Rechercher dans ce blog

31/01/2017

Les bébés, ça pue ! de Clémentine Beauvais (Les Royales Baby-sitter 1)

Quatrième de couverture

Anna et Holly Brillante ont trouvé LE programme pour des vacances de RÊVE ! Plongée dans la lave d’un volcan, cocktails martiens, polo à dos de bébés éléphants… Tout est possible ! Seulement, ce petit séjour avec chocolat chaud/limonade/bouillon de poule/chamallows géants à volonté n’est pas gratuit. Et donc, pour se les payer, il faut qu’elles se trouvent un petit boulot. Heureusement, le roi et la reine de Brittonie partent justement pour leur voyage annuel en République indépendante de Bouillasse, et il leur faut des baby-sitters pour garder leur progéniture. Une seule journée de baby-sitting suffirait à couvrir tous les frais des vacances de Anna et Holly… Facile !! … ou pas. Anna et Holly découvrent bien vite que ce n’est pas un, mais six petits (monstres) princes qu’elles vont devoir garder. Pire, le royaume de Brittonie est envahi par l’infâme Oroméoroméo, roi des Danniens, ennemi juré du roi Steve et de la reine Sheila… Cette journée de travail pourrait bien être la plus longue de leur vie !

Mon avis

Voici le premier tome des Royales Baby-sitter, la série jeunesse de Clémentine Beauvais, dont j’ai pu lire jusqu’à présent que les livres pour adolescents (Les Petites Reines et Songe à la douceur). J’étais donc curieuse de lire ce livre et voir ce que ça pouvait donner, je ne suis pas déçue de ma lecture qui m’aura bien fait sourire.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent vite pour s’en rendre compte. Les bébés, ça pue ! est un roman frais, drôle et léger qui ne pourra que plaire. C’est une histoire très efficace, simple en soi où les problèmes ne font que s’enchaîner.

Lorsque Anna et Holly vont se rendre compte du nombre de princes à s’occuper avec les contraintes qui vont avec, l’invasion du royaume voisin pendant l’absence du roi et de la reine, ce ne sont que le début des problèmes, il faut savoir composer. Et lorsqu’on pense que cela va enfin s’arranger, d’autres soucis surgissent.

On est sans cesse dans la surenchère, allant de catastrophes en catastrophes ce qui fait évidemment rire et sourire car on se demande bien comment les deux sœurs vont pouvoir s’en sortir. L’action arrive dès les premières pages de sorte que l’on n’ait pas le temps de s’ennuyer et de passer un bon moment de lecture.

Les personnages sont attachants et sympathiques, les deux sœurs ont une personnalité qui leur est propre, très différentes l’une de l’autre mais le moins que l’on puisse dire c’est qu’elles savent en partie gérer une situation critique. La manière de faire n’est pas toujours la bonne mais le résultat est plutôt probant.

Quelques illustrations égayent l’histoire ce qui nous permet de nous figurer de certaines situations. C’est toujours un petit plus dans les premières lectures pour que les enfants imaginent plus facilement ce qui est en train de se passer. Les illustrations sont en noirs et blancs, un style assez plaisant, à l’image de la couverture, après on aime ou pas, les goûts et les couleurs ça ne se discutent pas.

En bref, Les bébés, ça pue ! est un roman amusant et léger qui ne pourra que plaire aux enfants. de quoi passer un bon moment de lecture en compagnie de ses deux sœurs qui ne pensaient faire qu’un simple baby-sitting pour se payer des vacances de rêve au lieu de quoi elles vont vivre une aventure hors du commun qu’elles ne sont pas prêtes d’oublier !

30/01/2017

Une journée avec Mousse de Claire Lebourg

Quatrième de couverture

Ah ! que la vie est douce, quand on est au bord de la plage, loin du tumulte du monde, avec le bruit des vagues pour compagnie. Elle est comme ça, la vie de Mousse. Le matin, il sort se promener sur le sable. Il se baigne dans l’eau fraîche. Et il attend que la marée vienne lui apporter les petits trésors du jour. Mais aujourd’hui, c’est un drôle de visiteur qui débarque dans son salon. Un visiteur vraiment inattendu...

Mon avis

Une journée avec Mousse est un petit roman que l’on m’a conseillé de lire au boulot (je suis la testeuse des premières lectures). L’avantage des premières lectures, romans destinés aux 6/8 ans, est que ça ne prend pas beaucoup de temps, vu ma PAL c’est toujours bon à prendre. Et d’autant plus que cette lecture ne m’a pas passionné, donc vite lu et vite oublié…

C’est un roman qui se laisse lire mais je n’ai pas vraiment aimé parce que le fond de l’histoire me dérange un peu. Mais peut-être suis-je la seule à le voir ainsi…

Nous découvrons le quotidien de Mousse, qui vit en bord de plage, tout seul. Le farniente et la tranquillité jusqu’au jour où un visiteur inattendu arrive dans la vie de Mousse : une sorte de morse, un peu pique assiette qui se pense chez lui et n’hésite pas à s’imposer. Chose qui déplait fortement à Mousse mais dont il va finir par s’accommoder. Par la suite, il va tomber malade et Mousse va s’occuper de lui pour le guérir et une certaine amitié commence à se développer entre les deux personnages. Mais toutes les bonnes choses ont une fin… ou pas.

L’histoire est divisée en trois parties, la première consiste à la rencontre entre Mousse et son fameux visiteur, la deuxième est sur le moment où Mousse va s’occuper de ce dernier parce qu’il est malade. Enfin la dernière est centrée sur le départ du morse et le retour à la tranquillité pour Mousse. Départ qui évidemment va quelque peu peiné Mousse qui s’est pris d’affection et se demande ce qu’il va advenir de lui. chose que nous lecteur savons à la dernière page.

J’avoue que l’histoire ne m’a pas emballé plus que ça, parce qu’on a un personnage qui s’impose et se croit chez lui. Si au début Mousse n’apprécie pas cet aspect, rapidement il va penser que tout cela est normal et va même jusqu’à s’occuper de lui lorsqu’il va être malade. Et quand le moment du départ arrive, il s’en retrouve peiné et se demande ce que son « ami » va faire. Je ne suis pas très fan du concept mais peut-être qu’il n’y a que moi qui voit ici un problème.

Les illustrations sont assez mignonnes en revanche, à l’image de la couverture avec des couleurs assez pâles. Le rendu est assez chouette mais ça ne fait pas tout, si l’histoire n’est pas top, les dessins ne rattrapent pas pour autant ce livre.

En bref, Une journée avec Mousse ne m’a pas vraiment convaincu. Ça se laisse lire mais je n’ai pas aimé l’histoire plus que ça car dans le fond on montre une amitié naissante avec une pique assiette, mouais... J’ai lu mieux en premières lectures.

A partir de 7 ans.

C'est lundi, que lisez-vous ? [88]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?



En terme de romans, je n'en ai pas lu beaucoup cette semaine mais ça a été de bonnes lectures, que ce soit Marquer les ombres qui m'a bien plu ou encore Indocile Angelica qui est bien plus sympathique que les deux tomes précédents. Faux frère, vrai secret a été lu dans la soirée / nuit, et il était sympa, même si je m'attendais un peu à autre chose. Quant aux premières lectures et albums, ça a été de bons moments de lecture aussi. Je vous en reparle très vite !


Phobie douce de John Corey Whaley

De toute façon, Solomon n'avait jamais besoin de sortir de la maison. Il avait de la nourriture. Il avait de l'eau. Il pouvait voir les montagnes depuis la fenêtre de sa chambre. Ses parents étaient si occupés qu'il organisait sa vie à la maison à sa guise. Jason et Valérie Reed n'intervenaient pas, parce que finalement céder à leur fils était la seule solution pour qu'il aille mieux. À L'âge de seize ans, il n'avait pas quitté le domicile familial depuis trois années, deux mois et un jour. Il était pâle, assez souvent pieds nus, et allait plutôt bien.



Bon, je n'en ai toujours pas lu un seul de cette liste, il va falloir y remédier !

29/01/2017

La fille qui navigua autour de Féérie dans un bateau construit de ses propres mains de Catherynne M. Valente (Féérie 1)

Quatrième de couverture

Septembre est une jeune fille qui aspire à l’aventure. Quand elle est invitée en Féérie par le Vent Vert et le Léopard des Petites Brises, bien sûr, elle accepte. Qui ne le ferait pas à douze ans ? Mais Féérie est dans la tourmente, sous le règne écrasant d’une Marquise maléfique.
Cheminant en compagnie d’un vouivre amoureux des livres et d’un étrange garçon bleu, presque humain nommé Samedi, elle perdra : son ombre, sa chaussure, son cœur et bien sûr son chemin. Mais dans l’aventure, elle trouvera le courage, l’amitié, une cuillère un peu spéciale et bien plus encore. Elle seule détient la clef qui rétablira l’ordre et le bonheur en Féérie…

Mon avis

La fille qui navigua autour de Féérie dans un bateau construit de ses propres mains est un roman que m’a conseillé Lothfleur alors qu’on était au Salon de Montreuil. Elle l’avait lu en anglais et l’avait beaucoup apprécié alors j’ai fini par craquer et me le procurer. Chose que je ne regrette pas le moins du monde car cela a été une très belle découverte, j’ai adoré ma lecture.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte.

L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide, mais je vous avoue que j’ai mis pas mal de temps pour le lire. Enfin tout est relatif, pour moi quasi une semaine sur un même livre c’est énorme. Bon je pense que je n’étais pas dans les meilleures dispositions non plus au moment de sa lecture, la fatigue n’aidant pas, mais comme c’est écrit assez petit, on reste pas mal de temps sur une même page et parfois je n’avais pas la sensation d’avancer, alors même que l’histoire était intéressante et prenante. Ma lecture a été un petit peu difficile mais c’est plus dû à moi qu’au livre. Cela s’est avéré avec la lecture de Mémoire cachée de Sebastian Fitzek dont je dévore qu’en quelques jours les livres aussi.

L’univers est vraiment intéressant et j’ai pris beaucoup de plaisir à le découvrir. Et je ne cache pas le fait que cette histoire m’a fait fortement penser à Alice au pays des merveilles et au Magicien d’Oz. Deux univers un peu décalé avec ses propres codes et une aventure quelque peu hors du commun où l’on va de rencontres en rencontres. C’est exactement ce qui va se passer pour Septembre. Elle va en premier lieu se faire enlever par le Vent Vert et rencontrer plein de personnages, dont la vouivre, ce garçon bleu, etc. qui vont tour à tour lui expliquer les codes de l’univers et lui demander certaines choses à faire.

L’intrigue est bonne et bien menée, on ne s’ennuie pas un seul instant et l’action est omniprésente. Comme l’on passe de personnages en personnages comme Alice ou Dorothy, les rencontres et problèmes sont nombreux, de quoi passer un bon moment de lecture. J’étais très curieuse de découvrir ce qui allait arriver à Septembre et aux autres personnages. Ce n’est qu’au fur et à mesure que l’on comprend les tenants et les aboutissants et je peux vous dire que vous êtes loin de vous imaginez tout ce qui va arriver. Les révélations finales m’ont bien surprises et me donnent envie d’en savoir plus. Cela change grandement de ce que j’ai pu lire, c’est très original et bien fait parce qu’on ne se doute pas du tout de ça ! J’ai hâte de recevoir le 2e tome pour poursuivre les aventures de Septembre.

Les personnages sont attachants et sympathiques, que ce soit Septembre cette héroïne intrépide au grand cœur qui est prête à tout pour aider les autres et en même temps elle a ses propres peurs et faiblesses. Quant à A à L, le vouivriothèque, j’en veux un ! Il est trop chou !

La seule chose gênante dans ce livre est son titre à rallonge parce que je vous avoue qu’à écrire c’est long mais à retenir difficile ! Même si maintenant tout va bien, au début c’était compliqué. Quelle idée d’appeler son livre : La fille qui navigua autour de Féérie dans un bateau construit de ses propres mains en même temps ! Mais quand on lit le livre, effectivement, tout prend sens…

En bref, ce premier tome de Féérie est une jolie découverte, je suis contente de l’avoir lu et vous conseille à mon tour de le lire. C’est une invitation au voyage et à l’aventure qui n’est pas sans rappeler Alice au pays des merveilles ou le Magicien d’Oz. Vous ne vous ennuierez pas aux côtés de Septembre et de A à L, le Vouivriothèque !

In My Mailbox (268)



In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine

Jeu d’attirance de Jennifer L. Armentrout (Wait for You 5)

Même si elle n’a pas encore eu de preuve tangible de son existence, Stephanie croit en l’amour. Le vrai, le grand, l’unique. En attendant qu’il daigne se montrer, elle se consacre à son job et s’offre quelques breaks avec des amants de passage. Des hommes comme Nick : disposés à l’aider à porter un carton ou à lui offrir un verre, entre autres choses…
A priori, tous deux obéissent aux mêmes règles : du plaisir, pas d’attaches, pas de second round. Mais ne dit-on pas que les lois sont faites pour être contournées ?


Carry On de Rainbow Rowell

Simon Snow déteste cette rentrée. Sa petite amie rompt avec lui ; son professeur préféré l’évite ; et Baz, son insupportable colocataire et ennemi juré, a disparu. Qu’il se trouve à l’école de magie de Watford ne change pas grand-chose. Simon n’a rien, mais vraiment rien de l’Élu. Et pourtant, il faut avancer, car la vie continue…


Eleanor & Park de Rainbow Rowell

1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s’installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l’ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths… Et qu’importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là.


Au coeur du silence de Graham Joyce

Zoe et Jake passent des vacances d’hiver idylliques dans les Pyrénées, amoureux comme au premier jour. Mais ils sont pris dans une avalanche et n’en réchappent que miraculeusement. De retour, ils trouvent le village et leur hôtel déserts, sans âme qui vive. Sans doute la zone a-t-elle été évacuée : passé l’euphorie de s’en être miraculeusement sortis, vient, pour eux, la peur de subir une nouvelle avalanche. Le couple tente donc de fuir coûte que coûte. Mais la neige et le brouillard, entre autres, en ont décidé autrement. Bloqués, Zoe et Jake vont devoir rester dans le village vidé de ses habitants, seuls au cœur du silence.


Faux frère, vrai secret d’Olivier Gay

Une catastrophe peut en cacher une autre... 
Léa menait une vie normale entre les cours, les livres et ses amis, jusqu’au jour où des proches de son père meurent dans un accident de voiture.
Leur fils de seize ans, Mike, devenu orphelin, emménage sous le même toit qu’elle. Difficile de devoir partager l’appartement familial (et sa salle de bains) avec un parfait inconnu...
Si seulement c’était tout ! Mais Mike ne connaît pas les codes du lycée, se montre trop parfait pour être honnête et n’a pas peur des brutes que tout le monde fuit.
Léa est bien décidée à découvrir quel secret cache son nouveau frère sous ses airs de superhéros…




Et vous ?

28/01/2017

Yanabosse et le Brahima-shatam-Ô-boktatou de Yann Rambaud (Yanabosse 1)

Quatrième de couverture

Il était une fois une forêt sinistrement sinistre.
Il était une fois, dans cette forêt, une sorcière nommée Yanabosse. Une vraie de vraie sorcière, avec des verrues, le nez crochu, un balai qui louche, et un chat qui aboie.
Il était une fois une fillette qui voulait rencontrer la sorcière. Mille cloportes ! Comme elle peut être enquiquinante, cette Abigaïl : tout le temps en train de poser des questions !
Et tout ça pourquoi ? Pour avoir la recette du Brahima-shatam-Ô-boktatou, bien entendu !

Mon avis

J’étais curieuse de découvrir le nouveau livre de Yann Rambaud car j’ai à chaque fois été séduite par son écriture et son univers. Et une fois de plus, je n’ai pas été déçue du voyage.

Yanabosse est une sorcière, avec toutes les caractéristiques qui vont avec : le physique disgracieux (un nez crochu et des verrues), le balai, le chat qui a la particularité d’aboyer et un canard assez étrange. Puis un jour, sa tranquillité est mise à mal lorsqu’une petite fille : Abigaïl se présente à elle pour la rencontrer ! Mais Yanabosse ne supporte pas cette petite fille qui pose sans cesse des questions et encore moins lorsqu’elle se rendra compte de son identité !

Ce premier tome est mignon et frais et j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre l’histoire de Yanabosse et Abigaïl, cette petite fille dont le rêve était de rencontrer la sorcière, malgré son caractère de cochon… L’intrigue est bonne et bien menée et l’on se demande bien ce que peut être ce fameux Brahima-shatam-Ô-boktatou. Le nom imprononçable, je vous avoue que je m’arrêtais souvent au premier mot lors de ma lecture.

L’action arrive dès les premières pages et est bien rythmée de sorte que l’on n’ait pas le temps de s’ennuyer. C’est intriguant et amusant à la fois parce que le comportement de Yanabosse et de son fidèle canard ne peut que nous faire sourire.

L’écriture est toujours aussi superbe, bien que différent de ses autres romans où il y avait une certaine maturité et gravité, il faut dire que les sujets l’étaient bien plus qu’ici alors que là, on sent que l’auteur a pris plaisir à s’amuser à nous raconter cette histoire bien plus légère et drôle. Le roman est assez court et aéré ce qui est parfaitement adapté pour de jeunes lecteurs qui veulent se lancer dans la SFFF.

Les personnages sont agréables et sympathiques, même si Yanabosse a un caractère de cochon, elle apparaît quand même comme quelqu’un de gentil. Elle peut nous surprendre par bien des manières et j’ai envie de davantage la connaître. Tout comme Abigaïl dont les aventures ne font que commencer ! Mais c’est sans compter sur les animaux qui entourent Yanabosse qui eux aussi ont leur importance et dont on ne peut que s’attacher.

En bref, Yanabosse et le Brahima-shatam-Ô-boktatou est un premier tome très sympathique que j’ai pris plaisir à découvrir. Les personnages sont attachants et nous promettent des aventures extraordinaires. C’est frais et léger avec une intrigue bonne et bien menée, je suis très curieuse de voir ce que la suite va donner maintenant !

27/01/2017

Mémoire cachée de Sebastian Fitzek


Quatrième de couverture

Berlin, de nos jours. Un homme se réveille dans un abri sous le métro. Il a été blessé par balle à l’épaule. Il ne sait pas ce qu’il fait là. Il ne se rappelle pas qui il est. Seul indice, ce prénom tatoué dans la paume de sa main droite : Noah.
C’est en découvrant, dans un journal, la photographie d’un tableau qu’il a un déclic ! Ce tableau, c’est lui qui l’a peint. Il décide alors de contacter la journaliste, prénommée Céline.
À son côté, Noah recouvre peu à peu sa mémoire, pour le meilleur… mais surtout pour le pire ! Un groupuscule extrémiste, persuadé que la Terre est trop peuplée, a inoculé à l’ensemble de la population mondiale un effrayant virus.
Aujourd’hui, ils vont l’activer. C’est alors le début d’une course contre la montre pour Noah et Céline. Le temps est compté avant que des milliards d’êtres humains ne soient atteints par cette pandémie sans antidote connu.

Mon avis

Mémoire cachée est le dernier roman (pour le moment) de Sebastian Fitzek. Pour ceux qui le savent, c’est mon « grand malade n°1 » en matière de thriller. J’adore ses romans car à chaque fois je me fais totalement avoir parce qu’il arrive à nous surprendre à la toute dernière minute et à nous offrir des histoires extraordinaires et haletantes.

Avec Mémoire cachée, il réitère mais nous propose tout de même une histoire très différente des autres romans que j’ai pu lire. Si ces derniers étaient surtout des thrillers psychologiques avec un certain compte à rebours (notamment pour la série d’Alexander Zorbach), celui-là est plus porté sur le mystère et la politique et l’écologie. Autant de thèmes intéressants car cela nous propose un thriller vraiment haletant et prenant. Dès qu’il est question de politique ça m’intéresse (comme dans la Fantasy) et le côté écologique qui est mis en avant ici permet de faire réfléchir.

Attention, ce n’est pas un traité ni un essai sur l’écologie, loin de là, mais il permet de voir notre monde autrement et cela peut faire réagir. D’ailleurs, une note de l’auteur à la fin de l’ouvrage va un peu dans ce sens. Certes, on n’est pas parfait et on ne peut pas révolutionner le monde seul mais en agissant ensemble, à plusieurs, cela peut tout de même faire changer les choses. A méditer…

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent relativement vite pour voir où l’auteur nous emmène… du moins dans une certaine mesure car Sebastian Fitzek reste Sebastian Fitzek et saura nous surprendre jusqu’au bout, dans les dernières pages pour faire un revirement de situation. Mais cela nous donne une première idée du type d’histoire auquel on est confronté.

J’ai adoré lire ce roman qui est très intriguant. Le fait d’avoir un personnage amnésique nous met dans la même situation que lui, on ignore tout et l’on comprend ce qui se passe en même temps que lui, lors de ses propres découvertes. Cela permet de maintenir un certain suspense et de se poser énormément de questions sur son compte et sur la situation actuelle dans le monde avec cette épidémie qui se répand à grande vitesse. L’action arrive dès les premières pages, il y a des moments de pauses pour reprendre notre souffle et aussi pour comprendre les enjeux mais ce n’est que pour mieux repartir sur des chapeaux de roue.

En parallèle nous suivons d’autres personnages, notamment Céline, la journaliste, mais aussi Alicia et ses fils qui habitent aux Philippines où une maladie : la grippe de Manille fait des ravages ou encore d’autres hommes bien mystérieux. L’auteur a l’art et la manière de nous embrouiller, il nous montre beaucoup de choses et rien tout à la fois, gardant ainsi le mystère et le suspense le plus longtemps possible avant de nous donner quelques informations par-ci, par-là pour que l’on se rende compte de ce qu’il nous montre.

En bref, Mémoire cachée est un très bon roman que je vous recommande. C’est assez différent de ce que Sebastian Fitzek a pu écrire tout en retrouvant sa patte habituelle. L’intrigue est bonne et bien menée avec son lot d’action et de suspense pour nous donner envie à chaque instant d’en savoir plus. Les personnages sont attachants et sympathiques dans l’ensemble et l’on suit avec attention leur aventure. Un roman que je vous conseille fortement, en même temps c’est Fitzek, cela n’a rien d’étonnant venant de ma part.

26/01/2017

Un amour sur mesure de Roland Fuentès et Alexandra Huard


Quatrième de couverture

Au royaume de Micromagne, tout aurait été parfait s’il n’y avait eu deux habitants malheureux...
Garganton, le géant minuscule, n’était guère aimé des autres géants et Mimolette, la naine immense, était rejetée par ses congénères, les nains. Un jour, le géant tout petit et la naine très grande se rencontrèrent…

Mon avis

Un amour sur mesure raconte l’histoire de Garganton, un géant minuscule par rapport à ses pairs et Mimolette, une naine très grande et tous deux sont rejetés par leur semblable parce qu’ils sont différents.

Un jour ils décident l’un et l’autre d’aller rencontrer le roi de l’autre peuple pensant être accepté car d’un point de vue taille, ils seraient semblables bien qu’ils n’aient pas la même origine. Mais là encore c’est un échec car même s’ils sont grands ou petits, ils ne sont pas des géants ou nains.




Puis un jour, Garganton rencontre Mimolette et racontent leur histoire respective qui est similaire même si la raison en diffère. Une rencontre inattendue qui risque fort de changer leur avenir.


Un amour sur mesure est une histoire sur la différence et la tolérance, sur le fait d’accepter ce que l’on n’est plutôt que voir ce que l’on n’est pas. Lors de leur rencontre, Garganton et Mimolette vont se rendre compte qu’il est bien plus intéressant de vivre comme l’on est, d’être considéré pour ce que l’on est plutôt que pour ce que l’on devrait être, aux yeux des autres.


C’est un très beau message car il est vrai qu’aujourd’hui on voit en premier lieu ce que l’on n’est pas plutôt que ce que l’on est réellement, difficile de trouver sa place dans ces conditions parce qu’on ne rentre pas dans le moule. Mais il faut faire fi de tout ça et vivre comme on l’entend, sans s’en soucier.


Les illustrations sont assez sympathiques, c’est simple, tout en aplat, après c’est une question de goût, on aime ou pas. Je ne peux pas trop juger pour vous mais je trouve que ça fait un bel ensemble et correspond bien à ce type d’histoire.

En bref, Un amour sur mesure est un bel album qui prône la différence et la tolérance ainsi que le fait de s’accepter tel que l’on est et ne pas devenir quelqu’un d’autre parce que l’on ne correspond pas à ce que les autres attendent de nous.

A partir de 4 ans.

25/01/2017

Never Never, saison 3 de Colleen Hoover et Tarryn Fisher


Quatrième de couverture

Silas et Charlie vont-ils enfin retrouver la mémoire ?
Depuis qu’ils ont réalité, un matin, qu’ils ne se souvenaient plus de rien, ils ont cherché à comprendre ce qui leur arrivait et pourquoi.
Grâce à des journaux intimes, des lettres, ils savent qui ils sont et ont élucidé une partie du mystère.
Mais, maintenant, ils veulent savoir comment ne plus oublier. Jamais, jamais.
La réponse est certainement en eux-mêmes.

Mon avis

Après avoir terminé le 2e épisode de Never Never, je me suis lancée directement dans ce 3e et dernier volume. Étant donnée les circonstances, je ne pouvais pas ne pas lire cette suite parce que je voulais enfin avoir le fin mot de tout ça et je dois dire que je suis un peu déçue. Je m’attendais à autre chose et là, ça semble un peu facile…

C’est dommage parce que l’idée de base était vraiment très bonne, les auteurs savent nous tenir en haleine et nous donner envie d’en savoir plus, mais au final, il m’a manqué quelque chose pour que ce soit vraiment bien. Je pense qu’il aurait fallu davantage développer l’univers et prendre plus de temps que de faire 3 tomes de 200 pages où l’on a la sensation qu’il ne se passe pas grand-chose.

Le début commençait bien, l’histoire reprend directement après la fin du 2e tome, on s’attend à certaines réactions et l’on peut également voir les premiers changements suite aux réflexions de Silas. Dans l’ensemble l’intrigue se déroule plutôt bien et est intéressante mais c’est dans la résolution que c’est plus problématique pour moi. La raison de cette amnésie est peut-être un peu trop simple et facile et je n’y ai pas totalement adhéré.

Mais là où j’ai été le plus frustrée c’est par rapport à toute cette histoire avec leur père respectif. C’est le cœur de l’histoire et là on n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Je pense qu’il aurait fallu davantage creuser cette partie-là de l’histoire alors qu’on reste trop en surface et c’est dommage.

En bref, la trilogie Never Never n’est pas ce que Colleen Hoover a fait de mieux. Il y avait de l’idée, c’était une jolie histoire avec une base intéressante mais les auteurs n’ont pas su, à mon sens, aller au bout de leur idée et l’exploiter totalement. C’est dommage et un peu décevant parce que j’imaginais tout autre chose et je pense qu’il y avait moyen de faire une intrigue / résolution bien plus intéressant que ce qui nous est proposé. Dans l’ensemble cela reste une lecture agréable et j’ai bien aimé les deux premiers tomes mais c’est surtout la fin et les révélations qui pèchent un peu pour moi.

24/01/2017

Never Never, saison 2 de Colleen Hoover et Tarryn Fisher


Quatrième de couverture

Silas et Charlie sont toujours frappés par la même affliction : ils ont perdu tous leurs souvenirs.
Ils en savent un peu plus sur eux-mêmes mais ignorent encore la raison de leurs problèmes.
Ils vont devoir continuer à enquêter sur leur passé, explorer chaque piste, chaque petit indice qu’ils ont laissé derrière eux.
Il en va de leur avenir et peut-être de leur bonheur.

Mon avis

Etant donné que le 3e tome allait bientôt sortir, il était temps de me procurer ce 2e volume. Vu la fin du premier tome et la frustration qui s’en est suivie parce qu’il faut l’avouer, on nous a bien appâté mais il n’y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent, j’ai délibérément attendu pour pouvoir enchaîner les deux derniers et j’ai bien fait ! Parce que la fin de celui-ci est aussi frustrante que le précédent.

Dans cette 2e saison, nous retrouvons donc Silas et Charlie alors qu’ils venaient de comprendre qu’ils sont étaient victimes d’une amnésie qui revenait en boucle. Ils n’ont que 48h pour récolter des informations avant que leur mémoire ne s’efface de nouveau. L’histoire débute avec le point de vue de Silas retrouvant ses dernières notes pour comprendre la situation avant d’essayer de retrouver Charlie qui a disparu. Comme il a perdu la mémoire, une fois de plu,  il est perdu mais tâche de prendre la situation en main.

En parallèle nous découvrons Charlie qui semble être enfermée quelque part, seule sans qu’on n’en sache plus. Nous sommes aussi « perdu » qu’elle puisqu’on ignore où elle se trouve. Au fur et à mesure, Silas cherche de nouveau indices, se fait aider de son petit frère et de la petite sœur de Charlie pour la retrouver et aussi comprendre pourquoi ils deviennent amnésiques. L’enquête avance et l’on en apprend un peu plus sur leur problème ainsi que la situation de leurs parents. Mais là encore beaucoup de choses restent en suspens c’est très intriguant tout ça.

J’ai pris plaisir à lire ce 2e volume qui reste dans la lignée du précédent. C’est prenant et intriguant, on ignore encore beaucoup de choses mais quelques éléments nouveaux viennent s’ajouter à ce que l’on sait déjà pour avoir une meilleure situation d’ensemble et comprendre ce qui se passe mais évidemment les auteurs nous réservent encore bien des surprises car nombres de questions restent sans réponse. Après tout, il faut bien justifier ce 3e tome…

D’ailleurs à ce propos, je persiste à penser que ça aurait dû être un seul et unique tome et pas une trilogie façon roman feuilleton parce que c’est vraiment frustrant, quand on arrive à la fin, on a la sensation d’un goût d’inachevée, on avance à petit pas, comme dans une série TV ou le roman feuilleton (qui n’existe plus vraiment aujourd’hui) et c’est quelque peu énervant. Mais je ne reviendrai pas plus longtemps sur ce point, je m’étais déjà exprimée à ce sujet lors de la chronique du premier volume.

En bref, ce 2e épisode de Never Never est intéressant et tout aussi prenant que le premier. On en apprend plus sur les personnages, sur leur problème mais aussi sur leur situation familiale. Mais une fois encore beaucoup de choses restent en attente, j’espère en savoir plus dans le dernier volume qui est sensé dévoiler tous les secrets. Affaire à suivre !

23/01/2017

Fils de sorcières de Pierre Bottero

Quatrième de couverture

Je m’appelle Jean et je vis dans une famille où toutes les filles sont des sorcières : ma mère, mes tantes et même ma petite sœur…
Ça ne me dérangeait pas jusqu’à ce qu’un terrible buveur de magie s’attaque à elles. Comment faire pour les sauver ?

Mon avis

Je ne connaissais pas du tout ce livre de Pierre Bottero, qui, il faut le dire est plus connu pour ses trilogies d’Ewilan ou Le pacte des marchombres. J’étais donc curieuse de voir ce que cela pouvait donner, d’autant plus que le public cible est plus jeune que d’habitude. Fils de sorcières a été une belle surprise, une lecture bien sympathique que je vous recommande.

Fils de sorcières raconte l’histoire de Jean, un petit garçon qui vit dans une famille où il n’y a que des filles et plus particulièrement des sorcières, que ce soit ses nombreuses tantes, sa mère ou encore sa petite sœur alors que lui-même ne possède aucun pouvoir. Car la magie ne se transmet que de mère en fille. Tout allait bien dans la vie de Jean jusqu’à ce que ses tantes disparaissent les unes après les autres… Un terrible buveur de magie sévit en ville, il faut agir vite avant qu’il ne s’attaque au reste de sa famille. Mais comment faire pour y parvenir ?

L’intrigue est bonne et bien menée. L’action arrive dès les premières pages de sorte que l’on n’ait pas le temps de s’ennuyer et ce, jusqu’à la fin. Elle est bien rythmée avec ses petits moments de pause pour reprendre notre souffle mais ce n’est que pour mieux repartir sur des chapeaux de roue car le temps presse !

L’histoire est racontée du point de vue de Jean qui nous présente sa famille quelque peu hors du commun, une famille de sorcières où pratiquer la magie à chaque instant ne pose aucun problème et ne semble pas anormal. Jean vit notamment avec sa mère et sa petite sœur mais ses tantes, les sœurs de sa mère sont très proches et souvent à la maison. C’est une famille très unie.

Les personnages sont attachants et sympathiques, de quoi passer un bon moment de lecture en leur compagnie, que ce soit Jean qui se retrouve confronté au danger mais qui est prêt à tout pour aider sa famille, sa petite sœur qui est trop chou et est bien plus mature en dépit de son âge et d’autres encore que l’on va découvrir au fur et à mesure de l’histoire.

En bref, Fils de sorcières est un petit roman bien sympathique que je vous conseille, que ce soit pour vous ou vos enfants. De quoi s’initier à la Fantasy et au monde de la magie car la sorcellerie c’est ce qu’il y a de mieux, il faut l’avouer ! L’intrigue est bonne et bien menée, c’est tout mignon mais pas facile pour autant et les personnages sont agréables, dommage de devoir déjà les quitter.


(Paris)

C'est lundi, que lisez-vous ? [87]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?




En début de semaine je n'avais pas lu grand chose puisqu'il n'y avait que Mémoire cachée de Fitzek qui m'a fait quasi toute la semaine... Et puis vendredi je me suis acheté des BD et mangas... et j'en ai profité de mon week end pour les lire, du coup il y a beaucoup de lectures ! La semaine a donc été bien remplie et très sympathique qui plus est, donc quoi demander de mieux ?
Lire les livres que je prévois chaque semaine peut-être...


Marquer les ombres de Veronica Roth (Marquer les ombres 1)

Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.
Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.


J'ai réussi à en lire un de la liste précédente ! Le Fitzek est en cours de lecture !

Les articles les plus consultés