Rechercher dans ce blog

30/09/2012

In my mailbox (46)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine

Où est passée Lola Frizmuth d'Aurélie Gerlach

Lola Frizmuth, 18 ans, un charisme hors normes et un physique à faire pâlir Gisèle Bundchen, décide de fuguer vers le Japon pour retrouver Tristan, son âme sœur, quelques semaines avant de passer le bac… Et la voilà embringuée, une fois de plus, dans une histoire trop « chelou ». Dans l’avion, un gangster japonais – un yakuza – échange la carte SIM de son portable avec celle de Lola. Il a des excuses : sa carte est truffée d’infos top secrètes et il est talonné de près par d’autres méchants yakuza qui veulent la lui piquer.
Mais à Tokyo, les vrais ennuis commencent : Lola surprend Tristan dans les bras d’une autre fille, et elles est poursuivie par des types armés en costumes rayés qui veulent récupérer son téléphone… Heureusement, elle rencontre Lionel, un stagiaire de l’ambassade de France troooop sympa, bien qu’un peu coincé…

Image prise ici


Lumen de Robin Wasserman

Certaines connaissances peuvent s’avérer mortelles, mais certains hommes sont prêts à tout pour les posséder.
Lycéenne brillante, Nora passe son temps libre à traduire la correspondance d’Elizabeth Weston, la fille d’un alchimiste du XVe siècle qui prétend avoir inventé une machine, le Lumen Dei, permettant de communiquer avec Dieu.
Mais un matin, sa vie bascule dans le cauchemar : Chris, son confident, est assassiné et son petit ami, qui a disparu, est accusé de meurtre.
Un manuscrit mystérieux… Des sociétés secrètes en quête de l’ultime pouvoir… Une héroïne moderne, brillante et passionnée, à la recherche de la vérité pour prouver l’innocence de celui qu’elle aime…



Le sorcier du nord de John Flanagan (L'apprenti d'Araluen 5)

Will, devenu Rôdeur, a reçu sa première affectation : Seacliff, une île paisible. Mais un équipage skandien, venu piller la côte, va mettre à rude épreuve ses talents de guerrier et de diplomate. Peu de temps après, un message de Halt l'expédie à Norgate, un fief situé au nord du royaume : Will et son amie Alyss soupçonnent Orman, le fils du seigneur, de chercher à s'emparer du pouvoir par des moyens criminels. Will, en digne serviteur de l'Ordre, saura-t-il affronter les terreurs du bois de Grimsdell et déjouer les pièges que lui tendent les apparences trompeuses ?


Fin de partie de Rachel Caine (Vampire City 6)

À Morganville, les règles du jeu ont changé. Bishop, le plus terrible des vampires, a pris le pouvoir et avec lui toutes les sangsues de la ville. Même Michael s'est associé au diabolique Bishop. Claire, elle, va tout faire pour sortir de ses griffes et délivrer Shane. Dans l'ombre, la résistance s'organise, il faut empêcher la destruction totale. Vampires et humains pourront-ils, un jour, recommencer à vivre ensemble ?



La rencontre de Lenia Major (La Fille aux Licornes 1)

Ascane a été choisie pour devenir licornière du roi d'Ampleterre. Mais Séber, le rude maître licornier, ne veut pas d'une fille parmi ses apprentis. Afin de la pousser à la faute, il lui confie une licorne sauvage, un mâle blessé, furieux et indomptable. Mais Ascane a hérité de son grand-père le don de communiquer avec les licornes et d'établir avec elles un lien hors du commun, l'Union. C'est ainsi qu'elle comprend que la tribu de sa licorne a été capturée par un mystérieux ennemi en quête de vengeance.



La poursuite de Lenia Major (La fille aux Licornes 2)

Le deuxième tome de la trilogie d'"héroïne fantaisie" de Lénia Major : Météor, la licorne unie à Ascane, revient chercher son aide. Sa tribu a été enlevée par des ennemis du royaume d'Ampleterre. Les licorniers du roi, emmenés par maître Séber et son mage, partent à leur recherche et vont devoir affronter le peuple de l'Enclave interdite, un briseur d'âmes et vaincre le souverain félon du royaume du Kaltesland.




Justine : Une fille sans faille de Florence Hinckel (Ligne 15 5)

Justine a appris à être à ce que ses parents attendent d’elle : une fille douce et calme. Lors d’un stage dans une librairie, elle tombe sous le charme de Simon, un beau jeune homme au look gothique. Elle va vouloir changer d’apparence pour ressembler à son nouvel ami et faire voler en éclats son image.

Corentin : Grave in love de Florence Hinckel (Ligne 15 8)

C’est la fin de l’année scolaire. Les orientations ont été décidées. Les passagers de la ligne 15 sont conscients de vivre leurs derniers moments tous ensemble. Pour Corentin, c’est aussi le début d’une époque bouleversante. Le groupe de musique dont il fait partie connaît un succès soudain dans la ville. Les fans se multiplient, et il en profite largement. Mais de nombreuses questions l’assaillent : ces filles l’aiment-elles pour ce qu’il est ? La musique doit-elle remplir toute sa vie ? Va-t-il renoncer au lycée ? Et surtout, quelle est cette petite musique douce et constante dans sa tête ?



Et vous ?

29/09/2012

Trahisons de Lili St Crow (Strange Angels 2)

Quatrième de couverture

La vie n'est pas tendre avec Dru. Ses parents sont morts. Son meilleur ami est un loup-garou. Le sang qui coule dans ses veines n'est pas 100 % humain. Et pour des raisons de sécurité, on l’a envoyée dans un lycée pour « créatures surnaturelles » comme elle… une école fréquentée exclusivement par des garçons ! L’idée pourrait sembler alléchante, mais l’instinct infaillible de Dru lui murmure qu’elle n’est pas en sécurité. Un traître se cache derrière les murs de la Schola. A elle de percer son identité !

Mon avis

Suite à son appel, Dru va se retrouver avec Graves dans un lycée qui est fréquenté uniquement par des créatures surnaturelles et où il n'y a que des garçons. Autant dire que ça ne sera pas évident pour Dru, d'autant qu'il semblerait qu'il y ait un traître dans les rangs, donc Dru devra être vigilante pour rester en vie et si possible tenter de découvrir qui il est, avant qu'il ne lui arrive quelque chose.

L'histoire aurait pu être pas mal, et ayant bien apprécié le 1er tome et l'univers créé par Lili St Crow, j''avais vraiment envie de découvrir ce livre. Malheureusement, il est en dessous de mes espérances (et je comprends mieux les avis de certaines personnes). Bon, après je ne vais pas dire que je suis mitigée ou que j'ai détesté ce livre, ça n'est pas vrai. Ça ne m'a pas empêché de dévorer ce livre, d'y prendre plaisir, mais il faut avouer qu'il est en dessous du premier. Il est plus lent niveau action et moins riche niveau révélation (même s'il y en a). On n'évolue pas vraiment dans ce livre, du coup c'est un peu dommage, surtout qu'on aurait pu avoir quelque chose de vraiment sympa ici.

Je l'ai apprécié quand même, mais ça n'est pas non plus génial. Quand on voit le nombre de pages et ce qui se passe... on peut se dire que ça aurait pu se faire en un instant bien plus court et faire davantage évoluer l'histoire. Ce livre sert surtout de lien entre le 1er et le 3e tome, dans le sens où il est nécessaire pour comprendre la suite, parce qu'on a tout de même des révélations ou éléments importants qu'il nous faut connaître, mais c'est assez creux dans l'ensemble, je dois l'avouer.

Donc l'intrigue pêche un peu et c'est dommage, mais elle a été bien menée dans l'ensemble, juste qu'on n'a pas suffisamment de choses à se mettre sous la dent, ou du moins, à la fin du livre, on se dit : "autant de pages pour ça ?" on en revient presque à notre point de départ, on n'avance pas des masses, mais bon, je peux comprendre que ça soit nécessaire pour la suite et ça se trouve tout prendra son sens dans les tomes à venir, ça peut arriver (mais n'ayant pas la suite, je ne peux rien dire pour le moment).

Après l'univers est toujours aussi sympa et dans ce livre, on apprend plus de choses, on fait de nouvelles rencontres, nouveaux personnages qui entrent dans la place et je suis sûre qu'on peut avoir quelque chose de bien dans la suite.

J'aime bien le personnage de Dru, elle est encore un peu perdue et bouleversée par les évènements passés, mais heureusement que Graves est là pour elle, surtout quand on voit les conditions dans lesquelles elle vit, un lycée composé que de garçons et lorsqu'en plus on a des loups-garous et des djampirs, cela complique vite la donne avec sa propre nature. Par ailleurs, dans ces cours tout ne se passe pas comme elle le voudrait donc ça devient dur pour elle de rester cloîtrer à ne rien faire alors que sa vie peut être en danger.

Quant à Graves, là on voit une métamorphose du personnage et je l'apprécie de plus en plus, je suis sûre que par la suite il va avoir un rôle encore plus important (et qui sait, peut-être qu'on aura notre petite romance, nan ?).

Un tome en dessous du premier parce qu'il est assez lent, on n'a pas trop de choses à se mettre sous la dent, mais il était quand même sympathique à lire. Après on a quelques révélations par ci par là, qui nous font vraiment douter sur pas mal de choses, et de nouveaux personnages sont introduits et ça, ça aura une importance pour la suite donc bon... à espérer que le prochain soit mieux.

28/09/2012

Medhi : Zéro commentaire de Florence Hinckel (Ligne 15 6)

Quatrième de couverture

Mehdi s'intéresse beaucoup aux mangas, à la technologie et à la mode, mais il est aussi très attentif à ses amis. Écouter lui permet de ne surtout pas parler de lui. Joséphine et Corentin lui confient, chacun de leur côté, leurs amours chaotiques. Tout à son amitié pour ces deux derniers, il aura du mal à se rendre compte que ses sentiments ont évolué dans un sens... imprévu.

Mon avis

Je dois avouer que j’attendais de lire l’histoire de Medhi, parce que c’est un personnage assez effacé, dont on n’entend pas vraiment parler, quelque soit l’ami lorsqu’il devient narrateur. Donc j’attendais ce tome afin de mieux le connaître et le cerner pour voir ce qu’il en est, et franchement je ne suis pas déçue. J’ai beaucoup aimé cette histoire, et même si tout n’est pas dit clairement, les mots ne sont pas écrits, on comprend aisément ce qu’il en est de Medhi et on peut comprendre d’une certaine manière pourquoi lui-même ne parvient pas à l’écrire.

Medhi est un garçon comme les autres, il se sent bien dans sa peau, un ami sympa à qui l’on peut tout confier, notamment Corentin et Joséphine qui ne savent pas comment s’appréhender l’un l’autre et du coup c’est Medhi qui devient le confident pour les deux. Mais il va se rapprocher de Solène, cette fameuse fille qui prend le bus avec eux et une amitié va naître. Elle sera également sa confidente, à sa manière et va l’aider à comprendre qui il est vraiment et ce qui lui arrive.

Ce que j’apprécie dans cette série, en dehors de la nature différente de cette bande d’amis, ce sont la manière dont il laisse leur trace pendant ce mois obligatoire. La plupart écrive dans un carnet, sur des feuilles (sauf Benoît qui trouve un autre moyen pour le faire) alors que Medhi crée un blog, où il n’y a aucun commentaire comme il veut que ça reste « confidentiel » que ses amis n’en prennent pas connaissance de suite, mais peut-être que cela changera par la suite…

On voit que Medhi est un gars sans problème, par l’écriture c’est beaucoup plus posé, même s’il se pose beaucoup de questions et qu’il ne sait pas toujours comment appréhender certaines situations. Grâce à lui, on en découvre un peu plus sur sa bande d’amis (comme il est le confident de quelques uns) et qu’ils trainent beaucoup avec les garçons, quand il ne part pas se balader tout seul. Un personnage insaisissable qui va pourtant se révéler petit à petit et on ne l’apprécie que davantage.

Encore un tome bien sympathique que j’ai bien aimé et lu en très peu de temps. En tout cas, je suis contente d’avoir découvert cette série parce qu’à chaque fois, je passe un super moment en compagnie de cette bande d’amis atypique.

27/09/2012

Librairie


Un article à prendre avec humour et légèreté. Je trouve que de nos jours, ne pas savoir ce qu'est une librairie... ça me semble juste surréaliste. Et pourtant, ça semble être le cas... sincèrement avec ce que j'ai pu entendre (lors de stage en maison d'édition) et lire (notamment via mes mots clés dans les statistiques), je me dis que parfois une simple petite mise au point peut servir.

J'espère que cette histoire éclairera quelques lanternes... et à défaut d'instruire, au moins elle pourra plaire à certains, et faire sourire d'autres.


*-*-*-*


Il était une fois, un lieu méconnu, si méconnu que la population locale en ignorait jusqu'à son existence et sa fonction ! C'est tout de même un comble lorsqu'on pense qu'il y a quelques années encore des gens y allaient à profusion, que les sourires, les rires et remerciements foisonnaient. Ce lieu, je suis certaine que vous en avez entendu parler un jour... et non, il ne s'agit pas d'une légende (encore moins d'une légende urbaine), ça a réellement existé... Il s'agit de la Librairie.
Pourtant ce lieu était important autrefois, il était lieu de rencontres, d'instruction et surtout de services. Ce petit lieu convivial renfermait un savoir immense, que les gens s’empressaient d’aller acheter pour combler leur curiosité, leur soif de connaissance, ou un moment de détente et d’évasion.
Malheureusement, la Librairie a subi un coup dur. Petit à petit, alors que les nouvelles technologies telles que les ordinateurs puis ensuite Internet, ont commencé à envahir les maisons, des sites marchands ont remplacé la Librairie, dont les visites s’amenuisaient jusqu’à ce qu’elle soit oublié de tous.
Si bien qu’un jour, un petit garçon trouva la Librairie, tout à fait par hasard. Il traînait en revenant des courses et s’étonna de voir cette enseigne si intrigante où il était écrit : Au fil des mots*. Il s’avança et vit dans la vitrine beaucoup de livres, cela l’intrigua. Il ne comprenait pas pourquoi il y avait tous ces livres, alors – comme il avait un peu de temps devant lui – il décida d’entrer. 

image prise ici

Cela l’impressionna quelque peu puisqu’il découvrit un antre dans lequel de nombreux livres s’y entreposaient, il n’en avait jamais vu autant de toute sa vie. Il avait quelques livres chez lui bien évidemment, qui appartenait essentiellement à sa mère, mais elle n’en possédait pas en aussi grande quantité. Il était tout émerveillé de découvrir ce lieu incongru. Il s'avança lentement, allant de tables en tables pour admirer tous ces ouvrages aux mille et une couleurs. Les couvertures étaient très différentes les unes des autres, mais cela lui plu énormément.
Alors qu'il déambulait à travers les couloirs de la Librairie, le petit garçon découvrit un vieux monsieur qui était en train de ranger des livres dans les étagères. Il le regarda faire quelques instants sans oser prononcer la moindre parole quand le monsieur tourna la tête vers lui, l'air surpris.
- Bonjour mon bonhomme. Tu cherches quelque chose ? A moins que tu ne sois perdu ?
- Non..., bafouilla-t-il. En fait, je suis tombé par hasard devant l'enseigne et... je suis entré. Vous avez beaucoup de livres.
- En effet, répondit le monsieur avec un sourire en continuant de ranger les livres.
- Vous avez tout lu ?
- Oula non. J'ai lu quantité d'ouvrages, mais pas autant.
- Alors pourquoi en avez-vous autant ?
- Ces livres ne m'appartiennent pas.
- Alors qu'est-ce que vous faites ici ?
- Je travaille, je suis libraire, et ici, c'est une librairie.
Le petit garçon regarda le monsieur, les yeux écarquillés, sans comprendre un seul mot de ce qu'il lui disait. Il ignorait ce qu'était un libraire et encore plus une librairie.
- Viens, suis-moi, fit le monsieur en posant les livres qu'il rangeait.
Le petit garçon le suivit vers le fond de la pièce. Le monsieur chercha quelque chose et le donna au petit garçon. Il s'agissait d'un gros livre sur lequel était écrit "Dictionnaire". Cela laissa le petit garçon une fois de plus perplexe. Le monsieur expliqua rapidement au petit garçon qu'il s'agissait d'un ouvrage où l'on pouvait chercher la signification des mots. Et il lui demanda alors de chercher le mot "librairie", qu'il épela lettre par lettre, afin que le petit garçon puisse le trouver et voilà ce qu'il lut : "Magasin, partie d'un magasin où l'on vend des livres."
- Donc vous vendez des livres.
- Oui, c'est ça, une bonne partie de mon métier consiste à vendre des livres aux gens. D'où la nécessité d'en avoir autant.
- Mais quels livres ? demanda le petit garçon de plus en plus intrigué.
- Tout et n'importe quoi, répondit le monsieur avec un sourire. On peut avoir tout type de livres, aussi bien ceux que tu étudies en classe, qu'on appelle souvent "les classiques", mais on peut avoir des livres de cuisine, des livres d'art, des livres dit "contemporain", des policiers, de la littérature de l'imaginaire, et tout cela, aussi bien pour les plus petits que pour les plus grands. On peut tout avoir à portée de main ici. Même les librairies spécialisées dans un genre littéraire peuvent avoir tout type de livres, pas seulement ceux dont ils sont spécialistes.
- Vous avez vraiment tous les livres du monde ? demanda le petit garçon émerveillé en jetant un nouveau coup d'œil tout autour de lui, comme s'il venait de découvrir la caverne d'Ali Baba.
- Non, pas tous ceux du monde, mais une grande quantité. On trouve de tout ici comme je te l'ai dit, mais essentiellement ceux en français, et les plus récents, mais il m'arrive d'avoir de vieux ouvrages, dans le fond de la librairie. Et si jamais quelqu'un me demande un livre que je n'ai plus ici en stock, je peux en recommander. Et lorsqu'il sera arrivé ici - en général le délai est d'une semaine - tu pourras revenir le récupérer.
- C'est pratique... C'est comme les sites en ligne, en fait !
- Oui, soupira le monsieur, sauf que l'avantage ici c'est que tu peux voir les livres, les toucher (sans pour autant les abîmer) et découvrir des livres qui ne sont pas sur ces sites. Par ailleurs si tu as besoin de conseils, je suis aussi là pour ça, que tu ne peux avoir en allant sur Internet.
- Ah d'accord... mais pourquoi il n'y a personne ?
- Parce que les gens ont trop l'habitude d'avoir ces sites, pour ne pas à avoir à se déplacer pour aller chercher leurs livres ou d'autres choses (Internet se diversifiant). C'est pratique à ce niveau-là, et les gens ont oublié peu à peu ce qu'était les librairies. Donc je reste ici seul la plupart du temps avec mes livres qui n'attendent que des clients.
- C'est triste...
- Oui, mais c'est ainsi.
- Merci pour ces explications, Monsieur. Je dois vous laisser ma mère m'attend, mais je reviendrais vous voir plus tard.
- Dans ce cas à bientôt mon garçon.
Le petit garçon repartit tout content d'avoir pu découvrir ce lieu enchanteur et ce fut avec le sourire qu'il rentra chez lui. Il raconta à sa maman sa rencontre avec le vieux monsieur et Au fil des mots. Le petit garçon demanda même à sa mère s'il pouvait avoir des livres. Sa mère étonnée de voir l'intérêt de son fils pour les livres, lui demanda ce qu'il voulait pour qu'elle aille voir sur Internet et en commander. Mais le petit garçon refusa et lui demanda de l'accompagner à la librairie Au fil des mots la semaine d'après pour que le monsieur l'aide à choisir. Sa mère, avec le sourire, le lui promit.
La semaine suivante, le petit garçon retourna à la librairie Au fil des mots avec sa mère et même sa petite sœur. Lorsqu'ils entrèrent, des sourires furent échangés, la mère fit ainsi connaissance du monsieur et expliqua ce qu'elle cherchait pour elle et ses deux enfants. Le libraire entraîna les deux jeunes enfants dans la section jeunesse et commença à parler de toutes sortes d'histoires pour appâter les enfants. Le petit garçon repartit avec un livre sur les chevaliers, alors que la petite sœur, partit avec un livre sur les princesses. Quant à la mère, elle repartit avec quelques livres de différents genres et promit au monsieur de revenir plus tard.
Et depuis ce jour, le petit garçon et sa mère n'achetèrent des livres que là bas, et grâce au bouche-à-oreille, la librairie Au fil des mots ne désemplissait pas. Quant au vieux monsieur, il avait sans cesse le sourire aux lèvres, bien content de retrouver la foule dans sa petite librairie.

image prise ici


*-*-*-* 

Bon évidemment ça n'est qu'une petite histoire de mon cru, avec  ce que je pense, ce que je fais, ou autre. Ça ne tient qu'à moi, chacun fait ce qu'il veut, mais il faut savoir que beaucoup de librairies ferment quand même, et en grande partie à cause de sites, etc. Mais là n'est pas le but premier de cet article, c'est un autre débat dans lequel je ne rentrerai pas ici.

Le but premier étant de montrer un peu à quoi ça sert, les principes de base qui pour moi sont d'une logique, que je suis effarée de constater que ça n'est pas un réflexe pour tout le monde. Parce que bon, quand on a des gens au téléphone qui demandent à acheter des livres (alors qu'on est au sein même de la maison d'édition) on se pose des questions.

Les 3,5/4 d'éditeur NE VENDENT PAS leurs livres, et plus la maison est grosse, moins ils le font - sérieusement, vous pensez que Gallimard va s'amuser à envoyer des commandes dans leur locaux ? Non, les seuls envois sont sûrement les services de presse pour la presse, les auteurs (bah oui les auteurs ont droit à des exemplaires presses de leur livre une fois dispo dans la maison). Les maisons d'édition publient les livres mais ils ne les diffusent pas, et ne les distribuent pas. En gros, une fois le livre prêt, ça n'est plus entièrement de leur ressort niveau chiffre d'affaire, c'est entre autre au libraire de faire le boulot pour que les livres se vendent. (L'éditeur lui fait la pub en communication, presse, etc. mais il n'a pas main mise sur la vente même).

Sérieusement, lorsque vous voulez un livre, la première chose à laquelle vous pensez c'est : je vais appeler l'éditeur pour qu'il me fasse parvenir des livres que je lui réglerai par chèque ? Nan mais sérieusement ? Et après ces mêmes personnes lorsqu'on leur répond qu'on ne les vend pas mais qu'on peut les trouver en librairie... c'est limite s'il ne faut pas faire comme le vieux monsieur et leur faire chercher la définition du nom : librairie. Parce que la réponse que j'ai eu c'est : Vous êtes sûr qu'ils vont en avoir ? Bah... c'est un peu leur job non ? D'avoir des livres, de les vendre... Ils sont sensés aider les éditeurs non ? Pourquoi il n'y en aurait pas ? Et si effectivement il n'y en a pas (ou plus, ça arrive les ruptures de stock) bah il existe la magie du pc qui permet de commander les livres ! Révolution exceptionnelle !

Parfois, je perds la foi en l'humanité quand je vois que des gens aujourd'hui ignorent tout ça, aussi bien des jeunes que des adultes... ça craint. ça ne fait que quelques années (en gros 7 ans) que je lis de manière massive que les livres et moi c'est une histoire d'amour, mais je savais déjà bien avant que les livres, si on en veut acheter c'est en librairie (centre culturel, même à Auchan il y a un coin librairie !), et emprunt en bibliothèque, ça n'a rien de compliqué. Mais c'est à croire que la folie "technologie" ait grillé certains neurones et que du coup les gens ne le savent plus. Je me demande comment faisaient les gens lorsque internet n'existait pas (si si, perso je n'ai eu internet qu'à l'âge de 13/14 ans, en gros ça fait 10 ans...) et que "l'accès aux maisons d'édition" n'étaient pas si ouvert. (Oui oui, avant on ne savait rien sur les sorties, pas de communication directe comme ça l'est maintenant, il suffit de retourner 4 ans en arrière et ça n'était pas comme ça).

Voilà, j'espère que cet article vous aura appris des choses ou simplement diverti. Ça peut sembler simple et évident pour la plupart des gens (et je l'espère !) mais il y en a qui doivent vraiment ignorer ce que c'est et à quoi ça sert ce que je trouve dommage parce que quand on aime les livres, bah ça me semble juste un peu la base quoi...


* petite dédicace au blog Au fil des mots, j'ai vu un message de toi un soir s'afficher sur FB et j'ai trouvé ça sympa pour le nom de la librairie.

New Victoria de Lia Habel (New Victoria 1)

Quatrième de couverture

Nora Dearly, jeune fille de la haute société de New Victoria, est plus intéressée par l’histoire militaire de son pays que par les bals et les jolies robes. Elle n’imaginait pas que la mort de son père, le docteur Dearly, la projetterait au cœur des conflits qui menacent les frontières du pays… Kidnappée par une faction rebelle, Nora doit combattre ses préjugés pour comprendre leurs motivations. Bram Griswold, un jeune soldat courageux et séduisant, entend bien lui ouvrir les yeux sur la véritable menace qui pèse sur les vivants... comme sur les morts.

En lecture commune avec :
pour sa chronique, cliquez sur l'image







Mon avis

En lecture commune avec Secret Forbidden World (bien qu’elle l’ait commencé avant moi la vilaine), je me suis lancée dans ce livre (découvert il y a pas mal de temps par la dite demoiselle, j’étais bien contente de voir qu’il allait être traduit en VF). J’avoue que je n’avais aucune envie de terminer ce livre, parce qu’il est tellement génial, que je voulais le faire durer un peu plus longtemps, profiter de ce monde, de ces personnages que j’aurai aimé que ça dure un peu plus (2 jours et demi, c’est trop court, bien qu’il fasse 570 pages).

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire puisque la 4e de couverture est suffisamment explicite et montre bien ce qui se passe (et j’avoue que j’ai un peu la flemme, mais bon, quoi qu’il arrive, il faut découvrir ce livre et même sans savoir de quoi ça parle). Franchement, j’ai adoré ce livre, on peut dire un coup de cœur même. C’est tellement énorme l’univers construit par l’auteur et l’imagination qu’elle a, qu’on ne peut que prendre une belle claque et aimer ce livre.

Comme je l’ai déjà dit (et que vous verrez souvent dans cette critique, je m’excuse d’avance pour les répétitions) ce livre est vraiment génial et original. Je n’avais rien lu de tel auparavant et je dois dire que j’adore ! Il mélange les genres, ça pourrait être considéré comme de la dystopie quelque part (ou plutôt du post-apocalyptique) mais c’est quand même le steampunk qui prend le plus de place. Et là, j’ai tout simplement adhéré (même s’il y a plus, surtout quand on voit la nature de certains personnages). L’univers est vraiment bien construit et je ne cesserai pas de dire que les pavés sont les mieux parce qu’on peut vraiment les développer et entrer dans l’histoire. On comprend tout de suite où l’on embarque, les soucis qui peuvent apparaître, etc. donc c’est vraiment agréable de voir comment on en est arrivé là, sans que ça soit pour autant ennuyeux, loin de là.

L’écriture de l’auteur est vraiment agréable, fluide à lire et j’ai pu dévorer les pages sans m’en rendre compte. Sincèrement, j’avais lu en quelques heures plus de 100 pages (qui ne représentent vraiment rien dans le livre) et je ne les aie même pas vues passer ! C’était tellement intéressant que j’ai directement adhéré à l’univers et l’histoire qui est absolument géniale. L’intrigue est bien menée et on voit peu à peu où l’on se dirige, mais l’auteur arrive à faire des rebondissements, des révélations qui nous surprennent (ou pas, il y a un fait dont je me doutais fortement, mais après je n’avais pas les raisons). Franchement, on ne voit pas les 570 pages passer, tant l’histoire est prenante.

Si avec une telle couverture vous vous attendez à un livre de fille, avec de la romance à profusion, vous êtes dans l’erreur, sincèrement ça n’est pas au centre de l’histoire (même si elle existe un peu, ça n’est pas le premier plan et c’est très léger en plus). Mais je trouve que cette couverture est davantage représentative que la version Bragelonne (qui montre OK le côté Steampunk par rapport à celle là, mais je ne la trouve pas vraiment représentative de l’univers en fait, pas tant que ça, après, c’est une question de goût). Mais en tout cas, si vous voyez ce livre avec cette couverture (Castelmore) ça n’est pas un livre dégoulinante de romance, etc. non, loin de là (trop de romance tue la romance !).

Le fait que la narration soit multiple (5 personnages prennent la parole, narration à la 1ere personne à chaque fois) nous permet de voir la situation dans son ensemble et à travers 5 personnages totalement différents, et ça, j’ai vraiment adoré. Je ne m’attendais pas à autant de monde mais je dois dire que là, pour une fois c’est bien fait, ça n’est pas gênant et ça sert vraiment l’histoire, pas comme Les loups de Mercy Falls de Stiefvater où j’avais trouvé dans les tomes 2 et 3 les voix multiples énervantes et inutiles.

Les personnages sont tout simplement géniaux (ouais, je sais je me répète). Ils sont éclectiques et le fait de découvrir la « voix » de plusieurs d’entre eux, nous permet de mieux les connaître et les appréhender.

Nora est une fille courageuse, qui a des bonnes manières et en même temps sait tenir la tête et garde la tête haute en toute circonstance. Elle prend sur elle lorsqu’elle se rend compte de la nature véritable de ses kidnappeurs et aussi pourquoi ils ont agi ainsi (même si au début, c’est dur, mais en même temps… toute personne normalement constituée aurait fait la même chose qu’elle, perso, j’ai adoré l’histoire de la porte à verrous). Et on voit une vraie évolution dans le personnage tout au long du livre et c’est bien agréable (de la même manière que pour son amie Pamela qui m’a bien surprise).

Quant à Bram (pour ne parler que des deux personnages principaux, et donc voix principales du livre) je l’ai adoré, on a envie de lui faire des câlins malgré tout ^^ (enfin pas au premier abord, mais après oui). Il est attachant et on voit la lutte intérieure, c’était assez marrant quand même. Sa nature étant, il ne peut pas trop se rapprocher d’elle, après tout, il est « l’ennemi ». C’est une forte tête qui n’obéit pas toujours aux règles non plus et on comprend à chaque instant son dilemme, donc j’avoue qu’il n’est pas dans une position évidente.

Voilà, je vais m’arrêter là, je pense que vous avez compris que j’ai vraiment aimé ce livre. Il est original, bien construit, avec un univers intéressant et complexe, des personnages attachants et sympathiques (pour la plupart), un brin de romance pour que ça soit sympa (bah oui je reste une nana, il me faut ma part de romance, qui est là très bien faite) et une histoire qui tient bien la route. Voilà, c’est tout ce que je demande et là, l’auteur me les a donner, et ça, largement ! Donc foncez le lire, pour moi c’est un coup de cœur, j’ai vraiment adoré. Une affaire à suivre parce que là… vu la fin… 

26/09/2012

La Marque du fleuve de Patricia Briggs (Mercy Thomspon 6)

Quatrième de couverture

Mercy et Adam passent leur lune de miel au bord de la Columbia. Tout devrait être parfait, mais une présence maléfique hante les eaux, emportant des vies innocentes. Mercy est une marcheuse: elle peut voir les fantômes. Et voilà que l'esprit de son père, mort avant sa naissance, décide de lui rendre visite.Il est temps pour elle de renouer avec son héritage pour affronter la diablesse de la rivière.

Mon avis

Raaah la la, ça faisait si longtemps que je n’avais pas lu de Mercy Thompson !! Je suis bien contente de retrouver Mercy, Adam et la Meute, mais en plus, il faut voir pour quel évènement ! Le mariage d’Adam et Mercy ! Ça fait une entrée en matière absolument géniale, je ne m’attendais pas à ça, mais en même temps… normal. Voilà, il n’y a que ça à dire : normal, ça ne pouvait pas se passer autrement ^^. Et donc, nos deux jeunes mariés partent en voyage de Noces au bord de la Columbia, alors que tout devait être sous le signe de la tranquillité, détente et amour, les choses vont commencer en se compliquer puisque alors que Mercy sauvait une personne des eaux, une étrange chose lui a imposé une marque sur sa jambe et elle est loin de se douter de tous les problèmes que ça va poser…

Ce tome est tout mignon et se savoure (même si je l’ai dévoré en peu de temps, je n’ai pas pu m’en empêcher, c’était tellement bien !). Franchement, j’ai adoré et contrairement à certain, ça ne m’a pas dérangé de ne pas voir la Meute (on la voit un peu mais elle n’est pas au centre de l’histoire, comme dans le tome précédent par exemple, mais en même temps, lors de sa nuit de Noces, qui voudrait avoir une Meute à ses côtés ?). L’intrigue est très bien trouvée et bien menée. Malgré la situation (c’est quand même être un moment de bonheur et de tranquillité, la nuit de noces !) il y a pas mal d’actions, de problèmes et de révélations. J’avoue que sur la fin, je ne m’attendais pas à ça, c’était bien trouvé et là, on a enfin une réponse sur une certaine chose… (Dur de ne pas spoiler là, donc je suis sûre que vous ne comprenez pas, mais quand vous aurez lu le livre, je pense que vous saurez de quoi il s’agit).

Ce tome nous permet donc de voir notre couple préféré seul, mais évidemment, Mercy – pour confirmer sa réputation – va s’attirer des ennuis à son insu. Une étrange créature s’en est prise à elle et à d’autres gens et elle n’est pas prête à s’arrêter là et à laisser Mercy tranquille ! Du coup cette dernière va devoir trouver la solution pour pouvoir écarter le danger et continuer son voyage de noces sans encombre. C’était vraiment mignon de les voir tous les deux, jusqu’à ce qu’on découvre les raisons pour lesquelles ils se trouvaient là bas et aussi ce qui se passaient… Mais tout ça, c’est pour notre plus grand bonheur parce qu’on voit à quel point le couple fonctionne bien et qu’ils sont faits l’un pour l’autre, en dépit de leur caractère de cochon…

Mais les révélations sont grandes aussi sur Mercy, et ça on me l’avait dit, mais waouh, je ne m’attendais pas tout à fait à ça. J’ai adoré toute cette part de mythologie, toutes ces révélations. J’avoue avoir été surprise par la tournure de certains évènements, mais j’ai trouvé ça vraiment bien. Un tome plus lent que les tomes précédents peut être du fait de la situation, mais bon, on a notre lot de peur, de crainte et de tensions pour nous faire faire des crises cardiaques toutes les cinq minutes (nan, Patricia Briggs tu n’as pas le droit de faire ça !!!!!!!!).

Voilà, je ne vais pas m’étendre davantage sur le sujet, j’ai vraiment adoré ce tome, un vrai coup de cœur, surtout de retrouver notre petit couple favoris. Dans ce tome on en apprend beaucoup sur Mercy et j’espère qu’on retrouvera certains personnages plus tard, sinon ça serait dommage. Un très bon tome pour moi, une super lecture et après tout ce temps d’attente, j’en ai bien profité (même si niveau temps, ça a été court) mais dévoré avec attention.

25/09/2012

Justine : Une fille sans faille de Florence Hinckel (Ligne 15 5)

Quatrième de couverture

Justine a appris à être à ce que ses parents attendent d’elle : une fille douce et calme. Lors d’un stage dans une librairie, elle tombe sous le charme de Simon, un beau jeune homme au look gothique. Elle va vouloir changer d’apparence pour ressembler à son nouvel ami et faire voler en éclats son image.

Mon avis

Après Dorian, nous retrouvons Justine pendant un mois. Elle, c’est la fille tranquille, sans souci, sage comme une image, une fille parfaite en somme. Alors qu’elle doit faire un stage, sa mère lui en trouve un dans une librairie. Mais là bas, elle va faire la rencontre de Simon, un gothique, a qui elle voudra plaire et pour cela elle pense qu’un changement radical s’impose, et qu’elle va commencer à se comporter de manière différente, faisant « voler en éclats » (pour reprendre la 4e de couv) son image de fille parfaite, car à vouloir trop l’être, on peut, peut-être se perdre un peu.

J’ai beaucoup aimé l’histoire qui était bien sympathique et une fois encore c’était bien fait. On voit que Justine veut bien faire, être sage pour ne pas poser de problèmes à ses parents mais il arrive un moment où l’on veut changer, où l’on en a besoin et c’est ce qu’elle va ressentir. D’autant que de travailler dans la librairie, ça va la rapprocher de sa mère (qui est auteure) et là, des soucis vont s’ensuivre.

Quant à Justine, je l’ai trouvé sympathique et fidèle à elle-même dans l’ensemble (quand on la voit du point de vue des autres amis), le seul aspect que je n’ai pas aimé, c’est le fait qu’elle trouve que de bosser dans une librairie ça craint, surtout quand elle voit ce que font ses amis. Pourtant elle aime lire, et elle n’aime pas les librairies ? Un comble ! ^^ C’est une fille calme, douce et romantique (elle pense que la vie est comme les romans qu’elle lit, mais elle va vite apprendre, que ça n’est pas toujours comme ça non… c’est plus idéalisé dans les livres). On la découvre dans toute sa splendeur, avec quelques secrets en plus, qui la concerne directement et dont ses amis ignorent tout, mais aussi un secret de « famille ».

Le livre est court mais n’en reste pas moins plaisant. Ça se lit vite, l’écriture est simple mais efficace, nan franchement pour des ados je trouve que ce sont des livres bien puisque ces histoires les concernent et qu’ils peuvent se retrouver en chacun de ses adolescents. Et l’histoire de Justine peut concerner pas mal de monde donc je pense qu’on y trouvera son compte. En tout cas, je l’ai bien aimé, plus qu’à lire la suite !

24/09/2012

Dorian : T'es pas cap de Florence Hinckel (Ligne 15 4)

Quatrième de couverture

Premier de la classe, Dorian a appris de son père que les garçons devaient être forts et ne pas pleurer. Il y a un nouveau au collège qui n’est autre que son « copain » d’enfance, le grand Bastoche. Très vite, Dorian se retrouve sous sa coupe, comme quand il était petit. Bastoche lui lance des défis que Dorian, impressionné et effrayé, s’empresse de relever, au risque de perdre ses amis.

Mon avis

Après Sarah, c’est au tour de Dorian de prendre le relais pour raconter un mois de sa vie de collégien. On se rend compte rapidement qu’il est le premier de la classe, mais qu’il est également un grand déconneur, fauteur de troubles par moment (mais il parvint à ne pas se faire prendre). C’est un garçon fort qui ne montre pas ses problèmes, parce qu’on lui a toujours appris qu’un garçon ça ne devrait pas pleurer. On apprend que Dorian était sous la coupe de Bastoche, lorsqu’il était enfant et quand il voit que celui-ci se retrouve dans le même lycée que lui… rien ne va plus, car les « jeux d’enfants » reviennent, cela consistant à : t’es cap ou pas cap ?

J’ai bien aimé ce livre. Dorian n’est pas un ado parfait, mais il essaye de l’être pour être à la hauteur des espérances de son père et en tant que garçon, il ne doit pas pleurer, il ne doit pas montrer ses problèmes. C’est un engrenage qui va s’enclencher surtout quand son « ami d’enfance » Bastoche débarque puisque « pour s’amuser » il va lancer plein de défi à Dorian mais cela pourrait mal se terminer. Dorian ne voulant pas être vu comme quelqu’un de faible, etc. va faire toute sorte de choses et il va apprendre à ses dépends jusqu’à quel point ça peut être « dangereux ». Ce sont des choses qui peuvent arriver facilement à un adolescent et celui-ci, pour ne pas attirer l’attention, les problèmes, va finir par se renfermer et tout cacher même si ça le ronge de l’intérieur.

Encore une histoire bien sympathique que j’ai beaucoup appréciée. Dorian est un personnage vraiment attachant et malgré ce qu’il fait, on peut le comprendre et la mauvaise influence de Bastoche fait – que d’une certaine manière – il n’a pas le choix d’agir, pas s’il doit rester fort et montrer qu’il est capable de tout faire. Je n’en dirai pas plus (déjà que j’en ai beaucoup dit) mais c’est un livre vraiment sympathique et qui fait une bonne continuité dans la série, donc, je ne m’en lasse pas.

23/09/2012

Théa pour l'éternité de Florence Hinckel

Quatrième de couverture

Théa est secrètement amoureuse de Théo, son meilleur ami d'enfance, qui lui préfère la pom-pom girl du lycée. Théa vit seule avec sa mère, une ancienne présentatrice de télévision obnubilée par le souci de paraître jeune. Théa a l'impression que le temps passe trop vite et que les promesses de l'enfance sont déjà loin. Alors, quand le professeur Jones lui propose d'être le plus jeune cobaye d'un programme visant à stopper le vieillissement, Théa décide de saisir cette chance. Le destin hors normes d'une héroïne qui a franchi la limite interdite. Un roman déroutant d'une évidente actualité.

Mon avis

Je dois avouer que j'ai pris ce livre essentiellement pour la couverture qui je trouve est magnifique, simple mais belle quand même. Après avoir lu la 4e de couverture, je me suis dit que ce livre pourrait en valoir la peine, c'est pourquoi je l'ai acheté. Et je dois avouer que je n'ai pas été du tout déçue, je suis contente d'avoir pu découvrir ce livre, parce qu'il pointe du doigt des choses qui pourraient éventuellement se faire dans notre société et cela donne à réfléchir.

En dehors de ça, c'est une histoire très sympathique qui mérite d'être lue parce qu'elle montre jusqu'à quoi on peut être capable pour rester éternellement jeune... et ça fait peur... Théa est amoureuse de Théo mais elle va se rendre compte qu’il préfère la pom-pom girl du lycée et ça va la peiner. De l’autre, sa mère, une ex-présentatrice TV qui a été rétrogradée à un job moins intéressant parce qu’elle commençait à vieillir (donc valait mieux une femme jeune à la TV), elle ne cesse de dire à sa fille qu’il faut rester jeune, etc. Cela va monter à la tête de la jeune adolescente et quand le Professeur Jones va lui proposer d’être le cobaye pour une expérience permettant de stopper le vieillissement, Théa n’hésite pas une seule seconde et va même être encouragée par sa mère. Sauf qu’évidemment, tout ne va pas se passer comme prévu et cela pourrait cacher des dangers qui pourraient être grave…

L’histoire est vraiment touchante et l’intrigue bien menée. On se doute un peu de ce qui va se passer (le titre aide pas mal) mais ça n’empêche pas qu’on apprécie de la lire. Ça fait quand même un peu mal cœur de voir ce qu’elle fait, les motivations qui la pousse à accepter d’être le cobaye de ce professeur. Quand on découvre peu à peu ses intentions, on comprend pourquoi il a choisi de faire une expérience sur une personne si jeune et je dois avouer que son but est louable et si ça pouvait vraiment marcher, faire en sorte de ralentir le vieillissement ça pourrait être une bonne chose. Mais comme toute chose qui touche à la génétique, etc. il y a des risques mais en plus cela pourrait être détourné avec de mauvaises intentions ou bien juste un effet esthétique… Du coup, ce livre nous permet de nous poser des questions, de voir si ça en vaut vraiment la peine.

C’est un livre assez court, qui se lit très bien et rapidement, la plume de l’auteur est vraiment agréable et je l’ai retrouvé (pour avoir commencé à lire avant Ligne 15 qui met en scène également des adolescents).

C’est un fait d’actualité, beaucoup rêvent d’être plus jeunes etc. (la chirurgie esthétique se porte relativement bien à ce niveau, même si ça ne concerne qu’une élite), mais le traitement donné à Théa serait pour une élite, visant à être accessible pour tout le monde, du coup tout le monde pourrait rester jeune. Idéal non ? Sauf qu’on découvre peu à peu que ça ne l’est pas tellement et que ça peut devenir dangereux à plusieurs niveaux. C’est assez effrayant de voir ce que les gens sont capables de faire pour éviter l’inévitable (on est tous voué à vieillir et à mourir, c’est ce qu’on appelle la vie…).

Quant aux personnages, je les ai adorés, ils sont tous différents les uns des autres. Théa est une adolescente qui pense bien faire, mais ses motivations ne sont pas forcément celles que l’on croit, surtout quand on se rend compte des tenants et des aboutissants de cette expérience. Quant à la mère, je la trouve irresponsable et… nan, ça n’est pas passé entre nous, elle méritait des baffes (il faut le dire !). Le professeur Jones, eh bien son but pouvait être louable, il est rendu assez attachant la plupart du temps mais bon… il faut lire l’histoire pour bien comprendre les vrais enjeux.

En bref, un livre touchant et émouvant qui en même temps pointe du doigt un fait grave qui pourrait bien arriver dans le futur si on n’y prête pas attention. C’est une sorte de mise en garde, tout en nous offrant une belle histoire (j’ai beaucoup aimé la fin malgré ce qu’elle nous montre). Un roman à lire.

In My Mailbox (45)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine

Sombre célébration de Charlaine Harris (Lily Bard 3)


« Depuis le drame que j'ai vécu, mes visites à Bartley se sont faites rares. Mais aujourd'hui, me voilà de retour dans ma ville natale pour assister au mariage de ma sœur, qui m'a désignée comme demoiselle d'honneur. Malheureusement, j'ai bien l'impression qu'une mauvaise nouvelle est sur le point de s'inviter à la fête. "Si quelqu'un s'oppose à cette union, qu'il parle maintenant ou se taise à jamais..." Il semblerait que j'aie trois jours pour trouver la réponse ! »


Et vous ?

21/09/2012

Travail soigné de Pierre Lemaitre (Une enquête de Camille Verhoeven 1)


Quatrième de couverture

Dès le premier meurtre, épouvantable et déroutant, Camille Verhoeven comprend que cette affaire ne ressemblera à aucune autre. Et il a raison. D’autres crimes se révèlent, horribles, gratuits… La presse, le juge, le préfet se déchaînent bientôt contre la « méthode Verhoeven ». Policier atypique, le commandant Verhoeven ne craint pas les affaires hors normes mais celle-ci va le placer totalement seul face à un assassin qui semble avoir tout prévu. Jusque dans le moindre détail. Jusqu’à la vie même de Camille qui n’échappera pas au spectacle terrible que le tueur a pris tant de soin à organiser, dans les règles de l’art… 

Mon avis

Ayant lu Alex de Pierre Lemaitre, je me suis rendue compte qu'il s'agissait en fait du 2e tome d'une trilogie, je me suis donc empressée d'aller acheter le 1er, mais jusqu'à aujourd'hui, je n'avais jamais eu le temps de lire le 1er. Mais sachant que le tome 3 et dernier allait sortir en octobre, je me suis dit qu'il fallait que je lise quand même le 1er tome, ce qui est désormais chose faite.

Et là... c'est le moment où j'annonce que Pierre Lemaitre est un auteur à suivre... Oui, même si je n'en ai lu que deux de lui... c'est un auteur que je vais suivre de près… parce que je suis convaincue de ce qu’il peut faire… donc le prochain coup, je me réserve de prendre quelques uns de ses livres…

L’histoire semble relativement simple, Camille Verhoeven est appelé sur une enquête, un double meurtre particulièrement sanglant. Il va donc avec son équipe tenter de résoudre cette affaire, qui malheureusement pour lui, va être quelque peu ardue, et va devenir de plus en plus complexe, sans compter que la presse semble prendre un malin plaisir à dévoiler au fur et à mesure des éléments de l’enquête, ce qui agace particulièrement Camille Verhoeven.

Une histoire simple hein… Ne jamais se fier aux apparences, surtout lorsqu’on a affaire à de très bons auteurs de thrillers… c’est une grave erreur. Cette histoire est tout sauf simple, elle va en quelques pages devenir si compliqué que le commandant Camille Verhoeven va vraiment se faire du souci parce qu’il ne sait pas par où commencer, rien n’aboutit et pourtant il faut vite trouver le coupable, vu que la presse s’en mêle et le tourmente. J’ai tout simplement adoré cette histoire, elle est géniale. Dès le début on est plongé dans le chaos et on a l’impression de s’y enfoncer toujours un peu plus… Et l’intrigue… franchement elle est originale et l’auteur a dû faire pas mal de recherches sur tout ça à mon avis avant de pouvoir écrire ce livre. En tout cas, c’était bien trouvé et j’ai bien adhéré.

Même si pendant ma lecture au début, j’avoue que je trouvais ce livre assez « simple » et que je ne retrouvais pas la patte et toutes les émotions que dans Alex… (Surtout ce regret là). Mais comme je l’ai dit, il ne faut pas se fier aux apparences, jamais ! Parce qu’au moment des révélations et la fin… mon dieu, ça retourne toute l’histoire et il faut voir dans quelle direction !! Je ne m’attendais pas du tout à ça et j’ai été donc très surprise. Je me doutais bien que l’auteur voulait nous emmener sur un terrain, mais je n’y croyais pas, sauf que je n’aurai pas pensé à ça… C’est là, qu’on voit tout le talent de l’auteur, il parvient à nous faire douter jusqu’au bout et au dernier moment, il coupe l’herbe sous le pied en dévoilant des éléments… Un génie, voilà ce qu’il est, un génie. Alors même si en lisant ce livre je n’ai pas ressenti autant de choses que dans Alex (coup de cœur pour moi), bah ce livre s’en approche et pour un premier tome, il est vraiment super !

Bon le fait d’avoir lu le tome 2 avant le 1er, n’a pas été un avantage pour moi, puisque j’étais au courant d’un fait qui se déroulait dans ce livre. Mais du coup, ça l’a rendu plus poignant et plus triste sachant ce qui allait se passer. J’avais un petit pincement au cœur à chaque fois, et le fait d’avoir en plus le passage « en vrai » sous les yeux… c’est affreux… J’étais vraiment triste, mais bon, je savais que c’était inévitable. Quant à l’équipe, je retrouve quelques membres présents dans Alex, une bonne équipe dans l’ensemble avec des personnages très différents les uns des autres.

Le commandant est vraiment un personnage attachant, il mène son enquête et on voit que ça le tient à cœur, même si cela peut poser des problèmes dans sa vie de famille, puisqu’il délaisse un peu sa femme… ce qui peut être gênant, surtout au vu de conséquences, mais il ne peut pas oublier le carnage de cette affaire. Dès le début, il sent que ça ne sera pas facile, mais il est loin d’imaginer ce qui va se passer…

En bref, ce livre qui ne paye pas de mine dans un premier temps est vraiment surprenant. J’ai adoré, il y a plein d’actions, de retournements, de choses inattendues. Les personnages sont vraiment bien et différents les uns des autres pour offrir un panel intéressant. Un super livre pour moi, pas un coup de cœur, mais pas loin. Et le 2e tome est là par contre un coup de cœur affirmé… plus qu’à voir ce que donnera le tome 3 (qui est le dernier).

20/09/2012

La secte d'Abaddon de Cécilia Correia (Les aventures d'Aliette Renoir 1)


Quatrième de couverture

En arrivant à Paname, les Allemands s’étaient rendu compte qu’une menace plus dangereuse qu’eux sévissait déjà. Alors, en accord avec leurs autorités, ils laissèrent ma famille, les Renoir, continuer leurs petites affaires. Je vais vous dire : cela aurait été plus simple si j’avais dû zigouiller des rongeurs et encore… j’en avais horreur. Bon, je ne vais pas vous mentir plus longtemps, je déteste toutes les bestioles, qu’importe l’espèce animale. Sauf que la plus terrible de toutes, celle que je traquais chaque nuit demeurait mon pire cauchemar. Mais voilà, l’honneur de la famille restait ma priorité. Si bien que même si j’avais le trouillomètre à zéro, je devais quand même braver mes peurs en affrontant mon ennemi juré : le vampire.

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Rebelle de m'avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup apprécié. Il me tarde d’avoir la suite maintenant ! Et une petite mention spéciale à la couverture : elle est magnifique quand même et ça m’énerve de ne pas voir le visage de l’homme que je suppose être Lawrence…

Aliette Renoir est la fille du célèbre chasseur de vampire Emile Renoir, et elle fait tout naturellement le « même métier » que lui, sauf qu’on se rend compte rapidement qu’elle n’est pas vraiment taillée pour ça. Alors qu’un soir elle croise un vampire au bras d’une femme, elle se courre à sa poursuite avec son pieu… mais tout ne va pas se passer comme prévu et cette rencontre pourrait bien changer sa vie et sa vision des vampires pour toujours… ou l’éternité…

J’ai beaucoup aimé ce livre comme je l’ai dit. Il ne m’a vraiment pas fait long feu tellement j’étais prise dedans (même pas deux jours). L’écriture de l’auteur est agréable et fluide à lire si bien qu’on est plongé dans l’histoire avec une facilité déconcertante. En plus, c’est écrit avec une certaine familiarité bien que ça se passe dans un temps un peu plus ancien (dans les années 1940). Ça nous permet d’être un peu plus proche des personnages, d’autant que c’est écrit à la 3e personne, donc on est intimement lié à Aliette.

L’univers de Cécilia Correia est très intéressant et riche. Plus on avance et plus on en apprend, j’ai été surprise de découvrir certains éléments auquel je ne m’attendais pas. Par ailleurs, j’ai bien apprécié le fait que ça se passe sous occupation allemande, ça change des livres plus contemporains, après pour l’histoire (du moins pour le moment) ça n’a pas une très grande importance, peut être que la suite me fera changer d’avis à ce niveau là. Evidemment, on a encore des vampires, mais l’auteur a su revoir un peu le mythe, créer son propre univers pour notre plus grand plaisir et franchement, je pense que je n’ai rien lu de tel, c’est très différent de tous les livres sur les vampires que j’ai pu lire, donc moi, ça me va.

Quant à l’intrigue, elle est intéressante et bien menée. J’ai adoré la manière dont ça a été fait. Au début on pourrait penser que ça ne paye pas de mine, mais à mesure, on se rend compte de l’ampleur de l’histoire et c’est vraiment agréable de voir comment les éléments se mettent en place. J’ai beaucoup aimé cette histoire et pris grand plaisir à la lire. L’auteur sait maintenir son suspense, ne révélant que petits à petits certaines informations pour suffisamment aiguiser notre curiosité et nous donner envie de découvrir la suite.

Dans l’ensemble les personnages sont très intéressants et éclectiques, ce qui nous permet d’avoir des personnalités très différentes les unes des autres et de donner quelque chose de vraiment intéressants dans l’avenir. Je ne parlerai que des personnages « principaux » qui forment un petit trio.

J’ai beaucoup aimé le personnage d’Aliette, elle est marrante, n’a pas la langue dans sa poche, et est une froussarde comme pas possible si bien qu’on se demande comment elle peut être chasseuse de vampires… pourtant elle l’est bel et bien, c’est de famille. C’est un personnage auquel on s’attache très rapidement et le fait que ça soit une narration à la 1ere personne, eh bien on est au plus près et on se prend vraiment d’affection pour elle. Moi en tout cas, je l’ai adoré dès le départ et j’ai passé un bon moment en sa compagnie. La seule chose qui m’a dérangé, c’est le langage d’Aliette qui « jure » un peu avec sa manière d’être. Je trouve qu’il y a un décalage, elle a un langage châtié, mais de l’autre elle paraît très prude… donc ça ne colle pas tellement. Au début, je ne trouvais pas ça très logique mais bon, on s’y fait et ça peut avoir son charme aussi. Un petit défaut pour moi, mais finalement pas si dérangeant que ça.

Sa rencontre avec Lawrence (le 2e personnage le plus important de l’histoire) est particulière mais ça a le don de faire rire, ou de voir l’ironie du sort… J’ai bien apprécié ce personnage aussi, cet américain très sexy en diable qui lui non plus n’a pas la langue dans sa poche et ne cesse de tourmenter Aliette. Il est assez mystérieux et je pense qu’on n’a pas fini d’entendre parler de lui, surtout au vu de la situation, mais en plus… je suis certaine qu’il cache des choses et j’ai bien envie de tout découvrir sur lui ! J’ai beaucoup aimé sa relation avec Aliette, on voit une certaine complicité naître entre les deux et pour une fois… pour une fois merci Cécilia Correia !! Ça ne se passe pas en cinq minutes !

Quant à Sytry, le 3e personnage important de cette série (comme on peut le voir dès le début d’après une note informative d’Aliette) je l’ai beaucoup aimé, il amène de la légèreté au texte avec son côté pervers assez prononcé et en même temps… C’est un personnage très mystérieux et on a toujours envie d’en savoir un peu plus sur lui… enfin jusqu’à une certaine limite.

En bref, ça a été une très bonne surprise et je ne regrette pas du tout de l’avoir lu bien au contraire. L’univers est intéressant et promet de grande chose, l’intrigue bien menée et qui tient la route, des personnages hauts en couleur… Et vu la fin… on se doute que la suite va être très intéressante. Que demander de plus ? Ah si… La suite !!

19/09/2012

Sarah : Plus belle tu meurs de Florence Hinckel (Ligne 15 3)

Quatrième de couverture

25 novembre, c’est au tour de Sarah de rédiger le carnet de bord de la bande. Sarah est une très jolie fille mais elle n’a pas de très bons résultats à l’école. Ravie parce qu’elle a été repérée par la chasseuse de têtes d’une agence de mannequins, elle va perdre du poids pour ressembler aux tops modèles qu’elle voit sur les affiches. L’échec de sa candidature à l’agence lui ouvre les yeux et lui permet de trouver sa voie, se réconcilier avec Jo et plaire à son beau voisin Mathias.

Mon avis

Après avoir lu l’histoire de Benoît j’ai enchaîné avec celle de Sarah qui sont plutôt liés (étant donné les sentiments que semblaient éprouver Benoît). Autant j’aime bien le principe de la série, et que j’ai lu ce livre relativement bien et que c’était intéressant, autant que je n’ai pas trop aimé Sarah, en narratrice. J’ai eu plus de mal à m’attacher à elle et à l’apprécier vu sa manière d’agir. Après, je ne vais pas nier que je l’ai lu rapidement et que j’aime quand même la série, mais elle ne sera pas la narratrice que je préfère.

Aux yeux de Joséphine et surtout de Benoît, elle m’avait l’air d’une fille sympathique et lorsqu’on la découvre en tant que narratrice, là, on retrouve le genre de fille que je n’aime pas trop. Elle ne pense qu’à son apparence, à la mode et pense devenir un jour mannequin. Sauf que cet aspect là va lui monter trop à la tête et ça va finir par en devenir dangereux et cela à différents niveaux.

Elle a certaines idées et une vision du monde qui ne me plaisent pas nécessairement, donc je n’ai pas pu m’attacher à elle, par rapport à Joséphine ou encore Benoît (bien que ça soit un gars). Elle paraît différente aux yeux de ses amis et j’avoue que ça m’a fait bizarre de la découvrir ainsi. Après, avec sa famille, ses conditions de vie, on peut comprendre pourquoi ça peut lui sembler important, ça n’est pas forcément dans de mauvaises intentions n’ont plu qu’elle agit comme ça, mais par moment, elle devient une vraie garce et là, ça ne passe pas.

Mais l’histoire est telle, qu’il y a quand même une évolution, qu’elle va comprendre des choses et du coup, elle s’améliorera par la suite. C’est aussi pour ça que j’ai bien aimé l’histoire et bon, c’était quand même intéressant parce que « malheureusement » ce qui lui arrive, ça peut arriver à beaucoup de jeunes filles (bon, bah l’aspect mannequinat, mais la conséquence de son refus dans l’agence). Et comme pour les deux autres ados, la question des garçons revient sur le tapis, et là… elle jette son dévolu sur son nouveau voisin Mathias… La « romance » était mignonne et sympathique à lire.

En bref, j’ai trouvé le livre intéressant, mais l’héroïne ne m’a pas trop plu, du coup, je n’ai pas pu m’attacher à elle autant que les autres. Mais l’histoire était bien faite quand même, et cela montre certains dangers, et les apprentissages liés à l’adolescence… Beaucoup peuvent passer par là ; donc c’est quand même véridique, et ça peut être important d’en parler quand même.