Rechercher dans ce blog

30/09/2018

Memento Mori de Jean Vigne (Néachronical 1)

Quatrième de couverture

Après avoir fait le mur pour aller à un rendez-vous nocturne, Néa, 15 ans, se réveille à demi-embourbée dans les marais locaux. Sur le chemin du retour, l’esprit embrumé, elle tente de rassembler des souvenirs qui lui échappent. D’autant plus qu’une fois chez elle, ses parents, sous le choc, lui apprennent que son absence a en fait duré plus de cinq ans.
C’est désormais une jeune femme qui doit reprendre sa vie là où elle s’était arrêtée, c’est à dire au lycée. Seulement, le fossé avec ses camarades se creusent de jour en jour, pas seulement à cause de l’âge, mais également parce qu’une série d’événements inexplicables la rend différente du lycéen lambda. Et du genre humain…
Maintenant, Néa n’a plus qu’une idée en tête : retrouver la mémoire afin de comprendre ce qu’il lui arrive.

Mon avis

L’intégrale de la trilogie venant de sortir en librairie chez un autre éditeur, j’en profite pour sortir ce premier tome de Néachronical de ma PAL. Depuis le temps qu’il est en ma possession, c’est une bonne occasion pour le sortir et le découvrir (et vous vous en doutez bien, dans le but de le conseiller au boulot). Je dois dire que j’ai été plutôt surprise par ce que j’ai lu. Un premier tome intriguant qui m’a donné envie de lire la suite, même si j’ai des petites choses à y redire.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’écriture de l’auteur est très agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire, mais je n’en doutais pas, pour avoir lu L’ombre de l’Ankou, un roman plus jeunesse que celui-ci, l’écriture m’avait déjà beaucoup plu.

Memento Mori est un roman assez étonnant, ce n’était pas du tout ce à quoi j’imaginais en le commençant. Déjà, c’est beaucoup plus sombre et violent qu’il n’y paraît. Pour le coup c’est vraiment du Young Adult, pas « accessible » à tous les ados vu le contenu. Je n’y étais pas préparée mais ça ne m’a pas dérangé, j’ai juste été un peu surprise et ça a attisé ma curiosité car même si on commence à avoir certaines réponses sur ce qui est arrivé à Néa, on est loin du compte. Il reste encore beaucoup de zones d’ombres et j’espère que le prochain tome nous permettra d’en savoir plus.

L’histoire est plutôt bonne, l’auteur sait attiser notre curiosité et nous donner envie de tourner les pages pour savoir ce qui va arriver à Néa. Comme elle est la narratrice, on n’en sait pas plus qu’elle, on découvre petit à petit ce qui la rend différentes des autres et c’est assez étonnant et troublant. Mais la narration est double, en effet, à la troisième personne, on suit une autre jeune adolescente, Juliette qui est prisonnière d’hommes.

Petit à petit, on se rend compte de ce qui se passe, de ce que ça implique, mais les informations arrivent au compte-goutte et cela prend un peu de temps pour qu’on ait une idée précise de ce qui se passe. J’avoue que j’avais tout autre chose en tête et on rejoint sur le fait que je n’étais pas préparée à certains événements de l’histoire. Mais je n’en dirai pas plus pour éviter tout spoiler. En tout cas, on suit en parallèle ces deux jeunes filles qui doivent lutter contre quelque chose qui les dépasse et dont elle ignore la teneur.

Le seul vrai défaut de ce livre est qu’il souffre parfois de quelques longueurs. L’intrigue fait parfois un peu de surplace, avec un côté répétitif dans les actions et il est vrai que parfois j’avais envie de secouer un peu Néa, qu’elle prenne conscience de ce qui se passe et qu’elle réagisse davantage. Personnellement, à sa place, j’aurai été beaucoup plus paniquée, je me poserai aussi beaucoup plus de questions car la situation est quand même inquiétante. Donc à ce niveau-là j’attendais quelque chose de différents vu les circonstances et j’imaginais qu’on aurait davantage de réponses à nos questions.

Mais au de-là de ça, l’histoire est quand même intéressante et prenante. Comme Néa, j’étais curieuse de savoir ce qui a bien pu lui arriver, pourquoi elle était aujourd’hui, 5 ans après sa disparition, confrontée à ce genre de choses. Pas facile de reprendre une vie normale après 5 ans d’absence, d’avoir un tel décalage par rapport à ses camarades de classe mais quand on voit ce qui lui arrive, ce qu’elle fait, c’est encore pire et on craint pour elle.

Néa, malgré ses 20 ans, reste une ado rebelle de 15 ans. Même si le temps a passé, elle ne s’en est pas rendu compte et a encore un comportement d’adolescente. Parfois, j’avoue, j’avais envie de la secouer un peu pour la faire grandir et réagir. Mais à mesure de l’histoire, avec tout ce qui lui tombe dessus, elle devient plus « posée » et « réfléchie », il y a une vraie évolution dans l’histoire. Elle est un peu grande gueule, mais vu les circonstances on ne peut pas vraiment lui en vouloir, elle reste malgré tout attachante et intéressante. Et vu la fin de l’histoire, j’avoue que là, j’ai envie d’en savoir plus.

Quant à l’univers, on ne fait qu’entrevoir ici certaines choses. Je ne veux pas trop en dire sans quoi ça spoilerait ce qui arrive à Néa et ce n’est pas l’intérêt de l’histoire. En tout cas, je me suis posée pas mal de questions et comme je l’ai dit, il y a encore beaucoup de choses qui restent sans réponse. Mais ce que j’entrevois ici me plaît bien et je suis curieuse de voir ce que donnera la suite, ce que l’auteur nous réserve pour son héroïne.

En bref, Memento Mori est un premier tome intéressant et intriguant. J’ai bien aimé l’histoire même si parfois elle souffre un peu de longueurs et de répétitions ce qui ralentit l’intrigue et lui a fait prendre un chemin auquel je ne m’attendais pas. Mais l’auteur sait attiser notre curiosité et a créé un univers intéressant même si on n’en voit ici que les prémices. Mais en tout cas, c’est prometteur et vu la fin en cliffhanger, je veux la suite moi ! Et comme je n’ai pas ladite intégrale, eh bien il va falloir que je m’arme de patience jusqu’à ce que je me la procure.

In My Mailbox (352)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir

Mes acquisitions de la semaine


Vestigiales de Florent Maudoux (Freaks’ Squeele)

Vestigiales est la face cachée de l’histoire du loup et de la guerrière de Freaks’ Squeele, un conte qui vient du fond des âges. Une pièce qui se joue dans chaque couple et dont les acteurs doivent toujours se réinventer, et se transformer pour évoluer. Comme une valse qui se joue entre les corps, ces vaisseaux de chair et de sang qui sont les vestiges de notre animalité.


Un dîner avec Cary Grant de Malika Ferdjoukh (Broadway Limited 1) > CHRONIQUE

Normalement, Jocelyn n’aurait pas dû obtenir une chambre à la Pension Giboulée. Mrs Merle, la propriétaire, est formelle : cette respectable pension new-yorkaise n’accepte aucun garçon, même avec un joli nom français comme Jocelyn Brouillard. Pourtant, grâce à son talent de pianiste, grâce, aussi, à un petit mensonge et à un ingrédient miraculeux qu’il transporte sans le savoir dans sa malle, Jocelyn obtient l’autorisation de loger au sous-sol.
Nous sommes en 1948, cela fait quelques heures à peine qu’il est à New York, il a le sentiment d’avoir débarqué dans une maison de fous. Et il doit garder la tête froide, car ici il n y a que des filles. Elles sont danseuses, apprenties comédiennes, toutes manquent d’argent et passent leur temps à courir les auditions. 
Chic a mangé tellement de soupe Campbell’s à la tomate pour une publicité que la couleur rouge suffit à lui donner la nausée. Dido, malgré son jeune âge, a des problèmes avec le FBI. Manhattan est en proie à l’inquiétude depuis qu’elle a cinq ans. Toutes ces jeunes filles ont un secret, que même leurs meilleures amies ignorent. Surtout Hadley, la plus mystérieuse de toutes, qui ne danse plus alors qu’elle a autrefois dansé avec Fred Astaire, et vend chaque soir des allumettes au Social Platinium.Hadley, pour qui tout a basculé, par une nuit de neige dans un train. Un train nommé Broadway Limited.


Sylvain de Sylvanie Chevalier de Didier Lévy et Eloïse Scherrer > CHRONIQUE

Impossible de reculer, cette fois : Sylvain a reçu l’ordre de remiser au grenier ses vieux jouets.
Mais au moment d’embrasser Charlemagne, son cheval à bascule, celui-ci lui glisse : « Une dernière aventure ? »
Et c’est parti pour une folle expédition en Sylvanie, où Sylvain, juché sur Charlemagne devenu destrier volant, va affronter les terribles Chevaliers de la Mort-Rouge et leurs redoutables dragons, slalomer entre les trombes d’eau des chutes du Mouzou-Mouza et sauver le vieux roi Boniface prisonnier de son château en flammes. Mais au moment de rentrer à la maison, voilà que Charlemagne annonce qu’il souhaite rester en Sylvanie pour toujours... Le cœur lourd, Sylvain se résigne.
Une dernière rencontre avec un drôle d’olibrius qui se dit « écrivain » va soudain changer la perspective pour le garçonnet. Sylvain reviendra en Sylvanie. Mais autrement. Et souvent.


Un crime sous les étoiles de Robin Stevens (Une enquête trépidante du club Wells & Wong 4)

« Nous avions toutes le nez en l’air, donc nous avons manqué l’assassinat. Nous savions bien qu’Elizabeth était méchante et dangereuse. Mais en fin de compte, voilà qu’elle était la victime, pas la criminelle. Et si quelqu’un l’avait tuée, c’était forcément une pensionnaire de Deepdean. »

Elizabeth Hurst, la terrible préfète-en-chef, est retrouvée morte en plein feu d’artifice... Très vite, Hazel et Daisy se rendent compte que tout le monde a un mobile : Elizabeth utilisait les secrets des élèves pour les faire chanter. Toutes la détestaient, même ses plus proches amies... et toutes sont suspectes.


Une maison pour Mona de Kallie George (Hôtel Heartwood 1)

Hôtel Heartwood. Prière de laisser les crocs et les griffes dehors
Lorsqu’un très violent orage éclate dans la forêt, Mona la souris croit sa dernière heure venue. Elle trouve par hasard refuge au luxueux Hôtel Heartwood, caché au creux d’un arbre. Une foule d’animaux séjourne dans cet abri douillet pour l’automne. Pourtant, au cœur de ce tourbillon de lits moelleux, de biscuits tout justes sortis du four et de joyeux bals, une ennemie féroce attend Mona… Passez l’automne avec Mona à l’Hôtel Heartwood ! En attendant l’hiver, le printemps et l’été, dans les prochains volumes.

 

Carnet 2 : Féroce de Johan Heliot (Lena Wilder 2)

— Tu as conscience que ça pue le piège à plein nez ?
J’ai soupiré. C’est évidemment la première chose à laquelle j’avais pensé. Gerry se montrait encore plus soupçonneux depuis que j’avais fini de lui raconter mon "entretien" avec l’ancien de la Horde.
— Mais si Jared lui a dit la vérité à propos de ce village secret... Je ne peux pas laisser passer une occasion pareille d’en découvrir plus sur mon espèce, ma famille.
— Tu as déjà une famille, ici. Une mère. Des amis, des gens qui t’aiment.
— S’il y a une seule chance pour que ce village existe, je dois la saisir.
— Qu’est-ce que tu espères trouver là-bas, Lena ?

Nouvelle Alpha de la Horde, Lena s’embarque avec ses amis dans un périple mouvementé qui la conduira à la découverte de ses origines, dans un village secret au nord du pays. Mais ses ennemis la traquent. Qu’adviendra-t-il s’ils découvrent avant elle l’existence de cette ancienne lignée ?


Crois en moi de Tahereh Mafi (Insaisissable 4)

Mon passé me poursuit, comme deux mains invisibles qui me retiennent alors que je tente d’avancer vers la lumière.

Cela fait seize jours que Juliette Ferrars a tué le Commandant suprême d’Amérique du Nord et qu’elle a pris sa place à la tête du Rétablissement sur le continent. 
Seize jours qu’elle a assassiné le père de Warner. 
Juliette pensait qu’elle avait gagné. Elle a pris le contrôle du Secteur 45 et a désormais Warner à son côté. Mais elle reste la fille capable de tuer d’un simple toucher, et un tel pouvoir entre de si jeunes mains fait que le monde entier surveille ses moindres faits et gestes. 
Alors, lorsque Juliette lève le voile sur une partie du passé de Warner, que celui-ci aurait préféré oublier, elle perd son soutien le plus fidèle… Parviendront-ils encore à affronter ensemble les ténèbres qui les entourent, ou se laisseront-ils dévorer par celles qui les habitent ?


Et vous ?

27/09/2018

Girafe blues de Lane Smith et Jory John

Quatrième de couverture

Une girafe trouve son cou trop long. Honteuse, elle tente de le cacher tout en enviant les autres animaux. Elle finit par se lier d’amitié avec une tortue complexée par son cou très court.
Un album pour apprendre à s’accepter tel que l’on est.

Mon avis

Après Banquise blues, voici Girafe blues, le nouveau livre de Lane Smith qui est un album amusant, tout aussi intéressant que le précédent. Si le pingouin était plutôt du genre râleur et à se plaindre de tout et rien, cette girafe à d’autres problèmes, plus d’ordre physique.

C’est l’histoire d’Edouard, cette girafe qui est quelque peu déprimé à cause de son long cou. Il complexe beaucoup, il ne l’aime pas et trouve que ça ne sert à rien. Pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé de s’embellir, de lui trouver une utilité, mais vraiment il ne voit pas l’intérêt. Jusqu’à ce qu’il fasse la rencontre d’une tortue qui est impressionné par ce long cou alors que lui en a un petit. Un long cou qui pourrait être bien utile à cette tortue qui a un grand secret…


On sent bien la détresse de cette girafe qui n’aime vraiment pas son cou mais sa rencontre avec la tortue va changer sa vision des choses, car si la tortue a un petit cou, il n’est pas non plus satisfait de sa condition alors que la girafe voit là un avantage, car c’est plus beau et plus gracieux.


Cette histoire montre qu’on n’est jamais content de son physique mais on a le corps que l’on a et il faut s’en contenter car il peut aussi avoir des atouts. Ce n’est pas parce qu’on y voit des défauts qu’ils sont vus comme tels par les autres. Une histoire sur l’acceptation de soi, un thème important, surtout dans une société comme la nôtre ou l’apparence prime sur tout, où l’on devrait rentrer dans des cases et des normes qui ne conviennent pas à tout le monde.


Le texte est assez court, bien adapté pour les jeunes enfants avec un ton assez léger et humoristique et avec une belle morale à la fin de l’histoire.

Les illustrations sont bien sympathiques, après on aime ou pas le graphisme mais je le trouve plutôt agréable. Les dessins sont simples, il y a peu de couleur mais cela donne un bel ensemble et le message au moins est clair.


En bref, Girafe blues est une histoire bien sympathique que j’ai apprécié découvrir qui aborde un thème important, l’acceptation de soi. Ce n’est pas parce qu’on voit des défauts en nous qu’ils le sont nécessairement aux yeux des autres. Une jolie histoire que je vous invite à découvrir.

A partir de 3 ans.

26/09/2018

Le continent Crépuscule d’Éric Sanvoisin et Federica Frenna (Le Maître des Licornes 2)

Quatrième de couverture

Afin de retrouver sa licorne, Aëlig et son nouvel ami embarquent à bord d'un navire pour gagner Crépuscule, le continent où l'on ne revient jamais. Le bateau est une épave, et les incidents se multiplient mais le duo parvient à Crépuscule. Là, Aëlig en est certain, sa licorne l'attend.

Mon avis

Le continent Crépuscule est le 2e tome du Maître des Licornes dont j’avais bien apprécié le premier volume. Cette suite est à la hauteur du premier et je suis maintenant très curieuse de connaître le dernier tome et avoir toutes les réponses à mes questions sur la raison de l’enlèvement de la licorne.

Aëlig est à la poursuite de sa licorne qui a disparu. Il désire se rendre à Crépuscule car il est certain que c’est là-bas qu’elle se trouve. Grâce à son nouvel ami Azmir, ils vont tout tenter pour y parvenir. Mais le chemin risque d’être périlleux et plus compliqué qu’il ne l’escomptait.

L’intrigue est bonne et bien menée, comme il s’agit d’un roman de premières lectures, cela se lit très vite donc il y a un côté frustrant pour moi car ça s’est terminé trop tôt (ça ne m’a pris que quelques minutes pour le lire). Mais je dois dire que c’est prenant et intéressant, avec son lot d’action et de problèmes. Il y a aussi des rebondissements et j’avoue que je suis très curieuse de connaître la suite et fin car avec ce qui s’est passé ici, les ennuis ne font que commencer !

Les personnages sont toujours aussi intéressants. Je dois avouer qu’Azmir est un personnage qui m’intrigue énormément. Je me pose pas mal de question sur lui. Quant à Aëlig, c’est un jeune garçon courageux auquel on ne peut que s’attacher. On espère vraiment qu’il parviendra au bout de sa quête et qu’il retrouve sa licorne.

En bref, Le continent Crépuscule est une suite réussie, même si j’avoue que cela a un côté frustrant pour moi puisque je l’ai lu très vite. Néanmoins, c’est une série intéressante qui ne pourra que plaire aux enfants qui aiment les mondes imaginaires et veulent s’initier à la Fantasy. L’intrigue est bonne et bien menée avec son lot d’actions et de problèmes et l’on a envie de savoir ce qui va se passer. Un roman efficace dont il me tarde de lire le dernier tome.

A partir de 7 ans.

25/09/2018

Sylvain de Sylvanie Chevalier de Didier Lévy et Eloïse Scherrer

Quatrième de couverture

Impossible de reculer, cette fois : Sylvain a reçu l’ordre de remiser au grenier ses vieux jouets.
Mais au moment d’embrasser Charlemagne, son cheval à bascule, celui-ci lui glisse : « Une dernière aventure ? »
Et c’est parti pour une folle expédition en Sylvanie, où Sylvain, juché sur Charlemagne devenu destrier volant, va affronter les terribles Chevaliers de la Mort-Rouge et leurs redoutables dragons, slalomer entre les trombes d’eau des chutes du Mouzou-Mouza et sauver le vieux roi Boniface prisonnier de son château en flammes. Mais au moment de rentrer à la maison, voilà que Charlemagne annonce qu’il souhaite rester en Sylvanie pour toujours... Le cœur lourd, Sylvain se résigne.
Une dernière rencontre avec un drôle d’olibrius qui se dit « écrivain » va soudain changer la perspective pour le garçonnet. Sylvain reviendra en Sylvanie. Mais autrement. Et souvent.

Mon avis

Sylvain de Sylvanie Chevalier est un album qu’il me tardait de lire lorsqu’une de mes chefs m’en a parlé au boulot (les sorties à paraître). J’avoue que l’idée générale de l’histoire me tentait bien et je dois dire qu’après lecture, cela a été une très belle découverte. Un joli coup de cœur pour cet album que je vous invite vivement à découvrir !

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que cela raconte l’histoire dans son ensemble donc je n’ai pas besoin de le faire. L’écriture de l’auteur est agréable à lire et nous transporte en un rien de temps dans son univers.


J’ai vraiment adoré cet album qui est juste sublime et en tout point de vue, que ce soit pour le texte ou les illustrations. Un combo gagnant et raison pour laquelle je vais le prendre pour l’avoir dans ma bibliothèque. J’achète rarement des albums pour moi mais je fais exception pour ceux qui en valent vraiment la peine et celui-ci en fait indéniablement partie.

Sylvain vit donc une dernière fois une grande aventure en compagnie de son cheval Charlemagne où il se voit affronter de terribles ennemis, sauver la vie du roi ainsi que celle de son enfant. Une histoire qui marque la fin de la petite enfance car il doit remiser les jouets avec lesquels il ne joue plus. Après tout, il est trop grand et cela ne lui sert plus. Mais est-ce vraiment la fin ?


Sa rencontre avec « l’écrivain » à la fin de l’histoire offre de nouvelles possibilités à Sylvain. Et si ce n’était pas la fin mais le début de tout ? Grandir est-il vraiment synonyme de la fin de l’imaginaire, des moments d’évasion et du rêve ? Doit-on vraiment remiser tout ça dans un placard et l’oublier ? Tout cela ne doit-il rester que de lointain souvenir une fois que l’on est grand ? Cela soulève des questions intéressantes, à vous d’y répondre !

Sylvain de Sylvanie Chevalier est un texte sublime, mais cela n’aurait pas la même saveur sans ses illustrations qui sont juste magnifiques ! C’est un graphisme qui me plaît beaucoup et le choix des couleurs est juste superbe. On est transporté dans l’univers de l’auteur en un rien de temps grâce à ces illustrations qui sont un vrai plus à l’histoire, même si je trouve qu’elles peuvent se suffire à elles-mêmes pour raconter l’histoire. Ce qui est toujours pratique pour un enfant de s’imaginer son « propre texte » rien qu’avec les images. De quoi laisser place à l’imagination !


En bref, Sylvain de Sylvanie Chevalier est un très bel album que je vous invite vivement à découvrir. C’est une ode à l’imagination et au voyage et il est important de garder cela, ce n’est pas réservé qu’à l’enfance. Il est des mondes que l’on peut garder en tête, même si cela se fait d’une autre manière. Et cette histoire n’aurait pas la même saveur sans ses sublimes illustrations. Une très belle histoire qu’il vous faut découvrir de toute urgence !

A partir de 5 ans.

24/09/2018

La mystérieuse Mrs Walton de Catherine Kalengula et Mary Gribouille (Les enquêtes de Clém 1)

Quatrième de couverture

Entre Clémentine et ses cousins, aucun indice ne laisse suspecter le lien familial. Mais quand il s’agit de mener l’enquête, leur complicité n’est plus à prouver.
Derrière son chignon impeccable et ses belles manières, Mrs Walton, la nouvelle hôte de la famille Neuville, semble cacher quelque chose.
Qu’est-elle vraiment venue faire au hameau ? Clémentine et ses cousins sont bien décidés à le découvrir !

Mon avis

La mystérieuse Mrs Walton est le premier tome de Les enquêtes de Clém qui m’aura plu. Sans être pour autant un coup de cœur, cela reste une histoire bien sympathique à suivre. Pour de jeunes lecteurs en herbe, je suis persuadée que ça plaira beaucoup.

Clémentine, dite Clém, et sa mère déménagent pour vivre avec le reste de la famille maternelle pour ouvrir une maison d’hôtes dans la maison familiale, suite au décès de sa grand-mère. Une nouvelle qui n’emballe pas tous les cousins qui vont devoir ainsi vivre sous le même toit. Quand leur première cliente, Mrs Walton arrive, Clém et ses cousins trouvent son comportement des plus étranges. Que vient-elle faire ici ? Voici un mystère à élucider…

L’intrigue est bonne et bien menée, simple mais efficace. C’est un roman assez court (moins de 200 pages) donc l’action file droit, il n’y a pas de perte de temps ou de longueurs, tous les éléments s’enchaînent assez vite. C’est important pour de jeunes lecteurs qu’il faut captiver dès les premières pages et là, je trouve qu’on a de quoi se mettre sous la dent. Il y a tout d’abord le changement de vie de Clém et sa famille, des tensions au sein de celle-ci, dû à des remariages et donc de nouvelles fratries qui se créent. Ce n’est pas toujours évident de faire place à de nouveaux membres qui n’ont aucun lien de sang. Mais il y a également l’ouverture de cette maison d’hôtes, un projet qui n’emballe pas tout le monde. Catherine Kalengula aborde ici des sujets intéressants autour du quotidien de bon nombre d’enfants qui pourront ainsi s’y retrouver.

Sur fond d’histoire familiale, on a évidemment l’enquête à proprement parler et elle est plutôt intéressante. L’une des cousines de Clém, Aélys, trouve cette femme étrange et l’a un peu pris en grippe (même si son animosité va au-delà de ça dans un premier temps) puis quand elle découvre qu’elle sort en pleine nuit en train de chercher quelque chose, elle en averti Clém et les autres cousins. C’est ainsi que l’enquête commence véritablement. Je n’en dirai pas plus pour éviter tout spoiler mais c’est une histoire plutôt sympathique qui se laisse bien lire. Évidemment, comme Clém et ses cousins, on a envie d’en savoir plus et de comprendre pourquoi elle agit de cette manière, savoir ce que cela cache.

Les personnages sont intéressants, on a là un groupe assez éclectique. Entre les parents et les enfants, il y a de quoi faire. On voit que niveau adulte, ça ne sera pas forcément facile de devoir cohabiter et faire vivre cette maison d’hôtes. Mais c’est surtout au niveau des enfants que cela sera plus difficile. Entre l’arrivée d’un nouveau « frère », Valentin, une jeune adolescente un peu insolente (Aélys), un autre qui suite à un accident est devenu handicapé et geek sur les bords, Clém qui essaye de créer une cohésion dans le groupe avec la volonté d’aider les autres, plusieurs caractères se distinguent. On peut facilement se retrouver en l’un d’eux, c’est ce qui rend l’histoire plus intéressante et crédible aussi.

En bref, La mystérieuse Mrs Walton est un premier tome bien sympathique. J’ai passé un bon moment de lecture, même si un peu court puisque le livre n’a été lu qu’en quelques petites heures. Mais cela reste une histoire agréable à suivre et efficace dans le genre, même si elle paraît simple au premier abord. Sur fond d’enquête, l’auteur aborde des sujets de société intéressant où bon nombres d’enfants pourront s’y retrouver. Quant aux personnages, ils sont sympathiques et attachants, un groupe très éclectique où là encore, les lecteurs pourront facilement s’identifier.

C'est lundi, que lisez-vous ? [174]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ? 




Cette semaine j'ai lu pas mal de choses, même si en terme de roman c'est assez limité, d'autant que Mérovingiens me prends pas mal de temps. La fatigue n'aidant pas, et le livre étant assez dense, pas du genre à se lire en 5 min je ne l'ai pas encore terminé. Mais j'ai pu lire tout de même des albums et romans jeunesse entre deux. Une bonne semaine de lecture en terme de découverte, donc j'en suis ravie. Si toutes les semaines pouvaient être ainsi, ça serait parfait !



 Mérovingiens de Patrick McSpare

Après la mort de son père, Childéric Ier, Clovis devient peu à peu le roi de tous les Francs, jusqu’à poser les fondations de la future France. Comment un jeune barbare inexpérimenté a-t-il pu supplanter ses puissants voisins et rivaux ? Grâce à sa conversion au catholicisme lui assurant le soutien des élites gallo-romaines ? A sa science militaire ? Certainement. Mais avant tout grâce à l’action de trois agents secrets, une femme et deux hommes.
Obéissant chacun à des motivations différentes, ces guerriers de l’ombre au tragique passé vont peu à peu transformer l’héritier en roi des rois.
Manipulations, chantages, trahisons, sexe, meurtres …
Mission impossible au pays des Francs.

23/09/2018

Les défis de Morrigane Crow de Jessica Townsend (Nevermoor 1)

Quatrième de couverture

Morrigane Crow est née le jour du Merveillon, ce qui signifie deux choses :
1. Elle est maudite.
2. Elle est condamnée à mourir à minuit le jour de ses onze ans.
Son cercueil l’attend.
Elle est sauvée in extremis par un homme étrange qui l’emmène dans le royaume magique de Nevermoor…

Mon avis

Les défis de Morrigane Crow est le premier tome de Nevermoor, un roman que j’ai dans ma PAL depuis le mois de mars 2018 mais que je n’avais pas encore lu, car honnêtement, lire en amont un livre autant en amont (puisqu’il sort début octobre) ça n’avait pas grand intérêt. Sans compter que j’avais d’autres choses à lire à cette période.

Mais la date approchant, il était temps que je jette un œil à ce premier tome qui m’avait intrigué lorsqu’on m’en avait parlé (lors d’une réunion libraire dans les locaux de PKJ) et je dois dire que cela a été une très bonne surprise, j’ai beaucoup aimé cette histoire qui, j’en suis sûre, plaira au plus grand nombre !

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. C’est une histoire assez originale et prenante que j’ai beaucoup aimé découvrir. Comme Morrigane, on se demande bien dans quelle galère on se retrouve car on voit bien qu’il y a des non-dits, des informations qu’on lui cache et qui pourrait s’avérer important.

Afin d’intégrer une société à Nevermoor, elle va devoir accomplir plusieurs défis (d’où le titre du livre) afin d’éliminer à chacun d’eux un certain nombre de candidats. Morrigane ignore beaucoup de choses sur ce monde, sur ce qu’elle doit faire et pourtant son mécène semble avoir une grande confiance en elle, et pour Morrigane, mieux vaut qu’elle réussisse tous ses examens, sans quoi son avenir risque d’être incertain.

L’écriture est assez simple, bien plus que Les Entremondes de Sean Easley que j’ai lu juste avant, on voit que ce n’est pas du même niveau. Mais cela reste agréable à lire et il y a quelque chose d’addictif dans cette histoire. Je l’avoue, cela ne devait être que ma « lecture du soir », que je lis donc chez moi, et je devais prendre un autre livre pour mes transports en commun, mais j’étais tellement bien lancée, et j’avais tellement envie de savoir ce qui allait arriver à Morrigane, que j’ai continué ce livre plutôt que de prendre Mérovingiens (ce que j’avais prévu). Un roman que j’ai dévoré dans la journée tant c’est prenant et intéressant.

L’univers est vraiment original, j’ai beaucoup aimé le principe, déjà que Morrigane soit une enfant maudite du fait du jour de sa naissance, qu’elle sache d’avance le jour de sa mort, ça a quelque chose de glauque mais d’intéressant quand on voit sa relation avec sa famille… mais tout ça va être bouleversé par l’arrivée d’un homme étrange, venu d’un « autre monde », de Nevermoor qui va permettre à la jeune fille de continuer sa vie ailleurs.

Au fur et à mesure de l’histoire, on apprend pas mal de choses sur Nevermoor et cela m’a beaucoup plu. C’est assez intriguant car au début, comme Morrigane, on ne comprend pas grand-chose, on se pose pas mal de questions et on se demande bien pourquoi elle est l’apprentie de Jupiter, lui qui n’en avait jamais ressenti le besoin jusqu’à ce jour. C’est presque un événement à Nevermoor qu’il se soit décidé à prendre quelqu’un sous son aile. C’est un univers qui semble un peu extravagant et fantasque par certains aspects mais il y a aussi une part beaucoup plus sombre et une épée de Damoclès pèse au-dessus de la tête de Morrigane. C’est un monde plein de magie et j’avoue que j’ai beaucoup aimé la manière dont cela était traité mais je suis sûre que l’auteur a encore beaucoup de choses à nous faire découvrir et il me tarde déjà de lire la suite pour le découvrir.

L’intrigue est bonne et bien menée, j’ai été assez surprise par la tournure des événements, même si pour certaines révélations, cela pouvait sembler évident mais j’avoue que je n’ai pas cherché à comprendre et à savoir avant qu’elles nous parviennent pour avoir plus l’effet de surprise. L’action est omniprésente de sorte que l’on n’a pas le temps de s’ennuyer. Comme Morrigane, on découvre tout cela avec un œil neuf et certaines choses peuvent sembler étranges mais c’est ce qui est aussi fascinant.

Les personnages sont vraiment intéressants, que ce soit Morrigane, qui est une petite fille attachante et sympathique. Elle ne mérite pas qu’on la traite de la sorte et quand on voit sa famille puis ce qui se passe lors des Offres (réunion où l’on propose aux enfants des apprentissages auprès de mécènes), c’est injuste. C’est une petite fille courageuse, même si elle doute beaucoup, elle reste une enfant et va faire de son mieux pour combler les attentes de son mécène mais aussi pour garder cette vie qui lui convient mieux que la précédente.

Mais Jupiter est aussi un personnage intriguant que j’ai tout de suite beaucoup aimé, même si je me posais pas mal de questions sur lui. Hawthorne va être un vrai ami pour Morrigane, elle qui n’en a jamais eu. D’autres personnages, comme Fenestra risque de bien nous surprendre, je l’ai adoré, en même temps… ça n’a rien d’étonnant mais également d’autres qui m’ont bien surprise, mais je n’en dirai pas plus pour éviter tout spoiler.

En bref, Les défis de Morrigane Crow est un premier tome addictif et prenant que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir. L’écriture est plutôt simple mais cela a le don de se lire vite. L’univers est vraiment intéressant et plus complexe qu’il n’en a l’air, je suis bien curieuse de voir ce que l’auteur nous réserve pour la suite. Quant à l’intrigue, elle est bonne et bien menée, avec son lot d’actions et de problèmes, on se pose pas mal de questions dont certaines trouveront réponses ici. Mais ce n’est que le début des aventures de Morrigane et il me tarde déjà de la retrouver !

In My Mailbox (351)



In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir

Mes acquisitions de la semaine

Chasseuse de vampires, intégrale 1 de Nalini Singh

Chasseuse de vampires inégalée, Elena Devereaux est appelée par l’Archange de New York, le terrifiant Raphael. Sa mission ? Traquer un Archange déchu, qui met en péril la survie de l’humanité... et bientôt la sienne.
Dès lors, et contre toute attente, l’existence d’Elena changera du tout au tout... De Manhattan à Pékin, des manigances de séraphins sanguinaires au réveil d’êtres endormis depuis des millénaires, rien ne sera épargné au couple mythique et aux Sept compagnons de Raphael.



Ad Astra vol.10 de Mihachi Kagano

Bravoure, complots et stratégie... Plongez au cœur des batailles qui opposèrent les légendaires Hannibal et Scipion !
Après sa contribution décisive à la victoire de Syracuse et grâce au soutien de Néron, Scipion est nommé proconsul par le sénat malgré son jeune âge... Le patricien part donc combattre en Hispanie, déterminé à vaincre là où son père a échoué. 
Sa première cible n'est autre que Carthagène, la cité la mieux défendue de toute la péninsule ibérique... Par un habile stratagème, il parvient à conquérir la place forte en une seule journée ! Rien ne semble plus pouvoir arrêter la progression des Romains. Mais, dans le camp adverse, Hasdrubal Barca est lui aussi prêt à se mettre en marche... 


Ad Astra vol.11 de Mihachi Kagano

Bravoure, complots et stratégie... Plongez au cœur des batailles qui opposèrent les légendaires Hannibal et Scipion !
Les Romains ont envoyé un message clair à Hannibal : la tête tranchée d'Hasdrubal Barca est la preuve qu'une bataille dont il ignorait tout a été perdue et que ses espoirs de voir des renforts arriver par le nord de la péninsule italienne ont été réduits à néant ! Ivre de fureur, le Carthaginois promet de venger la mort de son frère...
Scipion, quant à lui, doit à présent consolider ses positions en Hispanie : après la prise de Carthagène, ses ennemis se sont rassemblés pour lui faire face, inversant ainsi le rapport de forces. Hélas, le jeune général est tombé malade, à la grande inquiétude de ses hommes... Parviendra-t-il à trouver une stratégie capable de contrer Hasdrubal Giscon et sa gigantesque armée ?


Ad Astra vol.12 de Mihachi Kagano

Bravoure, complots et stratégie... Plongez au cœur des batailles qui opposèrent les légendaires Hannibal et Scipion !

Hasdrubal Giscon a convaincu Syphax, le roi de Numidie occidentale, de se rallier à lui, en échange de la main de sa fille, la belle Sophonisbe. À la nouvelle de cette trahison, le prince Massinissa se joint à Scipion, afin de récupérer sa promise... Hélas, si ces renforts sont bienvenus, ils ne suffisent pas à changer la donne.
Puisqu'il est impossible de battre l'adversaire à la loyale, le jeune général décide de mettre le feu au camp ennemi en pleine nuit ! La manœuvre est terriblement efficace mais ses deux opposants en sortent indemnes... Et si le souverain numide est terrorisé à l'idée de recroiser un jour la route du Romain, le Carthaginois, lui, ne rêve que de revanche.


La mystérieuse Mrs Walton de Catherine Kalengula et Mary Gribouille (Les enquêtes de Clém 1)

Entre Clémentine et ses cousins, aucun indice ne laisse suspecter le lien familial. Mais quand il s’agit de mener l’enquête, leur complicité n’est plus à prouver.
Derrière son chignon impeccable et ses belles manières, Mrs Walton, la nouvelle hôte de la famille Neuville, semble cacher quelque chose.
Qu’est-elle vraiment venue faire au hameau ? Clémentine et ses cousins sont bien décidés à le découvrir !


Amélia Fang et le Bal barbare de Laura Ellen Anderson (Amélia Fang 1)

Amélia Fang, malicieuse vampirette déteste assister au Bal barbare annuel organsé par sa mère, la comtesse Frivoletta. Ce soir-là, le palais est rempli de vieux monstres qui portent trop de dentelles et qui empestent le Poubel n°5. Comble de malheur, Tangine, prince de Nocturnia et sale-gosse-pourri-gâté, capture Trouille, sa citrouille de compagnie.
La guerre est déclarée !



Mask de Carole Cerruti

2059, empire du Japon. Dans un monde post-apocalyptique, les adolescents grandissent sans connaître ni beauté ni laideur, le visage en permanence dissimulé. Pour Miya, qui va avoir 17 ans, l heure est venue d enlever ce masque lors de la « cérémonie des visages ». L Empereur décidera alors de son sort : s il estime qu elle n est pas assez belle, ce sera l expulsion de la capitale et elle devra vivre parmi les reclus. Au contraire, si Miya est admise à la Cour, son avenir est assuré et elle pourra épouser son fiancé officiel. Mais, secrètement, la jeune fille aspire à autre chose qu un destin tout tracé. Et sa rencontre avec Wallace, un jeune prisonnier américain, va encore attiser cette flamme de liberté qui ne demande qu à s embraser... Il faut souvent braver les interdits pour devenir libre.


Le secret des Morriganes de Florence Cochet

Jeune détective au sein de l’Agence de Recherche Paranormale, Loren a un véritable don... pour s’attirer des ennuis ! Et la nouvelle affaire sur laquelle elle travaille ne va pas faire exception.
Sa mission ? Traquer un esprit harceleur dans un vieux château perdu dans les forêts du Gévaudan. A priori, rien de bien compliqué pour la jeune médium qui en a vu d’autres. Mais une fois sur place, Loren déchante.
Les murs du château renferment de terribles secrets et des forces obscures et vengeresses déferlent sur ses habitants. Même si elle l’ignore encore, Loren est la seule à pouvoir les combattre. Cette mission va lui révéler ses pouvoirs et sa destinée exceptionnelle en tant qu’ultime descendante d’une longue lignée de combattants du Mal...
En traquant le mal, elle découvre sa vraie nature...


Et vous ?

22/09/2018

Et... de Philippe Jabert

Quatrième de couverture

Non, non non !
Ne touche pas le papillon.
Sinon, il va s’envoler
et...
Ce papillon va faire tomber un pétale de fleur
et...
Ce pétale de fleur coupera le fil d’une araignée,
et...
Que va-t-il se passer après ?

Mon avis

Et... raconte l’histoire de cet enfant à qui l’on dit de ne pas toucher le papillon. Sans quoi, cela fera tomber un pétale de fleur, qui coupera le fil d’une araignée, etc. Une série d’enchaînement d’action qui pourront générer sur le long terme une catastrophe.

Cet album permet d’expliquer l’expression « L’effet papillon » à vos enfants. Cela montre que chaque geste a une conséquence, si on fait telle ou telle action, cela produit telle chose et ainsi de suite. Et plus ça va et plus les problèmes sont importants. L’histoire est plutôt amusante mais j’avoue que je ne m’attendais pas à une telle fin qui prête à sourire.


Le texte est assez simple, une phrase par page qui montre bien la réaction en chaîne si l’on vient à toucher en premier lieu le papillon. Chaque fin de texte se termine par « Et… » ce qui explique le choix du titre de l’album, et cela donne envie de savoir ce qui va se passer après ce « Et… », quel nouveau problème cela va engendrer.


Quant aux illustrations, elles sont assez simples, des fonds unis, des couleurs assez vives tout en aplat, de quoi attirer l’œil des enfants sur cette histoire assez amusante. Après, on aime ou pas, c’est une question de goût, mais je dois dire que cela donne un bel album plutôt agréable à regarder et à lire.


En bref, Et… est un album amusant que j’ai pris plaisir à découvrir. Piquée par la curiosité, on a envie de savoir ce qui va se passer ensuite, quelle nouvelle catastrophe cela va générer si l’on vient à toucher le papillon et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela va créer une réaction en chaîne assez énorme pour nous offrir un final très drôle !

A partir de 3 ans.