Rechercher dans ce blog

30/06/2015

Rogue Wave de Jennifer Donnelly (La Saga Waterfire 2)

Quatrième de couverture

Menées par Serafina, les six jeunes sirènes des mers et des océans ont pour mission de retrouver les talismans ayant appartenu aux puissants mages de l’Atlantide. C’est le seul moyen de vaincre la malédiction qui a jadis détruit la cité antique et qui menace de se répéter. Serafina est convaincue que le talisman qui lui revient est enfoui au cœur d’une vieille épave. Son enquête lui fait faire une découverte d’une autre nature : un être cher à son cœur l’a trahie, et la jeune sirène en a le cœur brisé.
De son côté, Neela ne parvient pas à convaincre ses parents du terrible danger qui menace les océans : persuadés qu’elle délire, ils l’enferment dans sa chambre le temps qu’elle reprenne ses esprits. Neela s’échappe, bien décidée à arracher son talisman des griffes des redoutables dragons sabregueules qui le détiennent. Chacune à sa façon, Serafina et Neela font preuve de courage et d’intelligence, allant jusqu’à affronter la mort, sans présumer que ce sera une terrible révélation, aussi violente qu’une lame de fond, qui les anéantira.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Hachette de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup aimé. Ce 2e tome est à la hauteur du précédent et je dirai même mieux parce qu’il nous permet d’en apprendre beaucoup plus sur ce monde de sirènes.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite. D’autant plus que l’action reprend peu de temps après la fin du premier, donc on sait à quoi s’en tenir et quelle est la nouvelle quête de Serafina et ses amies sirènes.

L’écriture de Jennifer Donnelly est toujours aussi agréable à lire et fluide, elle a la manière de raconter des histoires et de nous happer et ce, dès les premières pages. Cela ne faisait qu’une semaine que j’avais lu le premier tome, mais j’avais la sensation de le lire comme si c’était le lendemain après avoir terminé le précédent. Tout était très frais dans ma mémoire et cela a été un grand plaisir de me replonger dans cet univers de sirènes.

Ce deuxième tome est un peu plus sombre que le premier, le côté frivole de certains personnages, notamment Neela disparaît. Les événements sont trop graves pour que ce soit aussi léger et l’on rentre vraiment dans le vif du sujet et dans l’action. Ça m’a beaucoup plu, non pas que cet aspect était dérangeant mais cela n’aurait pas été cohérent si les personnages n’avaient pas évolué.

L’intrigue est bonne et bien menée avec son lot d’action pour qu’on n’ait pas le temps de souffler et de s’ennuyer, même si parfois il y a des petits moments de pause pour calmer un peu la tension mais ce n’est que pour mieux repartir.

La seule chose que je pourrais reprocher à l’auteur est que l’on ne voit que deux sirènes sur les 6, du moins une focale assez longue et détaillée par rapport aux autres. Chacune ayant un destin, toutes étant liées, c’est un peu dommage. Mais a priori, dans le tome suivant on devrait les voir davantage, l’erreur étant rectifiée. Bonne nouvelle dans ce cas, j’ai d’autant plus hâte de le découvrir.

Cela dit, la narration, toujours à la 3e personne, permet de passer d’une sirène à l’autre et de voir la situation dans son ensemble, donc ce n’est pas non plus un trop gros problème que l’on ne se focalise sur elles, car elles vivent suffisamment de choses pour nous tenir en haleine et les deux amies sont plutôt sympathiques à suivre.

Rogue Wave est également un tome des révélations, elles arrivent en cascade pour notre plus grand plaisir. Nous pouvons de ce fait, mieux comprendre cet univers qui est vraiment bien construit, riche et complexe. Il se développe ainsi et ces révélations nous font prendre conscience de l’ampleur de celui-ci mais également de l’intrigue qui se déroule devant nous. Je dois avouer que je ne m’attendais pas à certaines choses et maintenant je me demande ce qui va bien pouvoir arriver à nos différentes sirènes parce que la situation est assez critique dans son ensemble…

Quant à la fin, elle est juste excellente, un bon cliffhanger pour nous donner envie de lire la suite. L’auteur n’aurait pas pu imaginer mieux pour nous pousser à continuer sa série. C’est juste dommage qu’elle ne soit pas encore disponible, je m’étais bien habituée à lire les tomes à 1 semaine d’intervalle. Ce n’est pas grave, je prendrai mon mal en patience.

En bref, Rogue Wave est une très bonne suite. J’ai pris beaucoup de plaisir à le lire, j’étais happée dès les premières pages. On y trouve beaucoup d’actions, de l’amour, de la politique, des complots, des trahisons, tout ce qui fait un très bon livre en somme. Une chose est sûre, je ne regrette vraiment pas de m’être lancée dans cette série parce qu’elle est vraiment intéressante et bien faite. A découvrir !

29/06/2015

A un détail près de Kristan Higgins (Blue Heron 1)


Quatrième de couverture

Depuis que son fiancé, trois ans plus tôt, a décidé de faire son coming-out le jour même de leur mariage, Faith Holland n'a plus qu'une obsession: trouver un homme qui ne lui dissimule pas un détail incompatible avec une relation amoureuse saine, heureuse et durable. Autrement dit un homme hétéro. Célibataire. Sans enfant caché. Et de préférence pas drogué non plus. 
Désespérant de trouver la perle rare, Faith décide de faire une pause dans sa vie, et de quitter San Francisco pour un séjour de deux mois au domaine viticole familial de Blue Heron, en Californie. Cela lui permettra peut-être d'éviter à son père un mariage calamiteux avec une créature vénale aux tenues plus qu'improbables, et de régler une fois pour toutes ses comptes avec Levi Cooper. 
Levi Cooper, le chef de la police de la petite ville mais aussi l'ami attentionné qui a poussé son ex fiancé à clamer son homosexualité devant la moitié de la ville. Une chose est sûre : qu'il soit doté d'un sex-appeal affolant ne changera rien à la haine qu'elle lui porte...

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Mosaïc de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien aimé. C’est une jolie romance assez originale qui vous donnera le sourire, une lecture parfaite pour l’été approchant que je vous conseille !

Je ne savais absolument pas de quoi ça parlait, maintenant dès qu’un livre de Kristan Higgins sort, je le prends parce que je sais que je ne serais pas déçue. J’aime plus ou moins ses histoires, certaines que je trouve meilleures que d’autres mais dans l’ensemble, cela me plaît toujours parce que c’est frais et léger et elle arrive toujours à nous offrir des histoires incroyables.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, sans compter le fait que les événements arrivent plus ou moins vite pour se rendre compte de la situation. En tout cas, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’est pas banale ! A un détail près est je pense l’histoire la plus loufoque que j’ai pu lire jusqu’à présent. Mais elle fonctionne bien !

J’ai vraiment passé un bon moment en compagnie de Faith, sa famille ainsi que Levi Cooper, LE gars de cette romance qui est vraiment bien faite. Cela prend son temps, c’est compliqué, un vrai jeu s’installe entre les deux et j’ai adoré les voir interagir. Pourtant, vu la situation, on se dit que c’est mal barré. Comment ces deux-là peuvent tomber amoureux et sortir ensemble alors que c’est l’homme qui a gâché sa vie ? Du moins c’est ce qu’elle pense durant pas mal de temps, mais honnêtement, il a eu raison de le faire. Comment laisser un mariage se produire alors que le mari est gay, ça ne peut pas fonctionner. Il arrive à un moment où cela serait problématique, il faut se rendre à l’évidence que ce mariage était voué à l’échec.

Une fois encore, nous voyons tout le talent de Kristan Higgins. Elle sait écrire des comédies romantiques qui nous font ressentir toutes sortes de choses. Elle parvient à nous faire passer des larmes aux rires en un instant, créant par vague des hauts et des bas face à la situation. Le mariage raté est assez dramatique et le fait qu’on le lui rappelle est difficile mais en même temps, je trouve ça tellement énorme que ça me fait sourire. Faith se met dans des situations qui rendent les scènes cocasses, j’ai bien en tête celle du restaurant notamment où elle finit coincée… Mais, Faith est aussi une jeune femme qui nous émeut, qui vit avec un poids sur le cœur et l’accumulation de tout ça fait qu’elle a parfois du mal à porter seule ce fardeau et qu’elle cherche la rédemption.

Faith est attachante et drôle et on comprend parfaitement ses agissements même si cela peut être frustrant pour d’autres. Mais celui qui détient la palme est évidemment Levi ! Il est pénible, il n’y a pas d’autres mots mais en même temps… il est attentionné, c’est juste que parfois il est maladroit et trop protecteur. Et lui aussi traîne quelques casseroles derrière lui…

La narration est à la 3e personne ce qui nous permet de faire un va et vient entre Faith et Levi. Ainsi, nous pouvons voir ce que chacun ressent, ce qu’ils pensent et aussi le quotidien qu’ils vivent. Et grâce à cela, on ne peut que s’attacher à ces deux héros, même si parfois leur comportement laisse à désirer ! Mais c’est ce qui fait tout l’intérêt de cette romance, c’est compliqué, le manque de communication et les non dits font que chacun pensent quelque chose qui est totalement faux. Frustration, je vous dis !

En dehors de cette romance, nous découvrons la vie viticole de la famille de Faith, ses frères et sœurs et père qu’elle tente par tous les moyens de caser mais cela est assez compliqué. Veuf depuis des années, on sent que l’absence de cette mère pèse plus qu’on ne voudrait le croire… Nous voyons aussi ses grands-parents qui sont assez spéciaux mais les rendent attachants à leur manière. L’auteur arrive toujours à créer un cadre familial ou entourage d’amis qui ont une grande importance dans la vie de l’héroïne.

En bref, A un détail près est une romance comme on les aime. Je l’avoue, j’ai peut être un chouïa préféré le précédent ouvrage de Kristan Higgins que j’ai lu récemment (Amis et RIEN de plus…) mais ce livre là reste très bon. Une belle romance qui nous en fait voir de toutes les couleurs aussi avec une histoire pas banale et des personnages attachants et atypiques. Bref, à lire pour l’été, tout simplement !

C'est lundi, que lisez-vous ? [5]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

28/06/2015

Princesse Ugg, tome 1 de Ted Naifeh

Quatrième de couverture

Au coeur du royaume de contes de fées d'Atraesca se dresse la prestigieuse Académie des Princesses, un établissement où les jeunes héritières royales des cinq royaumes viennent parfaire leur éducation. Mais c'est bien la première fois qu'elles ont l'occasion de rencontrer une princesse comme Ulga de Grimmeria ! Descendant des contrées barbares enneigées, armée d'une hache et d'une épée, chevauchant son mammouth de guerre, Uga vient apprendre la diplomatie. Le choc des cultures s'annonce violent...

Mon avis

Voici une BD jeunesse destinée davantage pour les ados qui m’a bien plu. C’est très original et surprenant pour une histoire de princesse ! Et oui, ne vous y trompez pas, il s’agit bien d’une histoire de princesse mais dans le genre un peu barbare et loin des clichés traditionnels… du moins, pour Princesse Uga…

La princesse Uga doit parfaire son éducation pour devenir une vraie princesse et pour cela elle va rentrer à la prestigieuse Académie des Princesses, sauf que ses manières quelque peu « barbare » vont lui poser quelque petit problème et le choc des cultures risque d’être rude.

Avec Princesse Ugg, c’est le sourire garanti. C’est vraiment drôle et décalé, nous la suivons dans son nouveau quotidien pour devenir une parfaite princesse accomplie, sauf que ses manières quelque peu frustre. Mais Uga n’en reste pas moins attachante et sympathique et on a envie qu’elle s’intègre tout en restant elle-même car elle est loin du cliché de la princesse qui attend son prince charmant du haut de sa tour ou s’évanouie pour un rien.

Une première histoire intéressante et prenante qui nous montre aussi un autre aspect que celui de la princesse qui doit apprendre à en devenir une, mais que des conflits entre les différents royaumes peuvent éclater à tout moment, d’où l’intérêt pour Uga de devenir diplomate.

Les illustrations sont sympathiques et donnent une vraie ambiance à l’histoire. C’est très dynamique et expressif. Uga ne ressemble en rien aux autres princesses, elle a un corps digne d’un bodybuilder ce qui, il faut l’avouer, n’est vraiment pas beau en soi…

En bref, il faut lire Princesse Ugg parce que c’est drôle et décalé, que l’on a une princesse assez atypique qui nous emmène non des clichés de la princesse, même s’il y en a quelques unes dans l’ouvrage pour créer un véritable choc des cultures. Un premier tome qui pose les bases du problème et promet de grande chose pour la suite. A découvrir.

In My Mailbox (187)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine



27/06/2015

Lucía petite danseuse de flamenco de Johana Dierickx-Brax et Justine Brax


Quatrième de couverture

Lucía rêve d'être aussi belle que sa maman sur scène... Mais lorsqu’elle se regarde dans le miroir, c’est toujours la même déception. Et pourtant, ce soir, c’est le grand soir : le spectacle de danse de l’école !

Comment monter sur scène, sous les projecteurs, et danser devant tout le monde ? Lucía a tellement peur d’y aller qu’elle se cache dans le placard avec Romesco, son chat. Elle ne trouve pas le courage de sortir alors elle serre fort le médaillon autour de son cou, celui que son père lui a offert. Soudain, il se met à chauffer, et le placard s’illumine... Lucía n’en croit pas ses yeux, son pendentif fait apparaître par magie trois scènes de danse ! Peut-être va-t-elle enfin trouver la force de sortir de sa cachette pour aller au spectacle ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions de La Martinière Jeunesse de m’avoir permis de lire cet album que j’ai bien apprécié.

Lucía petite danseuse de flamenco nous transporte en Espagne où nous découvrons Lucía, une jeune fille qui doit danser devant tout le monde et seule durant un spectacle de fin d’année. Mais Lucía a le trac, elle a mal au ventre et se cache dans un placard de sa Mama avec Romesco, son chat. Pour tenter de trouver le courage de sortir et d’y aller, elle serre forte le collier qu’elle porte autour de son cou, un cadeau de son père. S’ouvre alors devant elle 3 spectacles, en lien avec la danse qui vont permettre à la jeune fille de, peut-être, trouver le courage pour aller au spectacle.

L’histoire est belle et touchante et permet d’aborder dans un premier temps la danse, notamment le flamenco, cette danse si populaire en Espagne qui est là pour exprimer tant de chose et cela grâce au corps. Mais à travers cette histoire, l’auteur évoque également le courage et la confiance en soi. Il suffit d’un rien, peut-être d’un souvenir ou d’une présence rassurante pour être suffisamment bien dans son corps pour se lancer dans toute épreuve qui s’impose à nous. Une belle leçon de vie à travers cet album.

Parfois sur une page ou en double page, les illustrations ont une véritable place au sein de cette histoire. Elles sont magnifiques, haute en couleur avec un crayonné assez particulier mais qui a son charme. C’est une question de goût évidemment mais je trouve le style en adéquation avec le récit qui se déroule sous nos yeux. cela donne une vraie atmosphère au récit qui nous transporte vraiment en Andalousie, avec cette dominante de rouge qui donne une certaine chaleur.


En bref, Lucía petite danseuse de flamenco est une histoire mignonne qui m’a bien plu. Pendant un instant, elle m’a transporté en Espagne, avec cette danse si enivrante qu’est le flamenco merveilleusement rendu par les illustrations chaudes et dynamiques qui donnent la sensation de les voir danser. Un album à découvrir.

26/06/2015

Le redoutable pirate Morgan de José-Luis Munuera (Les Campbell 2)

Quatrième de couverture

Traqués par Carapepino, l'âme damnée de l'infâme Inferno, Campbell et ses filles Itaca et Genova ont trouvé refuge sur l'île Bakalaoo. Mais les événements récents ont réveillé chez Campbell de nombreux souvenirs : sa jeunesse aux côtés de son frère, à l'époque où, ensemble, ils écumaient les mers et forgeaient leur légende de flibustiers exceptionnels, leur rivalité avec le mystérieux et audacieux pirate Morgan, sa rencontre avec Fanny, sa femme, tragiquement disparue... Pendant ce temps, Carapepino intrigue du mieux qu'il peut pour s'évader de la geôle où il croupit, tandis qu'Inferno, désormais gouverneur de Sa Majesté le roi d'Angleterre, continue de rechercher activement Campbell.

Mon avis

Honte à moi de ne pas vous avoir présenté cette BD depuis le temps… J’ai complètement oublié de la présenter et d’en faire la critique, je m’en excuse, erreur réparée pare qu’il faut admettre que les Campbell c’est génial, alors si en vous donnant mon avis sur tous les tomes disponibles (2 à ce jour) autant le faire pour vous convaincre de vous pencher sur cette BD jeunesse qui en vaut vraiment la peine.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent vite pour s’en rendre compte. par ailleurs, avec un tel premier tome, on sait un peu à quoi s’attendre pour ce 2e qui va nous plonger davantage dans les souvenirs et le passé de Campbell.

C’est ainsi que nous allons savoir de quelle manière Campbell a rencontré sa femme, lui qui cherchait avec son frère Inferno qui était le pirate Morgan qui leur ravissait tous les butins. Les deux frères vont donc tenter de découvrir sa stratégie ainsi que son identité puisque personne ne semble savoir à quoi il ressemble. Dans la partie plus présente, nous voyons la traque d’Inferno pour retrouver Campbell, son rival d’aujourd’hui.

C’est vraiment une BD prenante, un peu lente sur le début puisque nous voyons le quotidien plus ou moins tranquille de Campbell et ses filles, dont l’aînée à quelque petit problème avec un jeune garçon, mais elle n’est pas la seule… Avant de se retrouver plonger au cœur de l’histoire notamment à travers les souvenirs qui sont parfaitement ancrés en Campbell.


En bref, Le redoutable pirate Morgan est une suite à la hauteur du premier. C’est toujours aussi passionnant qui nous offre à la fois, une histoire de piraterie, une histoire de famille, où entre amour et rivalité, il n’y a qu’un pas. Une série à découvrir de toute urgence si ce n’est pas déjà fait !

25/06/2015

Le jeudi c’est Jeu Livresque [108]



 J’avais vu des blogueuses américaines organiser un rendez-vous journalier sur un mois et quelques unes de leurs idées étaient très sympa, j’en ai parlé à Melisande, et elle m’a dit : le jeudi on n’a rien. Voilà comment est née l’idée de petit rendez-vous pour fêter l’arrivée de l’été qui permet de jouer avec nos livres pendant 8 semaines, tous les jeudi, à partir du premier jeudi de juin (06/06).

Semaine 108 : Les Chroniques lunaires
Vous êtes plutôt mécanicienne cyborg qui perd son pied mécanique, rouquine à la veste à capuche rouge amoureuse d’un loup, adolescente enfermée dans un satellite aux cheveux beaucoup trop longs ou princesse à la fois chérie et détestée ?

Euh... la 2e proposition me tente plutôt bien, mais il faut être réaliste, je ressemble davantage à l'adolescente enfermée dans un satellite aux cheveux beaucoup trop longs (même si niveau cheveux non pas vraiment) mais plutôt du genre à rester enfermée, à lire, comme elle ^^

Ad Astra vol.4 de Mihachi Kagano


Quatrième de couverture

Fabius parvient à attirer Hannibal près de Capoue, dans la plaine de Campanie, où les troupes romaines l’attendent de pied ferme. Hélas, son plan est réduit à néant lorsque son maître de cavalerie, lassé par sa stratégie d’usure, contrevient à ses ordres : grâce à une nouvelle ruse, les Carthaginois réussissent à briser l’encerclement romain.
Le dictateur perd donc la confiance du sénat et voit ses pouvoirs transférés à Minucius, qui contre toute attente vient de l’emporter sur un détachement ennemi ! Enivré par sa victoire, le guerrier se lance à la poursuite d’Hannibal à la tête de deux légions, mais se retrouve bien vite en difficulté… Et si tout cela faisait partie du plan du monstre de Carthage ?

Mon avis

Durant une pause déjeuner j’ai enfin lu pire ce 4e tome d’Ad Astra, décidément, je la lis toujours à ce moment-là, en même temps, je suis à tête reposée, les livres sont à disposition, c’est pratique.

En tout cas, je dois dire que cette série me passionne toujours autant, même s’il est frustrant de voir que cela se lit aussi vite et qu’au final, on n’a pas grand chose à ce mettre sous la dent. Le genre qui veut ça, et non pas à cause d’un manque d’action ou d’intérêt, bien au contraire ! Ce 4e tome est à la hauteur des précédents et d’un point de vue action, on va être servi.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture est suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, et je dirai même qu’elle en dirait un peu trop… Mais bon, à ce stade, on sait un peu à quoi s’en tenir, tout est stratégie, moyen de faire tomber Hannibal sauf qu’il semble avoir toujours une longueur d’avance, un génie stratège qui met les romains dans une situation bien critique.

Je ne me lasse pas de cette série, je suis toujours aussi curieuse de voir ce qui va se passer, de voir comment tout cela va échouer et suivre ces scènes de bataille est un régal. Les dessins pour cela sont juste géniaux, très détaillés, très dynamique que l’on a l’impression que tout se déroule vraiment sous nos yeux. C’est parfois presque frustrant que ce soit en noir et blanc, on aimerait de la couleur et cela donnerait la sensation de voir un film. En tout cas, c’est très réussi, chaque plan semble être à sa place et bien calculé pour bien rendre compte de la situation.


En bref, ce 4e tome d’Ad Astra est toujours aussi prenant, l’histoire est vraiment bien, les stratégies de chacun se dévoile peu à peu et montre également tout le potentiel des personnages, que ce soit Hannibal ou encore Scipion qui n’ont pas fini de nous surprendre et de nous offrir des scènes mémorables…

24/06/2015

Coup de projo sur... [92] Quadruple Assassinat dans la rue de la morgue de Cécile Duquenne



Voilà, j'avais envie - de temps en temps - de faire revenir sur le devant de la scène, un livre qui m'a plu (que ce soit pour sa couverture, son écriture, son scénario etc.)

C'est vrai, en général, une fois l'avis posté, on y pense plus, alors voilà. Si vous souhaitez participer, mettez vos liens en commentaires et je les rajouterai dans l'article plus tard. 

Un premier tome très sympathique qui fait un gros clin d'oeil à l'oeuvre d'Edgard Allan Poe. J'avais beaucoup aimé cette histoire, des personnages très attachants, il faut que je lise la suite !

Népomucène, préposé à la Morgue, mène une vie tranquille et nocturne en compagnie de Bob, vampire d'environ 150 ans d'âge. Lorsqu'il manque de devenir la cinquième victime d'un mystérieux assassin, son ami de longue date mène l'enquête. L'immortel est certain qu'une autre créature surnaturelle a commis le massacre.

MA CHRONIQUE

23/06/2015

Deep Blue de Jennifer Donnelly (La saga Waterfire 1)

Quatrième de couverture

Ensemble, trouvez les talismans Qui appartenaient aux six puissants, Dissimulés sous des eaux délétères Suite au duel entre ténèbres et lumière. 
Venez à nous, par les mers et les rivières, Devenez un seul esprit, un seul cœur, à l’unisson Avant que les eaux et les créatures qui y prospèrent Soient dévastées par Abbadon ! 

Lorsque Serafina, princesse de Miromara, s’éveille au matin de ses fiançailles, sa première préoccupation devrait être de retrouver son promis, le séduisant prince Mahdi. Elle l’aime depuis l’enfance et il l’aime en retour. Enfin, il l’aimait, elle a quelques doutes à présent… Pourtant, ce matin-là, l’esprit de Serafina est surtout accaparé par d’étranges rêves annonçant le retour d’une ancienne malédiction. Ses prémonitions se confirment quand sa mère est touchée d’une flèche empoisonnée, et le chaos semé dans tout le royaume. Guidée par ses cauchemars, Serafina, accompagnée de cinq autres sirènes, se lance dans une quête périlleuse pour venger ses parents et empêcher les communautés sous-marines de s’entredéchirer. Mais elle est encore loin d’imaginer qu’elle vient de plonger dans une vaste conspiration, qui menace son monde… et le nôtre.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Hachette de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup aimé.

Je n’ai, je crois, jamais lu d’histoire sur les sirènes, j’étais donc curieuse de voir ce que ce livre pouvait donner, mais le manque de temps fait que je ne l’ai lu que maintenant. Et je le regrette parce que cela a été une très bonne découverte, un bon moment de lecture que je vous conseille de lire à votre tour.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit sans compter le fait que les événements arrivent plutôt vite pour s’en rendre compte.

L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre dans l’histoire avec facilité. Les pages défilent sans que l’on ne s’en rende compte et le livre est lu en un rien de temps, tant c’est prenant. Pour preuve, il ne m’a fallu que deux jours pour le terminer sachant que j’avais lu la moitié du livre le temps d’un aller retour pour aller au travail.

Le début est assez lent car il nous permet de découvrir l’univers ainsi que ses codes. Il faut prendre un peu son mal en patience pour voir l’action pure et dure commencer avec son lot de problèmes. Néanmoins, cela reste tout de même très accrocheur, on se laisse totalement bercer par cet univers aquatique, tout en sentant que quelque chose de tragique va arriver sous peu. On a envie d’en savoir plus et ces éléments descriptifs sont importants pour bien comprendre où l’on met les pieds, quelles sont les logiques du fonctionnement de cet univers.

Il est très riche avec une mythologie qui, finalement, emprunte beaucoup de choses à ce que l’on peut déjà connaître, un mélange de différents mythes mais dont je tairai pour ne pas spoiler et pour vous laisser un peu de découverte. Mais en tout cas, j’ai bien accroché à ce monde souterrain, avec son propre vocabulaire – qui est expliqué à la fin de l’ouvrage dans un glossaire, ce qui n’est pas négligeable – même si pas forcément indispensable pour la compréhension globale de l’histoire. Mais la présence de ce glossaire ajoute un petit plus au livre pour mieux se rendre compte à quel point l’auteur a pensé à chaque élément pour son univers.

Quant à l’intrigue, elle est vraiment bonne et bien menée. C’est très bien rythmé de sorte qu’il y ait des moments plus lents, comme au début, pour que l’on se laisse bercer, puis un flot d’action qui nous tombe dessus sans qu’on n’ait le temps de souffler et un autre moment calme vient le remplacer pour qu’on puisse sans remettre. Un va et vient qui est à l’image de l’eau, où l’on part à la dérive avant de se faire un peu malmener.

La narration est à la 3e personne, mais nous restons essentiellement centrés sur Serafina, devinant toutes ses pensées et ses peurs, sans savoir ce qui se trame d’autres que ce qu’elle perçoit. Cela permet ainsi à l’auteur de garder un certain suspense puisque nous apprenons les choses au fur et à mesure comme elle, nous laissant vraiment devenir spectateur de ce qui se déroule sous nos yeux.

Le seul petit bémol de ce livre, il faut le reconnaître c’est que parfois l’auteur use de facilité pour son histoire ce qui peut légèrement, j’insiste bien sur le « légèrement » enlever un petit peu de crédibilité à la situation. Trop de facilité n’est jamais bon, mais, ce n’est pas un gros problème parce que dans l’ensemble c’est plutôt bien fait et que cela passe sans trop de souci. On le remarque essentiellement sur la fin, qui est peut-être un chouïa rapide et facile. Tout s’éclaire en peu de temps alors que l’intrigue avait plutôt tendance à s’étirer, à développer. C’est pour moi le seul défaut de ce livre mais il ne m’a pas tant dérangé que cela donc ce n’est pas grave, on va lui pardonner ce faux pas.

Concernant les personnages, je les ai bien appréciés, que ce soit Serafina, cette jeune fille quelque peu timide qui doute d’elle sans arrêt mais qui saura tout de même garder la tête haute pour faire ce qu’il faut, du moins la plupart du temps. Ou encore son amie Neela qui incarne une certaine fraîcheur et le point d’ancrage de Serafina.

Une petite mention pour l’objet livre qui est tout de même remarquable. A chaque nouveau chapitre, il y a un bandeau bleue évoquant la mer et la première majuscule est en bleue ce qui donne un certain charme au livre.

En bref, Deep Blue est une belle découverte, je ne pensais pas accrocher à ce point. Je n’ai pas lu beaucoup (voire pas) d’histoire sur les sirènes et mon entrée dans le genre est plutôt réussie. L’univers est riche et semble plus complexe qu’il n’en a l’air, l’intrigue est bonne et bien menée, les personnages sont éclectiques et attachants. Une belle découverte que je vous invite à lire, il me tarde de lire la suite !

22/06/2015

Amis et RIEN de plus de Kristan Higgins

Quatrième de couverture

Depuis l’adolescence, Chastity le sait : les hommes ne la considéreront jamais autrement que comme une bonne copine, incollable en foot et imbattable aux fléchettes, sans jamais oser envisager quoi que ce soit de plus. Comment pourrait-il en être autrement, alors que ses trois frères et son père peuvent se transformer en véritables serial-killers dès qu’un représentant de la gent masculine s’approche à moins de dix mètres d’elle ?
Mais aujourd’hui, Chastity a décidé de prendre les choses en main et de trouver l’âme sœur, coûte que coûte. L’homme qui lui fera les quatre enfants dont elle rêve en secret. Alors, quand elle rencontre Ryan, un séduisant chirurgien, elle se dit qu’il est là, enfin, celui qu’elle attendait, celui qui aura le courage d’affronter son envahissante famille — cette famille qu’elle aime tant, par ailleurs. Oui, mais voilà, il y a aussi Trevor, l’ami de toujours, dont un seul regard suffit hélas à faire chavirer son cœur.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Mosaïc de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai adoré. C’est un Kristan Higgins, rien de surprenant en soi, elle m’a rarement déçue, même s’il faut avouer que certains livres sont mieux que d’autres.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite. L’écriture de Kristan Higgins est toujours aussi plaisante et agréable à lire de sorte que l’on se laisse totalement emporter dans son univers et découvrir avec un certain ravissement une nouvelle romance qui nous en fera voir de toutes les couleurs !

C’est le moins que l’on puisse dire car là, l’auteur nous montre une situation assez complexe. Chastity aimerait trouver l’homme de sa vie, un mari, sauf que le souvenir de Trevor est plus qu’omniprésent. C’est assez difficile de commencer une relation avec quelqu’un quand on pense toujours à un autre mais c’est ce qui fait tout l’intérêt de cette histoire, voir comment Chastity et Trevor vont se mettre ensemble, aucun spoiler là-dedans, on s’en doute énormément…

Ce que j’aime dans les romances c’est quand ça prend son temps, qu’il y a un vrai jeu entre les personnages, qu’ils se cherchent. Etant donné que Chastity éprouve déjà des sentiments pour Trevor depuis son plus jeune âge, on pourrait penser que le jeu est faussé mais pas du tout parce qu’il y a un certain homme qui est une tête de pioche. Donc, c’est compliqué et le jeu entre les deux personnages s’installe légèrement. C’est plus ou moins long, cela prend son temps, il y a des hauts et des bas puisque chacun d’eux finis par être avec quelqu’un… C’est frustrant parce qu’on voit bien qu’entre eux deux, ça ne peut que fonctionner ! Mais voilà, les faits sont tels que tout est compliqué mais c’est ce qui fait tout l’intérêt de cette romance !

Les personnages sont justes géniaux, très attachants tous autant qu’ils sont de sorte qu’on ne peut que les aimer. Chastity, notre héroïne, quelle idée de l’appeler comme ça (Chastity Virginia… quelle blague) est attachante au possible et l’on peut comprendre son sentiment face à cette famille, elle est comme une goutte d’eau dans un océan, elle ne sait pas toujours quelle est sa place. Elle voudrait être à leur hauteur, mais son indisposition au sang la met à l’écart et pourtant… Bref, une héroïne forte et fragile à la fois qui ne demande qu’à aimer et fonder aussi sa propre famille, à l’image de ses frères.

Quant aux personnages secondaires, nous voyons essentiellement la famille de Chastity. Une famille quelque peu héroïque, tous pompier ou presque, ou travaillant dans des situations dangereuses, de sauvetage (il y a un des frères qui est démineur), famille soudée et amusante mais qui connaît aussi des problèmes. En tout cas, on ne peut pas s’ennuyer en leur présence, il nous donne le sourire et l’on voit l’amour qu’il porte à la petite dernière même si le dicton « qui aime bien châtie bien » est avéré ici. Une famille unie en apparence, même si c’est légèrement plus compliqué que cela aussi, mais je vous laisse découvrir en quoi.

Concernant Trevor, il est lui aussi pompier, élevé en grande partie par la famille de Chastity, il est presque un membre à part entière de cette famille hors normes. Et l’on comprend aussi pourquoi sa relation avec notre héroïne est compromise. Elle est la petite sœur, l’intouchable. Et puis il y a Ryan… je ne sais pas pourquoi, mais dès le départ, je ne l’ai pas senti… et plus ça allait et plus ça m’énervait surtout en comparaison de Trevor qui est toujours là, attentionnée, parfait pour elle…

En bref, Amis et RIEN de plus est une romance mignonne qui m’a beaucoup plu. J’ai adoré découvrir la famille de Chastity qui est quelque peu déluré mais ô combien attachante et solidaire. La romance est bien menée avec son lot de problèmes, ce qui me ravit. Une lecture parfaite pour l’été pour se détendre et passer un excellent moment en compagnie de cette famille extraordinaire et d’une héroïne qui nous fera passer des larmes aux rires en un instant. Une romance à lire de toute urgence !

C'est lundi, que lisez-vous ? [4]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

21/06/2015

Mes séries en cours


Voilà, une fois avec Secret Forbidden World, on avait parlé de nos séries en cours. Et on avait compté combien on en avait chacune, évidemment, j'en avais au moins 3 fois plus qu'elle. Je dois avouer que je ne sais plus combien j'en avais au moment de cette discussion, mais il est indéniable que j'en ai beaucoup plus aujourd'hui.

Alors voilà, j'ai décidé aujourd'hui de noter (et numéroter) les séries que j'ai commencé (certaines peuvent être à l'abandon, et les suites jamais lues, mais ça n'est pas grave, je montre tout ce que j'ai). Les chiffres notés entre parenthèses font référence au nombre de tomes lu dans la série. Ne sachant pas toujours combien de tomes la série comprendra, je n'ai pas mis sur combien elles étaient, mais certaines sont en cours de finition en tout cas (genre les A comme Association, pour prendre le 1er de la liste, il ne m'en reste plus qu'un).

Evidemment, j'ai énormément de séries à commencer dans ma PAL, donc le chiffre va évidemment augmenter au fur et à mesure de l'année... Un peu désespérant non ? Surtout que je sais que certaines séries n'auront jamais la suite (genre Les chroniques d'Alvin le Faiseur, désespérant, je veux la suite !!!).

Et ouais, ça en fait beaucoup quand même... Et vous ? vous en avez combien ? ou combien en commun avec moi ?

279 séries au 21 juin 2015
175 séries au 12 janvier 2014
143 séries au 05/06/13

The Heroic Legend of Arslân vol.1 de Hiromu Arakawa & Yoshiki Tanaka

Quatrième de couverture

À la frontière de l'Orient et de l'Occident se trouve le prospère royaume de Parse tenu d'une main de fer par le redoutable roi Andragoras. Avec sa frêle carrure et son maniement approximatif des armes, difficile pour le jeune prince Arslân de revendiquer son statut d'héritier du trône. Alors âgé de 14 ans, il va prendre part à sa première bataille afin de repousser l'envahisseur dans la plaine d'Atropathènes. Un jour marqué du sceau de l'infamie qui fera basculer à jamais son destin et celui du royaume de Parse.

Mon avis

Pour ceux qui me suivent depuis un moment, vous savez que je ne suis pas spécialement fan des mangas, notamment à cause du dessin. Mais travaillant en librairie spé BD et mangas (en plus de la jeunesse), il fallait bien s’y mettre alors j’avais commencé par la série Cesare dont je suis tout simplement tombée amoureuse et j’ai enchaîné avec Ad Astra aussi.

Je crois qu’en manga, j’ai trouvé ce qui me plaît vraiment du coup je vais – autant que possible – rester sur les livres historiques / fantasy. Tout comme Cesare ou Ad Astra, The Heroic Legend of Arslân ne déroge pas à la règle. J’ai tout simplement adoré ce premier tome qui m’a quelque peu frustré, j’aurai aimé en avoir plus. Le problème propre au manga mais aussi à la BD. C’est vite lu et c’est toujours pénible de devoir attendre la suite quand on a à ce point accroché à l’histoire.

Je n’en ferai pas de résumé, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit sans compter le fait que les événements arrivent assez vite pour savoir à quoi s’en tenir.

Nous sommes donc entraînés dans un univers très intéressant avec lutte de pouvoir, complot politique, guerre, etc. Tout ce que j’aime en fait et qui fait de l’Historique / Fantasy mes genres de prédilection et cela depuis longtemps. Le rythme est bien trouvé, un début un peu « lent » pour poser le cadre, présenter les personnages et puis l’entrée en guerre qui va évidemment amener le plus gros de l’action avec son lot de problème. Et à partir de ce moment-là, ça n’en finit plus, on sent qu’un truc pas net se trame sans savoir quoi. C’est vraiment bien fait et intéressant de voir le tournant que prend l’histoire.

Le jeune Arslân va devoir trouver sa place dans cette première guerre alors qu’il ne semble pas avoir la carrure pour cela. Il semble trop sage, trop petit garçon encore et pas un vrai homme malgré ses 14 ans (ce qui peut être « déjà vieux » vu l’époque). C’est un personnage intéressant qui promet beaucoup, je suis très curieuse de voir ce qu’il va advenir de lui.

Les dessins sont vraiment beau, très détaillé avec des scènes de bataille vraiment bien faite. Cela peut ressembler à Ad Astra, c’est pour ça que j’ai bien accroché.

En bref, voici un premier tome très prometteur, je ne regrette pas de m’être lancé dedans. C’est vraiment intéressant et pose les bas d’un bon univers, avec intrigue de Cour, politique et des personnages attachants qui vont nous surprendre plus d’une fois. A découvrir !

In My Mailbox (186)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine



20/06/2015

Ghostopolis de Doug TenNapel

Quatrième de couverture

Le jeune Garth ne pensait pas découvrir si tôt le monde des spectres ! Propulsé par accident à Ghostopolis par Franck Gallows, un chasseur de fantômes un peu usé, il s y découvre des pouvoirs spéciaux... et de nouveaux ennemis ! Car ses nouvelles capacités font des envieux parmi les puissants. Frank sait que les heures de Garth sont comptées. Il n'a pas le choix : il doit s infiltrer dans Ghostopolis et trouver une issue vers le monde des vivants.

Mon avis

Voici une BD jeunesse que l’on ne cesse de me parler au boulot car une de mes collègues n’arrêtent pas de le conseiller à tout va. Quand on a un coup de cœur il faut bien le partager et même si ce n’est pas un coup de cœur pour moi, il faut reconnaître que Ghostopolis est une très bonne BD que je vous conseille à mon tour.

Ghostopolis raconte l’histoire de Garth, un jeune garçon qui va découvrir malgré lui qu’il existe une autre dimension faite pour les fantômes en tout genre. A cause de Franck Gallows, un chasseur de fantôme qui l’a expédié par accident à Ghostopolis, Garth va devoir trouver le moyen pour rentrer chez lui, sauf qu’une fois sur place, il va se découvrir des pouvoirs hors normes qui vont attiser la curiosité de plus d’un fantôme…

C’est une BD qui se lit très vite, les vignettes sont assez grandes et il n’y a pas tant de textes que ça, de sorte que je me suis fait avoir lorsque je l’avais emmené pour lecture en allant au travail, je me suis retrouvée rapidement en panne de lecture. Néanmoins, j’ai passé un très bon moment en compagnie de Garth. C’est une folle aventure qui mélange magie et nécromancie avec un monde des morts créés spécialement pour les fantômes et autres créatures surnaturelles du genre pour qu’ils puissent « vivre » tranquillement.

C’est un univers très original et décalé. Même si nous sommes chez les morts c’est plein de vie, tout est haut en couleur, rien de triste en soi. Garth va faire d’étonnante découverte sur place et avoir un compagnon, surnommé Cotelette, très encombrant.

Quant aux illustrations, elles sont plutôt sympathiques et créent une vraie atmosphère à l’histoire. C’est un type de graphisme assez particulier, pas ce que je préfère en soi mais qui ici fonctionne plutôt bien et donne un bon ensemble.

En bref, Ghostopolis est une bonne découverte, c’est un one-shot, ce qui est plutôt appréciable, une BD originale et prenante qui m’aura fait passer un bon moment. les personnages sont intéressants et attachants et l’histoire plutôt sympathique. A découvrir !

19/06/2015

Le Voyageur de D-P Filippi & J. Etienne (Gargouilles 1)

Quatrième de couverture

Il y peu, Grégoire était encore un enfant comme les autres. Bon, d'accord, un peu plus bougon et solitaire que la moyenne, mais rien de bien inhabituel chez un garçon de 12 ans. La tête pleine de rêves, il s'imaginait vivre des aventures extraordinaires. Jusqu'ici, rien d'anormal. Mais devinez sa surprise, lorsque, suite à la découverte d'un étrange médaillon, Grégoire se retrouve projeté en plein XVIIe siècle, parlant couramment le grec et vivant au milieu d'êtres merveilleux et magiques. En voilà une aventure extraordinaire à vivre ! Surtout lorsqu'on incarne celui qui doit sauver tout un monde ignoré des hommes !

Mon avis

Voici une BD qu’une de mes collègues conseille souvent pour les 9/10 ans, du coup, pour parfaire ma culture en BD jeunesse, je me suis lancée dans cette lecture que j’ai trouvée très plaisante et intéressante. Il est indéniable que cela pourra plaire aux jeunes publics, mais aussi aux plus grands (pour ceux qui apprécient les livres jeunesse évidemment).

Gargouilles raconte l’histoire d’un jeune garçon Grégoire qui un jour va découvrir un collier qui va lui permettre de voyager dans le temps ! Ainsi un autre monde, autre univers s’ouvre à lui et les aventures ne font que commencer pour lui !

Brève description pour ce premier tome mais il faut bien garder un peu de mystère et l’essentiel est là. C’est un univers intéressant, les voyages dans le temps, c’est souvent signe de garantie pour passer un très bon moment (petite pensée pour le film Retour vers le futur…). Qui n’a jamais rêvé de voyager dans le temps pour voir ce qui s’est passé ou ce qu’il pourrait advenir ? Grégoire va en faire les frais pour le meilleur ou le pire !

C’est un jeune garçon intrépide, un peu râleur mais très attachant donc c’est un plaisir de le suivre dans cette aventure où des gargouilles et autres créatures fantastiques sont légion. Nous découvrons également dans ce premier tome sa famille, ses nouveaux amis, comme il vient de déménager, et sa nouvelle école qui dit aussi nouveau professeur et là, nous avons suffisamment d’éléments pour nous intriguer et nous donner envie d’en savoir plus sur eux.

Le dessin est plutôt sympathique, très haut en couleur, avec des traits un peu digital. Ce n’est pas désagréable du tout et donne une dimension assez dynamique à l’histoire grâce à ces illustrations. Après c’est comme tout, c’est une question de goût, on aime ou pas.

En bref, Le voyageur, premier tome de Gargouilles était bien sympathique, j’ai bien aimé, c’est entraînant. L’univers est sympathique et semble très prometteur, les personnages sont intéressants et certains plus mystérieux que d’autre. Une série à découvrir.

18/06/2015

Le jeudi c’est Jeu Livresque [107]



 J’avais vu des blogueuses américaines organiser un rendez-vous journalier sur un mois et quelques unes de leurs idées étaient très sympa, j’en ai parlé à Melisande, et elle m’a dit : le jeudi on n’a rien. Voilà comment est née l’idée de petit rendez-vous pour fêter l’arrivée de l’été qui permet de jouer avec nos livres pendant 8 semaines, tous les jeudi, à partir du premier jeudi de juin (06/06).

Semaine 107 : Hybride
D’après vous, vous seriez une âme récessive ou dominante ?

Alors là aucune idée, ça dépend. Je peux parfois tout contrôler, tout diriger et si on ne fait pas comme je veux, ça m'énerve et de l'autre côté, je laisse faire et laisse décider, etc. ça fait un peu schizo dit comme ça non ?

Fanny de Charlotte Bousquet

Quatrième de couverture

Fanny est actrice. Après avoir passé quelques années aux États-Unis, elle rentre en France dans l’espoir de décrocher le rôle de sa vie. Entre deux auditions, Fanny renoue avec sa meilleure amie, qui a du mal à se remettre d’une rupture amoureuse. Et pour cause, après lui avoir demandé d’être « la mère de ses enfants », son ex annonce sur Facebook qu’il est « enfin libre » pour d’autres aventures. Une vengeance s’impose : Fanny va se faire passer pour la femme idéale afin de piéger celui qui a brisé le cœur de sa meilleure amie. Ne risque-t-elle pas de se prendre à son propre jeu ? La voilà bientôt prisonnière de deux rôles au moment précis où elle rencontre un homme qui pourrait bien l'aimer pour ce qu'elle est.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier Charlotte Bousquet ainsi que les éditions Milady de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien aimé, même si ce n’est pas le coup de cœur auquel je m’attendais.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. Fanny est un roman qui se lit facilement et rapidement pour preuve, il ne m’a fallu que quelques heures pour le lire.

L’histoire se lit bien et est intéressante d’une certaine manière. Mais je ne sais pas, il m’a manqué un petit quelque chose pour que ce soit un très bon livre à mes yeux. Je m’attendais à la base à une vraie romance mais finalement ce n’en est pas une, l’auteur n’est pas partie sur cette idée. Du coup, je me suis laissée emportée par cette histoire pour voir où elle allait m’entraîner et j’avoue que parfois j’étais un petit peu perplexe.

Je comprends ce que l’auteur a voulu faire mais de l’autre, je peux comprendre qu’on n’y adhère pas. A la fin de ma lecture, cette histoire m’a laissé un sentiment ambivalent, je ne savais pas si j’avais vraiment aimé ou bien si j’étais mitigée voire déçue. Du coup cet avis va être vraiment très compliqué pour moi à écrire. Mon premier sentiment est que je suis mitigée, mais en laissant un peu reposer tout ça, en revenant sur cette histoire avec une certaine réflexion, il y a tout de même de bonnes idées qui ne sont pas négligeables. De plus, la fin ouverte permet de tirer ses propres conclusions sur le devenir de Fanny. Mais il est sûr que cette histoire ne pourra pas totalement nous laisser indifférent.

L’écriture de Charlotte Bousquet est toujours aussi remarquable et agréable à lire mais je n’ai pas été prise aux tripes comme lors de mes précédentes lectures. Cette auteure a le don de m’exaspérer et de proposer des fins juste horrible qui me frustre en permanence – et je ne me gêne pas en général pour le lui faire remarquer. Mais cela prouve que j’ai été prise par l’histoire, qu’elle aura su me toucher.

Dans Fanny, je n’ai pas eu cette même impression, je n’ai pas été autant prise que ses autres livres. C’est en cela que je suis un petit peu déçue. Attention, ce livre n’est pas une déception, j’ai tout de même apprécié car il permet de faire réfléchir sur ce que l’on est et comment l’on doit être. Mais je reconnais que je n’ai pas autant adhéré qu’à ces autres livres.

J’étais, par ailleurs, un peu trop passive face à ce qui se passait, je n’ai pas su me mettre à la place de Fanny, d’être très proche d’elle parce que son attitude m’a laissé plus d’une fois perplexe. Il y a des moments où je la comprenais, que je voyais pourquoi elle s’est lancée dans cette histoire avec Fred. Le fait de vouloir venger dans un premier but son amie qui s’est fait jeter comme une malpropre, même si on peut contester cela, on peut admettre la chose. Le deuxième est que cela lui permet d’avoir un semblant de vie normale et de représenter un idéal aux yeux de cet homme, sans scrupules, mais aussi pour sa famille qui est dans la tradition et les normes. Fanny, du fait de son choix de carrière, s’en retrouve exclue. Elle a voulu, d’une certaine manière, goûter au fruit défendu et voir ce que cela pourrait donner pour s’intégrer et cela lui a plu. Sauf que dans un même temps, elle s’est perdue dans cette affaire.

Mes sentiments étaient assez ambivalents face à Fanny, la compréhension de la vengeance ; le fait de vouloir être acceptée par sa famille même si pour cela elle doit se « cacher » et « jouer un rôle » qu’elle a bâti de toute pièce. Mais en même temps, je ne la comprenais pas parce qu’elle allait trop loin. Je ne voyais pas pourquoi elle continuait de « jouer » pour son amie, qui ne m’a pas vraiment plu, je la trouvais égoïste et lâche de faire une telle chose. Elle ne mérite pas Fanny qui s’est mise dans une situation impossible pour elle. Et lorsqu’elle fait la rencontre d’Idriss cela complique d’autant plus les choses et l’on se doute qu’un moment donné elle va se brûler les ailes et que cela entraînera la fin de tout. Alors qu’elle mérite un peu de bonheur. Mais le bonheur se résume-t-il au fait d’avoir quelqu’un dans sa vie ?

PETIT SPOILER

Dès le départ, on sent que cette histoire est vouée à l’échec, dans le ton de l’histoire, dans la tournure des événements, c’est indéniable. L’auteur a pris le parti d’aller dans les excès pour faire émerger la vraie Fanny, ce qui d’une certaine manière n’est pas mauvais car la fin, inattendue est en même temps parfaitement logique. On peut d’une certaine manière l’admirer pour ses convictions, le fait de réaliser ses rêves mais de l’autre, on ne peut pas totalement s’y attacher à cause de ses agissements. D’une part je la comprends et de l’autre, elle est allée trop loin et je ne me sentais plus proche d’elle.

FIN DU SPOILER

En bref, Fanny est un roman auquel je ne m’attendais pas totalement. Il n’est pas mauvais, mais ce n’est pas non plus le livre qui me restera le plus en mémoire de l’auteur. Je n’ai pas ressenti les mêmes choses que dans ses autres romans. L’héroïne joue un double jeu qui la mettra dans une position délicate mais tout cela découle de ses propres choix, des choix que je n’ai pas toujours compris, des choix que je peux admettre. Mais cette ambivalence fait que ce livre est une histoire intéressante mais pas le meilleur roman de l’auteur à mes yeux.

17/06/2015

Coup de projo sur... [91] L'épreuve de Kathleen Duey



Voilà, j'avais envie - de temps en temps - de faire revenir sur le devant de la scène, un livre qui m'a plu (que ce soit pour sa couverture, son écriture, son scénario etc.)

C'est vrai, en général, une fois l'avis posté, on y pense plus, alors voilà. Si vous souhaitez participer, mettez vos liens en commentaires et je les rajouterai dans l'article plus tard. 

Un Premier tome que j'avais beaucoup apprécié. J'en garde un très bon souvenir même s'il faut l'avouer que je n'ai plus tous les détails en tête. Il faut que je continue la série avec le 2e et j'espère que la suite et fin va finir par arriver, pour le moment ce n'est pas gagné.

Dans un monde où la magie est une rareté, la maîtriser a un prix...
Hahp en fait le difficile apprentissage à l'académie. Dans sa classe, rares sont les élèves à passer toutes les épreuves. Les autres ne seront plus de ce monde pour les féliciter. Autrefois, la magie était interdite. Jusqu'à ce que la jolie Sadima ma ressuscite, grâce à ses aptitudes exceptionnelles. Mais saura-t-elle en faire bon usage ? Ses deux acolytes sont-ils dignes de confiance ou jouent-ils les apprentis sorciers ? Et pourquoi, au nom de la magie, des enfants sont-ils affamés et enfermés dans le noir ?

16/06/2015

Les Jumeaux Traîne-Malheur de Christopher William Hill (Les affreusement sombres histoires de Sinistreville 2)


Quatrième de couverture

Les jumeaux Mortenberg s'attendaient souvent au pire, ce en quoi ils n'avaient pas forcément tort. Depuis leur plus jeune âge, ils étaient affublés du surnom de "Jumeaux Traîne-Malheur". Abandonnés à leur triste sort par leurs parents, Greta et Feliks avaient été adoptés par leur tante Gisela. Ainsi vivaient-ils heureux avec elle au sein du quartier le plus sombre et inquiétant de Sinistreville.
Jusqu'au jour où leur destin croisa celui de la célèbre Olga Van Veenen.
Pour le meilleur... mais surtout pour le pire...

Mon avis

Voici une nouvelle histoire des Affreusement sombres histoires de Sinistreville. J’avais beaucoup aimé le premier que j’avais trouvé très original et sombre et j’étais donc curieuse de voir ce que cette suite allait donner et je ne suis pas du tout déçue, j’ai adoré.

En introduction je dois faire une petite note concernant cette série. Chaque tome peut se lire totalement indépendamment car à aucun moment nous retrouvons les personnages présents dans Hubert très très méchant. Le seul point commun entre ce dernier et Les Jumeaux Traîne-Malheur c’est le fait que cela se passe dans la ville de Sinistreville. Du coup, si une histoire vous intéresse plus qu’une autre, pas besoin de lire tous les tomes pour comprendre ce qui se passe. Il faut être honnête, cela peut être parfois pratique.

Après cette petite note, voici donc mon avis sur ce 2e tome de la série qui m’a bien plu. Je l’ai trouvé moins sombre et « sanglant » que le premier tome mais c’est toujours aussi sinistre et cynique mais c’est tellement bon !

Cette fois-ci nous suivons donc les jumeaux Mortenberg, Féliks et Greta qui n’ont pas une vie facile. Après avoir été abandonnés par leurs parents, ils ont été élevés par leur tante, tante qui leur a caché bien des choses pendant toutes ces années. Lorsque cette dernière décède, les jumeaux vont finir par croiser le chemin de la célèbre auteure Olga Van Veenen et là, Greta et Féliks ne sont pas au bout de leur peine. Ils pensaient avoir enfin une vie paisible et heureuse, ils vont vite découvrir l’enfer !

C’est une histoire haletante et prenante de sorte que l’on n’ait pas le temps de s’ennuyer et surtout de reprendre son souffle. Il arrive toujours quelque chose à ses jumeaux. Les milieux artistiques sont mis en avant ici et j’ai adoré la manière dont l’auteur s’en sert pour son histoire, c’est vraiment drôle et sombre en même temps. Décidément le titre de cette série est juste parfait car cela illustre très bien le contenu.

L’écriture de l’auteur est toujours aussi agréable à lire et fluide de sorte que les pages défilent sans qu’on ne s’en rende compte. a chaque instant on a envie de savoir ce qui va se passer, ce que nos jumeaux vont découvrir et comment ils vont se sortir de cette galère.

Les personnages sont touchants et attachants, que ce soit ces jumeaux qui ont vraiment la poisse et n’ont pas démérité leur surnom de Traîne-Malheur ou encore leur tante quelque peu déluré au passé plus que mouvementé. Et puis, il y a d’autres personnages qui sont plus détestables, mystérieux dont on se méfie obligatoirement. Le moins que l’on puisse dire c’est que chacun d’eux ne nous laissera pas indifférent.

En bref, voici une nouvelle histoire tout aussi prenante et intéressante que le premier même s’il est assez différent. C’est légèrement moins sombre que le premier qui, pour le public visé, pouvait vraiment faire peur. Là cela reste plus « gentil » mais cela reste cynique et un peu glauque parfois quand on sait ce qui se trame. Mais c’est très plaisant à lire, je vous conseille vivement ces livres si vous voulez vous faire peur.