Rechercher dans ce blog

31/07/2014

Wish-list [8] : Livres VF

Icarus de Dru Pagliassotti

Taya survole Ondinium grâce à ses ailes de métal. C’est une Icarus, une messagère qui circule d’un niveau à l’autre de la cité, en côtoyant librement les membres des différentes castes. Mais ce privilège a un prix : le danger ; particulièrement lorsqu’elle se trouve impliquée dans les intrigues de la cité, après avoir sauvé de la mort des membres d’une éminente famille. À son insu, son destin va se retrouver lié à celui des frères Forlore qui cachent de dangereux secrets. Dans cette ville où la vie est rythmée par un coeur mécanique, mais également par les trahisons, la mort et les complots, Taya risque fort de s’y brûler les ailes.









Intégrale Elamia d’Erik Wietzel

Les morts vont envahir le monde d’Elamia. Une armée de conquête lancée depuis l’au-delà par Golan Tark, le plus puissant sorcier de l’Histoire. La guerre sera terrible et désespérée, et les vivants sont condamnés.
Qui pourrait unifier la résistance : Adrian, l’empereur légendaire, qui chevauchait naguère à travers le chaos et le feu ? Jocquinius, le vieux mage dont l’ordre religieux s’accroche au pouvoir ? Hélas, le premier a disparu dans la défaite brutale qui provoqua la chute de son règne et le second n’aimerait rien tant que se retirer des affaires du monde.
Alors, d’où viendra le salut ? Peut-être de cet homme sans mémoire, errant dans les ruines. Son destin l’entraînera dans une quête fabuleuse jusqu’aux confins du monde où rôdent des démons sournois, où conspirent des prêtresses aux mystérieux pouvoirs, et où l’attendent les dragons au coeur des montagnes…









Le Secret de Crickley Hall de James Herbert

Crickley Hall : une vieille demeure comme on n en trouve que dans les régions reculées de l Angleterre. Vaste et sinistre, elle a même l air un peu menaçant.
Lorsque Gabe et Eve Caleigh viennent s y installer avec leurs deux petites filles, ils espèrent y trouver la paix, et tourner la page sur le terrible malheur qui a frappé leur famille.
Mais quelque chose ne va pas... Bientôt des bruits inexplicables les arrachent au sommeil. Les enfants sont les seuls témoins d étranges apparitions. Et, chaque matin, la porte de la cave est entrouverte alors qu on l avait fermée la veille.
Cette maison est le dernier endroit que les Caleigh auraient dû choisir. L'horreur qui les y attend dépasse tout ce qu ils pouvaient imaginer.
Oserez-vous affronter le terrifiant secret de Crickley Hall ?




Le Secret des cartographes de Sophie Marvaud (Le Secret des cartographes 1)

Cornelis, le grand négociant hollandais, est ruiné. La Compagnie des Indes toujours avide de richesses l'envoie fonder un nouveau comptoir dans le Pacifique. Charge à lui de découvrir le nouveau continent dont tout le monde parle à l'époque… Pour arriver sur ces nouveaux rivages, il doit dérober des cartes, gardées comme les joyaux de la Couronne à l'époque. Il enrôle donc de jeunes espions, mais ignore que sous la robe de bure d'un jeune moine franciscain se cache en réalité une jeune femme...









Rouge rubis de Kerstin Gier (La trilogie des Gemmes 1)

Gwendolyne a 16 ans. Elle vit à Londres. Vie normale, scolarité normale dans une grande école privée, famille normale, en apparence… Car cette famille a un secret : certaines filles sont porteuses d'un gène qui leur permet de voyager dans le temps. 















Chat blanc de Holly Black (Les Faucheurs 1)

A 17 ans, Cassel est le seul de sa famille à ne pas posséder de pouvoir : son grand-père tue par simple contact, sa mère manipule les émotions (et purge une peine de prison pour escroquerie), son frère Barron trafique la mémoire et l'aîné, Philip, peut briser les os d'une simple pensée. Cassel est hanté par le souvenir du meurtre de son amie d'enfance Lila, fille du chef du clan Zacharov, autre grande famille de magiciens, appelés les Faucheurs et interdits par la loi. Mais Cassel va surprendre de troublantes conversations de famille suggérant que sa mémoire a été altérée. Puis il découvre que Lila est toujours vivante, sous la forme... d'un chat blanc.









Le dernier hiver de Jean-Luc Marcastel

2 035, 31º C en-dessous de 0. Depuis des années, le Crépuscule baigne Aurillac dans un ciel de sang. L'Hiver s'est installé, un hiver éternel qui dévore les terres et fige l'océan dans la banquise. La Malesève, cette armée de pins monstrueux, a mis à genoux la civilisation. Alors, devant la fin d'un monde, que reste-t-il d'autre que l'amour ? L'amour qui va pousser Johan à braver le froid et les pins pour retrouver sa bien-aimée, l'amour qui va pousser son frère, Théo, à lui ouvrir la voie, l'amour toujours qui incitera Khalid et la jolie Fanie à tout laisser derrière eux pour les suivre. L'amour est-il assez fort pour triompher de la Malesève et de ce qu'elle a fait des hommes ?











Burton et Swinburne : L'étrange affaire de Spring Heeled Jack de Mark Hodder

Londres,1861 Sir Richard Francis Burton Un grand explorateur et un érudit de talent. Sa réputation a été salie et sa carrière ruinée. Il est dans de sales draps. Algernon Charles Swinburne Un jeune poète prometteur et avide de sensations fortes, disciple du marquis de Sade. Le cognac causera sa perte. C'est le cadet de ses soucis. Les deux hommes sont au coeur d'un empire déchiré par les conflits. D'extraordinaires machines envahissent un monde soumis à des lois des plus répressives. Tandis que certains défendent une société fondée sur le génie créateur, d'autres repoussent les limites de la conscience en ayant recours aux drogues, à la magie et à l'anarchie. Lorsque des loups-garous terrorisent l'East End londonien et que des jeunes filles deviennent la proie d'une effroyable créature nommée Spring Heeled Jack, le duo n'a plus d'autre choix que d'agir. Au plus vite. Tous deux se trouvent confrontés à l'un des événements les plus décisifs de cette époque. Mais la pire de leurs découvertes pourrait bien provoquer la fin du monde tel qu'ils le connaissent... Quand une poignée d'hommes change l'Histoire, l'Histoire change tous les autres.

Le jeudi c’est Jeu Livresque [61]



 J’avais vu des blogueuses américaines organiser un rendez-vous journalier sur un mois et quelques unes de leurs idées étaient très sympa, j’en ai parlé à Melisande, et elle m’a dit : le jeudi on n’a rien. Voilà comment est née l’idée de petit rendez-vous pour fêter l’arrivée de l’été qui permet de jouer avec nos livres pendant 8 semaines, tous les jeudi, à partir du premier jeudi de juin (06/06).

Semaine 61 : Votre plus grande gueule de bois livresque a été infligée par…


Il est rare que je n'arrive pas à lire un autre livre après une lecture. J'enchaîne plutôt bien les livres sans grande difficulté, pourtant je sais qu'après avoir lu un livre de Jacqueline Carey (donc en lien avec Kushiel), il faut que je change de genre sinon je sais que j'aurai dû mal. L'écriture est telle et l'univers aussi qu'il faut s'en remettre.

Mais je vais éviter de parler de Kushiel parce que ce serait trop évident et facile. Mais comme il est rare que j'ai dû mal à enchaîner les livres à cause d'un qui me reste en tête, je vais tout de même parler d'Alex de Pierre Lemaitre.

CHRONIQUE DISPONIBLE ICI.


Ce livre est une bombe, il est absolument génial et je suis passée par toutes les émotions. L'auteur fait des ravages sur son passage et on n'en sort pas indemne. J'étais dans un tel état que pour pouvoir continuer à lire, il me fallait un livre "Bisounours", un "Mickey au pays des Bisounours", appelez ça comme vous voulez, mais il me fallait un petit livre mignon, un livre doudou pour m'en remettre. Du coup j'avais lu de la jeunesse Elixir d'Hilary Duff d'après mon album de lectures (2011).

Comment je suis devenue irrésistible de Mindy Klasky (Coup de foudre et sortilèges 1)


Quatrième de couverture

Regardons les choses en face, je suis très très loin d’être une séductrice ! Depuis que mon fiancé m’a plaquée pour une avocate londonienne ultra-sexy, ma vie sentimentale est même carrément au point mort. Et ce n’est certainement pas mon boulot de bibliothécaire sous-payé qui va me permettre de faire des étincelles ! Alors vous imaginez ma surprise quand, du jour au lendemain, l’un de mes collègues s’est mis à me couvrir de fleurs. Et ce n’est pas tout : dans la rue, les hommes se retournent sur mon passage et un quasi-inconnu a même été jusqu’à m’embrasser fougueusement sur le pas de ma porte ! Mais c’est seulement lorsque Jason Templeton, l’homme le plus beau et le plus intelligent du monde — et sur lequel je fantasme depuis un an sans le moindre espoir — m’a invitée à dîner que j’ai vraiment commencé à me poser des questions. Et si… Et si j’étais tout simplement devenue irrésistible ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Harlequin de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié, même si je dois avouer que je m’attendais à quelque chose de totalement différent.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture expliquant la majorité de l’histoire, même si elle ne prend pas en compte un certain aspect qui joue un grand rôle car cela explique aussi pourquoi Jane est devenue d’un coup irrésistible. Avec ce résumé, je ne m’attendais pas du tout à ce que l’histoire prenne un tournant surnaturel, mais ça a été une très bonne surprise. Le début était très prometteur et je voyais déjà les problèmes à venir avec l’arrivée de Neko et de David dans la vie de Jane à cause de ses nouveaux pouvoirs de sorcières. Sauf que ce à quoi je m’attendais n’est jamais arrivé, l’histoire ayant pris une autre direction, bien plus « sage » et tournée autour de « l’histoire d’amour » entre Jane et Jason.

Malheureusement, la part fantastique de l’histoire est un peu délaissée, c’est dommage, je pense que l’auteur aurait pu aller beaucoup plus loin et nous proposer quelque chose de très sympathique. J’avais différents scénarios en tête. Jane y fait sans arrêt mention mais ce n’est pas très exploité. Certes, d’après la 4e de couverture, ce n’est pas le sujet principal et pourtant c’est l’une des premières choses que l’on découvre dans le texte, le fait qu’elle soit sorcière. C’est pour ça que je m’en permets de parler, ce n’est pas un spoiler et la série s’appelle « Coup de foudre et sortilèges », ce n’est pas pour rien. Je trouve ça dommage que ce ne soit pas davantage présent parce que ça aurait pu donner quelque chose de très drôle et amusant car cela semble être le cœur de ses problèmes. Si tous les hommes commencent à lui courir après, ce n’est pas par hasard et même cette notion là, bien qu’elle soit présente, j’ai trouvé ça trop léger. Je m’attendais presque à ce que sa vie devienne un enfer parce qu’elle a beaucoup de prétendants qui lui courent après à cause de son sortilège. Mais je n’en dirai pas plus, je vous laisse découvrir tout ça.

Voici bien des points négatifs, parce qu’après avoir eu la bonne surprise d’avoir du surnaturel dans l’histoire, l’auteur n’a pas vraiment joué le jeu et n’est pas allée au bout. Après, cela n’empêche pas que l’histoire soit intéressante et soit bien faite. J’ai tout de même passé un bon moment dans l’ensemble, même si j’ai pu y noter quelques petites longueurs. Je pensais que le côté chick-lit avec l’humour serait plus prononcé ou que la magie serait aussi plus présente, vu qu’elle en parle souvent, ça me semblait logique, pour qu’on ait des scènes cocasses, etc. mais ça n’a pas été le cas. C’est pour ça que je n’ai pas adoré ce livre, c’est sympa, ça fait sourire, mais ce n’est pas non plus le livre du siècle. Ça aurait pu être plus drôle, et si la magie avait été davantage exploité, ça aurait pu ajouter un vrai plus et l’auteur aurait pu accentuer le fait que Jane soit vraiment irrésistible, ça reste assez léger malgré tout. Après je n’en attendais rien, juste passer un bon moment de détente et sans prise de tête, ce qui a été le cas, donc ça a tout de même fait son office.

Jane est un personnage attachant et sympathique. Elle cherche le grand amour, enfin pas tout à fait, elle l’a trouvé, c’est juste que son soupirant ne le sait pas encore. Jane est prête à tout pour sortir avec l’homme de ses rêves et tous les moyens sont bons. Au fur et à mesure de l’histoire, on voit Jane évoluer et changer. Elle finit par prendre conscience de ses atouts et de son pouvoir magique, mais je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler la fin.

Dès le départ j’ai adoré le personnage de Neko et je trouve ça presque dommage qu’on ne le voit pas davantage, qu’il n’y ait pas plus de liens avec Jane parce que ça pouvait donner quelque chose de très sympa. Quant à David, il est lui aussi trop peu présent alors qu’il y avait moyen d’en faire quelque chose. Après, à voir si le tome 2 accentue davantage leur relation, ce qui, au vu de la situation, paraîtrait plutôt logique.

En bref, un livre intéressant à suivre, même si ce n’était pas ce à quoi je m’attendais. La part surnaturelle du livre a attisé ma curiosité mais j’ai trouvé ça dommage que l’auteur ne l’ait pas plus exploité parce que ça aurait pu faire quelque chose de très frais, léger et drôle. Mais après, l’histoire telle qu’elle est faite est pas mal, c’est agréable à suivre et sans prise de tête. Une lecture détente parfaite pour l’été, ça a bien fait son office.

30/07/2014

Coup de projo sur... [62] La révélation des Médicus d'Eli Anderson



Voilà, j'avais envie - de temps en temps - de faire revenir sur le devant de la scène, un livre qui m'a plu (que ce soit pour sa couverture, son écriture, son scénario etc.)
C'est vrai, en général, une fois l'avis posté, on y pense plus, alors voilà. Si vous souhaitez participer, mettez vos liens en commentaires et je les rajouterai dans l'article plus tard. 

Voici le premier tome d'une série géniale, j'en suis totalement fan. Si le premier tome paraît mignon et tranquille, il n'en est rien pour la suite. La tension monte, le danger grandit et l'on gagne en maturité en même temps qu'Oscar à mesure des tomes puisqu'il grandit (11/12 ans dans le premier tome, 18 ans dans le 5e et dernier). Bref, une série à découvrir, je ne peux que vous la conseiller. Voici la présentation du premier tome avec la chronique.


Et si vous pouviez voyager dans le corps humain ?

Je m'appelle Oscar Pill et je ne suis pas un garçon comme les autres. Je suis un Médicus : j'ai le pouvoir extraordinaire de voyager dans n'importe quel corps vivant. Comme mon père, qui fut autrefois un célèbre Médicus avant de disparaître. Aujourd'hui l'humanité entière est à nouveau menacée : Skarsdale, le sombre Prince des Pathologus, s'est échappé de sa prison. Et moi, j'ai été choisi pour l'affronter. Il me faut braver tous les dangers et rapporter un Trophée d'un endroit où je ne suis jamais allé. Un univers mystérieux qui se trouve... dans le corps humain.


29/07/2014

Douze ans, l'âge d'être sorcier de Chantal Cahour (Incroyable sorcier 4)


Quatrième de couverture

En accompagnant son amie Sarah qui rend visite à sa grand-mère, Antoine est témoin d'une scène étrange : Sarah reçoit pour ses 12 ans une bague qu'elle doit promettre de garder toujours à son doigt. En fait, grâce à cette bague, Sarah possède désormais un don magique, celui de voir à l'avance accidents, méfaits et catastrophes. Elle "voit" ainsi leur copain Rémy se casser la jambe. Antoine ne veut pas admettre que quelqu'un d'autre puisse avoir un don magique, mais son chat Nicéphore l'en convainc. Et maintenant, il lui faut acquérir au plus vite un nouveau don, celui de guérir les gens, pour pouvoir soigner les blessés et ainsi "corriger" les visions de Sarah.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Oskar de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié.

Cette chronique ne sera pas très longue du fait que je n’ai pas tant de choses à raconter par rapport aux autres volumes précédents, mon avis ne diverge pas et les histoires continuent d’être intéressantes et agréables à lire. Il est dans la continuité des précédents et c’est toujours un plaisir de suivre l’apprentissage d’Antoine aux côtés de Nicéphore et ce tome-ci prend un tournant plus intéressant encore car son amie Sarah se retrouve dotée d’un pouvoir elle aussi. Reste à voir comment il va gérer cette situation alors qu’elle prend connaissance de cette faculté.

A chaque volume, Antoine apprend à se servir d’un nouveau don, et cela en suivant les préceptes de son aïeul, qui évidemment, lui serviront plus tard dans des situations d’extrêmes urgences. C’est compliqué et paraît impossible mais Nicéphore a confiance en lui et sait qu’il peut réussir. Dans ce nouveau tome, il comprend également qu’il n’est plus seul, Sarah a aussi un don qu’il lui faut affuter et il va l’aider dans sa tâche.

L’intrigue est bonne et bien menée, même si au bout du 4e tome, on comprend la manière dont cela se déroule. Néanmoins, on ne sait jamais vraiment ce qui va se passer, aussi bien quel pouvoir il va devoir apprendre que les problèmes qu’il va rencontrer. Donc il y a toujours la part de mystère, ce qui donne de l’intérêt à l’histoire.

Le moins qu’on puisse dire c’est que l’action arrive vite, dès les premières pages, Antoine se rend compte du don de Sarah et va donc tâcher de l’aider dans sa tâche. C’est peut être un peu trop rapide pour moi, mais le livre est assez court et destiné à un lectorat plus jeune, donc ce n’est peut-être pas plus mal qu’on rentre dans le vif du sujet dès les premiers chapitres. Cela paraît assez soudain, mais cela passe quand même.

Antoine fait toujours des erreurs et a tendance à vouloir se servir de son don pour son profit personnel mais Nicéphore veille à ce que le garçon ne prenne pas la tangente et il commence à se rappeler à l’ordre tout seul, signe que l’enseignement de son chat finit par rentrer. Il est attachant et on le voit mûrir. Les premiers émois amoureux font également leur apparition ce qui le rend d’autant plus attachant car à cause de son secret, c’est difficile pour lui d’expliquer certaines choses à l’élue de son cœur…

En bref, un 4e tome bien sympathique, c’est plaisant de suivre les aventures d’Antoine, d’autant plus que maintenant il n’est plus seul à avoir un secret et un pouvoir. Je suis très curieuse de voir comment leur relation va tourner étant donné les circonstances.

28/07/2014

La disparue d'Amsterdam d'Antoinette Van Heugten


Quatrième de couverture

Alors qu’elle rentre chez elle après une journée de travail, le Dr Nora de Jong, spécialiste de chirurgie pédiatrique à Houston, découvre, horrifiée, que sa mère est morte assassinée, et que sa fille Rose, un bébé de six mois, a disparu. En état de choc, hantée par une angoisse folle, elle est dès lors obsédée par les mêmes questions : qui a tué sa mère ? Et surtout, surtout, où se trouve sa fille ? 
Très vite, Nora comprend que l’enlèvement de sa petite Rose est inextricablement lié à l’histoire de sa famille, une histoire sombre et complexe dont elle ignorait tout jusqu’à présent. Pour retrouver sa fille, elle va devoir se rendre à Amsterdam, où tout s’est autrefois passé. Là, il lui faudra à tout prix percer de tragiques secrets cachés depuis des décennies…
Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Mosaïc de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup apprécié.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour comprendre de quoi il s’agit sans pour autant spoiler toute l’histoire. L’écriture de l’auteur est très agréable à lire et très fluide. Dès les premières pages on est happé dans cette histoire, il n’y a vraiment pas de perte de temps, pas de longueurs, tout à parfaitement sa place pour comprendre les raisons pour lesquelles la mère de Nora a été tuée et pourquoi sa petite fille enlevée.

J’ai d’ailleurs été étonnée qu’on en sache autant dès le début. Comme la narration est à la 3e personne, l’auteur s’est focalisé sur différents personnages et ça nous permet d’en savoir beaucoup assez rapidement. Mais ce n’est pas pour ça qu’on n’a pas de révélations par la suite. Bien au contraire, c’est le début des interrogations car même si nous lecteurs savons des choses, Nora ignore tout de l’histoire de sa famille et qui a pu enlever sa fille donc cette quête va lui apprendre beaucoup de choses et je peux vous dire que l’auteur a aussi plus d’un tour dans son sac et sait garder son suspense jusqu’au bout.

L’auteur a vraiment le don pour nous donner envie d’en savoir plus, j’ai vraiment adoré cette histoire qui est bonne et bien menée. Nous suivons pas à pas l’enquête de Nora, la recherche désespérée de sa petite fille, tout en découvrant les secrets de l’histoire familiale qui est plus sombre que ce que croyait Nora, car elle ignorait tout du passé de sa mère. Dans la littérature contemporaine (ou non fantastique) ce qui me plaît le plus ; ce sont ses histoires autour des secrets de famille, etc. et là, je peux dire que j’ai été servie. En plus, ici, ça prend un tournant un peu plus « historique » du fait que cela peut être vrai. L’intrigue touche de près à la 2nde Guerre Mondiale et au nazisme. Je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler, mais ça rend cette histoire d’autant plus touchante et tragique à la fois.

On se doute du final, on s’imagine très bien la fin, comme dans les romances (même si ici ce n’en est pas une, pas totalement), mais il y a toujours le doute qui s’insinue en nous. On guette le moment où tout peut basculer et changer à jamais les vies des personnages. Certaines choses étaient courues d’avance, d’autres moins, ce qui n’enlève pas sa part de mystères et jusqu’au bout on en apprend sur cette mère qui cachait bien des secrets. Mais si elle a fait tout cela, c’était dans l’unique but de protéger sa famille et en particulier sa fille unique, donc on ne peut pas lui en vouloir.

On ne peut pas rester indifférent à cette lecture, de part les événements qui se passent sous nos yeux « au présent » mais aussi à cette histoire qui s’est déroulée des décennies plus tôt et qui restent malgré tout ancré dans les esprits, peut-être trop pour certains…

Nora est une jeune femme forte, qui a dû faire des choix difficiles dans sa vie, mais maintenant elle est désormais heureuse et c’est Rose, sa fille qui lui procure ce bonheur. Donc quand elle rentre chez elle et découvre que sa mère a été assassinée et que sa fille a disparu, son monde s’effondre. On ne peut que compatir à sa douleur et aussi comprendre son envie d’agir pour faire avancer les choses pour retrouver sa fille. L’enquête traîne, alors elle décide de prendre les devants et de se débrouiller seule, ou presque. Elle sait que son retour à Amsterdam va raviver de douloureux souvenirs, mais elle était loin de s’imaginer à quel point. On ne peut que s’attacher à elle face à ce drame et à ses découvertes.

Je ne parlerai pas des autres personnages pour ne pas spoiler l’histoire, mais il est vrai que par moment, on ne sait pas quoi penser de certains. Ils jouent un double jeu, donc on peut leur en vouloir et de l’autre, non, car on sait que ça n’était pas dans le but de nuire. Des erreurs sont commises, certains sont prêts à aller très loin pour protéger leur famille et à se venger aussi… Ces dans ces cas-là qu’on peut se rendre compte à quel point les secrets de famille peuvent être dangereux car parfois si certains étaient connus, cela aurait évité de nombreux problèmes…

En bref, ce livre a été une belle surprise pour moi. C’est une quête de vérité qui se traduit par une quête d’identité, car Nora ne connaissait vraiment pas sa famille et elle aura bien des surprises. Divers sentiments nous envahissent à la lecture de cette histoire qui est vraiment prenante et bien faite. C’est touchant, triste et beau à la fois, un mélange de fiction et d’Histoire, ce livre ne peut que vous plaire. Je vous le conseille.

27/07/2014

Qui est Mara Dyer ? de Michelle Hodkin (Mara Dyer 1)


Quatrième de couverture

Mara Dyer est une jeune fille de 16 ans comme les autres, jusqu’au jour où elle s’éveille dans un hôpital, sans aucun souvenir de l’accident qui a coûté la vie à ses trois meilleurs amis. Dévastée par le chagrin et un profond sentiment de culpabilité, elle souffre terriblement de la perte de ses proches.
Pour repartir à zéro, la famille de Mara part s’installer en Floride. Mais là encore, les nuits de la jeune fille restent agitées, hantées par des visions de l’accident. Mara a l’impression de revoir ses amis, et même de sentir la mort de certaines personnes. Mais que lui arrive-t-il ? Est-elle en train de devenir folle ?
Qui est vraiment Mara Dyer ?





Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Panini Books de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup aimé.

La première chose que l’on constate en commençant le livre, c’est l’écriture de l’auteur qui est très agréable à lire et très fluide de sorte qu’on plonge dans l’histoire avec facilité. Dès les premières pages j’ai accroché et j’ai lu le livre d’une traite, sans me rendre compte des pages qui défilaient. Je l’avoue, le fait d’avoir eu beaucoup de temps à tuer à cause des transports en commun ont fait qu’il a été lu dans la journée. Mais ça n’enlève pas le fait que ce livre soit si captivant et qui explique pourquoi je l’ai lu aussi vite. C’est d’autant plus vrai que, le prologue, qui nous présente Mara et ses amies, ne peut que nous appâter et nous donner envie de poursuivre. J’ai trouvé cette entrée en matière juste géniale, cela donne le ton au livre, même si on peut dire que c’est douteux.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit. J’ai trouvé l’intrigue plutôt bonne et bien menée. L’action est assez lente, il ne faut pas s’attendre à un condensé d’action pure et dure, mais ce n’est pas pour ça qu’il ne se passe rien, bien au contraire. C’est un livre qui est surtout basé sur la psychologie, un aspect que j’aime avoir dans les livres et qui est souvent éclipsé au profit de l’action. Je pense que les deux sont très importants et permettent de faire quelque chose de vraiment complet. Pendant une bonne partie du livre, on ne sait pas du tout à quoi s’attendre et où l’auteur nous emmène, mais je crois que le « pire » c’est qu’on ne sait pas ce qu’il faut croire.

Dans la plupart des livres, il faut se méfier des apparences, je le dis assez souvent dans mes chroniques, mais dans ce livre c’est d’autant plus vrai ici car Mara n’est pas une fille comme les autres. A cause de l’accident dont elle ne garde aucun souvenir, elle fait des rêves, des cauchemars et à des hallucinations, c’est dû à un stresse post-traumatique. Mara est la narratrice de cette histoire, donc on est donc dans sa tête et son corps et l’auteur a su instiller le doute dans son esprit (rien de plus étonnant), et comme rien n’est clair pour la jeune fille, ça ne l’est pas non plus pour nous, lecteur, qui découvrons son histoire.

Les rêves et hallucinations de Mara nous font douter de tout, quelle est la part de réalité ? Quelle est la part de mensonges ? Il s’en dégage une atmosphère lourde et pesante, ce qui n’augure rien de bon. Mais être dans une telle incertitude, c’est ce qui fait toute la force de ce livre et qui explique aussi pourquoi on ne sait pas trop où l’auteur nous emmène. Tellement de possibilité pour expliquer tout ça, que je ne savais pas quel chemin l’auteur allait prendre.

L’univers est vraiment intéressant et pour un premier tome, je trouve qu’on a déjà pas mal d’informations pour s’en faire une idée et promettre quelque chose d’assez sympathique pour la suite, mais j’attends d’en voir plus. Le seul souci pour moi, ce sont les révélations qui arrivent à la fin. Pour le moment je ne sais pas si c’est une bonne ou une mauvaise chose.

L’idée en soi est pas mal et peut être très intéressante et donne un aspect plutôt sympathique à l’histoire, surtout sur le devenir de certains personnages, mais je trouve que c’est arrivé peut être trop soudainement, un peu comme un cheveu sur la soupe. C’est dommage parce que ça aurait pu être mieux amené pour que ça fasse moins abrupt et que ça sorte de nulle part. Je ne pensais pas nécessairement que l’histoire prendrait une telle tournure, donc ça a été une surprise, étant donné les informations que l’on avait, j’étais loin de m’imaginer ça. Mais, j’attends de voir la suite pour me décider sur le choix de l’auteur pour la tournure des événements.

Quant aux personnages, je les ai tous appréciés, ils sont attachants même s’ils ne sont pas dénués de défauts. S’ils étaient parfaits en même temps, ça ne serait pas intéressant. Mara souffre de stresse post-traumatique, ce qui lui vaut quelques problèmes, notamment d’hallucination, elle n’est pas « normale », sa famille la surprotège et elle étouffe. Mais en même temps, ils sont là pour elle, et elle le sait, comme son grand frère David qui est un vrai soutien pour elle. Mais son plus gros problème est qu’elle a peur de devenir folle à cause de ses visions et se cache ce qui va l’entraîner sur une pente assez dangereuse…

Noah, le bad boy de l’histoire, est tellement changeant qu’on a du mal à le suivre, comme Mara, on ne sait pas trop quoi penser de lui. Entre sa réputation et ses actions envers Mara, on a l’impression d’avoir affaire à deux personnes différentes, mais j’aime beaucoup cette ambivalence. J’ai trouvé ça bien fait, même si par moment j’avais envie de le secouer, tout comme Mara d’ailleurs. Leur relation est donc compliquée mais elle est également touchante, j’ai beaucoup aimé leur rapport et avec certaines révélations, dont celle de la fin, je suis très curieuse de les voir évoluer.

En bref, un premier tome très accrocheur avec un univers sombre mais très intéressant qui peut nous surprendre à bien des égards. L’intrigue est très bien faite même si pendant un moment on se demande où l’auteur veut nous emmener, cela fait plaisir de se faire mener par le bout du nez. Quant à la fin, j’attends les autres tomes, pour voir ce que l’auteur va en faire, en espérant que ce ne soit pas par facilité. Les personnages sont justes excellents, très attachants. Un livre à découvrir !

En partenariat avec

In My Mailbox (139)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine

Ne m'abandonne pas de Tahereh Mafi (Insaisissable 3)

Je suis insaisissable. Je veux t’appartenir. Je ne te fais pas confiance. Je m’en remets à toi. La terre tremble. Mon cœur aussi. Je leur serai fatale. Je te suis vitale. Le monde se meurt. Je meurs sans toi. Le Point Oméga a été détruit. La rébellion est écrasée et Juliette ignore si ses amis, ou même Adam, l’homme qu’elle aime, ont survécu. Sa volonté de renverser la dictature du Rétablissement n’en est que renforcée. Elle est prête à tout pour y parvenir, jusqu’à faire appel à son ennemi de toujours : Warner, le séduisant commandant du secteur 45. Tout les oppose, mais ils ne peuvent agir l’un sans l’autre, la survie de leur monde agonisant en dépend. Lui seul peut enseigner à Juliette comment maîtriser ses immenses pouvoirs… mais il attend d’elle bien plus encore.



Espionnera bien qui espionnera le dernier d'Ally Carter (Gallagher Academy 4) > CHRONIQUE

En étudiant à la Gallagher Academy, Cammie savait qu’elle se préparait à la dangereuse vie d’espionne. Ce qu’elle ignorait, c’est que le vrai danger surgirait avant même la fin de ses études. Une ancienne organisation terroriste a juré de la kidnapper, et désormais, elle n’est plus en sécurité nulle part. Même elle, pourtant surnommée le Caméléon, ne parvient pas à se cacher : un comble ! Quand elle découvre que l’un de ses meilleurs alliés est en réalité un agent double, Cammie ne sait plus à qui se fier. Qui d’autre s’apprête à la trahir ? Ses amies ? Ses professeurs ? Son cœur ?


Sans Remords de Tiffany Reisz (Chroniques d'une Initiée 2)

Dominatrice accomplie, Nora a l’habitude de dicter les règles du jeu. 
Sauf avec un homme : Søren, son amant de toujours. Prêtre exemplaire aux yeux du monde, maître parmi les maîtres aux yeux des initiés. 
De lui, elle acceptera tout. 
Alors, quand il lui ordonne de disparaître de la circulation le temps que s’achève l’enquête dont il est l’objet, parce que personne ne doit soupçonner le lien qui les unit, et encore moins la nature si particulière de ce lien, elle obéit sans hésiter. 
D’autant que Søren a pris soin de glisser une petite surprise dans ses bagages : Michael, le jeune homme aux traits d’ange dont elle a commencé l’initiation et qui semble plus que jamais désireux de la reprendre. Une raison supplémentaire de se lancer corps et âme dans cette parenthèse hors du temps, des codes et des normes. 
Sans remords ni regrets, quoi qu’il advienne…


Le Roi de sang de Gail Z. Martin (Chroniques du Nécromancien 2)

Le prince Martris Drayke a échappé de peu à son frère Jared, qui voulait l’assassiner.
Mais des tueurs sont toujours à ses trousses, et Foor Arontala, le mage noir, manigance pour réveiller le terrifiant Roi d’Obsidienne… Le seul espoir de Martris est de maîtriser son don et de s’en servir pour créer une armée de morts assez puissante pour reprendre le trône de son défunt père. Les destins de son royaume, de celle qu’il aime… et de sa propre âme en dépendent !


Et vous ?

25/07/2014

Les chroniques du chat noir - Le lien de Ghislain Meurlay

Quatrième de couverture


Que feriez-vous si vous étiez un redoutable tueur en série ? Un tueur impitoyable, dont le seul nom fait froid dans le dos… Le Chat Noir. Que feriez-vous si votre dernière victime était le plus grand baron de la pègre ? Si nul n’était en mesure de vous dire où il est, ni qui il est ? Si c’était un « Fantôme » ? Et si la seule personne capable de l’identifier était un type bien, sans histoire ?
Que feriez-vous, si vous étiez le plus grand baron de la pègre ? Un baron impitoyable, dont le seul nom fait froid dans le dos… Le Fantôme. Que feriez-vous si du jour au lendemain, vos hommes de mains se faisaient éliminer les uns après les autres, par un tueur en série ? Si vous étiez le plus grand baron de la pègre, insoupçonné et insoupçonnable ? Et si la seule personne capable de vous identifier était un con, un emmerdeur ? Que feriez-vous si vous étiez ce con, cet emmerdeur… mais qu’au fond vous êtes ce type bien, sans trop d’histoires ? Si vous vous retrouviez dans une guerre qui vous dépasse largement ? Si dans cette guerre vos proches étaient traqués, éliminés ? Et si la seule chance qu’ils aient de rester en vie, impliquait inévitablement votre mort ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions du Panthéon de m’avoir permis de lire ce livre qui est intéressant dans l’ensemble, même si j’ai quelques petites choses à y redire.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture expliquant plutôt bien ce qui se passe, même si elle garde une grande part de mystère. En développant davantage j’ai peur de spoiler l’histoire, ce qui serait dommage parce que malgré tout, elle mérite d’être découverte sans qu’on n’en sache trop. De plus, les événements arrivant assez vite, on sait à quoi s’en tenir.

L’idée de base est intéressante et j’ai bien aimé l’histoire dans son ensemble. On rentre assez rapidement dans le vif du sujet, il n’y a pas de perte de temps. Cela dit, on va peut être un peu vite parce que ça ne semble pas forcément cohérent, on n’a pas suffisamment de repères dans le temps pour voir la relation entre Ugo et Sam évoluer. C’est trop soudain et ça m’a paru vraiment bizarre. Mais admettons, dans l’ensemble, l’intrigue est plutôt bien faite et bien menée et il est vrai que les éléments s’enchaînent vite, on se demande sans cesse qui est ce fameux Chat Noir, ce Fantôme… L’auteur sème le doute tout de même en présentant certaines choses mais tout finit par prendre son sens.

La fin est des surprenantes, on ne s’attend pas totalement à ça. Il y a des éléments auxquels on se doute dès le départ, il n’y a pas de grandes surprises, lors des révélations, je m’y attendais pour la plupart. Mais la fin est vraiment bien trouvée et permet de voir l’histoire d’une autre manière, je n’avais pas pensé à ça lors de ma lecture donc je salue l’auteur.

En fait, ce qui explique pourquoi je n’ai pas totalement adhéré à l’histoire c’est que je trouve dommage que ce livre soit si court et qu’il manque de profondeur. Avant même d’avoir l’histoire, l’auteur explique dans une note sa démarche et le fait qu’il voulait avoir un livre court qui file droit avec son lot d’action pour être emporté rapidement comme si on regardait un film. Dans l’ensemble, le pari est plutôt réussi, néanmoins, l’adepte des pavés en moi avec son lot de descriptions, d’explications et de développement est un peu resté sur sa fin. C’est dommage parce que l’idée est vraiment bonne et avec un peu plus de développement ça aurait eu plus d’impact et aurait pu être un excellent livre parce que c’est plutôt ingénieux.

L’écriture de l’auteur est agréable à lire, la seule chose qui m’a dérangé ce sont les points d’exclamations toutes les deux secondes ça n’avait pas forcément lieu d’être et c’est assez pénible de lire, en s’imaginant que les personnages « crient » ou « parlent fort » sans arrêt. J’imagine assez souvent l’intonation, les différents points expriment diverses manières de parler donc ça a son importance mine de rien, même si les ¾ du temps, on ne semble pas y prête pas attention et pourtant, c’est très important et ça aide à la lecture.

En bref, une histoire intéressante et plutôt bien menée avec un retournement de situation sur la fin qui montre l’ingéniosité de l’auteur. Le seul regret c’est que l’histoire ne soit pas plus longue pour qu’il y ait plus de développement et de suspense (même si pour le coup la fin rattrape) pour que ce soit davantage bluffant. Une histoire sympathique à lire cela dit.

Secrets de sorcier de Chantal Cahour (Incroyable sorcier 3)

Quatrième de couverture

Depuis son 12e anniversaire, Antoine possède un don prodigieux : celui d'entendre les pensées des autres. Il rêve de devenir policier et voudrait aider son ami, le commissaire Vincennes : sa mère atteinte de la maladie d'Alzheimer a disparu. En consultant le grimoire de ses ancêtres, Antoine découvre le mode d'emploi pour retrouver une personne disparue à l'aide d'une photo. Il réussit ainsi à localiser Mme Vincennes. Mais le jour où il veut utiliser son talent pour retrouver sa sœur Charlotte qui a quitté la maison sans dire où elle allait, il ne parvient pas à établir le contact : Charlotte a eu un accident et est dans le coma. Au risque d'y laisser sa propre vie, Antoine se lance alors dans une course éperdue pour retrouver sa sœur. Avec l'aide de son fidèle Nicéphore, réussira-t-il à la sauver ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Oskar de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié et qui est dans la lignée des deux précédents.

L’intrigue est construite de telle manière qu’on a la sensation de lire 3 épisodes différents qui permette d’avoir une histoire en cascade, où les événements passés vont inévitablement nous conduire à la suivante et créer une sorte d’échelon dans l’apprentissage d’Antoine.

Le premier serait centré sur la disparition de Mme Vincennes, qui du fait de sa maladie, elle a Alzheimer, s’est échappée et « perdue ». Il faut donc vite la retrouver. Dans cette « première partie », Antoine découvre grâce à ses talents hors norme, le procédé pour retrouver quelqu’un. La solution miracle se trouve dans son fameux carnet. Dans la « deuxième partie », Antoine est en sortie scolaire avec sa classe et quelques professeurs et l’un d’eux disparait mystérieusement… Quant à la troisième partie, suite à une dispute, Charlotte, la petite sœur d’Antoine part de la maison sans prévenir et est par la suite introuvable. Cependant, quand il tente de la retrouver grâce à ses facultés, c’est le néant. L’inquiétude prend place, mais à chaque problème il y a sa solution mais il va devoir trouver un moyen insoupçonné pour la ramener et les conséquences pourraient être fâcheuses…

J’ai beaucoup aimé la tournure que prenait les événements, même si dans l’ensemble tout se passe bien, c’est de la jeunesse quand même, il y a toujours une prise de risque et plus on avance dans les tomes et plus les situations paraissent compliquées et sans espoir. J’aime bien le principe que rien ne soit gratuit, la magie qu’emploie Antoine lui coûte toujours de l’énergie et l’auteur ne va pas hésiter à aller beaucoup plus loin. Il ne faut pas que ce soit une chose facile et à portée de tous, cela a plus de sens ainsi.

Dans ce tome Antoine gagne en maturité, même si parfois il veut toujours user son don à des fins personnelles. Il va vraiment prendre conscience de l’importance de son don et de ce que ça peut apporter aux autres, ainsi que la satisfaction d’avoir pu aider, même si on n’aime pas certaines personnes. Il va également se rendre compte qu’il y a des choses qui peuvent agacer au quotidien mais qui sans leur existence, la vie ne serait pas la même. Oui, je reste très vague dans mes propos, je n’ai pas envie de spoiler, déjà que je pense en avoir beaucoup dit pour expliquer la structure de l’histoire.

Quoi qu’il en soit, ce livre est très touchant et pas dénué de messages importants. Les conseils de Nicéphore, même si parfois tout est vague, servent à aider encore et toujours Antoine dans son apprentissage. J’aime beaucoup la relation entre Antoine et Nicéphore, c’est mignon et il y a ce vrai rapport de « maître et apprenti », même si le maître en question est un chat.

On se rend compte à quel point Antoine est exceptionnel et sembler maîtriser rapidement ses pouvoirs. Même si, comme lui, on a toujours envie d’en savoir plus, il est important de ne pas brûler les étapes. Pourtant dans ce tome-ci, les circonstances sont telles, qu’Antoine va devoir faire preuve d’un grand courage et montrer à quel point sa force est grande pour aider quelqu’un…

En bref, voici un 3e tome bien sympathique à la hauteur des précédents. C’est toujours aussi plaisant à lire et à suivre. Plus ça va et plus on en apprend sur la nature du don d’Antoine, il prend conscience aussi du bien qu’il peut faire autour de lui, en espérant qu’il ne retombe pas dans ses travers.

24/07/2014

Sorties chez Harlequin [SEPTEMBRE 2014]


Sortie du 1er septembre 2014

AZUR

L’insoumise du désert, Sarah Morgan

Layla sait qu’elle doit agir vite. Si elle ne veut pas épouser le tyran sanguinaire que son père, le cheikh de Tazkahn, a choisi comme successeur, elle doit fuir et remettre son destin, et celui de son peuple, entre les mains de Raz Al Zahki, le Prince du désert. Lui seul aura le courage nécessaire – et la légitimité, s’il accepte de l’épouser – pour conquérir le trône. Mais à peine introduite sous la tente de Raz, face à cet homme à la beauté sombre, dangereuse, Layla sent la panique l’envahir. Raz a toutes les raisons de la haïr : ne commet-elle pas une folie en s’offrant à lui ? Une fois qu’ils seront mariés, il n’y aura plus de retour en arrière possible, elle le sait…


Le jeudi c’est Jeu Livresque [60]



 J’avais vu des blogueuses américaines organiser un rendez-vous journalier sur un mois et quelques unes de leurs idées étaient très sympa, j’en ai parlé à Melisande, et elle m’a dit : le jeudi on n’a rien. Voilà comment est née l’idée de petit rendez-vous pour fêter l’arrivée de l’été qui permet de jouer avec nos livres pendant 8 semaines, tous les jeudi, à partir du premier jeudi de juin (06/06).

Semaine 60 : Le livre le plus long que vous ayez lu

Je pense qu'avec ses 976 pages en GF, Harry Potter et l'ordre du Phénix de J.K. Rowling le livre le plus long que j'ai pu lire. Après dans ma PAL, j'en ai un en poche qui fait plus de 1500 pages, mais il n'est pas encore lu donc ça ne compte pas ^^




Pas facile d'être sorcier de Chantal Cahour (Incroyable sorcier 2)


Quatrième de couverture

Antoine possède depuis peu un don prodigieux, celui d'entendre les pensées des autres, en pressant ses pouces contre ses index. Mais un jour, il se blesse les mains et son pouvoir disparaît. Prêt à tout pour récupérer ce précieux pouvoir, il ne compte pas ménager ses efforts. Malheureusement, le temps presse car d'après le grimoire de ses ancêtres, il n'a droit qu'à vingt-quatre heures pour retrouver son don… Antoine parviendra-t-il à retrouver son pouvoir à temps ou bien va-t-il redevenir un garçon « ordinaire » ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Oskar de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié.

Antoine va se retrouver « livré à lui-même » et redevenir un garçon ordinaire. En effet, son don cesse de fonctionner suite à une brûlure aux mains. C’est pour lui une catastrophe, alors même qu’il commençait à maîtriser son don particulier, celui d’entendre les pensées des autres lorsqu’il presse ses doigts. Le temps presse, il faut trouver une solution pour que son don puisse lui revenir, d’autant plus qu’il n’a que 24h pour agir. La contrainte, imposée par son oncle Fulbert, de ne pas parler de son don à quiconque va devenir un vrai problème pour Antoine, qui va se retrouver dans une situation bien délicate…

L’intrigue est bonne et bien menée mais j’avoue que par moment l’histoire prend un côté surréaliste, ça semble peu probable – en dehors du fait qu’il y ait de la magie à l’œuvre, cela s’entend – et pourtant ça fonctionne quand même. On se laisse totalement emporter par cette histoire qui est plutôt sympathique.

C’était intéressant de voir comment Antoine allait se sentir sans son don et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça le perturbe ! Dans un premier temps, il pense surtout à lui, à ses notes en Histoire-Géographie notamment avec « Lavache » qui n’est pas surnommée ainsi par hasard. Mais peu à peu, il prend de plus en plus conscience de ce qu’il doit faire. Avoir un tel pouvoir est une bonne chose, mais il ne faut pas non plus tourner les choses à son profit et faire des choses qu’il pourrait regretter par la suite. Il va l’apprendre à ses dépends mais grâce à Nicéphore, son chat avec qui il communique par télépathie, il va rester sur le bon chemin et apprendre de ses erreurs. Il va prouver qu’il peut s’en montrer digne, même si ce n’est pas toujours évident de ne pas succomber à la tentation…

On est totalement dans un livre sur l’apprentissage, tout en ayant des notions sur le bien et le mal, pour schématiser. Antoine devient un petit peu plus mature, même si parfois il ne fait pas toujours le bon choix. Cela dit, ce n’est qu’un gamin, avec le recul d’un adulte, il peut, d’une certaine manière, se montrer agaçant et irréfléchi. Mais ce n’est qu’un enfant qui apprend donc on ne peut pas totalement lui en vouloir, qui sait ce qu’on ferait à son âge avec un tel don ?

En bref, un 2e tome intéressant qui permet de voir petit à petit l’apprentissage d’Antoine. L’histoire est sympathique à suivre et les personnages sont attachants donc c’est toujours un plaisir de les retrouver, même si parfois, comme Nicéphore, on a envie de le mettre en garde pour qu’il n’use pas de facilité. Ce tome nous montre également à quel point il est un être doué de talents et qu’il n’a pas fini de nous surprendre…

23/07/2014

Coup de projo sur... [61] Tranchant d'acier de Sara Douglass



Voilà, j'avais envie - de temps en temps - de faire revenir sur le devant de la scène, un livre qui m'a plu (que ce soit pour sa couverture, son écriture, son scénario etc.)
C'est vrai, en général, une fois l'avis posté, on y pense plus, alors voilà. Si vous souhaitez participer, mettez vos liens en commentaires et je les rajouterai dans l'article plus tard. 

Voici le premier tome d'une trilogie vraiment géniale, que j'avais adoré découvrir. De la fantasy comme on les aime, avec des enjeux pour détruire le grand méchant, un destin hors norme, des romances très compliquées. Il existe une suite, j'espère pouvoir la lire un jour en poche, prions ! Ma chronique n'est pas exceptionnelle, veuillez m'excuser, c'était mes débuts et d'après mémoires aussi (enfin je crois). Mais on sent quand même à quel point j'avais adoré !


Aux temps anciens, les humains du royaume d'Achar ont chassé les autres races, les Proscrits. Des siècles plus tard, des spectres surgis de l'hiver déciment les terres du Nord. Les Proscrits seraient-ils de retour, plus redoutables que jamais ? Le roi dépêche Borneheld, l'héritier de la couronne, sur les lieux et, pour l'escorter, Axis, le Tranchant d'Acier, commandant des Haches de Guerre. Les deux hommes sont demi-frères et se vouent une haine farouche, une rivalité que rien ne peut apaiser, surtout lorsqu'ils découvrent qu'ils aiment la même femme ! C'est alors qu'une prophétie ancestrale révèle à Axis et ses compagnons l'incroyable vérité de leur monde et les met face à un destin que nul ne pouvait soupçonner. Ils ont tous un rôle à y jouer, mais aussi, sans doute, beaucoup à y perdre...


22/07/2014

Espionnera bien qui espionnera le dernier d'Ally Carter (Gallagher Academy 4)

Quatrième de couverture

En étudiant à la Gallagher Academy, Cammie savait qu’elle se préparait à la dangereuse vie d’espionne. Ce qu’elle ignorait, c’est que le vrai danger surgirait avant même la fin de ses études. Une ancienne organisation terroriste a juré de la kidnapper, et désormais, elle n’est plus en sécurité nulle part. Même elle, pourtant surnommée le Caméléon, ne parvient pas à se cacher : un comble ! Quand elle découvre que l’un de ses meilleurs alliés est en réalité un agent double, Cammie ne sait plus à qui se fier. Qui d’autre s’apprête à la trahir ? Ses amies ? Ses professeurs ? Son cœur ?

Mon avis


Comme pour le tome 3, aussitôt acheté, aussitôt lu. Il faut dire que cette série se lit vraiment très vite, que ce soit par rapport à l’écriture qui est simple mais efficace, que par rapport à l’histoire qui est vraiment très prenante. Les pages défilent sans qu’on ne s’en rende compte et il est terminé en moins de deux.

Alors que Cammie est en vacances à Londres avec son amie Bex et ses parents, agents secrets, un danger survient. Elle doit donc être emmenée loin de la foule pour la protéger. Après les événements du tome 3, sa sécurité compte plus que tout, puisque le Cercle de Cavan la cherche, pour des raisons mystérieuses… Alors qu’elle part se cacher, Cammie est récupérer par une personne inattendue : Joe Solomon, son professeur de cours d’opérations secrètes. Mais, il semblerait que ce soit lui l’ennemi… Cammie ne sait plus à qui se fier, ni ce qu’il faut croire et elle n’est pas au bout de ses peines…

L’intrigue est bonne et bien menée, comme toujours. L’action est très présente et cela dès les premières pages de sorte qu’on ne puisse pas s’ennuyer un seul instant. Tout le monde tente de mettre Cammie à l’écart mais c’est mal la connaître, le Caméléon sort de l’anonymat et va de l’avant pour tenter de comprendre ce qui se passe et pourquoi on tente de lui cacher des informations alors que sa vie est en danger…

C’est une histoire très prenante qui a une fois de plus attisée ma curiosité. Ce 4e tome de Gallagher Academy est riche en rebondissements et révélations. Il y a certaines choses auxquelles on s’attend, mais dans l’ensemble, ce sont plutôt des surprises, pas toujours bonnes d’ailleurs parce que comme Cammie, on finit par se méfier de tout. Je suis sûre que l’auteur a encore plus d’un tour dans son sac et saura nous surprendre encore par bien des manières. L’auteur a le don pour nous donner envie d’en savoir plus et aussi nous énerver parce qu’on ne nous dit pas tout. Mais il faut bien garder un peu de suspense pour la suite, d’autres tomes sont à venir, donc si tout était dit dès le départ, il n’y aurait plus rien d’intéressant à raconter.

Alors il est vrai qu’il y a un côté girly, que le côté sexy de certains garçons est mis en avant, après tout ce sont des adolescentes, mais ce n’est pas pour ça qu’il ne se passe rien, bien au contraire. Ce ne sont pas que des filles, adolescentes qui ne pensent qu’avec leurs hormones, elles ont des capacités hors normes après tout, ce sont des Jeunes Filles Exceptionnelles et des apprenties espions, douées dans leur domaine, quoi qu’on dise. Le mélange entre le côté girly et l’action digne d’un roman d’espionnage fonctionne très bien. Ça permet d’avoir un peu de légèreté malgré la gravité de la situation.

Les personnages évoluent énormément d’un tome à l’autre, surtout Cammie en fait, qui se rend compte peu à peu de ce que ça implique d’être un futur espion. Tout ce qu’elle croyait s’effondre peu à peu et ça fait mal au cœur pour elle de constater qu’elle ne peut se fier à personne. Quant aux personnages secondaires, ils prennent plus de consistance, on a quelques révélations sur certains et je dois dire que ça ne manque pas de piquant !

En bref, voici un nouveau tome de Gallagher Academy très sympathique. L’histoire est bonne et bien menée, de nouvelles révélations sont faites mais cela prose de nouvelles questions qui j’espère ne resteront pas sans réponses. Les personnages évoluent beaucoup et c’est toujours un plaisir de les retrouver. Les histoires sont à chaque fois très intéressantes, il me tarde de découvrir la suite !

21/07/2014

Le Second Empire de Paul Kearney (Les Monarchies Divines 4)


Quatrième de couverture

L'Église ramusienne étend son pouvoir sur l'ensemble de la Normannie. Or dans les rangs mêmes de la hiérarchie ecclésiastique, certains commencent à douter de l'aspect moral de sa cause. Pendant ce temps, à l'est, la dernière armée de Torunnie campe devant les murs de sa capitale. À l'ouest, le roi Abeleyn s'efforce de garder la main sur son royaume rebelle et en ruine. La guerre contre les Medruks poursuit son cours impitoyable et sanguinaire. Enfin revenu de son interminable voyage, le navire dévasté de l’explorateur Hawkwood vient de jeter l'ancre dans le port d’Abrusio. Ils ne sont qu'une poignée de marins à avoir survécu mais ils ne rentrent pas seuls. Des confins de l'ouest, une chose les a accompagnés dans la cale du navire... Série devenue culte, la fresque épique en cinq volumes des Monarchies divines ravira les amateurs d’une fantasy mature et sombre.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Le Livre de Poche de m’avoir permis de lire ce livre qui est tout simplement génial. C’est une série qui est vraiment très bonne et ne peux que la conseiller.

Cela devient difficile de parler de cette série sans spoiler, mais je fais de mon mieux. C’est toujours aussi prenant comme histoire. Dès les premières pages, je replonge dans cet univers si riche et si intéressant avec un grand plaisir. A chaque tome, l’histoire prend toujours un peu plus d’ampleur et nous montre toute l’imagination et le talent de l’auteur. Il se focalise toujours sur un aspect de son univers et la développe un petit peu plus. Le premier nous les présentait tous : les différentes politiques, la religion, la magie.

Dans ce tome, il est surtout question de politique et de religion car c’est l’un des principaux problèmes. La guerre contre les Medruks poursuit son cours alors même qu’elle est faite au nom de dieu, mais avec les découvertes des ecclésiastiques certains commencent à douter du bien fondé de tout ça. Les scènes de bataille sont brillamment décrites, c’est très visuel et à chaque fois, on a la sensation d’y assister. Il y a même des passages qui font froids dans le dos, à cause des Medruks, c’était juste écœurant. La vengeance est un plat qui se mange froid, ils vont apprendre à leur dépend. 

L’action ne s’arrête jamais, même si l’on n’a pas toutes les 5 minutes des scènes de bataille, on a toute une affaire de complot, de nouvelles révélations à prendre en compte qui font avancer l’histoire. On sent que le dénouement approche et pourtant, encore de nombreux problèmes sont à régler, notamment toute la partie « magie » avec la rencontre faite à l’Ouest durant le voyage d’Hawkwood, on verra tout ça dans le prochain et dernier tome et j’ai déjà hâte de me plonger dedans.

Quant à la fin, elle est déchirante. Je craignais de plus en plus ce moment-là, car j’étais certaine qu’on allait y arriver. C’est terrible alors même que l’espoir était de mise des deux côtés, mais vu les circonstances, c’est compliqué. Je suis très vague pour ne pas spoiler, mais pour ceux qui l’ont lu, vous comprendrez de quoi je parle.

Les personnages évoluent énormément et c’est dingue de penser le chemin parcouru pour certain, notamment Corfe sur lequel on se concentre beaucoup dans ce 4e tome. En effet, d’un simple soldat qui a fui, il a su monter en grade, malgré lui pour prendre le commandement et lutter encore et toujours contre les Medruks. D’autres se rendent compte qu’il faut parfois se méfier, qu’on ne peut pas utiliser les gens comme des pantins car au bout d’un moment ils prennent leurs propres ailes, certains vont l’apprendre à leur dépend et cela risque de coûter cher. Je suis juste un peu triste de ne pas avoir eu plus de choses sur Hawkwood car c’est un personnage que j’apprécie beaucoup et j’aurai aimé le voir davantage et lui donner un rôle plus important dans toute cette histoire, même s’il a fait sa part, évidemment.

En bref, tout ce qu’il y a à savoir c’est qu’à chaque tome, l’histoire prend toujours un peu plus d’ampleur. C’est très prenant, on ne peut pas s’ennuyer un seul instant, c’est vraiment passionnant, pour ceux à qui la politique, mêlé à la religion et à la magie ça intéresse, évidemment ! Les personnages prennent plus de consistance et nous réservent bien des surprises, c’est tout simplement génial, de la bonne fantasy que je ne peux que vous conseiller de lire.

20/07/2014

Tout sauf le grand amour de Kristan Higgins (Gideon’s Cove 2)

Quatrième de couverture

Ce que cherche Lucy Lang à l’aube de ses trente ans ? Un homme sympa et honnête. Un homme qui s’occuperait du jardin, des barbecues, et qui jouerait au foot avec les enfants. Et surtout, surtout, un homme qui ne déclencherait en elle aucun émoi amoureux, aucune grande passion. Car Lucy refuse l’idée de souffrir de nouveau, comme elle a souffert cinq ans plus tôt en perdant son mari.
Alors, même si le passé se rappelle encore à elle, aujourd’hui, elle le sent : elle a atteint les limites d’une vie exclusivement consacrée à son chat, Fat Mikey, le plus intelligent et le plus capricieux des félins, et à son travail qu’elle adore, dans la petite pâtisserie familiale de Rhode Island. Oui, il est temps, après cinq ans, de tourner la page, et de se lancer dans une nouvelle vie. Première étape : prévenir Ethan Mirabelli, son amant sexy mais inépousable, qu’il est temps de revenir à une relation strictement amicale. Deuxième étape : se lancer dans la quête de son futur mari, celui qui sera tout pour elle. Tout, sauf le grand amour.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Mosaïc de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour comprendre de quoi il s’agit d’autant que l’intrigue de base, à savoir quitter Ethan pour commencer à refaire sa vie, cela arrive assez vite dans l’histoire.

L’écriture de Kristan Higgins est très agréable à lire et fluide de sorte qu’on entre assez rapidement dans l’histoire pour ne plus vouloir en sortir avant que ce soit terminer. Cela se lit toujours très vite et avec un vrai plaisir. Elle a vraiment l’art et la manière de raconter des histoires. C’est le 3e livre de l’auteur que je lis (L’homme idéal ou presque, L’amour et tout ce qui va avec) et franchement, je ne regrette pas de l’avoir découverte parce que c’est très sympathique à lire. A la fois tendre et léger, on ne peut que passer un bon moment, même si les personnages ont tendance à nous énerver tant ils sont aveugles. Mais c’est ce qui fait tout l’intérêt du livre, si on ne ressentait rien face aux actes des personnages, c’est qu’il y a un problème.

L’intrigue est plutôt bonne et bien menée, même si parfois il y avait quelques longueurs. J’avais la sensation que ça n’avançait pas trop, qu’on tournait en rond dans la relation entre Lucy / Ethan (parce qu’on se doute forcément qu’ils vont finir d’une manière ou d’une autre ensemble, pas de spoiler). Heureusement, ces longueurs ne durent pas, donc ça n’est pas vraiment gênant. Je pense que ma fatigue n’a pas aidé, j’avais envie que ça aille un petit peu plus vite. Et disons que Lucy a des circonstances atténuantes et qu’on peut comprendre qu’elle ait du mal à aller de l’avant parfois, mais ça aurait pu durer un peu moins longtemps, parce que ça peut finir par devenir lassant.

Certaines révélations sont courues d’avance mais ça fait toujours son petit effet. Le temps que ça monte au cerveau de certaines personnes et que des décisions soient prises, en attendant, c’est le drame. On se dit que ça va mal se terminer, bon, on n’y croit que 5 minutes parce qu’on sait que ça va être un happy end, c’est le principe de la romance. Mais quand même, on a le cœur serré en voyant la situation s’empirer alors que tout semblait s’arranger, jusqu’au moment où l’illumination se produit, enfin, il était temps !

Le moins qu’on puisse dire c’est que c’est très compliqué entre Lucy et Ethan, du fait de leur lien, je vous laisse découvrir en quoi sinon ce n’est pas drôle si je vous dis tout. Mais avec les familles respectives et l’aveuglement de certains, la romance entre les deux est semée d’embûches. On aimerait bien secouer quelques personnes pour qu’ils réagissent et voient la vérité en face. Mais le déni et la souffrance sont trop ancrés chez Lucy pour qu’elle puisse prendre conscience de tout ça.

Les personnages sont attachants et sympathiques. Lucy ne veut plus souffrir et on peut la comprendre, la perte de son mari l’a plongé dans le désarroi complet, ayant du mal à se reconstruire. Mais elle sait qu’il est temps pour elle de se reprendre en main et de sortir, sauf que c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais quand on voit la famille, on se dit qu’elle n’a pas tellement de soutien non plus, ce qui rend sa tâche plus difficile. Les personnages ont une belle évolution, même si ça prend son temps. Quant à Ethan, il est juste génial, je l’ai adoré dès les premiers instants et parfois je m’énervais face à l’aveuglement perpétuel de Lucy mais bon, c’est connu, on ne voit jamais ce qui est sous nos yeux ou on ne veut pas le voir, ce qui est un autre problème.

En bref, une petite romance sympathique qui m’a fait passer un bon moment, même si parfois il y avait quelques longueurs qui faisaient tourner en rond l’intrigue. Mais la situation est telle qu’on peut comprendre le dilemme et les problèmes de Lucy. Les personnages sont attachants et sympathiques même si les familles respectives de Lucy et Ethan ont parfois un grain mais ça fait tout leur charme. Une petite romance mignonne à lire pour l’été, c’est parfait !

Les articles les plus consultés