Rechercher dans ce blog

31/05/2012

Désolation de Carrie Jones (Envoûtement 4)

Quatrième de couverture

La situation est vraiment devenue difficile à gérer pour Zara. Depuis qu'elle a sauvé Nick de sa prison du Walhalla, le beau ténébreux est devenu très distant avec elle. Pour ne rien arranger, la ville est sur le point d'être ravagée par des êtres malfaisants. Leur objectif : déclencher l'Apocalypse. Devenue reine des lutins, c'est à Zara d'organiser la résistance. Pour espérer éviter la désolation, elle va devoir faire appel à ses amis et à des armées humaines. Un autre élément vient encore compliquer la vie de Zara : les sentiments qu'elle éprouve pour un garçon, un lutin que Nick ne supporte vraiment pas...

Mon avis

Tombée par hasard en librairie sur ce 4e et dernier tome de la série Envoûtement (alors que j’ignorais qu’il était sorti) je n’ai pas attendu trop longtemps pour me le procurer. Ayant beaucoup apprécié les précédents volumes, il était évident que j’allais lire celui-là, d’autant que c’est le dénouement, enfin on va savoir ce qui arrive à Zara et ses amis.

Eh bien la moindre des choses qu’on puisse dire, c’est que tout va mal et que ce tome mérite bien son titre : Désolation. C’est le chaos. Zara a réussi à ramener Nick du Walhalla sauf qu’il n’accepte pas les sacrifices et les choix qu’a dû faire Zara pour le libérer de la mort et entre eux… c’est très compliqué. Elle est désormais un lutin et reine d’Astley, leur amour semble compromis, d’autant plus que Zara ne sait pas trop ce qu’elle éprouve pour son roi. Bref, côté cœur, c’est vraiment le brouillard total, mais il y a plus urgent, car le monde est en péril. Les lutins sèment le chaos et veulent déclencher l’Apocalypse et Zara va devoir trouver un moyen pour l’en empêcher, mais des évènements inattendus vont peut être compromettre sa mission.

J’aime, j’aime, j’aime ! Voilà ce que je peux déjà dire parce que dès le début on est plongé dans l’action et ça ne s’arrête pas ! On va de problèmes en problèmes et on sent la fin venir à tout instant. L’histoire est absolument géniale, dès le premier tome j’ai été conquise par cette série et je peux dire maintenant que les suites sont encore mieux. Ça vaut vraiment la peine de la lire parce que je pense qu’elle saura en surprendre plus d’un (et ne cherchez pas l’ADN de Twilight comme c’est écrit sur la couverture, à part le fait que dans le tome 1 sa mère l’envoie vivre chez sa grand-mère, la comparaison reste là, parce que ça n’a strictement rien à voir !).

Même si la romance à une part assez importante, elle n’est pas autant au cœur comme certaine série (genre celle que je viens de nommer quelques lignes plus hauts). Bien au contraire, il y a toute une histoire, toute une intrigue très intéressante et originale, qui d’ailleurs, prend un tournant assez inattendu. En commençant cette série, je ne m’attendais pas à ça, ni lorsque j’ai entamé ce 4e et dernier tome. J’ai été vraiment surprise et c’est une très bonne chose. L’auteur ne prend pas ses lectures pour des imbéciles, tout ne se fait pas facilement – bon peut être pour certains trucs, mais dans l’ensemble non – parce qu’il y a toujours un prix à payer, à voir si on est prêt à l’accepter ou pas. Ce livre est assez mature et l’auteur ne ménage pas ses personnages, ce livre est le plus dur de la série (en même temps vu le chaos régnant, on se doute qu’une bataille se profile et que tout va s’arranger… ou pas). et là, il n’y a pas de blabla incessant, ils agissent, ils y vont, même s’ils vont peut-être droit dans le mur, ils font quelque chose et là, ça fait plaisir (après Chasseuse de la nuit 5 où il ne se passait pas grand-chose, là, ça a été une vraie bouffée d’air frais, enfin presque parce que bon vu les circonstances c’est pas marrant ^^). Mais ça n’est pas grave parce qu’au moins on a de l’action, quelque chose qui bouge et si ça n’avait pas été le cas, ça aurait été dommage vu que c’est quand même un dernier tome.

Je suis assez contente de la tournure des évènements et je pense que ce 4e tome est le meilleur de la série (même si le 3e avait déjà atteint un haut niveau), celui là, est génial. J’ai tout simplement adoré et je ne me suis pas du tout ennuyé. Franchement, l’univers est très sympa, assez sombre, tout n’est pas gratuit, tout n’est pas facile. L’histoire d’amour est bien compliqué, avec un beau triangle amoureux plutôt bien fait, pour une fois ! Surtout que je n’aime pas ce genre là. Je préfère de loin un couple bien défini mais qui traverse de nombreuses épreuves plutôt que de nous balader entre deux gars – voire plus dans certaines séries. C’est assez pénible parce que souvent il y a des déceptions, alors là au moins, les choses sont claires avec un couple, mais à qui la malédiction s’abat sur eux. Mais là, je dois avouer que l’auteur a plutôt bien gérer et mon avis a radicalement changé au cours de la série (comme quoi, en général c’est dur de me faire changer mes positions).

Quant aux personnages, on voit une grande évolution, notamment chez Zara, ce qui n’est pas pour déplaire (j’ai bien aimé la fin qui évoque en partie cela, ça fait des « souvenirs »). Zara essaye de trouver un moyen pour empêcher les lutins de semer le chaos et tous les moyens sont bons. Elle essaye d’être forte malgré la situation, mais il y a des moments difficiles où elle craque forcément. Elle tente également de se trouver des alliés, sa grand-mère disparue, elle a besoin de gens autour d’elle pour la soutenir et l’aider dans sa tâche, mais beaucoup de monde semblent lui tourner le dos d’une certaine manière et ça n’est pas facile à gérer. Le pire c’est sa relation avec Nick, qui est sensé être son petit ami, mais vu les circonstances, ça semble mal parti. Grrrr ! J’ai eu des envies de meurtre, autant dans les premiers tomes j’étais pour Nick, autant pour les derniers, mieux vaut Astley ! Lui au moins, on sait à quoi s’attendre, même s’il peut nous réserver quelques surprises.

Voilà, je ne vais pas m’attarder plus longuement, mais tout ce que je peux dire, c’est que ce 4e tome est absolument génial, il clôt parfaitement bien la série. Ça ne se fait pas en 5 minutes, on voit qu’il y a toute une recherche, que ça n’est pas facile, qu’il faut à un moment donné le prix pour tout ça. j’ai vraiment apprécié l’univers, les personnages, tout quoi. C’est vraiment une série à suivre parce qu’elle est originale (même si on peut retrouver certaines choses, mais c’est le genre qui le veut) l’auteur a su quand même se démarquer et créer quelque chose de très sympa et différent (je le répète, rien à voir avec Twilight, il faut arrêter les comparatifs, cette série est vraiment géniale et à part !).

30/05/2012

La mort à marée basse de Pieter Aspe (Une enquête du commissaire Van In 7)

Quatrième de couverture

Imaginez un cadavre dont seule la tête dépasse du sable. Chargé de l'enquête, le commissaire Van In, malgré ses protestations véhémentes, se voit adjoindre d'office un inspecteur de la police judiciaire. Mais l'attitude de l'homme est curieuse. Aurait-il intérêt à faire capoter l'affaire ? Trafic de contrefaçons, justice et police corrompues, les turpitudes de la Belgique n'ont pas de secrets pour l'incorruptible flic de Bruges aux méthodes peu orthodoxes mais diablement efficaces.

Mon avis

Toujours dans l’intention de rattraper mon retard avant que le 10e tome ne sorte, j’ai lu ce 7e tome relativement vite. Et même après avoir enchainé 6 tomes de la série, j’ai encore une fois dévoré celui-là parce que c’est vraiment bon ! Pour le coup, un peu moins déçue que le précédent puisque je n’avais pas le coupable dès le départ et j’ai été bien surprise de la fin.


Alors que deux agents faisaient une ronde, ils vont découvrir un cadavre, à moitié enterré dans le sable. Pendant ce temps là, on découvre une jeune fille, quelque peu éméchée, qui va finir par aller porter plainte pour viol. Le commissaire Van In, va se voir charger de ses deux enquêtes, mais qui vont prendre un tournant inhabituel et lorsqu’on « lui colle dans les pattes » un inspecteur de la police judiciaire rien ne va plus, mais il va devoir faire avec, et c’est Versavel qui va devoir encore payer les pots casser pour soutenir son ami…

Voilà une nouvelle histoire des enquêtes du commissaire Van In. Franchement, je ne me lasse pas, et j’ai vraiment hâte de poursuivre tout ça, et découvrir le 10e tome dans quelques temps. L’intrigue est bien menée et l’auteur sait nous mener en bateau. Pourtant tout est sous notre nez, mais comme les indices sont clairsemées et qu’on ne nous dit pas toujours tout sur tout, eh bien il est parfois difficile de faire ses propres pronostics sur le/les coupables. Deux affaires sont entremêlées et même si le commissaire n’est pas sensé enquêté sur l’une des deux, il va tout de même essayer de comprendre ce qui se passe, quitte à outrepasser les règles (pour changer tiens !), à mentir à son ami et collègue, voire sa femme… Tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins et il ne va pas se gêner pour appliquer cette règle. La fin est surprenante mais je n’en parlerai pas, pour ne pas vous retirer le suspense maintenu, mais ça change un peu des autres volumes.

La relation entre les personnages est toujours la même, Versavel qui soutient le commissaire, qui le paterne d’une certaine manière. Entre Van In et Hannelore, ce n’est pas toujours rose, mais on sent qu’ils s’aiment quand même et qu’ils sont une petite famille. Même s’il y a des hauts et des bas parfois… J’attends de voir le prochain tome là… C’est vraiment un superbe trio, l’auteur a créé quelque chose de bien sympathique et ça rend les histoires plus drôles, mouvementées, en un mot : intéressante.

Je ne vais pas m’attarder davantage parce que je risque de me répéter mais en tout cas j’ai beaucoup apprécié cette histoire, une fois de plus. L’enquête est bien menée, avec plein de suspenses, de questions qui trouveront explications (ou pas) à la fin de l’enquête. Des personnages hauts en couleur qui nous font ressentir différentes émotions. Un petit groupe sympathique que l’on a envie de voir et revoir encore alors je me languis déjà du 8e tome et du 10e à venir.

Débat 6 : Pensez-vous que le fait de lire rapidement peut faire louper des éléments (plus ou moins importants) d'un texte ? Ou bien ça revient strictement au même que si on avait un rythme plus "normal" ?




Sujet


Suite à une conversation avec Letteratura Littéraire En Herbe, j'ai eu l'idée d'un sujet de débat, qui je suis sûre pourra vous intéresser et délier quelque peu les langues (du moins je l'espère). 


On en est venu un moment à parler du rythme de lecture. Et je sais que le mien fait "halluciner " (à défaut d'un autre mot, là je n’arrive pas à trouver) certains parce que je lis assez vite (moi, je ne trouve pas forcément, il y a des personnes qui sont encore plus rapides que moi, du coup ça me laisse perplexe, même si je reconnais que j'ai un rythme relativement soutenu, pour les noms, allez voir Nyx Shadow et Laea). 

Du coup, je me suis dit, si je trouvais un sujet avec ce thème ? Et là, ça n'a pas été trop dur à trouver, puisque souvent, avec le fait que je lise très vite, on me demande si je ne survole pas les textes, que je ne les comprends totalement vu que je ne m'attarde pas dessus, etc. 

Donc la question est la suivante : Pensez-vous que le fait de lire rapidement peut faire louper des éléments (plus ou moins importants) d'un texte ? Ou bien ça revient strictement au même que si on avait un rythme plus "normal" (qu'il reste à qualifier du coup, vu que je ne suis pas dans cette catégorie là) ? 

Voilà, le débat est ouvert, je mettrais ce que je pense à mesure de vos réflexions. 




29/05/2012

Fin d'un champion de Charlaine Harris (Lily Bard 2)

Quatrième de couverture 

« Tout paraît être rentré dans l'ordre dans la petite ville de Shakespeare. Pourtant, lorsqu'un matin j'ai découvert le corps de Del Packard écrasé par un haltère à la salle de gym, pas un instant je n'ai cru à un accident. Pas quand autant d'éléments semblent prouver le contraire ! Et mon petit doigt me dit que cette histoire va plus loin qu'un simple règlement de comptes. Reste à savoir une chose : vais-je une nouvelle fois prendre le risque de m'en mêler ? »

Mon avis

Ayant beaucoup apprécié le premier tome, il était évident que j’allais lire ce second opus des aventures de Lily Bard. Je dois avouer que je ne suis pas du tout déçue, j’ai vraiment bien apprécié ce livre. Après, connaissance l’écriture et la manière d’écrire / de faire de Charlaine Harris, on sait à quoi s’attendre en général.

Lily Bard est une femme de ménage, rien de plus, mais une fois encore, elle va se retrouver confronter à un meurtre, celui de Del Packard alors qu’il s’entrainait dans la salle de sport Body Time, que possède Marshall Sedaka. Alors que celui-ci est malade, Lily se voit obligée d’aller ouvrir la salle de sport à sa place et c’est là qu’elle fait cette découverte macabre. Elle prévient donc la police de ce qui s’est passé avant de reprendre une vie normale… Enfin, ça c’était son optique, mais les choses en entrainant une autre, Lily va de nouveau se pencher sur cette affaire, enquêter afin de comprendre ce qui a bien pu se passer et pourquoi on s’en est pris à Del alors qu’il n’avait jamais rien fait. Et pendant son enquête, elle risque d’être très surprise de voir ce qu’elle va trouver et tout les problèmes que cela va semer sur son passage…

Charlaine Harris a un rythme assez lent niveau action, ça se vérifie dans les 3 séries que j’ai pu lire jusqu’à aujourd’hui, donc si vous vous attendez à une série de combats, d’action qui s’enchaine à toute vitesse, passez votre chemin sur ces écrits, vous risqueriez de vous ennuyer quelque soit le genre qu’elle écrit. Mais je dois avouer qu’ici, ça ne me dérange pas du tout parce qu’il ne faut pas perdre de vue que Lily n’est qu’une femme de ménage, qui tente de reconstruire sa vie après des évènements tragiques survenus dans son passé et qu’elle veut mener une vie tranquille. Sauf qu’elle se retrouve toujours là au mauvais moment et qu’elle est souvent témoin de choses dont elle ne devrait pas se mêler, mais elle est de nature curieuse et elle réfléchit (peut être un peu trop) à tout ce qui se passe. La vie quotidienne, les « amours » de Lily prennent la majeur partie de l’histoire, d’où le fait que ça soit un peu lent, long pour certains, mais en même temps, elle n’est pas flic, même si parfois on pourrait se poser des questions.

L’histoire était intéressante et l’intrigue bonne. Dans le prologue on sait ce qui est arrivé à Del mais on ignore l’identité du tueur et ce n’est vraiment qu’à la toute fin qu’on l’apprend. L’auteur arrive à semer le doute dans notre esprit en nous menant sur de fausses pistes pour nous brouiller et nous faire perdre la tête. Elle a bien réussi son coup en tout cas. Mais après en mettant en place tous les éléments, comme le fait Lily on se rend compte de ce qui s’est passé, mais comme on ne nous dit pas tout dès le début, il est difficile de faire les rapprochements parfois. La révélation arrive vraiment sur l’extrême fin, donc ça a de quoi frustrer quelque part et en même temps, ça ménage son suspense, ce qui est une bonne chose.

C’est une petite série policière bien sympathique et c’est clair que je vais la continuer (surtout qu’elle n’est pas longue c’est pratique). Je ne m’attendais pas forcément à ça à la fin, j’ai été assez surprise sur différents points (ce qui est toujours une bonne chose). C’est très plaisant à lire et c’est le genre de livre à lire pour s’aérer un peu la tête. L’auteur ne ménage pas ses personnages, notamment Lily qui s’en prend plein la figure une fois de plus.

J’aime beaucoup le personnage de Lily, femme forte mais qui sait quand elle doit demander de l’aide, elle est consciente de ses limites. Ensuite, avec les épreuves qu’elle a déjà surmontées, on comprend pourquoi elle est aussi « bizarre » comme le disent les gens qui la côtoient. Mais c’est ce qui fait en partie son charme. J’ai été assez contente de la tournure des évènements dans sa vie, et j’ai bien envie de savoir comment ça va se passer pour elle.

Voilà, en bref, j’ai beaucoup aimé ce 2e tome qui est à la hauteur du premier. C’était une fois de plus une enquête bien sympathique (bien que tragique) et je ne regrette pas de m’être lancée dans cette nouvelle série. Après c’est vrai que Charlaine Harris est plutôt lente et longue mais tout s’emballe sur la fin et toutes les révélations arrivent en bloc. Mais ça, c’est sa manière d’écrire, donc on ne peut pas forcément le lui reprocher. Une série à suivre pour moi !

Top Ten Tuesday (10)

toptentuesday.jpg
Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.


Voici le thème de la semaine : Les 10 livres qui ont été écrits dans les 10 dernières années que vous aimeriez encore voir lus dans une trentaine d'années par d'autres personnes

Je mets le nom des séries et non des tomes quand cela est nécessaire. L'ordre des livres n'est pas spécialement une indication, sauf pour Jacqueline Carey ;)
  1. Kushiel / Imriel de Jacqueline Carey
  2. Le Feu de la Sor'cière de James Clemens
  3. Les âmes brûlées d'Andrew Davidson
  4. Le dernier jardin de Lauren DeStefano
  5. Vampire Academy de Richelle Mead
  6. Alex de Pierre Lemaitre
  7. Vampire City de Rachel Caine
  8. Chasseuse de la nuit de Jeaniene Frost
  9. L'exécutrice de Jennifer Estep
  10. Chroniques d'un tueur de roi de Patrick Rothfuss

Et vous, quel est votre top 10 pour cette semaine ?

Le thème de la semaine prochaine sera : Les 10 livres que vous ne lirez jamais

28/05/2012

Réunis dans la tombe de Jeaniene Frost (Chasseuse de la nuit 5)

Quatrième de couverture

Après sa transformation en vampire, Cat Crawfield pensait pouvoir mener une vie tranquille auprès de son mari Bones. C’était sans compter sur le fait que sa nature hybride ne la laisserait jamais rien faire comme tout le monde, pas même mourir. Ses nouvelles capacités inattendues vont permettre à un fanatique d’attiser les tensions entre goules et vampires, mettant en péril une trêve ancestrale. Cat et Bones n’ont d’autre choix que de se battre une fois de plus car un affrontement entre ces deux puissantes communautés serait désastreux pour le monde entier.

Mon avis

Je dois avouer que j’avais assez hâte qu’il sorte ce livre parce que j’aime beaucoup cette série, notamment le couple Cat / Bones qui fonctionne à merveille. Mais même si j’ai pris énormément de plaisir à lire cette série, que je continuerai quoi qu’il arrive parce que je l’aime beaucoup, je dois avouer que ce tome est en partie un peu décevant et qu’il n’est pas à la hauteur de ses prédécesseurs (notamment les tomes 1 et 2).

Maintenant que le couple se porte à merveille dans le meilleur des mondes (ou presque) je dois avouer que la série perd un petit peu de son intérêt, dans le sens où l’on sait qu’ils filent le parfait amour (surtout après un tome 4 où des vérités devaient être dites et où ils prennent conscience de leur attachement l’un pour l’autre) alors on n’a plus à s’inquiéter et se demander ce qu’ils vont advenir. Le couple va plutôt bien dans l’ensemble (même si des « scènes de ménage » peuvent toujours apparaître), on n’en est pas au même point que lors des deux premiers tomes où c’était un « je t’aime, moi non plus » permanent. Il faut avouer que c’est ce qui donnait de l’intérêt à l’histoire. Du moins, ça ajoutait énormément parce que les intrigues étaient absolument géniales. Quand une histoire d’amour est compliquée, mouvementée c’est toujours plus drôle à la suivre que lorsque le couple file le parfait amour, qu’ils sont ensemble et que rien ne les séparera). Et là, c’est ce que l’on a du coup, on ne se pose plus de questions sur le couple et donc il faut que l’histoire derrière suive, sinon le livre perd complètement de son intérêt. Sans oublier que c’est de l’urban fantasy, l’action est sensée primée sur la romance (sinon c’est de la romance paranormale à la JR Ward avec sa Confrérie de la Dague Noire) sauf qu’ici, ça n’est pas le cas, ou pas tout à fait.

L’effet grisant de cette série c’est le couple, il ne faut pas le nier, c’est eux qui portent toute l’histoire, donc si Cat & Bones n’étaient pas là et tels qu’ils sont : à se serrer les coudes ou bien à s’engueuler, ça serait moins drôle, mais il faut quand même une histoire intéressante et une intrigue qui en valent la peine. L’idée de départ est plutôt bonne : des vampires disparaissent mystérieusement, on sait que les goules préparent quelque chose. Cat et Bones vont donc se lancer dans une enquête, quelque peu officieuse puisqu’on ne peut pas afficher ouvertement aux goules et à son leader, que les vampires les surveillent de trop près, pour ne pas se faire prendre et déclencher inévitablement une guerre à cause d’un détail. Evidemment, tous ne se passera pas forcément comme prévu, des attaques vont venir, car si une guerre est sur le point d’être déclarer entre les vampires et les goules, c’est principalement à cause de Cat et de sa nature quelque peu dérangeante.

Voilà, ce que je peux dire de l’intrigue, sans pour autant spoiler, parce que ça n’a pas d’intérêt de lire le livre après. L’idée est plutôt bonne, vu les précédents évènements, ça semble logique d’en arriver là et c’est pas mal. Jeaniene Frost mêle toujours la romance / « vie quotidienne » de Cat et Bones, tout en y mêlant leur vie compliquée dans le surnaturel avec les problèmes des goules, etc. malheureusement, je trouve que la plupart du temps, c’est un blabla incessant, que ça n’avance pas toujours et que finalement tout est résolu avec « facilité » à l’extrême fin du livre. L’auteur ne nous avait pas habitué à ça et du coup j’en ressors un peu mitigée et sur ma fin. Je trouve cette histoire trop tranquille finalement. Il n’y a pas autant de suspense, de tension et de problèmes que dans les précédents tomes. Même le 3e que je pensais être le moins bon jusque là, on avait eu des moments très dramatique et touchant qui prenait au cœur. Là, ça n’est pas totalement le cas. Il y a son lot de dramatique, je ne dis pas le contraire (j’étais triste) mais ça ne m’a pas autant touché et autant « perturbé » (peut être un peu fort de dire ça, mais bon) que dans les tomes précédents. Et je trouve ça dommage parce que je sais que l’auteur en est tout à fait capable (le tome 2… raah la la…).

Le livre est un peu trop facile à mon goût au niveau de l’intrigue. L’histoire est bien menée, je n’ai rien à dire la dessus, mais l’intrigue, elle pêche un peu, les choses se mettent petit à petit en place (peut être un peu trop lentement ?). Et je trouve que certains personnages manquent un peu, on les voit, mais trop rapidement (Spade et Denise par exemple – sans citer pourquoi – je trouve qu’ils ne servaient pas à grand-chose, ce n’était pas assez exploité, alors que l’idée était bonne et que ça aurait pu faire quelque chose de super, mais finalement…). Quant au méchant de l’histoire, bah il n’est pas aussi impressionnant que ça, c’est dommage, Gregor avait plus de saveur déjà dans le tome précédent, là… Par contre, là où je n’ai rien à redire c’est sur Marie, j’ai vraiment adoré, et c’était bien pensé.

Bon, je pense que je vais en rester là, mon avis est assez mitigée, mais j’ai quand même passé un bon moment de lecture, mais c’est vrai qu’en y réfléchissant, il faut être honnête, ça n’est pas le meilleur tome et que l’histoire aurait pu être 3 fois plus palpitante avec son lot de batailles, morts… un côté plus tragique et dramatique, hors ça n’est pas totalement le cas et je trouve ça dommage parce que l’auteur en est tout à fait capable et elle a un tel univers, de tels personnages qu’il est possible de faire quelque chose de grandiose. Par contre la fin est « un peu surprenante » et pour le coup je suis bien contente d’avoir un extrait du tome suivant pour continuer un peu parce que vu la fin abrupte, ce n’était pas très sympa.

Voilà, donc un tome qui était pas mal, quand on est fan de Cat et Bones, on ne peut qu’aimer, mais on est obligé d’admettre que ce n’est pas le meilleur tome de la série, que le côté romance a peut-être davantage pris le pas sur l’action (comme dans les spin off finalement). Ça ne m’avait pas dérangé pour les spin off avec Spade / Denise et Mencheres / Kira, je savais à quoi m’attendre, je savais que ça serait une histoire d’amour sur fond d’action pour donner un autre intérêt, mais à la base les Chasseuse de la nuit ne sont pas comme ça et donc de retrouver ce « genre là » avec Cat et Bones, a un côté décevant. L’auteur nous a habitués à bien mieux donc… J’attends de voir le 6e tome parce que j’aime toujours l’univers, les personnages et que vu la fin (et début du 6e tome) je suis curieuse de voir ce qu’elle va nous faire.

27/05/2012

In My Mailbox (30)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine



Artemisia d'Alexandra Lapierre

En 1611, à Rome, dans un atelier du quartier des artistes, la jeune Artemisia se bat avec fureur pour imposer son talent. Son adversaire le plus redoutable n'est autre que son père, son maître, le célèbre peintre Orazio Gentileschi. Il voudrait cacher au monde la sensualité et surtout le génie de sa fille. Mais la vie va bouleverser ses plans...


Troubles songes de Stéphane Soutoul

Dans le labyrinthe des songes, suivre le fil d'Ariane amène à découvrir des histoires aux atours trompeurs. Des univers altérés qui voguent sur les genres de la fantaisie urbaine, du gothisme et de la poésie. Ils occultent le réel de notre monde pour laisser place à l imaginaire. Croyez-vous aux fantômes des amours de jadis, aux démons et aux vampires ? Quelles superstitions éveillent à vos sens sorcières malfaisantes, pulsions sanguinaires et justiciers d'outre-tombe ? À moins que les pouvoirs secrets d'une jeune flûtiste ou de Déesses nordiques ne suscitent en vous une irrésistible attraction ? Ces perspectives, écartelées entre innocence et perversion, sont le reflet des treize récits de Troubles Songes. Treize nouvelles pour vous convier sur les sentiers de mystérieux paysages... L'itinéraire d un voyage à la lisière du fantastique et de l'immoral.



Baroque 'n' Roll d’Anthelme Hauchecorne

Suivre le procès opposant un diablotin syndiqué à son sinistre patron, jouer à réveiller les morts, vous laisser bercer par la fée des mauvais rêves, aider deux enfants à se défaire d'un croquemitaine ou vous mettre au vert avec le Diable lui-même... Un aperçu des voyages auxquels Baroque'n'roll vous convie, quinze nouvelles insolites portées par un rythme effréné, alternant humour et grotesque, merveilleux et fantasy urbaine.



Innocence de Kelley Armstrong (Clair Obscur 1)

Maya Delaney aime la nature : les bois qui entourent sa maison sont comme un sanctuaire et sur sa hanche, la jeune fille a une tache de naissance qui ressemble à l'empreinte d'une patte de puma. Autant de signes que Maya ne pourrait pas vivre ailleurs. Jusqu'au jour où des événements étranges bousculent la vie des habitants de Salmon Creek. Daniel, le meilleur ami de Maya, a de mauvais pressentiments à propos de certaines personnes, comme Rafe, un adolescent qui vient d'arriver en ville. Quel secret cache-t-il ? Et pourquoi Maya l'intéresse-t-elle tant ?



Les cracheurs de lumière de Carina Rozenfeld (Doregon 3)

Mia, Josh et Garmon se retrouvent enfin dans la même ligne temporelle. Leur mission : faire disparaître l'ombre qui absorbe toute lumière et toute chaleur en Doregon, sans quoi les mondes qui s'ouvrent dans le couloir aux tableaux seront voués à la mort. Les humains et leurs alliés télépathes se rassemblent pour l'ultime bataille face à un Moone écrasant de supériorité et de noirceur...



Les ombres de la ville de Maureen Johnson (Hantée 1)

À Londres, un assassin hante les rues, réveillant la légende de Jack l Éventreur. Malgré l omniprésence des caméras, le tueur est indétectable.
Aurora, arrivée depuis peu sur son campus, se rend compte qu elle est la seule capable d apercevoir son ombre.
Accompagnée d un mystérieux jeune homme, elle plonge au plus profond des brumes de la cité pour arrêter le meurtrier avant qu il ne récidive. À moins que son don ne fasse d elle la prochaine victime...



Fin d'un champion de Charlaine Harris (Lily Bard 2)

"Tout paraît être rentré dans l'ordre dans la petite ville de Shakespeare. Pourtant, lorsqu'un matin j'ai découvert le corps de Del Packard écrasé par un haltère à la salle de gym, pas un instant je n'ai cru à un accident. Pas quand autant d'éléments semblent prouver le contraire ! Et mon petit doigt me dit que cette histoire va plus loin qu'un simple règlement de comptes. Reste à savoir une chose : vais-je une nouvelle fois prendre le risque de m'en mêler ?"



Noir saphir de Nicolas Cluzeau (Chroniques de la mort blanche 2)

Au large des grands empires continentaux l'île d'Orlandie, patrie antique des êtres-fées, n'en finit pas de se consumer. Comme si la Mort Blanche, fléau des magiciens et des druides, ne suffisait pas, la guerre civile atteint son point culminant et clame plus de victimes chaque jour.
Endrew, le nouveau Haut Roi, n'a plus que la Marche du seigneur Donnely à écraser pour asseoir sa suprême autorité. Le souverain est confiant, car dans son ombre évoluent les représentants du puissant Empire de Léristère, aux intérêts inconnus, ainsi qu'un esprit corrompu concentré sur sa vengeance.
Mais la résistance s'organise: Deirdre, fille de Donnely, part en quête d'une arme antique qui pourrait détruire Endrew. De leur côté, Arline et Sean ont découvert, grâce aux sortilèges de la Tour d'Émeraude, le moyen de mettre un terme à l'épidémie. Mais la tâche n'est pas de tout repos. Pour les deux jeunes magiciens atteints par la Mort Blanche, le temps est compté...



La cité maudite d’Elodie Tirel (L'elfe de la lune 1)

Luna est une jeune elfe argenté qui a grandi au sein d'une meute de loups. Lorsque des guerrières drows déciment sa famille adoptive, elle se réfugie chez son mentor, le Marécageux, qui lui révèle les circonstances de sa naissance. Dans le but de retrouver sa mère, Lima entame un long périple qui la mènera. à Rhasgarrok, la cité souterraine des elfes noirs. Le jeune fille éprouve une grande répulsion en découvrant le marché aux esclaves, les ruelles sordides et les créatures : maléfique qui peuplent la cité drow. C'est pourtant au plus profond de Rhasgarrok qu'elle retrouvera sa véritable famille. C'est au cours de ce voyage qu'elle fera la rencontre de Darkhan, un elfe noir en mission : Tout oppose Luna à ce farouche guerrier ; pourtant, leurs destins vont s'entremêler. Pour le meilleur et pour le pire...




Attaque magique d’Ilona Andrews (Kate Daniels 3)

La magie frappe et Atlanta menace de s'écrouler c'est un boulot pour Kate Daniels. Engagée par l'Ordre des Chevaliers de l'Aide : Miséricordieuse, Kate a tant de problèmes paranormaux à régler ces derniers temps qu'elle ne sait plus où donner de la tête. Pourtant lorsque Derek, son ami loup-garou, est retrouvé presque mort, elle est confrontée à son défi le plus crucial : trouver l'auteur du crime : et déjouer un sombre complot qui implique la communauté des Changeformes... Voilà qui n'arrange pas son planning !




Réunis dans la tombe de Jeaniene Frost (Chasseuse de la nuit 5)

Après sa transformation en vampire, Cat Crawfield pensait pouvoir mener une vie tranquille auprès de son mari Bones. C’était sans compter sur le fait que sa nature hybride ne la laisserait jamais rien faire comme tout le monde, pas même mourir. Ses nouvelles capacités inattendues vont permettre à un fanatique d’attiser les tensions entre goules et vampires, mettant en péril une trêve ancestrale. Cat et Bones n’ont d’autre choix que de se battre une fois de plus car un affrontement entre ces deux puissantes communautés serait désastreux pour le monde entier.



Désolation de Carrie Jones (Envoûtement 4)

La situation est vraiment devenue difficile à gérer pour Zara. Depuis qu'elle a sauvé Nick de sa prison du Walhalla, le beau ténébreux est devenu très distant avec elle. Pour ne rien arranger, la ville est sur le point d'être ravagée par des êtres malfaisants. Leur objectif : déclencher l'Apocalypse. Devenue reine des lutins, c'est à Zara d'organiser la résistance. Pour espérer éviter la désolation, elle va devoir faire appel à ses amis et à des armées humaines. Un autre élément vient encore compliquer la vie de Zara : les sentiments qu'elle éprouve pour un garçon, un lutin que Nick ne supporte vraiment pas...


Et vous ?

25/05/2012

Le défi de Sabine Du Faÿ (Schram et Harrison 1)

Quatrième de couverture

Harrison est un jeune terrien. Il pose beaucoup de questions auxquelles son robot et ami, Schram, refuse de répondre. Il aime rêver, sentir le parfum des roses, et aimerait pouvoir écouter de la musique. Mais tout cela est interdit sur Terre. Dans un monde où la curiosité est un très vilain défaut, Harrison ne pourra compter que sur son robot pour élucider les mystères qui l'entourent.

Mon avis


Je tiens tout d’abord à remercier l’auteur Sabine du Faÿ et les éditions du Jasmin de m’avoir permis de lire ce livre et découvrir ainsi cette histoire très touchante. J’ai été très agréablement surprise et je suis bien contente d’avoir la 2e partie du diptyque pour le lire à la suite et découvrir la fin des aventures de Schram et Harrison.

En premier lieu, j’ai bien apprécié la manière dont l’histoire est amenée, elle ne commence pas directement avec Harrison et Schram, mais par une petite introduction qui était assez sympathique. Ça permet de mettre une certaine ambiance et de rendre ce livre plus intriguant encore.

J’ai beaucoup aimé cette histoire. J’avoue que la SF et moi, ça fait deux, je ne suis pas une grande fan, bien souvent ce genre à quelque chose de gênant, j’ai souvent du mal à apprécier ma lecture pare que je suis mal à l’aise… (notamment l’Anticipation ou la Dystopie, comme c’est le cas ici – du moins vu les évènements je le classerai comme de l’anticipation). Néanmoins, l’auteur a su me convaincre et me faire apprécier cette histoire qui s’avère très touchante tout en ayant un côté sombre. Le monde dans lequel on est plongé est bien différent du nôtre, mais on ne sait pas ce qui a bien pu se passer pour en arriver là.

Quoi qu’il en soit, la vie sur Terre est réglementé, très stricte. On n’a pas le droit de chanter, de crier, de trop rêver… plein d’interdiction qui sont parfois difficile à accepter et les conséquences en restent très mystérieuse. Harrison est un jeune garçon de 11 ans, qui a parfois du mal à se faire à toutes ses règles. Et lorsqu’un jour, un rêve particulièrement étrange le tourmente en pleine nuit, Dora, La Voix (un ordinateur central qui régit toute la vie de l’enfant) va lui faire faire passer des examens auprès du médecin pour voir ce qui n’allait pas. Va s’ensuivre tout un tas d’évènements qui vont le mener à se poser des questions, notamment à son robot Schram (qui l’accompagne partout, c’est son guide), qui appartient à une ancienne génération et qui a connu des changements, où la Terre était bien différente de celle que connaît Harrison. La curiosité va prendre le pas dessus, mais il va finir par comprendre que dans son monde, c’est vraiment… vraiment un vilain défaut.

L’écriture de l’auteur est très fluide et agréable à lire. Bien que ce soit de la jeunesse, ça n’est pas niais ou comme si on prenait l’enfant pour un imbécile (ce qui peut être parfois le cas et là, c’est un flop). Et ça n’est pas, parce que c’est de la jeunesse, qu’il n’y a pas son lot « difficile », ce monde est dur et stricte. Mais beaucoup de gens l’ignorent, du moins les plus jeunes donc on reste dans une bulle enfermée, que petit à petit Harrison va percer et il va vite découvrir que ça n’est pas une bonne chose.

On rentre facilement dans l’histoire, on ne sait pas trop à quoi s’attendre au début, mais auprès d’Harrison et Schram, on finit par apprendre à connaître ce monde qui est si différent du nôtre. On se pose sans arrêt des questions comme lui, mais on va vite découvrir également que ce n’est pas une chose à faire. Petit à petit, on voit la « menace » arriver d’une certaine manière alors on se demande encore et toujours ce qui peut bien arriver de si grave si j’avais on pose trop de questions, où si l’on évoque le passé, que semble connaître Schram. Bien que le monde soit différent et quelque part « meilleur » pour les gens, on revoit tout de même les mêmes soucis – qui auraient pu exister avant – en se basant sur notre propre Terre. Donc, on peut se poser des questions si finalement, il est vraiment meilleur.

L’intrigue est vraiment bonne et bien menée. L’univers créé est bien développé et suffisamment « froid » où les gens sont conditionnés et opprimés, pour se sentir tout aussi emprisonné qu’eux. Le seul petit bémol, c’est peut-être que sur la fin il y a un passage « facile », on aurait pu avoir un passage plus dramatique, avant d’en arriver là, mais bon c’est le choix de l’auteur. Après, ça n’est pas dérangeant plus que ça, ça ne m’a pas perturbé. C’était quand même bien trouvé, et l’explication finit par arriver.

Harrison et Schram sont les deux personnages au centre de cette histoire, donc je parlerai essentiellement d’eux. La relation entre Harrison et Schram est vraiment touchante et complice. J’ai beaucoup aimé les suivre et comprendre avec eux, dans quel monde on entre. Ce sont deux amis et on voit assez rapidement qu’il y a une réelle affection, mais que cela paraît hors norme dans ce monde froid et stricte. On voit le père d’Harrison, mais ce dernier ignore totalement son fils et ça fait mal au cœur, la seule « personne » qui semble l’apprécier et vraiment l’aider, c’est Schram, un vieux robot qui devrait être mis à la casse depuis longtemps à en croire tout le monde. Le sentiment de solitude est assez présent du coup.

En bref, ce livre a été une bonne découverte et surprise. J’ai beaucoup aimé l’univers créé par l’auteur ainsi que les personnages qui y évoluent et au vu de la fin, on se doute bien que les problèmes ne font que commencer, reste à savoir, comment tout ça va s’acheminer. La réponse dans la suite du diptyque !

24/05/2012

Drôles de mots-clés (10)



Drôle de mots-clés est un rendez-vous organisé par Les livres de Melisande et Pomme's Book suite à une discussion animée et hilare. Cette nouvelle rubrique permettra à tout un chacun de se rendre que parfois en tant que bloggeur en coulisse, on voit des choses sans queue ni tête et on a choisi de les partager avec vous. N'hésitez pas à en faire de même !


Le Briseur d'âmes de Sebastian Fitzek

Quatrième de couverture

Un psychopathe sévit dans les environs de Berlin. Lorsque la police retrouve ses victimes, elles sont vivantes et ne présentent pas la moindre trace de maltraitance physique. Mais elles sont psychiquement anéanties, comme privées de conscience... D'où le surnom que lui a donné la presse : le Briseur d'âmes.
Caspar, un amnésique interné dans une clinique spécialisée, n'aurait jamais imaginé croiser son chemin. Et pourtant, en cette veille de Noël, alors qu'au-dehors une tempête de neige fait rage, lui, le personnel médical et quelques patients se retrouvent enfermés dans la clinique, coupés du monde... en compagnie du Briseur d'âmes.
Et, cette fois, il tue !

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions L’Archipel de m’avoir permis de découvrir ce livre, et auteur au passage. Je peux dors et déjà dire que je vais me pencher plus sérieusement sur les écrits de cet auteur, parce qu’après avoir lu ce livre… Je me dis qu’il doit être vraiment excellent pour nous avoir livré une telle histoire.

Le livre commence par un dossier médical qui nous présente une femme, victime du Briseur d’âmes. Après cela, on découvre un professeur donnant cours à des élèves, à qui il veut soumettre une expérience, mais pour cela, il a besoin de leur accord et de leur signature pour que toi soit fait dans les meilleures conditions. Seuls deux étudiants la tente, un garçon et une fille qui devront lire un livre, qui n’en est pas tout à fait un, mais qui ressemble davantage à une sorte de dossier médical. Afin que l’expérience soit concluante, ils devront le lire d’une traite et dire ce qu’ils en pensent une fois terminé. Ainsi, nous découvrons le cas de Caspar, un amnésique interné dans une clinique, qui va vivre une drôle d’expérience en se rendant compte que celui qu’on appelle le Briseur d’âmes se retrouve parmi eux, mais qu’au lieu de laisser ses victimes dans un état psychique grave, il va commencer à les éliminer… Qui sera le prochain sur sa liste, et pourquoi ?

Je dois avouer qu’une fois terminer ce livre, il est assez difficile d’en parler sans spoiler, parce que c’est tellement énorme, qu’on aimerait tout partagé, mais je vais m’autocensurer pour laisser découvrir cette merveille, que dis-je ce bijou littéraire. Oui, ça a été un énorme coup de cœur (pour les thrillers c’est toujours étonnant, on peut se poser la question sur la mentalité du lecteur, mais aussi de l’auteur pour inventer un truc pareil). Mon avis sera forcément long, je m’en excuse d’avance, mais je suis obligée.

J’ai pris une sacrée claque en lisant ce livre. Je ne m’attendais ABSOLUMENT pas à ça en le commençant, j’étais bien loin de me douter de ce que j’allais découvrir entre ces pages. C’est un thriller psychologique c’est clair, mais ce n’est pas le genre de livre auquel je suis habitué. J’en ai déjà lu dans le genre, mais souvent on se sent oppressé, dû souvent à un enfermement, comme lorsque j’avais lu Séquestrée de Chevy Stevens. On ne sait rien, on ne comprend pas et on est en lieu clos. Là, c’est totalement différent, Sebastian Fitzek joue dans une autre cour… une cour assez effroyable quand on y repense. On se retrouve presque dans un huis clos, mais le sentiment n’est pas le même, loin de là.

Dès les premières pages, l’auteur nous met en condition pour lire ce livre. C’est glauque et affreux, je me suis dit, si tout le livre est comme ça, je serai bonne pour l’insomnie et les visions d’horreur. Ame sensible, s’abstenir ! Mais heureusement pour moi, ça n’est qu’un passage difficile à passer, le reste étant « relativement » tranquille (notez bien les guillemets), c’est moins violent que cette entrée en matière, qui à de quoi dégouttée, déconcertée ou attirer si on aime vraiment l’horreur, mais ça n’est pas une partie de plaisir non plus. C’est un thriller et pas ce début, ça annonce la couleur du livre… en quelque sorte. Je pense que personne ne peut s’attendre à une fin pareille. L’écriture, simple et fluide permet vraiment de rentrer avec une facilité déconcertante dans son univers, qui est bien sombre et plus complexe qu’il n’en a l’air.

Au vu de la quatrième de couverture, je ne m’attendais pas forcément à ce type d’histoire, mais c’est bien au-delà de ce que j’imaginais. L’intrigue est tout simplement hallucinante et l’auteur sait très bien jouer avec son lecteur. C’est très frustrant et pendant une bonne partie du livre, on ne comprend pas trop ce qui se passe. On suit les éléments, on voit bien que Caspar va être au centre de ce livre, mais on n’arrive pas à voir tous les liens et à cerner ce qui se passe. Bien souvent je me suis demandé où l’auteur voulait en venir, et aussi de voir en quoi c’était vraiment un livre psychologique. La réponse se fait tout le long du livre, mais c’est surtout à l’extrême fin que l’on comprend et lorsqu’on se remémore tout le livre… Là, on prend une vraie claque. Il faut aller au bout pour comprendre et se rendre vraiment compte de l’ampleur de cette histoire incroyable et du talent de l’auteur.

On nous dévoile tout un tas de choses, Caspar semble se souvenir d’éléments de son passé qui pourrait lui révéler sa véritable identité, ce qui lui est arrivé pour qu’il devienne amnésique, mais tout est flou pour lui, ça n’arrive que par bribe et on n’est pas capable, comme lui de comprendre. Le Briseur d’âmes arrive vite dans l’histoire, ils comprennent rapidement qu’il y a un problème. Alors là commence une « enquête » afin de déterminer qui c’est et au bout d’un moment on a des soupçons, jusqu’à être sûr de son identité. Tous les moyens sont bons pour l’échapper et pour protéger les gens de la clinique. Mais on se pose quand même pas mal de questions. On se demande pourquoi il fait ça, ce qu’il cherche, etc. Pourquoi il opère de cette manière ? Tout un tas de questions qui finalement peuvent nous faire perdre le fil, nous faire douter et au final, on est totalement perdu comme je l’ai dit.

Alors que tout semble couler de source et être clair, l’auteur arrive à nous semer le doute dans notre esprit, et on n’est plus sûr de rien. Pour ça, j’ai vraiment adoré, même si ça a un côté agaçant parce qu’on se tire les cheveux. Sans compter que parfois le récit est entrecoupé par le récit avec le professeur et ses élèves, qui nous fait retarder le moment de la révélation. Mais cela nous amène à d’autres questions et nous, lecteur tournons en rond sans rien comprendre. Au bout d’un moment on finit par avoir toutes ces explications, mais il faut vraiment attendre l’extrême fin pour y voir plus clair et quand on apprend le pourquoi du comment… on prend une claque majestueuse et quelque part, ça donne envie de relire le livre pour voir à quel moment on a pu louper une information capitale (d’ailleurs les éléments sont notés, juste à aller voir les pages).

Les personnages sont vraiment bien travaillés. Certains, même si on les voit peu, ont leur importance et grâce / à cause d’eux, tout peut basculer en un rien de temps. L’auteur joue avec le lecteur en offrant une telle diversité au niveau des personnages, si bien que l’on ne sait plus qui croire. Il se base essentiellement sur le côté psychologique des personnages, notamment de Caspar que l’on suit de manière plus étroite que les autres et pourtant tout le monde a son importance et rôle à jouer. J’ai vraiment adoré les personnages, tout comme le Briseur d’âmes. Lorsque l’on découvre qui s’est et que tous les éléments sont enfin en place… On se dit quand même que l’auteur a été cherché loin (tout comme l’idée même du Briseur d’âmes. C’est vraiment excellent).

En bref, ce livre a été un véritable coup de cœur, j’ai pris une belle claque en le lisant parce que je n’imaginais pas du tout une telle histoire. Pendant la lecture, ça ne paye pas de mine, c’est une « simple histoire » qui nous présente des gens internés dans une clinique avec l’équipe médicale, rien de très palpitant ou innovant en soi. Mais l’auteur arrive à créer un suspense, une atmosphère et une intrigue géniale qui rendent ce thriller vraiment hallucinant et bien plus complexe et intéressant qu’il n’en a l’air. Franchement, il faut absolument lire ce livre et moi, je vais aller me renseigner sur les autres ouvrages de l’auteur.

23/05/2012

Débat 5 : Est-ce qu’une traduction peut trahir l’écriture de l’auteur ? Faut-il lire en VO ?



Sujet


Alors, voilà ça fait 2 semaines que je n'ai pas fait de débat, essentiellement par manque de temps, mais aussi d'inspiration. 

C'est pourquoi, il y a quelques jours, je vous ai demandé de proposer un thème pour un débat à venir (celui d'aujourd'hui), et je vous ai également laissé le choix des réponses. Deux ont fini par être proposé et celui qui a remporté la majorité n'était pas un thème en soi, mais déjà une question, alors je la reprends telle qu'elle.

Cette question était : Est-ce qu’une traduction peut trahir l’écriture de l’auteur ? Faut-il lire en VO ?

Voilà, le débat est ouvert. Qu'en pensez-vous ? 

(Je mettrais mon avis au fur et à mesure de vos réponses. Je vous laisse commencer :D)


Réponses lors du débat



22/05/2012

Top Ten Tuesday (9)

toptentuesday.jpg
Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.


Voici le thème de la semaine : Les 10 livres que vous avez achetés à cause du titre ou de la couverture


Kushiel de Jacqueline Carey

Et oui, c'est grâce à la sublime couverture d'Anne-Claire Payet que je me suis intéressée à ce livre et... vous savez que maintenant c'est ma Bible :D


La vampire de Paul Féval

La couverture est tout de même magnifique. Cependant, j'ai commencé ce livre il y a un moment, mais je n'étais pas dedans et je n'avais même pas lu la moitié. Je pense que je le reprendrais plus tard


Germ~in~es[sens]ce de Mathieu Guibé

Découvert dans la superbe librairie de Taly, c'est la couverture qui m'a attiré, parce qu'elle ne me disait rien et qu'elle est vraiment jolie. Et en plus le recueil est vraiment très bon alors...



La louve et l'enfant d'Henri Loevenbruck

J'étais tombée dans une librairie par hasard et j'ai beaucoup aimé la couverture et quand j'ai fait la commande des tomes suivants et que j'ai vu que c'était des poches avec une couverture pas terrible, j'ai un peu ralé pour avoir les beaux livres. Mes premiers bragelonne ^^ Un livre que j'ai beaucoup apprécié.


Le Feu de la Sor'cière de James Clemens

Je crois que celui là, je l'ai vu au salon du livre de Paris la 2e année où j'y suis allée et j'ai craqué pour la couverture qui est vraiment belle. Et l'histoire est absolument géniale donc je ne regrette pas du tout mon choix.


Les âmes brûlées d'Andrew Davidson

Je l'ai vu une fois en librairie, la couverture m'a tout de suite attiré et la 4e de couverture intriguée. J'ai fait quelques recherches rapides, et ne trouvant rien de spécial et ayant toujours en tête ce livre, j'ai fini par me l'acheter. Et une fois encore, je ne regrette pas, parce que ça a été un vrai coup de coeur. Cette histoire est juste magnifique.


Wicked Lovely de Melissa Marr

Déçue par la couverture française que je trouve monstrueuse et une couverture américaine absolument magnifique, je me suis résolue à acheter exprès en anglais, pour une histoire de couverture



Je n'en ai noté que 7 parce que ce sont ceux dont je me souviens parfaitement. Après, il est vrai que beaucoup de Bragelonne / Milady ont été choisi grâce à la couverture qui m'attirait énormément. Cela m'a permis de m'intéresser à la 4e de couverture et parfois de me décider. Après j'ai tellement lu que j'avoue que je ne sais pas tout, mais je suis sûre de ces livres là, et bon de plus en plus on me parle des livres donc je peux faire confiance aux gens.


Et vous, quel est votre top 10 pour cette semaine ?

Le thème de la semaine prochaine sera : Les 10 livres qui ont été écrits dans les 10 dernières années que vous aimeriez encore voir lus dans une trentaine d'années par d'autres personnes

21/05/2012

La Grâce de Kushiel de Jacqueline Carey (Imriel 3)


Quatrième de couverture

L'amour d'Imriel et Sidonie est révélé au grand jour. Mais pour qu'ils puissent enfin s'unir, Imriel doit accomplir un acte de foi. Il faut qu'il retrouve sa mère pour la ramener en Terre d'Ange où elle sera exécutée. Mais alors que Sidonie et lui se préparent à une nouvelle séparation, une force étrangère étend son ombre menaçante sur le royaume. Dans un monde où se nouent les plus improbables alliances, Imriel et Sidonie découvriront qu'Elua unit toujours les cœurs pour répondre à ses propres desseins.

Mon avis

Voilà des mois qu'il est dans ma PAL, des mois que je l'attendais ce livre et que je ne pouvais pas lire pour différentes raisons. Mais voilà, j'ai enfin eu le temps pour le lire et comme je m'y attendais, il n'allait pas rester longtemps entre mes mains. C'est le plus petit tome de la série, il ne fait que 670 pages (en gros), alors forcément... il ne m'a même pas fait deux jours, c'est un grand record pour ma part mais en même temps... Il s'agit tout de même de ma Bible, alors il était évident que ça allait être dévoré en peu de temps, et pour cause...

Si je l’appelle comme ça, ça n'est pas pour rien. Je suis complètement fan de cette série, de cet univers. Je ne peux qu'avoir un avis enjoué (et le mot est faible) puisque même sans entrer dans l'intrigue même, je suis déjà sous le charme. Rien que de lire et de rentrer dans cet univers, ça me fait quelque chose, un pincement au cœur et en même temps un sentiment très agréable, comme si je retrouvais quelque chose. Dès les premières pages, j’avais le sourire aux lèvres et le cœur qui s’emballait à l’idée de retrouver cet univers, ces personnages que j’aime tant (franchement, c’est la seule série qui me fait ça, et c’est pour ça que ça sera toujours ma série préférée et qu’il est très difficile de la rétrograder, c’est plus qu’un coup de cœur).

Cet avis sera long, je m’en excuse d’avance, mais vu le livre, et le fait que ça clôt une série, je ne peux qu’en parler de cette manière.

Je ne vais pas faire de résumer du livre, comme je le fais d’habitude parce que la quatrième de couverture est assez éloquente et que de toute façon vu tout ce qui se passe dans ce livre, ce n’est qu’un léger détail. De plus, il faut vraiment découvrir par soi-même cette histoire absolument merveilleuse. Je ne dirai pas que ce soit le meilleur tome de la trilogie, j’avoue avoir un gros faible pour le tome 2, mais celui-là, reste tout de même génial, une vraie pépite.

J’avoue avoir un gros faible pour Phèdre, après tout c’était la première à arriver, mais son histoire est telle, qu’elle m’a beaucoup touché et restera davantage ancré dans ma tête, mais celle d’Imriel, est à la hauteur. J’ai tout autant adoré et elle nous montre vraiment qu’elle a un univers riche, complexe et absolument génialissime et je suis bien contente qu’elle ait écrit ces trois séries (une 4e ne me déplairait pas, mais je ne pense pas que ça se fasse).

Jacqueline Carey nous dévoile une fois de plus tout son talent et réunit dans ce tome tout ce qui me plaît dans cette série, et cela depuis le début. Sans compter qu’elle clôt ici une trilogie absolument merveilleuse.

Dans un premier temps, cela passe par son écriture, qui est tout simplement magnifique et qui se laisse lire avec une facilité déconcertante. Les pages défilent sans qu'on ne s'en rende compte et j’avoue avoir été surprise d’avoir lu les 200 1ere pages aussi rapidement. Je n’ai lu que quelques heures et j’avais déjà lu 1/3 du livre en gros. Ça ne représente rien quand on voit le « pavé » mais quand même, c’est énorme, niveau page.

Dans un deuxième temps par son histoire et l'intrigue qu'elle a trouvé pour clore cette 2e trilogie. Franchement, je n'aurai jamais imaginé tout ça et je suis allée de surprises en surprises et j'avoue que j'avais le cœur serré en lisant ces pages. L’idée était tout simplement excellente (même si j’avais des envies de meurtre envers l’auteur pour nous infliger ça, ça devrait être interdit de nous torturer de cette manière). Tous les éléments se déroulent logiquement, ça coule de source. Les embuches sont nombreuses, on se demande tout le temps s’ils vont réussir dans leur mission et quand on pense que quelque chose est réglé, un autre problème surgit et c’est sans cesse de la surenchère jusqu’à la fin de ce livre ! Franchement, il y a des passages où l’on finit par se demander si ce n’est pas une blague… et quand on voit les scènes défiler on se rend bien compte que non. Et tout finit par retourner à la case départ en un certain sens et c’est affreusement frustrant !

J'ai parfois trouvé ce livre bien long, non pas parce qu'il n'est pas intéressant ou que ça trainait en longueur (dans le mauvais sens du terme parce qu’il ne se passait rien), au contraire ! mais parce que j'avais tellement hâte de savoir ce qui allait se passer, pour que les deux personnages principaux aient enfin la paix, que c'était un véritable supplice de nous faire mariner dans notre coin, tout en voyant au fur et à mesure le chaos et la désolation se répandre sur la vie d'Imriel (entre autre et ça n'est pas exagéré, quand on voit les faits, on est obligé de parler de ça). Il lui arrive tellement de choses au cours de ses voyages, et de toutes les intrigues lancées par l’auteur que pour tout réglé et bien ça prend un peu de temps. Une chose après l’autre et moi, j’avais envie de savoir, de me dire : bon, c’est bon, ils vont enfin pouvoir être ensemble et vivre heureux et en paix. Mais c’était trop beau pour être vrai, Mme Carey aime faire souffrir ses personnages – pour la bonne cause, on va dire (ça rend les récits 3 fois plus intéressants quand même, et sans cela, il n’y aurait pas d’histoire), donc on sait que tout ne se finira pas bien et pas en cinq minutes. Il y a toujours un problème qui surgit, malheureusement pour mon petit cœur qui se retrouve en miette toujours un peu plus (j’ai trop d’empathie pour les personnages c’est horrible).

J'avais le cœur serré et cela dès le début car leur bonheur... ne pouvait pas durer, c'était trop beau pour être vrai. Imriel et Sidonie sont tels Roméo et Juliette, maudit dans leur amour et pour différentes raisons. Il est mise à l'épreuve et de les voir heureux (ou presque) dès le départ annonçait forcément quelque chose d'énorme pour la suite, qui les forcerait à se séparer d'une manière ou d'une autre (au bout de 6 tomes, on commence à comprendre le fonctionnement de Mme Carey !). Mais je n’aurai jamais cru qu’elle irait jusque là… Avec les 4e de couverture américaine, j’avais vu davantage de choses sur le livre, mais je l’avais un peu oublié et en lisant, je m’en suis rappelée et là… c’était le début de la fin. Mais je ne pensais pas quand même qu’elle ferait autant de remue-ménage, mais ça pouvait être prévisible. Comme je l’ai dit, au bout de 6 tomes, on finit par s’en douter (mon dieu, je n’ose même pas imaginer la trilogie Namaah, surtout quand on sait sur qui est centré l’histoire…).

Dans un dernier temps, les personnages… Ils sont si attachants, profonds, qu’on ne peut que les aimer et éprouver quelque chose pour eux. Imriel et Sidonie sont les deux personnages principaux, mais il y en a une multitude derrière qu’on ne peut pas les oublier non plus.

C’est vraiment un ensemble, qui fait que je suis totalement accro à cette série et que je rebats sans arrêt les oreilles de tout le monde avec, parce qu’elle en vaut vraiment la peine. L’univers est exceptionnel et original, les intrigues sont toute aussi complexes et intéressantes les unes que les autres, quant aux personnages… c’est vraiment une mine d’or. On trouve de tout, on arrive à aimer les personnages les plus odieux qu’il puisse exister et en même temps leur trouver des excuses (une grosse pensée pour Melisande). Cette série est incroyable, c’est ma Bible, mon coup de cœur et ce n’est qu’en lisant ces livres qu’on peut comprendre pourquoi j’y suis tant attaché, sans compter le fait qu’elle écrit divinement bien, c’est un pur délice (et je me félicite d’avoir la nouvelle qui correspond à cet univers et une autre série qu’elle a écrit pour prolonger le plaisir, et qu’il n’est pas impossible que je me prenne les 3 trilogies en VO pour qu’un jour je puisse savourer cette histoire, avec « sa vraie écriture ».

En bref, un énorme coup de cœur !



fantasy



Challenge Lire ou Mourir : PRINTEMPS