Rechercher dans ce blog

Le loup : un imagier à dévorer de Laurent Simon

Quatrième de couverture

Un imagier humoristique pour découvrir le loup.

Mon avis

Le loup : un imagier à dévorer est un petit documentaire à destination des enfants bien sympathique qui m’aura bien fait sourire. Il faut voir la manière dont les informations nous sont délivrées sur notre ami le loup.

La plupart du temps, les informations nous sont délivrées sur une double page ce qui nous permet de voir les illustrations en grand, cela a plus d’ampleur et d’impact visuellement. Le texte est assez sommaire, une phrase en général mais c’est suffisant pour comprendre, d’autant que l’image nous sert totalement même si parfois un décalage se crée. Ce qui donne un nouvel intérêt à l’ouvrage d’ailleurs.

Cet imagier peut servir à la fois pour les petits qui en apprendront beaucoup sur le loup de manière ludique et drôle mais aussi pour les plus grands car en fonction des références que l’on a, on peut comprendre à différents degrés les informations qui nous sont données.

C’est un livre tout carton d’un assez petit format, ce qui est pratique pour les enfants en bas âge pour qu’ils puissent les manipuler aisément.

Les illustrations sont bien sympathiques, très colorées. Le style en soi est plutôt simple mais c’est efficace. Pas trop de détails mais suffisamment pour qu’on se représente bien les scènes qui sont très humoristiques.

Source photo : Les Petits Pas Sages !

En bref, Le loup : un imagier à dévorer est un imagier bien sympathique qui prête à sourire tant les situations présentées sont drôles car on ne s’imaginait pas tout cela et en même temps ce sont des informations intéressantes sur notre ami le loup. Les références à des contes / comptines sont intéressantes tout comme à d’autres éléments que seuls les plus grands pourront comprendre.

A partir de 3 ans.

Immaculée de Katelyn Detweiler (Immaculée 1)

Quatrième de couverture

Première de classe, bien dans sa peau et dans sa famille, Mina sort avec le garçon le plus ambitieux du lycée. Mais le jour où elle se découvre enceinte – alors qu’elle n’a jamais fait l’amour –, son monde bien ordonné chavire. Personne ou presque ne croit en sa virginité. Pour son père, le coupable est son petit ami ; ce dernier, lui est persuadé qu’elle l’a trompé.
L’histoire de la grossesse de Mina va se répandre comme une traînée de poudre. Pour certains elle est une hérétique, tandis que, pour d’autres, les miracles sont possibles et l’enfant à naître de Mina sera le plus grand de tous… Et vous, dans quel camp vous rangerez-vous ?

Mon avis

Immaculée est un livre qui m’a intrigué et dont j’étais curieuse de découvrir l’histoire. Il est vrai qu’avoir une jeune adolescente enceinte alors qu’elle prétend être vierge, ça a de quoi attiser la curiosité. On se demande bien comment cela peut être vrai, dans quelle mesure, etc. Autant de questions qui pour le moment restent sans réponse comme il y a un 2e tome. Mais clairement, je ne lirai pas cette suite pour le savoir parce que ce 1er tome ne m’a pas du tout plu, c’est une grosse déception. Ce livre pose plusieurs problèmes qui explique pourquoi je n’ai pas du tout adhéré.

Premièrement, je ne me suis pas forcément attachée à l’héroïne ce qui est un frein pour apprécier l’histoire. Même si l’histoire est bonne, si je n’aime pas particulièrement le personnage principal, qui est ici également le narrateur, c’est problématique. Je serai plus indulgente face à une histoire un peu faible mais si le personnage me plaît, ça peut sauver le livre. Ici je n’ai pas eu d’affinité particulière avec Mina même si ce qu’elle vit est difficile mais ça ne m’a pas touché comme ça aurait dû l’être. Et c’est sans compter le fait que l’intrigue pèche totalement pour moi. Donc clairement, ce livre ne peut pas être sauvé et c’est pour ça que je ne lirai pas la suite, même si j’aurai « normalement » les réponses à mes questions. Mais je n’ai pas envie de m’infliger ça…

Etant donnée le fait qu’elle soit enceinte ET vierge, et au vu du titre du livre, forcément on pense à la Vierge Marie, la religion, etc. et le gros problème de ce livre – du moins un des problèmes – est qu’il est trop question de religion. Toutes les blagues vaseuses sont en rapport avec ça, il y est beaucoup question de la foi, etc. et là j’ai trouvé que c’était trop, à outrance alors que l’héroïne n’est même pas spécialement portée sur la religion. Elle croit en quelque chose oui, un minimum mais ce n’est pas une jeune fille pieuse, pratiquante, etc. Du coup, baser toute l’histoire en rapport avec la religion, la foi, etc. j’ai trouvé ça très lourd et ça m’a rapidement soulé.

Un moment on peut se demander si ça ne va pas prendre une tournure plus fantastique mais comme on n’a toujours pas de réponse à nos questions, dans ce premier tome on ne sait rien… Iris est une femme qu’elle a rencontrée dans le restaurant où elle travaille et on suppose que c’est « grâce à elle » que Mina est enceinte. Mais vu qu’Iris est un personnage quasi inexistant, est-elle réelle, qui est-elle ? Encore plein de questions sans réponse, on ne sait que croire…

L’autre problème du livre est la crédibilité. Alors je veux bien qu’un tel sujet puisse interroger, se faire poser des questions, vierge et enceinte, c’est impossible techniquement parlant mais que son histoire prenne une telle proportion j’ai dû mal à y croire. Même si elle prétend être vierge, qu’il y a toute l’histoire avec Iris, que nous avons pu voir dès le début du livre, le fait que ça devienne LE sujet dans tous les USA et que tout le monde apporte son grain de sel je n’y crois pas. C’est le genre de chose qui fait le buzz un temps mais qui rapidement s’essouffle or là, ça dure durant des mois, tout le temps de la grossesse… C’est long…

D’ailleurs ce n’est pas la seule chose qui soit longue, c’est tout le livre… 400 pages qui peuvent être résumées en quelques lignes tant il ne se passe rien de vraiment concret. Je suis persuadée – mais je ne pourrai pas le conformer vu que je ne lirai pas la suite – que cela aurait pu être aisément être condensé pour n’en faire qu’un one-shot plutôt qu’un diptyque parce que la moitié du livre est inintéressante, plein de blabla pour combler les trous mais du coup ça a été une lecture assez pénible.

L’écriture est simple, rien d’extraordinaire mais ça se laisse lire, ce n’est pas à ce niveau-là que j’ai peiné, heureusement sans quoi je pense que j’aurai abandonné ce livre, chose que je ne fais jamais ou quasi jamais car j’ai toujours l’espoir que les choses s’arrangent et parce que je n’aime pas abandonner. Mais bon, il faut se rendre à l’évidence que par moment si ça ne passe pas, il faut laisser tomber plutôt que s’acharner…

En bref, Immaculée a été une grosse déception, je n’ai pas du tout aimé cette histoire et la tournure que cela a pris. Il y a trop de longueurs donc c’est devenu vite ennuyeux parce qu’il ne se passe rien. L’intrigue n’est pas crédible et le côté religion trop prononcé m’a énervé alors qu’on aurait pu avoir d’autres pistes pour ce livre. L’héroïne ne m’a pas touché plus que ça, même si je comprends que ce soit difficile ce qu’elle vit. Une suite et fin est prévue mais ce sera sans moi, tant pis, je ne saurai pas ce qui lui est réellement arrivé.

C'est lundi, que lisez-vous ? [53]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

Girl Online en tournée de Zoe Sugg (Girl Online 2)

Quatrième de couverture

Invitée par Noah à l’accompagner sur sa tournée européenne. Penny, folle de joie, court le rejoindre !
Mais entre le planning ultra-chargé de son petit ami, ses copains pas très accueillants et les messages de menace des fans jalouses, Penny se sent perdues.
Loin de chez elle, tout lui manque : sa famille, son meilleur ami Elliot et… son blog, Girl Online.
Penny est-elle vraiment faite pour vivre avec une rock-star ?

Mon avis

Après avoir apprécié dans l’ensemble le premier tome de Girl Online, qui se laisse lire sans être extraordinaire, j’étais curieuse de connaître la suite des aventures de Penny alias Girl Online sur Internet. Suite aux problèmes rencontrés dans le premier tome, Penny a laissé tomber son blog. Enfin presque. Elle en a créé un privé où seulement quelques personnes ont accès pour continuer d’écrire mais sans pour autant être au devant de la scène comme elle l’était avec son blog : Girl Online. Nous voyons donc quelques billets entre deux narrations, comme dans le premier tome et la réaction de certains « lecteurs » qui la suivent et la soutiennent.

Dans Girl Online en tournée, Penny va partir en tournée avec Noah, son petit ami musicien pour le suivre sur les routes et le voir en concert. Si au début de leur « voyage » elle semble heureuse d’être auprès de lui dans son univers, très rapidement elle va déchanter et se rendre compte de la réalité. Elle est loin de sa famille, auprès d’inconnus qui l’ignorent la plupart du temps et surtout sans Noah qui est tout le temps occupé pour faire prospérer sa carrière. Pas de quoi enchanter notre ex Girl Online qui se sent bien seule et abandonnée. Et les problèmes ne font, évidemment, que commencer…

C’est un deuxième tome plutôt agréable avec son lot de problèmes et de rebondissements pour qu’on ait de quoi se mettre sous la dent. Certes, il est plutôt prévisible dans l’ensemble mais ça se laisse lire et on se laisse aussi prendre aux jeux. On a envie de savoir ce qui va arriver à notre ex Girl Online durant cette tournée qui promet d’être assez épique.

Si d’un côté elle va déchanter en se rendant compte de la vraie personnalité de certaines personnes, elle va aussi s’en retrouver changer et devenir plus mûre. Elle sera à même d’affronter les problèmes seule, même si un petit coup de pouce est toujours le bienvenue ! Et l’aide ne sera pas nécessairement celle que l’on croit !

Penny sait déjà que la célébrité peut amener son lot d’ennuis, à partir du moment où on a su qu’elle était l’auteure du blog Girl Online sa vie n’a plus été la même. Ici c’est une autre célébrité qui va lui poser des problèmes, celle de Noah son petit ami car elle va se rendre compte que dans le milieu de la musique les faux semblants sont de mises et qu’elle n’y a pas nécessairement sa place.

Penny va se remettre en question un certain nombre de fois qui vont lui permettre d’évoluer et de changer. Par moment, on pourrait croire qu’elle agit comme une gamine (elle a 17 ans) et on le lui fait bien sentir, mais en même temps on ne peut que lui donner raison. A sa place, même en étant plus âgée, j’aurai sûrement réagi de la même manière. Même si on peut comprendre qu’une carrière est importante et peut passer avant tout, ce n’est pas pour cela qu’il faut oublier tout le reste. Penny l’apprendra à ses dépends mais saura y faire face.

L’écriture de l’auteure est toujours aussi agréable à lire et fluide, certes ce n’est pas la meilleure écriture que j’ai pu lire mais ça se laisse lire et les pages défilent rapidement sans qu’on ne s’en rende compte. Et ça, ça fait du bien parfois de lire un livre sans prise de tête avec lequel on passe un bon moment. Ce qui a été le cas ici même si comme je l’ai dit, ce n’est pas LE livre qu’il faut lire absolument.

En bref, Girl Online en tournée est un deuxième tome dans la lignée du premier. J’avoue que ce n’est peut-être pas le livre du siècle mais ça se laisse lire, c’est plutôt agréable dans l’ensemble. J’ai passé un bon moment en compagnie de Penny qui aura bien évolué dans ce 2e tome et qui va en voir de toutes les couleurs, pour le meilleur et pour le pire.

In My Mailbox (234)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine


Sunshine, Épisode 1 de Paige McKenzie

Quatrième de couverture

J’entends un murmure dans la nuit.
Très distinctement. Tout près de mon oreille.
Un rire d’enfant.
Jamais un éclat de rire ne m’a paru aussi angoissant.
Alors que j’allais m’endormir, une voix m’a chuchoté : « Fais de beaux rêves. »

Peu après son seizième anniversaire, Sunshine déménage avec sa mère à Ridgemont, dans l’Etat de Washington. Pour elle, rien n’est plus effrayant que cette ville, pleine de brouillard sous un ciel gris, même en été.
Rien… sauf peut-être leur nouvelle maison.
Il y fait toujours froid, et il s’y passe des choses franchement bizarres.
Sunshine ne croyait pas aux fantômes.
Jusqu’à maintenant.

Mon avis

Avant de donner mon avis sur Sunshine, je dois mentionner le fait que j’ai recopié la 4e de couverture du livre plutôt que le résumé de l’éditeur qui dévoile pour moi trop de choses car certains éléments mettent du temps à arriver. Si c’est pour raconter une grosse partie de l’histoire, il n’y a aucun intérêt à lire le livre.

La 4e de couverture présente est donc suffisante pour se faire une idée de l’histoire. Tout ce qu’il y a à savoir c’est que Sunshine, jeune ado de 16 ans vient de déménager avec sa mère à Ridgemont. Mais la maison dans laquelle elles viennent d’emménager semble hantée et Sunshine n’est pas au bout de ses peines, elle qui ne croyait pas aux fantômes va devoir réviser son jugement…

J’étais assez curieuse de découvrir ce livre car le pitch m’intriguait bien et avoir une histoire de fantômes un peu effrayant, ça promettait beaucoup. Je dois dire que si cela se lit plutôt bien et vite ce n’était pas non plus extraordinaire. Une lecture détente sans prise de tête mais il est vrai que j’en attendais un petit peu plus et surtout à avoir une atmosphère bien différente.

Etant donné le pitch du livre et le blurb de l’auteur Stine (auteur de Chair de Poule) : Croyez-moi, ces esprits vont vous hanter vous aussi. J’étais crispé sur mon siège dès la première page, on pourrait s’attendre à quelque chose qui fasse un peu peur avec de la tension et un grand suspense. Je dois dire que je n’ai pas vraiment senti tout cela. Je trouve ça au final plutôt tranquille. J’ai déjà lu des livres qui ont une atmosphère bien plus pesante et plus lourde sans que ce soit pour autant des thrillers pour adulte (genre Sebastian Fitzek ou Chevy Stevens). Donc pour moi ça pèche un peu et c’est dommage surtout qu’il y avait moyen d’avoir quelque chose d’un peu plus effrayant.

En ce qui concerne l’intrigue, elle est plutôt bonne et bien menée en soi mais c’est un cheminement plutôt classique et facile. Néanmoins, on se pose plein de questions, tout comme Sunshine sur ce fantôme qui semble hanter la maison. Mais s’il n’y avait que ça, d’autres éléments viennent perturber sa petite vie tranquille et elle va devoir trouver des solutions pour que tout cela cesse. Le suspense est maintenu pendant un bon moment et lorsque les révélations arrivent, j’avoue que je ne m’attendais pas spécialement à ça. C’est plutôt bien fait dans l’ensemble et cela a tout de même attisé ma curiosité.

L’écriture est simple et se lit donc facilement. Les pages défilent sans qu’on ne s’en rende compte si bien que le livre a été lu très rapidement. Si nous suivons majoritairement la narration du point de vue de Sunshine il y a parfois en alternance une autre voix qui semble regarder Sunshine de loin et suivre son quotidien depuis qu’elle a eu 16 ans. Une voix qui évidemment nous intrigue car la personne en sait plus qu’on ne veut le croire et on se demande quel peut être son lien avec elle et à quoi il sert. Evidemment, il va falloir attendre un bon moment avant d’en savoir plus, je vous laisse découvrir cela tout seul.

Quant à l’univers, il est plutôt prometteur. Je n’ai pas lu beaucoup d’histoire sur le genre et encore moins avec cette appellation mais c’était intéressant et la manière dont les informations viennent également. On en apprend par petite touche, au fur et à mesure, les découvertes viennent souvent par un tiers. Heureusement d’ailleurs qu’elle n’est pas seule sans quoi ça aurait été vraiment compliqué pour elle…

Sunshine est une jeune fille plutôt sympathique dans l’ensemble mais elle est plutôt sceptique et n’accepte pas la vérité en face. D’un côté ce n’est pas plus mal car souvent les héros acceptent leur destiné sans sourciller, là ce n’est pas le cas, mais de l’autre, vu la situation, elle pourrait revoir son jugement sur ce qui est en train de se passer. Son amitié avec Nolan va grandement lui apporter et là encore l’auteure use parfois de facilité et de lieu dit mais pourquoi pas, ce n’est pas trop gênant.

En bref, ce premier épisode de Sunshine est une lecture détente sans prise de tête. Après je dois avouer que je n’ai pas non plus été transportée plus que ça. Ça se laisse lire, c’est plutôt agréable avec des éléments assez intéressants et un univers qui semble plus complexe qu’il n’en a l’air mais ce n’est pas non plus extraordinaire. A voir si je lis la suite car la fin nous laisse sur un petit cliffhanger qui laisse présager des choses. Ma curiosité l’emportera-t-elle ?

Le Retour de l’Enchanteresse de Chris Colfer (Le Pays des Contes 2)

Quatrième de couverture

Le Pays des contes n’est plus l’endroit enchanté qu’Alex et Conner ont visité il y a un an. Le monde féérique vit désormais dans la peur : l’Enchanteresse maléfique est de retour ! Lorsque ses mauvais sorts atteignent la Terre et que leur mère est enlevée, les jumeaux doivent retourner au Pays des contes.
Aidés du Petit Chaperon rouge, des bandits Jack et Boucle d’or ainsi que du prince Grenouille, ils se lancent à la recherche de la seule arme capable de vaincre la terrible magicienne. Mais cette arme pourrait bien se trouver chez les ennemis les plus redoutés des royaumes, de la Sorcière des mers, à la belle-mère de Cendrillon, en passant par la Reine des neiges…

Mon avis

Après avoir lu Immaculée qui m’a grandement déçu (euphémisme quand tu nous tiens…), il me fallait une valeur sûre pour passer à autre chose et m’en remettre… et mon choix s’est porté sur la série Le Pays des Contes car j’avais adoré le premier tome et qu’il me tardait de me replonger dans cet univers. D’autant que le tome 4 allait bientôt sortir (et être dans ma PAL), je me suis empressée de me jeter sur ce 2e tome.

Cette suite est tout aussi bonne que la premier et je comprends pourquoi cette série a un tel engouement chez les plus jeunes comme les plus vieux. Bref, c’est une série à lire absolument car c’est génial ! Voici donc pour la version courte, maintenant pour la version longue de l’avis c’est ce qui suit !

Le Retour de l’Enchanteresse marque le retour de l’Enchanteresse (je suis très perspicace dis-donc…) ce qui entraîne un grand chamboulement pour les habitants du Pays des Contes, à commencer par la Reine Belle (de la belle au bois dormant) qui va devoir fuir. Mais si cela n’avait que cela comme conséquence… Evidemment, cela va en avoir pour nos jumeaux préférés qui vont décider de repartir au Pays des Contes lorsqu’ils vont se rendre compte que leur mère a disparu et qu’elle semblerait se trouver là-bas…

J’ai vraiment pris plaisir à lire ce livre qui m’aura fait passer un très bon moment de lecture. J’étais avide d’en savoir plus sur ce qui se passait à cause de l’Enchanteresse (Maléfique dans la version Disney dans La Belle au bois dormant) qui sème la terreur au Pays des Contes.

Si dans le principe on retrouve une intrigue similaire au premier volume, où Alex et Conner devaient aussi partir en quête pour trouver des ingrédients pour sortir du Pays des Contes, ce n’est absolument pas dérangeant de retrouver ce système ici car on se laisse totalement embarquer par cette folle aventure aux côtés de personnages tous aussi plus sympathiques les uns que les autres. Du coup la ressemblance n’est pas gênante, d’autant que c’est un principe propre au conte d’avoir des quêtes, etc.

J’ai adoré me replonger dans cet univers aux côtés d’Alex et Conner qui m’avaient manqué, je dois l’avouer. Evidemment, comme rien n’est simple, ils vont devoir une fois de plus se lancer dans une quête pour parvenir à leur fin, ce qui va les faire énormément voyager et nous permettre de faire la rencontre de nouveaux personnages de contes, de mieux cerner ceux que l’on connaissait déjà et d’en savoir plus à leur sujet.

Ce que j’apprécie dans cette série c’est de voir la manière dont les contes s’entrecroisent, comment les personnages de ces différentes histoires interagissent et évoluent. C’est fait avec brio et on y croit totalement, comme s’il existait vraiment un pays dans lequel tous les personnages de nos contes préférés vivaient ensemble et régnaient à différents coins du monde. D’ailleurs, une carte à la fin de l’ouvrage sous la couverture nous permet de voir plus précisément où se trouve chaque royaume. Cela peut aider aussi lorsqu’Alex et Conner voyage pour nous repérer.

Les personnages sont toujours aussi sympathiques et attachants, que ce soit Alex ou Conner. C’est un duo de choc qui nous fait vivre une incroyable aventure et vu la tournure des événements je suis très curieuse de découvrir la suite et voir ce qu’il en est. Quant aux personnages des contes, un certain nombre reste égal à eux-mêmes mais d’autres vont nous surprendre et nous permettre aussi de voir leur histoire (celle des contes traditionnels) d’un autre œil lorsqu’ils prennent la parole pour expliquer l’envers du décor.

En bref, ce deuxième tome est vraiment très sympathique et a fait son office aussi pour me faire oublier Immaculée, donc je suis ravie. Chris Colfer a créé un univers unique, riche et très intéressant où j’aime me replonger, même si je ne vais pas lire de suite le tome 3 qui m’attend sagement dans ma PAL (ainsi que le tome 4) pour me laisser le temps de sortir de l’univers. Mais il est clair que je ne vais pas les faire attendre trop longtemps car c’est un univers qui rend addictif et vu la fin je veux savoir ce qui va se passer ! Quant à l’intrigue elle est bonne et bien menée, un peu similaire dans le principe au premier volume mais ce n’est pas du tout dérangeant, on se laisse embarquer et on vit l’aventure c’est tout ce qui compte. Une série à lire de toute urgence !

Grrrr ! de Rob Biddulph

Quatrième de couverture

Comment Fred, gros ours solitaire et champion de grognements, supportera-t-il qu’un concurrent vienne le défier dans sa forêt ?…

Mon avis

Grrr ! est un album mignon sur l’amitié, que ce soit pour venir en aide à un ami ou bien pour tenter de la gagner.

Fred est un gros ours et chaque année il participe à un concours où il faut pousser le plus fort grognement. Fred a un « GRRR » tellement fort qu’il gagne à chaque fois. Mais cette année un nouveau concurrent fait son apparition, un grizzly qui est prêt à tout pour gagner et qui pourrait bien surpasser Fred…

A travers l’histoire nous découvrons que le grizzly a triché en volant le « GRRR » de Fred qui ne peut donc plus pousser son grognement pour le concours. Mais grâce à ses amis, il trouvera une solution pour remporter la manche. Et lorsque le forfait du grizzly est découvert, il doit répondre de ses actes. Le besoin de reconnaissance et de se faire des amis passent avant l’honnêteté.

Mais Fred est du genre à pardonner et comprend aussi le geste du grizzly. Se faire des amis n’est pas simple surtout lorsque l’on est le nouveau venu mais chacun peut trouver sa place, il faut juste trouver la bonne manière et celle du grizzly n’était pas la bonne. Même si à la fin, tout est bien qui finit bien !

Les illustrations sont très jolies, en aplat un peu à la manière de Frédéric Marais ou Chris Haugthon, c’est une affaire de goût, on aime ou pas. Les couleurs sont très vives ce qui attirent l’œil et est plutôt plaisant. C’est riche en couleur à l’image de l’histoire.



En bref, Grrr ! est un album qui m’aura bien plu. Si dans un premier temps Fred et le grizzly sont en concurrence quand Fred comprend l’intention du grizzly, il saura lui pardonner et s’en faire un ami car après tout l’amitié est plus importante que n’importe quel concours.

A partir de 3 ans.

Coup de projo sur... [130] Lueur de feu de Sophie Jordan



Voilà, j'avais envie - de temps en temps - de faire revenir sur le devant de la scène, un livre qui m'a plu (que ce soit pour sa couverture, son écriture, son scénario etc.)
C'est vrai, en général, une fois l'avis posté, on y pense plus, alors voilà. Si vous souhaitez participer, mettez vos liens en commentaires et je les rajouterai dans l'article plus tard.

Une histoire bien sympathique qui m'a laissé un bon souvenir (une trilogie à terminer d'ailleurs il me reste le dernier tome). C’est davantage centré sur la romance que l’action mais on a tout de même un aperçu et aussi des problèmes qui se mettent petit à petit en place. Je ne peux que conseiller ce livre pour ceux qui aiment bien les petites histoires d’amour et de dragons d’un autre genre.
Jacinda est une draki, une descendante des dragons. Et elle a le pouvoir de cracher du feu, ce qui fait d’elle le membre le plus précieux de son clan. Forcée de fuir son village avec sa mère et sa sœur jumelle, elle peine à s’adapter à sa nouvelle vie, loin des siens. L’unique lueur d’espoir lui vient de Will. Le beau, le mystérieux Will. Le seul qui parvienne à maintenir sa flamme intérieure éveillée, le seul qui lui permette de rester celle qu’elle est. Mais aussi celui qui pourrait causer sa perte… 


Un secret qui doit à tout prix rester caché, des ennemis mortels, un amour interdit… Dans la grande tendance paranormale, une nouvelle série incontournable.

L’Agenda Litt’





L’association Fontaine O Livres, qui soutient et promeut les acteurs de la filière livre du Nord-Est Parisien, a lancé l’Agenda Litt’ le 26 avril 2016, un outil de référence des salons et festivals du livre en France et à l’international.

Les salons, festivals et autres manifestations littéraires sont un vrai enjeu pour nombres d’acteurs de la chaîne du livre : éditeurs, libraires, auteurs et illustrateurs dans le but de promouvoir le livre. Ces événements prenant de plus en plus d’ampleur, l’association Fontaine O Livres a décidé de créer un outil qui pourrait les référencer : l’Agenda Litt’.

L’Agenda Litt’ est à destination des professionnels du livre pour leur permettre de trouver sur un même site toutes les informations nécessaires pour organiser leur participation éventuelles à des manifestations littéraires.

L’intérêt de cet outil est qu’il permet de cibler, grâce à ses nombreux critères (modalités de participation, date limite d’inscription, prix littéraires rattachés…), les événements qui leur correspondent le mieux, afin de promouvoir leur création et consolider leur image auprès des divers publics et lectorats.




L’Agenda Litt’ a été créé grâce au soutien du CNL (Centre National du Livre).

Mais cet outil peut aussi avoir un intérêt pour les non professionnels qui chercheraient des événements près de chez soi.

Pour plus d’informations :

Le lien du site : http://www.agendalitt.com/

Si l'outil vous intéresse voici un accès au flux RSS : www.agendalitt.com/evenements/feed/

The Memory Book de Lara Avery

Quatrième de couverture

On me dit que ma mémoire ne sera plus jamais la même, que je vais commencer à oublier des choses. Au début juste quelques-unes, mais ensuite beaucoup plus. Alors je t’écris, cher futur moi, pour que tu te souviennes !

Sam a toujours eu un plan : sortir première du lycée et filer vivre à New York. Rien ne l’en empêchera – pas même une anomalie génétique rare qui, lentement, va commencer à lui voler ses souvenirs, puis sa santé. Désormais, ce qu’il lui faut, c’est un nouveau plan.
C’est ainsi que naît son projet : ce sont les notes qu’elle s’envoie à elle-même dans le futur, la trace des heures, petites et grandes, qu’elle vit. C’est là qu’elle consignera chaque détail proche de la perfection de son premier rendez-vous avec son amour de toujours, Stuart. Le but ? Contre toute attente, contre vents et marées : ne rien oublier.

Mon avis

The Memory Book est un beau livre traitant de la maladie. J’avoue que je ne suis pas friande de ce type de livre, j’en ai lu quelques uns (Je veux vivre, Ma gare d’Austerlitz, Le chant du troll) mais ce n’est pas ce que je préfère pour différentes raisons. Raison pour laquelle je ne lirai jamais Nos étoiles contraires. Mais j’avoue avoir été intriguée par The Memory Book. Il faut dire que l’éditrice me l’a bien vendu lorsqu’elle en avait parlé lors d’une réunion de présentation.

Du coup je me suis lancée dans cette histoire et je dois dire que cela a été une belle découverte. Certes ce n’est pas toujours facile, vu le sujet ce n’est pas un livre où l’on peut rire à chaque instant mais ce n’est pas non plus glauque. J’ai beaucoup aimé, ce n’est, certes pas un coup de cœur parce qu’il m’a manqué un petit quelque chose mais je reconnais néanmoins que c’est un bon livre que je vous conseille de lire.

Sam est atteinte d’une maladie rare qui attaque son corps et notamment son cerveau qui va lui faire perdre peu à peu la mémoire. Alors pour essayer de la sauvegarder elle va écrire une sorte de journal intime dans lequel elle va raconter à la future Sam qui lira ce « journal » sa vie. Ainsi, Sam écrit sur son ordinateur son quotidien, ses amis, ses amours, ses emmerdes pour dire simplement. Mais au fur et à mesure des pages, on voit que la maladie l’emporte un petit peu plus même si cela ne l’empêche pas de vivre sa vie à fond et de vivre plein d’expérience durant sa dernière année de lycée qui sera assez décisive pour elle.

Sam est une fille intelligente, passionnée qui aime les concours, la compétition, plutôt sage avec un but précis dans la vie : devenir une grande avocate. Et ce, malgré la maladie. Elle est très prévoyante et planifie et organise chaque instant de sa vie jusqu’au jour où elle rencontre Stuart. A partir de cet instant, sa vie va prendre un tournant inattendu qu’elle ne peut contrôler.

Même si ce livre traite d’une maladie grave dont on ignore beaucoup de choses, on n’est jamais dans le pathos, dans le glauque ou le larmoyant. Sam a une telle envie de vivre que cela fait plaisir et donne le sourire mais également de l’espoir. Elle veut vivre aussi normalement que possible, planifie beaucoup de choses pour son avenir même si ses parents ont certaines inquiétudes à mesure que les symptômes arrivent. Même si ce qu’elle vit est difficile elle ne se plaint pas, ne veut pas que sa maladie prenne le pas sur sa vie, même si à cause de cela elle prend parfois de mauvaises décisions, en n’en parlant pas par exemple.

L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre assez facilement dans l’histoire, dans le quotidien de Sam. Je ne me suis pas un seul instant ennuyé, j’étais curieuse de voir ce qui allait arriver à Sam, si elle allait parvenir à son but. C’est l’espoir qui fait tenir Sam c’est également l’espoir qui nous fait tenir car on la soutient malgré nous dans son combat pour qu’elle réussisse à vivre sa vie aussi normalement que possible.

Sam est un personnage à qui l’on ne peut que s’attacher. Elle fait parfois certes des erreurs mais qui n’en a jamais fait ? Elle reste une adolescente, jeune qui doit apprendre de ses erreurs et je trouve qu’elle est déjà bien mature pour son âge. Quant à ses amis, que ce soit Maddie, Stuart ou encore Cooper, ils apportent chacun a leur manière leur contribution pour faire évoluer Sam, certains beaucoup plus que d’autres mais ils ont leur importance dans son quotidien. Ce sont des personnages intéressants et j’étais certaine de la tournure des événements par rapport à la relation entre Sam et certains de ces personnages.

La famille de Sam est également très présente et j’avoue avoir été très touchée par eux. Les parents sont très protecteurs envers Sam mais vu les circonstances on ne peut que les comprendre et compatir également. Ce n’est pas évident de voir son enfant ainsi et de le gérer. Quant à ses frères et sœurs, même si on ne les voit pas beaucoup au final, ce sont des piliers pour Sam et lui apportent plus de choses qu’on ne le croit.

En bref, The Memory Book est un livre touchant qui traite de la maladie mais de manière habile sans tomber dans le glauque ou le larmoyant. J’ai bien aimé cette histoire qui reste belle malgré tout. Sam est une jeune fille pleine de vie qui veut en profiter à fond avant qu’il ne soit trop tard pour prendre en main sa vie et faire ce dont elle rêve.

I.R.L. d’Agnès Marot

Quatrième de couverture

Je lève la main jusqu’à mon visage, laisse échapper un cri. À chacun de mes doigts, à chacune de mes phalanges, un filin brille sous le soleil timide qui pénètre dans la pièce. Je traverse la paroi aussi facilement qu’on soulève un rideau, les mains déjà tendues en avant. Au moment où mes doigts se posent sur le pavé tactile où brillent des boutons multicolores, je suspends mon geste, pétrifiée par l’angoisse.

Je m’appelle Chloé Blanche et j’ai grandi à Life City. Comme tous ses habitants, j’ignorais que nous étions filmés en permanence. J’ignorais que nous étions un divertissement pour des milliers et des milliers de foyers. J’ignorais que nous étions les personnages de Play Your Life, l’émission qui fait fureur hors de Life City, IRL. J’ignorais surtout à quel point nous étions manipulés. Puis j’ai rencontré Hilmi, le nouveau à la peau caramel. Le garçon qui faisait battre mon cœur, mais que ceux qui tirent les ficelles ne me destinaient pas. C’est ainsi que j’ai découvert ce que nous étions, à Life City : les personnages d’un immense jeu vidéo.

Mon avis

En commençant I.R.L. j’avais une vague idée de l’histoire, je n’avais qu’en tête un certain aspect de l’histoire, à savoir que la vie de Chloé était un vaste mensonge, qu’elle était l’héroïne une émission de téléréalité dont elle ignorait tout. Je n’avais pas en tête l’aspect jeu-vidéo, annoncé pourtant sur la 4e de couverture mais que je n’avais pas relu avant lecture, comme d’habitude, j’ignorai donc cet état de fait.

J’ai donc été très surprise par la tournure des événements et par ce que j’ai pu découvrir de cet univers. Ce n’était pas ce à quoi je m’attendais et lorsque j’ai compris jusqu’à quel point la vie de Chloé était un vaste mensonge, un jeu devenu émission de téléréalité, cela m’a bien plu. C’est un univers très intéressant, bien construit qui tient bien la route et il est vrai que parfois on se demande si on ne va pas en arriver là sur le long terme (j’ose espérer que non…) mais en tout cas, ça donne matière à réfléchir.

L’histoire est construite en plusieurs temps, nous avons la Chloé du « futur » qui sait ce qui se passe à Life City et qui veut expliquer sa situation au monde réelle, que sa vie est un mensonge et qu’elle faisait partie d’une émission sans le savoir et la Chloé du « passé » qui ignore encore tout de ce qui se passe réellement à Life City, pensant vivre sa vie normalement et non pas selon le choix de personnes extérieures.

Cette double narration temporels nous fait donc faire des va-et-vient dans le temps et de voir en amont comment on a pu en arriver là et aussi de mieux cerner l’univers dans lequel on est plongé. C’est un système intéressant, même si j’avoue qu’au milieu du livre j’ai été un petit peu perdue, la fatigue n’aidant pas. Donc un conseil, si vous êtes un peu fatigué, ne lisez pas ce livre sans quoi vous pouvez être un peu perdu du fait de ces va-et-vient, même si c’est clairement indiqué au tout début de chaque chapitre.

L’histoire commence donc avec la partie « future », dans le monde réel, si bien que l’on est d’entrée de jeu au courant de ce qui est en train de se passer avant d’être plonger dans le passé. Cette double temporalité change et apporte une autre vision de l’histoire qui aurait pu facilement rester dans quelque chose de classique alors que ce n’est pas du tout le cas. J’ai bien aimé aussi le fait que l’on soit dans un premier temps au courant de tout au lieu de découvrir en même temps que Chloé que tout est un mensonge et de la voir entrer en action pour changer sa situation, comme dans tout livre de SF digne de ce nom ou dystopie d’ailleurs. Ce n’est pas une intrigue classique et le dénouement change également, j’ai eu pas mal de surprises au cours de ma lecture ce qui n’est pas pour me déplaire.

J’ai bien aimé les thématiques abordés par l’auteur, l’aspect jeu vidéo est forcément très fort le tout associé à la téléréalité où les gens regardent d’autres personnes vivre et décider pour eux de ce que sera leur avenir. A travers cette histoire on voit que tout cela a un côté malsain, c’est ce que veut montrer Chloé en montrant la réalité de son quotidien une fois au courant de sa « vie ».

J’ai bien aimé aussi les réflexions faites à propos de la vie réelle qui n’a rien d’idéale. C’est une société dure et les gens ont besoin de regarder ou jouer à ces « jeux » pour s’évader et avoir la sensation d’avoir une vie meilleure plutôt que de faire bouger les choses pour que la réalité soit réellement meilleure.

Dans le livre il y a de nombreuses références, que ce soit en matière de livres, de films, d’auteurs, de jeu. J’avoue que je ne connais pas tout mais cela a attisé ma curiosité et m’a donné envie de découvrir tout cela. En revanche pour certaine référence, notamment sur le nom de Chloé et les réflexions qui en découlent, là, je sais d’où ça vient (petit souvenir de la fac…).

Quant aux personnages, j’ai beaucoup aimé le personnage de Chloé qui est un personnage au fort caractère. Elle n’a pas beaucoup de chance dans sa vie et elle va rapidement comprendre pourquoi. Et à partir de ce moment-là, elle va tout faire pour changer sa vie, même si cela ne se fait pas sans aide, elle est forte et sait ce qu’elle veut. J’ai bien aimé le parti de l’auteure, le fait qu’elle n’aille pas dans la facilité par rapport à la romance, cela change aussi et cela fait du bien.

En bref, I.R.L. est une bonne surprise pour moi car ce n’était pas totalement ce à quoi je m’attendais mais j’ai beaucoup aimé la tournure des événements. C’est un univers intéressant qui apporte de nombreuses réflexions sur la société dans laquelle ces personnages vivent mais également sur la notre évidemment. C’est une bonne critique sur la société, un livre qui mérite notre attention. Les personnages sont bien sympathiques et attachants et c’est dommage de devoir leur dire au revoir.

Un livre en rapport avec le jeu vidéo. 

C'est lundi, que lisez-vous ? [52]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

Les trois brigands de Tomi Ungerer

Quatrième de couverture

Il était une fois trois vilains brigands… dont la vie changea totalement le jour où ils rencontrèrent Tiffany, la petite orpheline. De trois méchants elle en fit… des bienfaiteurs de l'humanité.

Mon avis

Les trois brigands est un classique de la littérature jeunesse mais je l’avoue, je ne l’avais jamais lu ou écouté lorsque j’étais enfant. Je ne connaissais pas ce titre / cet auteur avant d’avoir travaillé en librairie jeunesse. Travaillant toujours en librairie jeunesse, il faut bien que je parfais ma culture, alors autant y aller petit à petit et revoir ses classiques !

Les trois brigands raconte l’histoire de 3 brigands (étonnant dis donc !) qui ne cessent de voler l’argent des plus riches. Jusqu’au jour où dans un des carrosses ils font la rencontre d’une petite fille qu’ils décident de ramener dans leur antre. Lorsque Tiffany découvre les trésors entassés sans qu’ils n’en fassent rien, cela va donner des idées à ces trois brigands pas si méchant…

C’est une jolie histoire qui m’aura bien plu. Si le début paraît effrayant avec ces voleurs sans scrupules dès lors qu’ils rencontrent Tiffany leur comportement va changer et en faire des « bienfaiteurs de l’humanité ».

Les illustrations sont assez spéciales mais cela a son charme. si le début de l’histoire est très sombre, très noire à l’image de ces brigands inquiétants, à partir du moment où Tiffany apparaît cela change et tout finit par s’éclairer.

En bref, Les trois brigands est une histoire intéressante et bien sympathique. Je comprends que cela puisse plaire et que ce soit devenu un classique de la littérature jeunesse. Une histoire que je vous invite à découvrir si ce n’est déjà fait !

A partir de 3 ans.

In My Mailbox (233)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine


Quand j’habitais chez ma mère de Christian Jolibois et Hervé Le Goff

Quatrième de couverture

Le bébé est le roi dans le ventre de sa mère !
Il nage dans le liquide amniotique comme à la piscine, il parle, joue des tours à ses parents…
Pour expliquer au petit enfant la vie du bébé pendant les neuf mois de la grossesse se succèdent de nombreux personnages : garçon, fille, jumeaux, mais aussi des animaux aussi adorables que rigolos, du petit lapin au gorille !

Mon avis

Quand j’habitais chez ma mère est un album mignon sur la grossesse qui nous permet de voir ce qui se passe à l’intérieur. En effet, nous sommes du point de vue du bébé qui est roi dans le ventre de sa mère.

A chaque page l’enfant dans le ventre de sa mère nous montre ce qu’il fait et ce qu’il lui arrive. Les enfants que nous découvrons diffèrent au fur et à mesure, aussi bien dans le sexe que dans la nature, on a des humains mais aussi des animaux.

Le texte est assez court mais suffisant pour comprendre ce qui est en train de se dérouler sous nos yeux d’autant que les illustrations sont assez explicites. L’album est dans un grand format si bien que l’intérieur du ventre de la mère se déploie sur les doubles pages pour bien visualiser les actions des bébés.

J’ai bien aimé le fait que l’on n’ait pas uniquement des enfants humains mais aussi des animaux pour voir que c’est « la même chose » et qu’il y a des choses assez similaires entre humain et animal. Même si évidemment en fonction de l’un ou de l’autre, on n’y voit pas la même chose, ni la même quantité !

Les illustrations sont assez jolies, tout en rondeur et douceur avec beaucoup de couleurs vives qui attirent notre attention.

En bref, Quand j’habitais chez ma mère est un album intéressant autour de la grossesse qui permet de voir de l’intérieur ce qui se passe et ainsi expliquer le « chemin » parcouru par l’enfant avant de naître.

A partir de 3 ans.

Fuites et poursuites de Lauren Oliver (Lily et Po 2)

Quatrième de couverture

Quand ils se sont rencontrés de l’Autre Côté, le père de Lily a délivré un message pour sa fille à Po : il ne connaîtrait le repos qu’une fois que ses cendres auraient été dispersées sous le saule où repose la mère de Lily. Avec l’aide de Po et de Balluchon, la fillette réussit à s’échapper du grenier où elle est enfermée pour réaliser le souhait de son père. À la gare, elle croise le chemin de Will, le jeune apprenti alchimiste. Ce dernier a failli à sa mission et s’enfuit pour échapper à la colère de son maître…

Mon avis

Après avoir lu le premier tome Rencontres et rendez-vous, je n’ai pas attendu trop longtemps avant de me lancer dans ce deuxième tome qui est dans la même veine que le premier et tout aussi agréable. C’est dommage que je n’ai pas encore le 3e tome pour pouvoir lire toute la série d’un coup mais ce n’est pas grave, je finirai par l’avoir !

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture est suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite.

Dans Fuites et poursuites, comme son nom l’indique, on est davantage dans l’action car nos deux jeunes héros, Lily et Will vont devoir fuir pour différentes raisons : Lily parce qu’elle doit accomplir la volonté de son père en enterrant ces cendres auprès de feu son épouse et Will pour éviter tout châtiment suite à sa bévue. L’action reprend peu de temps après le premier tome donc on a vraiment une continuité (en même temps c’est normal puisque c’est à la base un one-shot et pas une trilogie).

Comme pour le premier tome je suis un peu restée sur ma faim du fait du découpage en 3 volumes de ce one-shot mais cela reste très plaisant à lire et à suivre. L’action est omniprésente de sorte que l’on n’ait pas le temps de s’ennuyer ou de reprendre notre souffle car il se passe toujours quelque chose. On en apprend plus sur les personnages et on se rend mieux compte aussi des enjeux et on peut s’imaginer aussi ce qui va se passer dans le dernier tome : Fin et retrouvailles.

Quant aux personnages ils sont égaux à eux-mêmes, toujours aussi sympathiques et agréables. C’est un plaisir de les suivre, surtout au vu de la fin qui laisse entrevoir certaines choses.

En bref, Fuites et poursuites est dans la même lignée que le premier, c’est toujours aussi sympathique à lire. L’intrigue est bonne et bien menée même s’il est vrai que j’aurai encore une fois aimé qu’il y en ait un peu plus mais ça reste tout de même une lecture agréable. Les personnages sont toujours aussi attachants et je suis plus que curieuse de découvrir la suite et fin de leur histoire !

Le Livre sans Images de Benjamin-Joseph Novak

Quatrième de couverture

ATTENTION! ATTENTION !

Ce livre a l’air sérieux mais en vérité il est complètement idiot. Si un enfant essaie de vous obliger à le lire, sachez que cet enfant est en train de vous tendre un piège. Vous allez vous retrouver en train de proférer des insanités, et tout le monde va se tordre de rire. Ne dites pas que vous n’avez pas été prévenu.
Les enfants, ce livre est un piège ! Débrouillez-vous pour que les grandes personnes ne l’apprennent pas !

Mon avis

Le Livre sans Images est un album assez original et unique dans le genre puisque le concept est de nous proposer un livre / une histoire sans aucune image. En effet, ces livres sont destinés aux enfants de moins de 6 ans qui ne savent pas lire (en général), de ce fait, les images ont leur importance car elles permettent aux enfants de comprendre l’histoire tout seul (dans la plupart des cas) sans avoir à lire le texte. Si on le leur retire, cela peut être gênant.

Et pourtant…

L’auteur a su trouver un moyen de rendre ce livre attrayant à condition que la personne qui lise le texte y mette le ton et joue à fond le jeu. Sans quoi cela n’aurait aucun intérêt et n’aurait pas non plus le même effet sur l’enfant. Ce n’est pas une histoire traditionnelle dans le sens où l’on va avoir un personnage à qui il arrive une aventure, etc. Non, c’est un livre dans lequel on explique le concept du livre : faire dire n’importe quoi à la personne qui lit pour que ce soit drôle même si ce qu’il est en train de dire n’a ni queue ni tête. Cette personne sera obligée de dire tout cela, ce principe étant expliqué au début du livre.


C’est assez difficile d’expliquer ce livre sans l’avoir sous les yeux pour en voir le concept mais si dans un premier temps j’étais plutôt sceptique, je pense que cela pourrait plaire à bon nombre d’enfants. A lire comme ça tout seul dans son coin quand on est un adulte, ça n’a pas grand intérêt en soi. Cela prête à sourire mais pour ma part je l’ai lu dans ma tête et assez rapidement. Mais je pense qu’en le lisant à haute voix quelqu’un et voir les réactions que cela suscite doit valoir le coup.


Après, je reconnais qu’en temps que concept, la manière dont il est créé, etc., je trouve cela plutôt ingénieux et original car on n’a pas l’habitude de voir cela dans des albums pour enfants. Mais là encore, il faut que celle qui lit le livre y mette le ton et joue le jeu sinon c’est tout de suite moins drôle.

Le livre est très épuré comme sa couverture, tout est blanc avec un texte en noir pour la majorité mais il y a à certain moment de la couleur et aussi tout un jeu sur la taille d’écriture qui visuellement nous indique une intonation à prendre, etc. C’est très visuel malgré l’absence d’image et illustration. Comme quoi, parfois un simple texte peut en dire plus que des images.

En bref, Le Livre sans Images est un album drôle et innovant dans le genre puisqu’on retire toute image et représentation, seulement le texte prend le pas sur tout cela et peut être suffisant pour amuser l’enfant à qui on lit cette histoire, qui n’en est pas vraiment une. Un album à découvrir !

Pour feuilleter le livre, vous pouvez suivre ce lien (source des images).

A partir de 5 ans.

Coup de projo sur... [129] Mascarade de Florence Magnin



Voilà, j'avais envie - de temps en temps - de faire revenir sur le devant de la scène, un livre qui m'a plu (que ce soit pour sa couverture, son écriture, son scénario etc.)
C'est vrai, en général, une fois l'avis posté, on y pense plus, alors voilà. Si vous souhaitez participer, mettez vos liens en commentaires et je les rajouterai dans l'article plus tard.

Mascarade est une BD originale, très agréable à lire avec une histoire intéressante qui nous surprend jusqu’à la fin. Les dessins sont vraiment très beaux, mais là, c’est une question de goûts, je vous laisse seuls juges. Une BD à découvrir !

 "Je crois que je rêve..." 11 ans... A la frontière de l'enfance, où règne encore la magie, Gaëlle fabrique les masques qui lui ouvriront les portes des territoires interdits... Mais le trop vieux pays des contes, qu'on dit à tort rose et bleu, cache dans l'ombre des créatures que l'enfer même a exilées... L'Ogre surtout y règne en maître, et sa descendance sur Terre chasse sans fin les innocents qui n'ont pas su voir à temps que sous le masque luisent des dents..