Rechercher dans ce blog

30/03/2011

Sans identité / Hors de moi de Didier Van Cauwelaert (Martin Harris 1)

Quatrième de couverture

« J'ai tout perdu, sauf la mémoire. Il m'a volé ma femme, mon travail et mon nom.
Je suis le seul à savoir qu'il n'est pas moi : j'en suis la preuve vivante.
Mais pour combien de temps ?
Et qui va me croire ? »

Dédoublement, folie, manipulation mentale ? Explorant une nouvelle fois les mystères de l'identité, Didier van Cauwelaert a écrit un suspense hallucinant, l'odyssée d'un homme seul en lutte contre le mensonge de son entourage... ou sa propre vérité.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Albin Michel pour m’avoir permis de découvrir ce livre.

Je dois admettre que j’en ai entendu parler grâce au film qui est sorti au début du mois au cinéma. La bande annonce m’ayant attiré et ayant vu que ça venait d’un livre, j’ai décidé de le lire. (Je précise que je n’ai pas vu le film).

Alors qu’il a eu un accident, plongé dans le coma pendant une période, il retourne chez lui et se rend compte qu’il y a un homme du nom de Martin Harris, qui aurait usurpé son identité. Il tente alors par tous les moyens de comprendre et de savoir qui il est… Il est en quête de vérité, de son identité. Je n’en dirai pas plus sur l’histoire, d’autant que le livre est très court et se base essentiellement sur cette recherche. Le moins que l’on puisse dire c’est que ça démarre vite, car on retrouve Martin, juste après sa sortie à l’hôpital, lorsqu’il rentre chez lui et qu’il se rend compte qu’il y a un problème.

L’écriture de Didier Van Cauwelaert est très agréable à lire et très fluide. On s’immisce bien dans la peau du personnage principal (d’autant que c’est écrit à la première personne) où l’on imagine bien son incompréhension face à ce qui se passe. On est tout aussi perdu que lui, d’autant que l’on n’a pas tout de suite toutes les informations, cela vient peu à peu. Plus on avance dans l’histoire, plus on a des doutes, on ne comprend pas ce qui a bien pu se passer pour que personne ne le reconnaisse, même pas sa propre femme. L’auteur nous décrit ici la perte de l’identité, sans cela, qui on est ? Y a-t-il une personne qui puisse seulement l’aider à prouver son identité ?

J’ai bien aimé cette histoire, cette recherche. On tente de comprendre aussi ce qui a bien pu se passer et on voit à mesure le désespoir de Martin, et il en vient même à se demander s’il ne devient pas fou. Mais ce n’est pas sans l’aide de Muriel, une jeune femme, taxi de son état, qui va l’aider… Mais quelle vérité va-t-il découvrir ? Je ne me suis pas du tout ennuyer dans ma lecture, sauf qu’à mesure que les pages se tournaient (en sachant que le livre n’est pas épais) je me demandais comment ça allait finir. Je me doutais au bout d’un moment, vers quoi l’auteur nous menait (c’est le genre de scénario que l’on peut retrouver assez aisément), mais il nous mène un peu en bateau et nous fait perdre pied, de sorte qu’on ne soit plus sûr de rien, qu’on soit tout aussi déboussolé que le personnage principal, pour nous tromper. Il n’y a pas de grandes actions la plupart du temps, il s’agit essentiellement de recherche et de compréhension. Le personnage veut à tout pris connaître la vérité, et trouver quelqu’un qui le croit. Je me suis vraiment laissée embarquer dans cette histoire, malheureusement, je trouve que la fin (là où la vraie action aurait pu démarrer) paraît un peu « bâclée ». Elle est trop rapide, on s’attend à des explications, des passages plus haletants, sauf, ce n’est pas le cas. Pourtant le scénario peut le laisser penser, mais à cause de la taille du livre (il ne fait que 215 pages), on voit que tout sera vite réglé. La « vérité » est vite donnée, sans vraie explication, tout se passe trop rapidement et l’on n’a pas le temps de vraiment comprendre ce qui se passe que c’est déjà terminé.

Par ailleurs, l’auteur commence à éveiller notre curiosité, grâce à un échange entre Martin et Liz… mais cela est vite laissé de côté et Martin, ne se pose pas plus de questions. Je trouve du coup, qu’il y a certaines longueurs, pas toujours utile à l’histoire qui aurait pu être mis sous silence et l’auteur aurait dû en développer d’autres. L’histoire dans l’ensemble est vraiment bien, avec un bon scénario peut aurait pu être vraiment haletant si on en avait eu plus et que l’on ait plus d’explications à la fin pour bien comprendre, car finalement, on nous lâche l’information en deux minutes et après, on se retrouve directement dans l’épilogue, quelques temps plus tard, en nous racontant ce qui s’était donc passé… Je trouve qu’on reste un peu sur notre faim du coup et c’est dommage parce que ça aurait pu être un très bon livre.

En somme, c’était un livre sympathique à lire, je ne me suis pas du tout ennuyée, mais je trouve la fin trop rapide qui nous laisse sur notre faim pour en faire un très bon livre. Par ailleurs, je pense que voir le film après avoir lu le livre peut être plus intéressant et que le « manque d’action » que j’ai trouvé ici, ne se retrouvera pas dans le film.

26/03/2011

Le pouvoir des fées de Christelle Verhoest (La trilogie des fées 2)

Attention, gros spoiler dans le synopsis !

Quatrième de couverture

Août 1944.
Maria est impatiente de voir ses dons féériques éclore, même si Ael lui affirme qu'il l'aimera toujours, même si elle devait ne jamais les développer. La jeune femme fait de terrifiants cauchemars, dans lesquels une pierre, au coeur en fusion, semble être le centre du problème. Elle se confie à Lusia et Ael, puis est victime d'un troisième rêve, bien plus précis, concernant une certaine Thulé. Eliaz explique que les nazis croient que la Thulé est la terre de leurs ancêtres. Cette pierre, qui proviendrait de l'île, est donc maléfique. Maria fait alors un quatrième rêve, dans lequel elle voit l'homme de l'étang voler la pierre. Pourquoi est-il ensuite arrivé en Bretagne ? Quel but poursuit-il ?
Une nuit, alors qu'Ael et Maria se rapprochent à nouveau, l'adolescente surprend Olivier en compagnie d'un mystérieux visiteur. Suite à cette visite, Maria sera faite prisonnière au manoir de Morgan de Montclar, où les fées doivent respecter des règles. Elle pourra en repartir mais pas Ael ? Reverra-t-elle son amoureux ? Une nuit, Maria sent et entend le garçon, qui l'enlace avant de disparaître. Est-il vivant ? Maria a-t-elle rêvé ?

Mon avis

Alors, une fois de plus, je vous conseille de ne pas lire le synopsis parce qu'il dévoile quasi l'intégralité de l'histoire, ce qui est complètement stupide, parce qu'il n'y a plus d'intérêt de lire le livre quand on sait déjà tout ce qui va se passer (ou presque). Au moins, vous serez prévenu, une fois de plus.

Ce fut avec plaisir que je me replonge dans l'univers de Christelle Verhoest. Son écriture est vraiment agréable et fluide, on se laisse aisément emporter dans l'histoire, qui se passe quelques mois après le premier. Comme il est dit dans le synopsis, Maria souhaite plus que tout que ses dons se développent et qu'elle devienne enfin une vraie fée. Son impatience fait sourire certains, et agace d'autres, étant donné le bouleversement qui s'opère dès leur apparition. Mais la jeune fille ne démord pas et veut les avoir. Des cauchemars surgissent la nuit, et cela par quatre fois, lui montrant un homme terrifiant, ainsi qu'une pierre. Elle raconte ça à ses amis et on voit que ça ne présage rien de bon. Je n'en dirai pas plus sur l'histoire sans quoi, comme je l'ai déjà dit, ça gâcherait la lecture parce qu'on saurait tout d'avance. Il n'y a que quelques éléments qui ne sont pas dévoilés, mais une partie du synopsis, ne se passe qu'à la 2e moitié du livre, pour ne pas dire quasiment dans les dernières pages, donc bon, c'est dommage.

Sinon, je trouve que l'histoire est vraiment bien menée. J'ai beaucoup aimé ce tome car on entre un peu plus dans le monde des fées, notamment à travers les pouvoirs des uns et des autres mais aussi des évènements qui concernent davantage cet univers, même si le monde « humain » poursuit encore et toujours Maria (je vous laisse découvrir comment...). Il n'y a pas de grandes actions, de moments très haletants pendant une bonne partie du livre parce qu'on découvre petit à petit ce qui se passe et puis, il y a des évènements qui perturbent un peu la tranquilité du manoir. Je ne dis pas qu'il ne se passe rien, ce n'est pas le cas, mais ce ne sont pas non plus de grandes actions, par ailleurs, on ne s'attend pas spécialement qu'il y ait une bataille énorme, ce n'est pas le but de ce livre et au pire, je pense que ça se passera dans le troisième et dernier volume. C'est une petite histoire très touchante et intéressante, qui se lit très bien. C'est toujours avec plaisir que je me suis plongée dans ce tome et de retrouver tous les personnages du 1er, ainsi que des nouveaux qui vont forcément mettre la pagaille dans la vie de nos deux héros.

Les personnages sont toujours aussi touchants et intéressants. Maria, frustrée de ne pas avoir ses pouvoirs a les nerfs à vif, Ael, le mystérieux Ael qui est toujours égal à lui-même. Leur histoire d'amour est vraiment belle et on voit à quel point ils sont attachés l'un à l'autre. Ael peut être détestable, avec ses sautes d'humeur, son mauvais caractère, mais moi je l'aime bien. Ce genre de personnage est toujours très intéressant et c'est assez drôle je dois dire parce qu'après l'héroïne, ne sait pas toujours comment agir, ou au bout d'un moment justement, elle ne le sait que trop bien et lâche l'affaire avant de revenir plus tard. Ael et Maria filent le parfait amour, mais évidemment il y a toujours un évènement qui vient bouleverser ce parfait amour (sans quoi il n'y aurait pas d'intérêt non plus. Si tout se passait très bien, ce serait ennuyeux à mourir. On se retrouverait au pays des bisounours et ce n'est pas le cas, loin de là. Personne n'est parfait, leur mauvais caractère vont leur jouer des tours pour notre plus grand bonheur parce que cela met plus d'action et donne un intérêt nouveau à l'histoire.

Comme pour le précédent, je regrette que le livre soit si court, on aimerait prolonger ce moment parce que le livre est vraiment super. Par ailleurs, cela permettrait de développer certains points, pour mettre davantage de suspense, de tensions... Certains éléments arrivent trop vite et tout le monde s'en contente et accepte peut-être parfois un peu trop facilement la situation, ou bien comprend trop vite ce qui se passe et les conséquences de leurs actes. Ce serait le seul point négatif que je trouverai à l'histoire, mais là encore, c'est un choix de l'auteure, elle connaît mon avis sur la question. Cela n'empêche pas de dévorer ce livre et de l'apprécier à sa juste valeur, mais comme j'aime les pavés et où ça traine un peu en longueur par moment... et bien je trouve que ça serait encore mieux, si ça avait été comme ça. après, c'est son histoire, elle fait comme elle veut, évidemment. Ce n'est pas un gros reproche en soi.

Ce tome était aussi bien que le précédent, je l'ai vraiment apprécié, lu très vite une fois de plus, mais en même temps, ce n'est pas un énorme livre, donc... (Oui, je cherche des excuses pour palier au fait que je l'ai lu qu'en quelques heures). Si le premier tome vous a plu, ce 2e opus ne peut que vous séduire, surtout avec cette fin abominable parce qu'on se demande ce qui va se passer et ce qui va arriver à nos deux héros. Vivement le 3e et dernier tome !

L'éveil de Cate Tiernan (Wicca 1)

Quatrième de couverture

Il se passe des choses que je ne comprends pas.
*
Depuis que j'ai découvert la Wicca, rien n'est plus pareil.
Mon esprit se déploie. Mes sens s'éveillent.
*
On me dit que j'ai un don.
Et je le crois.
Plus j'apprends, plus mon pouvoir s'intensifie.
*
Je deviens trop puissante.
Je dérange.

Morgan Rowlands est une adolescente comme les autres, dont la vie change le jour où Cal Blaire arrive au lycée. Beau, charmant et mystérieux, il est aussitôt adulé par toutes et tous. Lorsque Cal organise une soirée pour faire connaissance avec les autres élèves, le garçon leur explique qu'il pratique la Wicca. Cette forme de magie blanche est une religion ancestrale qui célèbre la nature. Morgan se trouve irrésistiblement attirée. Cal propose aux intéressés de se voir régulièrement pour continuer à pratiquer la Wicca. La jeune fille se prend de passion pour ces rendez-vous et aiguise l'intérêt de Cal, qui voit en elle une possible sorcière...

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Hachette pour m’avoir permis de lire ce livre. Je dois dire que cela faisait longtemps qu’il me faisait de l’œil et quand j’ai pu l’avoir, j’étais bien heureuse, en espérant évidemment que cela me plaise. Je dois avouer que ce livre m’a vraiment conquise, j’ai vraiment aimé l’histoire ! L’écriture de l’auteure est vraiment superbe. Ça se lit très bien, c’est fluide et on suit l’histoire avec grand plaisir !

Ce livre est composé de 3 tomes (la série comportant 15 tomes), mais est réparti ici en tant que partie. Je trouve ça beaucoup mieux et plus intéressant de le présenter ainsi que si on avait les livres séparément tout simplement que si on avait eu les tomes indépendamment, dans un premier temps, les parutions auraient été vraiment longues (15 tomes, il faut pouvoir les attendre à plusieurs mois d’intervalles), dans un deuxième temps, je pense que cela permet de donner plus d’intérêt à l’histoire. En effet, au début, je pensais faire une critique pour chaque partie et donc techniquement pour chaque livre. Sauf qu’au fil de ma lecture, je me suis rendue compte qu’il ne se passait pas tant de choses que ça à chaque fois et que cela ne serait pas intéressant que je raconte brièvement ce qui se passe à chaque fois, comme si c’était un tome unique. Par ailleurs, je trouve ça bien d’avoir rassemblé les livres puisque s’ils avaient été tout seul, je ne sais pas si ça aurait été si intéressant que ça. Comme je l’ai dit, il ne se passe pas grand-chose, c’est plus ou moins long à venir (je ne me suis pas ennuyée, loin de là, j’ai vraiment adhéré dès les premières pages) mais je pense que ça pourrait en rebuter plus d’un, et les frustrer aussi vu qu’on reste un peu sur sa faim arrivé à la dernière page du « livre ». Mais heureusement pour nous, nous avons les suivants, ce qui rend l’histoire plus intéressante de la présenter comme un tout.

Voilà, c’était mon avis sur l’organisation du livre, je trouve pour le coup que c’était une très bonne idée et que ça donnera un intérêt nouveau à cette série (sachant qu’il s’agit ici d’une réédition).

Concernant l’histoire maintenant, j’ai vraiment adoré. Le thème abordé m’intéresse je dois dire. J’avais déjà entendu parler de la wicca à travers des séries TV ou bien des livres fantastiques, mais je n’avais encore jamais rien lu qui y soit totalement consacré et ça m’intéresse. Par ailleurs, je trouve que tout ce qui est attrait à la sorcellerie m’attire assez, je trouve ça intéressant comme personnage. Car ils sont tout à fait normaux, c’est juste qu’ils ont des pouvoirs, ça n’a rien à voir avec un changement physique avec des contraintes (comme les loups garous par exemple, ou encore les vampires). Les sorciers, mages, etc. sont quasiment des êtres humains comme les autres et je trouve ça intéressant.

On fait donc la rencontre de Morgan, une jeune adolescente de seize ans comme une autre, avec sa petite sœur : Mary K. et ses parents, ses amies, notamment Bree. Tout va bien jusqu’à ce qu’à la rentrée elle fasse la rencontre de Cal Blaire, un garçon de Terminale qu’elle rencontre par hasard, nouveau du lycée qui attire tout de suite les regards. Evidemment, on sait déjà qu’il va bouleverser la vie de cette lycéenne, mais il faut voir en quoi. Assez rapidement, il décide d’organiser une fête en pleine nature, ce qui semble étrange à Morgan et ses amis, invités à cette fête, mais elle s’y rend quand même. Et lors de cette soirée, il leur parle de la Wicca, cette « religion » (on peut contester ce terme, souvent, on en parle plus comme un mode de vie, mais la question n’est pas là). Certains prennent peur et s’en vont, tandis que Morgan, intriguée reste et s’intéresse de plus en plus à la Wicca. Elle et sa meilleure amie Bree, décident d’en apprendre un petit peu plus sur ce sujet. Mais évidemment, Morgan est loin de se douter dans quoi elle vient de mettre les pieds et de se douter que tout ça va changer sa vie.

Je n’en dirai pas plus sur l’histoire, de peur de spoiler et en plus ça n’aurait plus d’intérêt pour découvrir ce livre qui est vraiment super. Bon, certains passages peuvent être un peu rapides, et elle accepte peut-être trop facilement certaines choses mais après… il faut lire l’histoire pour comprendre et du coup ce n’est pas trop gênant. J’ai vraiment aimé ce « 1er tome » qui nous lance bien au cœur de l’intrigue, même si par moment ça peut sembler trainer en longueur, le fait d’avoir les trois tomes en un seul volume permet de vraiment se consacrer à l’histoire sans avoir un goût de trop peu à mesure qu’on lit (je pense qu’il aurait été extrêmement frustrant de n’avoir que la 1ere partie/1er tome).

Les personnages sont vraiment intéressants. On voit bien ce que ressent Morgan, ce qu’il lui arrive et la manière dont les gens interagissent avec elle. Elle est une fille banale, du moins elle se trouve banale, mais elle est loin de l’être comme on le découvre au fur et à mesure de notre lecture. Ses amis sont aussi intéressants, mais je trouve qu’on trouve aussi notre compte avec la famille de Morgan… notamment sa petite sœur. Ensuite Cal, c’est bien un personnage mystérieux, je l’aime bien, mais je sais pas pourquoi, je suis assez suspicieuse à propos de lui, trop gentil pour être tout à fait honnête, mais peut-être que je me trompe… à voir dans les prochains tomes ce que ça donne.

En tout cas, ce 1er tome nous montre une héroïne, un peu banale qui va découvrir la Wicca, changeant sa vie de manière assez flagrante, peut-être un peu trop pour elle. On entre un peu plus à chaque fois dans le monde de la Wicca, de ses pratiquants, allant de secret en secret et de révélations en révélations pour le moins inattendu parfois, ou prévisible (mais qui ne gâche pas non plus la lecture) et je suis certaine qu’on n’a pas fini d’en voir !

25/03/2011

L'origine de Patricia Briggs (Alpha & Omega 0,5)

Quatrième de couverture

Le prologue de la nouvelle série dans l'univers de Mercy Thompson !

Découvrez la rencontre d'Anna, une jeune louve battue et violée, et de Charles, le fils du chef des loups-garous d'Amérique du Nord.
Envoyé par son père pour démêler une affaire délicate à Chicago, Charles est accueilli par Anna, que sa meute traite en esclave. Leurs regards se croisent et il comprend qu'il va devoir apprivoiser cette farouche jeune femme qui est bien plus que ce qu'elle ne paraît...

Mon avis

Ayant beaucoup apprécié son autre série : Mercy Thompson, je ne pouvais que lire cette nouvelle série, qui se passé dans le même univers, même si les personnages principaux ne sont plus les mêmes. Désireuse d'en découvrir plus sur le personnage de Charles, j'ai trouvé intéressant qu'une série existe sur lui. Donc, j'ai commencé cela par la préquelle ici présente, une nouvelle (il faut préciser étant donné l'épaisseur du livre, en effet, il est vraiment mince, tellement que je l'ai lu en moins d'une heure). On retrouve l'écriture de Patricia Briggs, toujours aussi fluide et agréable à lire et c'est un pur moment de bonheur, par contre la chose qui change c'est qu'on n'a plus une narration à la 1ere personne mais à la 3e. Ce qui est dans un sens plus intéressant parce qu'on a à la fois les points de vue des deux personnages, en la présence de Charles et d'Anna.

Dès le début de l'histoire, on rencontre Anna, un loup-garou (relativement jeune) qui découvre une photo dans le journal qui va bouleverser sa vie (voire la mettre sérieusement en danger). Elle fait ainsi appel au Marrok – Bran – qui envoie son fils – Charles – pour la protéger et découvrir ce qui se passe au sein de la meute d'Anna. Charles comprend rapidement qu'elle est traitée comme une moins que rien, comme une esclave par les autres membres de la meute alors qu'elle ne mérite pas un tel traitement, d'autant qu'Anna est plus spéciale qu'elle n'en a l'air. Ainsi, les deux personnages se rencontrent, deux personnages totalement opposés et pourtant...

Je dois dire que c'était une lecture agréable. Cela nous place les personnages, nous rend compte de la situation et nous explique en même temps ce qu'est un Omega (chose que je ne connaissais pas, vu qu'on parle plus souvent de l'Alpha quand même, le chef de meute et non de l'Omega qui met le loup dans une position assez intéressante je dois dire, même si elle n'est pas des plus aisées). Comme il s'agit d'une nouvelle, il y a un sentiment de trop peu une fois qu'on arrive à la fin, mais en même temps c'était une nouvelle, qui faisait état de la rencontre entre les personnages, rien de plus. Mais j'ai tout de même bien aimé cette histoire, d'autant qu'il y a tout de même une petite enquête, un peu d'action pour savoir ce qui se passe et franchement, je ne m'attendais pas à ça. Je ne pensais pas que ça serait ça le problème et bon, étant donné la nature de Charles, quand on sait qui il représente... eh bien, il fallait se douter de la finalité. Mais ça ne m'a pas dérangé, j'ai trouvé ça vraiment bien. Par ailleurs, la rencontre et petite histoire entre Anna et Charles est intéressante et certains passages m'ont bien fait sourire, c'est tellement inattendu de la part de Charles (pour le peu qu'on connait via l'histoire de Mercy) eh bien, on ne l'imagine pas comme ça.

Les personnages sont intéressants et ça fait plaisir d'en découvrir plus sur Charles, personnage mystérieux et quasi absent dans les Mercy Thompson (en même temps... il n'habitude pas proche de chez elle) et Anna, qui va donc être un personnage très important dans la série, au même titre que Charles, donc il était intéressant d'avoir cette nouvelle pour nous replacer dans le contexte avant de se lancer réellement dans la série parce que ça permet de bien comprendre ce qui va se passer.

Donc voilà, je trouve que ça met bien en bouche pour lire la série Alpha & Omega et je ne regrette vraiment pas d'avoir attendu pour le lire, de sorte à avoir tous les éléments bien en place et en tête pour commencer le tome 1.

Delirium de Lauren Oliver (Delirium 1)

Quatrième de couverture

Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme le plus grand des maux. Un monde où tous les adultes de 18 ans subissent une opération du cerveau pour en être guéris. A quelques mois de subir à son tour « la Procédure », Lena fait une rencontre inattendue… Peu à peu elle découvre l’amour et comprend, comme sa mère avant elle, qu’il n’y a pas de plus grande liberté que laisser parler ses sentiments. Même si cela implique de quitter ses certitudes…
« Ils prétendent qu’en guérissant de l’amour nous serons heureux et à l’abri du danger éternellement. Je les ai toujours crus. Jusqu’à maintenant. Maintenant, tout a changé. Maintenant, je préférerais être contaminée par l’amour ne serait-ce qu’une seconde plutôt que vivre un siècle étouffée par ce mensonge. »

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Hachette pour m’avoir permis de lire ce livre. En raison de la venue de l’auteure en France, et à laquelle j’ai été conviée à une interview dans leurs locaux, j’ai pu lire ce livre (bon, j’ai fini de le lire après l’entrevue, parce que j’ai dû lire à la hâte son autre livre, mais bon, ça ne m’a pas empêché de lui parler un peu après et d’avoir envie de découvrir ses livres).

Je dois avouer que je n’étais pas très emballée par ce livre. Quand je l’ai découvert, il y a plusieurs mois de ça, ça m’avait un peu tentée et puis après, plus tellement. Je ne voulais pas spécialement me le prendre parce que je me suis dit, un livre consacré exclusivement sur l’amour risquait d’être barbant, trop de « je t’aime, moi non plus » comme je le dis souvent. trop d’amour, tue l’amour, ça m’énerve et ça peut devenir trop gnagnan… Du coup, avec cette rencontre, j’ai reçu le livre et ai dû le lire (c’est plus pratique de parler d’un livre quand on l’a lu évidemment… et je ne suis pas du genre à faire semblant ou rechercher des infos pour passer outre, j’aime la lecture, ce n’est pas pour rien et même quand ça ne me plaît pas, en général, je me force quand même à le terminer). Bref, je commence un peu à m’égarer là. Tout ça pour dire que je n’avais pas spécialement envie de lire ce livre, par peur d’être déçue et d’avoir un livre trop concentrée sur l’amour mais de manière débordante et pas intéressante…

Grossière erreur ! Ce n’est absolument pas le cas et je dois même d’ores et déjà avouer que j’ai adoré ce livre ! On retrouve l’écriture de l’auteure, qui est assez plaisante quand même. Je l’avais déjà apprécié dans Le dernier jour de ma vie, mais je dois dire que je l’ai plus apprécié ici, d’autant que l’histoire m’a davantage plu. Ce livre fait partie de ces nouveaux romans appelés « dystopie » cela veut dire qu’on a un monde similaire au nôtre, tel que nous le connaissons, sauf que les règles dans la société diffère, bien souvent le Gouvernement surveille la population, les oppresse… (un peu dans le genre 1984 de George Orwell avec Big Brother…). Cette donne est très intéressante ici, car dans cette société, l’amour est considéré comme une maladie (Amor deliria nervosa) , maladie très grave, mortelle, qu’il faut absolument guérir. Cela est possible grâce au Protocole, qui fait donc référence à cette opération. Dès le début on sait que Lena doit bientôt recevoir ce Protocole, elle compte les jours (quelques mois), pressée d’y arriver pour que sa vie soit parfaite et surtout heureuse, sans avoir peur un jour d’attraper cette affreuse maladie. Sauf qu’évidemment, nous savons que tout ne va pas se passer comme prévu… Ainsi, nous rencontrons Lena, sa famille, quelque peu recomposée, ainsi que sa meilleure amie Hana, qui doit aussi bientôt recevoir le Protocole. Ce sont des adolescentes comme les autres, même si cette angoisse de la maladie plane et qu’elle est nerveuse à l’idée de passer l’Evaluation, qui consiste à savoir qui elle est et voir avec qui on peut l’apparier (je laisse ces aspects de côté délibérément pour que vous puissiez découvrir l’organisation de cette société…). Mais quelque chose va se passer ce fameux jour, très important dans la vie de Lena, avant son opération, interrompant l’évaluation, et qui va lui permettre de faire la rencontre d’Alex, un jeune homme qui va bouleverser sa vie et va lui montrer ce qu’elle est réellement…

Je n’en dis pas plus pour l’histoire (je pense en avoir déjà dit beaucoup), sans quoi ça vous gâcherait le plaisir de lire ce livre alors que c’est un véritable bijou. Comme je l’ai dit, je n’avais pas spécialement envie de le lire, mais je dois avouer que j’y ai pris un vrai plaisir, un grand moment. Cette société est proche de la nôtre mais en même temps tout est différent et ça se sent. La peur de la maladie : de l'Amor deliria nervosa ou deliria plane dans tous les esprits et le moindre signe de « maladie » c’est la catastrophe. On est dans une société oppressée et je trouve que ça se sent quand on le lit. On a l’impression d’être épiée en permanence, et on a envie par moment de se retourner et voir si personne ne nous surveille. Tout est contrôlé comme on l’apprend au fur et à mesure de la lecture. C’est assez étrange comme impression, pas des plus agréables également. D’avoir choisi le thème de l’amour, comme maladie est assez original et je trouve que l’auteure l’a vraiment bien amené et a créé un univers qui lui est propre et qui est aussi plausible. C’est vraiment effrayant si un jour ça devenait comme ça. on ressent une tension tout le long du livre, aussi bien dans l’atmosphère qui semble grise en permanence, qu’à travers le personnage de Lena dont on suit l’histoire vu que c’est écrit à la 1ere personne.

Les personnages sont vraiment intéressants. Lena est attachante et on comprend ses inquiétudes et peurs parce qu’elle a un passé, un vécu qui fait qu’elle ne peut pas être autrement et il est normal d’avoir un tel point de vue. Seulement, quand elle fait la rencontre d’Alex, il bouleverse tout et elle va comprendre peu à peu dans le monde dans lequel elle vit, et peut aussi espérer une autre vie, même si cela est interdit. J’aime beaucoup aussi le personnage d’Alex, mystérieux, qui se dévoile peu à peu. Il est touchant, et attachant à sa manière. L’histoire qui en découle est belle et en même temps, triste en sachant vers quoi on se dirige. C’est terrible de savoir plus ou moins à l’avance ce qui va se passer, pendant tout le livre, on espère que ça n’aille pas dans ce sens mais…

La fin est tout simplement horrible d’autant que la suite ne va pas paraître tout de suite alors l’attente va être très longue, parce que j’ai plein de questions en tête et pas de réponses pour le moment… Les auteures aiment torturer leurs lecteurs en créant des fins pareilles ! En tout cas, je conseille vivement ce livre parce qu’il est vraiment magnifique, que l’histoire qui se déroule est vraiment bien menée, avec un univers complexe et terrifiant.

21/03/2011

Le dernier jour de ma vie de Lauren Oliver

Quatrième de couverture

Et s'il ne vous restait plus qu'un jour à vivre ? Que feriez-vous ? Qui aimeriez-vous embrasser ? Et surtout à quel sacrifice seriez-vous prête pour changer votre destin ?" Samantha Kingstone a tout pour elle : le petit copain le plus craquant du monde, trois meilleures amies géniales, et une cote de popularité illimitée. Ce vendredi de février aurait dû être un jour comme les autres. Un jour parfait dans une vie de rêve. Mais ce vendredi de février est le dernier pour Sam. Pourtant elle va obtenir une deuxième chance. Ou plutôt six chances. Six jours pour démêler le mystère entourant sa mort. Six occasions de découvrir la vraie valeur de tout ce qui l'entoure. Ce vendredi est le dernier jour de la vie de Sam. Ou le premier ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Hachette de m’avoir permis de lire ce livre (et cela en raison de la venue de Lauren Oliver en France), sans quoi, je ne suis pas certaine d’avoir lu ce livre (pas tellement mon genre en général, je préfère les livres qui touchent vraiment au fantastique… et là, ce n’est pas le cas), qui m’a touché, même si j’ai quelques « critiques » à faire.

Dès le prologue, on sait ce qui va se passer (par ailleurs, la 4e de couverture est suffisamment explicite pour qu’on sache à quoi s’attendre), mais on ne s’attend pas nécessairement cette fin. On découvre ainsi, Sam, sa famille et surtout ses amies, sa vie au lycée, et la journée de Sam, telle qu’elle s’est déroulée. Ça devait être sa journée, un grand moment dans sa vie, mais tout ne va pas se passer comme prévu, évidemment, on sait qu’elle va mourir, mais il faut voir les circonstances… Sauf qu’après cela, elle se réveille dans son lit et va vite découvrir qu’elle revit la même journée. Elle pense tout d’abord qu’il s’agit d’un rêve, que ce n’est pas vrai, mais à mesure, elle se demande si elle ne devient pas folle, comme elle voit tous les évènements se dérouler plus ou moins de la même manière. Sauf qu’à mesure, où elle se réveille tout le temps après l’accident (quelque soit la manière dont il arrive), elle garde en mémoire les évènements et tente d’y apporter des changements et finit par comprendre ce qui se passe et va tout faire pour sauver sa vie…

Le personnage de Sam est vraiment insupportable, c’est une garce (une pétasse comme l’a si souvent répété l’auteure lors de la rencontre), le genre de personnage superficiel, que je ne supporte pas (bon, en même temps l’auteure l’a dit elle-même qu’elle l’avait fait exprès pour qu’on voit le changement s’opérer). Mais à mesure que l’histoire avance, et cela à chaque fois qu’elle revit la même journée, elle commence à comprendre des choses. Elle voit la vie sous un œil différent (et vois ce que sont réellement ses amies aussi, que je ne supporte pas non plus, elle ne mérite pas nécessairement qu’on leur porte autant d’intérêt, comme le fait Sam). Quand un pauvre évènement est modifié, cela peut changer toute la donne. Mais dans un 1er temps, cela ne change pas énormément vu qu’elle n’agit pas tellement (ce qui nous donne envie de lui donner des claques pendant une bonne partie du livre, je dois l’admettre). Mais peu à peu, elle voit au-delà, et sait qu’elle doit changer le futur, et fait tout pour y parvenir. Elle ne pense plus qu’à elle, elle devient moins égoïste.

L’écriture de Lauren Oliver est vraiment superbe, ça se lit très bien, c’est fluide, on évolue bien dans le récit, à ce niveau là, ce n’est pas du tout un problème. Dans le livre, il y a des personnages très intéressants, comme Kent ou encore Izzy, sa petite sœur. Il y a des moments très touchants dans le livre et c’est dans ces cas-là surtout que Sam se rend compte de ce qu’elle doit vraiment faire. Le passage entre Izzy et Sam est touchant, j’ai vraiment adoré (quand vous le lirez, vous comprendrez pourquoi).

C’est plutôt dans la tournure des évènements que je suis assez mitigée. L’histoire est pas mal, ça se développe bien et on voit où elle veut en venir et vers quoi elle se dirige (enfin pas tout à fait justement). Je ne m’attendais pas à ce que l’histoire se déroule ainsi, et la fin m’a surprise. Enfin, à ce propos, plus j’avançais dans la lecture et plus je me doutais de la tournure que prendraient les évènements, sauf que j’avais toujours l’espoir que ça change… Je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler, mais c’est vrai que quelque part, c’est un peu décevant, mais de l’autre ça fait une « belle » fin… Donc, je ne sais pas vraiment quel est mon sentiment là-dessus, j’ai bien aimé, mais en même temps, j’avais espéré autre chose, que tout ça apporte autre chose, et que la vie de Sam change vraiment, comme celle des autres personnages, car on se rend vite compte que tout est lié. Un seul évènement passé a pu transformer le futur, et anéantir tout, et nous amener à ça, et Sam finit par le comprendre (même si elle met du temps et qu’entre temps, on a envie de la secouer et de lui faire ouvrir les yeux). Mais quelque part, je trouve cette fin assez injuste car quand on analyse la situation et les personnages, notamment celui de Sam, eh bien, on se rend compte que ce n’est pas nécessairement elle la plus fautive dans l’histoire et avec cette fin, on se demande, pourquoi elle… Enfin, je ne n’en dirais pas plus dans cette critique sans quoi je dévoilerai trop de choses. Cependant, à ceux qui l’ont lu, ce sera avec plaisir d’en discuter parce que je trouve que ce n’est pas évident de faire un avis complet sur ce livre quand on est aussi partagé que moi.

Dans l’ensemble c’est un bon livre, j’ai bien aimé. Après ce n’est pas non plus un coup de cœur parce que je suis assez mitigée sur la fin. Je ne sais pas trop ce que j’aurai préféré en fait, parce que cette fin à quelque chose de « beau », de « bien » mais de l’autre côté, ça aurait eu un intérêt autre si cela avait changé… Donc, il m’est assez difficile de faire la critique de ce livre parce que je l’ai trouvé bien dans l’ensemble, mais en même temps… J’espère tout de même que mon avis vous aura donné envie de le lire, parce que je pense que ça peut valoir le coup, après tout dépend des attentes que l’on a de ce livre.

20/03/2011

Compte rendu du 20 mars 2011 ou Le Retour de la Valise


Voilà mon dernier jour au salon du livre. Alors, j'arrive sur les coups de 10h30 et je vais au stand Gallimard avec Marie (Marion nous ayant abandonné ) où je vais chercher les tomes 3 et 4 de A comme Association d'Erik L'Homme et Pierre Bottero. Puis Marie se fait dédicacer son exemplaire de Terrienne à Jean-Claude Mourlevat (si j'avais su, j'aurai ramené mon exemplaire... mais bon) et nous allons rejoindre Audrey et Aurélie pour voir la conférence De la fantasy à la bit-lit, présenté par Stéphane Marsan, directeur éditorial chez Bragelonne (le pauvre, il était tout seul...). 

(Reconnaissez-vous tous les personnages ?)


C'était très intéressant et on voit peu à peu le glissement d'un genre à l'autre. Bon, c'était dommage qu'à cause du temps perdu au début (15min de retard) on l'a coupé à la fin pour avoir dépassé de 5min... c'est moyen, surtout qu'on a coupé le micro alors qu'il n'avait pas terminé... Mais bon, à part ça, c'était vraiment génial et j'ai été faire un petit tour avec Marie, et aussi quelques membres du forum ABFA (eh ouais... on ne se quitte plus !).



Ensuite, je retourne avec les membres du forum et comme je n'avais plus rien de spécifique à prendre (ouais, les sous, ça part vite...) on fait un petit sitting non loin de l'endroit où a eu lieu la conférence pour pouvoir discuter un peu et se retrouver, vu qu'on devait faire une IRL (rencontre entre membres justement pour en voir de nouveaux et discuter avec ceux qu'on connait déjà). Ayant eu une semaine assez chargée, ça a fait du bien de rester assise quelques temps, ça a fait vraiment du bien et c'était bien sympa de faire une pause et discuter avec les gens. En plus ; on a pensé à moi, j'ai pu avoir des marque-pages !! (ouais la fille trop contente parce qu'elle a eu des marque-pages... hum... je ne dois pas être très nette dans ma tête lol). Et puis Sailorphénix est arrivée avec des gâteaux fait maisons (miam les chouquettes ! Némésis, pas touche !! mdr).



Voilà, ma journée du dimanche n'a pas été aussi chargée que les précédentes, mais c'est la fin de semaine et il faut bien se détendre un petit peu. et donc je suis rentrée en fin de journée avec Marie et une valise assez bien remplie... Quiconque se moque de la valise... Attention !!! C'est une merveille, si bien que Sara a repris l'idée, je me sentais moins seule d'un coup... Rien ne vaut la valise, c'est bien plus pratique que d'avoir 36 sacs blindés à s'en faire mal aux doigts, surtout quand on doit reprendre les transports en commun avec la foule (bon ça n'a pas été le cas, mais pour l'avoir déjà fait, c'est pas top alors rien ne vaut la valise !).
Voilà, c'était mon dernier rapport et à l'année prochaine, pour de nouveaux rapports et du racontage de vie avec ma valise !

BILAN LIVRESQUES : (je précise que tout n'a pas été acheté au salon du livre, mais dans la semaine, donc du jeudi au dimanche - suivant ainsi tous mes rapports et là... ça fait mal et quelques uns n'ont pas été acheté, mais pas flemmardise de refaire une photo, je prends celle-là )

19/03/2011

Compte rendu du 19 mars 2011 ou Le Retour de la Valise


Alors samedi matin fut une grande journée. Je suis allée au salon du livre pour l’ouverture (10h). Dans le train, j’étais toujours accompagnée de Marie, j’y ai retrouvé Christelle et nous avons retrouvé une autre amie, Marion. Christelle nous a laissé à la gare car elle devait retrouver quelqu’un d’autre et nous sommes donc parties toutes les 3 pour le salon. Une fois arrivées là-bas, nous avons retrouvé d’autres personnes, notamment des membres du forum ABFA, mais aussi de skyrock et d’autres connaissances.

Puis, nous nous sommes séparées pour pouvoir traîner un peu dans le salon et voir des livres, faire quelque repérage. Cela fut assez court étant donné que ce qui nous intéressait le plus était d’aller dans les locaux de bragelonne pour la dédicace de Patricia Briggs et Kelley Armstrong (bien que je les avais déjà vues le jeudi précédent). Nous sommes reparties du salon vers les 13h et sommes arrivées un peu avant 14h devant chez Bragelonne. Il y avait pas mal de monde déjà qui attendaient, j’y ai retrouvé d’autres membres d’ABFA, notamment les admins, puis les portes se sont enfin ouvertes.


Sur notre gauche, il y avait des sacs avec pleins de goodies à l’intérieur, en face de nous c’était la librairie (mais étant donné que nous avions déjà nos livres à faire dédicacer) nous avons été à droite où se trouvaient les auteures installées derrière leur grande table (bien plus grande qu’à Virgin, il n’y a pas photo ^^) et il y avait déjà quelques personnes.
Je suis donc allée en premier voir Patricia Briggs, comme c’est elle qui attire le plus de monde. Sur notre gauche, il y avait un énorme buffet, mais étant donné qu’on venait de manger, bah on n’avait pas très faim (en général, les gens ont beaucoup hésité à aller chercher à manger, c’est souvent comme ça d’ailleurs ^^).






La file avance, et nous arrivons enfin à Patricia Briggs, je donne mon exemplaire Philtres et Potions, mais elle se trompe de noms (il y en avait plein et n’a pas vu le mien quand je l’ai écrit, du coup, elle a appelé Isabelle Troin (traductrice de son état, notamment des Anita Blake et lui a demandé d’aller me chercher un autre exemplaire ^^) pendant qu’elle signait La croix d’ossements. Sur les tables étaient posés des macarons avec le tatouage de Mercy (la patte de coyotte), magnifique, mais j’avais pas le cœur à le manger alors je dois avouer qu’il est resté un petit moment dans ma main, mais bon, j’ai des photos souvenirs pour prouver son existence (il était bon !). Le temps qu’on revienne avec un nouveau exemplaire de Philtres et Potions, j’ai patienté sur le côté pour laisser les autres et quand mon livre est revenu, et bien elle m’a fait une super dédicace. En remerciement de l’attente supplémentaire, j’ai eu droit à un petit dessin (trop beau je trouve lol). Sur la photo, on ne voit pas très bien, mais il s’agit d’une lune avec un coyotte juste en dessous et pour être sûre que je comprenne le dessin, elle a écrit à côté en français ce que ça représentait.






 Nous sommes ensuite reparties vers la librairie parce que je n’avais pas le 6e tome des Femmes de l’Autremonde que je voulais faire dédicacer à Kelley Armstrong, donc on est partie, parler et fait quelques photos (notamment du macaron ^^) et nous avons un peu patienter avant d’entrer dans la librairie (bah c’était pas très grand et il y avait du monde donc fallait patienter un peu). J’ai ensuite pris le fameux tome, ainsi que Queen Betsy 2 parce que j’avais adoré le 1er, donc autant prendre la suite au passage (à savoir que la librairie contenait essentiellement de la bit-lit, normal en même temps ^^). J’ai payé mes livres et on repartait dans la salle « de dédicace » pour faire la queue pour Kelley Armstrong (on a été visionnaire, parce que la queue pour Briggs était immense alors que pour Armstrong, il n’y avait pas foule, ça arriverait vite).
Vu que ça faisait déjà un moment qu’on était debout, bah on fait sitting, on s’assoit par terre et on attend, avance petit à petit. Marie et Marion ont rempli un questionnaire qu’il y avait à notre disposition, très intéressant, ce serait bien qu’ils regardent attentivement ce qui a été mis en commentaire supplémentaire… *croise très fort les doigts pour que ça arrive*. On avance, encore et toujours, Fleurine nous bombardant de photos, des gens me cherchant sans me trouver (n’est-ce pas Aurélie et Sara… prochain coup je mets une pancarte, je pensais qu’avec ma valise on me retrouverait facilement mais non…). J’arrive ainsi devant l’auteure et me fait dédicacer mon exemplaire.


Comme il y a foule, on range à la va vite et on s’éloigne de toute la foule, pour aller boire un peu et après se poser auprès de notre nouvel ami la gargouille où se trouvent quelques personnes du forum ABFA. On reste là un bon moment à parler, à se poser tranquillement (j’ai même eu une surprise, maintenant je peux le dire, j’ai réussi à avoir Imriel 2 alors qu’il n’était pas en librairie… trop contente, quand j’ai eu ma Bible entre les mains, j’étais de nouveau partie en Terre d’Ange. Bon j’admets, on a dû surtout me prendre pour une dingue, mais ce n’est pas grave. Pendant cette pause, j’y ai rencontré d’autres personnes du forum… et c’est bien sympa de pouvoir parler avec eux, ça met un visage sur des pseudos.

Quand il n’y eut plus personnes pour les dédicaces (à savoir qu’il était 17h30 passé à peu près) et bien il y a eu un question/réponse avec les auteures. C’était très sympa, on a pu découvrir plus de choses sur les personnages que l’on aime et pourvu que ça dure !



Après cela, la salle se vide de plus en plus et nous partons à notre tour, pour rejoindre le restaurant que j’avais réservé à la demande d’Audrey pour qu’on puisse un peu se retrouver. Ainsi, nous sommes allées à Saint Michel (lieu de tous les péchés, c’est le boulevard des librairies ! Notamment Gibert Jeune !!) Mais comme il était tard c’était en train de fermer, donc… nous n’y sommes pas allées. Au lieu de ça, nous sommes parties voir la cathédrale Notre Dame, vu qu’Audrey et Aurélie (sa meilleure amie) viennent de Nîmes, bah si elles peuvent faire un peu de tourisme au passage… en plus comme il faisait nuit, c’était éclairé, c’était super beau. Et comme on a un super timing, on est arrivées pile poil pour aller au restaurant, une pizzeria. C’était une super soirée, en plus c’était bon et pas spécialement très cher (très important surtout quand on est à Paris et qu’on venait de dévaliser le salon du livre et Bragelonne…).

Bon, je ne vais pas raconter spécialement notre repas, mais nous avons bien discuté, bien ris, c’était très sympa. Puis nous sommes reparties chacune vers notre maison/hôtel… lieu de couchage en sommes, nous nous sommes quittées et dit à demain pour la plupart… évidemment, ça allait recommencer en partie le lendemain !


Comme signalé à chaque fois, les photos viennent essentiellement du forum ABFA, donc je souhaite remercier particulièrement Fleurine pour tout son boulot, parce qu’elle a joué les paparazzi tout l’après-midi.

18/03/2011

Compte rendu du 18 mars 2011: Rencontre avec Lauren Oliver


Alors comme certains le savent certain, j'ai été invitée à la rencontre avec Lauren Oliver (auteure de Delirium et Le dernier jour de ma vie) dans les locaux d'Hachette et cela via le site Lire ou Mourir, que nous représentions Marie (Ailayah) et moi (Melisande).

Je suis donc arrivée pour 18h en compagnie de Marie, où nous découvrons de petit badge à notre nom pour savoir de quel site nous provenons (et dire que peu de temps avant de partir, j'avais tout préparé... je vous montre le résultat, il n'y a pas photo quand même. Nous avons fini par mettre nos propres badges, tout en conservant le 1er. On était belles dis donc ! ^^

Nous rentrons ensuite dans l'auditorium pour l'interview. L'auteure est déjà là, en compagnie de membre du staff d'Hachette et d'autres personnes venues voir la « conférence ». L'attachée de presse : Cécile Benhamou, s'est présentée et a présenté les quelques membres du staff, avant de laisser la parole à Lauren Oliver.

Elle a en premier lieu lu (en français, car l'auteure est bilingue et nous a donc tout le temps parlé en français, sauf quand elle ne connaissait pas les mots elle les disait en anglais et on arrivait dans l'ensemble à voir de quoi elle parlait) le prologue de son prochain livre qui va sortir en avril : Le dernier jour de ma vie (que je suis actuellement en train de lire et qui sera fini dans très peu de temps, donc un avis à venir sous peu, si jamais ça vous intéresse). C'était intéressant d'avoir la lecture, d'autant que c'est son chef d'œuvre, mais qu'en plus c'était en français, donc pour le coup, c'était bien sympathique, l'ayant commencé la veille au soir, je me souvenais parfaitement du début mais d'avoir la voix de l'auteure, c'était bien sympa (et puis ça a fait découvrir le livre à Marie qui est encore plus intéressée pour le lire maintenant ^^).

Elle ne s'est pas présentée longuement, vu qu'elle n'aime pas parler d'elle (en même temps, c'est pas évident), et préfère qu'on lui pose des questions, donc l'interview est vite partie dans ce sens et il y a eu plein de questions très intéressantes et sa manière de voir les choses l'est tout autant. On a beaucoup ri à certains moments, surtout quand elle parlait du personnage principal dans Le dernier jour de ma vie. Il faut dire qu'elle est totalement désagréable, et un mot est souvent revenu dans la discussion c'est « pétasse »... ouais, ça résume assez clairement le personnage.

A mesure, on apprend un peu à cerner l'auteure, et ce que je peux dire, c'est qu'elle avait l'air très sympa et très accessible (ce qui est assez agréable du coup d'avoir une certaine proximité, au moins le dialogue s'installe plus rapidement). On a parlé des livres mais elle nous a aussi évoqué les liens via des blogs et des gens avec qui elle discute (donc ça prouve à quel point elle est accessible et qu'on peut lui parler). Et une partie de son succès est dû à la blogosphère (c'est marrant en français avec l'accent américain ^^) et c'est vrai. Le bouche à oreille de cette manière peut faire marcher un livre (je n'en citerai aucun, mais je suis certain que vous saurez à quoi je peux bien faire référence).

La « conférence » a duré environ une heure et nous sommes ensuite montés dans les bureaux pour aller boire et manger un peu et au passage visiter si on le souhaitait. On a pu également faire signer nos livres et discuter avec l'auteure, ce qui était vraiment sympa (et je garde toujours la même opinion sur elle).
J'ai pu revoir certaines personnes vues la veille à la dédicace à Virgin (Milady Evey, Karen de Place-to-be et Francesca) donc c'était sympa de pouvoir discuter, et rencontrer d'autres personnes également, ainsi que voir pour la 1ere fois une autre bloggeuse avec qui je discute maintenant depuis deux ans : Bookaulau, qui a fait spécialement le déplacement du sud pour le salon du livre. Donc ça m'a fait super plaisir de la rencontrer pour la 1ere fois en vrai ^^ même si, après je suis repartie assez rapidement, ayant un train à prendre pour rentrer chez moi, mais bon, ce n'est pas comme si on n'allait pas passer le week-end ensemble au salon du livre...

Donc voilà, ce fut une soirée enrichissante, très intéressante. Cela nous a également permis de rencontrer et discuter d'autres gens, venant de d'autres sites et c'était très agréable. Alors merci à l'équipe d'Hachette et notamment à l'attachée de presse de nous avoir invitée parce que nous avons passé un bon moment en leur compagnie et en espérant qu'il puisse y avoir d'autres rencontres de ce genre.

17/03/2011

Compte rendu du 17 mars 2011 : Rencontre avec Kelley Armstrong et Patricia Briggs

Rassurez vous, je ne vais pas raconter ma petite vie (je suis sûre que ça ne vous intéresse pas et moi, ça va me souler – c’est pourquoi je ne le fais jamais), mais là, c’est un autre genre, et en rapport avec les livres alors forcément là, ça va être plus intéressant je pense.

Aujourd’hui a commencé le salon du livre (enfin ce soir avec l’inauguration, à laquelle je n’ai pas assisté… oh… je vous entends déjà). Je ne pourrais rien vous raconter de cette soirée, mais j’ai d’autres choses à dire et je pense que ce sera plus intéressant !



Je vous épargne ma longue promenade dans les librairies (ah on ne se refait pas, va vraiment falloir que je songe à me faire interdire l’accès des librairies, il y a des gens pour le casino, moi ça devait être les librairies, mon compte ne les aime pas beaucoup en général…). Bref… Ce soir, à Paris au Virgin des Grands Boulevards, avait lieu une séance de dédicaces des auteures : Patricia Briggs et Kelley Armstrong, deux grandes auteures de bit-lit (bon pas uniquement vu que Armstrong a écrit une série YA, mais l’ensemble c’est de la bit-lit).

 Il faut savoir que la séance commençait à 18h et qu’avec une amie, on est arrivée vers 15h30… (un peu sous ma demande, il faut l’avouer) Si jamais, il y a du monde, faut être prévoyant et le pire c’était qu’on n’était même pas les premières, parce que 3 admins du Forum ABFA et que 2 personnes tournaient déjà depuis deux heures… oui, quand on aime, on ne compte pas (ici ce sont les heures lol). Du coup, on a papoté ensemble en attendant (il n’y a pas grand-chose d’autre à faire en même temps… ah si ! Des photos, dont en voici quelques unes).


De gauche à droite : Arcantane, Tan, Miss Symphonia, Némésis

La vendeuse qui installait le tout, nous voyait et nous a demandé si ça nous intéressait d’avoir des posters, ceux affichés dans le magasin, spécialement pour leur venue, toujours avide d’avoir des petits cadeaux j’ai accepté de prendre le poster de Patricia Briggs qui représente le comics de Mercy Thompson. Mais avec la chance que j’ai, j’ai pu avoir en même temps, l’affiche du tome 2 de Pouvoirs Obscurs. Donc je me retrouve avec ces deux magnifiques affiches, qu’il va falloir que j’accroche… (où dans ma chambre, je n’en sais strictement rien pour le moment ^^).



On a donc vu le coin des dédicaces se former peu à peu, et la file s’instaurer (oui, il y a d’autres gens fous pour venir en avance et en soirée à Paris, juste pour faire signer des livres… je déconne évidemment). Voici le résultat définitif (et vous pouvez voir au passage que les Canards sont toujours là, on ne reconnait pas du tout la patte d'ABFA....).



L’heure tourne, encore et encore, jusqu’à ce qu’enfin, on voit les deux auteures arriver !!! (bon faut pas croire que je sautais partout comme semble le laisser penser ces 3 points d’exclamation, je sais rester très calme et civilisée quand même, même si intérieurement, j’étais très contente).


Bon, c’était plus ou moins à prévoir, tout le monde (et pas qu’un peu) était bien placé, mais il y a eu changement de place des auteures (Armstrong étant gauchère, c’était gênant pour écrire… je connais bien ce problème personnellement, enfin ça dépend, bref… ^^), la file devait donc changer à l’arrivée (et c’était pas possible de le faire avant parce qu’il y avait trop de monde à déplacer). Etant arrivée dans les 1er, eh bien, j’ai pu avoir ma dédicace assez rapidement (du moins pour l’une des auteures : Kelley Armstrong) parce qu’il fallait refaire la queue pour l’autre auteure (donc Patricia Briggs pour moi), enfin les gens n’ont pas toujours fait ça mais peu importe. Je viens donc avec mon exemplaire de Pouvoirs obscurs 2 : L’éveil, fraichement acquis ainsi que le 1er tome des Femmes de l’Autremonde : Morsure, en GF chez Bragelonne.



Et quelle surprise je vois sur la table ?? Trois magnifiques marque-pages que l’on peut prendre (ah bah on ne va pas se gêner !) donc les voici.


 C’est drôle, quand tu as des auteurs étrangers tu essayes de leur parler en anglais, ou du moins de baragouiner quelque chose, et faut toujours qu’eux, de leur côté, ils essayent de parler français… bah du coup tu ne parles pas anglais (bon pour leurs oreilles c’était peut-être pas plus mal ! ^^). Mais c’est un principe.

Ensuite, je retourne faire la queue pour Patricia Briggs et discute en attendant avec Arcantane et Francesca (Le Monde de Francesca) pour passer le temps. Puis, j’arrive devant Patricia Briggs et fais dédicacer le tome 1 de Mercy Thompson : L’appel de la lune et la préquelle (nouvelle) d’Alpha & Omega : L’origine.



  
Puis, on se réunit (quelques membres du forum et on discute) puis voyant Kelley Armstrong toute seule alors que Patricia Briggs avait encore pas mal de monde, (et que je suis super prévoyante, ou folle c’est comme vous préférez) je suis retournée la voir parce que j’avais emporté de chez moi le tome 1 de Pouvoirs obscurs (à l’origine, que je devais faire dédicacer avec le tome 1 des Femmes de l’Autremonde, mais comme ils avaient les tomes qui allaient sortir le lendemain, et bien j’en ai profité). J’ai donc une 3e dédicace de l’auteure !



Comme il n’y avait plus personnes, eh bien Arcantane et Francesca ont décidé de faire des photos et dédicaces de photo… et comme, elles étaient toujours toutes seules, eh bien j’ai décidé de faire de même, alors voici ma photo avec les auteures (attention, je ne mets jamais de photo de moi, donc c’est une exclusivité !).



Voilà, après toute cette attente, ces cadeaux et nombreuses dédicaces, je rentre chez moi, avec des souvenirs en tête, des dédicaces, des photos à venir et surtout la joie de savoir que je pourrais les revoir samedi !

A gauche : Patricia Briggs et à droite : Kelley Armstrong (toujours en compagnie de Duck ! ^^)


Donc voilà, c’était le 1er rapport, parce qu’il faut savoir que ça va être plus ou moins comme ça pour les trois jours suivants, période du salon du livre, donc il est normal que j’y aille un maximum de jours, donc je ferais un autre article pour expliquer mes journées et vous montrer le tout avec quelques photos (à savoir que le prochain rapport, sera en lien avec ma soirée, quelque peu différente de celle-ci, mais pas énormément et que vous pourrez voir tout ça dès le soir même – selon l’heure à laquelle je rentre, ou bien le lendemain matin).

Les articles les plus consultés