Rechercher dans ce blog

Le petit ami du Louvre de Guillaume Kazerouni & Giulia d'Anna Lupo

Quatrième de couverture

De l’Antiquité au siècle des Lumières, des œuvres d’art les plus célèbres, comme La Joconde ou Le Scribe accroupi, aux chefs d’œuvres moins connus comme Le Dais de Charles VII ou Persée et Andromède, voici un livre richement illustré et agrémenté de jeux qui séduira petits et grands !

Cadeau idéal pour les fêtes de fin d’année, permettant de découvrir ou redécouvrir des pièces majeures du patrimoine culturel mondial, ou de préparer une visite au Musée du Louvre, Le Petit ami du Louvre est une invitation au voyage dans le monde des arts et de l’histoire.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Gulf Stream de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié et que je trouve aussi très utile (ancienne historienne de l’art qui parle).

Il s’agit d’un documentaire qui explique de manière accessible aux enfants des chefs d’œuvres qui sont exposées au musée du Louvre. D’ailleurs les éditions Gulf Stream se sont associées au Louvre et à la Société des amis du Louvre pour élaborer ce livre, ce qui donne quand même du poids quant au contenu, mais je reviendrais sur cette notion un peu plus tard.

Je vais dans un premier temps vous faire une petite présentation sur l’aspect physique du livre (la forme donc) et dans un deuxième temps me concentrer sur ce qui est dit (le fond).

Les 10 œuvres sont classées chronologiquement, on part de l’Antiquité avec Le Scribe accroupi, jusqu’au XVIIIe / XIXe siècle avec La Marquise de Pompadour (et au milieu on aborde un peu le XIXe siècle avec Les Regalia). On aborde ainsi tout type d’œuvre, aussi bien des sculptures que des tapisseries, de la peinture ou encore du dessin (notamment avec le pastel) ou encore des objets précieux, on ne se cantonne pas à une seule technique (la peinture par exemple qui est souvent mise en avant). Ça donne une vision d’ensemble à travers 10 œuvres, qui sont d’ailleurs plus ou moins connues.

On a dans un premier temps une illustration de l’œuvre (avec ses dates) et les thématiques qui vont être abordées. Puis on a une présentation de l’œuvre dans son contexte historique, une description de l’œuvre en elle-même avec une explication sur l’intérêt qu’elle peut avoir et ce que cela peut nous renseigner sur l’époque à laquelle elle a été faite. Enfin, on nous fait un petit topo sur les différents archéologues, historiens de l’art, collectionneurs ou encore artistes qui ont contribué à la recherche / réalisation de l’œuvre, etc. qui font que l’on a aujourd’hui une certaine connaissance de ces différents arts.

A chaque fois ou presque, ça fonctionne sur une double page, ça permet d’avoir de l’espace, un texte et des illustrations assez aérés sans avoir la sensation qu’il y a trop de choses, ce qui aurait pu être le cas si on faisait cela sur une unique page. Ça permet une lecture et un visuel très clair qui ne peut qu’aider à la compréhension.

Voilà une page de la première œuvre présentée, celle du Scribe accroupi. Cela donne une certaine idée du contenu global du livre.


Comme on peut le voir dans l’image ci-dessus, au niveau du texte c’est assez dynamique il y en a un peu partout, mais ça ne sont pas de gros blocs de lecture d’un coup donc ça ne rebute pas à la lecture. Ici ce sont surtout des « légendes », si on peut les appeler ainsi, pour donner des précisions sur l’œuvre selon des thématiques (qui d’ailleurs sont écrites « à la main », ça donne un côté plus enfantin mais visuellement intéressant). Mais il en va de même pour les autres « chapitres » (Historique / Personnes qui ont contribué à la découverte, etc.), même s’il y a forcément un peu plus de textes qui n’est pas autant fragmenté. C’est assez bien dosés entre texte et image, les deux fonctionnent ensemble et se complètent.

La dynamique se fait également au niveau visuel, notamment avec ce système de flèche et ces illustrations qui sont dispersées un peu partout sur la double page. Mais ça reste très clair et le fait qu’il y ait de la couleur ça égaye un peu le contenu pour le rendre moins triste / rebutant pour un enfant. Parfois on a la sensation que c’est écrit à la main par des enfants (notamment les titres des explications). Enfin, il y a parfois sur certaines pages des encadrés avec la mention : « ton carnet », « ton album », etc. ça permet à l’enfant d’écrire / dessiner, faire ce qu’il veut dedans, ça peut être sympathique pour lui de prendre des notes et de laisser son imagination vagabonder.

Alors au niveau du contenu, on voit que les auteurs ont de bonnes connaissances sur le sujet. C’est bien écrit, parfaitement clair et adapté pour des enfants, mais ça n’est pas pour ça qu’un adulte ne pourrait pas le lire aussi, ça n’est pas non plus « trop jeunesse » dans le ton et l’écriture. D’ailleurs en parlant de ton, j’ai bien apprécié le fait qu’il y ait une adresse direct avec le lecteur (visible avec le « tu »), ça capte davantage l’attention. On a la sensation que l’on est vraiment en train de nous parler, comme le ferait le guide face à ses touristes dans le musée. C’est tout de suite plus intéressant, plus vivant aussi, on n’a pas affaire à un livre traitant de l’histoire de l’art avec un aspect scolaire très prononcé, parce que ça pourrait être très difficile ou ennuyeux.

Ce livre est une première approche intéressante qui donne suffisamment d’informations pour comprendre les œuvres choisies et de s’intéresser à l’art. La culture c’est important et ça permet de la rendre ici plus accessible pour les plus jeunes.

Mais ça n’est pas qu’un documentaire, c’est aussi un livre ludique car on apprend beaucoup de choses en s’amusant et cela grâce à des jeux. Certains demandent plus de réflexions que d’autres (et d’avoir de la mémoire) mais ça reste du divertissement, et rien ne nous oblige à les faire. En faisant participer l’enfant, ça permet de capter davantage l’attention et l’intéresser à l’art. C’est adressé surtout à des enfants de 8/10 ans parce qu’il faut avoir quelques connaissances pour pouvoir comprendre ce qui nous est dit, mais aussi pour être en mesure de faire les jeux tout seuls. Des enfants plus jeunes pourraient rencontrer des difficultés, à moins qu’ils ne soient accompagnés par un adulte. Ce documentaire peut parfaitement être lu chez soi mais aussi une fois que l’on est dans le musée. Bien souvent les cartels ne sont pas suffisamment explicites et les audio-guides peut-être trop complexes et longs pour des enfants (personnellement je déteste les audio-guide et ne m’en sers que 5 minutes, je préfère de loin faire une visite seule ou bien avec un guide). Même s’il est vrai que de nouvelles technologies (comme les Nintendo DS changent un peu la donne).

Ce livre permet d’avoir connaissance des œuvres de manière plus accessible avec un langage plus adaptés pour des enfants. C’est un livre ludique parce qu’on apprend en s’amusant avec des petits jeux qui sont disséminés, ça et là au cours de l’ouvrage et en plus ils sont plutôt bien fait et intéressant parce qu’ils permettent de faire réfléchir l’enfant et de faire appel parfois à sa créativité. Un documentaire très bien fait qui permet de s’initier à l’art tout en douceur et le tout en s’amusant.

Le jeudi c’est Jeu Livresque [22]



 J’avais vu des blogueuses américaines organiser un rendez-vous journalier sur un mois et quelques unes de leurs idées étaient très sympa, j’en ai parlé à Melisande, et elle m’a dit : le jeudi on n’a rien. Voilà comment est née l’idée de petit rendez-vous pour fêter l’arrivée de l’été qui permet de jouer avec nos livres pendant 8 semaines, tous les jeudi, à partir du premier jeudi de juin (06/06).


Semaine 22 : Salon du livre ou petites dédicaces ?


Je fais les deux et les deux ont leur intérêt, même si l'ambiance n'est pas la même. 

De manière générale les petites dédicaces sont plus sympas parce que plus "intime", que l'on peut prendre davantage de temps pour parler avec l'auteur. Les petites dédicaces c'est dans les librairies indépendantes, c'est donc plus tranquille et conviviale, il y a moins de monde. Alors que dans les salons du livre, c'est trop grand, il y a trop de monde et c'est souvent à la chaîne, histoire que tout le monde puisse voir son auteur favoris et avoir sa dédicace. Après évidemment ça dépend de l'auteur, mais quand on voit les queues pour Sophie Audouin-Mamikonian ou encore Erik L'Homme, ça donne juste envie d'abandonner et de passer son chemin.

Après je ne dis pas, j'ai déjà fait des queues de 3h... (souvenir pour Laurell K. Hamilton). Je comprends qu'on puisse le faire, je ne vais pas critiquer (sinon je m'auto-critique...) mais c'est quand même pénible, long, sans compter la chaleur, la foule... ça n'est pas dans les meilleures conditions quand même. D'ailleurs pour celle de Laurell K. Hamilton, il y a eu des évanouissements et l'éditeur a dû faire passer des bouteilles d'eau pour les gens sinon c'était le drame. Après si c'est long c'est parce que l'auteur est très connu et apprécié.

L'avantage du Salon du livre c'est que l'on peut avoir plus facilement des auteurs étrangers, que l'on rencontre rarement lors de petites dédicaces. Donc c'est le moment où jamais et là... la foule se réunit, forcément.

Il y a des avantages et des inconvénients, moi je fais les deux en tout cas, tout dépend de l'auteur !

L’ange de l’ombre de Stephanie Chong (La Compagnie des Anges 2)

Quatrième de couverture

Le corps sensuel de la démone émerge d'une nappe de brouillard. Elle est si vivante qu’elle semble réelle. Oubliant tout le dégoût qu’elle a pu lui inspirer, il n’est plus capable que d'une seule émotion : le désir…

Emergeant de son rêve, Brandon tente de recouvrer sa lucidité. En aucun cas, il ne doit se laisser envoûter par celle qu’il est censé capturer pour la compagnie des anges. Car Luciana est une sorcière qui se cache depuis des siècles dans le secret de son palais vénitien. Un démon sanguinaire qui puise ses pouvoirs dans le sang des vierges qu’elle immole… Pourtant, jour après jour, Brandon mesure l’extrême complexité de sa mission. Car Luciana est également la créature la plus belle qu’il ait jamais rencontrée et, chaque nuit, elle lui suggère des rêves d’un érotisme sans limites. Au risque de le corrompre et de réveiller en lui la part d’ombre qui sommeille.

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Harlequin de m'avoir permis de lire ce livre et continuer à suivre les missions de la Compagnie des Anges.

Cette fois-ci, on change de personnages/ « couple » puisque l’on se retrouve face à Luciana, découvert dans le premier tome, et un nouvel ange, Brandon, qui doit capturer cette dernière pour l’amener à la Compagnie des Anges. Elle leur a échappé à Los Angeles (voir le tome 1) et il faut absolument l’arrêter parce qu’elle est une vraie menace pour la Compagnie, à cause de son art dans les poisons. Brandon, plutôt confiant, va très vite déchanter car Luciana est loin d’être une démone comme les autres…

J’avais beaucoup apprécié le 1er tome et je dois dire que ce 2e est à la hauteur de ce dernier si ce n’est plus. J’étais ravie de constater que l’on allait être cette fois-ci concentrée sur Luciana, un personnage qui m’avait beaucoup intriguée et plu dans le 1er tome, bien qu’elle soit la « méchante ». J’aime toujours autant l’univers qui est intéressant, on se limite à des anges et des démons mais c’est suffisant, on en apprend un peu plus sur la Compagnie des Anges, sur certains personnages donc ça rend le tout vraiment sympathique.

L’intrigue est bonne et bien menée. Ça se lit tout seul et très bien, l’écriture y est pour quelque chose. C’est agréable et simple en soi, mais efficace, dès les premières pages j’ai plongé dans l’histoire avec facilité et j’ai lu presque le livre d’une traite. L’histoire est assez simple en soi et on s’imagine plutôt bien ce qui va se passer (dans une romance paranormale) on s’attend à certaines choses, mais il y a quand même quelques surprises. J’avoue que la fin m’a beaucoup plu pour ça, parce qu’on ne s’attend pas forcément à ça, ça change par rapport au 1er tome.

J’ai bien aimé le fait que dans le prologue on découvre une scène en amont et que l’on va retrouver plus tard, de manière plus chronologique dans le récit, mais d’un autre point de vue. Ça permet de voir le jeu entre les deux personnages, de voir l’évolution de leur relation, etc. Et là on va être servi, croyez-moi mais quand on voit à qui on a affaire, on comprend mieux ce que je veux dire.

Brandon est un ange depuis 10 ans, mais son passé humain le tourmente toujours. Chaque nuit il fait des cauchemars dans lequel il revoit sa mort… Il est tout aussi torturé que Luciana malgré sa nature angélique donc je trouve que ça les rapproche beaucoup et que l’un ou l’autre peut tout aussi bien basculer d’un côté ou de l’autre. Je l’ai bien apprécié, il est attachant et on aimerait qu’il réussisse sa mission, même si elle semble vouée à l’échec.

Dans ce tome, on en apprend plus sur elle, sur son passé, on découvre la version des faits de son point de vue donc c’était très intéressant car évidemment, si elle est devenue ce qu’elle est aujourd’hui ça n’est pas pour rien. Évidemment, comme toujours dans ce type de livre (romance…) les méchants ne le sont pas toujours, du moins on voit qu’il y a des circonstances atténuantes donc on peut mieux les comprendre.

Un autre personnage, que je ne mentionnerai pas, que l’on avait vu dans le 1er tome se dévoile beaucoup dans ce livre et j’avoue que c’est très intéressant de voir les événements prendre un tel virage, plus radical disons. J’espère vraiment qu’il y aura un 3e tome, même si on change de « couple » pour en savoir plus sur tout ce petit monde parce que ça promet beaucoup de choses quand même.

En bref, c’est une petite romance paranormale qui m’a bien plu, j’aime bien cet univers que je trouve intéressant et l’intrigue était bonne et bien pensée. Il y a pas mal de rebondissements et de surprises pour rendre le tout haletant. Les personnages sont supers parce qu’ils ne sont pas toujours ce qu’ils semblent être. Ils sont beaucoup plus torturés que dans le 1er tome, ça donne également une autre vision de Luciana, qui dès sa rencontre m’avait énormément plu et je ne suis pas du tout déçue. Une série bien sympathique et j’espère qu’il y aura une suite pour savoir ce qu’il en est parce que là… ça promet beaucoup de choses.


En partenariat avec

Le vampire de Castille d'Anne-Sophie Silvestre (Les Folles Aventures d'Eulalie de Potimaron 5)


Quatrième de couverture

« — J’ai une autre question, mais je n’ai plus d’argent.
— Que veux-tu savoir ? demanda la gitane.
— El Vampiro existe-t-il ?
— Oui, dit-elle tranquillement.
— Qui est-il ?
— Personne ne l’a vu.
— Il peut ressembler à toute personne que nous croisons. Ecoute mon conseille : ne sors pas seule la nuit et évite de montrer ta curiosité au premier venu. L’Inquisition, à défaut de brûler le vampire, pourrait bien brûler quelques personnes qui s’y intéressent trop. »

Marie-Louise est désormais Reine d’Espagne, et Eulalie son écuyère. Madrid et la Castille se révèlent riches en découvertes, mystères et rencontres. Que Versailles est donc loin !

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier Anne-Sophie Silvestre et les éditions Flammarion de m’avoir permis de lire ce livre et ainsi continuer les folles aventures d’Eulalie de Potimaron. J’aime toujours autant cette série et j’étais ravie de retrouver Eulalie et l’univers créé par Anne-Sophie Silvestre. Ça se lit très bien et très vite et comme pour les 4 premiers tomes, je n’ai pas vu le temps passer tant j’étais plongée dans l’histoire qui est plutôt prometteuse.

J’avais vraiment hâte de lire ce 5e tome parce que vu les événements du 4e (L’amazone de Mademoiselle) je voulais absolument savoir ce qui allait se passer dans la Cour d’Espagne. Marie-Louise est partie en Espagne afin d’épouser le roi Charles II, le devoir passe avant tout, même les histoires de cœur ! Ainsi s’offre une nouvelle vie à cette jeune française qui est accompagnée de quelques dames d’honneur dont Eulalie, qui elle aussi perd quelque chose dans cette nouvelle vie (pauvre Philippe !). Mais la vie espagnole pourrait lui apporter quelques surprises et de taille…

J’ai beaucoup aimé cette nouvelle histoire que j’ai trouvée bonne et bien menée, même s’il est vrai que j’aurai aimé en avoir un peu plus. Je reviendrai un peu plus tard sur cette notion. On découvre donc la Cours d’Espagne, avec ses us et coutumes, ses étiquettes qui sont très différentes de Versailles comme vont rapidement l’apprendre Marie-Louise et Eulalie. Cette dernière va s’accommoder de ce nouveau mode de vie en pensant de temps à autre à Philippe.

La partie romance est moins présente que dans le tome précédent mais en même temps ça ne s’y prête pas tellement étant donné la distance qui éloigne nos deux amoureux (je suis vraiment triste de cet état de fait, ça me désole… le côté romantique ressort en moi lorsque je lis cette série c’est dingue). Mais on y a droit quand même un peu, ça permet d’égayer l’histoire.

Ce livre va vous faire ressentir toutes sortes de choses, personnellement il m’a beaucoup plu, intrigué parce que l’auteur nous donne plein d’éléments pour nous faire douter, pour nous faire réfléchir aussi. Je commence déjà à imaginer la suite des événements et tout ça me semble vraiment prometteur. Il y a certains aspects qui m’ont énervé et frustré, notamment pour la fin, parce que je n’ai pas la suite sous la main et le suspense est à son comble sur bon nombre de choses. A l’heure où j’écris ces lignes, le livre n’est pas encore disponible, comprenez mon désarrois. La fin du tome précédent était déjà frustrante mais je peux vous dire que celle-ci l’est tout autant si ce n’est plus pour des raisons différentes ! Vous voilà prévenus ! Ce livre nous laisse sur une sorte de cliffhanger qui n’est pas très sympa (quand je le dis que les auteurs sont tous des sadiques !).

Je ne suis donc pas déçue, même si j’aurai aimé en avoir plus comme je le disais un peu plus haut. Il faut savoir que ce tome est une bonne mise en bouche car l’histoire se poursuit dans le tome 6, tout n’est pas terminé ici (pas comme dans les autres tomes). Donc il y a un sentiment « d’inachevé » dans le sens où l’on nous appâte beaucoup avec certains événements, notamment tout ce qui concerne El Vampiro, mais que ça n’arrive pas ou assez tardivement.

Pour le moment c’est esquissé, on peut faire des suppositions, s’imaginer des choses mais on verra ça dans le prochain volume. Il y a vraiment une attente, tout un suspense qui est mis en place. Mais après discussion avec l’auteur, je sais que ça arrivera dans le prochain tome, donc me voilà rassurée ! Mais sur le coup c’est très frustrant mais en même temps il y a suffisamment d’éléments intéressants pour que ça se suffise à eux même pour le moment, mais j’attends de pied ferme la suite !

On fait la rencontre de nouveaux personnages qui je dois dire m’ont beaucoup plu, que ça soit Charles II qui apparaît comme un roi aimant envers sa future épouse, le marquis d’Astorga ou encore le duc d’Ossone et Elzbièta... Quant à Eulalie, elle reste fidèle à elle-même. Elle attire toujours l’attention sur elle, même lorsqu’elle tente de se faire discrète. Elle attire à la fois la sympathie et la jalousie des personnes qui l’entourent, comme quoi, il n’y a pas qu’à Versailles qu’il se passe des choses ! On ne risque pas de s’ennuyer un seul instant en sa compagnie.

En bref voilà un nouveau tome très sympathique qui introduit une histoire très intéressante et qui va se prolonger dans le prochain volume que j’ai hâte de découvrir maintenant, même si ça ne sera pas pour tout de suite. Un univers et des personnages toujours aussi passionnants.

La mort fait mal de Michel Embareck (Victor Boudreaux)


Quatrième de couverture

Lorsque les Grandes Galeries de Moizy-les-Beauges sont ravagées par les flammes, une compagnie d'assurances demande à Victor Boudreaux, le privé « psychopathe et migraineux », de déterminer l'origine du sinistre. Boudreaux, qui s'était pourtant juré de ne plus s'occuper de ce genre d'affaires, accepte néanmoins la mission. N'a-t-il pas quelques comptes à régler avec les notables du cru ? Sur place, il fera la connaissance de Juliette Baumann, journaliste de La Dépêche, qui elle aussi penche pour la piste criminelle. Mais leur enquête dérange...

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Archipoche de m'avoir permis de lire ce livre, même s'il m'a beaucoup déçu.

Avec une telle 4e de couverture, je m'attendais à quelque chose de totalement différent, alors certes, niveau contenu on s'y retrouve donc elle n'est pas si trompeuse que ça, mais je m'imaginais un scénario très différent. Par exemple, je m’attendais au fait que Boudreaux et la journaliste travaillent ensemble à un moment, qu'il y aurait une « vraie enquête », alors que ça n'est pas le cas puisque la journaliste est totalement évincée et cela très rapidement au profit de Boudreaux. Cela peut se comprendre, c'est le personnage principal mais du coup voilà, ça m'a étonné de ne pas les voir davantage ensemble surtout que au vu de certains faits… Il aurait été plus logique qu’ils collaborent.

Je n'ai pas du tout aimé l'intrigue, la manière dont elle a été menée. J'ai eu la sensation de ne rien comprendre, de passer d'une chose à une autre sans vrai lien, sans voir le raisonnement et suivre une vraie enquête. Pourtant je lis pas mal de thrillers donc je commence à avoir l'habitude de ça, mais là, on passait du coq à l'âne, d'une situation à une autre et j'ai trouvé ça pénible, à tel point que j'ai vraiment peiné à lire ce livre. Il m’a fallu plus de trois jours (en me forçant en plus) alors que c'est un livre de poche de moins de 300 pages (moi qui pensais le lire très vite !).

De plus, tout allait très vite et je me demandais parfois comment il faisait pour tout savoir, ça ne me semblait pas toujours cohérent. Cela dit, avec les révélations de fin, on peut s'imaginer très bien, mais bon... la plupart du temps, je ne voyais pas où l'auteur voulait en venir, ce qu'il essayait de montrer... Lorsqu'on voit la fin, ça reste quelque chose de simple en soi, qui aurait pu être intéressant mais je trouve que dans l'ensemble l'intrigue reste trop légère et pas toujours très claire.

J'ai eu du mal avec le style d'écriture, pourtant en soi, ça ne paraît pas si compliquée que ça, mais j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire à cause de ça. C'était long, avec beaucoup de narration qui la plupart du temps me paraissait inutile. Même si le livre était court, j'avais la sensation d’en lire le double avec des longueurs qui n'en finissait pas. J'étais totalement en dehors, pas concernée, donc ça ajoute une difficulté supplémentaire pour bien comprendre tout ce qui se passe parce que je ne m’y intéressais pas plus que ça. je suis totalement passée à côté de ce livre.

Il y avait une narration double, le récit avec Victor Boudreaux, de nos jours et un autre qui se déroulait dans le passé dans les années 1968 et cette partie là, ne m'a pas intéressé du tout et je me suis demandé pendant un long moment à quoi ça servait. J'imaginais bien qu'il y avait un lien, la fin le révèle d'ailleurs donc c'est utile, mais j'ai trouvé ça pénible plutôt qu'autre chose.

Quant aux personnages, ils m'ont laissé indifférente. Je ne me suis pas attachée plus que ça à Boudreaux parce qu'on ne le connaît pas, on le voit agir, etc. mais c'est tout, pas d'implication plus que ça, il avait plutôt tendance à m'énerver qu'autre chose. Et les personnages secondaires tiennent bien leur nom parce qu'ils le sont tellement qu'ils passent à la trappe.

En bref, j’en ressors déçue parce que je ne voyais pas où l’auteur voulait en venir, j’ai trouvé qu’il y avait des longueurs par moment, des explications inutiles et un manque d’informations aussi pour bien comprendre tout ce qui se passe. Je m’attendais à quelque chose de totalement différent et je n’ai pas réussi à rentrer dedans. Dommage.

Bloodshot de Cherie Priest (Les Dossiers Cheshire Red 1)

Quatrième de couverture


Cheshire Red, Raylene de son vrai nom est une vampire et une voleuse de classe internationale. D’habitude, elle s’occupe de dérober des œuvres d’art et des bijoux hors de prix, mais lorsque Ian, un gentleman au charme indéniable, l’appelle à la rescousse, Raylene ne peut lui résister bien longtemps. Pour lui, elle va devoir récupérer des documents secrets détenus par le gouvernement, qui semble s’intéresser bien plus aux vampires que ce que Raylene pensait.
Ses péripéties vont la mener des contrées glaciales de Minneapolis aux rues peu fréquentables d’Atlanta. Mais traquée par des forces mystérieuses, le dossier s’annonce bien plus difficile que prévu…

Mon avis


Voulant agrandir ma collection de Crimson et ayant eu besoin d’un livre pour les transports en commun, j’ai pris ce livre sans vraiment savoir de quoi ça parlait (je fais pleinement confiance en cette maison d’édition, jusque là, je n’ai jamais été déçue). Et je peux vous dire que c’est du très très lourd et du très bon !

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit. Je me contenterai de donner mon avis sur cet excellent premier tome qu’il faut absolument lire ! Par certains aspects ça me fait penser aux Dossiers Dresden de Jim Butcher mais en version féminine et un peu plus vampirique aussi !

J’ai adoré l’univers, on a certes une vampire, mais on est loin des séries d’urban fantasy habituelles, avec le côté chasseur de vampires qu’on a vu et revu, ici Raylene est détective, une sorte du moins, sa spécialité reste le vol en tout genre. De plus, contrairement aux livres habituels du genre, le vampirisme n’est pas quelque chose connu de tous, donc c’est intéressant de voir que c’est un secret gardé précieusement et que, malgré ses activités, elle tente de rester discrète et cachée. On voit que c’est un univers assez riche et complexe, des choses sont abordées – mais que je n’aborderai pas pour laisser un peu de mystères – et je suis curieuse de savoir si on va en reparler plus tard, voir tout ça et creuser la question parce que ça me semble très intéressant et prometteur. De nombreuses questions prennent déjà place dans ma tête et j’ai hâte de lire la suite pour voir ce qu’il en est.

Au niveau de l’intrigue c’est assez simple en soi, une enquête / »vol de routine »  au premier abord pour Raylene, rien de bien compliqué. Mais au fur et à mesure elle va se rendre compte que tout ça est louche et cache quelque chose de beaucoup plus grand. C’est là que l’intérêt de l’histoire arrive, c’est beaucoup plus complexe et ça n’est que vers la fin que l’on peut vraiment se rendre compte des liens entre les personnages, les faits, etc. et c’est absolument génial et délectable. Ce beau pavé de 470 pages se lit assez rapidement malgré tout et est totalement addictif.

La manière dont est menée l’histoire, on pourrait presque croire qu’il s’agit d’un thriller. Le suspense est à son comble, avec parfois une atmosphère assez sombre et oppressante qui se ressent grâce à l’écriture de l’auteur qui est vraiment agréable à lire et fluide, mais aussi par l’action qui est là sans cesse. Ça pourrait être très bien le scénario d’un thriller comme je l’ai dit, mais le fait d’avoir des vampires change quelque peu la donne, pour ça que je classe ça en urban fantasy, mais on est un peu entre deux genres et je vous avoue que ça m’a énormément plu.

La chose qui change beaucoup aussi c’est le fait que les ¾ du temps, Raylene est toute seule. Au début ça m’a surprise mais finalement j’ai beaucoup apprécié cet état de fait. Elle enquête, met son nez un peu partout, s’occupe de ses petites affaires, elle est seule. Pas d’hommes en vue (notez bien la mention du S à « homme »), du coup pas de romance (et plus si affinité) et j’avoue que ça m’a fait du bien de ne se concentrer que sur l’action pure et dure comme dans toute urban fantasy à la base. Je ne vais pas dire que je n’aime pas la romance, ou quand il y en a une, mais de temps à autre n’avoir que de l’action dans ce genre c’est très appréciable parce qu’il y a tellement à dire que ça n’est pas utile d’en avoir pour « compenser l’histoire ».

J’ai adoré le personnage de Raylene, dès les premières pages le ton est donné (c’est écrit à la 1ere personne) et je me suis dit qu’elle allait me plaire. Ça n’a pas raté, elle est très attachante, un petit côté rentre dedans, après tout elle a quelques années et a vécu toute sorte de choses. Il y a un certain côté désinvolte et en même temps elle contrôle absolument tout, elle est maniaque voire paranoïaque, mais en même temps on peut parfaitement la comprendre. Voleuse hors pair, elle risque souvent sa vie donc il vaut mieux être sur ses gardes. Mais malgré sa force (aussi bien celle que lui confère son état de vampire, que son caractère) elle a ses propres faiblesses et il y a des moments de relâchement, la rendant plus humaine à nos yeux. Elle peut être intraitable et en même temps faire preuve de compassion (petite pensée pour Pepper et Domino).

D’autres personnages gravitent autour d’elle mais comme je l’ai dit, elle est vraiment au centre de tout et prend beaucoup de place. Cependant j’avoue être très curieuse de savoir ce qui va se passer avec Ian, Adrian, Pepper et Domino. Voilà un petit monde assez proche d’elle qui pourrait nous réserver bien des surprises et puis lorsqu’on voit la fin du livre, on en veut plus de toute façon, on voit qu’une première page vient de se tourner mais ça n’est pas pour ça que c’est terminé.

En bref, voilà le premier tome d'une série très prometteuse que j'ai adoré. De l'urban fantasy qui change et qui nous transporte dans un univers original et très intéressant. On sent le travail de l’auteur et qu’il risque de nous réserver bien des surprises où l'action est plus que présente et intéressante. Des personnages haut en couleur qui promettent énormément de choses et une héroïne qui n’a rien à envier aux autres du genre. Du très lourd à lire absolument !


In My Mailbox (101)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine


Bloodshot  de Cherie Priest (Les Dossiers Cheshire Red 1)


Raylene Pendle, alias Cheshire Red, est une vampire
et une voleuse de renommée mondiale. De nature solitaire, elle évite généralement ses semblables.
Malgré tout, elle décide d’aider le vampire Ian Stott. Il a besoin de retrouver des documents secrets du gouvernement qui décrivent les expériences biologiques qu’il a subies et qui l’ont rendu aveugle. Raylene accepte sans imaginer qu’elle va être poursuivie par des scientifiques qui préfèreraient garder leurs secrets. Cette affaire risque d’être bien plus compliquée que prévu !


La fille sans visage de Patricia MacDonald

Hoffman, dans le New Jersey, une petite ville paisible, bourgeoise. Lorsqu'on apprend que le très estimé docteur Avery a poignardé sa femme, c'est la stupeur. Nina, sa fille de seize ans, est convaincue de son innocence. Quinze ans plus tard, libéré sur parole Avery revient à Hoffman. Mais la ville est-elle prête à l'accueillir ? Armée de ses seules certitudes, Nina n'a d'autre choix pour aider son père que d'explorer un passé familial douloureux. Peu à peu, les secrets des uns et des autres se dévoilent. Et la mort frappe à nouveau. Un très grand thriller où les instincts les plus noirs, les passions les plus féroces se dissimulent sous des apparences anodines.



Le vampire de Castille d'Anne-Sophie Silvestre (Les Folles Aventures d'Eulalie de Potimaron 5)

« — J’ai une autre question, mais je n’ai plus d’argent.
— Que veux-tu savoir ? demanda la gitane.
— El Vampiro existe-t-il ?
— Oui, dit-elle tranquillement.
— Qui est-il ?
— Personne ne l’a vu.
— Il peut ressembler à toute personne que nous croisons. Ecoute mon conseille : ne sors pas seule la nuit et évite de montrer ta curiosité au premier venu. L’Inquisition, à défaut de brûler le vampire, pourrait bien brûler quelques personnes qui s’y intéressent trop. »

Marie-Louise est désormais Reine d’Espagne, et Eulalie son écuyère. Madrid et la Castille se révèlent riches en découvertes, mystères et rencontres. Que Versailles est donc loin !



Comtesse Bathory de Patrick McSpare

Archiduché d’Autriche, octobre 1604.
Issue d’une glorieuse lignée princière, Erzébeth Bathory, la belle veuve du comte Nadasdy régit d’une main de fer ses domaines. Après des années de silence, Cadevrius Lecorpus réapparaît. Il ramène avec lui Anna, une fascinante sorcière dont Erzébeth tombe follement amoureuse. La magie démoniaque de l’Obscurité s’abat bientôt sur la région et, jusqu’à la Cour de Vienne, on s’émeut de la disparition de nombreuses jeunes filles. Tandis que la comtesse s’abandonne aux terribles délices des rituels régénérateurs, cinq mercenaires d’élite sont chargés de confondre celle que l’on suspecte d’activités sataniques.


La Citadelle de Céless de Jean Avril (Orianor 3)

Uriss poursuit son voyage sur le chemin fragile de sa mémoire, jusqu’aux événements les plus difficiles de sa vie. Cela réveille les démons endormis… en sortira-t-il indemne ?
Poursuivant leur route, Kahel et Blanc atteignent un des lieux les plus illustres d’Orianor : la Citadelle de Céless, cœur de la résistance humaine depuis des millénaires. L’ivatari et l’enfant trouveront-ils enfin le repos, après les années sombres du siège de Rihel ?
Loin de la citadelle légendaire, Jad, Iridia et Raygone tentent quant à eux de retrouver leur chemin à travers les monts sauvages. Cela les mènera à des endroits étonnants…


Fusion de Myra Eljundir (Kaleb 3)

La prophétie du volcan prédit l'avènement d'une nouvelle ère, initiée par l'Elu... Or qui, de Kaleb, Abigail, le colonel Bergsson ou encore Mary-Ann bouleversera à jamais le destin des enfants du volcan ? Et si la mort est la clé, tous ne sont-ils pas des morts en sursis ? Seul le Livre du volcan peut apporter des réponses à Kaleb et lui permettre de survivre au volcan qu'il a réveillé. Mais le tenir entre ses mains peut se révéler plus destructeur que tout... Ce dernier tome de la trilogie de Kaleb lève le voile sur une mythologie qui prend racine bien au-delà de ce que vous pouviez imaginer. Plus que jamais, il est question de pouvoir, de sombre passion, de manipulation machiavélique et du parfum sulfureux d'une saga millénaire dont le dénouement pourrait bien vous faire penser que tout est bien qui finit mal.



 et vous ?

Le jeudi c’est Jeu Livresque [21]



 J’avais vu des blogueuses américaines organiser un rendez-vous journalier sur un mois et quelques unes de leurs idées étaient très sympa, j’en ai parlé à Melisande, et elle m’a dit : le jeudi on n’a rien. Voilà comment est née l’idée de petit rendez-vous pour fêter l’arrivée de l’été qui permet de jouer avec nos livres pendant 8 semaines, tous les jeudi, à partir du premier jeudi de juin (06/06).


Semaine 21 : Adaptation livresque la plus attendue
Nos étoiles contraires, La cité des ténèbres, Divergent, Vampire Academy, L’embrasement ? Et j’en oublie…

C'est l'un des sujets du Top Ten Tuesday et j'avoue que je ne sais pas trop quoi répondre, je n'attends rien impatiemment parce que de plus en plus j'ai peur du rendu. Quand je vois ce qu'à donner Sublimes Créatures, je n'ai plus vraiment envie de voir les adaptations parce que ça n'est jamais fidèle au livre, il y a toujours des problèmes qui font que ça ne passe pas... Bon après je peux changer d'avis parce que la curiosité prendra le pas sur l'appréhension mais bon...

Quand j'ai vu le trailer de Vampire Academy j'ai eu peur parce que ça ne correspond pas du tout à l'univers du livre, sans compter que ça spoile énormément de choses, donc c'est pénible.

Le seul film qui ne m'a pas fait peur pour le moment c'est La Cité des Ténèbres (The Mortal Instruments) parce que les bandes annonces ont l'air prometteur, après entre ce qu'on nous montre et la réalité, il y a un monde ! J'espère ne pas être déçue en tout cas.


ET LA BANDE ANNONCE



Rébellion de Lia Habel (New Victoria 2)

Quatrième de couverture

Bram Griswold, zombie de son état, n’a rien d’un monstre, contrairement à ce que certains Néo-Victoriens voudraient faire croire à propos des morts-vivants. Il l’a prouvé à plusieurs reprises, notamment en sauvant la jeune et charmante Nora des griffes de redoutables terroristes... et il filerait avec elle le parfait amour si seulement les règles de savoir-vivre étaient un peu moins strictes !
Mais, alors que les tensions entre vivants et zombies semblaient enfin s’apaiser, Bram s’aperçoit que le virus du Lazare a muté et que des zombies incontrôlables et sanguinaires arpentent les rues, provoquant des vagues de panique. Hasard ou complot ? Et si l’Apocalypse ne faisait que commencer ?

Mon avis

J’avais gagné ce livre là lors d’un concours chez Au boudoir écarlate et depuis il était en attente de lecture pour deux raisons, la première est que j’avais d’autres choses à lire avant et la deuxième c’est que j’attendais Secret Forbidden World pour faire une lecture commune, comme lors du premier tome.

Nous voilà donc lancée toutes les deux dans cette lecture et là, je dois dire que je suis un peu redescendu de mon nuage. J’avais tellement hâte de lire ce tome 2 parce que le 1er avait été un vrai coup de cœur et que j’avais envie de retrouver cet univers si riche et ces personnages si intéressants. Sauf qu’il faut bien avouer que ce tome 2 est bien en deçà du précédent. Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture est suffisamment explicite pour savoir de quoi ça parle.

Je n’irai peut être pas jusqu’à dire que je suis déçue, mais il faut avouer que ça n'est pas terrible parce qu’il y a trop d’éléments qui ne vont pas, quand bien même j’étais ravie de retrouver l’univers, Bram, Nora, etc. Mais l’intrigue pêche complètement dans ce tome et c’est dommage.

Je ne me suis pas ennuyée, j’ai quand même pris plaisir à le lire, mais c’est vrai que pendant plus de la moitié du livre il ne se passe pas grand-chose et même moi à qui ça ne dérange pas en général, au bout d’un moment je me suis demandé quand ça allait décoller. Beaucoup de blablas, qui promettent beaucoup mais peu d’action à l’arrivée, pendant plus de la moitié du livre, c’est donc lent, très lent. C’était quand même intéressant parce qu’on a par-ci par-là des informations alléchantes qui pourront donner une bonne intrigue, il y avait vraiment matière et j’y croyais.

Mais à mesure que j’avançais dans ma lecture, moins je voyais où l’auteur voulait en venir et ce qu’elle essayait de faire. Ça n’avance pas, ça n’évolue pas tant que ça et on a la sensation de tourner en rond. L'auteur passe trop de temps à évoquer des choses qui ne servent pas forcément et ce qui pourrait être intéressant et donner plus d'action est passé sous silence et c'est donc frustrant.

Pourtant dans le dernier quart du livre, là ça décolle enfin, ça devient de plus en plus intéressant et encore une fois j’ai trouvé dommage que ça n’arrive pas plus tôt parce que c’était vraiment très bien ! On a de l’action, des révélations, de nouvelles problématiques qui doivent être prises en compte et c’était super ! J’avais vraiment très bon espoir même si ça arrivait tardivement et là, je suis arrivée à la fin… qui est très frustrante ! Et c’est pire quand on sait qu’il n’y a pas de suite…

C’est rageant parce que tout ce qui faisait que le livre était bien, dans ce fameux dernier quart, est un peu terrassé par cette fin qui aurait pu être bien si c’était celle du tome 3 (et dernier par exemple) mais pas de ce tome 2… Il reste encore beaucoup d’éléments sans réponses, on se pose encore bien des questions et c’est à se demander à quoi tout ça a servi… En plus il y a vraiment matière à faire un autre tome avec ces révélations de dernières minutes, etc. Le fait que ça se finisse comme ça, je trouve que ça casse tout. J’ai eu un sentiment d’inachevé.

Je pense que le fait d'avoir autant de points de vue n'est pas une bonne idée parce que du coup on sait trop de choses à l'avance. Le suspense n'est plus au rendez-vous et ça devient lourd aussi. Elle aurait dû se concentrer davantage sur ceux de Nora et Bram, voir un autre personnage, mais pas plus, et pas s'éparpiller sur autant de personnages différents parce qu'on finit par se perdre et à trop savoir à l’avance ce que chacun prépare dans différents clans, ça perd de son intérêt.

Le couple Bram et Nora est bien établi et ça reste ainsi du début à la fin, ce qui d'un côté je trouve dommage parce qu’on a perd un peu l'intérêt des personnages puisque tout va bien entre eux. Et un moment j’ai eu la sensation de relire le tome 1 avec quelques différences quand même mais ça faisait un peu réchauffé… Pourtant ce sont deux personnages super que j’adore, revoir Bram m’a fait plaisir, Nora a beaucoup changé aussi depuis la bataille qui s’est passée quelques mois plus tôt.

Dans ce tome on apprend beaucoup de choses sur différents personnages, notre regard change et on peut davantage les apprécier ou pas. Le fait d’avoir les points de vue de certains personnages (et donc à la 1ere personne) ça permet vraiment de les voir autrement et de mieux les connaître mais voilà, parfois on ne voit pas trop l’intérêt, certains ne sont pas assez exploités et on se demande ce qu’ils font là et pourquoi on en parle.

Je me rends compte en écrivant cette chronique que je ne fais ressortir que les points négatifs, mais en même temps il faut bien admettre qu’il y a des choses qui ne vont pas alors qu’il y avait matière pour écrire une très bonne intrigue. Il y a des choses inachevées, on nous lance des révélations de dernière minute pour ne plus en parler parce que le livre est fini et comme il n’y a pas de suite, c’est juste frustrant et on se demande pourquoi elle a fait ça. Les personnages sont toujours aussi intéressants, en on apprend beaucoup sur eux mais comme je viens de le dire, il y a des choses qui ne vont pas. Bref, pas une déception en soi, mais plus un côté dépité de voir qu’un premier tome génial a donné lieu à quelque chose de moyen. Mais si une suite vient à paraître par miracle (ça n’est pas exclu apparemment) bah je le lirai pour savoir ce qu’il en est !

Disparu ! de Laurence Fantuz (Les enquêtes d'Agathe Revais 1)

Quatrième de couverture

Lorsqu’Agathe se rend chez ses grands-parents, à Marlot, pour les vacances, elle est loin de se douter qu’une étrange disparition bouleverse ses habitants.
L’intrépide jeune fille, bien décidée à résoudre l’énigme et à démasquer le coupable, mène son enquête. Elle embarque son amie Jade et ses deux cousins dans cette aventure.
Lever le mystère n’est pas sans risque pour ces quatre détectives en herbe ! Des rivalités et des accusations vont jaillir avant qu’Agathe ne découvre la terrible vérité : une grande menace pèse sur Noël !

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Les Lucioles de m'avoir permis de lire ce livre que j'ai bien apprécié. C'est un roman jeunesse très mignon qui pourra plaire aux plus jeunes mais aussi aux adultes qui ont gardé leur âme d'enfant. Ça sera une chronique courte mais l’essentiel est là.

L’écriture est très agréable à lire et ça m’a permis de me plonger dans l’histoire dès les premières pages avec facilité. Le livre ne faisant que 117 pages, ça se lit très rapidement aussi, s’il m’a fait une heure, c’est bien le grand maximum. Je ne ferai pas de résumé de l'histoire, la 4e de couverture étant suffisante pour comprendre de quoi il s'agit et si j’en dis plus, je risquerai de tout spoiler donc je vous laisse un peu de mystère pour découvrir vous-même ce livre qui en vaut la peine. En plus c’est « bientôt » Noël, ça peut être une bonne idée pour un enfant (tout à fait le genre d’histoire qu’on pourrait lui lire avant de dormir d’ailleurs).

L’intrigue est bonne et bien menée, une petite histoire mignonne comme je l’ai dit au début. C’est une petite enquête « policière » autour d’une mystérieuse disparition (mais je ne vous dirais pas laquelle). Bon je l’avoue, j’avais compris qu’il y avait anguille sous roche un moment avec l’un des personnages donc lors de la grande révélation à la fin, ça ne m’a pas étonné plus que ça mais ça reste très sympathique à lire. Ça n’est pas tant le résultat qui compte mais plutôt la manière dont on y arrive (un peu comme en romance, on sait dès le début la fin, le tout est de voir le cheminement). La fin laisse à penser qu’une « suite » est possible, que de nouvelles aventures puissent arriver, en tout cas, moi je suis pour !

J’ai bien aimé découvrir ces 3 enfants, Agathe et ses deux cousins Baptiste et Timothée. Ils ont des caractères bien définis, des relations assez complexes parfois, dû à la différence d’âge notamment. Ils sont assez sympathiques, même s’ils ont leur défaut, ça ne les rend que plus attachant (petite pensée pour Timothée quand même qui est incorrigible).

En bref, c’est un livre très sympathique qui m’a bien plu et diverti. Ça a fait son office, c’est bien écrit, ça se lit vite, c’est agréable, les personnages sont intéressants et attachants, on prend plaisir à les suivre dans leur aventure / enquête pour retrouver le fameux « disparu ». Une lecture jeunesse mignonne.


Un monde pour Clara de Jean-Luc Marcastel


Quatrième de couverture

2027. En France. Après une catastrophe nucléaire succédant à tant d’autres, l’écologie est plus que jamais au centre des préoccupations. Les Enfants de Gaïa est une puissante secte extrémiste qui mêle discours écologiste et spiritualité. Diane, dont la jumelle Clara est morte suite à cette catastrophe, participe, avec son meilleur ami Léo, à l’une de leurs manifestations anti-nucléaire. Mais la marche pacifique tourne au combat de rue, et Diane, grièvement blessée, tombe dans le coma…Dix ans plus tard, la jeune fille se réveille. Pendant son sommeil, le monde s’est transformé.
Les Enfants de Gaïa sont à la tête du pays. Ils sont tout puissants. Et ils ont fait de Néo Lutécia, construite sur les ruines de Paris, la cité écologique idéale.
Diane y retrouve Léo, désormais lieutenant de la secte. Elle apprend qu’elle est devenue l’icône de la Révolution Verte, une incarnation vivante de Gaïa aux yeux de ses fidèles et découvre un nouveau monde bien loin de celui dont Léo et elles avaient rêvé…

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Hachette de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai adoré.

C’est une superbe histoire, bien que je sois très frustrée qu’il n’y ait pas de suite (et je ne me suis pas gênée pour exprimer toute ma frustration à l’auteur, avec quelques petites « menaces »… mais bon, ça n’a pas eu l’air d’avoir trop d’effet sur lui).

Je vous donne en 4e de couverture celle que j’avais sur mon épreuve parce que la vraie 4e de couverture du livre… est peut-être un peu trop mystérieuse et ne raconte pas grand-chose du coup c’est un peu difficile de bien se rendre compte de quoi parle l’histoire. Celle-ci est suffisamment complète pour que je n’en aie pas à en refaire une.

Lorsque j’ai commencé ce livre, je ne savais pas du tout de quoi ça parlait. Je savais juste que ça avait un rapport avec l’écologie mais rien de plus et franchement je suis contente d’avoir lu le livre comme ça parce que ça m’a vraiment permis de me plonger dans l’histoire, de découvrir l’univers pour ce qu’il est avec son intrigue, etc. et là, je peux vous dire qu’il y a quand même du niveau. Je ne suis pas fan de dystopie, (juste une fois de temps en temps) mais ce livre là pourrait me réconcilier avec le genre (de même que Partials de Dan Wells que j’ai lu peu de temps avant). Il est vraiment excellent.

Je trouve que même si le livre n’est pas très épais (moins de 350 pages, c’est respectable mais pas énorme) on a énormément d’informations dessus et on peut se rendre compte de la richesse et la complexité de cet univers. Comme quoi, même en peu de pages c’est tout à fait possible ! C’était très intéressant de découvrir ce nouveau monde, 10 ans après l’émeute et de voir les changements opérés. On voit tout un aspect idéal, écologique, propre, mais évidemment, c’est une dystopie alors on s’attend forcément à ce qu’à un moment où à un autre ça dérape, qu’il y ait un revers à la médaille. Sinon aucun intérêt, les dystopies ne sont pas des mondes idéaux où tout est beau comme au pays des Bisounours, ça se saurait. On fait table rase du passé, on apprend de ses erreurs et on recommence mais petit à petit, on découvre avec Clara ce fameux revers et les implications que cela a eu sur le reste du pays / monde.

L’intrigue est juste géniale, j’ai adoré l’idée de base, le traitement est parfait, on voit que l’auteur maîtrise parfaitement son texte. A certains moments on peut s’attendre à ce que des choses arrivent, c’est le genre qui veut ça, mais il y a tout de même beaucoup de rebondissements, d’actions, de révélations qui nous sautent dessus et nous prennent à la gorge tant c’est difficile. Diane qui a passé 10 ans loin de tout ça découvre ce qu’est devenu son monde, ce qu’on a fait d’elle, etc. et c’est très prenant et déchirant parfois. Cette histoire transmet tellement de messages qu’il fait vraiment prendre conscience de ce qu’est notre monde actuellement et ce que ça pourrait devenir à l’avenir. Les erreurs peuvent parfois se perpétrés même si l’Histoire nous a appris à nous méfier de tout… Il est parfois des moments où l’on est totalement aveugle. Tout paraît logique dans cette histoire. On n’a pas d’interrogation, tout s’explique à un moment donné, c’est une histoire complète.

Bon, sauf à la fin, comme je l’ai mentionné au début, ça m’a frustré parce que j’aurai aimé en savoir plus. Je n’aurai pas été contre un tome supplémentaire pour en faire un diptyque, je pense que c’était largement suffisant pour avoir quelque chose de très complet ; mais une fin ouverte comme ça est une bonne chose aussi pour l’histoire, on peut s’imaginer ce que l’on veut. Quand c’est trop ouvert, je ne suis pas grande fan mais ça n’empêche pas que le livre soit bon et qu’il mérite amplement d’être lu.

En plus l’écriture de l’auteur est très agréable à lire, j’ai adoré (c’est le 1er livre de lui que je lis, bah ça me donne vraiment envie de me jeter sur Louis Le Galoup qui est en attente). La narration est à la 3e personne mais on reste la plupart du temps focalisé sur Diane, ses pensées.

Diane, un personnage que j’ai adoré. Elle doit réapprendre à vivre dans un monde qui lui est totalement inconnu, on lui présente toutes les améliorations, ce monde si parfait mais à mesure son regard change. La jeune adolescente un peu perdu devient un peu plus femme, elle prend conscience de ce qui l’entoure et sa manière d’être va changer. J’ai beaucoup aimé l’évolution du personnage et même si parfois elle fait des erreurs, j’ai envie de dire que ça n’est pas de sa faute et tente par tous les moyens d’arranger les choses. Une héroïne comme on les aime. Et j’ai aussi adoré la manière dont Clara, sa sœur jumelle est mise en scène, mais je n’en dirai pas plus à ce sujet, mais le titre du livre prend tout son sens très rapidement mais pas uniquement grâce à cela….

Quant à Léo, c’est un personnage plus complexe qui se dévoile à mesure de l’histoire. Il nous fait ressentir toute sorte d’émotion, c’est assez complexe et en même temps… Je m’attendais à quelque chose du genre mais ça n’en reste pas moins frustrant de voir ce qui lui est arrivé. Il entretient une relation assez ambiguë avec  Diane mais j’ai bien aimé la manière dont c’était traité. Ça a plus de sens que ça se passe ainsi… Mais je n’en dirai pas plus (non je ne dirai pas s’il y a une romance ou pas, etc. vous découvrirez ça tout seul en lisant le livre !).

En bref, ce livre est simplement génial, prenant, déchirant et dur parfois mais avec un certain espoir pour un monde nouveau et beau. Comme toute dystopie qui se respecte, ce livre permet de nous « bousculer » (pour rester polie), nous faisant comprendre de certains travers ; de ce que peut être le monde si jamais rien ne change. Un beau message écologique car effectivement, vu ce qu’on entend actuellement, ça n’est peut être pas encore trop tard pour agir. Des personnages très attachants (la plupart du temps) et intéressants qui évoluent énormément du début à la fin. Une très bon et beau livre que je conseille fortement !

PS : Sinon j’ai pu rencontrer l’auteur vendredi 11 octobre (comme vous avez pu le comprendre lorsque j’ai dit que je l’avais menacé à cause de la fin de ce livre) et voilà ma dédicace, je me devais de la montrer parce qu’elle est juste magnifique !


In My Mailbox (100)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine


Le jardin secret d'une princesse d'Anne-Sophie Silvestre (Marie-Antoinette 1)

1 768. Salon, de l'Impératrice, d'Autriche. " Monsieur Vermond, ma chère fille Antoinette va épouser le dauphin de France. Or, elle connaît à peine le français, se conduit en enfant plutôt qu'en princesse, et s'en soucie fort peu. Nous avons deux ans pour faire d'elle une dauphine dont nous pourrons être fiers. " Des jardins de son enfance au château de Versailles, une princesse se prépare à devenir reine.


Notre Secret de Jessica Warman

Alice et Rachel sont des jumelles parfaitement identiques mais au caractère très différent. Depuis le décès de leurs parents dans un accident de voiture auquel elles ont réchappé de peu, Alice est perturbée et a du mal à s’entendre avec sa tante, la sœur (elle aussi jumelle) de sa mère qui les a recueillies. Parfois, lorsque les tensions sont trop fortes, Rachel prend la place d’Alice. Un jour, alors qu'elles ont échangé leurs identités et sont dans une fête foraine avec des amis, Rachel disparaît. Alice est morte d’inquiétude, puis terrifiée lorsqu’elle commence à ressentir des douleurs puis à voir apparaître sur son corps des blessures étranges…



658 de John Verdon (Une aventure de l'inspecteur Gurney 1)

Ancien alcoolique reconverti en gourou pour milliardaires dépressifs dans une clinique très privée, Mark Mellery reçoit un jour une lettre anonyme, lui demandant de se prêter à un petit jeu d'esprit à première vue inoffensif... Mais l'énigme ne tarde pas à prendre une tournure sanglante et terrifiante.
Appelé à résoudre une enquête en apparence insoluble, semée d'embûches et d'indices trop flagrants pour être honnêtes, le légendaire inspecteur David Gurney, jeune retraité du NYPD bientôt rattrapé par les démons de l'investigation, se lance aux trousses d'un meurtrier aussi inventif que machiavélique pour qui le décompte macabre ne fait que commencer...



Fall of Night de Rachel Caine (Morganville Vampires 14)

Claire never thought she’d leave Morganville, but when she gets accepted into the graduate program at MIT, she can’t pass up the opportunity. Saying good-bye to her friends is bittersweet, especially since things are still raw and unsettled between Claire and her boyfriend, Shane.
Her new life at MIT is scary and exciting, but Morganville is never really far from Claire’s mind. Enrolled in a special advanced study program with Professor Irene Anderson, a former Morganville native, Claire is able to work on her machine, which is designed to cancel the mental abilities of vampires.
But when she begins testing her machine on live subjects, things quickly spiral out of control, and Claire starts to wonder whether leaving Morganville was the last mistake she’ll ever make... 



La voie de la prophétie de Brandon Mull (Beyonders 3)

Après tant de périples et tant de batailles, Jason et Rachel considèrent désormais la terre magique de Lyrian comme la leur. Pourtant, selon la prophétie de l'oracle, un seul d'entre eux pourra y rester. Il leur faudra d'abord mener chacun de leur côté la guerre qui les oppose au terrible despote Maldor. Leurs courageux alliés sont puissants, mais l'empereur l'est plus encore, et beaucoup devront sacrifier leur vie pour le renverser.



Disparu ! de Laurence Fantuz  (Les enquêtes d'Agathe Revais 1)

Lorsqu’Agathe se rend chez ses grands-parents, à Marlot, pour les vacances, elle est loin de se douter qu’une étrange disparition bouleverse ses habitants.
L’intrépide jeune fille, bien décidée à résoudre l’énigme et à démasquer le coupable, mène son enquête. Elle embarque son amie Jade et ses deux cousins dans cette aventure.
Lever le mystère n’est pas sans risque pour ces quatre détectives en herbe ! Des rivalités et des accusations vont jaillir avant qu’Agathe ne découvre la terrible vérité : une grande menace pèse sur Noël !


Moi, l’amour et autres catastophes de Karen Templeton

Se faire abandonner par son fiancé au pied de l'autel n'a jamais été une partie de plaisir, mais quand dans la même semaine vous perdez votre appartement et votre emploi, c'est carrément la catastrophe ! Et je sais de quoi je parle, puisque c'est très exactement ce qui vient de m'arriver. Au début, j'ai cru que jamais je n'allais m'en remettre. Pourtant, quelques centaines de litres de glace Ben & Jerry's plus tard, j'ai décidé qu'il était temps de contre-attaquer. Moi, Ginger Petrocelli, New-Yorkaise branchée, talentueuse décoratrice d'intérieur, fille modèle et meilleure amie exemplaire, finir ma vie célibataire dans la chambre d'amis de chez mes parents ? Hors de question ! Ma décision était prise : j’allais me trouver un boulot et un toit au plus vite. Et pourquoi pas l'homme de ma vie par la même occasion ?



L’ange de l’ombre de Stephanie Chong (La Compagnie des Anges 2)

Le corps sensuel de la démone émerge d'une nappe de brouillard. Elle est si vivante qu’elle semble réelle. Oubliant tout le dégoût qu’elle a pu lui inspirer, il n’est plus capable que d'une seule émotion : le désir…
Emergeant de son rêve, Brandon tente de recouvrer sa lucidité. En aucun cas, il ne doit se laisser envoûter par celle qu’il est censé capturer pour la compagnie des anges. Car Luciana est une sorcière qui se cache depuis des siècles dans le secret de son palais vénitien. Un démon sanguinaire qui puise ses pouvoirs dans le sang des vierges qu’elle immole… Pourtant, jour après jour, Brandon mesure l’extrême complexité de sa mission. Car Luciana est également la créature la plus belle qu’il ait jamais rencontrée et, chaque nuit, elle lui suggère des rêves d’un érotisme sans limites. Au risque de le corrompre et de réveiller en lui la part d’ombre qui sommeille.



Un prince charmant, s’il vous plaît de Jill Shalvis

La comédie sentimentale contemporaine telle qu’on l’aime : tendre, mutine et sexy.
Se lancer dans une véritable relation. Trop risqué, merci ! Cami préfère accepter les blind-dates organisés par sa mère, déterminée à la caser…, et se consacrer à son job de décoratrice. Pour l’aider, elle vient d’embaucher un entrepreneur, Tanner James. Le hic, c’est que celui-ci la regarde avec un petit sourire en coin chaque fois qu’elle se pomponne pour ses rendez-vous arrangés… et qu’il a l’air habile de ses mains pour un tas d’autres choses que le bricolage…
« Les hommes, c’est terminé ! » lance Dimi, excédée par sa vie amoureuse… avant de se rendre compte de sa gaffe : elle est déjà à l’antenne et les milliers de téléspectateurs de sa célèbre émission de cuisine l’ont entendue. Y compris le nouveau directeur des programmes, Mitch Knight, qui a un tout autre avis sur la question : pour relancer l’audience, il exige au contraire que Dimi ajoute deux ingrédients à ses recettes – de l’humour… et une bonne pincée de sexe.


Le lys et le léopard d'Anne O’Brien

En cette année 1415, alors que la guerre de Cent Ans fait rage depuis des décennies, Catherine de Valois, fille du roi de France, est offerte en tribut au vainqueur d’Azincourt, le roi Henri V d’Angleterre. Eblouie par son royal époux, la jeune reine rêve quelque temps de s’en faire aimer, avant de comprendre que c’est son héritage que le roi convoite et que son seul désir est qu’elle lui donne un enfant qui puisse un jour porter les deux couronnes de France et d’Angleterre. Hélas, Catherine vient à peine de mettre au monde le fils tant attendu, que Henri meurt subitement. Enjeu d’alliances et de violentes convoitises, la jeune reine est obligée de vivre sous tutelle, prisonnière d’une cour qui lui dénie le droit d’avoir encore un coeur.
Jusqu’au jour où, parmi les gens de sa maison, un Gallois, Owen Tudor, attire son attention. Une union interdite à une femme de son rang. Mais, résolue à tout risquer, Catherine décide de prendre son destin en main, et de braver ceux qui ont fait d’elle l’otage de la couronne et de leurs propres ambitions.



 et vous ?