiques ou télévisuelles de livres. Quels sont selon vous les meilleurs films ou séries TV adaptés de livres ?

23/04/2012

Loup y es-tu ? d'Alexis Lecaye

Quatrième de couverture

Jérôme Brunet a deux passions : son métier d’instituteur à Lorient et Muriel, sa maîtresse, mariée trop jeune à un célèbre chirurgien.
Le jour de la rentrée, parmi les parents qui amènent leurs enfants à l’école, il reconnaît Caitlin, son amour de jeunesse. Avant même que la classe ne commence, Jérôme reçoit un appel menaçant d’Henri Wilson, le mari de Muriel : celui-ci lui ordonne de le rejoindre chez lui. A peine arrivé, il reçoit un coup sur la nuque et s’écroule, assommé. A son réveil, il est chez lui et ne garde aucun souvenir de ce qui s’est passé. Ce n’est que plus tard qu’il apprend la disparition de Muriel et le meurtre de Wilson. Or un témoin dit l’avoir vu aux abords de la propriété des Wilson quelques heures plus tôt.
Tout l’accuse et il est arrêté par la police. Caitlin décide alors d’assurer sa défense mais comprend très vite qu’elle va devoir se battre contre un ennemi invisible qui tire toutes les ficelles et fait porter à Jérôme la culpabilité de plusieurs meurtres commis autrefois dans la région. Parviendra-t-elle à faire éclater la vérité et surtout à empêcher Jérôme de sombrer dans la folie ?

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions du Masque de m'avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup apprécié.

Il s’agit d’un polar, quelque peu particulier. Jérôme, instituteur de son état, sort avec Muriel, bien qu’elle soit mariée. Alors qu’il va sur son lieu de travail, il fait la rencontre de Caitlin, un ancien amour qui date de 12 ans. Quelque peu surpris de cette rencontre, il finit par aller en classe où il reçoit un drôle d’appel, celui d’Hervé Wilson, le mari de Muriel qui lui demande expressément de le retrouver chez lui, venant de découvrir la liaison qu’il entretenait avec sa femme. Jérôme abandonne sa classe et accourt, sauf qu’une fois arriver chez les Wilson, il se fait attaquer et là, sa vie bascule. Il se retrouve mêlé à un meurtre et des enlèvements. Jérôme crie son innocence et c’est Caitlin, avocate, qui va devoir le défendre dans cette sombre enquête, à moins qu’il ait vraiment quelque chose à se reprocher. Après tout, elle ne l’a pas revu depuis 12 ans et que beaucoup de choses peuvent se passer pendant tout ce laps de temps…

L’écriture de l’auteur est très agréable à lire et fluide. Franchement, je l’ai beaucoup apprécié et ça m’a permis de me plonger avec une facilité déconcertante dans ce livre. Il n’y a pas trop de fioritures, pas trop de descriptions, juste le stricte nécessaire pour comprendre. Et l’auteur est aussi scénariste et ça se ressent, c’est très visuel comme livre (ça peut très bien faire une base de scénario pour un film) et tout va très vite, tout en étant suffisamment développé.

Le fait que ce soit écrit à la troisième personne nous permet de voir différents points de vue, on ne reste pas que sur Jérôme. On suit différent groupe, ce qui nous permet de surveiller chacun et d’en apprendre un peu plus sur l’avancée de l’enquête, les réflexions. Et j’ai trouvé intéressant d’avoir par moment des passages avec le meurtrier, ça attise la curiosité, tout en ne sachant pas qui il est. Cependant certaines choses nous sont dévoilées, ça peut sauter aux yeux si on y prête un minimum d’attention pour qu’on découvre qui peut être le coupable. Mais, on se laisse facilement prendre au jeu et on n’y pense pas nécessairement si bien qu’au moment de la révélation, ça peut surprendre.

J’ai trouvé cette enquête vraiment intéressante et bien menée. L’histoire nous tient en haleine et on a envie de découvrir la vérité. Il faut avouer que les pages défilent à une vitesse surprenante si bien qu’on arrive très rapidement à la fin. Je dois avouer que le premier chapitre nous met déjà dans l’ambiance puisque l’auteur choisit de nous présenter nos personnages principaux à travers les yeux du coupable. On sait donc que Jérôme va être mêlé à une sombre affaire, alors qu’il est innocent. Ce point de vue n’est pas souvent utilisé, du moins je n’en ai pas lu énormément où le coupable est mis en avant dès le début (généralement on est plutôt du côté des victimes) et j’ai trouvé ça intéressant de s’immiscer dans sa tête dès le départ. Je trouve que ça attise davantage la curiosité parce que du coup, on se pose plein de questions (dont les réponses arrivent forcément tardivement). Mais ça n’est pas parce qu’on le découvre dès le début qu’on sait pour autant qui sait, bien au contraire. L’auteur sait maintenir son suspense et ce jusqu’à quasi la fin du livre.

Ensuite, on découvre Jérôme et Muriel, les deux personnages qui seront au cœur de l’affaire. Jérôme finit par partir pour l’école, où il travaille, et là, très rapidement tout s’enchaîne (comme je l’ai dit plus haut). On ne sait pas où on embarque, on est tout aussi perdu que lui. Il nous manque des données pour bien appréhender ce qui se passe. Son arrestation semble étrange et incompréhensible, parce qu’on sait qu’il n’y est pour rien, mais les policiers ne le voient pas de la même manière. Et le fait que sa mémoire semble être défaillante, ça ne l’aide pas à le disculper. Mais tout ça donne de l’intérêt à l’histoire, on a envie de découvrir pourquoi on lui a mis ce meurtre et enlèvement sur le dos. Dès le départ on sait que c’est une machination, mais on n’a aucun élément pour nous permettre de comprendre pourquoi il sert de bouc émissaire et ça n’est qu’au fur et à mesure qu’on comprend, parce que Caitlin va tout faire pour l’innocenter, même si des moments de doute s’immiscent dans son esprit.

Les personnages sont intéressants et variés. On a un peu pitié de Jérôme qui se retrouve mêlée à cette sordide histoire alors qu’il n’a rien fait, mais tout le monde s’acharne sur lui parce que ça arrange la police. Tout le monde finit par douter, même Caitlin qui ne pensait pas à mal au début… Il y a donc des incertitudes, mais elle va tout faire pour l’innocenter car au fond de son cœur elle sait qu’il ne peut pas être coupable. Il ne doit pas l’être et là, on voit que la relation entre les personnages est la clé de beaucoup de choses…

En bref, ce livre a été une bonne surprise. L’enquête était intéressante et bien menée. Dès le début l’auteur nous perd afin d’attiser notre curiosité, pour nous donner envie de comprendre ce qui a bien pu se passer pendant que Jérôme était inconscient. Même si les preuves peuvent sembler accablantes, on sait pertinemment qu’il n’en est rien. Un bon polar que je ne peux que conseiller.

22/04/2012

Quadruple Assassinat dans la rue de la morgue de Cécile Duquenne (Les Nécrophiles Anonymes 1)

Quatrième de couverture

Népomucène, préposé à la Morgue, mène une vie tranquille et nocturne en compagnie de Bob, vampire d'environ 150 ans d'âge. Lorsqu'il manque de devenir la cinquième victime d'un mystérieux assassin, son ami de longue date mène l'enquête. L'immortel est certain qu'une autre créature surnaturelle a commis le massacre.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Voy’el de m’avoir permis de lire ce livre auprès duquel j’ai passé un excellent moment.

Avant de parler du livre, eh bien je dois parler de l’objet même. D’un format moyen et peu épais (moins de 200 pages) il est très agréable à lire et il faut dire, la couverture est vraiment magnifique. Je trouve que ça correspond bien à l’univers de l’auteur et à son histoire quant au vampire blond dessus… ouais, aucun doute c’est bien Bob. Je me l’imagine parfaitement comme ça. Je félicite donc l’illustrateur pour cette superbe couverture, qui je dois dire donne bien envie de lire le livre avant de savoir de quoi ça parle.

Mais de quoi parle le livre justement ? Eh bien c’est très simple, Népomucène travaille à la morgue avec Bob, un vampire, ils font quelques expériences anodines. Après une nuit de travail, il rentre chez lui et quand le lendemain il retourne à la morgue, il constate que les lieux sont délimités par des rubans jaunes et que la police traine dans les parages. Un quadruple meurtre a eu lieu, et il s’agit ni plus ni moins que des collègues de Népomucène. Alors ce dernier avec son meilleur ami Bob va tenter de découvrir qui a tué ces médecins légistes, mais l’affaire semble un peu plus complexe que prévu, avec un tournant surnaturel. Attention, les apparences sont souvent trompeuses…

Je dois avouer que la quatrième de couverture du livre ne nous donne pas énormément d’informations sur l’histoire mais en dit suffisamment pour m’avoir intrigué et tenté de lire ce livre. Et franchement, je n’ai pas été déçue parce que l’histoire était vraiment intéressante. Déjà le contexte est atypique, ce n’est pas souvent que l’on se retrouve dans une morgue, il est un peu cocasse et en même temps très utile qu’un meurtre ait eu lieu près de cette morgue. Donc le contexte déjà peut paraître surprenant et intéressant. L’écriture de l’auteur nous permet d’embarquer avec une certaine facilité dans l’histoire, donc on se laisse d’autant plus faire et tout se déroule « tranquillement ». C’était vraiment agréable à lire et plaisant et entre les deux personnages il y a des dialogues vraiment extra, qui montrent des liens forts entre eux. Mais j’y reviendrai quand je parlerai des personnages.

L’histoire est simple dans l’ensemble, ça n’est « qu’une petite enquête » pour retrouver les coupables, mais c’était vraiment très bien fait et menée. Je ne me suis pas du tout ennuyé en lisant ce livre parce qu’on découvre peu à peu les personnages, que la piste pour retrouver le tueur se précise à chaque instant, même si on ne le sait pas jusqu’à la fin parce que l’auteur nous mène en bateau et on ne sait plus vraiment à quoi se fier. Je me suis totalement laissée prendre au jeu, je n’ai pas non plus cherché à vouloir savoir en avance ce qui allait se passer parce que j’avais envie de me laisser surprendre et ça a été le cas. De toute façon je n’aurai pas pensé à cette personne là en particulier donc…

Quant aux personnages, c’est un pur régal. Dès le départ, la couleur est annoncée, on sait tout de suite à quoi s’attendre avec eux et pourtant, ils sont plein de surprises et on ne peut que s’y attacher. Népomucène, le narrateur, se fait remarquer déjà par son prénom des plus étranges (si bien qu’au départ j’étais persuadée que c’était une femme, autant pour moi et à la couverture qui m’a induite en erreur). Avec un tel nom, on se dit, que sa mère devait le détester, c’est tellement atypique, qu’on le remarque forcément, et le fait que ce soit le narrateur, eh bien, on ne peut que le prendre en considération. On s’attache rapidement à lui, il nous apparaît comme quelqu’un de sympathique et de normal. Il se mêle juste de certaines choses qui ne le regarde pas, mais en dehors de ça. Il est loin d’être courageux, il est loin d’être un leader ou autre. Ça n’est pas un héros tel qu’on voit habituellement et pourtant il a sa place dans cette histoire et on ne peut pas l’ignorer. Ce n’est qu’un simple préposé à la morgue qui fait son travail, sauf que le quadruple meurtre va entraîner toute une histoire. Il n’est pas le personnage le plus actif, mais il a son caractère et il a envie de participer à l’enquête, même s’il est conscient de ses « faiblesses » (à défaut d’un autre mot) parce qu’il n’est qu’un simple humain, loin d’être sportif (la bière nuit gravement au physique d’un homme ^^).

Quant à Bob, (je vous laisse découvrir son vrai nom, c’est quelque chose…) c’est un personnage que j’ai énormément apprécié. Je dois dire que je le préfère de loin à Népomucène, même si je l’ai bien aimé, disons que l’attachement n’est pas le même. Dès sa première apparition, je dois avouer qu’il m’a tapé dans l’œil et je savais qu’il allait ressortir du lot. Je trouve qu’il a une présence qui fait qu’on ne peut pas être insensible à ce personnage et pourtant je ne le rencontrais que pour la première fois et on ne peut pas dire qu’il ait fait grand-chose. Et pourtant, j’avais déjà bien accroché avec lui et le tandem fonctionne à merveille ! Il a une certaine manière de parler qui montre son « grand âge » et on pourrait le prendre pour quelqu’un d’hautain et pourtant ça n’est pas le cas. C’est juste une constatation, énonciation des faits parce qu’il analyse énormément autour de lui, ce qui fait que son amitié avec Népomucène est particulière et il y a un passage que j’ai adoré au début du livre, lorsque les deux se rendent chez Edgar. Ça n’est pas grand-chose, mais rien que ça… J’ai su que le « couple » allait donner vraiment quelque chose de bien et de fort aussi. Difficile d’expliquer ça, mais on sent un « truc » (à défaut d’un autre mot).

Les deux amis sont vraiment très proches, une complicité qui dure depuis 7 ans (pour le coup j’aurai vraiment aimé avoir leur rencontre en directe, du moins de manière plus développée, ça aurait pu être très drôle et intéressant). la répartie entre les deux fait sourire, on voit qu’ils ne viennent pas du même monde, c’est un vampire de 150 ans et Népomucène a la 30aine et ça se ressent. Ce sont deux amis qui passent beaucoup de temps ensemble, aussi bien au travail qu’ « en dehors, » a quelques occasions puisque Bob est assez limité à cause de sa nature vampirique. Il passe le plus clair de son temps à la morgue, donc ça limite quelque peu ses mouvements, mais son ami, lui rend souvent visite où ils boivent et discutent pendant de longues heures. Leur relation m’a paru assez ambiguë aussi et j’ai bien aimé ce traitement.

Mais je vous laisse découvrir tout cela, parce que ça en vaut vraiment la peine. C’est une petite histoire relativement tranquille, mais pour un premier tome on apprend déjà pas mal de choses, aussi bien sur les personnages, que le type d’univers créé, tout en nous dévoilant une petite enquête afin que le coupable de ce quadruple meurtres soit retrouvé. Un très bon premier tome, j’ai trouvé ça vraiment super, bien qu’un peu court à mes yeux, j’aurai aimé faire durer le moment un peu plus longtemps, mais le développement y était, donc rien à dire à ce niveau là (pour une fois, ça reste rare sur un tome de moins de 200 pages). Une bonne découverte que je ne regrette pas.



Challenge Lire ou Mourir : PRINTEMPS








21/04/2012

Kembele d'Angèle Delaunois (Chroniques d'une sorcière d'aujourd'hui 3)

Quatrième de couverture

Une lettre qui arrive avec huit ans de retard chez la grand-mère d'Isabelle. L'espoir fou de retrouver leur grand-père disparu dans des circonstances nébuleuses. Un voyage précipité et quelque peu improvisé. Max et moi, on était d'accord pour accompagner Mamicha jusqu'au cœur de l'Afrique, sauf que rien ne s'est passé comme on l'avait prévu. Moins d'une semaine après notre départ, on s'est retrouvés seuls, en pleine brousse, accompagnés d'un jeune guerrier masaï qui nous servait de guide. Aux côtés de cet étranger, on allait maintenant affronter les pires dangers.
Max bataillait toujours, sauf que maintenant, deux douzaines de guêpes lui bourdonnaient autour. Une alarme s'est déclenchée dans ma tête. L'odeur de musc, d'épices et de bois brûlé nous encerclait de sa fragrance vénéneuse. C'était une attaque en bonne et due forme. J'ai ordonné aux garçons de venir se coller contre moi. Tout de suite. Puis, on a aperçu un essaim voler vers nous, petit nuage sombre et serré qui vrombissait comme un moteur.

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Michel Quintin de m'avoir permis de lire ce livre et continuer ainsi les aventures d'Isabelle et Max.

On peut dire que dans ce livre les choses arrivent très vite. On rentre davantage dans le vif du sujet par rapport aux tomes précédents (alors qu’ils étaient déjà relativement rapide, et en même temps vu l’épaisseur du livre c’est une nécessité). Isabelle et sa famille reçoive un coup de téléphone de Mamicha qui semble être affolée. On découvre qu’elle vient de recevoir une lettre de son mari, disparu alors depuis 8 ans (date à laquelle la lettre a été écrite). Pour elle, c’est un signe qu’il est toujours vivant (n’ayant jamais cru à sa mort). Et c’est ainsi, qu’elle va se lancer, en compagnie de Max et Isabelle dans cette quête pour retrouver son mari. Mais les choses ne vont pas se passer comme prévu, si bien qu’Isabelle et Max vont se retrouver tout seul, à aller jusqu’au Kenya pour tenter de retrouver leur grand-père disparu.

Je dois avouer que j’ai préféré cette histoire au tome précédent, même si je l’avais bien apprécié. Je trouve que c’est beaucoup plus approfondi au niveau de l’intrigue, qu’on a toute une recherche, que la quête prend un peu de temps, nous permettant de voyager et de découvrir certaines choses au fur et à mesure de celui-ci. J’ai donc trouvé ça plus intéressant et moins direct, moins évident. Tout au long du livre on se demande s’ils vont vraiment y arriver parce que leur voyage semble à certains moments assez compliqués et désespérés. Ce sont autant d’embuches et de soucis qui vont les ralentir et permettre de créer un suspense, parce qu’une bonne partie du livre, il s’agit de leur voyage. On pourrait penser que c’est ennuyeux, mais en fait ça ne l’est pas du tout parce que ça permet de créer des liens entre les personnages, sans compter la magie que possède Isabelle qui devient de plus en plus importante. Donc par certains aspects, j’ai trouvé ce tome vraiment meilleur, pour mon plus grand plaisir.

Bon, après on peut se douter de la fin, du moins la direction que ça va prendre, mais on a tout de même des éléments de surprises, quelques révélations qui donnent envie de poursuivre cette histoire, surtout que vu la fin… on se dit qu’il y a forcément une suite, mais j’avoue que là… je me demande vers quoi l’auteur va nous diriger. Le livre une fois de plus est assez court mais se suffit, on peut avoir peut être davantage de développement à certains moments mais dans l’ensemble c’était quand même bien.

Un nouveau personnage nous est présenté, Kembele qui prend assez de place au sein du livre, même si quelque part il paraît absent. Il est assez mystérieux et inaccessible comme personnage, mais je l’ai quand même apprécié. Je n’en dirai pas beaucoup plus sur ce personnage parce qu’il faut le découvrir et si son nom est celui du livre, ça n’est pas pour rien. Quant à Max et Isabelle, ce sont toujours les mêmes, même si on voit une certaine évolution, notamment chez Max, qui prend plus d’assurance et se relève, quant à Isabelle, elle prend de plus en plus conscience de ce qu’elle est, de ses pouvoirs et j’avoue que ça m’intrigue de plus en plus, j’ai hâte de voir tout ça dans les prochains tomes.

En bref, j’ai bien apprécié ce livre qui je trouve est plus développé et intéressant que le précédent. Il y a une certaine évolution dans les personnages, on découvre pas mal de choses sur la magie (et ces facettes), des éléments sont mis en place permettant de créer une autre intrigue à venir (donc à quand le quatrième tome ?).

20/04/2012

Kushiel (Fan Art)

Oh la la, je viens de tomber sur un site qui présente quelques fan art de Kushiel. Oui, je suis obligée de parler de ma Bible de temps en temps, à défaut de lire le tome 3 de Imriel (mais quand je serais en plein dedans, gare au harcèlement, vous allez en entendre parler à outrance sur Facebook je pense !)

 Perso, je trouve que Joscelin et Melisande sont magnifiques !





Joscelin : "Je sers et je protège" 

Melisande

Drôles de mots-clés (6)



Drôle de mots-clés est un rendez-vous organisé par Les livres de Melisande et Pomme's Book suite à une discussion animée et hilare. Cette nouvelle rubrique permettra à tout un chacun de se rendre que parfois en tant que bloggeur en coulisse, on voit des choses sans queue ni tête et on a choisi de les partager avec vous. N'hésitez pas à en faire de même !


Les ténèbres dévorantes de Laurell K. Hamilton (Merry Gentry 7)

Spoiler si vous n'avez pas lu tous les tomes précédents !!

Quatrième de couverture

«  Je suis Meredith NicEssus, princesse Fey, détentrice des Mains de Chair et de Sang, et surtout je suis enceinte de jumeaux, sésame de mon accession au trône Unseelie. Ces enfants à naître ont été engendrés par six de mes gardes mais mon oncle, Taranis, Roi de la Lumière et de l'Illusion, prétend en être le père. Et forcément, ce n'est pas mon seul problème... Conte de fées dites-vous ? »

Mon avis

Vu la fin du tome 6, j'avais vraiment envie de savoir ce qui allait se passer, parce qu'il faut le dire, c'est une fin pourrie, presque un cliffhanger (pas de la mort qui tue, mais quand même bien présent) et moi ce genre de fin, je déteste parce que quand on n'a pas la suite sous la main, on enrage. (Et c'est à ce moment là qu'on traite l'auteur de sadique et toute autre sorte de choses que je ne me permettrais pas d'écrire - parce qu'ils ne faut pas les vexer, et qu'il faut bien qu'ils écrivent la suite !) Mais que je pense fortement. Cela dit, les malédictions sont tout à fait possible, alors attention).

Trêve de plaisanteries... ou pas. Mais moi, en fille intelligente, (si ça m'arrive) j'avais la suite sous la main ! (C'est mieux d'acheter tout en avance ou en même temps, comme ça, on n'a pas à attendre longtemps - dans le cadre du possible évidemment). Je ne me suis donc pas gênée pour le commencer et poursuivre les aventures de Merry et ses gardes. Et là, ça a été un pur régal, le meilleur tome de la série !

Je vais éviter de faire un résumé de ce livre là, d'autant que les évènements arrivent vraiment très peu de temps après le tome précédent. Donc, en lisant ce livre, on sait où on en est et on sait également que les ennuis vont commencer (même si on est loin de s'imaginer les proportions que peuvent prendre cette affaire, on sait que ça va être un "bordel monstre" pour notre plus grand plaisir. On sait au moins qu'on ne va pas s'ennuyer). A la limite, on peut lire la quatrième de couverture qui annonce plutôt bien les choses (et ce, de manière concises), mais si vous n'avez pas lu le tome précédent, attention aux spoilers ! (Je l'ai signalé auparavant). Il ne faut pas oublier qu'on avance pas mal dans la série, et qu'en plus ce tome peut-être considéré comme le dernier (du moins si on se fie à l'intrigue lancée dans le tome 1 : qui est la chasse à la couronne, grâce à une future grossesse de Merry, lui permettant d'accéder au trône).

Ce tome est vraiment extra, même s'il y a quelques éléments qui me font tiquer (après ça reste Hamilton, elle a toujours des tours de passe-passe qui nous font adhérer dans son sens, mais parfois ça peut sembler un peu gros... Dommage, mais on lui pardonne assez vite parce qu'il faut avouer quand même que ce tome est riche et qu'il répond à énormément de questions, lancées dès le premier tome. Dans l'ensemble, mon avis restera donc très positif.

Les évènements arrivent dès le premier chapitre, on sent quelque chose de pas très net et d'un coup, tout s'enchaîne à une vitesse folle. On n'a pas le temps de souffler, on se "balade" d'un endroit à un autre, sans s'en rendre compte. On découvre davantage la Cour Dorée, d'une certaine manière, mais également d'autres Cours ou peuple qui n'étaient jusque là pas très développé. C'était intéressant à voir et je dois avouer que l'auteur a tout fait pour qu'on soit dans le pathos jusqu'au bout... Elle ne ménage pas notre pauvre petit cœur dans ce tome.

Et quand on arrive à la moitié du livre, on se dit : « mais il s'est déjà passé tout ça !! » (Oui à ce point, j'avoue que je ne m'attendais pas du tout à ça en commençant ce livre), et c'est pour ça que je dis que ce livre est le meilleur. Le tome 6 était déjà plutôt pas mal, mais alors avec celui là, elle nous a fait quelque chose de grandiose quand même. Peut-être que certaines scènes / révélations auraient pu prendre plus de temps, parce que c'est vite expédié et on passe à autre chose. C'est un petit peu dommage, mais bon, ça ne m'a pas trop perturbé donc ça va. Ça passe et reste raisonnable et plutôt bien fait. 

Laurell K. Hamilton ne ménage pas du tout ses personnages, que ce soit Merry ou bien l'un de ses gardes (ou encore d'autres personnages, mais bon c'est moins important). Ils en voient de toutes les couleurs et on voit que là, les choses sérieuses commencent et que la pauvre petite Merry maltraitée dans son enfance a bien changé et qu'elle va le prouver à tout le monde (en même temps, la couronne, ça se mérite !). Mais elle n'est pas la seule à en baver, si avec le tome 6 vous pensiez avoir tout vu, vous êtes loin du compte, ses chevaliers servants / amants ne sont pas épargnés, du coup on s'inquiète en même temps qu'elle, c'est affreux de voir tout ce qui se passe, parce qu'on s'est quand même bien attaché à eux, après tout ce temps (on a forcément nos chouchous dans la garde). Mais d'autres personnages vont nous surprendre et nous faire ressentir plein de choses, mais je vous laisse découvrir tout ça. Il y a un personnage dont j'aimerai parler, mais ça serait en partie spoiler donc je vais m'abstenir, mais je n'en pense pas moins, des claques / assassinat se perdent...

Je dois avouer que la fin est surprenante, je ne m'attendais pas  à ces révélations et évènements en « bloc ». Bon, il y a un truc qui m'a fait lever les yeux au ciel, mais d'une certaine manière ça aide à l'intrigue, et à la fin de ce livre, donc on lui pardonne. Franchement, c'est assez surprenant parce que je pensais qu'on aurait certaines réponses plus tard et pas tout d'un coup sur la fin (surtout que vu comme ça partait, je n'imaginais pas ça et là... tout s'accélère très rapidement. L'auteur nous fait des révélations énormes, apporte une certaine conclusion à toute cette histoire. C'est pourquoi on peut considérer qu'avec ce tome la série est terminée, beaucoup de choses sont expliquées, même si ça peut sembler rapide. Et vu la teneur du dernier chapitre, on sent une conclusion dans la voix de Merry, alors continuer la série peut paraître superflu. En tout cas l'intrigue lancée dans le tome 1, se retrouve d'une certaine manière finie ici. Mais il existe un autre tome, et comme j'aime beaucoup l'univers créé, ainsi que les personnages, je ne vais pas bouder mon plaisir à le lire. Il existe alors je vais voir ce que ça donne, en espérant qu'il ne soit pas si mauvais que ça (vu les échos que j'ai pu entendre, il est moins bon et repart sur autre chose, comme un nouveau cycle, donc à voir...).

Voilà, je pense que j'ai fait le tour de la question. J'avoue que ce n'est pas évident de ne pas spoiler cette histoire parce qu'il se passe tellement de choses, j'aimerai tellement en parler... Mais ça n'est pas possible parce que j'ai pas envie de tout dévoiler, ce tome se savoure et s'apprécie. C'est vraiment le meilleur tome et en quelque sorte la conclusion de la série et là, il faut avouer qu'elle a fait très fort (comme quoi elle en est capable quand elle veut !). Donc voilà, ce livre est vraiment le meilleur et il aurait pu suffire pour conclure la série.

Les articles les plus consultés