Rechercher dans ce blog

Rebelle du désert d'Alwyn Hamilton (Rebelle du désert 1)

Quatrième de couverture

Le destin du désert repose entre ses mains
Prisonnière d’une vie étouffante au coeur du désert, Amani n’aurait jamais imaginé galoper un jour sur un cheval fantastique, en compagnie d’un fugitif recherché pour trahison. Elle ne se serait jamais doutée non plus qu’elle en tomberait amoureuse… ni qu’elle l’aiderait à mener la résistance contre le sultan.

Mon avis

Rebelle du désert est un roman qui m’a intrigué et il faut dire que les bons avis que cela a suscité j’étais d’autant plus curieuse de lire ce roman qui ne m’a pas déçu. Certes, ce n’est pas un coup de cœur mais je reconnais que c’est une bonne histoire plaisante que je vous invite à mon tour à lire.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire car la 4e de couverture, bien que succincte, résume plutôt bien les faits, d’autant que les éléments arrivent assez vite pour voir vers où l’auteur nous emmène donc il n’est pas nécessaire d’en savoir davantage.

Dès les premières pages j’ai été happée par l’histoire et j’avais envie de savoir ce qui allait arriver à Amani. C’est un roman assez addictif, simple en soi mais plutôt efficace. Mais je pense que l’auteur a encore beaucoup de choses à nous faire découvrir et j’ai hâte de voir ça. L’intrigue est bonne et bien menée avec son lot d’action et de problèmes qui vont pousser Amani à fuir et on peut aisément comprendre pourquoi quand être une femme signifie être soumise aux hommes et n’avoir aucune liberté. Mais on va découvrir que cela cache encore d’autres choses mais là, je vous laisse le plaisir de la découverte en lisant ce livre.

Certains éléments de révélations étaient courus d’avance pour moi, bon ce n’était pas tout à fait exact mais j’étais très proche de la réalité, ça semblait évident, quand d’autres choses beaucoup moins J’ai donc eu mon lot de surprises et c’est plutôt agréable parce qu’honnêtement savoir tout à l’avance au bout de quelques pages ça n’a aucun intérêt. Donc c’est bien joué pour l’auteure d’avoir réussi à me surprendre.

L’univers est intéressant car on y mêle beaucoup de choses différentes, parfaitement visibles sur la couverture d’ailleurs puisqu’on a une boule de feu qui fait forcément pensée à la magie et de l’autre le pistolet qui amène davantage le côté technologie qui a une grande importance dans l’histoire. Le mélange de deux éléments qui en général n’ont rien à voir ensemble est intéressant pour ça mais je vous avoue que parfois c’était étrange de voir qu’Amani était une pro au tir dans un monde qui pour moi est bien plus ancien et où ça ne devrait même pas exister.

Quant aux personnages, ils sont plutôt intéressants et attachants, que ce soit Amani évidemment, la narratrice qui nous conte son histoire, mais également Jin, le fameux fugitif avec lequel elle s’enfuit. L’auteur fait beaucoup de mystères sur lui et ça le rend d’autant plus intriguant, même si on peut se douter de certaines choses. En tout cas, ils ont tout deux un caractère affirmé ce qui peut parfois créer des étincelles et des problèmes, pour notre plus grand plaisir, cela pimente encore plus l’histoire.

En bref, Rebelle du désert a été une bonne lecture pour moi. C’est un roman prenant et assez original dans un monde où deux pouvoirs se mêlent, celui de la technologie et de la magie / croyance. Une aventure plutôt simple mais efficace dans le genre qui m’aura fait passer un bon moment. Les personnages sont attachants et touchants, de quoi nous ravir durant la lecture.

C'est lundi, que lisez-vous ? [75]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?



Cette semaine j'ai lu pas mal d'albums et de petits romans pour enfants. Il faut dire que Boneshaker m'a pris pas mal de temps vu que c'est un bon pavé. En tout cas la semaine a été plutôt sympathique niveau lecture.





Clementine de Cherie Priest (Le Siècle Mécanique 2)

1880. La Guerre Civile américaine fait rage. Des dirigeables de combat sillonnent le ciel pendant que les scientifiques détournent les lois de la nature pour créer sans cesse de nouvelles armes. C'est dans cet univers que Maria Boyd, ancienne espionne confédérée, est chargée de protéger le dirigeable Clementine pour lui permettre de livrer sa précieuse cargaison. Mais un mystérieux pirate de l'air ne semble pas l'entendre de cette oreille et Maria devra user de toutes ses ressources pour accomplir sa mission.




Il était 3 fois Boucle d’or et les trois ours de Christine Naumann-Villemin et Laurent Simon

Quatrième de couverture

Et si Boucle d’or était vétérinaire et les trois ours très très méchants ?
Et si Boucle d’Or et les trois ours habitaient la banquise...
Et si Boucle d’Or était un caniche ?

Mon avis

Etant donné que j’aime beaucoup les contes et ses réécritures, ou plutôt ici dans le détournement, j’étais curieuse de découvrir Il était 3 fois Boucle d’or et les trois ours dont le principe est de prendre un conte connu – ici celui de Boucle d’or – et d’imaginer différents scénarios en fonction d’une caractéristique nouvelle de Boucle d’or. Ainsi, quelle serait l’histoire si jamais elle état un caniche ou encore une petite fille vivant sur la banquise ou bien vétérinaire ?

C’est ce que nous propose Christine Naumann-Villemin dans cet ouvrage et je dois dire que c’est plutôt amusant. Cela paraît tout à fait incongru car je ne m’étais jamais imaginé cela, notamment le fait qu’elle puisse être un caniche. Au vu de cette histoire, son comportement paraît plus normal et accepté qu’en tant que petite fille bien trop curieuse et mal polie. Après tout, elle rentre chez des inconnus, utilise leurs affaires. Elle ne connaît pas la violation de domicile ? Je comprends pourquoi Chris Colfer la voit comme une criminelle !


Dans chacune des histoires, on retrouve parfaitement le conte d’origine et ces réécritures suivent un même cheminement à savoir la venue de Boucle d’or dans la maison des ours, le fait qu’elle mange / utilise les affaires des occupants de ladite maison avant de se faire surprendre par eux. Reste à voir par la suite comment elle va se comporter et quelle sera la réaction « des ours » face à cette intruse. On retrouve vraiment tous ces éléments qui le définissent comme étant le conte de Boucle d’or et les trois ours.

Bien évidemment pour apprécier ce type de livre, il est nécessaire de connaître le conte d’origine sans quoi cela perd de l’intérêt et de sa saveur puisqu’on ne peut pas identifier au préalable ces éléments et voir en quoi cela a été détourné. Même si au bout de la 2e et 3e histoire ici on voit quels sont les éléments communs mais pour une réécriture ou un détournement c’est mieux de connaître l’original, que vous pouvez retrouver à la fin de l’ouvrage d’ailleurs.



A la fin du livre, l’auteure explique qu’il y a déjà eu des versions semblables à la sienne, notamment celle ou Boucle d’or serait un caniche. C’est une approche intéressante et dans les trois histoires que nous voyons ici, la morale diffère et n’a pas le même impact. Ainsi, le conte peut être compris de différentes manières et c’est en cela que c’est intéressant.

Quant aux illustrations, j’avoue ne pas être très fan. Il est clair que c’est très coloré et visuel mais graphiquement je n’aime pas. Ce n’est pas du tout le genre de dessin qui me plaît du coup bon, ça n’en fait pas un « beau livre » pour moi à ce niveau-là. Après tous les goûts sont dans la nature, à vous de voir si cela vous plaît ou pas.



En bref, Il était 3 fois Boucle d’or et les trois ours est un album intéressant qui aura retenu mon attention davantage pour le côté réécriture et détournement qui apporte une autre dimension à l’histoire d’origine que pour ses illustrations.

A partir de 5 ans.

In My Mailbox (255)



In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine


Cherche et trouve à New York : Lily en reportage de Peggy Nille

Quatrième de couverture

Lily est en reportage à New York et cherche à prendre les meilleures photographies, de la statue de la Liberté au pont de Brooklyn, en passant par Central Park ou Times Square. Le jeune lecteur doit l’aider à travers des jeux et des activités.

Mon avis

Lily en reportage est un livre jeu, un « cherche et trouve » qui sur le même principe que Où est Charlie nous invite à chercher des éléments dans un livre à travers une petite histoire.

Ainsi, nous voilà partis en balade à travers les quartiers de New-York pour y faire de belles photos, faire du shopping, etc. Et à travers ces différents quartiers, Lily nous invite à jouer en cherchant des éléments dans le décor. C’est un livre jeu d’observation, de quoi bien occuper les enfants durant un moment et qui fonctionne toujours très bien.


Je garde un souvenir nostalgique de mes moments passés à jouer à Où est Charlie donc je suis certaine que des enfants plus jeunes, car plus facile que les Charlie, s’amuseront grandement avec ce livre.

Le seul petit reproche que je pourrai faire à l’histoire est que l’on ne nous présente pas les personnages. Du coup je vous avoue que j’ai mis un petit moment à trouver Lily, ce qui est un peu gênant quand on ne sait pas vraiment à quoi elle ressemble. Même dans les Où est Charlie, pourtant facilement identifiable sur la couverture, est présenté ainsi que ses amis avec les différents personnages et objets que l’on doit aussi retrouver. Une petite présentation de Lily et de son ami Jack n’aurait pas été du luxe en amont avant de commencer le jeu, surtout que ce livre est accessible pour des enfants jeunes. A moins que je ne sois vraiment pas douée, il faudrait tester avec un enfant.


Quant aux illustrations, elles sont plutôt jolies, simples et tout en rondeur ce qui leur donne un certain charme. On dirait des bonbons acidulés, cela attire grandement l’œil. Après les goûts et les couleurs cela ne se discute pas donc je ne pourrai pas vous dire si cela vous plaît, à vous de vous en faire votre propre idée avec les visuels. Mais moi, je trouve ces illustrations plutôt jolies, claires et efficaces.


En bref, Lily en reportage est un livre-jeu amusant que j’aurai pris plaisir à faire. Les « cherche et trouve » ont toujours du succès car cela occupe bien et permet de développer l’observation et la mémoire chez les enfants ce qui est utile. Un livre-jeu à découvrir.

A partir de 5 ans.

Génération K, tome 1 de Marine Carteron

Quatrième de couverture

Kassandre, Georges et Mina.
Trois jeunes que tout oppose mais aux destins liés.
Séparés par leur naissance et leur milieu social, ils ont en commun un ADN unique à l’origine de leurs pouvoirs.
Un ADN qui attise bien des convoitises et va les obliger à fuir pour sauver leur vie.
Ka l’aristocrate, Mina la fille de domestique et Georges le fils de personne ne le savent pas encore mais ils ne sont pas seuls.
Ils sont la Génération K.

Mon avis

Ayant beaucoup aimé le premier tome des Autodafeurs de l'auteure (il faut d'ailleurs que je lise les suites !),j'étais curieuse de lire sa nouvelle série qui, je dois dire, semble plutôt prometteuse.

Pour le moment, je ne saurai pas trop juger et trancher comme le premier tome des Autodafeurs car ce premier tome de Génération K est un tome introducteur dans le sens où l'on ne fait que voir les prémices de l'univers, les personnages qui le composent et un début d'intrigue. On sent qu'il y a tout un univers assez recherché et j'étais curieuse de voir où l'auteure allait nous amener. Mais pour le moment ça reste plutôt calme et tranquille. Nous avons quelques informations au compte goutte jusqu'aux révélations finales - du moins les premières - qui nous permettent de voir les enjeux, les tenants et les aboutissants. Mais ce ne sont que les prémices et j'attends de voir la suite pour me faire une meilleure idée de la série dans son ensemble pour voir ce que ça donne.

Attention, je ne dis pas qu'il ne se passe rien dans ce premier tome et qu'il n'y a pas d'action. Je ne me suis pas ennuyée en lisant ce livre, bien au contraire, sans quoi je ne l'aurai pas lu en une journée non plus. Dès les premières pages j'ai été happée dans l'histoire avec l'envie à chaque instant d'en savoir plus. Mais il faut admettre qu'il y a une certaine lenteur par moment pour nous laisser le temps de bien appréhender la situation et aussi découvrir pas à pas l'univers créé par l'auteure.

De plus, le fait d'avoir trois narrateurs (deux de manière orale et une à l'écrit, à la première personne à chaque fois) fait que l'intrigue s'étire un petit peu. Nous découvrons tour à tour l'histoire de Georges, Kassandre et Mina et il faut un certain temps pour que ça se mette en place. Mais cela crée un certain rythme et ajoute du suspense car nos 3 héros apprennent chacun de leur côté ce qu'ils sont et pourquoi ils possèdent de tels pouvoirs, même si je suis certaine que l'auteure est loin de nous avoir tout dévoilé. Nous découvrons petit à petit leurs facultés et nous pouvons ainsi comprendre le monde dans lequel nous évoluons. En tout cas, c'est intriguant et c'est pour ça que j'ai lu ce livre assez vite.

Quant aux personnages, nous avons là des caractères bien défini, Georges ou plutôt Georg comme il préfère se faire appeler est une petite frappe avec un langage châtié, qui n'a pas toujours eu une vie facile. Kassandre, la bourgeoise fille à papa en pleine crise d'adolescence, rebelle et gothique à souhait qui, elle non plus, n'a pas la langue dans sa poche. Et enfin Mina, une jeune fille plus calme et tranquille en quête de vérité et d'identité. trois protagonistes très différents mais qui sont intéressants et attachants, beaucoup de choses les opposent hormis leur sang qui font que leur destin est lié. reste à voir pourquoi, mais là, je n'en dirai pas plus, je vous laisse découvrir tout ça.

En bref, ce premier de Génération K m'a bien plu dans l'ensemble, reste à voir ce que l'auteure fera par la suite car cela reste introducteur pour le moment. Mais c'est une mise en bouche prometteuse qui m'aura fait passer un bon moment de lecture. Peut-être un peu court comme je l'ai lu dans une journée mais j'en ai bien profité. Maintenant, j'attends la suite pour me faire une meilleure idée de cette série, j'en veux plus. Les personnages sont intéressants et j'espère pouvoir en apprendre plus sur eux et les voir se développer davantage. Affaire à suivre donc !

Vous parler de ça de Laurie Halse Anderson

Quatrième de couverture

Melinda Sordino ne trouve plus les mots. Ou plus exactement, ils s'étranglent avant d'atteindre ses lèvres. Sa gorge se visse dans l'étau d'un secret et il ne lui reste que ces pages pour vous parler de ça. Se coupant du monde, elle se voit repoussée progressivement par' les élèves, les professeurs, ses amis, et même ses parents. Elle fait l'expérience intime de la plus grande des injustices : devenir un paria parce que ceux dont elle aurait. Tant besoin pensent que le mal-être, c'est trop compliqué, contagieux, pas fun. Melinda va livrer une longue et courageuse bataille, contre la peur, le rejet, contre elle-même et le monstre qui rôde dans les couloirs du lycée.

Mon avis

Vous parler de ça est un roman assez intriguant il faut dire que la 4e de couverture l’est déjà. On ne sait pas ce qui est arrivé à Melinda, déjà il faut attendre un bon moment dans le livre pour savoir comment elle s’appelle puisque le récit est à la première personne et qu’on ne l’appelle quasi jamais par son prénom. Au début c’est assez troublant d’ailleurs, c’est rare qu’on ne sache pas le nom du protagoniste et ça me fait toujours une sensation étrange. Mais cela nous permet de nous focaliser que sur elle et ce qui lui arrive.

L’écriture de l’auteure est très agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire, dans la peau et dans la tête de son personnage qui vit des instants durs. Dès les premières pages j’ai été happée par l’histoire et en un rien de temps j’ai lu ce livre très rapidement parce que je voulais savoir ce qui allait se passer et surtout essayer de comprendre pourquoi Melinda ne parle plus.

Vous parler de ça est un roman très touchant car nous sommes vraiment dans la tête de Melinda et on ressent parfaitement son malaise, son mal être sans que l’on en sache la raison. Alors au fur et à mesure, elle se dévoile et nous pouvons comprendre ce qui a bien pu se passer pour qu’elle ne parle plus à personne et qu’elle soit rejetée de cette manière par les autres, même par ses anciennes amies et par sa propre famille. J’avoue que ça m’a fait mal de la voir ainsi et que personne ne cherche à comprendre ce qui lui arrive. Petit à petit on devine puisqu’elle nous laisse des indices mais cela arrive vraiment au compte goutte.

L’histoire se déroule sur une année et nous suivons dans différentes parties qui correspondent à des trimestres l’évolution de Melinda. Et à chaque fin de trimestre, on a son bulletin scolaire qui est juste parlant… et pourtant personne ne fait rien. Enfin ce n’est pas tout à fait vrai, il y est une personne qui essaye mais je n’en dirai pas plus pour vous laisser la surprise.

Vous parler de ça n’est pas un coup de cœur parce qu’il m’a manqué un petite quelque chose pour que ce soit encore plus poignant et fort. L’auteur aurait peut-être pu aller plus loin mais cela reste un roman touchant que j’ai beaucoup aimé. C’est un livre qui fait appel à nos émotions, notamment à notre empathie car si on n’en a pas pour elle, il est évident qu’on peut passer à côté de ce livre. Il n’y a pas d’action à proprement parler, son interaction avec les autres est limitée et quand on voit des choses c’est rarement positif. On est surtout dans l’émotion et le ressenti.

En bref, Vous parler de ça est un roman touchant qui m’a beaucoup plu. Même si ce n’est pas un coup de cœur parce qu’il m’a manqué quelque chose, cela reste un livre fort et poignant malgré tout. Je vous invite à découvrir.

Le Monstre nounou de Tuutikki Tolonen (Le Monstre nounou 1)

Quatrième de couverture

Il y a des nounous rigolotes, des nounous trop sévères, d’autres qui vous laissent faire les quatre cents coups, et puis il y a... le monstre nounou !
En l’absence de leurs parents, Halley, Koby et Mimi vont être gardés par cette étrange créature poilue et poussiéreuse qui sent fort le renfermé. Voilà qui promet des vacances pas comme les autres...

Mon avis

Le Monstre nounou est le premier livre de la nouvelle collection jeunesse au sein de Collection R, destinée pour les 9/12 ans. Je dois dire qu'avec ce livre c'est un bon augure pour ce nouveau projet éditorial car j'ai beaucoup aimé cette histoire. Je suis très curieuse de découvrir les titres à venir de cette tranche d'âge et aussi de connaître la suite de cette série !

En commençant ce livre, je n'avais pas conscience qu'il s'agissait d'une série. Je pensais que c'était un one-shot du coup, quelle frustration cela a été en arrivant à la fin et en me rendant compte que l'on s'arrêtait sur un cliffhanger ! Bon, en soi il n'est pas trop méchant mais tout de même !  J'ai été coupée dans mon élan et je ne m'attendais pas à une telle fin. De quoi nous donner envie de lire la suite c'est indéniable.

Mais que raconte Le Monstre nounou ? C'est l'histoire de Halley, Koby et Mimi, une fratrie dont les parents sont absents, entre la mère qui prépare un voyage en Laponie qu'elle a gagné et un père qui travaille tout le temps au loin ces enfants se retrouvent livrés à eux-mêmes. Pour éviter qu'ils ne se retrouvent seuls, les organisateurs du voyage en Laponie ont tout prévu ! Une nounou d'un nouveau genre va leur être envoyée pour garder ces chers têtes blondes. La surprise était que la nounou est un monstre, un vrai et bien poilu, sale et répugnant mais très gentil ! A condition de bien respecter les règles. Voilà quelques jours qui s'annoncent épiques pour nos trois héros.

L'intrigue est bonne et bien menée, nous découvrons une situation plutôt inhabituelle, car la mère n'était pas au courant pour la nounou, du moins ce type de nounou qui fait partie d'un projet bien précis. Une aventure quelque peu loufoque qui n'est pas sans rappeler l'univers de Roald Dahl et qui nous fait passer un très bon moment. Dès les premières pages j'ai été séduite par cette histoire et l'écriture de l'auteure est un vrai atout ici. Les pages défilent sans qu'on ne s'en rende compte et très rapidement le livre a été dévoré. D'où ma frustration lorsque j'ai pu constater que ce n'était que le premier tome d'ne série, et qu'il va falloir attendre un peu pour connaitre la suite des aventures de cette fratrie et ce monstre nounou.

C'est drôle et léger mais en même temps certains passages sont touchants et mettent aussi à rude épreuve les liens de cette fratrie. J'ai été touchée par Mimi, la cadette qui est vraiment à part dans la fratrie. Elle est amusante, très jeune et ses lubies, du moins sa famille le croit, notamment avec cette histoire de robe de chambre...

Quant aux personnages, on a un panel assez amusant. Pour commencer les trois enfants qui ont des caractères bien différents, dû aussi à l'âge ce qui permet au lecteur (notamment un enfant) de s'y retrouver en prenant soit la place de l'aînée du puîné ou de la cadette. En ce qui concerne la "nounou", rien que sa présence fait tout son charme. Il n'a pas besoin de parler pour avoir de l'importance, il se suffit à lui-même.

Quelques illustrations sont présentes dans le livre ce qui ajoute un certain charme et nous permet de mieux visualiser certaines situations ou certains personnages, ce qui est toujours utile dans les livres de jeunesse pour cet âge-là.

En bref, Le Monstre nounou a été une jolie découverte, j'ai beaucoup aimé cette histoire qui est vraiment prenante et amusante. de quoi passer un très bon moment de lecture. une intrigue qui tient bien la route et qui nous tient en haleine, des personnages attachants, une aventure hors du commun. Découvrez l'incroyable histoire Halley, Koby et Mimi et de leur nounou atypique !

Eblouissant de Colleen Hoover (Slammed 3)

Quatrième de couverture

L’amour que se portent Lake et Will a résisté à l’attente, aux préjugés, au deuil. Désormais mariés, les amants tentent de s’habituer à construire leur vie sur une base heureuse.
Bien que Lake savoure cette stabilité, elle se surprend à vouloir dissiper les zones d’ombre que dissimule Will, même si ce dernier préférerait laisser les douloureux souvenirs derrière lui. Cédant à l’insistance de sa femme, il finira par se replonger dans leur passé, révélant ainsi ses secrets les plus intimes…
Des vérités tantôt amères, tantôt fabuleuses, qui constituent la pièce maîtresse de leur puzzle éblouissant !

Mon avis

Après avoir lu Incandescent, je n’ai pas voulu faire attendre la lecture de Eblouissant pour avoir enfin le fin mot de cette trilogie. Je dois dire que dans l’ensemble elle est plutôt agréable, mais j’avoue que l’on pouvait aussi se contenter du premier tome qui se suffit à lui-même.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements reprennent quelques instants après le tome 2 donc on est vraiment dans la continuité de l’intrigue du précédent. Il n’y a donc pas de temps passés, comme entre le 1er et le 2e tome.

J’ai eu la sensation que l’on étirait l’intrigue pour faire durer mais sans que ce soit vraiment nécessaire parce que le 2e tome ajoute de nouveaux problèmes avec l’arrivée de l’ex de Will, mais ça tourne un petit peu en rond. Et ce 3e tome, dans sa construction, revient sur des événements qui se sont déroulés dans le premier tome pour avoir le point de vue de Will sur leur histoire.

Il est fréquent qu’un « 2e tome » soit du point de vue du gars, racontant la même histoire que le 1er tome initial. Colleen Hoover l’a déjà fait pour Hopeless, du point de vue de Sky en écrivant Losing Hope, du point de vue de Holder. Et d’autres auteurs reprennent ce principe là. Eblouissant est un 3e tome mais déguisé en tome 1 bis pour avoir le point de vue de Will. Pas dans l’intégralité mais par petite touche puisque l’on a en alternance le moment présent avec le couple en lune de miel et les souvenirs que racontent Will. Ce récit permet à Lake de mieux comprendre les sentiments et intentions de Will et d’avoir un autre regard sur leur histoire passée.

C’est un livre intéressant, je ne dis pas le contraire et j’ai tout de même pris plaisir à découvrir l’envers du décor comme nous étions seulement du point de vue de Lake dans Indécent. Seulement, ce n’était pas nécessaire en soi à la trilogie qui aurait pu donc n’être qu’un one-shot. Le tome 2 étant sympathique mais c’est ajouter des problèmes pour étirer l’intrigue plutôt qu’autre chose. Du moins c’est le sentiment que j’ai eu en lisant ce tome 2 qui était agréable mais pas exceptionnel.

Après ça reste du Colleen Hoover donc on suit tout cela avec avidité malgré tout. On passe un bon moment, je ne vais pas le renier mais c’est peut-être tirer sur la corde alors que ce n’était pas nécessaire. Néanmoins nous avons ici une bonne conclusion mignonne et touchante qui nous permet de savoir ce que les personnages sont devenus après.

En bref, la trilogie Slammed est agréable à lire mais ce n’est pas les livres que j’ai préférés de l’auteure. Eblouissant apporte une conclusion mignonne et sympathique tout en revenant sur les épreuves qu’ont dû endurer le couple pour être enfin ensemble. Un peu d’espoir et de lumière dans une histoire difficile et compliquée qui n’aurait pas dû exister à la base. Une lecture plaisante et agréable, du Colleen Hoover en somme, même si à mes yeux ce n’est pas ce qu’elle a écrit de mieux.

Le carnet à secrets de Susie Morgenstern et Olivier Latyk


Quatrième de couverture

Emma reçoit un cadeau très spécial. C’est un livre sans mots ni phrases, un carnet à secrets. Mais comment écrire dans ce carnet alors qu’elle ne connaît que les lettres de son prénom ?
Heureusement Emma a beaucoup d’imagination et une vie bien remplie…

Mon avis

Le carnet à secrets raconte l’histoire d’Emma, cette petite fille qui reçoit toujours un cadeau de la part d’une amie de sa mère lorsqu’elle leur rend visite. Elle lui offre toujours un livre avec plein de mots qu’elle ne peut pas lire. Mais cette fois-ci, c’est différent, elle lui offre un carnet pour écrire. Difficile pour Emma de se réjouir alors que la fillette ne sait écrire que son prénom. Mais heureusement pour elle, il n’est pas nécessaire de savoir écrire pour remplir un carnet, il suffit d’un peu d’imagination.

L’histoire est plutôt mignonne et agréable. Cela montre que l’enfant, même s’il ne sait pas encore écrire, peut tout à fait s’exprimer même si ce n’est pas à travers des mots et des lettres. Il suffit de trouver des moyens qui lui sont accessibles comme le dessin, le collage, etc. Autant d’outils qu’un enfant peut utiliser simplement et qui sont parlant aussi bien que l’écriture.


Après tout, les arts, notamment la peinture, ont toujours permis à ceux qui ne savent pas lire de comprendre ce qui était écrit. C’est pour cela qu’il y a des vitraux racontant des épisodes de la Bible dans les églises pour que ce soit accessible aux analphabètes, ce qui était très fréquent parmi le peuple comme seuls les plus riches et les religieux avaient accès au savoir.


Les illustrations sont jolies avec un graphisme simple et en aplat. Les couleurs sont très vives et donne une atmosphère assez joyeuse et enfantine. Ce qui correspond bien à l’histoire mais je vous en laisse seul juge car les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas.


En bref, Le carnet à secrets est un joli album qui nous montre le pouvoir de l’imagination et qu’il existe toujours un moyen pour s’exprimer autrement que par des mots et des lettres. De quoi encourager l’enfant à développer son art créatif !

A partir de 4 ans.

C'est lundi, que lisez-vous ? [74]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

Tohu Bohu de Rémi Courgeon

Quatrième de couverture

Un oiseau joue de la flûte à bec, un ogre barbare mange un orgue de barbarie, un hautbois jouxte une contrebasse dans cet inventaire loufoque des instruments et de leur musique.

Mon avis

Tohu Bohu est un livre assez original pour présenter les instruments de musique. Un inventaire quelque peu particulier puisqu’on nous les présente mais ensuite l’auteur joue sur les sonorités du nom de l’instrument pour ensuite créer un jeu de mot et nous présenter autre chose. Je pense qu’un exemple sera plus parlant pour comprendre de quoi je parle.


Ci-dessus, nous pouvons voir une trompette qui est donc un instrument à vent, puisqu’il faut souffler dedans pour que le son sorte. Et puis, derrière l’homme se trouve une femme jouant de la guitare. Un jeu de mot entre « à vent » (à comprendre « avant ») et un autre instrument que nous voyons à l’arrière.


Tout le livre est fait de jeu de mots de cette sorte ce qui le rend assez amusant parce qu’il faut voir les associations qui y sont faites. Certaines sont vraiment bien trouvées et il est vrai qu’oralement cela se ressemble, comme pour la « cornemuse » et le « corps de muse ».


C’est un imagier amusant qui change de l’ordinaire, même si je l’avoue, je n’ai pas eu de coup de cœur pour ce livre. Mais je reconnais que c’est assez original comme manière de présenter les instruments de musique.

Quant aux illustrations, ce n’est pas le genre de graphisme que je préfère. Cependant, je trouve que cela fonctionne bien visuellement pour ce livre et puis ce n’est pas laid (dans le cadre de mon travail j’en ai vu…) mais pas à mon goût. Mais comme tous les goûts sont dans la nature, cela peut davantage plaire à d’autres.

En bref, Tohu Bohu est un livre assez amusant dans l’ensemble. C’est une manière amusante de présenter des instruments de musique en usant de jeu de mots.

A partir de 5 ans.

In My Mailbox (254)



In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine


Incandescent de Colleen Hoover (Slammed 2)

Quatrième de couverture

Depuis le départ de Julia, Lake et Will poursuivent leurs études tout en veillant à l’éducation de leurs frères respectifs. Une vie de famille rapiécée, chaotique et mouvementée, qui ne laisse que peu d’espace à leur couple.
Alors qu’ils projettent de remédier à cela le temps d’un week-end, le passé de Will ressurgit de manière inattendue, mettant en péril leur fragile équilibre…
Lorsque vous n’avez plus qu’une personne sur qui compter, la confiance peut-elle survivre à la trahison ?

Mon avis

Incandescent est la suite d’Indécent, cette histoire d’amour impossible entre Lake et Will, respectivement élève et prof. Une situation compliquée qu’ils ont pourtant su surmonter, sans compter les autres problèmes annexe. L’intrigue se déroule quelques temps plus tard après la mort de la mère de Julia. Le couple tente de se construire et d’avoir un certain équilibre mais évidemment un événement va tout remettre en cause : la venue de l’ex de Will Vaughn qui est bien décidée à le récupérer. Entre jalousie et non-dit le couple de Will et Lake va-t-il surmonter cette nouvelle épreuve ?

Contrairement au premier tome où nous étions du point de vue de Lake, Incandescent est celui de Will. Cela nous permet de voir le jeune homme d’une autre manière et d’avoir enfin accès à ses sentiments et ses pensées. Puisque les problèmes sont dû à son passé, il était normal que ce soit écrit de son point de vue pour voir comment il va gérer tout ça. C’était intéressant d’avoir une nouvelle narration pour cette trilogie et cela nous permet de mieux comprendre Will et de nous y attacher davantage.

Une fois encore l’intrigue est plutôt bonne et bien menée, même si elle m’a paru cousue de fil blanc. On peut s’attendre à un certain nombre de choses mais cela reste plaisant à suivre. On se demande si le couple va se sortir de ces nouveaux problèmes et quand on a une tête de mule qui s’appelle Lake, on peut douter que tout s’arrange… Même si on peut la comprendre elle ne laisse pas la possibilité à Will de s’expliquer et j’ai été frustrée comme lui par ce manque de communication. Mais en même temps, si tout allait bien dans le meilleur des mondes, il n’y aurait rien eu à raconter.

Mais après je dois avouer que j’ai eu le sentiment que l’auteure ajoutait un nouveau problème pour justifier la présence d’une suite qui en soi n’est pas nécessaire. Le premier tome pouvait se suffire à lui même et là, en mettant Vaughn sur le devant de la scène cela relance évidemment l’intrigue pour que ce 2e tome existe. Mais j’ai plus la sensation que l’on étire l’histoire délibérément parce que ça été demandé plus que par réelle nécessité.

Les personnages sont toujours aussi attachants et sympathiques même si par moment j’avais envie de secouer Lake et Will pour leur comportement mais surtout elle parce que même si elle est blessée, on peut le comprendre, elle ne laisse « aucune chance » à Will de s’expliquer. J’avais envie de prendre l’un pour taper sur l’autre. Leurs frères respectifs sont toujours aussi mignons et apportent une autre dimension à l’histoire et leur nouvelle amie est juste excellente. Pleine de répartie, c’est une bouffée d’air frais cette gamine.

En bref, Incandescent est un tome intéressant mais j’avoue avoir eu le sentiment que l’auteure mettait un nouveau problème pour justifier la présence de ce 2e tome. Cela reste une lecture agréable et j’ai été contente de retrouver les personnages, je ne vais pas le nier, mais ce n’était pas nécessaire à mon avis. Reste à voir ce que donnera le dernier tome de la trilogie et voir ce que l’auteure prévoit maintenant pour notre couple.

Gris présages d'Anne Bishop (Meg Corbyn 3)

Quatrième de couverture

Depuis que les Autres ont libéré les cassandra sangue de l’esclavage, les fragiles prophétesses du sang courent un grave danger. Simon Wolfgard, chef des terra indigene de l’Enclos de Lakeside, n’a d’autre choix que de faire appel à Meg Corbyn. En effet, les entailles de la jeune femme révèlent d’étranges visions qui sont pour Simon le seul espoir de mettre un terme au conflit. Son sacrifice est nécessaire, car l’ombre de la guerre s’étend de l’autre côté de l’Atlantik, et les conspirations d’un groupuscule extrémiste menacent de la propager à Thaisia...

Mon avis

Ayant lu récemment le tome 2 que j’ai beaucoup apprécié, je n’ai pas voulu enchaîner directement avec ce 3e volume. Bien que j’adore la série, j’évite de rester trop longtemps dans un même univers parce que ça peut devenir lourd au bout d’un moment et le risque est que je pourrai mélanger les intrigues sur le long terme si je venais à tout lire d’un coup. Sans compter le fait que je n’aurai pas le plaisir de m’y replonger après coup, vu que pour le moment le tome 4 n’est pas encore sorti en français.

Donc après quelques lectures plus ou moins intéressantes, je me suis replongée avec plaisir dans l’univers de Meg Corbyn, avec la joie de retrouver tout ce petit monde même si ça m’avait moins manqué que le tome précédent comme le délai de lecture entre les deux tomes étaient plus court.

Si vous ne connaissez pas cette série, je vous invite vivement à la découvrir car elle change vraiment de la « bit-lit » habituelle. Anne Bishop nous propose un monde unique en son genre, avec une intrigue certes assez lente mais qui n’en reste pas moins intéressante et prenante.

J’aime beaucoup cet univers si particulier avec les Autres qui tâchent de mieux comprendre les humains, de leur « ressembler » un petit peu pour savoir comment se comporter lorsqu’ils sont en face d’eux. Car il est vrai qu’au sein de la meute des loups et des autres créatures, ils savent se comporter sauf que les codes sociaux n’ont vraiment rien à voir et quand ils sont en présence d’humains, ils sont totalement perdus. Leur apprentissage se poursuit et là nous allons faire un peu plus connaissance des cassandra sangue, de ce qui est nécessaire pour elle. Il faut dire que depuis que les Autres ont libéré les cassandra sangue il faut pouvoir les gérer et quand on n’a pas le mode d’emploi, cela peut devenir très rapidement compliqué et dangereux.

Comme pour les précédents volumes, j’ai été happée par l’histoire en un rien de temps. On découvre ici de nouveaux problèmes, une nouvelle prophétie de la part de Meg Corbyn qui nous met en garde contre un danger imminent mais il n’est pas toujours évident de prévenir contre le danger quand on ne sait pas vraiment quand et où il va frapper. Mais les Autres se préparent et guettent le moindre signe. Et le moins que l’on puisse dire c’est que les problèmes ne font que commencer… Je n’imaginais pas tout cela en commençant ce livre et j’ai donc vraiment été surprise par les événements.

L’intrigue est vraiment bonne et bien menée, le mystère reste entier. Même si nous savons certaines choses, on ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre car une mauvaise interprétation d’une prophétie et tout change. Le fait que cette série soit écrire à la 3e personne nous permet de voir différents groupes de personnages et ainsi suivre plusieurs histoires en parallèle qui semblent toujours n’avoir aucun lien jusqu’à ce qu’un élément déclenche tout et nous permet de comprendre où l’auteure voulait en venir. Cette narration a l’avantage aussi de cerner les pensées de chacun, d’avoir leur point de vue.

Ainsi la relation entre Meg et Simon s’approfondit et change. Le fait de savoir ce que chacun pense est important car si l’on était seulement du point de vue de Meg, comme dans les ¾ des romans de bit-lit qui sont écrites à la première personne, on ne comprendrait pas, comme elle, un certain nombre de choses. Du fait de leur nature, de leur passé et vécu et éducation, ce sont deux univers qui entrent en confrontation, un choc des cultures qu’il faut appréhender et c’est en cela que ce livre est intéressant aussi. J’aime beaucoup ces deux personnages et je vous avoue, j’aimerai bien que la relation évolue encore un peu plus mais bon ce n’est pas encore pour tout de suite… Affaire à suivre !

En bref, ce 3e tome de Meg Corbyn est dans la lignée des précédents. Je suis totalement conquise par cet univers si atypique et qui se dévoile un peu plus à chaque tome et nous fait prendre conscience de la complexité d’une cohabitation entre les Autres et les humains. Une série originale et totalement addictive qu’il faut découvrir de toute urgence !

Zone blanche de Stéphane Michaka (Cité 19 2)

Quatrième de couverture

Faustine, une adolescente d’aujourd’hui, se retrouve brusquement plongée dans le XIXe siècle. Décor grandeur nature ? Voyage dans le temps ? La réalité est bien plus inquiétante…
Tandis qu’elle s’enfonce dans les profondeurs de Cité 19, une ville qui ressemble à s’y méprendre au Paris du Second Empire, Faustine découvre qu’elle n’est pas la seule à vouloir détruire le simulacre.
Mais elle doit faire vite : dans son laboratoire secret, le docteur Zapruder, qui a d’autres projets pour elle, guette le moindre faux pas de l’adolescente…

Mon avis

Ayant eu envie d’une lecture détente mon choix s’est porté sur Zone blanche dont j’avais bien apprécié le premier tome car il m’avait bien surprise par des manières. Cette suite est tout aussi agréable et clôt parfaitement le diptyque. Cité 19 est une série agréable que je vous invite à découvrir.

Ce 2e tome est très différent du premier car nous avons connaissance des machinations qui ont lieu en rapport avec Cité 19 donc on n’est plus dans l’attente et la surprise, du moins pas autant car il faut avouer que dans Ville noire le twist n’était pas prévisible. Mais Stéphane Michaka parvient à renouveler son histoire et à nous montrer quelles étaient ses intentions en commençant ce livre. Et je ne m’attendais pas à un certain nombre de choses ce qui est une bonne chose. J’aime être surprise, si on devine trop tôt quelle sera la suite, il n’y a aucun intérêt, ce n’est pas le cas ici donc n’hésitez pas à vous pencher sur ce diptyque.

L’action arrive dès les premières pages et pas à pas nous voyons quel est le but de cette expérience, ce que cela cache et l’on voit que Zapruder est près à tout pour parvenir à ses fins. En alternance nous suivons donc Faustine et Zapruder et son équipe ce qui nous permet de mieux comprendre les enjeux. Un rythme qui nous tient en haleine et nous donne envie de poursuivre à chaque instant les événements. J’ai lu ce roman quasi d’une traite dans la journée tant j’étais prise par l’histoire. C’est assez addictif dans le genre et prenant.

L’univers de l’auteur est vraiment intéressant et se développe un peu plus ici. Je ne veux pas trop en dire pour éviter tout spoiler mais j’ai beaucoup aimé ce que cette expérience induisait, les recherches qui étaient faites et les implications de chacun.

L’avantage est que l’on peut découvrir Paris d’une autre manière, certes d’un autre siècle, mais c’est agréable de voyager dans la ville, surtout quand on la connaît un petit peu et de s’y repérer. Même si évidemment les changements sont conséquents puisque le baron Haussmann commence à peine ses travaux de rénovations dans l’histoire dont on peut encore voir les immeubles aujourd’hui.

Mais je dois dire que je reste quelque peu sur ma faim parce que la fin reste assez ouverte. Je suis quelque peu frustrée de ne pas en savoir plus mais cela laisse au lecteur la possibilité d’imaginer ce qui arrive ensuite. On aime ou pas ce principe, je l’avoue, je ne suis pas très friande mais cela reste une fin convenable pour la série donc je n’en ferai pas le reproche. Mais vous voilà prévenu, c’est une fin ouverte.

Les personnages sont vraiment intéressants et attachants. Faustine a une capacité à s’adapter assez incroyable et du côté de Cité 19 on s’en rend d’autant plus compte puisque l’on voit l’expérience d’un autre œil. Certains personnages se dévoilent ici pour le meilleur comme le pire.

En bref, Cité 19 est une série agréable avec un univers intéressant et surprenant que j’ai pris plaisir à découvrir. Le suspense est maintenu un long moment et ce n’est que petit à petit que l’on prend conscience des enjeux, de quoi nous tenir en haleine. Les personnages sont intéressants et attachants, de quoi vivre pleinement leur aventure. Une série à découvrir !

Sur la piste de Brutus de Christian Grenier (Hercule, chat policier 1)

Quatrième de couverture

En vacances dans le Périgord, Albane et Joyeuse apprennent la disparition de Brutus, le chien du voisin. Puisque les humains sont incapables de le retrouver. Hercule le chat décide d’enquêter.

Mon avis

Sur La piste de Brutus est un roman mignon et sympathique qui raconte l’histoire d’Hercule, un chat appartenant à une famille de policier. Alors qu’il est en vacances dans le Périgord avec ses maîtresses Albane et Joyeuse, il apprend la disparition de Brutus, le chien du voisin. Brutus est le meilleur ami d’Hercule et comme les humains ne sont pas décidés à le chercher pensant qu’il est simplement parti se promener, Hercule va devoir mener l’enquête.

L’histoire est bonne et bien menée. L’action arrive dès les premières pages ce qui nous captive en un rien de temps. C’est court, simple mais efficace dans le genre, parfaitement adapté pour de jeunes lecteurs en herbe et les initier au genre policier. C’est une histoire très plaisante à lire, dont le dénouement pour moi était plutôt évident étant donné les faits. Mais le suspense est tout de même gardé un bon moment, de quoi nous tenir en haleine.

La narration est du point de vue de Hercule, si bien que le ton est assez léger avec un côté nonchalant propre aux chats qui lui va bien. C’est un personnage bien sympathique et attachant, comme ses deux petites maîtresses qui vont finir par comprendre que quelque chose se trame.

La petite particularité est que ce chat appartient aux jumelles Albane et Joyeuse qui ne sont autre que les filles de Logicielle et Max ! Autant vous dire que j’étais contente d’apprendre ça, on poursuit les aventures de Logicielle d’une autre manière et pour les plus jeunes (mais j’ai aussi appris que Logicielle allait revenir l’année prochaine alors là, je suis encore plus impatiente !).

Le roman comporte des illustrations ce qui nous permet de mettre un visage sur les jumelles mais aussi sur Max et Logicielle et Germain ! Mais j’avoue que ça me fait bizarre parce que les dessins sont vraiment enfantins et ça ne correspond pas du tout à l’image que j’avais de Logicielle et ses acolytes donc ça perturbe quelque peu. Mais pour les enfants qui découvrent la série, je pense que ça passera bien.

En bref, Sur La piste de Brutus est une histoire bien sympathique. L’intrigue est bonne et bien menée, pour moi plutôt évidente quant à l’identité du coupable mais je suis quelque peu habituée à deviner en amont. Cela dit, c’est efficace et j’ai pris grand plaisir à lire cette histoire que je vous conseille. Le fait de retrouver Logicielle est plutôt plaisant pour moi car cela permet d’avoir de ses nouvelles de manière détournée. L’avantage aussi c’est que lorsque les lecteurs grandiront, ils pourront découvrir les histoires de la mère des jumelles !

Coeur de loup de Katherine Rundell

Quatrième de couverture

Féodora a grandi parmi les loups. Ils sont tout pour elle et, bientôt, elle deviendra maître-loup, comme sa mère. Mais ce destin extraordinaire est anéanti quand surgit l'armée du tsar, dévastant tout sur son passage. Alors que sa mère est faite prisonnière, l'intrépide Féo part avec sa meute à travers les forêts enneigées de Sibérie. Bravant l'ennemi, le froid, les tempêtes, elle est prête à tout pour la sauver...

Mon avis

Cœur de loup est le nouveau roman de Katherine Rundell. Ayant adoré Le ciel nous appartient, qui vient d’être réédité en poche et que je vous invite à découvrir vivement, j’étais curieuse de découvrir sa nouvelle histoire.

Je vous avoue qu’en premier lieu c’est la couverture qui m’a attiré, elle est juste magnifique et avec le côté argenté du titre, l’illustration de la première de couverture et le fait qu’il y ait question de loup, j’étais déjà à moitié conquise. De voir que c’était Katherine Rundell m’a encore plus donné envie de le lire, comme j’avais adoré son précédent livre.

Une fois sa lecture achevée, je peux vous dire que le contenu est à la hauteur du contenant. L’auteure, une fois de plus, m’a totalement conquise ! Un joli coup de cœur que je vous invite à découvrir. Si vous n’avez pas encore lu cette auteure, n’attendez plus ! Dans deux genres très différent avec mais avec talent certain Cœur de loup ou Le ciel nous appartient vous fera vivre un pur moment de bonheur de lecture !

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte.

Dès les premières pages on est happé par les mots de Katherine Rundell. J’aime beaucoup son écriture qui nous emporte en un rien de temps dans son univers. J’ai aimé le découvrir et me plonger au cœur de la forêt dans cette Russie dure et impitoyable. Féodora, Féo comme elle se fait appeler, vit éloignée de tout cela car son univers est surtout celui des loups qu’elle « ensauvage » avec sa mère, à cause de la stupidité des Hommes. Seulement, elle va découvrir à quel point l’humain peut être cruel et sa vie va être chamboulée.

Féo a toujours vécu éloigné des Hommes si bien qu’elle se sent davantage à sa place auprès des loups qu’elle comprend mieux. Son comportement s’apparente plus à celui de ces animaux que celui des hommes à certain moment. On voit bien ce décalage et cela ne la rend que plus attachante. On suit son aventure, le sauvetage de sa mère avec attention, mais cela risque de prendre un tournant inattendu. A tout moment on se demande comment ça va se terminer. Je ne m’attendais pas du tout à cela, c’est donc une très belle surprise et découverte qui en fait de ce livre quelque chose d’unique.

Ce que j’ai aimé aussi dans cette histoire c’est que l’on est dans un monde assez violent et dur et que l’on ne prend pas les enfants pour des idiots. Sans pour autant en faire un livre horrible – cela reste accessible pour les 10 ans – l’auteure ne nous cache rien de la brutalité de son univers.

Féo est une jeune fille au fort caractère qui sait ce qu’elle veut. Elle est déterminée et forte et son attachement pour les loups est réel même si elle a conscience que ce sont des animaux sauvages. Si vous aimez les loups, ce livre vous ravira aussi, ils ont une vraie présence dans cette histoire et la serve. Ce sont des personnages à part entière, comme Féo, comme Ilya, ce jeune garçon qu’elle va rencontrer dans sa quête pour retrouver sa mère.

De nombreuses illustrations égayent l’histoire ce qui rend ce livre encore plus beau et attractif. Mais là, je vous laisse les découvrir par vous-mêmes.

En bref, Cœur de loup est un superbe roman, un joli coup de cœur que je vous conseille fortement. L’univers est dur mais c’est dans l’épreuve que bon nombre de nos personnages vont se révéler et changer les choses. L’histoire est vraiment prenante et l’on se demande bien comment tout cela va se terminer car l’on doute à chaque instant. Les personnages sont intéressants et attachants. Un roman à découvrir !

Vertige de Sophie Jomain (Les Etoiles de Noss Head 1)

Quatrième de couverture

À presque 18 ans, Hannah enrage de devoir subir un nouvel été à Wick, petite ville portuaire écossaise. Il n’y a pas plus ennuyeux que cet endroit pour une citadine de son âge. Jusqu’à ce qu’elle rencontre Leith. Il est bâti comme un roc et possède les plus beaux yeux qu’elle ait jamais vus. Qu’importent les rumeurs qui courent au sujet du jeune homme... l’attirance est immédiate, réciproque et irrépressible.
Puis tout bascule. Le conte de fées se transforme en cauchemar et le destin d’Hannah est scellé. Leur relation résistera-t-elle à l’inimaginable ? Sauront-ils vaincre le pire ? Car les légendes sont parfois plus réelles que l’on croit.

Mon avis

Les Etoiles de Noss Head, c’est tout une histoire… Cela fait 6 ans que je connais ce livre, dans sa toute première version chez Elzévir. On me l’avait fortement conseillé mais je n’avais pas pu me le prendre à l’époque et puis le livre a changé d’éditeur et a été publié chez Rebelle, version que je possède dédicacée mais à ce jour je n’avais toujours pas eu le temps de le lire. Ma PAL est tellement longue… Et puis la version poche arrive mais j’hésite, après tout j’ai déjà la version grand format… Et enfin arrive la version illustrée. Dans un premier temps je me suis dit, non ce n’est pas la peine d’avoir ce livre dans plusieurs formats mais je me suis quand même laissée tentée et c’était LE moment de découvrir cette histoire.

Et le verdict est tombé… parfois je me demande pourquoi je fais autant durer certaine lecture parce que je me dis que j’aurai dû sortir ce livre bien plus tôt ! Lu en une journée tant j’étais prise par l’histoire que je n’ai pas pu m’empêcher de le dévorer. J’ai vraiment adoré cette histoire, même si je n’en doutais pas à la base. Toutefois, je ne regrette pas d’avoir attendu 6 ans pour le lire, surtout dans cette version illustrée qui est juste magnifique et apporte un vrai plus à l’histoire.

J’aurai mis le temps de découvrir cette saga mais il est certain que je ne ferai pas patienter les suites aussi longtemps, raison pour laquelle je me suis procurée en version poche les autres tomes. Me voici donc avec 3 versions du premier tome de cette série, celle en présentation ci-dessus en illustrée, la première version que j’ai acheté chez Rebelle (mais qui n’est pas la toute première version du livre) et le poche que je me suis racheté pour que la série soit cohérente vu que je la continuerai en poche (plus jolie couverture et moins de place en bibliothèque).


Trêve de bavardage, parlons maintenant de l’histoire car c’est bien beau de dire que j’ai adoré mais il faut expliquer pourquoi ! Dès les premières pages, j’ai plongé en un rien de temps dans cette histoire et ce, grâce à l’écriture de Sophie Jomain qui est juste superbe. Le ton est assez léger avec un peu de sarcasme parfois de la part de notre héroïne : Hannah qui nous raconte son histoire. De quoi nous mettre dans une certaine ambiance et atmosphère qui m’a accroché dès le départ.

On fait ainsi la rencontre d’Hannah, bientôt 18 ans qui va passer son été en Ecosse dans la petite ville de Wick pour aller voir sa grand-mère, un rituel qui n’emballe pas des masses la jeune femme, c’est le moins que l’on puisse dire. Des vacances qui s’annoncent ennuyeuses même si une fois sur place, les choses risquent bien de changer notamment lorsqu’elle fait la rencontre de Leith qui risque de bouleverser à jamais sa vie tranquille.

J’ai beaucoup aimé l’univers créé par Sophie Jomain. Je savais de quelle créature il s’agissait avant de le commencer, depuis le temps tout de même… mais je n’imaginais pas une telle mythologie. J’ai donc été agréablement surprise par la richesse de cet univers qui j’en suis sûre n’a pas fini de me surprendre. Au fur et à mesure de l’histoire nous apprenons de nouvelles informations à ce sujet et cela se fait en douceur jusqu’au moment où l’univers tranquille de Hannah bascule totalement.

L’intrigue est bonne et bien menée. Certaines choses étaient parfois un peu prévisibles, j’avais deviné certaines choses mais dans l’ensemble j’ai eu plutôt de bonnes surprises donc ça ne m’a pas gâché ma lecture, loin de là. L’action arrive petit à petit, au début c’est plutôt calme et lent. On nous présente les différents personnages, les liens qui les unissent parfois et puis à mesure l’atmosphère change et l’on voit les premiers problèmes arriver jusqu’à ce que LA révélation de l’histoire se fasse. A partir de ce moment-là, ça s’emballe quelque peu et l’on finit par comprendre un certain nombre de choses. C’est très bien rythmé de sorte que l’on est captivé du début à la fin, si je l’ai lu d’une traite dans la journée ce n’est pas pour rien.

J’avais envie de savoir ce qui allait se passer, c’est totalement addictif et les pages se tournent toutes seules sans qu’on ne s’en rende compte. Honnêtement, je ne pensais pas le finir dans la journée mais là ce n’était pas possible de le faire durer plus longtemps que nécessaire et quand j’ai vu ce qu’il me restait en soirée, il était impossible de m’arrêter en si bon chemin.

En ce qui concerne la romance, bon, on part sur un coup de foudre mais je trouve que c’est plutôt bien fait et crédible, ce qui n’est pas toujours le cas et à tendance à me faire lever les yeux au ciel. Bon, j’avoue, sur le moment ça m’a fait un petit peu cet effet mais ça ne m’a pas vraiment dérangé donc c’est un léger détail. En dehors de ça, la romance est plutôt mignonne et je l’ai suivie avec grand plaisir. En même temps quand on voit Leith, difficile de rester indifférente, il faut l’avouer…

Quant aux personnages, là je dois dire que l’auteure a fait fort. J’ai beaucoup aimé Hannah qui est une jeune femme forte, qui n’a pas la langue dans sa poche. Elle a toute notre sympathie et il est vrai qu’on peut facilement s’identifier à elle. Leith… que dire ? C’est LE gars de l’histoire, certes, il n’est pas parfait (et bon, il faut l’avouer, la perfection au bout d’un moment ça agace) mais il n’en reste pas moins attachant malgré son caractère un peu sombre parfois. Cela fait son charme donc on ne va pas lui retirer mais entre le caractère d’Hannah et le sien, ça risque d’être explosif par moment ! Enfin, sur les personnages secondaires, ils sont plutôt intéressants aussi, j’ai hâte d’en savoir plus sur eux parce que pour le moment on les voit un petit peu mais je pense qu’ils prendront plus d’importance dans la suite. Affaire à suivre donc !

Il s’agit donc d’une version illustrée et comme je le disais, elles sont juste magnifiques. J’aime beaucoup la vision de Marie-Laure Barbey-Granvaud qui sublime parfaitement cette histoire. Un vrai plaisir pour les yeux et ça fait du bien de voir de vrais dessins. D’ailleurs le petit bonus final est une très bonne idée et il aurait été dommage de les oublier.

Sinon pour parler juste de l’objet livre en lui-même, il est très beau. Une version reliée avec un toucher un peu « pêche », un marque-page intégré et un effet parchemin dans les pages, c’est juste magnifique. L’éditeur a fait un travail remarquable et le rendu est très concluant.

En bref, j’ai beaucoup aimé ce premier tome des Etoiles de Noss Head. Même si j’ai mis le temps à le découvrir, je ne regrette pas l’attente car cette version illustrée est juste magnifique et ça a été un pur régal visuellement pour enfin connaître cette histoire dont j’ai tant entendu parler. Une belle histoire que je vous invite à découvrir et si possible dans cette version illustrée car elle en vaut vraiment la peine.



Un roman graphique